Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre, produire, se conduire : Le modèle au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Modèles spirituels et pastoraux

Bonus pastor animam suam dat pro ovibus suis (Jn 10, 11)

Le thème du Bon Pasteur au cœur des débats du Grand Schisme

The Theme of the Good Shepherd as it appeared in Debates during the Great Schism

Bénédicte Sère

Résumé

Le motif du bon pasteur, initialement psalmique puis johannique, s’inscrit à première lecture dans une grande tradition pastorale Il ne porte pas a priori en lui-même de charge polémique. Pourtant, à y regarder de plus près, la séquence du « Bonus pastor » avec l’arsenal de ses stéréotypes discursifs et de ses héritages exégétiques semble en réalité décisive dès lors que l’on pénètre les débats ecclésiologiques du temps, notamment autour de la controverse sur la via cessionis qui concerne l’engagement du pape à démissionner (1394). En effet, appliquée à la personne du pontife, l’exemplarité devient alors l’arme de toute argumentation. Que vaut, en effet, ce pasteur qui, appelé par le Christ à « donner sa vie pour ses brebis », ne peut pas même remettre sa charge pour sauver l’unité de l’Église ?

The theme of the good shepherd, found initially in the Psalms and later in the St John Gospel, is a traditional one which, at first glance, seems free of any polemical message. Nevertheless on closer examination, the sequence of the “bonus pastor” with the arsenal of its discursive stereotypes and its accumulated exegetical material, takes on quite another aspect when we examine it in the light of ecclesiological debates of the time, especially with regard to the controversy that raged over the via cessionis, concerning the pope’s renunciation of the papacy. Here we see exemplarity used as a strong argument applied to the pope himself. What is the shepherd worth, who, though he is called upon by Christ to” give up his life for his flock,” cannot even abdicate to preserve the unity of the Church?

Texte intégral

Je tiens à remercier Nicole Bériou pour la minutie de sa relecture et la justesse de ses conseils.

« Le Pastorat. Ce qui n’était qu’un thème dans la littérature mosaïque va devenir maintenant la clé de voûte de toute l’organisation de l’Église. »
M. Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, p. 155-156.

  • 2 Jr 2, 8, 10, 21 ; 23, 1-3.
  • 3 Ez 34, 1-31.
  • 4 Jn 10, 11 : Ego sum pastor bonus. Bonus pastor animam suam dat pro ovibus suis.
  • 5 Voir entre autres titres, M. Dulaey, « La parabole de la brebis perdue dans l’Église ancienne. De l (...)
  • 6 Grégoire le Grand, Homélies sur l’Évangile. Livre I, Homélie XIV, texte latin, introd., trad. et no (...)
  • 7 Voir N. Bériou, « La prédication synodale au xiiie siècle », Le clerc séculier au Moyen Âge. Actes (...)
  • 8 Voir N. Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris (...)

1Le thème du Bon Pasteur, déjà patrimoine de la littérature orientale dans laquelle l’image du roi-berger était courante, fut un des thèmes favoris de l’Ancien Testament : le prophète Jérémie choisit d’appliquer ce topos du monde oriental aux rois d’Israël pour leur reprocher d’avoir mal accompli leurs fonctions2 ; Ézéchiel, dans des versets très messianiques, annonce que Dieu donnera un pasteur de son choix à son peuple3. Ainsi, lorsque Jésus annonce, dans l’Évangile de Jean (Jn 10, 11) qu’il est le Bon Pasteur, il pose ouvertement une revendication messianique en référence à Ézéchiel4. Dès le début du christianisme, le thème du Bon Pasteur – biblique, évangélique et surtout johannique – entre donc de plain-pied dans l’arsenal des métaphores et des allégories du christianisme naissant. Pour preuve, en histoire de l’art, la représentation du Bon Pasteur est un des thèmes iconographiques les plus anciens5. Parce que la liturgie a choisi d’en placer la fête au deuxième dimanche de Pâques, les prédicateurs, à commencer par les Pères de l’Église, ont disserté sur le thème : Augustin, Grégoire6, Chrysostome, puis Bernard de Clairvaux parmi tant d’autres, autant d’auctoritates qui inscrivent la légitimité du thème au cœur du christianisme, dans un enseignement pastoral et didactique à l’adresse des fidèles et du presbyterium lui-même, forgeant ainsi, pour le long terme, une tradition certaine7. D’où le réseau des images métaphoriques qui ponctuent les discours homilétiques ou théologiques divers : on y parle de brebis, de troupeau, de loup, de mercenaire ; le pasteur y donne sa vie, appelle ses brebis par leur nom, connaît ses brebis, qui le connaissent aussi. Et dans une surenchère de métaphores, le Pasteur est aussi la Porte. Les enseignements à tirer de cette allégorie sont constants et aisément identifiables : le pasteur, responsable de ses ouailles, les protège et les garde pour les conduire au salut, à l’inverse du mercenaire, voleur et larron, qui, à la vue du loup, s’enfuit et disperse le troupeau. L’enjeu est clairement sotériologique. Il y va de la vie des brebis – la vie éternelle – pour laquelle le pasteur livre la sienne propre – sa vie corporelle. D’où l’exemplarité absolue du Christ pour tout responsable d’âmes dans l’Église militante de ce monde. D’où aussi l’injonction invitant tout pasteur à imiter le Christ, à quelque degré qu’il se situe dans la hiérarchie, de la simple cure paroissiale à la charge pontificale. À partir de là, toute prédication médiévale qui s’attache à l’exposé des responsabilités cléricales, notamment dans les sermons synodaux d’évêques, reprend le mot d’ordre : le Christ est le modèle-exemplar des bons pasteurs8.

2Or, quand on s’attache à lire les traités et la littérature qui circulent à l’heure du Grand Schisme, et particulièrement dans ce « deuxième âge du Schisme » (H. Millet), après 1394, on constate une occurrence insistante du thème en une concentration chronologique non moins insolite, qui nous amènerait à penser à un détournement, comme si, et c’est le cœur de ma démonstration, il y avait dans la thématique du Bonus pastor, une puissance argumentative insoupçonnée au service d’une cause ecclésiologique, la démission du pape par la voie de cession : le Bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis, a fortiori le pape peut bien se démettre de sa charge pontificale pour l’unité de l’Église et son salut. C’est toute la thèse des cessionistes, à l’heure des débats autour de la voie de cession dès 1395, premier pas vers la voie de la soustraction d’obédience (28 juillet 1398).

