Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets sous contrainte

 | 
Laurent Feller
, 
Ana Rodríguez

Troisième partie. Pillages, razzias, vols et recels : formes de l’échange non commercial

Vol, recel et gages

L’économie du vol et la circulation des objets au Moyen Âge

Valérie Toureille

Texte intégral

1Loin des schémas économiques traditionnels, le crime – le vol en l’occurrence – participe à sa manière à la circulation des richesses, selon des modalités qui, par construction, s’élaborent en dehors des normes, ou de tout cadre institutionnel.

  • 1 Le document de référence reste celui d’É. Boileau et son Livre des métiers (1268) : Les métiers et (...)
  • 2 Voir les nombreuses ordonnances contenues dans l’Inventaire analytique des livres de couleurs et d (...)

2Le vol, opérant, éventuellement par la violence, une translation de biens, de biens meubles en particulier, sans contrepartie ni compensation, n’entre pas dans la catégorie des échanges. En revanche, il se caractérise par sa capacité à engendrer à sa suite de nouveaux échanges, parfois en nombre assez grand. En d’autres termes, le vol recouvre soit une simple appropriation de biens à des fins d’autoconsommation, soit une acquisition temporaire, en vue d’une revente, dans le cadre d’un échange « sauvage » ou « illégal » par le gage ou le recel, mais qui permet la réintroduction d’un certain nombre de biens dans l’économie « légale ». Resteraient naturellement à définir, les caractères de cette économie « légale », mais l’on sait que depuis le xiiie siècle un certain nombre de statuts règlent l’organisation des métiers1, et que les ordonnances royales commencent à se multiplier à partir du xive siècle autour des activités d’échanges afin de mieux définir ce cadre2.

  • 3 Y compris les reliques, même si de telles pratiques se rencontrent plutôt dans la période du haut (...)

3Dans le champ du vol, le statut des objets ne détermine en rien leur possible circulation, y compris les objets réputés invendables, comme les objets consacrés ou notoirement intouchables, comme les objets sacrés3. La qualité des objets peut distinguer la nature de ces échanges, mais cela n’a rien de déterminant.

4On a longtemps négligé l’importance des enjeux économiques du vol, certes en raison d’un volume d’échanges difficilement mesurable. Pourtant, ces échanges, hors normes au sens propre du terme, sont susceptibles de révéler des réseaux de sociabilité, des pratiques sociales, dans son acception la plus large, tout à fait significatives.

5La tâche n’est pas simple et les obstacles nombreux. Le premier d’entre eux consisterait à vouloir mesurer, en rapport avec l’économie en général, le poids de cette économie du vol sachant que les paramètres de celle-ci sont difficiles à définir. Le second tient au caractère occulte – par définition – de cette transgression, dont nous ne saisissons que la face émergée et réprimée, en aucun cas sa réalité manifeste. La liste des obstacles n’est pas exhaustive.

  • 4 La division proposée par M. Godelier entre objets d’usage, objets précieux et objets sacrés n’a gu (...)

6Par-delà ces contraintes, des constats peuvent néanmoins être posés. Le premier tient aux objets eux-mêmes que les voleurs distinguent pour des critères singuliers, et auxquels on pourra s’efforcer d’apporter une classification, en l’occurrence de les confronter aux catégories d’objets élaborées par M. Godelier4.

7Pourra-t-on alors mettre en lumière les modes obscurs qui concourent à la réintroduction (après conversion ou non) de ces objets détournés dans les circuits d’échanges, marchands ou non (institutionnels ou non) ? C’est là qu’intervient la question de l’estimation du prix des objets dérobés.

8Enfin, l’approche de la norme, à travers la progressive mise en place d’une réglementation économique des échanges constituera le terme de cette réflexion.

Le vol et ses objets

9Avant d’en évoquer l’échange, il faut d’abord saisir l’objet. Mais existe-t-il des objets ou des catégories d’objets destinés au vol ? Sauf à établir des classements formels, il n’y a pas de clivage, en terme de statut, entre les objets désignés par le vol ; celui-ci embrasse toutes les catégories et ignore les limites de l’inaliénabilité, y compris celle des objets sacrés. Il n’y a donc pas a priori de biens intouchables, pas de larcins invendables.

10Par voie de conséquence, il n’y a pas non plus d’objets spécifiquement voués au vol, mais il existe des préférences, au moins des caractéristiques communes qui, eu égard aux intérêts du délinquant, forment des atouts. Les objets en question possèdent indépendamment ou conjointement plusieurs vertus : une facilité d’appropriation, une grande fluidité commerciale, une potentialité de plus-value – l’objet idéal permettant d’allier tous ces avantages. Une autre classification, plus pragmatique, pourrait refléter des pratiques sociales.

11Au sein de ces objets dérobés, le linge, décliné dans les moindres détails, tient une place privilégiée. Des simples langes aux riches manteaux fourrés de vair, en passant par les nappes ou les chaperons, le linge qui passe de mains en mains se révèle être d’une étonnante variété, insoupçonnable pour la société médiévale volontiers montrée comme fruste.

12Toutes ces pièces de linge, qui occupent une place importante dans le quotidien des hommes et des femmes, offrent de fait l’avantage d’être à la portée de tous. Les vêtements, en particulier – parce qu’ils ont plusieurs vies –, sont fréquemment l’objet de reventes, de gages ou de cautions.

