Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets sous contrainte

 | 
Laurent Feller
, 
Ana Rodríguez

Quatrième partie. Contrôler les objets, contrôler les hommes : l’échange contrarié

Du gage-objet au gage-chose

Une étude de cas au sommet de la société urbaine marseillaise à l’extrême fin du xive siècle

Juliette Sibon

Texte intégral

  • 1 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBR), 3B 122, fol. 204-219.

1Le procès qui se tient devant la cour du Palais, tribunal du prince angevin, d’avril à novembre 1394 et qui oppose le chirurgien juif Senhoret de Lunel au noble Peyret Galli, est intéressant à plus d’un titre1. D’abord, il s’agit de l’un des rares litiges autour du crédit recensé dans les archives judiciaires. Qui plus est, le procès met en scène tous les acteurs du crédit « juif » : l’emprunteur (le changeur Guillaume de Troyes), le prêteur juif (le chirurgien maître Senhoret de Lunel) et le capitaliste chrétien (le noble François Galli). L’objet du procès est un gage, mis sous contrainte économique et juridique d’abord, puis détourné et mis sous contrainte sociale. Or, le prêt sur gage ne donne pas lieu à des écritures notariales à Marseille et l’immobilisation d’objets dans le cadre du crédit ne s’observe qu’incidemment dans les sources. Enfin, le document est remarquable dans la mesure où il constitue une déclaration d’inimitié entre un notable juif et un chrétien noble, dans le cadre du crédit, activité qui s’opère pourtant, à Marseille au xive siècle, dans un contexte pacifié.

  • 2 D. L. Smail, The Consumption of Justice. Emotions, Publicity and Legal Culture in Marseille, 1264-1 (...)

2Les affaires portées en place publique, à l’ouïe de tous, ont toujours un enjeu qui n’est que partiellement économique2. Qu’il s’agisse de crédit ou de transactions commerciales, le procès, long – ici d’avril à novembre 1394 – et coûteux, vise à défendre son honneur et sa réputation, à préserver ses réseaux de relations. C’est bien le cas ici, où les pressions sociales sont fortes sur les adversaires, chacun voyant peser sur lui, en sus du soupçon de mauvaise foi et de malhonnêteté, la menace de l’excommunication.

  • 3 La première mention de son décès est délivrée dans un acte notarié daté de mai 1392 (ADBR, 351 E 62 (...)

3Senhoret prend l’initiative de porter l’affaire devant le tribunal angevin le 11 avril 1394. Il accuse Peyret de retenir un gage, à savoir deux livres valant chacun 25 et 10 florins. Trois ans auparavant, en effet, le changeur Guillaume de Troyes est venu emprunter 12 florins à Senhoret, gagés sur ces deux livres. Senhoret s’est alors adressé à François Galli, le père de Peyret, auprès de qui il a déposé les deux livres et récupéré les 12 florins avancés à Guillaume en son nom. Au moment du procès, François est décédé3, Guillaume est prêt à rembourser les 12 florins plus l’usure, et Peyret affirme ne pas détenir les objets. Senhoret s’attache dès lors à prouver la mauvaise foi de Peyret et à obtenir la restitution du gage. Deux ans auparavant, il a fait établir des lettres d’excommunication contre celui ou ceux qui détiendraient les deux objets par l’official de la cour épiscopale de Marseille, Bertrand de Mota, cousin germain du côté maternel de François et de Peyret. En avril 1394, il présente au juge sept témoins, qui sont entendus le 4 juin, à savoir le noble Jean Bonvin, le noble Bertrand de Roquefort, le notaire Étienne Venayssin, Louis Champin, le notaire maître Pons Austracii – qui est aussi le procureur de Peyret dans cette affaire –, Barthélemy Audran et Georges Marin. La dernière comparution enregistrée sur papier date de novembre 1394, tandis que le juge n’a pas encore prononcé sa sentence.

4Les seules pièces judiciaires ne permettent pas de saisir l’issue de l’affaire. On note, pour l’heure, que la plupart des points avancés par Senhoret sont corroborés par les témoins. Senhoret se présente en personne devant la cour – sauf exception, les samedis notamment, jours de chabbat, où il est représenté par Jean de Ysia –, tandis que Peyret est systématiquement représenté par son procureur. On note aussi que Pons cherche à gagner du temps, en ne se présentant pas toujours aux convocations du juge et en négociant des délais. Enfin, Senhoret appelle à témoigner la mère de Peyret, Alamonna. Le juge approuve cette convocation, mais ne fixe aucune date et Alamonna ne vient pas. Bref, tout porte à croire que Peyret est de mauvaise foi. Pourquoi ? Quelle est la raison profonde de cette mise sous contrainte du gage ? Pourquoi les conséquences sociales de cette immobilisation d’objet sont-elles graves pour le juif, ainsi que pour Peyret ?

  • 4 É. Baratier, La Démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1961, p. 70.
  • 5 J. Sibon, Les Juifs de Marseille au xive siècle, Paris, 2011.
  • 6 J. Sibon, « Notables juifs et noblesse urbaine chrétienne à Marseille au xive siècle. Frontières la (...)

5Au xive siècle, la communauté juive de Marseille est l’une des plus grosses de Provence, avec Arles et Aix ; sa taille est estimée entre 1 000 et 2 000 individus, soit 10 % de la population totale de la ville4. Elle est alors constituée d’une frange élargie de notables, parfaitement insérés sur le marché et dans la cité, qui conservent, même après la Peste noire (1348), une grande confiance dans leur présent et dans leur avenir, confiance principalement attestée par l’investissement dans la pierre et dans la terre5. Cette situation repose sur des solidarités entre riches, des relations personnelles fortes et durables, des relations d’amicitia, qui transcendent, au sommet de la société urbaine, les frontières communautaires entre chrétiens et juifs. Cette proximité se révèle par un véritable mimétisme socioculturel entre les élites chrétiennes et juives, lequel passe, par exemple, par l’accumulation patrimoniale, mais aussi par le choix du nom ou la préservation d’un habitat socialement ségrégé6. Elle se révèle aussi dans le cadre des relations économiques, et du crédit en particulier, qui est la face visible dans les sources latines des relations sociales au sein des élites chrétiennes et juives, et de la place de l’infidèle au sommet de la société urbaine marseillaise. Aussi, l’immobilisation du gage par Peyret apparaît comme la négation d’un code d’honneur partagé par les élites chrétiennes et juives de Marseille. En effet, la remise en circulation du gage transcende le seul intérêt du prêteur juif. Ce n’est d’ailleurs pas un enjeu lié à sa condition minoritaire en milieu majoritaire chrétien, mais un enjeu de notable. Toute la haute société urbaine marseillaise est concernée ici, juive ou non.

