Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Résumés

Texte intégral

1Arnaud Lestremau et Lucie Malbos, Migrations et mouvements de population autour des mers du Nord (viie-xie siècles). L’exemple des sites portuaires, p. 33-50.

2L’arrivée en ville au haut Moyen Âge pose de vrais problèmes, d’un point de vue spatial et conceptuel, notamment dans le nord de l’Europe, et soulève des questions sur la méthodologie et les sources. En effet, les concepts-clés, « ville » et « altérité », ont suscité des débats dans la communauté scientifique : les sources disponibles sont peu nombreuses et variées, pauvres et difficilement conciliables. Dès lors, s’il est certain qu’il y a eu des déplacements de populations et des migrations, il est difficile de saisir le moment de l’arrivée et l’identité de ces individus. L’exemple des emporia permet toutefois d’apporter certains éléments au débat, en soulignant notamment le rôle du pouvoir dans l’organisation de l’espace et l’accueil des étrangers. Dans ces sites de passage, comment l’autre est-il perçu et accueilli ? Comment s’adapte-t-il et cherche-t-il vraiment à s’intégrer ? Nous tenterons de mettre en perspective ces questions et d’apporter quelques hypothèses d’interprétation.

3“Moving to town” during the Early Middle Ages raises many questions, on a spatial and conceptual point of view, especially in Northern Europe, and underlines true problems of methodology and sources. Indeed, doubts arose in the scientific community from the two key-concepts of “town” and “otherness”, and if many sources are available, they are various, poor and hardly compatible. Therefore, if it is certain that there were movements and migrations of peoples, it is highly difficult to study when they did come and which was their identity. Nevertheless the example of the emporia provides some answers: it shows how the elite was prone to organize space and to welcome strangers in these harbours. In these sites where men from different origins gathered, we would like to know how the stranger was perceived and received. How did he adapt to the situation and possibly got integrated? We will try to put these questions into perspective and to give some interpretative hypotheses.

4Étienne Hubert, Una et eadem persona sive aliae personae. Certifier l’identité dans une société mobile (à propos de l’Italie communale), p. 51-64.

5Le développement extraordinaire de la bureaucratie dans les villes de l’Italie communale entraîne la mise en place de procédures d’enregistrement des individus, fiables ou pouvant être considérées comme telles, rendues d’autant plus nécessaires par la mobilité des personnes et la croissance démographique. Quelles sont-elles ? Comment certifier l’identité de quelqu’un ? Comment prouver son identité devant les autorités en cas de doute ou de contestation ? Les sources du xiiie et du xive siècle livrent quelques éléments d’information sur un aspect peu étudié de l’histoire de la société, avant ce qu’il est convenu d’appeler l’émergence de l’individu à partir la fin du xive siècle.

6Extraordinary bureaucratic development in Italian communal cities caused setting of individual record procedures, believable or so, necessitated by demographic growth and social and geographical mobility. Which ones? How certify one’s identity? How prove own identity when authorities doubted or contested? Sources from 13th and 14th centuries give few informations about a not well-known fact of social history, before what it is called individual apparition from the end of 14th century.

7Matthieu Scherman, Trévise et ses migrants au xve siècle, p. 65-76.

8Trévise au xve siècle est une ville de dimensions moyennes peuplée d’environ 10 000 habitants. En cela, elle est représentative de la majorité des centres urbains de la péninsule italienne. Le fait qu’elle soit dépendante politiquement et fasse partie du domaine vénitien de Terre ferme est également une caractéristique importante. Enfin, la richesse des archives conservées constitue un dernier point à souligner pour affirmer que Trévise forme une espèce de laboratoire.

9Les sources fiscales – principalement les neuf estimi réalisés de 1434 à 1509 –, administratives, notariales ainsi que les registres de baptêmes permettent une entrée en matière qualitative, mais aussi quantitative, à la question des migrations et des mobilités en milieu urbain. Par-là, des parcours individuels et familiaux peuvent être mis en lumière démontrant leur grande fluidité et leur complexité. Sont ainsi perçus les étapes des migrations, les réseaux, à la fois « d’origine » et familiaux, mais aussi les succès des mobilités et des implantations de certains individus et de leurs familles. En effet, les échecs ou les départs de Trévise sous d’autres cieux sont beaucoup plus difficiles à repérer dans les sources, tout comme les migrations pour de courtes périodes. Celles-ci semblent intéresser une partie importante de la population présente en ville. Le centre urbain est formé d’une vaste masse mouvante apparaissant et disparaissant au gré des opportunités économiques.