13Toute la gamme du linge est illustrée par le larcin, et ses qualités répondent en général aux compétences des délinquants (médiocres tissus pour les petits larrons, précieuses étoffes pour les plus expérimentés). Les servantes peuvent escamoter discrètement des pièces ordinaires, souvent pour leur propre usage. Les larrons endurcis n’hésitent pas à subtiliser par les grands moyens des pièces de prix avec l’ambition d’une avantageuse revente.

  • 5 Aujourd’hui Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne.
  • 6 Registre criminel du Châtelet (6 septembre 1389 au 18 mai 1392), 2 vol., édité par H. Duplès-Agier (...)

14Lorsque Jean Le Brun confesse, en 1386 devant le Châtelet de Paris, avoir agressé et assassiné avec trois complices un marchand près de Vitry5, il reconnaît en outre avoir dépouillé le pauvre voyageur de ses manteaux et de ses chausses. S’il s’empresse de passer les chausses semelées, précise-t-on, il conserve précieusement les manteaux dont il sait tirer un bon prix. Ceux-ci représentent une certaine valeur : il s’agit de manteaux avec fermail à perles, d’une houppelande longue « d’un fin vermeil d’Engleterre ». Ils ont suffien tout cas à motiver le vol crapuleux6. Jean Le Brun semble s’être fait une spécialité du vol de vêtements, car sa confession fait également apparaître une autre affaire où il aurait volé « XII coiffes de soye » à une vielle mercière de Meaux, bientôt revendues à Paris. L’on pourrait multiplier les exemples, témoins de toutes les ingéniosités des voleurs comme de la variété de leur butin.

  • 7 Registre criminel du Châtelet…, op. cit., p. 65.

15Jean Le Brun n’hésite pas d’ailleurs à varier ses larcins. À Meaux, toujours, il confesse avoir emporté à la foire, avec l’aide d’un complice, deux « grans chaulderons » tout neufs7. En effet, tout aussi convoités que le linge, les métaux, vils ou précieux, sont l’objet de nombreux vols. Et cette quête des métaux revêt les formes les plus diverses.

  • 8 Voir les Établissements de saint Louis (1269), édité par P. Viollet, Paris, 1840-1914, ou P. de Be (...)

16Si l’homme de la fin du Moyen Âge ne vit plus dans une civilisation du métal rare, il reste toujours très attentif à s’en procurer, comme à le sauvegarder. Les coutumiers témoignent encore à cette période d’une permanence, celle de la protection d’un outil en métal, indispensable à la survie d’une société profondément rurale : le soc de la charrue, dont le vol est qualifié et passible de la peine de mort8.

17Comme pour le linge, c’est tant la variété que l’abondance des objets en métal qu’il est bon de souligner. Si l’on parle d’abondance, il faut néanmoins rappeler qu’elle vaut surtout pour tous les menus objets qui peuplent le quotidien des individus : fermails, clochettes, aiguillettes, boucles, mordants de ceinture, etc. Des clous jusqu’aux outils, sans oublier toutes les pièces de vaisselle – riches ou modestes –, du simple étain à l’argent, voire à l’or, se retrouvent entre les mains des larrons saisis par la justice. Le vol de vaisselle rencontre un franc succès chez les voleurs, là encore en raison de son accessibilité et de sa facile reconversion : écuelles, gobelets, tasses, vases y compris sacrés sont les objets les plus fréquemment cités.

  • 9 Même date, p. 110. En argot, « entrejetteur » : voleur ; mais en langage commun, « entregeterie »  (...)
  • 10 Registre criminel du Châtelet…, op. cit., vol. 1, p. 104.
  • 11 Ibid., p. 92.

18Comme dans les aveux d’un nommé Fontene, présenté lui aussi aux juges du Châtelet et qui, dit-on, « estoit entrejetteur de gobelez et de hennaps d’argent9 ». Fontene est précisément accusé d’avoir dérobé deux gobelets d’argent dans une auberge parisienne à « l’enseigne du Chasteau10 ». La vaisselle plus modeste, dans d’autres lieux qui le sont tout autant, fait aussi bien l’affaire. Jean de Saint-Omer, un larron endurci interrogé dans les mêmes murs, finit par avouer sous la torture qu’avec l’aide de ses complices il a « emblé plusieurs et grant quantité de plas, escuelles, quartes et pintes d’estain, dont ils ne sauroient nommer ou désigner les lieux où prins ont yceulx, quant, ne en quel lieu, ne aussi où ils les ont vendues, pour la multiplicacion desdiz fais et reiteracion11 ».

  • 12 À l’aide d’un battant, il entreprend alors de la mettre en pièces, puis s’acharne sur une seconde (...)

19Un exemple plus original, par la nature et le poids du larcin, nous est offert par le destin de cet homme errant dans la Beauce au moment de la guerre de Cent Ans. Jean Paris reconnaît s’être emparé d’une cloche d’église dans un village abandonné de la plaine, mais déjà brisée précise-t-il et dont il achève la destruction avant de la charger sur une charrette, et de s’en prendre à une seconde qu’il charge à son tour. L’homme transporta ainsi un peu plus de 200 kilos (420 livres) de métal, selon des modalités que nous ignorons, mais qu’il parvint à revendre apparemment sans trop de difficulté à Orléans12.

  • 13 AN, JJ 195, no 92, 1469, prévôté de Paris.

