Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Quatrième partie. Migrations et monde marchand, les spécificités d’une intégration urbaine

Les Castillans à Nantes aux xve et xvie siècles

Négoce et notabilité

Laurence Moal

Résumé

En Bretagne, les Espagnols forment la communauté étrangère la plus organisée et la plus privilégiée. Il s’agit en réalité de marchands castillans, originaires surtout de Burgos, dont on retrouve des membres dans toutes les grandes places commerciales européennes. Ils se sont installés essentiellement à Nantes, l’une des principales villes du duché, siège du pouvoir ducal sous le duc François II (1458-1488) et surtout, l’étape de la laine espagnole dès 1430. Ces négociants développent de véritables stratégies pour s’intégrer à la notabilité nantaise et investissent l’espace urbain par leurs actions sociales ou symboliques. Ce sont ces actions ainsi que la capacité d’appropriation du territoire urbain à différentes échelles qu’il convient de prendre en compte, au travers de sources diverses conservées aux archives municipales de Nantes et aux archives de Loire-Atlantique : documents administratifs et comptables, registres de baptême et fondations pieuses.

In Brittany, Spanish people made up the most organized and privileged foreign community. In fact, they were mainly Castilian merchants, mainly from Burgos, whose members could be found in all the big commercial European areas. They mostly settled in Nantes, one of the major cities of the Dukedom, the siege of the ducal power under the reign of the Duke François the Second (1458-1488), and most of all, the landmark city for Spanish wool as early as 1430. These traders developed real strategies to integrate the notability in Nantes, while invading the urban space thanks to their social and symbolic actions. Those actions, as well as their ability to appropriate themselves the urban territory on different scales, should be taken into account, through various sources kept at the local archives in Nantes and in Loire-Atlantique more broadly-official files, accounts, baptism registers and pious foundations.

Texte intégral

  • 1 M. Giraud-Mangin, « L’épitaphe de deux Espagnols établis à Nantes au xve siècle », Bulletin de la (...)

1L’église de l’ancien couvent des Cordeliers de Nantes contenait une chapelle dédiée à Notre Dame d’Espagne, richement décorée avec des vitraux blasonnés, des peintures et des enfeus recouverts de monuments funéraires. C’est là que se trouvait une épitaphe, écrite en français, déménagée sans doute à la Révolution et aujourd’hui exposée dans un couloir de la mairie (figure 1)1. Elle mentionne Consallo Alphonso Darande, disparu en 1462, et son fils Ferrand, mort cinq ans plus tôt. On apprend que « tous deux estoint du royaume d’Espaigne, nobles bourgeois de Bourgues, la cité, ou prins avoint la leur nativité ». Cette épitaphe ne donne aucune information sur l’activité des défunts, mais traduit bien la revendication de l’origine espagnole et de l’appartenance à la bourgeoisie de Burgos. Elle montre aussi, qu’à cette date, les Espagnols forment à Nantes une communauté suffisamment organisée pour posséder une chapelle.

  • 2 L. Moal, L’Étranger en Bretagne au Moyen Âge : présence, attitudes, perceptions, Rennes, Presses u (...)
  • 3 B. Lepetit, « Proposition et avertissement », Les Étrangers dans la ville : minorités et espace ur (...)
  • 4 L. Croq, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique », La Notab (...)
  • 5 C. Deligne et C. Billen dir., Voisinages, coexistences, appropriations. Groupes sociaux et territo (...)

2En Bretagne, les Espagnols forment en effet la communauté étrangère la plus organisée et la plus privilégiée2. Il s’agit en réalité de marchands castillans, originaires surtout de Burgos, dont on retrouve des membres dans toutes les grandes places commerciales européennes. Ils se sont installés essentiellement à Nantes, l’une des principales villes du duché, siège du pouvoir ducal sous le duc François II (1458-1488) et surtout, l’étape de la laine espagnole dès 1430. Leur richesse leur permet d’avoir d’importantes positions de pouvoir et de se lier rapidement à l’élite nantaise. Jusqu’à la fin du xvie siècle, pourtant, ils restent mentionnés comme « marchands des parties d’Espagne » et on compte très peu de naturalisations ou d’anoblissements. Il leur fallait en effet rester étrangers pour continuer de profiter de privilèges importants, confirmés par Charles VIII en 1493, et de pouvoir exercer un monopole sur le ravitaillement de nombreux produits. Mais la ville n’est pas seulement un espace économique, elle se définit aussi comme un espace social, culturel et symbolique3. Le maintien, voire la revendication, de l’appartenance identitaire s’accompagne d’une inscription locale très forte. En effet, ces négociants castillans développent de véritables stratégies pour s’intégrer à la notabilité nantaise et investissent l’espace urbain par leurs actions sociales ou symboliques4. Ce sont ces actions ainsi que la capacité d’appropriation du territoire urbain à différentes échelles qu’il convient de prendre en compte, la situation de l’étranger à la ville permettant ainsi d’éclairer l’articulation entre la société urbaine et l’espace citadin5.

Des activités négociantes favorisées par le pouvoir central

  • 6 H. Touchard, Le commerce breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles lettres, 1967, p. 43.

