Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Apprendre, produire, se conduire : Le modèle au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les savoir-faire et leur transmission

Le patrimoine castral de la famille de Neufchâtel-Bourgogne

Quelle place pour les modèles ?/Is There a Place for Models?

The Castles belonging to the Neufchâtel-Bourgogne Family

Vianney Muller

Resumen

Les recherches antérieures ont montré l’existence de modèles administratifs liés à la famille comtoise de Neufchâtel. La recherche de modèles architecturaux au sein du corpus de 36 sites fortifiés qui intègrent le patrimoine familial, du Jura au Luxembourg, entre le xiiie et le xvie siècle se justifie. Au final, aucun modèle spécifique à cette famille ne peut être mis en évidence. Se pose toutefois la question de la réception de modèles plus généraux, comme le château « philippien » ou l’adaptation à l’artillerie. Il apparaît que ces modèles sont connus du lignage mais exceptionnellement employés lorsque le contexte rend l’adoption de ces nouvelles manières de faire nécessaire ; en parallèle des sites tout à fait obsolètes, du moins dans leur fonction défensive, continuent d’être employés jusqu’à l’extinction du lignage au début du xvie siècle.

Earlier studies have revealed the existence of administrative models associated with the Neufchâtel family from the Comté region. Thus an architectural corpus of thirty-six sites, from the Jura to Luxemburg and dating from between the 13th and the 16th centuries, containing castles owned by the family was examined without any model specific to the family emerging. Nevertheless we need to look at the transmission of more general models such as the Phillipian castle and the adaptation for artillery model. It seems that the Neufchâtels were aware of these models but would turn to them only in cases where the context required new approaches. In parallel to this, the family carried on functioning on sites that were obsolete, at least as far as their defensive function was concerned, right until the line died out at the beginning of the 16th century.

Texto completo

  • 1 H. Faget de Casteljau, « Lignées féodales comtoises (lignages de Montfaucon, Neufchâtel, Rougemont (...)

1Le lignage de Neufchâtel, originaire du comté de Bourgogne, détient à la fin du Moyen Âge un ensemble de possessions castrales disséminées du sud du Jura jusqu’au duché de Luxembourg. Pourtant, son assise territoriale est modeste à la charnière des xiie et xiiie siècles, lorsque cette famille se détache du lignage jurassien de Dramelay1. Le noyau initial est renforcé par des acquisitions au cours du xiiie siècle, principalement entre Besançon et Montbéliard. À la fin du xive siècle, la famille étend sa zone d’influence et s’implante dans le duché de Bourgogne, en Lorraine et dans le Barrois puis au Luxembourg (fig. 1).

  • 2 V. Muller, « Héritages et transmission dans la Maison de Neufchâtel-Bourgogne au Moyen Âge », Anna (...)

2De récents travaux ont mis en évidence l’utilisation de modèles administratifs au sein des possessions de ce lignage2. Ainsi, la première charte de franchise octroyée par Thiébaut IV de Neufchâtel pour l’Isle-sur-le-Doubs, en mai 1308, est citée explicitement comme modèle pour les chartes de Blamont (1308), Neufchâtel (1311) et Clémont (1338). Près de soixante ans plus tard, ces actes sont largement repris – sans être cités – par Thiébaut VI et son épouse pour les franchises accordées à Fontenoy-le-Château, bourg récemment entré dans leur patrimoine. Dans le domaine comptable, la généralisation d’un modèle est également attestée. On note ainsi dans les livres de comptes de Châtel-sur-Moselle (Vosges) une structure similaire à celle des seigneuries comtoises, ordonnée en chapitres par nature (argent, blé, froment, vin, etc.) dans lesquels se succèdent recettes et dépenses. Cette organisation diverge de celle observée le plus souvent en Lorraine, où figure en tête l’ensemble des recettes, quelle que soit leur nature, suivies des dépenses.

Fig. 1 — Carte du patrimoine castral des Neufchâtel

  • 3 S’agissant des officiers, cet aspect a été présenté à l’occasion d’un séminaire doctoral et sera r (...)

