Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Conclusion. L’histoire en mouvement

Patrick Boucheron

Texte intégral

  • 1 Gentile Sermini, Novelle, G. Vettori (éd.), Rome, Avanzini e Torraca, 1968, vol. 2, p. 437-448 (no  (...)

Quand le vilain quitte le contado et vient habiter en ville, à peine a-t-il mis une cape de couleur, avec des chaussures à bonnes semelles, qu’il commence à se gonfler, se prenant pour un des grands1.

  • 2 P. Boucheron, « La sociologie implicite de la Novellistica italienne à la fin du Moyen Âge », dans (...)

1Ainsi débute l’une des nouvelles de Gentile Sermini, auteur siennois du début du xve siècle, qui participe de cette littérature des préjugés sociaux si caractéristique de la fin du Moyen Âge. Mais la novellistica toscane est aussi une littérature de rappel à l’ordre, et notamment de rappel à l’ordre urbain – à l’ordre matériel et symbolique qu’impose la ville à ceux qui veulent y arriver. Il ne s’agit pas seulement d’accuser l’écart anthropologique entre le migrant et l’autochtone, mais de mettre en scène le châtiment symbolique du parvenu qui se croit arrivé – puisque, cela a été rappelé à maintes reprises par plusieurs contributeurs de ce livre, la mobilité spatiale est souvent le principal ressort de l’ascension sociale. Mattano, c’est son nom, s’est enrichi dans le contado. Il est citoyen siennois et veut participer à la vie politique. Il en a le droit, mais non les manières. Il transgresse donc une frontière invisible, bien plus contraignante que les murs de la ville. Voici pourquoi une brigata de jeunes aristocrates urbains organise une beffa, une mauvaise blague : ils font croire au migrant crédule qu’il est élu à la Seigneurie, organisent une entrée triomphale, mais c’est une entrée parodique et carnavalesque qu’ils mettent en scène. Car au moment où l’on feint de l’installer dans le palais public et ainsi de l’intégrer dans la communauté politique, on orchestre sa mise à l’écart, et de la manière la plus implacable et la plus cruelle qui soit, par la mise à l’épreuve de la violence symbolique2.

  • 3 P. Monnet, « Introduction », dans P. Monnet et O. G. Oexle (dir.), Stadt und Recht im Mittelalter/ (...)

2Installation, intégration, mise à l’écart. On aura reconnu les trois termes du sous-titre de la rencontre dont ce volume procède et qu’il prolonge. Entre ces trois termes s’établit la tension entre les normes et les pratiques. Le nom même du héros, Mattano, le destine à la folie (matto). Mais de quelle folie parle-t-on ? Elle consiste ici à croire vrai le discours légitimant que la ville tient sur ses institutions. Et notamment dans la Sala della Pace du Palais communal de Sienne où Ambrogio Lorenzetti a peint en 1338 ce que les historiens ont coutume d’appeler « La fresque du Bon Gouvernement » et qui donne à voir l’exacte figuration de son rêve politique : tous ceux qui passent la porte de la ville deviennent citoyens d’une communauté de concorde où le cœur des hommes bat à l’unisson. Concordia domi foris pax, « l’amitié dans les murs, la paix hors les murs ». Cette fière devise, que l’on pouvait lire au milieu du xve siècle sur l’une des portes de la ville de Lübeck, exprime bien l’idéal urbain de la fin du Moyen Âge3. Si les citoyens ont pensé le lien civique sur le modèle de l’amour chrétien, puis de l’amitié cicéronienne, c’est sans doute qu’ils en reconnaissaient, avec inquiétude, l’intensité et la fragilité.

  • 4 B. Lepetit, « Proposition et avertissement », dans J. Bottin et D. Calabi (dir.), Les Étrangers da (...)