6Les conditions et les circonstances dans lesquelles Guillaume de Troyes et Senhoret de Lunel se sont trouvés dépossédés invitent à réfléchir sur les liens de confiance et d’amitié entre notables chrétiens et juifs, sur le circuit des capitaux dans l’économie marseillaise et sur le fonctionnement du crédit comme technique de contact et d’insertion des notables juifs reconnus « dignes de foi ». Les temps de l’affaire seront examinés successivement. Tout d’abord, le temps du gage-objet, c’est-à-dire de la mise sous contrainte économique et juridique dans le cadre d’un prêt. Ensuite, le temps des détournements du gage-objet en gage-chose : détournement immédiat, qui manifeste la relation personnelle entre Senhoret et François Galli et qui relève d’un consensus entre les parties ; puis immobilisation par l’héritier de François, éminemment litigieuse, qui ressortit à la contrainte sociale à laquelle Senhoret entend bien échapper. Enfin, nous étudierons la façon dont les livres sont finalement remis en circulation.

Deux livres sous contrainte économique dans le cadre du crédit juif

7Les deux livres sont d’abord mis sous contrainte économique et juridique dans le cadre d’un prêt. La spécificité du crédit juif à Marseille se révèle d’emblée. Les deux livres engagent le changeur, mais aussi le prêteur juif. Ce dernier n’est pas un simple intermédiaire dans la transaction. Il dit avoir agi ut medius mutuo, expression qu’il faut comprendre dans le sens de « maillon central » dans ce circuit de capitaux. Senhoret est donc personnellement impliqué. Il ajoute qu’en tant que medius, il assume le danger et fait face aux risques. Il en va de sa potentia, à savoir de son crédit personnel et de sa capacité à déployer ses activités.

  • 7 J. Shatzmiller, Shylock Reconsidered. Jews, Moneylending and Medieval Society, Los Angeles, 1990 (t (...)
  • 8 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., et « Le crédit et l’entreprise des juifs à Marseille a (...)
  • 9 Sur les laboureurs et les artisans, F. Michaud, « The peasant citizens of Marseille at the turn of (...)

8À Marseille au xive siècle, le crédit juif est dominé par quelques notables de la communauté, dont l’activité a laissé des centaines de traces dans les archives. Pour la première moitié du siècle, Bondavin de Draguignan domine sans conteste7. Dans le dernier tiers, ce sont Salomon de Bédarrides, sa sœur Gineta et son époux Cregut Profach8. Senhoret ne figure pas dans la liste des prêteurs remarqués dans les sources. Toutefois, son rôle dans la circulation des capitaux est tout à fait similaire à celui que jouent Salomon et Cregut. En effet, les gros prêteurs juifs distillent leurs capitaux auprès des laboureurs et des artisans principalement, propriétaires de leurs outils de travail, propriétaires fonciers également, qui sont des entrepreneurs et qui participent au conseil municipal9. Or ces capitaux ont été déposés au préalable, à intérêt, chez les prêteurs juifs, par des membres de la noblesse urbaine marseillaise. Le rôle des prêteurs juifs s’apparente donc à de la banque à proprement parler. Ce sont les prêteurs juifs qui assument tous les risques – essentiellement les retards de paiement des emprunteurs, qui donnent lieu à des écritures notariales et des procédures – et qui créent des liens sociaux en amont comme en aval du crédit.

  • 10 ADBR, 3B 122, fol. 205.
  • 11 D. Boquet, « Faire l’amitié au Moyen Âge », Critique, 63, 716-717, 2007, p. 102-113, et L. Fontaine (...)

9En aval, depuis 1318, le prêt à Marseille est gratuit en théorie. Il est dispensé, selon la formule consacrée, ex cause gracie et amoris. La formule, jamais omise, n’est en rien galvaudée. Les affaires d’argent dans le cadre du crédit juif marseillais sont d’abord des affaires d’« amour » et d’amitié. Ce dernier terme connote explicitement le lien entre Senhoret et son client le changeur Guillaume de Troyes : quidem judeus pactio amicitia quam habebat et habet erga dictum Guillelmum10. Le crédit ressortit au don désintéressé (gratia) et transcende la nécessité économique en créant un lien fort et durable (amor)11.

  • 12 D. Jacquart, Le Milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, 1981, et J. Sibon, Les Juif (...)
  • 13 A. Lunel, « Quelques notes sur les juifs de Marseille au Moyen Âge », Marseille, Revue municipale, (...)

10Senhoret n’est pas un prêteur juif comme les autres. Il est dit magister, c’est-à-dire qu’il a obtenu la licencia practicandi, diplôme reconnu en Provence depuis 1272 et qui l’autorise à pratiquer la chirurgie. Surtout, le titre de magister consacre la qualité d’expert, parfaitement reconnue par la société majoritaire, et confère la fides, la « bonne foi », à titre individuel, au juif pourtant infidèle. Il s’apparente quasiment à un titre de noblesse, de noblesse d’âme tout au moins. Le médecin juif est reconnu pour ses compétences médicales mais aussi pour ses qualités morales. À Marseille au xive siècle, les médecins juifs sont très représentés. On en recense à ce jour trente-huit dans la seconde moitié du siècle, soit un nombre supérieur aux médecins chrétiens connus, à savoir trente-cinq selon les chiffres donnés par D. Jacquart12. Ces médecins juifs sont aussi des intellectuels, détenteurs d’un savoir complexe, témoins du rayonnement de la communauté juive de Marseille dans le paysage intellectuel juif provençal du bas Moyen Âge. L’écrivain A. Lunel, chantre de son Midi natal, l’a exhaussée au rang de « cité-pilote » du judaïsme provençal médiéval, avant Aix et Arles13.