3Ce recours à une pratique normalisée dans le domaine administratif amène à s’interroger sur l’existence de modèles dans le domaine architectural, d’autant plus que le déplacement d’officiers, et parfois de main d’œuvre, est attesté entre les différentes seigneuries3. L’enquête porte sur le patrimoine castral de cette famille, à savoir trente-sept forteresses, tenues directement par le lignage, et transmises sur deux générations au moins, entre le début du xiiie et le début du xvie siècle.

4Le concept de modèle est courant pour l’analyse architecturale. Concernant le patrimoine castral, il varie selon l’échelle à laquelle on se situe, du choix d’implantation du site jusqu’aux détails des modénatures, en passant par les plans d’ensemble, l’organisation des activités, la distribution des bâtiments, etc. Quelle que soit l’échelle d’analyse, la question du modèle au sein d’un patrimoine familial revêt deux aspects. Existe-t-il au sein du corpus une série de traits communs et, le cas échéant, sont-ils suffisants pour justifier l’idée d’un modèle spécifique ? Par ailleurs, comment les modèles généraux, observés par la recherche historique, sont-ils adoptés et éventuellement adaptés par ce lignage ?

Un ensemble castral hétérogène

5Le corpus est plutôt hétérogène (tabl. 1). Certains sites présentent des traits communs, sur tel ou tel aspect, mais un examen approfondi signale presque toujours des divergences importantes. On peut, à titre d’exemple, observer les dimensions des bâtiments conservés, paramètre intéressant puisqu’il découle de la conception d’ensemble et qu’il impacte fortement le fonctionnement de l’édifice, sa distribution et les activités qu’il abrite. Parmi les dix-neuf sites présentant un état de conservation au moins partiel, on parvient à identifier ce paramètre dans onze cas. On distingue plusieurs groupes : des tours étriquées, type Bergfried, avec une surface intérieure inférieure à 15 m2 par niveau, au Châtelot (Blussangeaux, Doubs), à Chamabon (Ecurcey, Doubs) et à Pont-de-Roide (Doubs) par exemple ; d’autres sont nettement plus importantes, à Bainville-aux-Miroirs (Meurthe-et-Moselle) et à Fondremand (Haute-Saône), où la structure principale dépasse les 100 m2 avec quatre à cinq niveaux hors combles, ou encore à Pesmes (Haute-Saône), Neuchâtel (Doubs) et Marnay (Haute-Saône), mais avec des logis moins élevés. Entre ces deux groupes, des bâtiments de taille intermédiaire sont conservés à Héricourt (Haute-Saône), Chemilly (Haute-Saône) ou Fontenoy-le-Château (Vosges).

6Pour autant, si l’on examine de plus près ces groupes, ils présentent une forte variété, dont nous ne présentons ici que quelques aspects. Pour les grandes tours, Fondremand est de plan quadrangulaire avec une distribution verticale assurée initialement par un escalier intra-pariétal puis par une tourelle d’escalier demi-hors-œuvre, tandis que Bainville-aux-Miroirs est un ensemble polygonal dont l’escalier est intégré en partie centrale. Pour les édifices de petites dimensions, Pont-de-Roide est exceptionnel par sa position sur un pont fortifié. Les autres sites n’ont pas beaucoup plus de points communs : la tour du Châtelot se situe dans un angle exposé d’une enceinte de 8 500 m2, limitée par un double fossé, et elle flanque – maladroitement – l’entrée ; à Chamabon, la tour est en retrait de l’enceinte de 4 500 m2, délimitée par un fossé peu prononcé et une levée de terre, et n’offre aucune protection de l’entrée (fig. 2).

  • 4 Respectivement : Isle-sur-le-Doubs (Doubs), Pont-de-Roide, Blamont (Doubs), Montbarrey (Jura).