3L’argumentaire de la rencontre qui fut à l’origine de ce livre demandait à ses participants de prêter une oreille attentive à la stratégie des acteurs, de reconstituer des réseaux, de retracer des parcours. Il s’agissait en somme d’épouser une dynamique et une durée, celles de « l’arriver » en ville davantage que de l’arrivée en ville. La nuance peut sembler subtile, elle n’en exprime pas moins une double transformation : ce que le migrant fait à la ville, ce que la ville fait au migrant. Pour caractériser cette ambition historiographique – ou plus précisément, pour l’historiciser – on peut revenir une quinzaine d’années en arrière. En 1995, Jacques Bottin et Donatella Calabi organisaient les rencontres qui allaient donner lieu à la publication du volume Les étrangers dans la ville. Bernard Lepetit réagissait au titre (et sa réaction allait malheureusement paraître de manière posthume). Le titre, disait-il de manière un peu cassante, était mal choisi, car trop statique. On ne peut étudier les étrangers dans la ville car on n’habite pas dans une ville mais en ville – « les hommes ne sont dans une ville comme des chaussures dans une boîte : la ville n’est pas un environnement4 ». Il convient donc, poursuivait-il, de partir des lieux et des individus : les individus arrivent en ville, la ville les transforme, ils transforment la ville en retour. Aussi doit-on s’intéresser aux appropriations physiques et symboliques de l’espace : une « création de formes » qui peut constituer un « bricolage éphémère ».

4De Les Étrangers dans la ville à “Arriver” en ville, on mesure donc la distance historiographique parcourue. Cette mise en mouvement procède évidemment de ce fameux « tournant pragmatique » du milieu des années 1990 qu’a notamment impulsé Bernard Lepetit. Mais aujourd’hui, le tournant est pris (au sens où l’on dit d’un pli qu’il est pris) : on est pragmatique sans le savoir, parfois même sans le vouloir, chacun s’efforce désormais de prendre les acteurs au sérieux – pour reprendre un gimmick d’alors. Aussi est-il réconfortant que de jeunes historiens se ressaisissent ici de vieilles questions – disons, pour aller vite, les dynamiques du peuplement urbain – afin de dépasser ce qu’il pouvait y avoir de purement proclamatif (au moins pour les médiévistes) dans le programme qui consistait à étudier des stratégies individuelles de migrants plutôt que la résultante collective des migrations. Il faut évidemment l’un et l’autre, et c’est ce à quoi nous a invité d’emblée le rapport introductif de Denis Menjot.

  • 5 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fay (...)

5Evoquant Gérard Noiriel et l’histoire des migrations comme « point aveugle » de la recherche historique, la perception des gens d’ailleurs par ceux d’ici, leur volonté de « vivre ici sans oublier là bas », il a justement fait sonner des préoccupations contemporaines aux oreilles des médiévistes. Sans doute était-ce une manière de faire jouer la concordance des temps qui était en phase avec les motivations supposées des organisateurs du colloque. On doit, me semble-t-il, toujours interroger notre propre proximité (à la fois intellectuelle, politique et émotionnelle) avec le sujet que l’on choisit, mais qui vient à nous environné d’une certaine injonction morale. Denis Menjot l’a dit : les sociétés médiévales sont des sociétés en mouvement, mais on ne les perçoit pas comme telles. Pourquoi ? Parce que l’idée de circulation qui gouverne nos espérances et nos pratiques – particulièrement dans le monde universitaire – et qui consiste en une valorisation philosophique globale de la mobilité, est née au xviiie siècle, en opposition à un Moyen Âge fantasmé (qui était celui des villes engoncées, asphyxiées, stagnantes et des hommes abrutis à force d’être enracinés)5. Oui, car il faut sans doute le rappeler, un peu à contrepente de l’époque qui cherche des racines à nos sociétés, et pour ne pas fâcher les biogéographes qui, tels Paul Arnould, se sont penchés avec bienveillance sur la jeune serre de ce « laboratoire junior » : si les arbres ont des racines, les hommes ont des projets.

  • 6 Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge. Actes du XLe Congrès de la SHMESP (...)