20Tous ces métaux, argent, étain ou bronze, quand il ne s’agit pas d’or, possèdent le remarquable avantage d’être aisément transformables. Sans compter que les hommes du Moyen Âge ont l’habitude de rogner discrètement les métaux précieux, de modestes débris, mais que les changeurs reprennent apparemment sans trop de difficulté, ni d’état d’âme. François Thierry, un marchand, qui est en même temps sergent du Châtelet, s’est acoquiné avec un voleur. Pendant plusieurs années les deux hommes « trouverent façon et maniere de rongner et coupper » des écus. Ils refondent ensuite les dites rognures d’or en lingots qu’ils portent vendre sur le Pont-au-Change13.

  • 14 Une définition formalisée dans le Décret : Sacrilegium ergo est, quotiens qui sacrum violat, uel a (...)
  • 15 Les coutumiers ont repris à leur compte la définition romano-canonique du sacrilège à partir du xi (...)

21Mais, la soif de l’or conduit les plus audacieux à braver l’interdit pour s’emparer des vases sacrés – l’on peut comprendre tous les objets qui servent au culte, et pas seulement ceux réservés à l’eucharistie, c’est-à-dire les calices, les patènes, jusqu’aux nappes d’autel, en passant par les livres sacrés. Ces res sacrae, réputés inviolables14, protégés par le droit canonique, le sont également par les coutumes qui prescrivent là encore, en cas d’atteinte, la peine capitale pour ceux que l’on qualifie de « larrons sacrilèges15 ».

  • 16 Bibliothèque nationale de France, fr. 20600, no 53, 16 avril 1464.

22Cependant, en dépit des prescriptions, morales et juridiques, les exemples de vols sacrilèges sont nombreux. Ce qui permet de relativiser, dans la caractérisation de la mentalité médiévale, l’éventuel tabou qui pourrait s’attacher à la manipulation de tels objets. En 1464, une lettre signale à Jean Bourré, maître des comptes et homme de confiance de Louis XI, l’existence d’une bande de 400 individus qui séviraient dans le Midi, et qu’il dépeint ainsi : « c’est la plus grant deablerie dont vous oystes oncques parler […] Ilz ont ung jargon que autres n’entendent […] Il y avoit six d’entre eulx depputez a vendre les butins. Il se treuve qu’ilz ont robé puis ung an ença plus de iiij m. marcs d’argent en églises et mis les reliques en fumiers et tels lieux16. » Au vol déjà qualifié s’ajoutent de surcroît la profanation et le geste blasphématoire.

  • 17 Toujours est-il que les époux Joret se retrouvent conjointement accusés, AN, JJ 175, no 234, fol.  (...)

23Certaines femmes ne reculent pas non plus devant l’offense religieuse, à l’exemple de l’épouse d’un joaillier normand qui confesse s’être laissée tenter par un calice dans l’église de Saint-Lô car elle « estoit endebtée de certaine somme d’argent qu’elle devoit au deceu de sondit mary17 ». Rien n’est moins sûr, car elle a fait fondre ledit calice dans l’atelier de son mari, et peut-être ne fut-elle que l’exécutrice de ce dernier.

  • 18 Archives départementales de l’Aube (désormais AD Aube) G 4186, fol. 109, 1501.
  • 19 AD Aube, G 4171, fol. 35v, 1441.
  • 20 Département de la Marne.
  • 21 AD Aube, G 4171, fol. 35v, 1441.

24Plus surprenant, mais le paradoxe n’est qu’apparent, les clercs participent également, voire activement, à ce trafic d’objets religieux. Il est vrai qu’ils sont amenés à manipuler tous les jours les objets en question, et peut-être la quotidienneté efface-t-elle chez certains la distance du sacré. En 1501, le registre de l’officialité de Troyes dévoile le cas d’un religieux, jugé pour avoir organisé un véritable commerce d’objets liturgiques avec un orfèvre de la ville, nommé Thibault Boulanger. Frère Louis Guyard, prieur du couvent de Pontargis dans la Marne, est non seulement suspecté d’avoir dérobé quatre calices au monastère de Saint-Martin d’Épernay, mais de les avoir lui-même fondus pour les revendre sous forme de lingots audit orfèvre18. Pour rester dans le même diocèse, on peut encore citer le cas de ce diacre, nommé Étienne Moreau, qui en 1441 a déjà séjourné près de quatorze mois dans les geôles de l’archevêque de Sens19. Il est dénoncé comme un récidiviste retors. Après avoir volé des nappes d’autel, de la cire et des patènes, il s’empare d’un bréviaire dans la collégiale Saint-Rémi de Pleurs20. Il était en possession du livre lorsque la justice séculière l’arrêta avant de le rendre, comme clerc, à l’official. Celui-ci le condamne cette fois à deux ans de prison au pain et à l’eau21.

  • 22 Dans le diocèse de Sens.
  • 23 AD Aube, G 4218, fol. 153v, 1518, Saint-Gond est aujourd’hui un bourg rattaché à Sézanne, chef-lie (...)

25Ce type de trafic n’aboutit qu’exceptionnellement au vol de reliques. Le curé de Monts22, messire Jean de La Fosse, s’y est pourtant laissé tenter. Avec l’aide de deux complices, il réussit à subtiliser puis à revendre une relique, sans doute enchâssée, de saint Gond : nuncquam sancti Godonis23.

  • 24 Registre criminel du Châtelet…, op. cit., vol. 1, p. 64.