7Nous pourrions multiplier les paramètres – lieux d’implantation, techniques de construction, relation entre le château et l’habitat, style architectural –, les points communs restent insuffisants et trop variables pour esquisser un quelconque modèle familial. Plusieurs facteurs historiques peuvent expliquer cette hétérogénéité. Tout d’abord ce réseau castral s’est formé sur trois siècles, de l’aube du xiiie à celle du xvie siècle. L’essor territorial de la famille, relativement tardif, se fait alors que l’essentiel du réseau castral est déjà en place ; ainsi, les seigneurs de Neufchâtel sont davantage acquéreurs que bâtisseurs et ils doivent s’adapter au préexistant. Seuls quatre sites (11 % du corpus) apparaissent de manière à peu près certaine comme des constructions familiales. Ces quatre sites, bâtis entre 1220 et 1320, ne conservent que de maigres vestiges mais ils sont très différents au regard de leur implantation (une île, un pont fortifié, un rebord de plateau et une éminence artificielle)4 et de leurs dimensions. Si l’on intègre les campagnes de travaux significatives documentées par les sources écrites ou l’archéologie, l’analyse bénéficie de sept sites supplémentaires sans toutefois révéler plus de traits communs, à l’exception de l’implantation en rebord de plateau, qui ne peut suffire à définir un modèle.

Fig. 2 — Comparaison des plans et situations de Chamabon (en haut) et du Châtelot (en bas)

8Au vu de l’état de conservation des sites, la recherche d’un modèle familial spécifique semble une gageure, et ce d’autant plus qu’il convient de mentionner encore deux limites historiques à ce type de corpus. D’une part certains des trente-sept sites n’ont jamais fait partie des possessions familiales en même temps (fig. 3) ; d’autre part, les châteaux ont été, à certaines périodes, divisés entre deux branches familiales et, au sein de chacune de ces branches, entre différents individus, situation fréquente notamment à la fin du xve siècle. Au final, l’enquête ne permet de révéler aucun indice de modèle familial.

Fig. 3 — Évolution du nombre de possessions dans le patrimoine castral

La réception de modèles généraux

9Il convient d’examiner ce second aspect de la problématique que nous proposons d’étudier plus spécifiquement à travers deux phénomènes historiques importants : la diffusion du « château philippien » et l’adaptation du château à l’artillerie à poudre.

La réception du modèle du « château philippien »

  • 5 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, 1. De la défense à la résidence, Paris, 1 (...)
  • 6 G. Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992 (Document d’archéologie (...)
  • 7 Cf. Mesqui, Châteaux…, op. cit. n. 5, p. 70-71.

10La recherche en castellologie a forgé ce modèle typologique en s’inspirant de constructions emblématiques réalisées par les ingénieurs du roi de France Philippe Auguste à la fin du xiie et au début du xiiie siècle. En dépit des nuances apportées à ce modèle, notamment sur les modalités de sa diffusion dans le temps et l’espace, il reste opératoire pour décrire la mutation des formes castrales. Il se caractérise notamment par des plans réguliers, le plus souvent quadrangulaires, le flanquement systématique, en général par des tours de plan circulaire, la présence des logis le long des courtines et, dans une moindre mesure, d’une tour maîtresse détachée5. Dans les zones de l’est de la France relevant de l’Empire, ce modèle est observé plus tardivement, à partir de la seconde moitié du xiiie siècle6, et avec une diffusion plus limitée7.

  • 8 La taille souvent restreinte des enceintes urbaines amène à les considérer comme difficilement dis (...)
  • 9 Bouclans (Doubs), Grancey-le-Château (Côte-d’Or), Larochette (Luxembourg), Marnay (Haute-Saône).
  • 10 Châtel-sur-Moselle (Vosges), Valay (Haute-Saône).
  • 11 I. Ferraresso, M. Werlé, « L’enceinte et ses composantes », Revue archéologique de l’Est, 26e supp (...)