6La réaction face à cette valorisation agressive de l’enracinement et de l’autochtonie est salutaire. L’histoire urbaine, parce qu’elle porte naturellement au comparatisme, peut en être une expression privilégiée. Mais on doit aussi prendre garde à notre propre réaction, qui confondrait idée juste et juste cause, en nous faisant croire à l’irénisme d’une circulation heureuse, émancipatrice, ressort du progrès social et de l’épanouissement individuel. Le colloque organisé par la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public à Nice en juin 2009 était de ce point de vue exemplaire, convoquant le gentil Viking et le podestat performant, l’étudiant mobile au cœur léger et le travailleur suivant de bonne grâce les sollicitations d’un marché du travail flexible6. Tous mobiles, tous heureux, tous modernes. On se moque des pieds poudreux de Henri Pirenne, mais peut-être ne se méfie-t-on pas assez de notre propre idéologie de la mobilité – le colloque étant à la fois une des formes de la villégiature universitaire et une des manières pour ceux qui y participent d’« arriver » dans la carrière. L’idéal migrateur ne serait-il pas la forme suprême de l’enfermement scolastique ? Tel est du moins l’une des idées, provocantes et joyeuses, que m’a inspiré la vigueur de nos débats.

7Car ceux-ci furent si riches et si divers que les ramener en quelques perspectives d’ensemble semble une tâche bien malaisée. Je tenterai donc d’aborder tour à tour cinq points apparemment distincts, et sans épuiser trop d’énergie rhétorique à les articuler : le paysage documentaire de la mobilité urbaine ; les enjeux de la qualification ; la dynamique contradictoire de la polarisation et de la dispersion ; la cartographie de la durée ; la question du cosmopolitisme.

Le paysage documentaire de la mobilité urbaine

8Là encore, on mesure une évolution historiographique dans le rapport à la documentation. Elle n’a pas été envisagée ici comme aubaine – le mot est pleinement opportun lorsqu’il s’agit d’étudier les migrants – mais comme objet d’histoire. Cet objet doit être le plus souvent décrit par l’historien, et la plupart des contributeurs se sont d’abord attachés à arpenter soigneusement le paysage documentaire de la mobilité urbaine. Ainsi des lettres de marchands toscans, ces professionnels de la mobilité, en Avignon analysées par Jérôme Hayez. Littérature technique et normée sans doute que celle de la documentation Datini du Trecento, mais qui peut exprimer la voix plus personnelle d’une expérience de l’éloignement de la patrie, et du déshonneur éventuel d’y devoir retourner sans avoir pleinement réussi. Mais ce paysage peut aussi être un paysage reconstitué. Lucie Malbos et Arnaud Lestremau ont démontré que l’arrivée d’étrangers était la raison d’être de ces villes champignons que sont les emporia d’Europe du nord-ouest durant le Haut Moyen Âge. Mais pour ce faire, ils ont du s’interroger sur les sources. Car des étrangers qui arrivent en ville, on ne perçoit que des traces, fugaces et incertaines. Traces matérielles, comme les céramiques des emporia, ou traces anthroponymiques. Dans ce cas, le chemin n’est qu’à demi parcouru, car comment passe-t-on de la saisie d’un nom à celle d’un individu ? C’est le résultat d’un processus, et non le processus lui-même.

9Paysage décrit, reconstitué, ou paysage artificiel, que l’historien reconstruit. C’est le cas de l’étude – qui n’a malheureusement pas pu être intégrée ici – proposée par Caroline Bourlet à partir des sources fiscales du Paris de Philippe le Bel : il s’agit bien ici d’inventer la liste des étrangers, mais sans créer une fiction. L’historienne crée ici une métasource, qu’elle fait parler, notamment pour reconstituer des stratégies d’investissements des migrants dans certains secteurs : ainsi discerne-t-on par exemple les Allemands et les Flamands qui tiennent les tavernes de Paris. L’historienne démontre notamment que le lien entre l’activité de la région d’origine et celle de la ville qui accueille les migrants n’est pas toujours avéré : on le voit pour les Normands, qui n’investissent pas le secteur du fer. On pourrait aussi évoquer une quatrième catégorie : le paysage invisible. Judicaël Petrowiste a dressé une typologie des motivations supposées des migrants de Toulouse aux xiie et xiiie siècles. Car la ville est tout à la fois lieu de pouvoir (pour l’inurbamento des aristocrates), lieu d’apprentissage pour certains métiers, lieu de savoir (pour les étudiants), lieu de refuge (pour les cathares). Mais il constate le silence de la documentation sur les réseaux du quotidien. L’absence de sources serait ici le reflet d’une histoire paisible d’accueil et d’intégration. Ce n’est pas que les migrants heureux n’ont pas d’histoire, c’est sans doute qu’ils ne font pas d’archives. L’idée est intéressante, même si on pourrait la discuter : sans doute existe-il également au Moyen Âge des franges indiscernables de la population migrante. Or, ces « invisibles » n’échappent pas, loin s’en faut, à une logique de qualification.