26Sans transition, parmi les objets familiers ou privilégiés par les larrons, figure ce qui pourrait apparaître à nos contemporains comme l’équivalent de nos automobiles, nous voulons parler des chevaux. La confession de Jean Le Brun, déjà évoquée – mais c’est presque un cas d’école –, fait précisément apparaître un cas de vols de chevaux. Celui-ci reconnaît devant le tribunal qu’en août 1388, accompagné de trois complices, il s’est trouvé sur la route d’un marchand entre « jour et nuit » près de Pierrefitte. L’échange est rapide et se solde par l’assassinat du marchand, dont les trois larrons saisissent le « petit cheval fauvelet à courte queue ». Celui-ci est revendu très rapidement, le lendemain ou le surlendemain, pour trois francs dans la ville de Meaux24. Ce type de trafic semble donc offrir la même fluidité d’échange que les autres larcins précédemment évoqués.

27Point n’est besoin de recourir au vol crapuleux pour dérober des chevaux, ceux-ci passent très facilement de mains en mains, de relais de poste en relais de poste, d’autant qu’il n’existe pas toujours de véritable contrôle sur l’origine des bêtes, qui ne sont pas marquées et peuvent être maquillées.

  • 25 P. de Beaumanoir, Les Coutumes du Beauvaisis…, op. cit., vol. 1, no 739, p. 380.

28À travers ces quelques exemples, l’on peut dire qu’au Moyen Âge les objets possèdent une « multitude de vies » : « Si comme choses se remuevent de main en main », écrit P. de Beaumanoir25.

29Surtout, ces objets volés, reconvertis, refondus, vendus sous formes de lingots ou démarqués, retrouvent une « virginité » et du coup acquièrent une légitimité à ré-intégrer les circuits d’échanges. C’est précisément l’objet de notre second point.

Troc, gage et revente : les échanges non marchands du vol ?

30La plupart des individus qui s’adonnent au vol, cherchent d’abord à améliorer une situation matérielle, par un gain facile, mais il existe une minorité d’acteurs qui par l’habitude, sinon par profession, alimente le commerce, les marchés, par le trafic de toutes sortes d’objets.

Troc, gage et recel

  • 26 « La monnaie ne se montre qu’autour des foires », M. Bompaire, P. Contamine, S. Lebecq et J.-L. Sa (...)
  • 27 Ces paiements se font au comptant à partir de blancs (pièces de 5 à 10 deniers) ou en deniers pour (...)

31Le troc pourrait constituer le premier stade de la « conversion ». Il reste une pratique courante dans la société de la fin du Moyen Âge. Dans le contexte du dynamisme économique de la reconstruction, il est, au quotidien, le témoignage d’une micro-économie, celle des petites gens qui trouvent les arrangements les plus divers à l’échange de n’importe quel type de produit. Le fait est d’autant plus avéré que la reconstruction n’a pas résolu le problème de la famine monétaire26, en particulier pour les petites monnaies, qui touche précisément les transactions de faible valeur. Pour M. Bompaire, la monnaie circule peu, en particulier dans les campagnes27. Dans les villes, les achats se font plus volontiers au comptant, sans que cela soit pour autant la règle.

  • 28 Registre criminel du Châtelet… op. cit., vol. 1, p. 54-55, 1389.

32Les objets volés n’échappent pas naturellement au troc. Jean Le Brun, toujours, confesse avoir reçu en butin, après l’une de ses agressions, un petit fermail d’argent « à quatre pelles », c’est-à-dire avec quatre perles, qu’il vend à son logeur. Il en reçoit cinq sous, qu’il dépense aussitôt dans l’auberge de son hôte28

  • 29 La pratique est mieux connue en Italie, où elle servait à l’origine à d’autres fins.

33Le gage, sans doute davantage que le troc, exige des deux parties une connaissance des prix du marché, même approximative. Il constitue une autre forme d’échange, vraisemblablement plus répandue encore que le troc. Mais il faut reconnaître qu’en la matière il est difficile de mesurer les volumes de ce type de trafics, a fortiori de les comparer. Le gage, à la différence du troc, engage provisoirement un bien, sans entraîner nécessairement la vente d’un objet avec une moins-value. Le gage peut aussi être confondu avec la simple caution – les sources ne sont pas toujours très précises sur la nuance. Il représente alors une garantie de crédit. Le gage au Moyen Âge est l’équivalent de notre nantissement. Cependant, nous ignorons le coût réel du gage. Certains évoquent la pratique du gage à travers l’institution de l’usure municipale, quand elle existe29.

  • 30 AN, JJ 178, no 38, 1448, bailliage de Tournai.
  • 31 A. Tardif, Le droit privé au xiiie siècle d’après les coutumes de Toulouse et de Montpellier, Pari (...)

34Nous trouvons bien sûr des voleurs qui engagent ainsi les fruits de leurs larcins à « l’usure de la ville »30. En dehors des institutions municipales qui ont développé le gagement à la fin du Moyen Âge, l’opération se pratique surtout entre particuliers et de manière totalement informelle, en particulier dans le Nord du royaume de France, où il ne laisse en général aucune trace écrite. C’est alors au moins un contrat moral par lequel un débiteur se dessaisit temporairement de sa chose, au profit d’un créancier, pour garantir le paiement de sa dette31.

  • 32 Il s’agit de Jean Chardenet, Archives départementales de la Côte-d’Or (désormais AD CO), B II 360/ (...)
  • 33 On notera au passage, la bonne connaissance des objets qui circulent dans la ville… ou bien un fau (...)
  • 34 « Recevoir », et de là receler.
  • 35 P. de Beaumanoir, Les Coutumes de Beauvaisis…, op. cit., vol. 1, no 944, p. 479.

