Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre, produire, se conduire : Le modèle au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Modèles spirituels et pastoraux

Volghet Hem gheestelic na ende pijnt uu te vasten van allen sonden1

La figure du Christ comme modèle dans Vanden twaelf dogheden, traité des douze vertus/The figure of Christ as model in the Vanden Twaelf Dogheden

Ine Kiekens

Résumé

Vers la fin du xive siècle fut écrit le traité spirituel Vanden twaelf dogheden (Sur les douze vertus). Basé sur le Reden der Unterweisung (Les Instructions Spirituelles) de Maître Eckhart, Vanden twaelf dogheden fut probablement adapté par Godfried Van Wevel, chanoine au couvent de Groenendaal, pour un public de nouveaux novices résidant dans le couvent d’Eemstein. Une modification saisissante dans ce dernier texte se situe au niveau de la représentation du Christ : elle devient en effet plus présente. Dans cette contribution, j’examinerai le modèle du Christ dans Vanden twaelf dogheden. L’intensification de sa figure est probablement due au fait que ce texte est écrit dans une atmosphère qui respire la devotio moderna, mouvement dans lequel le Christ fonctionne comme modèle pour les fidèles. Le but de cette contribution est de voir comment s’est construit ce modèle.

Vanden Twaelf Dogheden(On the Twelve Virtues) was composed towards the end of the 14th century. It was based on the Reden der Unterweisung (The Spiritual Instructions) by Meister Eckhart, and was probably adapted by Godfried van Wevel, who was a canon at the Groenendaal Convent, for the newly-arrived novices residing in the Eemstein Convent. In this text the adapter has strikingly modified the representation of Christ, making his presence much more intense. In my article I examine the modelization of Christ in the Vanden Twaelf Dogheden. The intensification of Christ’s presence was probably due to the fact that the text was written when the spiritual climate was imbued with the particular atmosphere of the devotio moderna. This was a movement in which the faithful would model themselves upon Christ. The aim of my essay is to show how this model was developed.

Texte intégral

  • 1 J. Van Mierlo, Vanden XIJ beghinen ; Vanden XIJ dogheden, Mechelen, 1932 (Jan Van Ruusbroec. Werke (...)
  • 2 Les publications essentielles sur ce sujet sont celles de Th. Mertens, « Boeken voor de eeuwigheid (...)
  • 3 Ces textes sont énumérés dans D. Geirnaert, « Jan van Leeuwen in vertaling. Onderzoek rond een Lat (...)

1Le latin fut longtemps la langue privilégiée de la religion en Europe occidentale. Cependant, vers la fin du Moyen Âge, cette langue dut subir la concurrence des langues vernaculaires. Cette évolution peut être partiellement expliquée par l’augmentation du nombre de femmes religieuses et de laïcs – deux groupes souvent mal ou non-instruits en latin – qui déjà au xiiie et au xive siècle commencent à participer à l’actualité religieuse. La littérature moyen-néerlandaise, par exemple, se compose pour environ 80-90 % de textes spirituels2. Quelques textes de ce corpus ont été largement diffusés et neuf d’entre eux ont été traduits en latin au Moyen Âge même, ce qui trahit leur importance dans le discours religieux3.

  • 4 Vanden twaelf dogheden constitue le texte principal dans mon projet de recherche, « Vanden twaelf d (...)
  • 5 J. Van Mierlo, « Uit de uitgave van het obituarium van Groenendaal », Verslagen en mededelingen va (...)

2Cette contribution s’intéresse à l’un de ces neuf textes, appelé Vanden twaelf dogheden (Sur les douze vertus)4. Ce traité spirituel fut écrit vers la fin du xive siècle par un auteur anonyme, probablement au couvent de Groenendaal, dans la forêt de Soignes, près de Bruxelles, où résidaient les fameux mystiques Jan Van Ruusbroec († 1381) et Jan Van Leeuwen († 1378). Déjà au xve siècle, le traité fut attribué à Ruusbroec. Néanmoins, dans la deuxième moitié du xxe siècle, J. Van Mierlo a démontré que ce mystique n’était selon toute probabilité pas à l’origine de ce texte. Selon son hypothèse – qui est aujourd’hui largement acceptée par les spécialistes du moyen-néerlandais – un autre résident de Groenendaal, du nom de Godfried Van Wevel († 1396), aurait écrit Vanden twaelf dogheden. Ce chanoine fut le procurateur, confesseur et copiste du couvent. Il aurait écrit ce traité à l’instigation de Geert Grote († 1384), fondateur de la devotio moderna, un mouvement de réforme de la fin du xive siècle très répandu aux Pays-Bas au xve siècle. Plus spécifiquement, Van Mierlo estime que Grote avait demandé à Wevel de l’aider à fonder le couvent d’Eemstein, près de Dordrecht aux Pays-Bas, et d’y instruire les nouveaux novices dans la spiritualité de la devotio moderna5.