11L’examen du seul critère du flanquement régulier est retenu dans un premier temps pour déterminer si les sites répondent potentiellement à ce modèle, ce critère présentant l’avantage d’être souvent documenté, même en l’absence de vestiges. Les enceintes urbaines, construites sous l’influence seigneuriale à défaut d’être réalisées directement sur son injonction, sont intégrées à l’étude. Ainsi, les caractères observés sont considérés comme acquis dès lors qu’ils sont attestés, soit au château, soit sur l’enceinte urbaine8. Dix sites (27 %) présentent un flanquement important, à défaut d’être systématique. Néanmoins, pour quatre d’entre eux, il est antérieur aux Neufchâtel, qui n’en font l’acquisition qu’au xve siècle9, et Vers-en-Montagne est postérieur. Parmi les cinq sites restants, deux correspondent à des enceintes adaptées à l’artillerie datant du xve siècle10, sans qu’il soit possible de déterminer si elles étaient précédées d’une autre enceinte flanquée. Reynel (Haute-Marne), Héricourt (Haute-Saône) et Amance (Haute-Saône – château) sont donc les trois seuls sites présentant un flanquement systématique potentiellement attribuable aux Neufchâtel. Mais les vestiges sont peu nombreux, et les informations découlent essentiellement de la documentation historique. On observe par ailleurs des châteaux et enceintes urbaines au flanquement sporadique, à Amance (enceinte), Châtelot, Châteauvieux, Chemilly, Fontenoy-le-Château, Fondremand, Montrond, etc. Il s’agit le plus souvent d’une tour flanquant un angle de l’enceinte mais de manière isolée, les autres angles en étant dépourvus. Cette situation est couramment observée sur les enceintes d’Alsace et de Lorraine11 et les seigneurs de Neufchâtel n’ont pas cherché à adapter les sites acquis pour pallier cette insuffisance défensive. On note également au sein de ce corpus des constructions totalement dépourvues de flanquement à Chamabon, Bainville-aux-Miroirs, Clémont (Montéchéroux – Doubs), Nancuise (Jura), Montaigu (Colombier, Haute-Saône), Montbarrey.

  • 12 V. Muller, « Les évolutions du château au Moyen Âge », La vie de château, de la forteresse à la ré (...)
  • 13 Besançon, AD Doubs, 7 E 1400 : plan de l’écluse de l’Isle-sur-le-Doubs. Un autre plan, présentant (...)

12Ce phénomène n’est pas limité aux seules places secondaires puisqu’il est visible sur un château à forte valeur symbolique comme Montaigu, site central pour la branche cadette, qui émerge à la charnière des xive et xve siècles. En effet, les chefs de cette branche usent systématiquement du titre de « seigneur de Montaigu » ; ils écartèlent les armes familiales avec celles de Jean de Bourgogne, seigneur de Montaigu, oncle maternel qui a apporté cette possession à Jean Ier de Neufchâtel-Montaigu12. L’examen des châteaux bâtis par le lignage ne livre guère plus de renseignements, faute de vestiges suffisants. À l’Isle-sur-le-Doubs, les destructions importantes n’ont laissé qu’une arase de tour et la base de la tour-porche. Cette dernière atteste un flanquement dont témoigne une baie remaniée, qui était probablement, à l’origine, à une archère. Les documents iconographiques attestent également une tour de flanquement au sud dont il ne reste que l’arase13. À Blâmont, l’édifice quadrangulaire flanqué aux angles, qui fut modernisé à l’époque moderne, pourrait dater des Neufchâtel mais également correspondre à une importante phase d’aménagements au milieu du xvie siècle.

13Les autres caractéristiques des forteresses philippiennes n’ont pas davantage été adoptées. Si l’on examine le recours au plan géométrique, on observe que nombre de sites présentent encore à la fin du Moyen Âge des plans irréguliers, parfois conditionnés par le relief comme pour le site éponyme, à Neuchâtel-Urtières (Doubs), où le château est bâti sur une crête rocheuse longue de 120 mètres pour 15 à 25 mètres de largeur qui contraint le plan. Il apparaît au final que les seigneurs de Neufchâtel ont régulièrement fréquenté des sites flanqués, dans leurs possessions mais aussi de par les fonctions militaires remplies pour les comtes et ducs de Bourgogne ainsi que lors de conflits privés qui les opposèrent à d’autres seigneurs comtois. Le modèle du « château philippien » est donc connu, mais ils n’ont absolument pas cherché à le généraliser.