Les enjeux de la qualification

10Nommer c’est désigner, et désigner c’est commencer à contrôler. Nos discussions sur l’anthroponymie l’ont montré de manière très éloquente, et ce dès la première communication d’Étienne Hubert. Attentif aux formules des notaires toscans au xive siècle, il note les progrès dans la désignation des personnes et les attribue à une évolution d’ensemble des sociétés urbaines italiennes. On passerait alors d’une société de face-à-face à une société du contrôle social, par l’écrit et par le droit. Étudiant la manière dont se mettent en place les pactes intercommunaux (ainsi celui de 1209 entre Venise et Padoue qui prévoit l’organisation de juges pour étrangers dans chacune des deux villes), Gionata Tasini arrive à des conclusions comparables. Ce qui est en jeu est l’extinction progressive de la personnalité du droit sous les coups d’une nouvelle conception unificatrice du politique qui rompt avec « ce système polycentrique, juridiquement et politiquement pluraliste » qu’exprime le développement des patti.

  • 7 Cité par P. Vigneau, « Caïn ou Abel ? Des imaginaires tsiganes entre nomadisme et sédentarité », L (...)

11D’une société urbaine de la négociation à celle du contrôle : l’historien, et particulièrement le prosopographe qui ne déteste rien tant que l’indétermination anthroponymique, a une sympathie professionnelle spontanée pour les sociétés de contrôle. Pourtant, les sociétés de négociation créent aussi des conditions intéressantes de désignation : la manière dont on nomme les migrants témoigne de la connaissance qu’on a de leur milieu d’origine. Ainsi nomme-t-on à Paris les migrants normands en faisant mention de leurs lieux précis d’appartenance. Qualification des individus, mais également qualification des groupes. Vikings, Catalans, Turcs : autant de noms collectifs qui sont pleinement des constructions discursives et constituent déjà l’horizon linguistique de l’accueil ou du rejet des populations. D’une certaine manière, les conditions politiques de l’arrivée en ville des migrants sont linguistiquement déterminées, par avance, par la manière dont on les qualifie ou disqualifie. Christophe Cailleaux l’a très bien présenté à l’orée de sa contribution pour la fin du Moyen Âge – désigner les juifs et les musulmans en Catalogne comme des étrangers dans la ville, c’est prendre une position qui a des conséquences historiographiques immédiates. Est-il besoin de préciser combien cette question est d’une actualité brûlante ? On se souvient de la page hallucinée que consacre le Journal du Bourgeois de Paris à l’arrivée des Bohémiens à Paris en 1427. Les registres de l’échevinage d’Arras, en octobre 1421, notent l’arrivée en leur ville d’une trentaine de personnes qualifiées de merveilles venues d’étrangers du pays d’Égypte ; elles frappent les habitants par leur teint basané, leurs longs cheveux noirs, leur haute stature et leurs tenues pauvres quoique colorées7.

12Cette qualification/disqualification a donc une efficace politique immédiate. On l’a vu, avec le bel exemple développé par Cédric Quertier : le procès de marchands pisans à Florence en 1390. Comme il l’a montré, l’affaire prend sens dans une histoire politique et diplomatique – celle des rapports entre Pise et Florence. Mais on peut aussi faire un usage intensif de cette source dense, dans une perspective microhistorique. Se discernent alors les enjeux juridiques de la qualification : ici se déclarer forestieri permet d’échapper à l’arbitraire d’officiers subalternes. Retenons en tout cas que qualifier individuellement ou collectivement les migrants qui arrivent en ville, c’est toujours qualifier le lieu d’où ils viennent, mais c’est aussi participer à la qualification urbaine du lieu où ils arrivent.