35Le gage apparaît alors de manière fortuite, ou lorsqu’il est à l’origine d’un conflit qui a dégénéré. À Dijon, un modeste compagnon cardeur, qui avait laissé en gage une paire de chausses pour payer sa logeuse, reconnaît que ce ne sont pas les siennes et qu’elles proviennent d’un autre compagnon qui lui avait « baillé a gage pour la somme de quinze solz qu’il lui avoit presté32 ». Mais les chausses en l’occurrence ont été dérobées, et la logeuse se trouve du même coup accusée de recel33. Les coutumes rappellent d’ailleurs ce risque pour les créanciers, qui touchent là encore à la provenance des biens, et donc à la garantie de leur propriété. P. de Beaumanoir écrit ainsi : « Cil est bien atains de receter [recevoir]34 larrecin contre qui il est prouvé qu’il prist louier de garder a autrui ce qu’il savoit qui estoit emblé a autrui personne qu’a celi qui li bailla ou qu’il acheta a mendre pris la moitié qu’ele ne valoit et bien savoit que la chose estoit a autrui qu’a celi qui la vendoit ; et pour ce doit il estre punis du fet35. »

36La menace de recel est lourde – en raison de sa facilité ? –, qui l’associe symétriquement au vol, donc avec la même pénalisation.

37Si l’on peut gager son butin, l’usage le plus courant (après l’autoconsommation) reste la revente. Se présentent alors plusieurs possibilités : utiliser des intermédiaires ou le revendre directement. Là encore la frontière n’est pas toujours nette entre les deux voies.

La revente et les intermédiaires

  • 36 Voir la législation de la prévôté de Paris sur ces deux professions, en particulier l’ordonnance d (...)

38Il y a des revendeurs patentés (merciers, fripiers et regrattiers) d’objets de seconde main, mais les délinquants pouvaient aussi revendre directement les fruits de leur larcin à des marchands ou artisans « patentés ». La revente exige alors parfois de démarquer ou de transformer les objets dérobés, pour être mieux recyclés sur le marché. Toutes sortes de vaisselle, en étain, argent ou or, se trouvent démarquées ou fondues pour être revendues aux orfèvres, qui souvent ferment les yeux sur leur provenance douteuse36. Rachetés à bon prix, plats, écuelles et autres « ustensilz » entrent dans de nombreux trafics au cœur desquels se retrouvent toujours des orfèvres qui approvisionnent ainsi à bon compte leur commerce. Il y a donc une complicité obligée entre voleurs et acheteurs en l’occurrence.

  • 37 Un exemple seulement : la femme d’un laboureur, Jeanne d’Orsay, est conduite à la prison du Châtel (...)

39Dans le monde de la récupération, parmi ceux qui en font profession, regrattiers, fripiers ou billonneurs sont souvent à la limite du recel. Un certain nombre d’entre eux est d’ailleurs saisi périodiquement par les sergents du Châtelet qui s’enquièrent de la provenance de leurs marchandises37.

  • 38 Journal de Jean de Roye (1460-1483), 2 vol., édité par B. de Mandrot, Paris, 1894, p. 124.
  • 39 L’homme est d’ailleurs accusé d’avoir dérobé un calice, là encore refondu et revendu sous forme de (...)
  • 40 AN, X 2a 35, fol. 154v, 8 avril 1469 (huis clos).

40Tous ces petits métiers, qui appartiennent au niveau le plus médiocre de la hiérarchie marchande, revendent à une clientèle tout aussi misérable rebuts ou vêtements usagés. En revanche, le trafic des métaux appartient à une autre hiérarchie du vol, mais qui peut toujours s’appuyer sur les compétences des fripiers. Une affaire rapportée par Jean de Roye, en 1469 dans sa Chronique scandaleuse, met en lumière le rôle de ces derniers, associés à des artisans parisiens, dans plusieurs cas de vol et de recel38. Les complicités criminelles de Martin de Couloigne, fripier de Paris et receleur notoire, sont alors percées à jour à la faveur d’un procès pour vol qui oppose les officiers du roi à l’évêque de Paris, qui le réclame comme clerc39. L’homme est non seulement accusé d’être un larron, mais aussi d’être un commanditaire régulier – il bénéficierait d’ailleurs du soutien d’un sergent de la capitale : Perrin Moynel. Le procureur du roi accuse en effet Martin de Couloigne d’appartenir à un réseau lorsqu’il expose qu’« aucuns malfaicteurs se sont assemblés en grant nombre et par le moyen d’aucuns receptateurs [= recelleurs] et entre autres […] de Martin de Couloigne qui les induisoit et ont fait plusieurs larrecins, piperies, roberies, sacrilèges, agressions et crocheteries » dans la capitale40.

41L’argumentaire, au-delà de son formalisme, révèle indubitablement l’existence de receleurs patentés, et que les officiers royaux accusent d’entretenir le vol à Paris. Il reste impossible de mesurer l’importance de ces transactions souterraines, mais on observe à la fin du Moyen Âge, chez les magistrats urbains en général, une prise de conscience des troubles à la fois d’ordre économique, mais aussi d’ordre public, que ces types d’échanges peuvent engendrer. Cette crainte incite alors les pouvoirs publics à légiférer et à renforcer une réglementation qui fut d’abord économique.