  • 14 G. Freudenthal, « Les sciences dans les communautés juives médiévales de Provence : leur appropriat (...)

11On sait peu de chose sur Senhoret, sinon qu’il est le troisième fils d’Abraham Bonsenhor de Lunel, et l’époux de Clarette, avec qui il a eu un fils. Il apparaît douze fois dans la documentation latine marseillaise entre 1379 et 1395, dans des opérations foncières essentiellement. Senhoret est apparemment un gros propriétaire de vignes et participe à la production viticole marseillaise. Il est dit « citoyen » de Marseille, mais « habitant » de Lunel, foyer dynamique de la culture juive à partir du xiie siècle, avec l’arrivée de la dynastie de traducteurs ibériques, les Tibbonides14. Il est intéressant de noter les liens culturels étroits entre Lunel, partie intégrante du royaume de France depuis 1295, et Marseille, à la veille de 1394, date de l’ordre d’expulsion des juifs de France par Charles VI.

  • 15 É. Baratier et F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1480, t. 2, Paris, 1951, p.  (...)
  • 16 J. Sibon, « La fides des infidèles. Les courtiers juifs de Marseille au xive siècle », dans B. Grév (...)

12Quant à l’emprunteur engagé par le dépôt des deux livres, il s’agit du changeur Guillaume de Troyes, que l’on connaît peu. Outre le procès, on ne retient qu’une seule occurrence datée de mars 1386. Le métier de changeur est puissant à l’origine, étant donné la variété des monnaies dont il faut vérifier le titre et le poids, mais il connaît un véritable déclin tout au long du xive siècle15. Il existe un quartier du change à Marseille, dans une rue parallèle aux quais du port. Le métier semble de plus en plus s’apparenter à du courtage, activité dans laquelle les juifs de Marseille sont nombreux et reconnus pour leurs compétences16. Guillaume représente bien la clientèle active et aisée des prêteurs juifs marseillais du xive siècle, qui fait régulièrement affaire avec des juifs.

  • 17 « Statuts de la ville de Marseille (1252-1257) », II, 19, dans R. Pernoud (dir.), Les Statuts munic (...)
  • 18 B. Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, 1962, p. 645, (...)

13La somme empruntée est de 12 florins, ce qui correspond aux sommes moyennes généralement empruntées aux prêteurs juifs. Elle est empruntée à intérêts. En théorie, on l’a dit, le prêt est gratuit à Marseille depuis 1318. Jusqu’à cette date, le taux d’intérêt légal était de 15 % par an, soit trois deniers par livre et par mois17. Puis, sous l’influence de l’Église, Charles Ier d’Anjou a proscrit le prêt à intérêt à deux reprises au moins, en 1272 et en 1274. Au siècle suivant, le concile de Vienne (1311) entraîne la modification des Statuts de Marseille en février 1318 et le prêt devient ex causa gracie et amoris. Pour autant, l’usure ne cesse pas dans les faits. En 1322, Robert d’Anjou promulgue un édit contre les usuriers. À partir de 1354, la reine Jeanne autorise un intérêt de 10 % par an tout au plus. Simultanément, le conseil municipal statue à diverses reprises et tente de remédier à la perception d’intérêts illicites. En outre, dans les années 1360, Marseille fait l’objet de prescriptions d’enquête contre les usuriers sur l’initiative du pape Urbain V, qui donnent lieu à des campagnes de restitutions d’intérêts illicites18. Malheureusement, la documentation ne permet jamais de connaître les taux effectivement pratiqués, puisque le notaire les dissimule systématiquement dans ses actes.

14Le prêt sur gage, pour sa part, ne donne pas lieu à des écritures publiques. On le perçoit toutefois incidemment grâce à des actes de restitution de gages, des quittances partielles, des reconductions de dettes et des remises de dettes (cessiones et translationes debiti), qui peuvent donner lieu à des demandes de gages de la part du prêteur. Dans l’ensemble, il s’agit de biens fonciers, de vêtements, de linge de maison et de bijoux, d’une valeur toujours largement supérieure à la somme prêtée déclarée, afin de couvrir les intérêts dissimulés et éventuellement les frais de pénalité de retard. Ici, il s’agit de deux livres, l’un de Décrétales et l’autre des Statuts de la ville, législation imposée par Charles Ier d’Anjou entre 1252 et 1257, et composés de six parties. Le premier vaut 25 florins d’or et le second 10. On ne connaît ni leurs dimensions ni leur volume. Quoi qu’il en soit, leur faible encombrement, leur facilité d’identification – grâce au contenu et aux couvertures, en cuir rouge pour le premier, vert pour le second – et leur valeur en font des objets particulièrement adaptés à la mise en gage.

  • 19 R. Aubenas, Cours d’histoire du droit privé, Anciens pays de droit écrit, Aix-en-Provence, 1952-196 (...)
  • 20 ADBR, 3B 17, fol. 142v et suiv.