  • 6 Cf. entre autres exemples Th. Mertens, « Ghescreven waerheit blivet staen. De receptie van Ruusbro (...)

3La circulation de Vanden twaelf dogheden ne s’est toutefois pas restreinte aux cercles de ce mouvement de réforme. Le traité fut adapté en allemand et en latin et fut en usage dans les réformes catholiques et protestantes du xvie au xviiie siècle. De plus, à partir de ces adaptations, le texte fut traduit en français, espagnol, portugais, italien, anglais et néerlandais et se répandit ainsi dans toute Europe6.

  • 7 L’auteur traite successivement l’humilité, l’obédience, la résignation, la patience, le détachemen (...)
  • 8 J. Quint, Meister Eckharts Traktate, Stuttgart, 1963 (Meister Eckhart : die deutschen und lateinis (...)

4Vanden twaelf dogheden comprend douze chapitres, dans chacun desquels une vertu spécifique ou une manière d’obtenir la vertu générale est discutée7. L’aperçu de Wevel n’est pas très connu. En effet, il ne s’agit pas de vertus cardinales ou de vertus théologales, ni de vertus exclusivement monastiques ou même civiques, mais d’une nouvelle série de vertus. Le contenu du texte est essentiellement basé sur une adaptation en moyen-néerlandais des Reden der Unterweisung (Les instructions spirituelles) de Maître Eckhart, qui écrivit ce texte pour des novices du couvent d’Erfurt, dont il fut prieur. La structure de Vanden twaelf dogheden – une énumération des vertus accompagnée de leurs descriptions – est probablement fondée sur celle de Die geestelike brulocht (Les noces spirituelles) de Ruusbroec, auquel Wevel a aussi emprunté quelques passages8.

  • 9 Quint, Meister Eckharts Traktate…, op. cit. n. 8 ; Lücker, Meister Eckhart…, op. cit. n. 8 ; Ubbin (...)

5Vanden twaelf dogheden fut donc probablement écrit pour un public de novices qui devait encore se familiariser avec la spiritualité monastique et les mœurs de la devotio moderna. Que Wevel ait choisi une adaptation des Reden d’Eckhart, qui étaient également destinés aux novices, comme point de départ de son propre traité ne peut donc pas étonner. Cependant, Wevel ne fut manifestement pas satisfait de sa source, qu’il a profondément adaptée. Il se comporte comme un véritable précepteur : les passages qui pouvaient se révéler trop complexes pour le niveau des novices sont simplifiés, reformulés ou pourvus d’explications supplémentaires9.

6Une modification saisissante concerne la représentation du Christ, car sa figure est plus présente et plus prononcée que dans les Reden et dans l’adaptation en moyen-néerlandais. C’est la représentation du Christ dans Vanden twaelf dogheden qui fait l’objet de cette contribution. Il est probable que l’intensification de la figure du Christ soit due au fait que Wevel avait écrit son texte dans une atmosphère qui respirait la devotio moderna, le mouvement dans lequel le Christ apparaît comme modèle pour les fidèles. Cependant, il est intéressant de voir si cette érection du Christ en modèle fut effective.

La représentation du Christ dans Vanden twaelf dogheden

7Le Christ joue un grand rôle dans Vanden twaelf dogheden. On peut même dire que sa figure constitue le fil rouge du texte. Il est possible de discerner trois catégories de descriptions du Christ : les descriptions de son identité, celles de sa vie et de ses actions, et enfin celles qui présentent le Seigneur comme exemple pour les fidèles. Dans ce qui suit, nous examinons des exemples représentatifs de chacune de ces catégories.