Réglementation économique et délinquance acquisitive

42La recrudescence de ce type de réglementation sur la provenance et sur la propriété des objets révèle en négatif l’existence de ce type de trafics, voire de leur importance, et de toute évidence la crainte de leur prolifération.

43L’ambition était de garantir les circuits d’échanges à la fois pour conserver l’équité entre les membres d’un même métier, pour contrôler les flux de marchandises et donc protéger les taxes afférentes aux échanges, enfin pour endiguer une délinquance que l’on pourrait qualifier d’économique.

  • 41 A. Tardif, Le Droit privé au xiiie siècle…, op. cit., art. 95.

44Depuis le xiiie siècle, les coutumes prohibent la revente des objets aux origines suspectes. Dans les coutumes de Montpellier et de Toulouse, ce sont les objets volés justement que l’on défend de la vente, mais cette interdiction souffre une exception : « à moins qu’on peut prouver les avoir achetés en marché public41 ». Cette exception ouvre une brèche qui a été exploitée. Il suffit que la propriété d’un objet n’ait pas été contestée publiquement sur un marché pour qu’il acquière la légitimité d’une re-mise en vente. D’une manière générale, l’opacité des réseaux d’approvisionnements entraîne souvent des risques pour les acheteurs, ce que résume assez bien P. de Beaumanoir, dans ses Coutumes de Beauvaisis :

  • 42 P. de Beaumanoir, Les Coutumes du Beauvaisis…, op. cit., vol. 1, no 739, p. 380-381.

cil qui la chose l’acheta en marchié commun comme cil qui creoit que li venderes eust pouvoir du vendre et ne connoist le vendeur, ou il est en tel lieu qu’il ne peust avoir a garant : en tel cas cil qui poursuit sa chose qu’il perdi ou qui li fu emblée ou tolue, ne la ravar pas s’il ne rend l’argent que l’acheteres en paia, car puisqu’il l’acheta sans fraude et en marchié il ne doit pas recevoir la perte de son argent pour autrui mesfet ; mes s’il avoit achetée hors de marchié par mendre pris que la chose ne vauroit, le iers ou la moitié, et il ne povoit trouver son garant, li demanderes ravroit sa chose sans l’argent de la vente paier, pour ce que l’en doit avoir grant presomption contre ceus qui ainsi achatent42.

  • 43 Ibid., vol. 1, no 943, p. 479.

45Autrement dit, tout achat hors marché, effectué à un prix trop avantageux, exclut l’acheteur de toute garantie et donc de recours juridique ; à l’extrême, il peut même être inculpé pour délit. C’est-à-dire que ceux qui achètent en dehors de cet espace public peuvent se retrouver en position de receleurs et, comme tels, exposés aux mêmes peines que les voleurs. P. de Beaumanoir, à nouveau, écrit : « Cil qui reçoite la chose emblée a escient et set qu’ele fu emblée […] tuit [tous] cil sont coupable du larrecin aussi bien comme s’il eussent esté et doivent estre justicié pour le fet quant il en sont ataint43. »

  • 44 Inventaire analytique…, op. cit., par exemple l’ordonnance du 24 juin 1371, Livre blanc, no 1852.
  • 45 Ibid.
  • 46 Un mandement du prévôt de Paris daté du 8 févier 1329 exige la mise à exécution d’un arrêt du parl (...)
  • 47 Ibid., Lettre du 13 février 1386, Livre rouge viel premier, no 1929.

46D’ailleurs, la réglementation des métiers se formalise à la même période, le Livre des métiers d’Étienne Boileau en offre le meilleur exemple. On cherche également à contraindre certaines professions à la transparence, en particulier les marchands. Ces textes imposent et engagent la responsabilité du marchand, qui doit être en mesure de garantir la propriété de l’objet qu’il met sur le marché. Progressivement, les ordonnances municipales et/ou royales veillent à encadrer l’exercice de certaines professions dont les compétences peuvent dangereusement s’unir à celles des criminels. C’est le cas en particulier à Paris où, à la fin du xive siècle, les autorités municipales cherchent à surveiller de près les fripiers44. Une ordonnance de police interdit ainsi aux « fripiers, potiers d’étain » et revendeurs de toutes sortes d’acheter des objets de friperie ou des vieux métaux sans en connaître l’origine45. D’autres dispositions autorisent les artisans patentés à se saisir d’objets suspects chez les merciers46. À la même période, une lettre du prévôt de Paris témoigne de l’attention portée aussi aux petits revendeurs de métaux, afin d’endiguer le trafic orchestré par les billonneurs installés au cimetière des Innocents47.

47Au milieu du xvie siècle, l’inefficacité des mesures antérieures et la multiplication des abus amènent une radicalisation de la législation, qui ne s’exprime plus à mots couverts. Certaines professions sont ouvertement accusées de laisser prospérer, voire d’encourager, le recel, par le biais de réseaux de revente incontrôlés. En 1544, une ordonnance de François Ier précise ainsi à l’adresse des fripiers et merciers de la capitale :

  • 48 F.-A. Isambert et al., Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1821-1830, vol. 12, p (...)

que sous umbre desdits colporteurs et revenderesses se commectent plusieurs abus et larrecins en ceste ville de Paris, qui ne peuvent venir à cognoissance : nous défendons à tous colporteurs, revendeurs et revenderesses de friperie, lingerie et mercerie, de ne vendre, ne exposer en vente aucune marchandise en la ville et banlieue de Paris, es trois jours de marché […] sans voir aucun estaux, bancs, coffres, layettes48.