10Le cas trévisan permet de mener une enquête détaillée sur un des aspects majeurs des centres urbains : le fonctionnement des systèmes de migrations sur de courtes ou longues distances ainsi que leurs devenirs respectifs.

11Treviso in the 15th century has a population of approximately 10000, which is typical of the Italian Peninsula. It is part of the Venetian Mainland and its archives are rich. We are able to study urban migrations and mobility through fiscal sources—mainly the nine estimi from 1434 to 1509—or through official and notarial reports. Individual and family itineraries can be highlighted, showing both deep complexity and fluidity. We can also examine the stages of migration, the migration networks, and the successes of migrants. Unfortunately, their failures do not appear easily in this type of archival material.

12In the Middle Ages, people travel from one place to another very often, and Treviso makes it possible to carry out detailed research into one of the major aspects of urban centres: how migration systems work.

13Gionata Tasini, Pactes intercommunaux et statut juridique de l’étranger dans les communes de l’Italie du Centre-Nord aux xiie et xiiie siècles, p. 79-94.

14L’analyse porte sur les pactes conclus dans l’Italie centrale et septentrionale aux xiie et xiiie siècles, qui témoignent de la capacité des villes, aux systèmes juridiques divers, à établir des procédures judiciaires stables de règlements des conflits entre leurs ressortissants. Parmi une grande variété de cas, celui des curie Venetorum se distingue par l’étendue du réseau permanent mis en place par des pactes bilatéraux, et par ses mises à jour. Il ressort de l’examen de ces pactes et du cas vénitien une forte tension dialectique entre le principe de territorialité du droit, et l’implantation dans certaines villes de ramifications de systèmes exogènes, destinés à la protection de leurs ressortissants. Ce constat pose avec acuité la question des interprétations juridiques du statut de l’étranger en contexte médiéval, pour l’appréhension duquel il nous paraît utile d’avoir recours au paradigme de citoyenneté proposé par Pietro Costa, définissant le statut d’un individu comme un ensemble de droits et de pratiques juridiques naissant de l’appartenance à une communauté politique. Ainsi, la distinction entre « citoyen » et « étranger », loin d’être une dichotomie nette, apparaît plutôt à la frontière de pratiques et de discours, et ne peut être réduite à une définition juridique.

15The analysis focuses on the pacts signed between cities in Central and Northern Italy during the twelfth and thirteenth centuries. Those pacts show the ability of cities with different legal systems to establish stable proceedings for the settlement of conflicts between their citizens. The curie Venetorum distinguish themselves among many cases, through the extent of the permanent network generated by bilateral pacts, which were frequently renegotiated. The Venetian case brings to light a dialectic tension between the legal principle of territoriality, and the dispersal of elements of one Italian city’s legal system to others. This raises the issue of the legal interpretation of the status of foreigners in medieval society. In order to deal with that issue, it seems useful to use Pietro Costa’s paradigm of citizenship, which defines a person’s status as a set of rights and legal practices induced by the belonging to a political community. Thus, the distinction between citizen and foreigner, far from being a sharp dichotomy, seems to be rather on the edge between practices and discourses, and should not be reduced to legal definitions alone.

16Judicaël Petrowiste, S’installer à Toulouse aux xiie-xiiie siècles. Stratégies migratoires et formes d’intégration des néo-citadins, p. 95-113.