L’identité du Christ

  • 10 Van Mierlo, Vanden XIJ dogheden, op. cit. n. 1, p. 266-267, 308.
  • 11 Ibid., p. 296.
  • 12 A. Ampe, De geestelijke grondslagen van den zieleopgang naar de leer van Ruusbroec. Schepping en c (...)

8Dans le cas de Vanden twaelf dogheden, ces descriptions se retrouvent le plus souvent adjointes au nom du Seigneur. Ainsi, le Christ est décrit comme Jhesus-Cristus, onse lieve Heer, Cristus onse wonderlike ghetrouwe Vrient, ou Cristus, onse suete Vrient (respectivement : « Jésus-Christ, notre Seigneur bien-aimé » ; « Le Christ notre Ami merveilleusement fidèle » et « Le Christ, notre doux ami »10). Dans quelques cas, le nom du Christ est resté sous-entendu, comme dans onse ghetrouwe, lieve Vrient, « notre fidèle et bon Ami »11. Dans tous ces exemples, nous constatons que l’accent est mis sur l’élément affectif : le Christ est notre ami, il est fidèle, aimable et gentil. Cet élément affectif n’est pourtant pas présent dans une même mesure dans les Reden. Il est possible que Wevel se soit inspiré des textes de Ruusbroec, dans lesquels le Seigneur est en effet aussi représenté comme ami des fidèles12.

La vie et les actions du Christ

9Une attention particulière est réservée à la Passion ou à la Rédemption du Christ. La souffrance du Seigneur est accentuée : comme le Christ est mort pour les fidèles, c’est ainsi qu’Il les a sauvés, prenant sur Lui tous leurs péchés. En voici quelques exemples :

  • 13 Van Mierlo, Vanden XIJ dogheden, op. cit. n. 1, p. 302.
  • 14 Ibid., p. 232.

ende dat hi sine bittere marteli ende
sijn scandelike doot ende al sijn leven, dat vol trouwen was13,
[et que sa torture amère et sa mort honteuse et toute sa vie, qui était pleine de fidélité]
daer Hi henc anden cruce in so groter bitterliker scanden : sijn armen opgheloken hem te ontfaen ; sijn hoeft neighede hem te cussen, sijn herte oploec hem daer in te woenen, sijn bloet ghestort hem daer in te wasschen14
[qu’il était accroché à la croix, dans une honte si grande et amère : ses bras levés pour le recevoir ; sa tête se penchait pour l’embrasser, son cœur s’ouvrait pour l’y faire loger, son sang s’écoulant pour l’y laver.]

10Il est clair que ces deux exemples illustrent la Rédemption du Christ sans référence à un thème spécifique et qu’ils veulent uniquement montrer le sacrifice du Seigneur. Cependant, nous pouvons noter dans quelques passages que la souffrance du Seigneur est aussi associée avec deux des vertus discutées dans Vanden twaelf dogheden, à savoir l’obéissance et la résignation :

  • 15 Ibid., p. 254.

die een Heer is
alre heren, dat hi ghelaten ende ghehoersam gheweest heeft
totter doot, ja totter doot des crucen15
[qui est un Seigneur en dessus de tous les seigneurs, qui s’est résigné et qui a été obéissant jusqu’à la mort, oui, jusqu’à la mort par la croix]

  • 16 Ibid., p. 265.

11Toutefois, Wevel évite de trop discuter la mort du Seigneur. Ainsi il écrit après un exposé sur la crucifixion qu’il ne veut pas continuer sur ce thème, de peur d’affliger quelqu’un : so laet ict nu mitten minnesten, want ic duchte dats yemant verdrieten mochte16 (« je quitte maintenant ce passage, parce que je crains que cela ne puisse affliger quelqu’un »). À côté des passages sur la Rédemption du Christ, le texte contient de nombreux passages exprimant une action du Christ, souvent celle de parler, comme dat Christus ye ghesprac ou Want onse lieve Heer Jhesus Cristus heeft ghesproken inden heilighen evangelio (« Car notre bon seigneur Jésus-Christ a parlé dans les saints évangiles »). Il est clair que Wevel veut présenter le Seigneur comme autorité : Il a le droit de parler et, ainsi, d’instruire les fidèles.