15En cas de retard de paiement, le prêteur peut recourir à la procédure de lata, qui aboutit à une sanction financière fixée par un juge, ou à la mise en vente du gage à l’encan19. Entre-temps, le prêteur a l’usufruit des objets déposés chez lui par son débiteur. C’est ainsi que François a prêté les ouvrages à son cousin germain Bertrand de Mota, du temps où ce dernier était official à la cour épiscopale de Marseille. Néanmoins, le prêteur doit être en mesure de rendre le gage dès lors que son client souhaite le rembourser. Ce n’est pas toujours le cas. Au moment de la remise en circulation, il existe des litiges, soit que le créancier ne puisse produire l’objet, soit que la valeur réelle du gage fasse l’objet de contestation de la part de l’une ou l’autre des parties. Par exemple, le 26 juin 1325, le Catalan de Sitges nommé Bernard Alcgit, réclame au juif de Marseille Gassonet Durant quinze livres de royaux que la mère de Gassonet, Astes de Curtibus, lui a empruntées sur gages, à savoir contre le dépôt d’une tunique et de trois caisses pleines de corail « de tors », c’est-à-dire de la meilleure qualité20. Bernard a emporté les caisses de corail à Barcelone. Il a alors constaté que le corail qu’elles contenaient était en réalité de moindre qualité. Il les a donc rapportées à Marseille et les a déposées sous scellés dans la boutique du marchand marseillais Jean de Ancus. Après le début de la procédure entamée devant la cour du Palais, un expert, Barthélemy de Salins, est requis et confirme, après examen des trois caisses de corail, que le prêteur catalan a été trompé sur la qualité du produit. Pour sa défense, Gassonet accuse alors Bernard d’avoir lui-même substitué la marchandise. Les pièces du procès s’arrêtent là.

16D’une manière générale, les procédures sur des gages sont à peine amorcées dans les registres de la cour du Palais, ce qui signifie que les litiges sont finalement réglés à l’amiable.

  • 21 ADBR, 3B 122, fol. 214.

17Ici, le cas de figure est un peu différent. D’abord, la procédure dure jusqu’au moment où le juge doit délibérer. Notons qu’elle se prolonge par la seule volonté de Senhoret, sûr de son fait et de ses appuis. Senhoret a pourtant prêté à intérêt ! Or, bien qu’il y ait eu usure, explicitement mentionnée dans les pièces du procès, Senhoret ne se sent pas menacé. Les procès pour usure sont exceptionnels à Marseille au xive siècle : on en recense cinq pour tout le siècle ! D’ailleurs, Senhoret se sert même de l’argument pour défendre sa cause. Il explique qu’il n’a pas de preuve écrite de la transaction financière entre lui et François Galli car tous deux ne voulaient pas être accusés d’infamie, à savoir d’être des usuriers (non volvit habere testes nisi coraterium ad hoc ut infamiam in futurum habere non possit pro lucro sive usuris)21 ! La dissimulation est donc parfaitement admise. L’usure, illégale dans les textes, est licite dans la société. Senhoret ne s’expose pas en avouant prêter à intérêt. On peut noter que l’absence d’écriture notariale révèle surtout la confiance entre lui et François. De toute façon, les reconnaissances de dette étaient systématiquement maquillées en prêts gratuits par les notaires. Donc, si les deux hommes n’ont pas procédé de la sorte, c’est qu’ils avaient coutume de s’entendre tacitement, en toute confiance.

  • 22 Ibid., fol. 214v.
  • 23 D. Lévy-Willard, Le livre dans la société juive médiévale de la France du Nord, Paris, 2008, p. 151 (...)

18La menace qui pèse sur Senhoret dans cette affaire semble tout de même lourde. Il s’agit du herem ou, en latin dans le texte, de la maledictio ad legem Moysi22. De même que Senhoret a pu faire émettre une lettre d’excommunication contre Peyret, Guillaume peut initier une procédure de mise au ban prononcée par le tribunal rabbinique contre Senhoret. Ce dernier viole la jurisprudence juive développée dans les responsa rabbiniques, selon laquelle il est interdit de déposer en gage un livre qui sert déjà de gage23. On ignore si Guillaume a vraiment l’intention de faire une demande de mise au ban. Quoi qu’il en soit, l’argument pèse et peut être avancé devant la cour du Palais. Mais l’enjeu du procès semble ailleurs. Senhoret n’a pas seulement déposé un gage-objet chez François. Ce faisant, il l’a détourné en gage-chose, qui manifeste l’amitié entre les deux hommes.

Le gage-objet détourné : le gage-chose qui manifeste l’amitié

  • 24 Sur la juiverie de Marseille, voir J. Sibon, « La communauté juive dans la cité : la juiverie de la (...)
  • 25 ADBR, 391 E 32, fol. volant, fol. 9 et fol. 45v.

19François Galli est un homme d’affaires marseillais dont les relations économiques sont attestées avec les juifs dans le cadre de créances, du commerce de corail et de blé. Il est propriétaire multiple, de sa domus (non localisée), ainsi que d’un jardin et d’une boutique, et propriétaire éminent d’hôtels (hospitia) à l’intérieur des murs de la ville, et dans la juiverie de la ville basse en particulier, dans la rue de Saint-Martin24. À deux reprises en 1387, il prête de l’argent à l’Université des juifs de Marseille à hauteur de 100 livres et de 100 florins25.

  • 26 Latran IV (1215), canon 68, dans R. Foreville, Histoire des conciles œcuméniques, 6 : Latran I, II, (...)
  • 27 D. Boquet, « Faire l’amitié au Moyen Âge », art. cité.
  • 28 B. Rosenwein, To be Neighbor of Saint Peter. The Social Meaning of Cluny’s Property (909-1049), Ith (...)

20En mettant volontairement le gage sous contrainte auprès de François, Senhoret manifeste sa confiance et son amitié. Cette amitié n’est pas muette. Elle se montre et s’affiche. Elle exige des signes ostensibles. Entre juifs et chrétiens, il n’est pas question de manifestation physique de ce sentiment. Le statut d’infidèle est défini par des mesures discriminatoires, destinées à éviter les contacts physiques, tel le port d’un signe distinctif par exemple26. Il reste donc l’expression du lien amical par la rhétorique et, comme ici, par l’immobilisation d’un objet qui crée, outre de la contrainte économique et juridique, de l’engagement social. L’amitié est un sentiment public qui ennoblit l’âme de celui qui y prend part et qui capte son honneur. La transaction économique entre les deux hommes est d’abord l’expression d’un lien amical dénué de rapport de force, destiné à affirmer leur noblesse d’âme et leur position sociale27. À Marseille au Moyen Âge, l’amitié est donc possible entre un chrétien et un juif. Tous deux partagent la même « économie morale du don », à l’instar des réseaux de relations entre Cluny et ses donateurs aux xe et xie siècles, analysés et décrits par B. Rosenwein28. Ainsi, l’immobilisation des deux livres chez François est aussi une preuve d’affection désintéressée du point de vue économique.