3Aussi, le choix de cette présentation est-il délibérément chronologique tant il est vrai que le rythme de production des sources est rapide, en l’espace de quelques années, voire de quelques mois. Ce qu’il s’agit de montrer, dans ce temps court et cette chronologie serrée, ce sont les fluctuations du thème et ses étonnantes mutations à la mesure des enjeux et des débats qui s’accélèrent. On cherchera donc à suivre la plasticité du thème, dans son environnement polémique, en trois temps, selon la place ménagée à la péricope évangélique dans les débats.

1395-1396 : concentration des débats autour du verset de Jn 10, 11

Le Bon Pasteur, un argument à l’appui de la voie de cession

4Rappelons brièvement la trame événementielle du Schisme. Depuis 1378, l’Église est déchirée en son sommet : deux têtes la gouvernent, à Rome (Urbain VI), en Avignon (Clément VII). En France, dès janvier 1394, une solution est prônée par les maîtres de l’Université de Paris : la voie de cession, laquelle consiste en la démission – libre et volontaire – des deux papes en vue de la réélection d’un troisième. Le 16 septembre 1394, Clément VII meurt. L’Aragonais Pedro de Luna, ancien légat apostolique en France, est élu sous le nom de Benoît XIII. Sur la demande du roi, en février 1395, au cours du premier concile de Paris, la voie de cession est proclamée programme officiel de la royauté en France. Il s’agit de soumettre Benoît XIII à cette voie. Toutes les ambassades du printemps 1395 visant à négocier les modalités de la cession échouent : le 27 mai 1395, Benoît XIII annonce sa préférence pour la voie de compromis. La rupture entre Benoît XIII et les élites du pouvoir (Conseil royal, princes de sang et monde universitaire parisien) est consommée à l’été 1395. Le ton change. Il se durcit. La voie de cession devient la pierre d’achoppement des discussions, la ligne de partage des factions idéologiques, enfin le puits sans fond des offensives argumentatives contre le pape.

5Scripturaire et grégorien, le thème du Bon Pasteur ne possède a priori pas, en lui-même, de charge polémique. Pourtant, à y regarder de plus près, la séquence du Bonus Pastor, avec l’arsenal de ses stéréotypes discursifs et de ses héritages exégétiques, semble en réalité décisive dès lors que l’on pénètre la controverse sur la via cessionis, au cœur de laquelle est évoqué le serment du pape en conclave, à savoir servir l’union jusqu’à l’abdication s’il le fallait (usque ad cessionem). La péricope du bon pasteur qui donne sa vie s’annonce alors comme le ressort d’une argumentation inédite. L’exemplarité devient l’arme de toute démonstration. Si le pape n’honore pas son serment, il est parjure, c’est-à-dire non seulement pécheur mais surtout schismatique : que vaut alors ce pasteur qui, appelé par le Christ à donner sa vie pour ses brebis, ne veut pas même se démettre de sa charge pour sauver l’unité de l’Église ? De pastor qu’il se doit d’être, le pape devient alors mercenarius, selon le binôme johannique, pour mieux signifier le manquement à son devoir d’exemplarité.

  • 9 Honoré Bouvet, Somnium super materia schismatis, éd. I. Arnold, L’apparicion Maistre Jehan de Meun (...)

6Si la première occurrence du thème apparaît discrètement vers 1394 chez Honoré Bouvet9, c’est surtout dans la grande Epistola Parisiensis du 26 août 1395 qu’il prend vraiment toute son ampleur et devient la formule emblématique de la position cessioniste. Deuxième lettre de l’Université de Paris à l’adresse de Benoît XIII non démissionnaire, cette Epistola peut s’appréhender comme le véritable manifeste des cessionistes, devenus ouvertement hostiles à Benoît XIII après les échecs des ambassades avignonnaises. À la fin de l’été 1395, le ton des relations est devenu plus impérieux : en réponse au choix de Benoît XIII ouvert à la voie de compromis, les propos se font plus pressants et plus sectaires. Dans ce texte fondateur pour la suite, la voie de cession est présentée comme seule valable et seule opératoire ; c’est la voie, déclare-t-on, la plus pratique, la plus rapide, la plus excellente des trois voies alors prônées par l’université. C’est la voie du Christ lui-même, dit l’Épître de Paris :

  • 10 Sur la formule Omnis Christi actio nostra est instructio, adage classique de l’enseignement des thé (...)
  • 11 Epistola Parisiensis, BnF, lat. 14643, fol. 49-52, ici fol. 50. Les traductions sont de notre fait.(...)

Qu’y a-t-il encore de plus parfait que de vouloir suivre les traces du Christ, dont toute action est un enseignement pour l’homme10 et dont le pape, Pasteur suprême de l’Église – ou celui qui se prétend tel – est surtout tenu d’être l’imitateur, lui à qui une voix unique a dit devant tous les autres : « Suis-moi ! » (Sequere me !) Puisque, donc, son maître, le Pasteur suprême Jésus Christ a enseigné que les bons pasteurs étaient ceux qui exposaient leur vie pour le troupeau et, qu’en guise d’exemple pour les pasteurs à venir, il a lui-même donné sa vie, par quelle voie plus droite, l’un et l’autre papes peuvent-ils suivre les traces de leur maître qu’[en donnant], nous ne disons pas leurs âmes – et d’ailleurs cela n’est pas exigé d’eux –, mais un modeste honneur temporel où se trouve plus de peine que de joie11 ?

  • 12 Et plus loin, ibid. : Hec sane non est illa perfectio quam in suis discipulis et in eorum posteris (...)
  • 13 Ibid., fol. 51 : Si ultro resignare voluerint, verisimile omnino esse debet ex hoc insigniis meriti (...)

7Par l’insistance sur l’injonction du Sequere me !, l’argument cessioniste, qui prend appui sur l’exemplarité des actions du Christ souligne, à l’adresse du pape, la nécessité impérative de s’en faire l’imitateur12. Étayée par l’autorité de Grégoire le Grand, dans son Homélie XIV à l’Évangile de Jean, la référence à la figure du Bon Pasteur fonctionne à la fois comme un argument rationnel décisif en faveur de l’excellence de la voie de cession, que défend l’Epistola parisiensis, et comme un ressort rhétorique efficace dans le discours de persuasion qui y est développé. Elle permet de poser l’équivalence entre voie de perfection et voie de cession : il n’y a rien de plus parfait que de donner sa vie – thème johannique – ; a fortiori, le Pasteur suprême de l’Église, s’il veut être digne de ce titre, doit-il céder sa place pour une gloire éternelle, car la cession est plus agréable que tous les autres actes héroïques, martyre y compris13.