17La ville de Toulouse connut, entre le début du xie et les premières décennies du xive siècle, une forte croissance de sa population, qui conduisit à une spectaculaire expansion de son tissu urbanisé. Ce phénomène s’explique pour l’essentiel par l’intensité des flux d’immigration en provenance des campagnes proches de la ville, durablement encouragés par les autorités urbaines. Leur étude révèle l’hétérogénéité du milieu des migrants ainsi que la pluralité des motivations de ces derniers, et invite à nuancer l’association traditionnelle entre émigration et pauvreté. L’intégration juridique de ces populations à l’universitas toulousaine paraît alors avoir été assez aisée. Leurs situations très diverses n’en déterminaient pas moins des formes et des degrés d’intégration économique et sociale à la ville d’accueil éminemment variables. La possibilité de s’appuyer sur un capital de départ ou sur des liens tissés avec des immigrés déjà établis ou des autochtones facilitait ainsi l’insertion de certains dans les structures d’encadrement de la société urbaine (métier, quartier, paroisse…). Leur reconnaissance effective comme membres à part entière de la communauté des habitants n’en était que plus rapide par rapport à ceux qui ne disposaient pas de ces atouts.

18From the beginning of the 11th century to the first decades of the 14th century, the city of Toulouse underwent strong population growth, leading to a spectacular expansion of its urban fabric. High immigration from the surrounding countryside, consistently stimulated by the local authorities, was the main cause of this increase. As shown by a careful study of these migration flows, the migrant population was very heterogeneous and the migrants’ motives for moving to Toulouse were diverse. As such, the traditional link between emigration and poverty needs to be qualified. For these migrants, legal integration into the universitas of Toulouse seems to have been rather easy. Because of the diversity of their situations, the ways and degrees of economic and social integration into the host city could, however, vary greatly. Those who enjoyed a capital base, or who could count on support from immigrants already established in the town, or on the support of natives, could fit more easily into the framework of urban society (guilds, districts, parishes…). Consequently, they succeeded in being accepted as full members of the local community more rapidly than immigrants who lacked these assets.

19Julien Loiseau, Une aristocratie de migrants. Les Mamelouks et leur intégration dans les villes d’Égypte et de Syrie aux xive et xve siècles, p. 115-129.

20Importés comme esclaves soldats depuis leurs lointains pays de naissance, les Mamelouks formaient en Égypte et en Syrie la colonne vertébrale de l’armée et de l’État, une société militaire campée sur sa différence ethnique et imbue de ses privilèges. Découvrant la ville et sa civilisation à leur arrivée sur les marchés aux esclaves, ils commençaient, dans les casernes où se déroulait leur formation, un long parcours d’intégration que seuls leurs descendants conduiraient à son terme. La mobilité et la précarité des carrières militaires, qui les ballottaient d’une ville à l’autre dans l’ensemble du sultanat, ne favorisaient pas leur enracinement, malgré l’importance que les Mamelouks accordaient à leur résidence urbaine comme à leur dernière demeure. Leurs waqfs ou fondations pieuses perpétuelles, auxquelles ils reversaient une part importante de leurs biens immobiliers, servaient certes des objectifs immédiats. Mais ils avaient pour principale finalité d’assurer l’avenir de leurs descendants et la postérité de leur mémoire dans la ville où ils allaient finalement faire souche.

21Mamluks were imported as slave soldiers from their native countries to Egypt and Syria. There, they used to form the backbone of the army and the state, and a military society steeped in its ethnicity and privilege. Mamluks discovered city and urban civilisation once on the slaves market. Then, from the barracks where their education took place, they started to go through a long process of social integration that only their descent would be able to achieve. The mobility entailed by military carreers and their precariousness shifted them around from town to town within the whole kingdom. It hindered their effort to settle, despite the importance they attached to their urban dwelling and mausoleum. Mamluks used also to endow pious foundations or waqfs with most of their estates. Although waqf did have direct purposes, it mainly aimed to sustain the future of their descent and to keep their own memory alive in the place where in the end they founded a line.

22Florence Berland, Arriver, s’établir, repartir. Les gens de la cour de Bourgogne à Paris (1363-1422), p. 131-143.

23Au tournant des xive et xve siècles, le duc de Bourgogne séjourne très régulièrement à Paris avec sa cour : officiers et courtisans sont donc, en partie, des migrants qui arrivent dans la capitale du royaume au gré des séjours ducaux, s’y établissent, et/ou en repartent. Cet article étudie tout d’abord les conditions matérielles de ces déplacements et leur prise en charge par la structure curiale, avant d’évoquer les conséquences de ces migrations à un niveau personnel et individuel, certains courtisans semblant en définitive s’établir en ville.