  • 29 D. L. Smail, The Consumption…, op. cit., p. 69.

21Cette affection est le véritable enjeu du procès, qui, en conséquence, recèle une dimension autre qu’économique. La valeur des livres (35 florins) n’est certes pas insignifiante. Mais Senhoret ne compte pas régler le problème en dédommageant Guillaume. Il préfère dépenser son argent dans le procès ! On ignore combien tout cela lui a coûté. D. Smail a évalué qu’en moyenne, un procès au civil étendu sur une quinzaine de folios revenait à près de 20 florins dans les années 136029. C’est moins que la valeur des livres, certes, mais le déroulement du procès permet de douter fortement que l’enjeu soit avant tout pécuniaire.

  • 30 G. Giordanengo, « Droit nobiliaire en Provence angevine (xiiie-xve s.) », dans N. Coulet et J. M. M (...)

22En amont, comme en aval, le circuit des capitaux repose sur la foi et l’amitié. Les liens entre les membres du patriciat chrétien et les notables juifs sont durables et se perpétuent sur plusieurs générations. Ici, le réseau d’amitié de Senhoret se dévoile. Il est proche de François Galli, mais aussi de ses parents et affins, à savoir le cousin germain Bertrand de Mota, et les nobles Jean Bonvin et Bertrand de Roquefort, qui sont dits affins de Peyret. Tous trois participent de la noblesse urbaine marseillaise, nébuleuse large, aux contours difficiles à cerner. Il s’agit essentiellement de nobles non fieffés, des membres des familles anciennement enrichies grâce au commerce maritime, dès les xiie et xiiie siècles, qui arborent des titres de noblesse, à l’instar des Roquefort et des Bonvin notamment30. Ils investissent leurs capitaux dans la terre et sont les principaux partenaires économiques des juifs dans le crédit et dans le commerce maritime.

  • 31 R. Aubenas, Étude sur le notariat provençal au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, Aix-en-Provence, (...)
  • 32 ADBR, 351 E 642, 643, 645 et 646.

23On mesure aussi le rôle des notaires, avec maître Étienne Venayssin et maître Pons Austracii. Ce dernier est le curateur d’un dénommé Pierre, sans doute un mineur. Les notaires marseillais sont cooptés par les premiers magistrats de la commune. Ils gravitent autour de la noblesse urbaine, celle des marchands et des changeurs. Certains en font même partie, issus de véritables dynasties de tabellions31. Outre la production d’écritures, la fonction des notaires dans le cadre du prêt s’apparente véritablement à du courtage. Tantôt intermédiaire lors d’une opération de prêt, tantôt procureur d’un puissant, voire parfois huissier, le notaire sert l’activité du prêt à intérêt pour le compte des plus grosses fortunes marseillaises chrétiennes et des prêteurs juifs. Parmi les registres d’Étienne Venayssin conservés aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, quatre, datés entre 1351-1360, ont livré dix actes relatifs à des juifs de Marseille32.

  • 33 L. Fontaine, L’Économie morale…, op. cit., p. 284-286.
  • 34 J. Sibon, « Les corailleurs juifs », dans T. Pécout (dir.), Marseille au Moyen Âge…, op. cit., p. 2 (...)

24Senhoret peut donc compter sur le soutien de tous ces partenaires, avec qui il partage les mêmes intérêts et les mêmes codes. Se dévoile ici, en pays de droit écrit, toute une culture orale, dans laquelle le rôle des témoins oculaires est fondamental. La fama repose sur les dires, sur ce qui a été vu et entendu. Lorsque Senhoret dépose le gage chez François, l’acte a lieu en présence de Peyret. Le fils assiste à une sorte de cérémonial, une mise en scène de la bonne réputation de chacun et de la confiance entre les deux partenaires33. Il est témoin de la manifestation d’amitié entre son père et le juif et en devient le légataire. Sa présence n’est pas fortuite. Elle participe de son éducation, celle de l’héritier à qui François transmettra ses affaires, ses réseaux et ses pratiques. Les mentions de Peyret sont rares dans notre documentation, mais des traces de ses relations d’affaires avec des corailleurs juifs apparaissent en 1393-1395, lorsqu’il prête 50 florins à deux grands corailleurs juifs marseillais, les frères Fosson et Mosson Salomon, très actifs dans la pêche, le polissage et l’exportation du corail dans le dernier quart du siècle34.

  • 35 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., p. 154-157.

25Le lien amical est donc destiné à se pérenniser de père en fils. Dans la société urbaine marseillaise du xive siècle, la solidité des liens entre nobles chrétiens et prêteurs juifs contraste étonnamment avec la versatilité des relations entre les partenaires économiques juifs, qui se déchirent dans des procès en diffamation35. Dans ce contexte, l’attitude de Peyret interpelle. En immobilisant les deux livres, ce dernier brise un code d’honneur fondé sur la parole donnée et heurte les membres de sa famille.

  • 36 D. L. Smail, « Telling tales in Angevin courts », French Historical Studies, 20, 2, 1997, p. 183-21 (...)
  • 37 ADBR, 3B 122, fol. 211.