  • 14 Le texte anonyme du manuscrit Paris, BnF, lat. 14643, fol. 265-267, intitulé Conclusiones circa jur (...)
  • 15 Narratio et gravamina, Paris, BnF, lat. 14643, fol. 311 ; Du Boulay, Historia Universitatis Parisie (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid. : Cessisse potius sibi quoad animam profuisset, quam dignitatem retinuisse.
  • 18 Ibid.

8Après cet écrit programmatique en vue d’édicter la supériorité de la voie de cession, dans lequel l’argument du Bon Pasteur est érigé en modèle du don de soi pour le salut du troupeau, c’est-à-dire comme modèle de cession, les écrits universitaires majoritairement cessionistes et anti-pontificaux reprennent la péricope comme une arme désormais affûtée au service de la voie de cession. Plusieurs témoins textuels entreprennent de poursuivre, par ce biais, la démonstration de l’excellence de la via cessionis14. En janvier 1396, les Narratio et gravamina rédigées par l’Université de Paris reprennent à leur tour la péricope johannique du Bon Pasteur en franchissant le pas d’une mise en cause du pape. Le texte se concentre sur l’indignité du mauvais pasteur, incapable de protéger ses brebis, pour énoncer une conséquence majeure : s’il est indigne, pourquoi lui obéir ? Si oves sub tali Pastore se cognoverunt periclitari, numquid ab obedientia talis Pastoris recedendum15 ? Si les brebis se savent en danger, pourquoi ne pas retirer l’obéissance à un tel pasteur ? Cessioniste, la ligne est déjà, on le voit, soustractionniste. D’où son insistance sur la négligence du pasteur, son indignité, son incompétence et les dangers qui en découlent16. Après avoir souligné qu’il y a plus de profit à démissionner qu’à retenir la dignité pontificale17, le texte conclut sur l’impératif de contraindre le pape à démissionner : Talis Pastor debet a se tanquam indignus removeri et ad cedendum per premissa compelli18.

9Autre témoin de la tendance cessioniste parisienne, Pierre le Roy, docteur en Décret, conseiller du roi et abbé bénédictin de Saint-Michel, rédige, au nom de l’Université de Paris et sur ordre du roi, un mémoire à l’adresse du roi d’Angleterre pour le rallier à la voie de cession. La formule est ramassée, précise et concise qui résume toute la thèse en énoncé syllogistique :

  • 19 Pierre le Roy, Factum pro facto unionis Ecclesiae coram Rege Angliae, Anno 1395, Paris, BnF, lat. 1 (...)

Parce qu’il est lui-même comme le bon Pasteur tenu de donner sa vie pour ses brebis (autrement il ne serait pas le bon Pasteur, ni n’aimerait le Christ, ni n’en serait le Vicaire), il l’imite. Donc combien plus lui-même est-il tenu de démissionner du pontificat (Ergo multo magis ipse tenetur cedere papatui)19.

10La force de l’argument est d’interdire toute échappatoire : en tant que bon pasteur, parce que vicaire du Christ, le pape se doit de l’imiter totalement, jusqu’au point de « donner sa vie » en démissionnant.

11L’exclusivité argumentative de la métaphore du Bon Pasteur, réquisitionnée par le camp cessioniste – déjà soustractionniste – est si nette qu’aucun des juristes ou des partisans de Benoît XIII (Gerson par exemple) n’use de la citation. Leur silence sur ce point n’en est que plus éloquent. Au fil des débats, la péricope a fourni son autorité à une argumentation subversive pour eux, dont il leur faut déjouer la puissance.

Affrontements entre obédiences par exégèses interposées

  • 20 Nicolas de Fakenheim, ofm, Determinatio fratris Nicolai Fakenheyn Fratrum Minorum Anglie provincial (...)
  • 21 Le thème du jugement de Salomon envers les deux mères apparaît par exemple dans le sermon de Jean G (...)

12Dans le contexte de l’ambassade française des universitaires en Angleterre, c’est un franciscain, Nicolas de Fakenheim, qui répond à Pierre le Roy, vers le 5 novembre 1395. Il se fait le porte-parole du roi d’Angleterre et de son royaume, dont on sait qu’ils se placent résolument dans le camp du pape romain – à cette date, Boniface IX. Cette réponse, foncièrement anticessioniste, s’inscrit pleinement dans la polémique opposant les tenants des obédiences romaine et avignonnaise. Pour notre propos, elle présente surtout l’intérêt de récupérer d’une autre manière la figure du pasteur selon l’Évangile de Jean. Voici l’argument central : celui des deux papes de l’Église qui renonce à sa charge est le vrai Pasteur. Par voie de conséquence, celui qui refuse de démissionner se démasque comme étant l’intrusus. Ainsi, le refus obstiné de Benoît XIII face à la voie de cession valide, pour l’auteur anglais, la vérité de Boniface IX, pape : Benoît XIII, en démontrant son incapacité à imiter le Christ, est ipso facto déchu de son statut de Vicaire du Christ, comme faux pape et usurpateur (antipapa, usurpator, invasor)20. On voit bien ainsi comment l’argumentation a glissé du bonus pastor au verus pastor. Apparaît alors la scène, magistrale sinon unique dans les écrits du Grand Schisme, du jugement de Salomon21. Le vrai pape se reconnaît à ce qu’il donne sa vie pour ses brebis, comme la vraie mère a été reconnue à ce qu’elle a renoncé à sa maternité par amour pour son enfant :

  • 22 Nicolas de Fakenheim, op. cit. n. 20, ici p. 597-598.

Or, l’affection des parents pour leur progéniture est si grande que les entrailles maternelles ne peuvent souffrir la mort d’un enfant. Aussi la mère préfère-t-elle plutôt se priver du statut de parent que de voir son enfant coupé en deux, comme on le voit dans le IIIe Livre des Rois : la mère préfère plutôt être privée du nom de mère et du droit maternel, l’abandonnant à l’autre en lui donnant son propre enfant, que de voir son petit coupé en deux. Donc, a fortiori, le bon pasteur choisit-il plus rapidement de se priver de son nom de pasteur que de laisser le troupeau du Seigneur se disperser. S’il le refuse, c’est la preuve la plus manifeste qu’il n’est pas le pasteur du troupeau, mais bien plutôt le mercenaire à qui il ne revient pas de s’introduire parmi les brebis22.