24At the turn of 14th and 15th centuries, the duke of Burgundy regularly stayed in Paris with his court accompanied by his officers and courtiers. They arrived in the capital with their master, stayed there and sometimes left after a while, depending on the length and purposes of the duke’s sojourns, and could be thus considered as migrants. The paper takes a look at the material conditions of this particular courtly migration towards town: how was the court’s arrival in Paris organized, was it visible, where would courtiers stay, how would they be feed? Then, by looking at personal contacts between courtiers and city dwellers, and how some of the courtiers eventually settled into town, we will consider the impact of this migration at an individua level.

25Roxane Chilà, « Il y en a plein la ville ! ». Éléments pour une histoire des Catalans à Naples à partir du règne d’Alphonse le Magnanime, p. 145-159.

26La conquête de Naples en 1442 par le roi d’Aragon Alphonse le Magnanime a représenté pour la société urbaine un phénomène décisif, en raison d’un afflux de migrants en provenance des territoires ibériques. Les officiers de la Couronne d’Aragon et les hommes d’armes sont arrivés contraints par l’aventure italienne du souverain, mais le flux migratoire est loin de se limiter aux acteurs de la conquête. L’insertion de ces « Catalans » – comme les nomment les Napolitains – dans le tissu urbain se fait selon des modalités différenciées : on observe une nette diversification des stratégies en fonction du projet des migrants dans la société napolitaine. Seule une poignée d’individus accède aux seggi, ces circonscriptions territoriales nobiliaires dont les représentants assurent le gouvernement municipal, tandis que la majorité se concentre dans les quartieri bassi de la zone portuaire. Cette migration a engendré à Naples et en Italie des réactions hostiles, qui font rejouer des stéréotypes nationaux anciens trouvant leur origine dans les usages politiques des prophéties joachimites en Sicile et en Aragon, exacerbées par la crainte de voir les Trastamare inféoder des lignages ibériques dans le Royaume de Naples.

27The conquest of Naples in 1442 by the Aragonese king Alphonso the Magnanimous has been decisive in the city’s history. The officials and the men-at-arms in the king’s service were compelled to follow the conqueror to Italy. However, those who took an active part in the conquest were not the only people to migrate from Spain to Naples. The urban integration of the “Catalans” — as they were called in Naples — differed according to their prospects in the city. Only very few of them gained access to the seggi, the territorial constituencies in which the urban elite governed the city, whereas the vast majority of migrants concentrated in the quartieri bassi, near the port. The “Catalan” migration generated hostile reactions among the Italians, reactivating old national stereotypes based on the political uses of the Joachimist prophecies in Sicily and Aragon. Such hostile reactions were exacerbated by fears that the king might enfeoff Spanish families in Italy.

28Christophe Giros, Les migrants à Constantinople (xe-xiie siècle), p. 163-174.

29Dans la période considérée, Constantinople est une mégapole, où les peuples et les langues se mêlent et qui attire de très nombreux migrants. Nicétas Chôniatès attribuait, au xiie siècle, le caractère turbulent de la ville à la diversité de ses populations et à la pluralité de leurs croyances. Régulièrement, des émeutes secouaient la ville, au cours desquelles on pouvait s’en prendre aux étrangers, comme ce fut le cas en 967 contre les Arméniens. Dans les périodes de crise, la capitale constituait un refuge pour les populations voisines. Lors de la famine de 927-928, l’empereur Romain Lécapène fit installer des abris de fortune dans les rues à colonnades, pour accueillir les réfugiés et fit subvenir à leurs besoins immédiats. À partir du XIe siècle, des quartiers ethniquement différenciés, qui accueillent l’immigration syrienne, arménienne et juive, apparaissent à Constantinople. Sous les Comnènes, le pouvoir impérial concède aux cités maritimes italiennes des quartiers sur la Corne d’Or, selon des modalités bien connues par la documentation. On s’attachera à comprendre les processus d’intégration des étrangers à Constantinople et les phénomènes de rejet dont ils peuvent faire l’objet.