Une dynamique contradictoire : polarisation et dissémination

13Élisabeth Mornet a démontré comment l’implantation des étudiants nordiques à Paris était polarisée par trois collèges dans le dernier tiers du xiiie siècle et la première moitié du xive siècle. Mais certains étudiants résidaient ailleurs, achetant parfois des maisons : les deux tiers des étudiants danois sont externes, ce qui suppose une insertion dans d’autres réseaux. Cette double logique spatiale, de polarisation et de dissémination, vaut sans doute pour beaucoup des quartiers latins des villes universitaires européennes. Elle mérite toutefois d’être modélisée, et en tout cas généralisée à d’autres groupes humains qui vivent à la fois de manière séparée et intégrée. On pense à la logique d’implantation des métiers, qui a été bien exemplifiée ; on pense aussi à la présence des communautés de négociants étrangers. Mais on pense également à l’exemple curial, tel qu’il apparaît fort bien dans la confrontation entre les contributions de Florence Berland et Roxane Chilà pour le xve siècle.

14Pour ceux qui arrivent en ville à la suite de Philippe le Hardi, les Hôtels ducaux servent de logement pour la cour. La cour est une institution hors-sol mais c’est aussi un lieu perméable à la société urbaine. Les hôtels princiers sont ouverts aux bas-fonds de la société et les courtisans se retrouvent dans les tavernes. La question est alors de savoir si cette présence diffuse est perçue comme une présence curiale. Il s’agit ici d’une une micromobilité : sans cesse, la cour entre et sort de la ville. Le contraste est fort avec la sédentarisation totale de la cour d’Alphonse le Magnanime. C’est tellement vrai que la croissance démographique remarquable de cette métropole méditerranéenne est fortement alimentée par l’installation des quelques 800 individus identifiés par Roxane Chilà provenant des territoires de la couronne d’Aragon. Mobilité contrainte d’abord, plus spontanée ensuite, l’implantation des Catalans à Naples peut aussi être considérée comme une absorption. Cela pose le problème des capacités de résistance d’une grande ville à la colonisation, mais aussi celle de la durée de l’arrivée en ville.

  • 8 J.-F. Chauvard, « Échelles d’observation et insertion des étrangers dans l’espace vénitien. xviie-(...)

15Je pense ici aux travaux de Jean-François Chauvard qui a travaillé sur les échelles d’observation de l’implantation des étrangers à Venise à l’époque moderne8. On y observe une tendance au micro-regroupement et, lorsque l’on change de focale, une tendance à la dispersion. Mais cette image statique de la répartition spatiale doit être mise en mouvement par l’étude des itinéraires individuels. Il ne s’agit donc pas de deux échelles d’implantation, mais de deux temps dans un même processus. Sauf qu’on ne sait comment orienter sa dynamique. Est-ce que les migrants s’installent où ils peuvent puis se regroupent ? Ou bien est-ce qu’ils se regroupent pour faciliter leur arrivée en ville avant de se disséminer au fur et à mesure qu’ils s’intègrent dans la société urbaine ? L’état de la documentation médiévale ne permet sans doute pas de répondre à cette question – au moins mérite-t-elle d’être posée.

Cartographier la durée

16L’infinitif du titre, arriver en ville, a le mérite de mettre sur la voie d’un processus, et d’un processus continu, mais il risque aussi d’étendre de manière indéfinie la durée du processus. Quand peut-on dire que l’on est arrivé en ville ? Lorsqu’on est dans ses murs ? Lorsqu’on est intégré à ses réseaux ? Lorsqu’on s’est entièrement fondu dans le corps urbain ? Dans ce cas, l’exemple développé par Laurence Moal donne, pour les Castillans de Nantes aux xve et xvie siècles, toute la gamme des pratiques sociales qui permettent l’intégration des migrants : mariages mixtes, réseaux de parrainage, investissements urbains de la ville, changement patronymique, participation fiscale et financière, accession à la notabilité sociale : les Castillans se fondent dans la société nantaise.

17L’historiographie mamelouk distingue le temps de la ségrégation urbaine et celui, au xive siècle, de l’installation en ville – qui est aussi celle des mariages. D’où le développement de petits immeubles de rapport avec des écuries au rez-de-chaussée, qui correspondent bien au mode de vie de cette aristocratie militaire très mobile dont a traité Julien Loiseau. Mobilité des carrières et pluralité des résidences ne favorisent certes pas l’enracinement urbain de cette aristocratie urbaine. Mais sitôt nommés, les gouverneurs font édifier leur dernière demeure : un mausolée, quitte à en changer au cours de leur vie. Le cas est singulier, car il fait de l’allochtonie une des conditions du jeu politique. Mais l’essentiel est de comprendre que les Mamelouks ne cessent d’arriver en ville. Et si la ville porte les traces de quelque chose, ce n’est ni d’une installation ni d’une mise à l’écart, mais d’une durée étirée.