13D’où la démonstration :

  • 23 Ibid., p. 598 : Clare videtur sequi, quod ex quo in tantum commota sunt viscera domini nostri pape (...)

On voit clairement la conséquence à savoir que, dans tant de troubles, les entrailles de notre seigneur le pape Boniface sont remuées de sorte qu’il choisit plus vite de renoncer à son droit en faveur de l’autre, que de permettre la division et le schisme dans l’Église, […]. Il semble s’ensuivre, du fait qu’il ait clairement le droit paternel dans l’Église, dans l’urgence de la situation, qu’il faille plutôt abandonner le nom de « père de l’Église » ou l’honneur du pontificat, plutôt que de permettre que sa fille unique l’Église catholique soit déchirée par ce détestable schisme. Donc la conclusion est vraie23.

14Alors que la péricope johannique du bonus pastor était invoquée par cessionistes et anti-cessionistes comme argument d’autorité dans un débat portant sur la dignité de Benoît XIII, Nicolas de Fakenheim en détourne l’usage pour la mettre au service d’une démonstration canonique en faveur de Boniface IX, par l’insistance sur le verus pastor. Comme pour Salomon, l’auteur affirme que, par cette épreuve, la vérité a éclaté. D’où l’inutilité de mettre en œuvre la voie de cession, puisque l’on sait qui est le vrai pape !

15Surgit alors, à l’appui de cette position, une autre exégèse du verset johannique : renoncer à sa charge, c’est déserter. La voie de cession est désertion :

  • 24 Ibid., p. 595.

Aucun pasteur authentique de l’Église ne doit renoncer à sa charge pastorale, dès lors qu’il peut garder convenablement le troupeau que Dieu lui a confié. Puisque donc le seigneur Boniface est le vrai pape de l’Église du Christ, comme on le montrera avec évidence dans les conclusions qui suivent, et puisqu’il suffit de faire paître ses brebis par l’instruction de la parole, par l’exemple des bonnes mœurs, par le sacrement de l’Eucharistie et par des secours temporels, le seigneur Boniface, vrai pasteur de l’Église, ne doit donc en aucun cas renoncer au pontificat (Nullo modo debet dominus Bonifacius verus pastor Ecclesie renunciare papatui), si l’union du troupeau du Seigneur est possible à réaliser par une autre voie que la cession. Telle est la conclusion qu’il faut démontrer24.

16On le voit, dans l’année 1395, en quelques mois, le thème du bonus pastor a suscité diverses exégèses, suffisamment fortes et différenciées pour jouer le rôle de marqueurs d’identité. Pour les cessionistes, la rhétorique du bonus pastor est l’argumentation centrale pour démontrer l’indignité d’un Benoît XIII obstiné et réfractaire, en prélude à la soustraction. Pour les canonistes du pape avignonnais et les anti-cessionistes, l’interprétation du thème subit une torsion liée à la nécessaire réfutation exégétique : toute démission est désertion et donc manquement aux devoirs du pasteur, le pape. Enfin, dans le camp romain, le thème a glissé du bonus au verus pastor pour se réinscrire dans la polémique initiale (celle des années antérieures à 1394), à savoir la question du vrai ou du faux pape.

1398-1402 : manipulations discursives du thème du Bon Pasteur au rythme de la soustraction et de la restitution d’obédience

Réemploi dans la rhétorique réformatrice

17Le 28 juillet 1398, la soustraction d’obédience est votée et proclamée par ordonnance dans le royaume de France. Il ne s’agit plus d’en débattre. Ce que l’on observe à ce moment, c’est la manière dont le thème du Bonus Pastor, loin de disparaître, est désormais exploité au service d’une rhétorique plus largement réformatrice.

18Dans son traité de 1398, Tractatus Episcopi Condomiensis contra papam, en neuf parties, d’inspiration très augustinienne, Bernard Alaman, évêque de Condom, insiste sur la distinction entre le pasteur et le mercenaire. Le bon pasteur entre par la porte ; le mercenaire et le voleur entrent par une autre voie. Glissant sur les versets 1-2 et 7-9 du même chapitre 10 de l’Évangile de Jean, Bernard Alaman contourne la charge polémique du verset cessioniste pour disserter plus largement sur l’essence du bon pasteur et son antonyme le mercenaire, le mauvais pasteur. Le bon pasteur entre par la porte, car seul le Christ est le Pasteur et la Porte. Bernard Alaman s’inscrit dans ce qu’il y a de plus classique dans l’interprétation de la péricope :

  • 25 Bernard Alaman, Tractatus (1398), Paris, BnF, lat. 14644, fol. 13-48, ici fol. 34 : Cum legeretur p (...)

On lirait, comme tu le remarques par exemple qu’il a désigné un pasteur, qu’il a désigné un mercenaire, qu’il a désigné un voleur. Il dit que le pasteur donne sa vie pour ses brebis et entre par la porte ; il dit que le voleur et le larron escaladent par une autre entrée ; il dit « mercenaire », « loup » ou même « voleur », s’il le voit fuir, parce qu’il n’a pas soin de ses brebis : il est en effet mercenaire et il n’est pas pasteur. […] Il faut aimer le pasteur, tolérer le mercenaire, se méfier du voleur25.

  • 26 Ibid., fol. 18 : Ut ibi ab illis honorentur et pascantur, quasi de ipsis negociantes ad voluntates (...)
  • 27 Ibid., fol. 30v.
  • 28 Ibid., fol. 33.
  • 29 Ibid., fol. 46 : « [Le pape n’est] pas le successeur en grâce du Christ, mais le successeur de Sata (...)

19Et l’auteur de développer toute une rhétorique de dénonciation des faux pasteurs, pseudo-pastores26, rapaces, loups, non responsables du troupeau du Seigneur. Ce qui accompagne ces accents traditionnels de toute littérature réformatrice, c’est, de manière plus inédite, la vision d’une ecclésiologie christocentrée dans laquelle le Christ serait seul la tête de l’Église. L’Église est fondée sur le Christ seul : Ecclesia fundatur in Christo27. Il faut arrêter de dire que le pape est la tête de l’Église. Si l’Église est fondée sur la pierre qu’est Pierre, c’est que le Seigneur a voulu que ce Pierre soit lui-même pasteur et aussi que les autres le soient, mais qu’ils le soient en Lui, le Christ unique : Voluit etiam Dominus ipsum Petrum esse pastorem et alios etiam esse pastores tamen in se ipso Christo uno28. Et la conclusion du traité trahit bien la position contestatrice et réformiste de Bernard Alaman envers l’ecclésiologie monarchique, qui aboutit à faire du pape un faussaire : Non successor gratiosus successor Petri sed Sathanas, non pastor gregis sed fur et latro, non romanus pontifex sed potius fex romana29.