30During the period considered, Constantinople is a megalopolis, a melting pot of peoples and languages, attracting many migrants. Niketas Choniates explained the frequent unrest in the city by the diversity of its population and the plurality of beliefs. Riots chronically shook the city, in which foreigners could sometimes be targeted, as it happened to the Armenians in 967. In times of crisis, the capital city was a shelter for populations living nearby. During the 927-928 famine, Emperor Romanos Lekapenos provided the refugees food and makeshift shelters in the colonnaded streets. From the 11th century on, ethnically divided neighbourhoods appeared in Constantinople, where Armenians, Syrians and Jews gathered. Under the Komnenos dynasty, Italian merchant cities were granted settlements on the Golden Horn by the imperial power, according to procedures that are well known to us. This article is an attempt to understand the integration process of foreigners in Constantinople, as well as the rejection they have been subject to.

31Élisabeth Mornet, L’étudiant au Moyen Âge, un migrant pas comme les autres ? Les étudiants nordiques à Paris, vers 1270-vers 1350, p. 175-191.

32Au sein des populations qui ont fréquenté l’université de Paris au Moyen Âge, les étudiants nordiques, « étrangers » à la ville par l’éloignement géographique du pays d’origine, la nationalité et la langue parlée, peuvent-ils se définir comme des « migrants » ? Un statut social généralement élevé, la protection des institutions ecclésiastiques du pays d’origine, manifestée dans la fondation des collèges, le privilège du for ecclésiastique dont ils jouissent ès qualités, l’incorporation aux structures d’encadrement universitaires, comme la nation, les désignent comme une catégorie à part parmi les néo-citadins. La présente étude éclaire quelques aspects de l’investissement de l’espace et de la société citadine. Si les lieux de résidence soulignent l’apparente exclusivité du quartier de l’université, quelques indices laissent à penser que l’implantation des Nordiques sur la rive gauche était plus diversifiée qu’il n’y paraît de prime abord. De surcroît, à côté de liens en priorité développés entre compatriotes, ou noués avec les condisciples et les maîtres de la nation, ils ont fréquenté d’autres milieux de la sociabilité parisienne. L’abbaye de Saint-Denis et les compagnies d’affaires italiennes serviront d’exemples.

33Among the people which frequented the University of Paris in the Middle Ages, can the Scandinavian scholars, foreigners into the city because of a distant native country, nationality and spoken language, be defined as “migrants”? A high-class social background, generally speaking, the protection of the ecclesiastical institutions of their country of origin — for example in the foundation of specific colleges —, the privilege of the clerical justice which they enjoy, the incorporation within the university framework, as the Nation, denote them as being different from the other new inhabitants in the town. The present study seeks to throw light on certain aspects of their installation in the urban space and society. If the places of residence emphasize the apparent exclusivity of the University district, certain indications show a more diversified settlement of the Scandinavians on the Left Bank than is apparent at first. Moreover, alongside the links developed first and foremost with countrymen, or with schoolfellows and masters of the Nation, they moved about in other circles of the Parisian sociability. The Abbey of Saint-Denis and Italian business companies can be cited as examples.

34Christophe Cailleaux, Les juifs et les musulmans en Catalogne à la fin du Moyen Âge. Des étrangers dans la ville ?, p. 193-210.

35Les juifs et les musulmans vivant dans l’Occident chrétien médiéval subissaient globalement marginalisation et ségrégation, malgré des variations importantes dans le temps et l’espace. Étaient-ils pour autant considérés comme des étrangers ? Cet article apporte une réponse nuancée. Certes, les minorités n’étaient jamais désignées juridiquement comme étrangères et elles étaient intégrées à la société englobante, notamment dans le domaine économique. Cependant, leur altérité était si souvent soulignée qu’à bien des égards, juifs et musulmans, de manière individuelle et collective, incarnaient des éléments étrangers au sein de l’espace urbain. L’article insiste sur la nécessité de replacer cette apparente contradiction, cet entre-deux, dans le cadre plus large des tensions qui traversaient la société chrétienne majoritaire.

36The Jews and Muslims who lived in the Medieval West mostly suffered marginalization and segregation, despite important fluctuations in space and time. Yet, were they really considered as foreigners? This article tries to give a balanced answer. Keep in mind that the minorities were never legally designated as foreigners, and that they were integrated in the global Christian society, especially in the economy. However, their alterity was so often emphasized that, in many ways, Jews and Muslims, individually or collectively, personified stranger elements in the urban space. The article stresses the need to set this apparent contradiction – this in-between – back in the wider context of the tensions that crossed the Christian society.