Le Christ comme modèle exemplaire pour les fidèles

12Cette catégorie est la plus élaborée dans Vanden twaelf dogheden. Dans chaque chapitre, de telles descriptions sont systématiquement intégrées. Ainsi, chaque chapitre commence par une définition et une description de la vertu ou de la manière dont la vertu présentée doit être recherchée. Ces passages sont toujours suivis par des histoires exemplaires où le Seigneur excelle dans la vertu présentée. Ainsi le Christ constitue-t-il l’exemple par excellence pour les fidèles, qui doivent aspirer à imiter sa vie et sa vertu. Dans quelques cas, c’est le Christ lui-même qui les incite à le prendre pour exemple :

  • 17 Ibid., p. 227.

als ons
Cristus selve leert ende spreect : Leert van Mi, dat Ic bin
sachtmoedich ende oetmoedich van herten17.
[comme le Christ lui-même enseigne et dit : Apprends de moi, que je suis doux et humble de cœur.]

13Cependant, il y a une restriction importante. Si les fidèles devaient imiter la vie et la vertu du Christ, ils devraient le faire uniquement au niveau spirituel, non au niveau physique. Ainsi Wevel explique-t-il :

  • 18 Ibid., p. 308.

Ende daer-om sel die mensche seer begheren ende daer-na staen, dat hi Cristum verstandelike na-volghe, dat si te weten, wat Cristus, onse lieve Vrient, meest ghemient heeft inden na-volghen. Dat heeft Cristus, onse lieve Vrient, alre-meest van ons ghemient, dat wi Hem na-volghen souden in minnen ; dat is, Hem te minnen ende onse even-kersten18.
[Et voilà ce que l’homme doit réellement convoiter et aspirer, qu’il imite le Christ sur le plan spirituel, s’il veut savoir ce que le Christ, notre Ami gentil, a le plus aimé dans l’imitation. C’est ça que le Christ, notre Ami gentil, a le plus aimé de nous, que nous le suivions dans l’amour, c’est-à-dire l’aimer et aimer nos voisins.]

14Afin que tous les lecteurs de Vanden twaelf dogheden puissent comprendre l’essence de ce message, Wevel le répète un peu plus loin :

  • 19 Ibid.

Daer-om ist beter te achten ene verstandelic gheestelic werc, dan een lijflic werc. Want, als Cristus, onse suete Vrient, vaste. xl. daghe, also volghet Hem gheestelic na ende pijnt uu te vasten van allen sonden19.
[Voilà pourquoi il est mieux d’estimer une œuvre mentale et spirituelle qu’une œuvre physique. Car, si le Christ, notre doux Ami, a jeûné pendant quarante jours, alors suivez-le spirituellement et faites l’effort de jeûner de tous les péchés.]

15Pour les fidèles, il est impossible de se comporter complètement comme le Christ. Le Christ fait en effet partie de la Sainte-Trinité et se trouve ainsi à un niveau supérieur à celui de l’homme ordinaire. Le Christ pouvait jeûner pendant quarante jours, alors que cette action est impossible aux fidèles. Au lieu d’appliquer le jeûne de façon aussi extrême, les fidèles doivent imiter le Christ spirituellement en faisant le jeûne de leurs péchés.

16Dans cette optique, il est aussi intéressant d’examiner la fonction des saints et apôtres comme exemples pour les fidèles. Tout comme le Christ, les saints et les apôtres eux aussi excellent dans la vertu. Cependant, leur attitude n’a pas toujours été exemplaire. Comme le dit Vanden twaelf dogheden, les saints et les apôtres, avant de devenir des exemples de vertu, n’étaient souvent pas aussi vertueux, bien au contraire :

  • 20 Ibid., p. 296.

wie was onse Heer ye die liefste, of
die hem heimeliker waren dan die apostelen ? Dier en bleef nie ghien, hi en viel in sonden, ende die een swaerliker dan die ander20
[qui, de notre Seigneur, étaient plus aimés, étaient plus proches de lui que les apôtres ? Il n’en restait aucun, tous faisaient des péchés, l’un davantage que l’autre, l’un plus fort que l’autre.]