20Dans la même veine de dénonciations réformatrices, en 1400, Nicolas de Clamanges, dans son Traité de la ruine de l’Église, insiste sur les stéréotypes de dépravation du clergé sous la métaphore des mauvais pasteurs dans un style typique des lamentationes Ecclesie, en référence aux imprécations de Jr 23, qui représentent les topoi de toute tradition réformatrice. La métaphore pastorale y est largement exploitée, pour dénoncer les mercenaires. Prenons l’exemple de l’absentéisme des prélats :

  • 30 Nicolas de Clamanges, De ruina et reparacione Ecclesie, Leyde, 1613, p. 132 et 135 : Non debet quod (...)

Plusieurs de ceux qui sont Evesques, voire de long temps, n’ont iamais entré en leurs villes, ne veu leurs Églises, n’ont oncques visité leurs lieux ou dioceses, ni cogneu la face de leur bestial, n’ont ouy la voix ny senty leurs navreures, sinon celles que eux mesmes ont faites en les despouillant par des mercenaires estrangers. Je les appelle mercenaires estrangers, à raison qu’eux mesmes, sont mercenaires ne cerchant la garde, salut, ne profit du troupeau, ains seulement la retribution du loyer temporel. Par quoy ils sont vrais mercenaires, n’ayant que le nom d’Evesques. […]. Je puis les nommer loups tous deux, en tant qu’ils en font l’office, devorans, dispersans, dechirans et ravissans tout les presens par eux mesmes, les absens par d’autres30.

21On le voit, si sévère, et traditionnelle en même temps, soit cette dénonciation, on n’y lit aucune référence à Jn 10, 11. Le verset est passé sous silence au sein du réemploi plus large de la métaphore pastorale. Rien sur l’offrande de soi des prélats, sur le don d’eux-mêmes à leurs ouailles. Après la soustraction d’obédience et le cortège d’intimidations qui lui sont liées, l’image pastorale perd de sa charge polémique et revient, dans l’usage que l’on en fait, à un fonctionnement plus traditionnel visant à l’édification du clergé.

Glissement vers l’Unus Pastor à l’heure de la restitution d’obédience (1402)

22Lorsqu’en 1402 le vent tourne en faveur d’une restitution d’obédience à Benoît XIII et que les anti-cessionistes reprennent la parole, le thème du Bonus pastor qui dat animam suam…, c’est-à-dire le verset de Jn 10, 11, redevient une marque identitaire des cessionistes dans la reprise des débats. Comme on peut le voir chez G. Ronacensis par exemple, en 1402, la formulation de la position dans son expression la plus concise associe explicitement le ponere animam suam au verbe cedere :

  • 31 G. Ronacensis, Super materia substractionis et restitutionis et reprobationis epistolae Tolosanae, (...)

Quant à l’Université en effet, je crois que l’unique teneur de la lettre publiée concernait l’utilité et l’élection, bien que certains aient écrit d’autres choses en particulier, parmi lesquelles une seule semble le fondement principal, à savoir que, comme le bon pasteur qui doit donner sa vie pour le salut de ses brebis, ainsi le pape, en tant que bon pasteur, est tenu de démissionner pour le salut de ses brebis (sicut pastor pro salute ovium animam ponere debet, ita papa, ut pastor bonus, pro salute ovium cedere tenetur)31.

  • 32 Anonyme, Sicut dicit Isidorus ou Responsiones pro papa ad rationes factas per dominum de Giffone co (...)

23La reprise du débat est réemploi des argumentations forgées en 1395, sans innovation. De même, dans le camp pontifical, les réfutations aussi sont réemplois, comme dans le texte de l’anonyme Sicut dicit Isidorus, polémiste défenseur de Benoît XIII, dans lequel la cession est présentée comme une fuite et un abandon de poste : Christus non vocat bonum pastorem illum qui propter timorem dimittit oves videns lupum venientem… sed illum qui expectat cum grege, paratus si opporterat, citius ponere animam suam et vitam suam quam deserere gregem suum32.

  • 33 Comme Pierre d’Ailly qui, dès 1381, écrit dans son Epistola diaboli Leviathan, éd. P. Tschackert, P (...)

24Pourtant, à y regarder de plus près émergent des accents nouveaux ici ou là. Dans le camp anti-cessioniste en particulier, le thème du Bon Pasteur subit une nouvelle torsion en glissant vers celui de l’Unus Pastor, dans la droite ligne des formulations théocratiques de la bulle Unam Sanctam33. De la sorte, l’appropriation identitaire du thème par les cessionistes est contournée. Ce décrochement du bonus vers l’unus s’observe en priorité dans la célèbre Epistola Tolosanae, texte anticessioniste et antiparisien, qui se prononce vigoureusement en faveur de la restitution au pape avignonnais. Appuyé sur l’autorité de saint Bernard, le texte énonce en ces termes le thème de l’Unus pastor :

  • 34 Epistola Tolosanae, Du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, op. cit. n. 15, V, p. 10.

Décidez ainsi de faire vaciller un tel statut qui s’appuie sur un fondement si solide et dont Bernard dit qu’il est le Grand Prêtre, le Pontife Suprême, le Prince des Évêques, l’héritier des Apôtres, qui est de la race d’Abel, du Gouvernement de Noé, du Patriarcat d’Abraham, de l’Ordre de Melchisédech, de la dignité d’Aaron, de l’autorité de Moïse, du jugement de Samuel, de la puissance de Pierre, de l’onction du Christ. À qui les clés ont-elles été remises et toutes les brebis confiées indistinctement de sorte qu’elles ne soient pas à tous, mais à l’Unique Pasteur de tous les pasteurs (Pastorum omnium unus Pastor) ? À qui, je vous le demande, toutes les brebis – je ne dis pas « des Evêques » mais « des Apôtres » – toutes les brebis ont-elles été absolument confiées par le Christ ? Au seul Pierre. Il lui a été dit : « Si tu m’aimes, pais mes brebis. » Il ne dit pas « les » brebis mais « mes » brebis34.