37Dominique Valérian, Marchands latins et sociétés portuaires dans le Maghreb médiéval. Le rôle central des intermédiaires, p. 213-223.

38En dépit de témoignages de relations directes entre marchands musulmans et chrétiens dans les ports maghrébins, ce qui apparaît comme la situation la plus répandue est l’usage d’intermédiaires pour mettre en contact étrangers et acteurs locaux. Les spécificités dues au statut juridique, aux différences de langues et de pratiques commerciales rendent ces intermédiaires particulièrement indispensables pour les communautés marchandes latines. Quelques figures émergent de la documentation, qui montre des personnages servant d’interface avec le reste de la société urbaine, grâce parfois à une expérience passée (volontaire ou plus souvent forcée) des contacts interculturels. C’est le cas en particulier des drogmans, figures centrales des sociétés portuaires, à la fois traducteurs et intermédiaires commerciaux, liés aux communautés latines mais aussi agents du pouvoir et de la douane, dont le statut ambigu permet justement de fluidifier les relations sociales et économiques entre chrétiens et musulmans, tout en les insérant dans un cadre juridique et politique acceptable.

39In spite of testimonies of direct relations between Moslem and Christian merchants in the Maghrebian ports, what appears as the most widespread situation is the use of intermediaries to put in contact foreigners and local actors. Specificities due to the legal statute of the foreigners, but also differences of languages and commercial practices made these intermediaries particularly essential for the Latin merchant communities. Some people emerge from the documentation, who played a role of interface with the rest of the urban society, thanks sometimes to a past experience (voluntary or more often forced) of intercultural contacts. It is the case in particular of the dragomans, central figures of the port societies, at the same time translators and commercial intermediaries, related to the Latin communities but also agents of the Moslem sovereign and of the custom administration, whose ambiguous statute precisely made it possible for them to facilitate the social and economic relations between Christians and Moslems, while inserting those relations within an acceptable legal and political framework.

40Jérôme Hayez, Pratiques et discours de marchands migrants. Les Toscans d’Avignon aux xive et xve siècles, p. 225-241.

41À la fin du xiiie siècle se met en place un flux migratoire unissant la Toscane à Avignon, qui se maintient jusqu’au début de la période moderne. Fortement polarisé sur les villes et constitué autour de réseaux commerciaux qui lui fournissent une armature persistante, il connaît au cours de la période 1290-1430 des variations entre les foyers de départ et dans le rapport entre citadins et ressortissants des bourgades ou entre marchands et artisans. Tous les candidats ne bénéficient donc pas de chances égales ni pour s’expatrier ni pour s’installer durablement en ville. L’examen de témoignages à la première personne de migrants constitués par leurs correspondances révèle les liens conservés avec la région de départ, permet de restituer à l’expatriation son sens de projet lié à une quête d’honneur et de profit et d’appréhender un séjour durable ou définitif comme un choix renouvelé en considération d’un contexte qui évolue parallèlement dans les milieux de départ et de résidence.

42The migratory flow linking Tuscany and Avignon from the late 13th century up to the early modern period was largely allowed by the pooling of financial and human resources available in town and by the logistic support offered for several decades by changing but lasting commercial networks. Its evolution during the period 1290-1430, showing a variation in source areas, and in both ratios of city-dwellers vs. villagers and merchants vs. craftsmen, suggests that the personal connections allowing an easier expatriation and settling down in the target town were not equally shared between every Tuscan during that century and a half. The analysis of the personal stories and of the discourse on migration preserved in private letters reveals the continuing relationships with relatives and friends across both regions and the meaning of expatriation as a quest of honour and profit, and suggests that long-lasting migration was a repeated choice taking into consideration the moving context in both source and target societies.

43Cédric Quertier, La stigmatisation des migrants à l’épreuve des faits. Le règlement de la faillite Aiutamicristo da Pisa devant la Mercanzia florentine (1390), p. 243-259.

44Dans les années 1380, le statut de d’étranger (forestieri) semble poser problème dans les relations entre Florence et Pise, ce qui nous invite à interroger la signification de l’extranéité pour les acteurs commerciaux.