  • 21 M. Van Dijk, « Performing the Fathers in the Devotio Moderna », Die räumliche und geistige Ausstra (...)

17De tels passages doivent être interprétés comme des messages d’espérance. Il est garanti par l’exemple des saints et des apôtres que, même si les fidèles ont péché, s’ils se tournent maintenant sincèrement vers Dieu, ils seront pardonnés. Ainsi nous pouvons avancer que les saints et les apôtres constituent eux aussi des modèles. Néanmoins, ils sont représentés comme plus accessibles que le Seigneur, et c’est la raison pour laquelle ils peuvent être considérés comme des modèles plus humains, plus proches des hommes, que le Christ21.

18Le Christ occupe une place importante au sein de Vanden twaelf dogheden. J’ai montré en effet qu’il est possible de discerner trois catégories de passages dans lesquels le Christ figure. Le Seigneur est représenté comme une personne aimable et fidèle qui a, par la Rédemption, souffert pour que l’humanité puisse être libérée du péché. Espérant une place au Ciel, les fidèles doivent exprimer leur reconnaissance en se comportant selon la doctrine chrétienne et en aspirant à une vie vertueuse. Dans cette aspiration les fidèles sont à nouveau aidés par le Christ. Par sa grande vertu il représente en effet le modèle par excellence pour les fidèles. Dans Vanden twaelf dogheden, le Christ est dans chaque chapitre associé à la vertu discutée, de sorte que les lecteurs puissent conclure qu’il excelle dans chaque vertu et qu’il faut l’imiter. Cependant, cette imitation ne doit s’effectuer que sur le plan spirituel, puisque le Christ se situe à un niveau supérieur à celui de l’homme. De cette façon, on demande aux fidèles de faire le jeûne de leurs péchés au lieu de faire le véritable carême. Cette tâche n’est pas toujours facile. C’est la raison pour laquelle le Christ ne constitue pas l’unique modèle dans Vanden twaelf dogheden et dans la devotio moderna en général. Ainsi les saints et les apôtres interprètent-ils les rôles de modèles plus humains et accessibles que le Christ lui-même. Cependant, le message de Vanden twaelf dogheden demeure : pour les fidèles il est nécessaire d’aspirer à une vie vertueuse et de prendre pour modèle avant tout le Christ, suivi par les saints et les apôtres, afin de se procurer une place à la droite de Dieu au jour du Jugement dernier.

Notes

1 J. Van Mierlo, Vanden XIJ beghinen ; Vanden XIJ dogheden, Mechelen, 1932 (Jan Van Ruusbroec. Werken, 4), p. 308. Ma traduction : « Suivez-le sur le plan spirituel et faites l’effort de jeûner de tous les péchés. » Je tiens à remercier le Pr. R. Faesen pour ses suggestions à ce sujet et Caroline Dobbelstein pour la révision de ce texte.

2 Les publications essentielles sur ce sujet sont celles de Th. Mertens, « Boeken voor de eeuwigheid. Ter inleiding », Boeken voor de eeuwigheid. Middelnederlands geestelijk proza, éd. Th. Mertens, Amsterdam, 1993 (Nederlandse literatuur en cultuur in de middeleeuwen, 8), p. 8-35, 361-372 et P. Wackers, « Latinitas en Middelnederlandse letterkunde. Ter inleiding », Verraders en bruggenbouwers. Verkenningen naar de relatie tussen Latinitas en de Middelnederlandse letterkunde, éd. P. Wackers, Amsterdam, 1996 (Nederlandse literatuur en cultuur in de middeleeuwen, 15), p. 9-42, 265-275. Cf. aussi K. Stooker et T. Verbeij, Collecties op orde. Middelnederlandse handschriften uit kloosters en semi-religieuze gemeenschappen in de Nederlanden, Louvain, 1997 (Miscellanea Neerlandica, 15-16).

3 Ces textes sont énumérés dans D. Geirnaert, « Jan van Leeuwen in vertaling. Onderzoek rond een Latijnse excerptencollectie », Queeste, 15 (2008), p. 55-69.