25Cette unicité du pasteur suprême – le Christ –, légitimation du pasteur terrestre – le pape –, s’enracine dans l’idée d’Unité et d’Unicité absolue, comme dans la tradition rhétorique de la bulle Unam Sanctam. Le bonus pastor est bien devenu unus pastor chez les défenseurs de Benoît XIII, avec les accents théocratiques que cette torsion recèle.

Après 1402 : délitement du thème du Bon Pasteur

  • 35 À titre d’exemple, on ne s’étonnera pas que les plus fervents des cessionistes-soustractionnistes r (...)
  • 36 Jean Gerson, sermon Apparuit gratia Dei, dans Œuvres complètes, vol. V, L’œuvre oratoire, éd. P. Gl (...)

26À la faveur des débats qui ont marqué la recherche de la résolution du Schisme, il est clair que le recours à la métaphore pastorale d’après Jn 10, 11 a conforté les tensions entre partisans de l’une ou l’autre voie, par le jeu d’interprétations divergentes. Aussi les silences qui l’entourent sont-ils parfois plus éloquents que les traités polémiques à charge qui le réemploient35. Dans l’œuvre de Gerson par exemple, l’exégèse de la péricope n’apparaît pas dans les années qui suivent la crise. On aurait pu l’attendre dans son sermon de carême au chapitre de Notre-Dame, sermon sur la vita clericorum inaugurant le synode de Paris, mais rien n’y figure. Si, en 1404 seulement, le thème revient au cours du célèbre sermon de Tarascon, le 1er janvier, Apparuit gratia Dei, en présence de Benoît XIII, c’est que ce sermon, on le sait, signe le basculement de Gerson, jusque-là hostile à la voie de cession, vers plus d’hostilité à Benoît XIII lui-même. Pour la première fois, le chancelier rappelle le devoir des prélats de donner leur vie pour le salut du troupeau36. Pour la première fois également, il réfute les canonistes du pape qui présentent la cession comme une démission :

  • 37 Ibid., p. 88.

C’est pourquoi, puisque le pasteur n’est pas tant tenu de révoquer les brebis qu’il a jugé perdues que de servir les brebis non perdues, ne doit-il pas, pour réunir un seul troupeau, vouloir poursuivre ce mode d’action possible et vraisemblable, même par la démission de son propre troupeau, celui qui lui obéit, si par là les deux troupeaux sont sauvés et unis ? Cela n’est pas là désertion ni fuite du troupeau à la manière d’un mercenaire, mais bien salut et stabilité par la fuite, si l’on peut dire37.

  • 38 Ibid., p. 86 : Paratus sum, inquit, etiam usque ad mortem vel immolationem corporis proprii si ita (...)

27Suit l’enchaînement des abdications suscitées par la péricope : s’il est prêt à donner sa vie, a fortiori devrait-il abdiquer son statut ; s’il est prêt à donner sa vie, comment ne donnerait-il pas son vêtement, sa couronne ou sa mitre38 ?

  • 39 Sur le contexte du synode provincial de Reims et sur Guy de Roye, voir N. Valois, La France et le G (...)
  • 40 Jean Gerson, sermon Bonus Pastor, dans Œuvres complètes, vol. V, L’œuvre oratoire, éd. P. Glorieux,(...)
  • 41 Par la suite, comme en 1409, dans sa Propositio facta coram Anglicis ou dans son Tractatus de Unita (...)

28Plusieurs années après, le 29 avril 1408, lorsque s’ouvre le synode de Reims, en présence de son archevêque Guy de Roye, Gerson laisse de côté la polémique pour édifier le presbyterium du diocèse39. Il énonce ouvertement en incipit de son sermon : Bonus pastor animam suam dat pro ovibus suis, selon l’évangile de la liturgie du jour, deuxième dimanche de Pâques. L’enseignement de ce long sermon, construit, technique et proche d’un souci de formation cléricale conforme au genre du sermon synodal, s’attache à cerner l’office pastoral en son essence (prédication, mœurs, sacrements) : dedit animam suam pro ovibus suis in praedicatione, in operatione, in sacramentorum per mortem ejus vivificatione40. Sciemment, rien n’est dit de la polémique autour de la voie de cession et de la soustraction. Ici, pour les besoins du moment, Gerson entend désamorcer l’interprétation de la péricope, la vider de son contenu polémique, la réinsérer dans la tradition exégétique qui est la sienne pour lui rendre sa profondeur d’édification et d’exemplarité pastorale41.

29Au fil des mois, au gré des polémiques, au rythme des débats, l’interprétation de la péricope et, en particulier, le verset du Bon Pasteur qui donne sa vie, signal identitaire du discours cessioniste, subissent plusieurs manipulations, par le jeu de l’exégèse à laquelle les partisans des diverses voies de résolution du schisme les soumettent. La métaphore se charge puis se vide de sa subversivité discursive ; l’exégèse se diffracte en interprétations contradictoires, qui tantôt recommandent la voie de cession comme une initiative salutaire, tantôt la dénoncent comme un acte de désertion ; les occurrences et les réemplois du thème alternent avec sa mise en sourdine, son évitement ou son délitement. Finalement, l’ensemble de ces observations montre comment un verset est lu, interprété et manipulé dans un contexte discursif et polémique très précis et très serré, comment il est réemployé et réinvesti, assourdi, évité, voire évidé, bref, comment il vit dans son environnement.

Notes

2 Jr 2, 8, 10, 21 ; 23, 1-3.

3 Ez 34, 1-31.

4 Jn 10, 11 : Ego sum pastor bonus. Bonus pastor animam suam dat pro ovibus suis.

5 Voir entre autres titres, M. Dulaey, « La parabole de la brebis perdue dans l’Église ancienne. De l’exégèse à l’iconographie », Revue des études augustiniennes, 39 (1993), p. 3-22. L’auteur note qu’on a pu recenser jusqu’à 892 représentations de la figure du berger dans l’art paléochrétien.

6 Grégoire le Grand, Homélies sur l’Évangile. Livre I, Homélie XIV, texte latin, introd., trad. et notes R. Étaix, Ch. Morel, B. Judic, Paris, 2005 (Sources chrétiennes, 485), par ex. p. 316 et p. 318 citées dans l’Epistola Parisiensis, BnF, lat. 14643, fol. 50.