48L’importance croissante de ce type de mesures témoigne, d’une part de l’importance de ces échanges illégaux, et d’autre part de la crainte de ce type de délinquance acquisitive et donc de cette délinquance de nature économique.

Conclusion

49Si le vol ne contribue pas à développer une économie parallèle à proprement parler, il génère en revanche des échanges souterrains. À cet égard, il s’insère aisément – même si la réglementation tente de s’y opposer – dans une économie marchande ou non marchande, monétarisée ou non. Autrement dit, à différentes échelles, le vol réinjecte sur les marchés des objets et donc des valeurs, en particulier celles qui étaient thésaurisées comme les objets issus des trésors d’églises, ou les monnaies.

50À travers les circuits d’échange mis en œuvre par le vol, se révèlent des pratiques comme le troc et le gage qui ont longtemps été délaissés par l’historiographie mais qui sont essentiels dans ces sociétés de la récupération, comme celle du Moyen Âge. Ils ont favorisé l’éclosion de ces petits métiers qui ont peuplé les villes médiévales, et même au-delà, et dont les fripiers, les regrattiers ou les merciers furent les plus humbles représentants.

51Enfin, le vol fait apparaître un autre aspect des pratiques sociales, à la fois la diversité et l’ingéniosité des échanges entre les individus et la part qu’occupent les objets dans leur quotidien. Si l’on peut parler de la vie sociale des choses, le vol est un bon révélateur de leurs parcours multiples et contrariés.

Notes

1 Le document de référence reste celui d’É. Boileau et son Livre des métiers (1268) : Les métiers et corporations de la ville de Paris au xiiie siècle : le livre des Métiers d’Étienne Boileau, publié par R. De Lespinasse et F. Bonnardot, Paris, 1874.

2 Voir les nombreuses ordonnances contenues dans l’Inventaire analytique des livres de couleurs et des bannières du Châtelet, édité par A. Tuetey, Paris, 1899.

3 Y compris les reliques, même si de telles pratiques se rencontrent plutôt dans la période du haut Moyen Âge, voir P. Geary, Le vol des reliques au Moyen Âge : furta sacra, Paris, 1993.

4 La division proposée par M. Godelier entre objets d’usage, objets précieux et objets sacrés n’a guère de pertinence dans ce cadre d’analyse. La distinction opérée par l’auteur repose sur le présupposé suivant lequel dans toute société il existe trois catégories d’objets : les objets qui sont aliénables et aliénés sous forme de marchandises ; les objets donnés donc aliénés mais qui restent en partie inaliénables dans la mesure où quelque chose du donateur reste toujours à l’intérieur de la chose donnée ; enfin les objets qu’il ne faut ni vendre ni donner mais qu’il faut conserver et transmettre comme, par exemple, les objets sacrés, M. Godelier, L’énigme du don, Paris, 1994.

5 Aujourd’hui Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne.

6 Registre criminel du Châtelet (6 septembre 1389 au 18 mai 1392), 2 vol., édité par H. Duplès-Agier, Paris, 1861-1864, vol. 1, p. 54-55, les voleurs se sont partagés le butin, en gardant les chausses pour leur propre usage.

7 Registre criminel du Châtelet…, op. cit., p. 65.

8 Voir les Établissements de saint Louis (1269), édité par P. Viollet, Paris, 1840-1914, ou P. de Beaumanoir, Les Coutumes de Beauvaisis (1283), édité par A. Salmon, 2 volumes, Paris, 1899.

9 Même date, p. 110. En argot, « entrejetteur » : voleur ; mais en langage commun, « entregeterie » : tour de passe-passe, métier de bateleur.

10 Registre criminel du Châtelet…, op. cit., vol. 1, p. 104.

11 Ibid., p. 92.

12 À l’aide d’un battant, il entreprend alors de la mettre en pièces, puis s’acharne sur une seconde cloche dont il manque une anse, précise-t-il, pour atténuer le caractère sacrilège de son geste. Jean Paris en tire 420 livres de métal qu’il charge sur une charrette pour les porter à vendre à un marchand d’Orléans. Encouragé dans son entreprise, le voleur de cloches réitère encore dans deux autres églises. L’homme multiplie en fait les gestes sacrilèges car il s’empare à l’occasion d’un encensoir et d’un bénitier, Archives nationales de France (désormais AN), JJ 178, fol. 24v, septembre 1446, bailliage d’Orléans.

13 AN, JJ 195, no 92, 1469, prévôté de Paris.

14 Une définition formalisée dans le Décret : Sacrilegium ergo est, quotiens qui sacrum violat, uel auferendo sacrum de sacro, uel sacrum de non sacro, uel non sacrum de sacro, Decretum Grat., C. 1, q. 3. Le sacrilège tel qu’il est défini ici comprend donc à la fois le vol des objets sacrés dans un lieu saint, le vol de choses sacrées hors des lieux saints, ou encore le vol de n’importe quel objet placé sous la protection du lieu consacré.