26La haute société marseillaise de la seconde moitié du xive siècle connaît des fractures parfois violentes. D. Smail a montré qu’après 1348, elle se divisait en factions, sur le modèle des villes italiennes. Il a mis au jour les actes de vendetta entre les deux grandes factions rivales de la ville, celle des Vivaud et des Jérusalem. Leur inimitié se manifeste dans la violence, tel l’assassinat en place publique, conçu comme des représailles légitimes36. Peyret semble s’inscrire dans cette logique. À la lumière de ce que nous avons vu plus haut, la rétention des livres participe d’une telle violence. D’ailleurs, Bertrand de Roquefort rapporte dans son témoignage que Peyret s’était rendu à la cour épiscopale armé, avec la ferme intention de frapper Senhoret (dictus Petrus ab curiam predictam se armaverat animo et intentione verberandi dictum judeum)37 ! Il en a manifestement été empêché par ses affins. Or, non seulement Peyret n’a finalement pas usé de violence physique contre Senhoret, mais, au bout du compte, il a remis les livres en circulation.

La remise en circulation du gage

  • 38 ADBR, 355 E 80, fol. 56v.

27Les pièces de la procédure se tarissent le 18 novembre 1394. Une première date avait été fixée pour la délibération de la sentence, le 20 août. En novembre, elle n’a toujours pas été prononcée. Le procès s’interrompt. Que s’est-il passé ensuite ? La réponse est apportée par un acte notarié daté du 12 juillet 1395. Il s’agit d’une simple restitution de gage enregistrée chez le notaire Pierre Fresquières qui rappelle la transaction entre Guillaume, Senhoret et François, mais qui ne fait absolument pas état du litige qui les oppose depuis plusieurs années38. L’acte précise que Guillaume a finalement pu récupérer les deux livres chez Pierre. En outre, il contient une reconnaissance de dette qui lie Senhoret en tant qu’emprunteur, au noble Pierre de Saint-Jacques, prêteur. La somme est de quatre florins, prêtée, selon la formule consacrée, ex causa gracie et amoris, et l’échéance du remboursement est fixée à la saint-Michel suivante, le 29 septembre 1395. L’acte a été cancellé le 16 février 1400.

  • 39 R. Aubenas, Recueil des lettres des officialités de Marseille et d’Aix (xive-xve s.), Paris, 1937, (...)
  • 40 Sur les conflits de juridiction sur les juifs entre l’évêque de Marseille et le prince angevin, voi (...)

28Finalement, de quelle façon le gage a-t-il été remis en circulation ? Quelle mesure mise en œuvre par Senhoret a-t-elle finalement porté ses fruits ? La menace de l’excommunication n’a manifestement pas suffi. Les autorités ecclésiastiques sont intervenues sans s’emparer de l’aveu d’usure explicite, ce qui étonne fortement. Si, en théorie, les juifs répondent de la justice épiscopale en cas de litige avec les chrétiens pour usure, la dévolution des condamnations aux tribunaux ecclésiastiques ne va pas de soi. Deux lettres des officialités de Marseille, copiées vers 1490 mais antérieures d’au moins un siècle, témoignent des interférences et des conflits de juridiction possibles entre les instances ecclésiastiques et la justice laïque en la matière, que les accusés soient juifs ou non39. Le premier exemple témoigne d’une affaire ayant nécessité des démarches de l’official de Marseille auprès du juge de la cour d’Aubagne, afin qu’il ajourne la procédure tant que le crime d’usure ne serait pas prouvé par l’officialité de Marseille. Surtout, le deuxième cas révèle que ces démarches échouent parfois. L’official de Marseille exige du juge laïc qu’il se dessaisisse pour cause d’usure. Le juge n’y prête aucune attention et fait procéder à une saisie dans le cadre de l’affaire. L’official lui adresse un dernier avertissement en l’intimant de révoquer toutes les mesures qu’il a prises, sous peine d’excommunication. En définitive, le conflit a profité au créancier juif, qui a bénéficié du zèle du juge laïc ! Or, les pièces de notre procès ne révèlent rien de tel et laissent penser que l’ordre qui préside à la circulation des capitaux dans le cadre du crédit juif marseillais transcende les enjeux de pouvoir entre Église et pouvoir angevin à Marseille en cette fin de xive siècle40.

29La lettre d’excommunication est copiée en annexe du procès. Elle a été requise par Senhoret contre tous ceux qui détiendraient les livres déposés chez François par ses soins. Elle est datée du 6 septembre 1392 et émane des officialités de Marseille. Depuis le concile de Latran IV (1215), l’excommunication pour dette s’est largement répandue. Elle est mineure, dans le sens où ses effets sont temporaires et n’affectent pas le salut de l’âme. En général, elle est conçue comme pédagogique, destinée à remettre dans le droit chemin celui qui enfreint les règles. Cette dimension est ici particulièrement saillante, puisque l’official est un membre de la famille du jeune Peyret, dont l’éducation semble encore incomplète. En effet, tous les proches de Peyret désapprouvent son comportement.

  • 41 D. L. Smail, « Telling tales in Angevin courts », art. cité.
  • 42 ADBR, 3B 122, fol. 212.

30La pression familiale exercée sur Peyret est perceptible. Elle est mise en œuvre – et en scène – par Senhoret, qui convoque les proches et les affins de Peyret à la barre des témoins. Certes, Jean Bonvin, Bertrand de Roquefort, Pons Austracii, dame Alamonna et même Bertrand de Mota ne souhaitent pas se désolidariser de Peyret. Mais ils n’agissent pas moins en défenseurs d’un ordre social et de valeurs qu’ils partagent avec Senhoret. Comme l’a montré D. Smail, la société marseillaise ne fait pas l’éloge de la violence. Tout le monde s’y montre hostile41. Le comportement de Peyret fait l’unanimité chez ses parents les plus proches, qui visent clairement à le faire plier. Ils se mobilisent pour que le jeune Peyret revienne à la raison. Mais ils veillent aussi à lui laisser la possibilité de retrouver sa place, celle que son père lui a léguée en héritage. Pons Austracii lui-même essaie de ne pas se parjurer tout en préservant l’honneur de Peyret. C’est ainsi que l’on peut interpréter la teneur de son témoignage, lorsqu’il dit avoir vu une partie seulement du livre vert (certam partem unius libri Statutorum non completi)42. Il ne contredit ainsi aucune des parties ! Le livre est bien chez Peyret, mais comme Pons n’en a vu qu’une partie, il reste possible que Peyret dise vrai en affirmant ne pas pouvoir rendre le gage. Quant à Jean Bonvin et Bertrand de Roquefort, ils n’ont manifestement pas cherché à faire pression sur Senhoret et ont, au contraire, tenté de préserver le dialogue entre lui et le jeune Peyret. Enfin, la mère de l’accusé elle-même a sans doute évité la comparution pour protéger son fils. La pression familiale ferme, mais bienveillante, semble toutefois avoir été vaine. La longueur du procès montre que la force de conviction des proches de Peyret n’a pas opéré efficacement.

