Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre, produire, se conduire : Le modèle au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Véronique Gazeau

Texte intégral

1Si le XLVe Congrès de la SHMESP s’est tenu dans deux villes universitaires, Metz et Nancy, c’est parce que depuis le 1er janvier 2012, les deux universités n’en font plus qu’une, l’université de Lorraine. Notre Société s’était rendue à Nancy en 1981 lors du XIIe Congrès dont le sujet était Les entrées dans la vie : initiations et apprentissages ; les communications parues en 1982 dans les Annales de l’Est aux Presses universitaires de Nancy avaient porté sur le réseau scolaire des campagnes, l’admission dans un métier, la formation théorique et pratique des médecins arabes et français, et sur la fréquentation des universités. D’une certaine manière, le thème choisi par les médiévistes de l’université de Lorraine, Apprendre, produire, se conduire : le modèle au Moyen Âge, s’inscrit dans le prolongement du thème de 1981. Ce sujet a tenu ses promesses et l’on peut se féliciter que de jeunes chercheurs de notre Société aient répondu nombreux à l’appel à communications lancé par le comité scientifique. Après un copieux rapport introductif qui s’apparente davantage à un traité sur la notion de modèle, les communications, au nombre de vingt-quatre, s’articulent autour de plusieurs axes : les modèles religieux et spirituels ont donné lieu à de nombreux articles, tandis que la culture matérielle est bien représentée tout comme le « bon gouvernement », le modèle du voyageur, les savoir-faire et leur transmission ; les modèles littéraires sont abordés également et, dans une modeste mesure, les patrons intellectuels et didactiques. La présence d’une équipe d’archéologues à l’université de Lorraine a certainement encouragé des travaux s’appuyant sur la place des modèles dans la topographie locale et les modes de construction dans les ensembles castraux.

2La réussite d’un congrès de la SHMESP n’est possible qu’avec les efforts matériels de plusieurs institutions que je voudrais remercier. Le conseil scientifique de l’université de Lorraine, l’équipe Histoire et cultures d’Antiquité et du Moyen Âge (HISCANT-MA) et son directeur Guy Vottéro, qui a porté l’organisation matérielle du congrès, le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH) et son directeur Jean El Gammal, l’UFR des sciences historiques et géographiques et son directeur Emmanuel Chiffre, le département d’histoire et l’Institut universitaire de France. Véronique Dieudonné (secrétariat HISCANT-MA) et Lucie Voinson (HISCANT-MA) ainsi que Evelyne Giorgi de l’Atelier diplomatique du CRULH ont œuvré pour assurer le bon déroulement de notre congrès. Les municipalités de Nancy et de Metz, la communauté urbaine du Grand-Nancy en la personne de M. Philippe Bertaud ont également droit à toute notre gratitude.

3Sur la route qui nous conduisit au banquet traditionnel qui se tint au château de Lunéville, magnifiquement reconstruit après l’incendie de 2003, nous avons visité la basilique Saint-Nicolas de Port. Que soient vivement remerciés le conseil général de Meurthe-et-Moselle, M. Yves Ravailler et l’Association des Amis du château de Lunéville ainsi que le président de l’association Connaissance et renaissance de la basilique, M. Thibaut Laplace. À Metz, nous avons travaillé au cloître des Récollets où se sont tenues les séances du congrès puis nous avons visité le musée de la Cour d’Or où le directeur, conservateur en chef du patrimoine, Philippe Brunella, nous a permis de connaître les vestiges archéologiques de la région. Anne Adrian, conservatrice au musée, François Héber-Suffrin et Pierre-Édouard Wagner, conservateur de la bibliothèque municipale de Metz, nous ont accompagnés dans une passionnante visite de Metz. Les enseignants-chercheurs de l’université de Lorraine, Christelle Balouzat-Loubet, Christine Barralis, Patrick Corbet, Léonard Dauphant, Cédric Giraud, Gérard Giuliato, Isabelle Guyot-Bachy, Frédérique Lachaud et Valérie Serdon, ainsi qu’Isabelle Draelants, ex-directrice du Centre de médiévistique Jean-Schneider, méritent notre reconnaissance.

4Le beau volume des actes du XLVe Congrès de la SHMESP est pour chacun de nous l’occasion de rappeler le souvenir de Jean Schneider, professeur à l’université de Nancy. Cofondateur et premier président de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, il a donné son nom au Centre de médiévistique qui a cofinancé ce volume des actes du congrès. Je voudrais associer au doyen Schneider deux professeurs d’histoire médiévale de l’université de Nancy, Michel Bur qui a ouvert ce congrès par une présidence, et Michel Parisse, longtemps directeur de l’Atelier de recherche sur les textes médiévaux (ARTeM), qui a été englobé ensuite dans une unité mixte de recherche CNRS-Université, devenue le Centre de médiévistique Jean-Schneider, dont les membres sont maintenant répartis dans diverses équipes et dont l’Atelier diplomatique du CRUHL est l’héritier direct. Il m’est agréable, d’autre part, au nom de la Société, de remercier les membres du comité scientifique du congrès, Laurent Jégou et Nicolas Drocourt, tous deux responsables des publications de la Société, et parce qu’il va quitter les Publications de la Sorbonne, Patrick Boucheron qui, depuis plusieurs années, veille sur le processus de publication, en un temps record, des actes de nos colloques.

5Une fois encore, le pari a été tenu d’organiser en région un congrès de haute tenue scientifique et de réunir en un volume des travaux dont la lecture fait honneur à la SHMESP.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site