7 Voir N. Bériou, « La prédication synodale au xiiie siècle », Le clerc séculier au Moyen Âge. Actes du XXIIe Congrès de la SHMESP, Paris, 1993, p. 219-247, en part. p. 237. Voir aussi C. Beaune, « Messianismo regio e messianismo popolare in Francia nel xiii secolo », Poteri carismatici e informali : chiesa e società medioevali, éd. A. Paravicini et A. Vauchez, Palerme, 1992, p. 114-136.

8 Voir N. Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, vol. I, p. 317, notamment n. 1, puis p. 320.

9 Honoré Bouvet, Somnium super materia schismatis, éd. I. Arnold, L’apparicion Maistre Jehan de Meun et le Somnium super materia scismatis d’Honoré Bonet, Paris, 1926, p. 92 : Si pastor bonus cupiat nominari, benedictus a Domino et in universum mundum, in perpetuum fama sua, in memoriam eius. La grande récompense d’une destitution volontaire, c’est finalement la bonne réputation, la renommée universelle, la mémoire dans les âges. Notons que les grands traités des années 1378-1380 n’évoquent rien sur le thème, ni sur la péricope.

10 Sur la formule Omnis Christi actio nostra est instructio, adage classique de l’enseignement des théologiens depuis le xiie siècle, voir les références principales données par Nicole Bériou dans l’édition des sermons de F. Visconti, Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti, archevêque de Pise (1254/1257-1277) : édition critique, Rome, 2001, p. 358, n. 1.

11 Epistola Parisiensis, BnF, lat. 14643, fol. 49-52, ici fol. 50. Les traductions sont de notre fait. Denique quid perfectius esse potest quam Christi velle sectari vestigia, cuius quelibet actio humana est instructio ? Ad quem circa imitanda vestigia summus Pastor ecclesiae, aut qui se talem iactitat, permaxime astringitur, cui singulari voce ante alios dictum est : « Sequere me ! » ? Cum ergo magister suus, pastor summus Jhesus Christus et boni pastores esse docuerit suam pro grege animam exponere et in exemplum posteris pastoribus suam ipse posuerit, qua directiori via gressus eius sequi potest, eorum uterque quam non suas dicimus animas, neque enim id ab eis exigitur, sed temporalem aliquem modicum honorem, plus laboris quam jocunditatis ?

12 Et plus loin, ibid. : Hec sane non est illa perfectio quam in suis discipulis et in eorum posteris pastoribus, Christus inesse voluit quam que eos imitari precepit cum dixit : « Exemplum enim dedi vobis ut quemadmodum ego feci, ita et vos faciatis » (Jn 13, 15).

13 Ibid., fol. 51 : Si ultro resignare voluerint, verisimile omnino esse debet ex hoc insigniis meriti preclarissimo opere, quo nullum Deo gratius efficere possit, etiamsi martirium forte subierint, sempiternam glorie mercedem cum Christo consecutoros et in beatorum sortem ac numerum ascribendos, cum ex copiosissima et exuberantissima caritate tam celsi opus meriti proveniat, secundum cuius mensuram datur merces.

14 Le texte anonyme du manuscrit Paris, BnF, lat. 14643, fol. 265-267, intitulé Conclusiones circa juramentum conclavis, est un bon témoin de cette affiliation cessioniste, typique du camp universitaire, en cette fin d’année 1395. Un autre exemple est celui de G. Ronacensis, Super conclusione et probatione vie cessionis, BnF, lat. 14643, fol. 258-264, ici fol. 263. Le texte se trouve également dans le manuscrit de Rouen, BM, 1355, fol. 213 bis-223.

15 Narratio et gravamina, Paris, BnF, lat. 14643, fol. 311 ; Du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, IV, 809.

16 Ibid.

17 Ibid. : Cessisse potius sibi quoad animam profuisset, quam dignitatem retinuisse.

18 Ibid.

19 Pierre le Roy, Factum pro facto unionis Ecclesiae coram Rege Angliae, Anno 1395, Paris, BnF, lat. 14643, fol 336-348, ici fol. 340v ; Du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, op. cit. n. 15, IV, 759.

20 Nicolas de Fakenheim, ofm, Determinatio fratris Nicolai Fakenheyn Fratrum Minorum Anglie provincialis, pro Urbano seu Bonifacio, éd. F. Bliemetzrieder, Archivum Franciscanum Historicum, 1 (1908), p. 599 : Omnis Christi vicarius Christum debet imitari in cunctis precipue pastorale officium concernentibus et Ibid., 2 (1909), p. 79-91, ici p. 85 : Non est clarum cunctis christifidelibus, quis sit ille invasor nec quis sit verus pastor.

21 Le thème du jugement de Salomon envers les deux mères apparaît par exemple dans le sermon de Jean Gerson dit Appatuit gratia Dei (1er janvier 1404 à Tarascon), cf. Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, vol. V, § 212, p. 64-90, ici p. 89 : Nonne laudata, nonne victrix effecta est mater illa vera infantis apud Salomonem quae filium maluit integrum abjicere illoque carere quam divisus in suam cederet portionem ? Ou encore dans Jean Gerson, Acta de schismate tollendo, Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, vol. VI, § 265, p. 98. Ou encore dans la lettre de Grégoire XII à Benoît XIII, du 11 décembre 1406, dans Paris, BnF, lat. 12542, fol. 45 entre autres témoins, voir N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, 1901, III, p. 486 et p. 487, note 1.

22 Nicolas de Fakenheim, op. cit. n. 20, ici p. 597-598.

23 Ibid., p. 598 : Clare videtur sequi, quod ex quo in tantum commota sunt viscera domini nostri pape Bonifacii, quod cicius vult jus suum alteri resignare quam scisma et divisionem in Ecclesia permittere […]. Videtur sequi quod, ex quo claret ipsum ad Ecclesiam habere jus paternum, quod in casu premisso cicius deberet nomen paternum Ecclesie sive papatus honorem amittere quam filiam suam unicam Ecclesiam catholicam per istud detestabile scisma divide permittere. Ergo conclusio vera.