45Les conditions du traité commercial bilatéral de 1369 (exemption de droits de douane, fondaco protégé par un magistrat pisan, etc.) permettent l’installation d’une puissante communauté de marchands florentins à Pise. Devant à l’origine augmenter le trafic du port et en faire indirectement bénéficier l’ensemble de la ville, une série d’incidents dans les années 1380 dévoile l’opposition de la population contre ces avantages.

46Faute d’archives conservées à Pise, l’examen des procès de la Mercanzia florentine, fédération des Arts impliqués dans le commerce extérieur, donne d’utiles renseignements. Le procès pour faillite de la compagnie d’Aiutamicristo de Pise installée à Florence (1390) permet dans ce contexte de déterminer si le statut de forestieri – central dans l’argumentation des parties – prévaut sur les normes du règlement des conflits commerciaux. Il apparaît que les Pisans sont suffisamment intégrés pour utiliser toutes les ressources juridiques disponibles tandis que les Florentins nient l’ampleur de leur intégration. Au final, si les débats se concentrent sur les statuts juridiques, les normes commerciales priment et les Pisans obtiennent gain de cause.

47In the 1380’s, the status of foreigners (forestieri) seems to have caused problems between Florence and Pisa, which leads us to investigate the meaning of foreign origin for commercial actors.

48The conditions of the 1369 bilateral commercial treaty (merchants non dutiable; fondaco protected by a Pisan magistrate, etc.) allowed a powerful community of Florentine merchants to settle in Pisa. That treaty’s purpose was to let the port traffic increase, for the whole of the city’s population to take benefit from it, but a series of incidents occurring in the 1380’s reveals the Pisans’ opposition against these advantages.

49For lack of archives preserved in Pisa, the study of the trials of the Florentine Mercanzia — a federation of the Arts involved in foreign trade — gives us useful information. In that context, the bankruptcy proceedings of the Pisan company Aiutamicristo, which was settled in Florence, make it possible to determine whether the status of forestieri — a legal concept that came up very often in the argumentation of the actors of the trial — prevails over the commercial rules for the settlement of commercial conflicts. It seems that the Pisans were well enough informed to use all available legal resources and means, whereas the Florentines denied the depth and quality of their integration in the city of Florence. The debates concentrated on the legal statuses, but in the end, the sentence of the court seems to have given greater weight to the commercial rules, and the Pisans won their case.

50Laurence Moal, Les Castillans à Nantes aux xve et xvie siècles. Négoce et notabilité, p. 261-281.

51En Bretagne, les Espagnols forment la communauté étrangère la plus organisée et la plus privilégiée. Il s’agit en réalité de marchands castillans, originaires surtout de Burgos, dont on retrouve des membres dans toutes les grandes places commerciales européennes. Ils se sont installés essentiellement à Nantes, l’une des principales villes du duché, siège du pouvoir ducal sous le duc François II (1458-1488) et surtout, l’étape de la laine espagnole dès 1430. Ces négociants développent de véritables stratégies pour s’intégrer à la notabilité nantaise et investissent l’espace urbain par leurs actions sociales ou symboliques. Ce sont ces actions ainsi que la capacité d’appropriation du territoire urbain à différentes échelles qu’il convient de prendre en compte, au travers de sources diverses conservées aux archives municipales de Nantes et aux archives de Loire-Atlantique : documents administratifs et comptables, registres de baptême et fondations pieuses.

52In Brittany, Spanish people made up the most organized and privileged foreign community. In fact, they were mainly Castilian merchants, mainly from Burgos, whose members could be found in all the big commercial European areas. They mostly settled in Nantes, one of the major cities of the Dukedom, the siege of the ducal power under the reign of the Duke François the Second (1458-1488), and most of all, the landmark city for Spanish wool as early as 1430. These traders developed real strategies to integrate the notability in Nantes, while invading the urban space thanks to their social and symbolic actions. Those actions, as well as their ability to appropriate themselves the urban territory on different scales, should be taken into account, through various sources kept at the local archives in Nantes and in Loire-Atlantique more broadly-official files, accounts, baptism registers and pious foundations.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540