4 Vanden twaelf dogheden constitue le texte principal dans mon projet de recherche, « Vanden twaelf dogheden : une étude exemplaire des fonctions, de la distribution et de l’influence des ouvrages spirituels en moyen néerlandais », Fonds Wetenschappelijk Onderzoek, 2012-2016, sous la dir. du Pr. dr. Y. Desplenter (UGent) et du Pr. dr. V. Fraeters (UAntwerpen). J’utilise l’édition de Van Mierlo, Vanden XIJ dogheden, op. cit. n. 1.

5 J. Van Mierlo, « Uit de uitgave van het obituarium van Groenendaal », Verslagen en mededelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Taal-en Letterkunde, 54 (1941), p. 429-458. Cf. aussi V. Fraeters, « De fabricatie van een tekst. Toe-eigeningsmechanismen in tekst en traditie van Pseudo-Ruusbroecs Vanden twaelf dogheden », Volkskunde. Driemaandelijks tijdschrift voor de studie van de volkscultuur, 104 (2003), p. 85-104 et W. Scheepsma, « Das mittelniederländische Nachleben der Erfurter Reden Meister Eckharts », Meister Eckharts Erfurter Reden in ihrem Kontext, éd. D. Gottschall et D. Mieth, Stuttgart, 2013 (Meister-Eckhart-Jahrbuch, 6), p. 131-152.

6 Cf. entre autres exemples Th. Mertens, « Ghescreven waerheit blivet staen. De receptie van Ruusbroecs werken, Een claer verlicht man. Over het leven en werk van Jan van Ruusbroec (1293-1381), éd. E. P. Bos et G. Warnar, Hilversum, 1993 (Middeleeuwse studies en bronnen, XXX-VIII), 73-82 et J.-M. Gueullette, Eckhart en France. La lecture des institutions spirituelles attribuées à Tauler 1548-1699, Grenoble, 2012.

7 L’auteur traite successivement l’humilité, l’obédience, la résignation, la patience, le détachement, la quête de la présence de Dieu, la bonne volonté, le péché et la vertu, le repentir, la pénitence. Cette dernière est discutée dans deux chapitres (11-12).

8 J. Quint, Meister Eckharts Traktate, Stuttgart, 1963 (Meister Eckhart : die deutschen und lateinischen Werke. Die deutschen Werke, 5) ; M. A. Lücker, Meister Eckhart und die Devotio moderna, Leyde, 1950 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters, I) ; R. A. Ubbink, De receptie van Meister Eckhart in de Nederlanden gedurende de middeleeuwen. Een studie op basis van middelnederlandse handschriften, Amsterdam, 1978 (Amsterdamer Publikationen zur Sprache und Literatur, 34) ; Fraeters, « De fabricatie van een tekst… », loc. cit. n. 5, p. 85-104 ; Scheepsma, « Das mittelniederländische Nachleben… », loc. cit. n. 5, p. 131-152 ; Gueullette, Eckhart en France…, op. cit. n. 6.

9 Quint, Meister Eckharts Traktate…, op. cit. n. 8 ; Lücker, Meister Eckhart…, op. cit. n. 8 ; Ubbink, De receptie van Meister Eckhart…, op. cit. n. 8 ; Gueullette, Eckhart en France…, op. cit. n. 6.

10 Van Mierlo, Vanden XIJ dogheden, op. cit. n. 1, p. 266-267, 308.

11 Ibid., p. 296.

12 A. Ampe, De geestelijke grondslagen van den zieleopgang naar de leer van Ruusbroec. Schepping en christologie, Tielt, 1951 (Studiën en Tekstuitgaven van Ons Geestelijk Erf, 12).

13 Van Mierlo, Vanden XIJ dogheden, op. cit. n. 1, p. 302.

14 Ibid., p. 232.

15 Ibid., p. 254.

16 Ibid., p. 265.

17 Ibid., p. 227.

18 Ibid., p. 308.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 296.

21 M. Van Dijk, « Performing the Fathers in the Devotio Moderna », Die räumliche und geistige Ausstrahlung der Devotio Moderna - Zur Dynamik ihres Gedankenguts, éd. I. Kwiatkowski et D. de Boer, Münster, 2013 (Die Devotio Moderna. Sozialer und kultureller Transfer [1350-1580], 2).

Auteur

Université de Gand

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site