18L’exemple cairote nous met donc sur la voie : le territoire de l’historien de la ville, ce n’est pas la forme urbaine, c’est sa durée – ou plus précisément la manière dont la forme est affectée et réaffectée par la durée (et l’on retrouve au passage ici l’une des intuitions les plus fécondes de Bernard Lepetit). Ce point a été me semble-t-il très bien mis en lumière par Matthieu Scherman. La ville de Trévise attire au Quattrocento pour son propre profit. Aussi est-ce la résidence qui compte et non l’origine : on n’est pas considéré comme étranger si l’on réside dans la ville et si l’on y contribue. Mais l’établissement en ville est progressif et doit donc se constituer par paliers et par étapes. La ville filtre ses migrants par ses « zones de transit » que sont les espaces périphériques.

  • 9 P. Boucheron, « Milano e i suoi sobborghi : urbanità e pratiche socio-economiche ai confini di uno (...)

19Aussi serait-il utile d’envisager une conception spatialisée de cette durée. Dans le cas milanais par exemple, la discontinuité du peuplement des faubourgs amortit les effets des évolutions démographiques dans le centre urbain : en cas de dépopulation, c’est la ceinture suburbaine de Milan qui se resserre, et lorsque vient le temps du repeuplement, les faubourgs absorbent une bonne partie des nouveaux immigrants. Incapable de contrôler l’afflux des montanari e vallarani qui fuient les famines et la misère, le pouvoir ducal tente de les fixer aux portes de la ville9. Ce qui pose l’ultime question des succès et des échecs de cette intégration.

Succès et échecs de l’intégration : la question du cosmopolitisme

20C’est un fait, d’une grande banalité sans doute, mais qu’il n’est jamais inutile de rappeler : le migrant bien accueilli est le migrant riche. Riche d’un capital à faire fructifier – capital monétaire mais pas seulement. On a évoqué le capital culturel des étudiants migrateurs, de même que le capital social des réseaux déjà constitués. C’est particulièrement vrai avec les réseaux marchands, et notamment avec ceux des Latins installés dans les sociétés portuaires maghrébines. Dominique Valérian a insisté sur le rôle des intermédiaires aux xiiie et xive siècles – ce que l’historiographie moderne appelle les entrepreneurs de réseaux. Ces courtiers sont aussi des agents du contrôle des administrations urbaines sur les expatriés accueillis et en partie confinés dans la structure du funduq. Mais le rôle des drogmans, traducteurs et intermédiaires, permet de saisir encore une fois les enjeux linguistiques de l’assimilation.

  • 10 M. Hansen (dir.), A Comparative study of thirty city-state cultures, Copenhague, Royal Danish Acad (...)

21Christophe Giros a donné une image saisissante de la puissance intégratrice de la cité de Constantinople en citant ce poème écrit par Jean Tzetzès au xiie siècle évoquant une capitale qui reçoit des voleurs parlant toutes les langues et les transforme en saints. Cela pose la question sur laquelle je voudrais achever ces propos : qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Est-ce un phénomène propre au modèle impérial ? Certains en on fait l’hypothèse. Ou est-ce l’apanage des capitales ? Des historiens, comme Mogens Hansen, en font au contraire l’une des caractéristiques des Cités-États, modèle trans-historique qu’ils définissent moins par la forme politique de l’auto-gouvernement urbain et de son emprise territoriale limitée que par une city-state culture caractérisée, pour l’essentiel, par le cosmopolitisme10. Or, celui-ci impose toujours à l’espace urbain une dynamique de fragmentation. La géographie des communautés étrangères à Venise trouve son équivalent à Raguse comme à Novgorod, où les marchands hanséates du Peterhof sont protégés par une institution comparable au célèbre Fondaco dei Tedeschi.