L’adaptation à l’artillerie

  • 14 N. Faucherre, Les citadelles du roi de France sous Charles VII et Louis XI, thèse de 3e cycle, Par (...)

14La transformation des fortifications médiévales, en réaction aux progrès de l’artillerie à poudre, a conduit à une nouvelle série de modernisations à la fin du xive et au xve siècle. Ce mouvement ne répond pas à un schéma aussi ordonné que celui décrit précédemment, et il serait abusif de le désigner comme un modèle qui n’apparaît que plus tardivement, principalement à l’initiative des princes14. Il semble par contre tout à fait pertinent d’examiner la manière dont ces adaptations ont été mises en place à l’échelle d’une famille, et si elles présentent une homogénéité suffisante pour évoquer un modèle.

  • 15 V. Muller, La tour de Fondremand, étude archéologique préalable. Rapport d’opération archéologique (...)

15En ce qui concerne les possessions des Neufchâtel, l’adaptation à l’artillerie se limite le plus souvent à une simple transformation des ouvertures de tirs préexistantes, dont on élargit l’embrasure et dans lesquelles on remplace la fente de tir par un orifice circulaire, éventuellement surmonté d’une fente de visée et d’aération. À Fondremand, les modestes archères-canonnières de l’enceinte montrent que la fonction défensive est reléguée au second plan par rapport aux fonctions résidentielles, qui se traduisent par la construction, dans le dernier tiers du xive siècle15, d’une tour-résidence de 21 mètres de longueur et 14 mètres de largeur, conservée sur cinq niveaux, et dont les équipement défensifs sont limités à quelques archères dans les deux niveaux inférieurs (fig. 4). Une adaptation partielle à l’artillerie est également visible sur d’autres sites. Il peut s’agir d’archères-canonnières assez simples, comme aux châteaux de Bouclans et Chemilly, sur les enceintes d’agglomération de Marnay, Fontenoy-le-Château (base de la tour des Lombards) et peut-être Amance. À ces constructions du xve siècle s’ajoutent quelques adaptations plus tardives, faites par les successeurs des Neufchâtel, à Héricourt, Vers-en-Montagne ou Valay. Il s’agit toujours d’adaptations très partielles, qui ne suffisent pas à moderniser efficacement la défense de la place forte pour faire face à l’essor des armées professionnelles de la fin du Moyen Âge.

Fig. 4 — Cliché de la tour résidentielle de Fondremand (en haut) et d’une tour de l’enceinte adaptée à l’artillerie (en bas)

  • 16 H. Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du nord du xiiie au xvie siècle, Dijon, 2002, p. (...)
  • 17 Georges Chastellain, Œuvres, éd. J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove, t. III, Bruxelles, 1864, p. 188.