31En outre, même la sanction judiciaire n’a pas effrayé Peyret. Tout au long de la procédure, on note les aveux d’impuissance de Pons à forger une défense digne de ce nom. Les demandes de délais supplémentaires et les absences sont autant de fuites éclairées par la cédule que produit Pons le 7 août, dans laquelle il ne trouve rien d’autre à avancer que la discordance – loin d’être réelle, on l’a vu – des témoignages produits par Senhoret. Face à la résistance de Peyret, son curateur n’a pas trouvé d’autres moyens que de gagner du temps afin que la pression familiale puisse s’exercer. Pourtant, même la sanction judiciaire n’a pas opéré. Le juge devait délibérer le 20 août et prononcer sa sentence. Or, la dernière comparution des parties en novembre montre que des pressions ont été exercées afin de l’éviter.

32L’absence de sanction judiciaire ne doit cependant pas être trop vite interprétée comme l’échec de Senhoret, ni comme l’impuissance de la justice angevine. C’est un échec consenti. Il est d’ailleurs fort probable que Senhoret y ait lui-même participé. Son intérêt était la remise en circulation des gages, mais comme préalable à la reconstitution du lien qui s’était brisé après l’événement crucial du décès de François. En témoigne sa patience. Il a été prêt à attendre jusqu’en juillet 1395 ! Cela prouve que, finalement, la rébellion de Peyret n’a pas tant nui à sa potentia et que l’enjeu de l’affaire était aussi l’éducation de Peyret, adolescent ou très jeune adulte en pleine crise, qu’il a fallu canaliser et faire rentrer dans le rang.

  • 43 ADBR, 355 E 74, fol. 118.
  • 44 ADBR, 381 E 32, fol. 219v et 355 E 34, fol. 29.
  • 45 ADBR, 355 E 10, fol. 43.
  • 46 BNF, Nouvelles Acquisitions latines, 1347, fol. 44 et fol. 46v.

33Pour ce faire, la pression sociale a dû être finalement forte et extérieure à la famille. L’acte notarié de juillet 1395 fait entrer en jeu un nouvel acteur, le noble Pierre de Saint-Jacques. Ce dernier est le petit-fils de Pierre de Saint-Jacques et le fils de Raymond de Saint-Jacques. Cette famille noble de Marseille entretient des liens étroits avec les juifs de Marseille, dans le cadre du crédit notamment. Ainsi, Pierre a pour partenaire Durant de Bédarrides, le père de Salomon et de Gineta43. En 1349, Durant possédait même une maison voisine de celle de Pierre et le grand-père de Pierre détenait, dans la première moitié du siècle, une maison dans la juiverie de la ville basse, mitoyenne des deux synagogues44. Un gendre de Durant de Bédarrides, Vidon Maymon, agit également en tant que procureur de Pierre à la fin des années 135045. En 1395, Pierre de Saint-Jacques est, avec Bertrand de Roquefort, l’exécuteur testamentaire de Julien de Casaulx, l’un des plus grands marchands marseillais de son temps46. La même année, il est également élu par le conseil municipal recteur de l’Hôpital de Saint-Jacques de Galice.

Conclusion

34De même que Senhoret n’apparaît plus dans la documentation au-delà de 1395, le dépouillement systématique des sources marseillaises faisant apparaître au moins un acteur juif ou néophyte, étendu au-delà du xive siècle jusqu’en 1417 dans le cadre de notre thèse de doctorat, n’a pas livré d’éléments sur la postérité de Peyret. Quoi qu’il en soit, l’affaire se termine bien. Le jeune Peyret, après avoir aspiré à la remise en cause de l’ordre, rentre finalement dans le rang, et ce dans les meilleures conditions. La grande leçon qu’il a reçue lui permet de retrouver la position dont il n’aurait pas dû s’écarter. La « crise d’adolescence » se clôt par l’entrée dans la conformité après un détour peut-être salutaire. Les motivations de Peyret ne sont pas clairement exposées. Quoi qu’il en soit, elles semblent tout à fait déraisonnables et provoquées par un événement crucial que peut constituer la mort du père.

35L’affaire est bien une histoire de chose, qui renvoie à l’histoire des élites urbaines marseillaises dans leur ensemble, chrétiennes et juives, liées par des solidarités entre riches, mais pas seulement. La mobilisation bienveillante, néanmoins unanime, pour faire plier Peyret révèle combien les liens personnels entre chrétiens et juifs dans le cadre du prêt sont quasi institutionnalisés et ressortissent à un ordre clairement établi, qu’il ne s’agit de remettre en cause en aucun cas en cette fin de xive siècle. L’affaire n’est donc pas le symptôme d’une dégradation de la condition des élites juives à Marseille un demi-siècle après la Peste noire, traditionnellement considérée comme un tournant pour les juifs de l’Occident chrétien. Elle est, au contraire, la preuve que la technique de contact avec le patriciat urbain que constitue le crédit pour les élites juives se pérennise et conserve toute son efficacité à Marseille, au moins jusqu’au tournant du xve siècle.

Notes

1 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBR), 3B 122, fol. 204-219.

2 D. L. Smail, The Consumption of Justice. Emotions, Publicity and Legal Culture in Marseille, 1264-1423, Ithaca/Londres, 2003.