24 Ibid., p. 595.

25 Bernard Alaman, Tractatus (1398), Paris, BnF, lat. 14644, fol. 13-48, ici fol. 34 : Cum legeretur puto quod animadvertistas designavit pastorem, designavit mercenarium, designavit furem. Pastorem dicit animam suam ponere pro ovibus et intrare per januam ; furem dicit et latronem ascendere per aliam portem ; mercenarium dicit lupum vel etiam furem si videat fugere quia non est illi cura de ovibus, mercenarius enim est, non est pastor […] Diligendus est pastor, tollerandus est mercenarius, cavendus est latro. Sur l’auteur, voir l’article d’H. Labarthe, « Bernard Alaman, un évêque lecteur de saint Augustin en vue de résoudre le Grand Schisme d’Occident », Revue Mabillon, 18 (2007), p. 193-216. Disponible sur http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00450242.

26 Ibid., fol. 18 : Ut ibi ab illis honorentur et pascantur, quasi de ipsis negociantes ad voluntates et voluptates suas pro libito exequendas exhibent se rapaces, lupos, pseudo-pastores, non gregis dominici directores, sed appropriatores sibi gregum, sub nomine domini perditores. Et manifestius hic : si invicem vel tacite consentirent ut tenentes tenerent : « Oves tuas habes, oves meas habeo. Noli esse molestus esse ovibus meis, dum nec molestus sum ovibus tuis, quia nec istius nec illius sunt oves, sed Christi. »

27 Ibid., fol. 30v.

28 Ibid., fol. 33.

29 Ibid., fol. 46 : « [Le pape n’est] pas le successeur en grâce du Christ, mais le successeur de Satan ; il n’est pas le pasteur du troupeau mais le voleur et le mercenaire ; il n’est pas le pontife romain, plutôt l’immondice romain. »

30 Nicolas de Clamanges, De ruina et reparacione Ecclesie, Leyde, 1613, p. 132 et 135 : Non debet quod multi ex illis qui pastorali apice potiuntur perque annosa tempora potiti sunt, nunquam suas civitates intraverunt, suas ecclesias viderunt, sua loca vel dyoceses visitaverunt, numquam pecorum suorum vultus agnoverunt, vocem audierunt, vulnera senserunt, nisi ea forte vulnera ipsis suis verberibus et spoliis per alienos mercenarios eis intulerunt. Itaque episcopos non sunt nisi inani tantum nomine, quia res per nomen signata procul abest. […] Lupi ambo accomodatius dicendi sunt, utrique enim quod lupi est agunt, vorant, dispergunt, lacerant, diripiunt, hii quidem per seipsos, illi vero pro seipsis per alienos. La traduction française est celle de 1564, dans Escrit de Nicolas Clemangis touchant l’estat corrompu de l’Église, Leyde, 1613, p. 176-177 et 179.

31 G. Ronacensis, Super materia substractionis et restitutionis et reprobationis epistolae Tolosanae, Paris, BnF, lat. 14644, f. 212-229v, ici fol. 216v-217.

32 Anonyme, Sicut dicit Isidorus ou Responsiones pro papa ad rationes factas per dominum de Giffone contra papam et sunt magistrorum solemnium, Vatican, Arch. Segr. Vat., Arm. LIV, t. 23, f. 4-51v et fol. 60-61.

33 Comme Pierre d’Ailly qui, dès 1381, écrit dans son Epistola diaboli Leviathan, éd. P. Tschackert, Peter von Ailli (Petrus de Alliaco) zur Geschichte des grossen abendländischen Schisma und der Reformconcilien von Pisa und Constanz, Gotha, 1877, réimpr. 1968, Appendix, p. 15-21, ici p. 18 : « Le Christ n’appelle pas “bon pasteur” celui qui, voyant le loup venir, abandonne ses brebis par peur, mais celui qui attend avec son troupeau, et, s’il le fallait, prêt plus à donner son âme et sa vie qu’à déserter son troupeau. » Voir aussi dans la même page : Oportet utique quod in unum conveniant seniores videre de verbo hoc, fiatque generale concilium in conveniendos populos in unum. Nam quantum Christus et divisionem horreat et diligat unitatem, vel ex hoc constat, quod mortuus est, ut dispersos congregaret fieretque unum ovile et unus pastor.

34 Epistola Tolosanae, Du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, op. cit. n. 15, V, p. 10.

35 À titre d’exemple, on ne s’étonnera pas que les plus fervents des cessionistes-soustractionnistes réemploient le thème encore en 1406. Voir par exemple les discours de Simon de Cramaud et de Pierre Plaoul au IVe concile de Paris, respectivement le 2 décembre et le 15 décembre, dans Bourgeois du Chastenet, Preuves de la Nouvelle Histoire du Concile de Constance, Paris, 1718, p. 120 et 193.

36 Jean Gerson, sermon Apparuit gratia Dei, dans Œuvres complètes, vol. V, L’œuvre oratoire, éd. P. Glorieux, § 212, p. 64-90, ici p. 75 : Summus Pontifex […] nominatur Servus servorum ; et certe ita servus ut secundum praeparationem cordis etsi non semper secundum exhibitionem operis, ipse vitam suam, quanto magis statum suum exponere pro cujuslibet subditi sui salute nedum pro toto grege teneatur. Hoc ita sentire catholicum est, stabilitum in hoc veritatis verbo : bonus pastor animam suam ponit pro ovibus suis.

37 Ibid., p. 88.

38 Ibid., p. 86 : Paratus sum, inquit, etiam usque ad mortem vel immolationem corporis proprii si ita res exigat, ecclesiasticam unionem procurare ; quanto amplius usque ad proprii status abdicationem ; nam quando daret vitam qui non desereret vestem aut coronam seu mitram ?

39 Sur le contexte du synode provincial de Reims et sur Guy de Roye, voir N. Valois, La France et le Grand Schisme…, op. cit. n. 21, t. IV, p. 81 et n. 1.

40 Jean Gerson, sermon Bonus Pastor, dans Œuvres complètes, vol. V, L’œuvre oratoire, éd. P. Glorieux, § 215, p. 123-144, ici p. 144.

41 Par la suite, comme en 1409, dans sa Propositio facta coram Anglicis ou dans son Tractatus de Unitate Ecclesiae, il relance la charge polémique du thème : Tu qui pastorem te nominas, quantumcumque sis innocens, debes pro ea vel salvanda vel unienda vel non graviter scandalizanda paratus esse ponere vitam propriam, quanto magis praetensam quamlibet dignitatem. Voir respectivement Propositio facta coram Anglicis, dans Œuvres complètes, vol. VI, § 271, p. 125-135, ici p. 133 et Tractatus de Unitate Ecclesiae, ibid., p. 136-145, ici p. 138.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site