16Trois sites proposent néanmoins une adaptation plus complète. À Grancey-le-Château, dont l’enceinte présente plusieurs types d’archères-canonnières à croisillons réalisées au cours du xve siècle, il est difficile de situer ces transformations par rapport à l’acquisition du site par la famille en 1461. À Neufchâtel, les canonnières à la française qui équipent l’enceinte urbaine sont probablement le fruit des successeurs des Neufchâtel, quoique des ouvertures de ce type apparaissent en Bourgogne dès la fin du xve et au tout début du xvie siècle16. Mais le cas le plus saisissant d’adaptation à l’artillerie par les seigneurs de Neufchâtel se situe à Châtel-sur-Moselle, où Thiébaut VIII de Neufchâtel et son fils Thiébaut IX, maréchal de Bourgogne, mènent une campagne de fortification particulièrement développée dans les années 1440. L’enceinte et la fausse-braie présentent un flanquement systématique de tours circulaires munies de canonnières. Une grosse tour d’artillerie renforce le front nord, qui ne dispose pas de la protection de la Moselle (fig. 5). Cette place suscite l’admiration des contemporains tels que Chastellain, qui relève les difficultés qu’elle crée aux ducs de Bar et de Lorraine17. Ici, la modernisation obéit à une vision d’ensemble et ne se limite pas à des aménagements accessoires ; cette démarche répond à une situation politique particulière, à savoir l’importance prise par la Lorraine entre les deux parties des États bourguignons au milieu du xve siècle. L’enjeu géopolitique est bien perçu par les seigneurs de Neufchâtel qui adaptent – avec le soutien du duc de Bourgogne ? – cette forteresse de manière précoce et dans des proportions que l’on ne retrouve sur aucun autre site de ce corpus à l’exception, plusieurs décennies plus tard, de Neufchâtel. Outre la valeur stratégique de Châtel-sur-Moselle, il convient de souligner son importance symbolique puisqu’elle s’impose, dès 1413, comme un élément de titulature systématique aux côtés du site éponyme.

17Dans le domaine de l’adaptation à l’artillerie, les choix des seigneurs de Neufchâtel révèlent à nouveau une grande hétérogénéité. L’exemple de Châtel-sur-Moselle, par sa conception d’ensemble et sa mise en œuvre relativement précoce, démontre une parfaite maîtrise des nouveaux standards de la fortification par ces chevaliers qui occupent des fonctions militaires importantes dans l’État bourguignon. Pour autant, le choix le plus courant est une adaptation légère, voire l’absence totale de modernisation pour un certain nombre de sites conservés en l’état, sans que leur obsolescence défensive soit source de préoccupation (Chamabon, le Châtelot, Clémont, Fondremand, Montaigu, etc.).

Fig. 5 — Courtine nord et fausse-braie adaptées à l’artillerie à Châtel-sur-Moselle

18La recherche de modèles architecturaux au sein de l’ensemble castral de la famille de Neufchâtel livre finalement des résultats en demi-teinte. Les lacunes de la documentation, induisant un taux d’incertitude important, ne permettent pas une présentation statistique détaillée. Aucun modèle familial spécifique ne peut être mis en évidence et l’enquête s’est orientée sur la réception de modèles généraux. Ces seigneurs, relativement modestes au début du xiie siècle avant de connaître une position influente au xve siècle, appartiennent à une couche intermédiaire de la noblesse, entre de petits seigneurs locaux – qui disposent rarement des moyens de mettre en œuvre les modèles les plus récents – et les princes, qui sont bientôt les seuls à pouvoir disposer de forteresses parfaitement adaptées aux nouvelles techniques de guerre. À ce titre, il est intéressant de noter leurs réactions face à des modèles généraux qu’ils connaissent et maîtrisent, mais ne mettent en œuvre qu’exceptionnellement, dans des contextes stratégiques et symboliques particuliers, n’hésitant pas par ailleurs à conserver des constructions totalement obsolètes sur le plan militaire, mais dont les fonctions économiques, juridiques et administratives suffisent à justifier l’existence. À l’inverse du domaine administratif où quelques indices laissent penser qu’une convergence des pratiques se met en place, l’architecture castrale reste marquée par une forte hétérogénéité, liée sans doute au coût important que supposerait une harmonisation d’ensemble. Parmi les places bien conservées seules celles de Bainville et Châtel-sur-Moselle semblent intégrer immédiatement de nouveaux modèles. Au-delà de cette étude de cas, cette enquête nourrit la réflexion des castellologues, notamment sur les critères de définition de la maison-forte, où le statut du détenteur est parfois employé ; il apparaît ici clairement que, pour une partie de la noblesse au moins, ce critère est en fait inopérant.

Notas

1 H. Faget de Casteljau, « Lignées féodales comtoises (lignages de Montfaucon, Neufchâtel, Rougemont) », La Franche-Comté : questions d’histoire et de philologie. Actes du 99e congrès national des sociétés savantes, section philologie et histoire jusqu’en 1610, Paris, 1977, p. 7-25.