  • 11 A. Broccolini, « Fondaco », dans C. Topalov, L. Coudroy de Lille, J.-C. Depaule et B. Marin (dir.) (...)

22Revoici donc le funduq. Revoici le mot vedette d’une historiographie de la mobilité heureuse, mais dont il est intéressant de saisir l’histoire – comme le récent Aventure des mots de la ville nous y invite. Car les mots de la ville sont comme les espaces qu’ils désignent et qu’ils façonnent : ils s’usent. Le funduq prend, en arabe moderne, et notamment au Maghreb, une valeur péjorative à partir du xixe siècle. Le fondaco subit la même évolution en italien – et notamment dans sa forme napolitaine funneco. C’est, pour l’abbé Galiani en 1789, « une maison sans ouvertures, propre au bas peuple et aux putains11 ». Singulier renversement sémantique. Mais qu’est-ce qui se dégrade alors ? Les bâtiments ou l’idée qu’on s’en fait ? C’est évidemment à ce moment là que l’idéal de circulation des Lumières dont j’ai parlé, et dont nous sommes sans doute les héritiers acritiques, exalte la notion de cosmopolitisme et par réaction construit notre répulsion politique pour la ségrégation et la mise à l’écart (dont, paradoxalement, le funduq devient l’expression monumentale).

23On attend peut-être des conclusions d’un colloque qu’elles en définissent les apports. Mais sa réussite se mesure peut-être davantage à ce qu’il retranche, à ce qu’il conteste, à ce qu’il détruit. Or, l’une des principales victimes conceptuelles de ce colloque est bien la notion de ségrégation. On savait que les mouvements profonds de la société urbaine faisaient au Moyen Âge obstacle à la ségrégation. De ségrégation (entendue comme séparation définitive, non comme processus de relégation, ce qui existe évidemment au Moyen Âge), il n’a guère été question ici. Quant à la notion de mise à l’écart, disons pudiquement qu’elle a également beaucoup souffert, sans pour autant rendre à la notion d’intégration son innocence heureuse. Bref, beaucoup de catégories ont tremblé – à commencer par celle de migrants, et peut-être même de ville. N’est-ce pas d’abord ceci que l’on attend d’une histoire en mouvement ?

Notes

1 Gentile Sermini, Novelle, G. Vettori (éd.), Rome, Avanzini e Torraca, 1968, vol. 2, p. 437-448 (no 25). Traduction dans O. Redon, L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois ( xiiie- xive siècles), Rome, École française de Rome, 1994, p. 127-132.

2 P. Boucheron, « La sociologie implicite de la Novellistica italienne à la fin du Moyen Âge », dans B. Lahire (dir.), Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2011, p. 537-566.

3 P. Monnet, « Introduction », dans P. Monnet et O. G. Oexle (dir.), Stadt und Recht im Mittelalter/La ville et le droit au Moyen Âge, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, p. 9-24, ici p. 13.

4 B. Lepetit, « Proposition et avertissement », dans J. Bottin et D. Calabi (dir.), Les Étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 11-15, ici p. 11.

5 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003.

6 Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge. Actes du XLe Congrès de la SHMESP (Nice, 4-7 juin 2009), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

7 Cité par P. Vigneau, « Caïn ou Abel ? Des imaginaires tsiganes entre nomadisme et sédentarité », Le sociographe, 28, 2009, p. 37-50, ici p. 41.

8 J.-F. Chauvard, « Échelles d’observation et insertion des étrangers dans l’espace vénitien. xviie-xviiie siècles », dans J. Bottin et D. Calabi (dir.), Les étrangers dans la ville, op. cit., p. 195-208.

9 P. Boucheron, « Milano e i suoi sobborghi : urbanità e pratiche socio-economiche ai confini di uno spazio incerto (1400 ca. – 1550 ca.) », Società e storia, 112, 2006, p. 235-252.

10 M. Hansen (dir.), A Comparative study of thirty city-state cultures, Copenhague, Royal Danish Academy of Sciences and Letters, 2000.

11 A. Broccolini, « Fondaco », dans C. Topalov, L. Coudroy de Lille, J.-C. Depaule et B. Marin (dir.), L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les languess, les sociétés, Paris, Robert Laffont (« Bouquins »), 2010, p. 485-488.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540