15 Les coutumiers ont repris à leur compte la définition romano-canonique du sacrilège à partir du xiiie siècle. On la trouve en particulier sous la plume de P. de Beaumanoir, rangée au chapitre de la Juridiction de Sainte Église : « cil fet sacrilege qui emble chose sacree en lieu saint ou hors lieu saint », et de préciser leur nature : « choses sacrees si sont celes qui sont benoites et appropriees a fere le service Nostre Seigneur », P. de Beaumanoir, Les Coutumes de Beauvaisis…, op. cit., vol. 1, p. 160. Jacques d’Ableiges dans son Grand coutumier, au chapitre de la division des choses, distingue « aucunes choses qui ne sont a aucun, comme les choses des églises qui ne doidvent estre vendues, nisi pro redemptione captivorum », J. d’Ableiges, Grand coutumier de France, édité par E. Laboulaye et R. Dareste, Paris, 1868. Tous n’ont pas ce même souci conceptuel qui, comme Jean Boutillier dans la Somme rural ou le compilateur des Établissements de saint Louis, classent simplement le vol des res sacrae dans la catégorie des vols aggravés passibles de la peine capitale : « Qui emble a Eglise, au premier larrecin il est pendable, soit en chose grande ou en petite », J. Boutillier, Somme rural ou le grand coutumier général de pratique civil et canon, édité par L. Charondas le Caron, Paris, 1603, p. 246 ; Les Établissements de saint Louis…, op. cit., vol. 2, chap. XXXII. Le criminaliste flamand Josse de Damhoudère qualifie, encore au début du xvie siècle, le vol sacrilège comme « le plus excecrable de tous les larrecins », J. De Damhoudère, Practique et enchiridion des causes criminelles, Louvain, 1554, p. ccxlvi.

16 Bibliothèque nationale de France, fr. 20600, no 53, 16 avril 1464.

17 Toujours est-il que les époux Joret se retrouvent conjointement accusés, AN, JJ 175, no 234, fol. 76v, avril 1432, bailliage de Cotentin.

18 Archives départementales de l’Aube (désormais AD Aube) G 4186, fol. 109, 1501.

19 AD Aube, G 4171, fol. 35v, 1441.

20 Département de la Marne.

21 AD Aube, G 4171, fol. 35v, 1441.

22 Dans le diocèse de Sens.

23 AD Aube, G 4218, fol. 153v, 1518, Saint-Gond est aujourd’hui un bourg rattaché à Sézanne, chef-lieu de canton de la Marne.

24 Registre criminel du Châtelet…, op. cit., vol. 1, p. 64.

25 P. de Beaumanoir, Les Coutumes du Beauvaisis…, op. cit., vol. 1, no 739, p. 380.

26 « La monnaie ne se montre qu’autour des foires », M. Bompaire, P. Contamine, S. Lebecq et J.-L. Sarrazin (dir.), L’Économie médiévale, Paris, 2003 (3e éd.), p. 311.

27 Ces paiements se font au comptant à partir de blancs (pièces de 5 à 10 deniers) ou en deniers pour les achats les plus minimes, ibid., p. 311.

28 Registre criminel du Châtelet… op. cit., vol. 1, p. 54-55, 1389.

29 La pratique est mieux connue en Italie, où elle servait à l’origine à d’autres fins.

30 AN, JJ 178, no 38, 1448, bailliage de Tournai.

31 A. Tardif, Le droit privé au xiiie siècle d’après les coutumes de Toulouse et de Montpellier, Paris, 1886, p. 96.

32 Il s’agit de Jean Chardenet, Archives départementales de la Côte-d’Or (désormais AD CO), B II 360/25, 28 janvier 1518.

33 On notera au passage, la bonne connaissance des objets qui circulent dans la ville… ou bien un faux prétexte construit par l’instruction lors du procès, AD CO, B II 360/25, 28 janvier 1518.

34 « Recevoir », et de là receler.

35 P. de Beaumanoir, Les Coutumes de Beauvaisis…, op. cit., vol. 1, no 944, p. 479.

36 Voir la législation de la prévôté de Paris sur ces deux professions, en particulier l’ordonnance du 13 février 1386 sur les billonneurs et celle sur les orfèvres datée du 8 février 1329, Inventaire analytique des Livres de couleur…, op. cit., Livre viel premier, no 1929 et Livre vert viel, no 765.

37 Un exemple seulement : la femme d’un laboureur, Jeanne d’Orsay, est conduite à la prison du Châtelet en janvier 1489 pour avoir été saisie avec une volaille dans son sac, « faignant estre femme de village, elle qui est regratière et revenderesse depuis longtemps », AN, Y 5266, fol. 220, 30 janvier 1489.

38 Journal de Jean de Roye (1460-1483), 2 vol., édité par B. de Mandrot, Paris, 1894, p. 124.

39 L’homme est d’ailleurs accusé d’avoir dérobé un calice, là encore refondu et revendu sous forme de lingot.

40 AN, X 2a 35, fol. 154v, 8 avril 1469 (huis clos).

41 A. Tardif, Le Droit privé au xiiie siècle…, op. cit., art. 95.

42 P. de Beaumanoir, Les Coutumes du Beauvaisis…, op. cit., vol. 1, no 739, p. 380-381.

43 Ibid., vol. 1, no 943, p. 479.

44 Inventaire analytique…, op. cit., par exemple l’ordonnance du 24 juin 1371, Livre blanc, no 1852.

45 Ibid.

46 Un mandement du prévôt de Paris daté du 8 févier 1329 exige la mise à exécution d’un arrêt du parlement de Paris autorisant les orfèvres à visiter les merciers et à se saisir des ouvrages d’orfèvrerie suspects, ibid., Livre vert viel (Y4), no 765.

47 Ibid., Lettre du 13 février 1386, Livre rouge viel premier, no 1929.

48 F.-A. Isambert et al., Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1821-1830, vol. 12, p. 880, juin 1544.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540