2 V. Muller, « Héritages et transmission dans la Maison de Neufchâtel-Bourgogne au Moyen Âge », Annales de l’Est, 7e série, 63 (2013) [Héritages, 5e université d’hiver du CRULH de Saint-Mihiel, 2012, éd. J. El Gammal, L. Jalabert], p. 68-108, plus particulièrement, p. 100-106.

3 S’agissant des officiers, cet aspect a été présenté à l’occasion d’un séminaire doctoral et sera repris dans le cadre de notre thèse. Pour la main d’œuvre, cf. Nancy, AD Meurthe-et-Moselle, B 4155, fol. 32v : compte du receveur de Châtel-sur-Moselle (1447-1448).

4 Respectivement : Isle-sur-le-Doubs (Doubs), Pont-de-Roide, Blamont (Doubs), Montbarrey (Jura).

5 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, 1. De la défense à la résidence, Paris, 1991, p. 41-44.

6 G. Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992 (Document d’archéologie française), p. 32, p. 60-61.

7 Cf. Mesqui, Châteaux…, op. cit. n. 5, p. 70-71.

8 La taille souvent restreinte des enceintes urbaines amène à les considérer comme difficilement dissociables du château qu’elles englobent. Les aménagements, qu’ils soient sur le château ou sur l’enceinte, témoignent d’une volonté d’adaptation. Par ailleurs, ce cumul permet d’atténuer le mauvais état de conservation de l’ensemble.

9 Bouclans (Doubs), Grancey-le-Château (Côte-d’Or), Larochette (Luxembourg), Marnay (Haute-Saône).

10 Châtel-sur-Moselle (Vosges), Valay (Haute-Saône).

11 I. Ferraresso, M. Werlé, « L’enceinte et ses composantes », Revue archéologique de l’Est, 26e suppl. (2008) [Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace ( xiie- xve siècle), éd. Y. Henigfeld, A. Masquilier], p. 395-437, ici p. 424.

12 V. Muller, « Les évolutions du château au Moyen Âge », La vie de château, de la forteresse à la résidence de plaisance. Catalogue d’exposition du musée de Champlitte du 14 mai au 6 décembre 2011, Champlitte, 2011, p. 11-18.

13 Besançon, AD Doubs, 7 E 1400 : plan de l’écluse de l’Isle-sur-le-Doubs. Un autre plan, présentant un édifice quadrangulaire flanqué à chaque angle de quatre tours circulaires, est conservé aux archives départementales du Haut-Rhin (158 J 85, no 67), il s’agit néanmoins d’un projet, daté de 1545, qui n’a jamais été exécuté.

14 N. Faucherre, Les citadelles du roi de France sous Charles VII et Louis XI, thèse de 3e cycle, Paris, 1993.

15 V. Muller, La tour de Fondremand, étude archéologique préalable. Rapport d’opération archéologique, Nancy, 2014.

16 H. Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du nord du xiiie au xvie siècle, Dijon, 2002, p. 203-208.

17 Georges Chastellain, Œuvres, éd. J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove, t. III, Bruxelles, 1864, p. 188.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1 — Carte du patrimoine castral des Neufchâtel
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26997/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 268k
Título Tableau 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26997/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 233k
Título Tableau 2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26997/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 248k
Leyenda Fig. 2 — Comparaison des plans et situations de Chamabon (en haut) et du Châtelot (en bas)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26997/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 558k
Leyenda Fig. 3 — Évolution du nombre de possessions dans le patrimoine castral
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26997/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 127k
Leyenda Fig. 4 — Cliché de la tour résidentielle de Fondremand (en haut) et d’une tour de l’enceinte adaptée à l’artillerie (en bas)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26997/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 860k
Leyenda Fig. 5 — Courtine nord et fausse-braie adaptées à l’artillerie à Châtel-sur-Moselle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26997/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 400k

Autor

Université de Lorraine HISCANT-MA

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site