3 La première mention de son décès est délivrée dans un acte notarié daté de mai 1392 (ADBR, 351 E 62, fol. 122).

4 É. Baratier, La Démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1961, p. 70.

5 J. Sibon, Les Juifs de Marseille au xive siècle, Paris, 2011.

6 J. Sibon, « Notables juifs et noblesse urbaine chrétienne à Marseille au xive siècle. Frontières labiles et limites de la marginalité », dans S. Laithier et V. Vilmain (dir.), L’Histoire des minorités est-elle une histoire marginale ?, Paris, 2008, p. 59-71.

7 J. Shatzmiller, Shylock Reconsidered. Jews, Moneylending and Medieval Society, Los Angeles, 1990 (trad. fr. par S. Piron, Shylock revu et corrigé. Les juifs, les chrétiens, et le prêt d’argent dans la société médiévale, Paris, 2000) ; J. Sibon, « Bondavin revisité. Le prêteur juif de Marseille Bondavin de Draguignan (v. 1285-1361), suite et fin », Le Moyen Âge, 3-4, 2012, p. 641-659.

8 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., et « Le crédit et l’entreprise des juifs à Marseille après la Peste noire (1348) », Entreprises et histoire, 52, 2008, p. 27-35.

9 Sur les laboureurs et les artisans, F. Michaud, « The peasant citizens of Marseille at the turn of the fourteenth century », dans K. Reyerson et J. Drendel (éd.), Urban and Rural Communities in Medieval France, Provence and Languedoc, 1000-1500, Leyde, 1998, p. 275-289.

10 ADBR, 3B 122, fol. 205.

11 D. Boquet, « Faire l’amitié au Moyen Âge », Critique, 63, 716-717, 2007, p. 102-113, et L. Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, 2008, p. 224-238.

12 D. Jacquart, Le Milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, 1981, et J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., p. 395-398.

13 A. Lunel, « Quelques notes sur les juifs de Marseille au Moyen Âge », Marseille, Revue municipale, 96, 1, 1974, p. 15-16.

14 G. Freudenthal, « Les sciences dans les communautés juives médiévales de Provence : leur appropriation, leur rôle », Revue des études juives, 152, 1993, p. 29-136 ; D. Iancu-Agou et É. Nicolas (dir.), Des Tibbonides à Maïmonide. Rayonnement des Juifs andalous en pays d’Oc médiéval, Paris, 2009.

15 É. Baratier et F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1480, t. 2, Paris, 1951, p. 844-845.

16 J. Sibon, « La fides des infidèles. Les courtiers juifs de Marseille au xive siècle », dans B. Grévin, A. Nef et E. Tixier (dir.), Chrétiens, juifs et musulmans dans la Méditerranée médiévale, Paris, 2008, p. 103-114.

17 « Statuts de la ville de Marseille (1252-1257) », II, 19, dans R. Pernoud (dir.), Les Statuts municipaux de Marseille, Monaco/Paris, 1949.

18 B. Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, 1962, p. 645, et J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., p. 90-95.

19 R. Aubenas, Cours d’histoire du droit privé, Anciens pays de droit écrit, Aix-en-Provence, 1952-1961, tome VI.

20 ADBR, 3B 17, fol. 142v et suiv.

21 ADBR, 3B 122, fol. 214.

22 Ibid., fol. 214v.

23 D. Lévy-Willard, Le livre dans la société juive médiévale de la France du Nord, Paris, 2008, p. 151-153.

24 Sur la juiverie de Marseille, voir J. Sibon, « La communauté juive dans la cité : la juiverie de la ville basse », dans T. Pécout (dir.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée : les horizons d’une ville portuaire, Paris, 2009, p. 111-114.

25 ADBR, 391 E 32, fol. volant, fol. 9 et fol. 45v.

26 Latran IV (1215), canon 68, dans R. Foreville, Histoire des conciles œcuméniques, 6 : Latran I, II, III et Latran IV, Paris, 1965, p. 380-382, et pour la réglementation municipale, « Statuts de la ville de Marseille », V, 14, art. cité.

27 D. Boquet, « Faire l’amitié au Moyen Âge », art. cité.

28 B. Rosenwein, To be Neighbor of Saint Peter. The Social Meaning of Cluny’s Property (909-1049), Ithaca/Londres, 1989.

29 D. L. Smail, The Consumption…, op. cit., p. 69.

30 G. Giordanengo, « Droit nobiliaire en Provence angevine (xiiie-xve s.) », dans N. Coulet et J. M. Matz (dir.), La Noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, 2000, p. 264-301.

31 R. Aubenas, Étude sur le notariat provençal au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, Aix-en-Provence, 1931.

32 ADBR, 351 E 642, 643, 645 et 646.

33 L. Fontaine, L’Économie morale…, op. cit., p. 284-286.

34 J. Sibon, « Les corailleurs juifs », dans T. Pécout (dir.), Marseille au Moyen Âge…, op. cit., p. 279-287.

35 J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., p. 154-157.

36 D. L. Smail, « Telling tales in Angevin courts », French Historical Studies, 20, 2, 1997, p. 183-215.

37 ADBR, 3B 122, fol. 211.

38 ADBR, 355 E 80, fol. 56v.

39 R. Aubenas, Recueil des lettres des officialités de Marseille et d’Aix (xive-xve s.), Paris, 1937, I, p. 49 et p. 114.

40 Sur les conflits de juridiction sur les juifs entre l’évêque de Marseille et le prince angevin, voir J. Sibon, Les Juifs de Marseille…, op. cit., p. 345-351.

41 D. L. Smail, « Telling tales in Angevin courts », art. cité.

42 ADBR, 3B 122, fol. 212.

43 ADBR, 355 E 74, fol. 118.

44 ADBR, 381 E 32, fol. 219v et 355 E 34, fol. 29.

45 ADBR, 355 E 10, fol. 43.

46 BNF, Nouvelles Acquisitions latines, 1347, fol. 44 et fol. 46v.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540