3Au xve siècle, les Castillans de Nantes sont spécialisés dans les activités négociantes alors que les activités financières sont plutôt monopolisées par les Italiens6. Ils sont surtout originaires de Burgos, une ville qui n’est pas en position littorale, et pour éviter la fluctuation des marchés internationaux, ils doivent maîtriser les courants commerciaux, à l’image de leurs compatriotes établis dans les autres ports atlantiques.

L’obtention de privilèges

  • 7 W. R. Childs, « El consulado del mar ; los mercaderes de Burgos en Inglaterra », Actas del V cente (...)
  • 8 M. A. Ladero Quesada, « L’Espagne et l’océan à la fin du Moyen Âge », L’Europe et l’océan au Moyen (...)
  • 9 H. Casado Alonso, « La Bretagne dans le commerce castillan aux xve et xvie siècles », dans 1491, l (...)

4Le trafic avec les ports de la côte atlantique remonte à la première moitié du xiiie siècle, mais les sources commencent à être plus abondantes à partir de la fin du xive siècle, quand les relations s’intensifient avec l’obtention des privilèges. Les négociations diplomatiques se font dans le cadre d’accords entre États et non entre villes. En Angleterre, les relations sont intenses avec Londres, Sandwich, Southampton, Bristol7. Le premier traité important est l’alliance franco-castillane signée à Tolède en 1368. Ce traité permet l’accroissement de la présence des Castillans dans différentes places commerciales, Toulouse, La Rochelle, Rouen, Dieppe, Harfleur, Bruges, Anvers ainsi qu’à Nantes8. D’ailleurs, on retrouve les mêmes noms dans toutes ces villes, ce qui témoigne de la densité des réseaux de solidarité tissés entre le nord de l’Espagne, la façade atlantique, la Flandre et l’Angleterre par les alliances commerciales et familiales, même s’il est difficile d’établir les éventuels liens de parenté9.

  • 10 Archives départementales (désormais abrégé Arch. dép.) de Loire atlantique, E 124, no 11 ; R. Blan (...)
  • 11 J. Kerhervé, « 1466-1468. Trois années de relations ordinaires entre Bretagne et Espagne », dans M (...)
  • 12 A. Gallicé, L. Moal, « Les brefs de Bretagne : un exemple de réglementation publique en réponse au (...)
  • 13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, E 124, no 11. En 1446, la taxe du quarantième des marchandises arr (...)

5Le duc de Bretagne signe des alliances indépendamment du roi de France. Le premier texte important qui définit le cadre juridique des relations commerciales entre le duché et la Castille est signé le 20 avril 143010. Il prévoit une alliance perpétuelle et une aide du duc au roi Jean II en cas d’agression, sous réserve d’engagement réciproque11. Concernant les privilèges fiscaux, les pourparlers sont difficiles, en raison des exigences des Espagnols. En effet, les ambassadeurs, Nicolas de Villanusar et Alfons de Vergianos, tentent d’obtenir une exemption financière complète dans le duché, mais « la requeste semble a mondit seigneur le duc bien emple et que elle luy seroit moult prejudiciable ». Le duc Jean V (1399-1442) consent donc seulement à l’exemption « du devoir du quarantiesme seullement, deü sur les denrees et marchandises qui viennent par mer et par terre au port de Nantes » durant neuf ans, mais les marchands devront s’acquitter des autres, « coustumes et devoirs y deüz et acoustumez avecques les devoirs des briefs ». Les brefs sont des assurances contre le droit de bris, sur lequel le duc fait une concession importante, puisqu’en cas de naufrage, les Espagnols peuvent récupérer les 5/6e de leurs biens12. En revanche, il est précisé que les Espagnols seront exempts des nouveaux impôts qui pourront être levés durant cette période13. En prévision d’une rupture du traité, les marchands espagnols disposent d’une année entière pour liquider leurs affaires. Les négociations de 1435 aboutissent plus favorablement puisque les marchands d’Espagne

  • 14 R. Blanchard, Lettres…, op. cit., no 2202.

demeurent quictes, francs et exemps et [obtiennent] que, a cause desdites denrees, ne soit plus riens levé ne exigé par nous ne par noz officiers, pourveü que ledit roy semblablement ne imposera ne fera lever aucuns nouveaux impostz ou subisdes en son pays14.

6Dans le traité de 1452, il est décidé que

  • 15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, E 124, no 13.

le denier pour livre qui se bien prend et lieve en nostre ville de Nantes, pour tourner au bien de la recepte de nostredite ville, ne soit receü ne levé sur ceulx de la nacion d’Espaigne ne sur les marchandises par eulx vendues, troquees ou achatees15.

  • 16 Archives municipales (désormais abrégé Arch. mun.) de Nantes, CC 244, fol. 242-243.

7Cette exemption entraîne des réclamations de la part des fermiers du devoir, Jean Potier et Simon Galopin, qui ont pris à ferme le denier pour livres pour trois ans en 1456 et se plaignent de sa diminution16.

  • 17 J. Maréchal, « La colonie espagnole de Bruges au xive siècle », Revue du Nord, t. 35, 1953, p. 14.
  • 18 M. Mollat, « De la piraterie sauvage à la guerre de course réglementée (xive-xve siècles) », Mélan (...)

8Le traité prévoit aussi des privilèges judiciaires avec la mise en place de trois juges communs aux habitants des deux nations pour régler leurs contentieux, à Nantes, à Rennes et en Espagne. Il est surtout institué un conservateur de l’alliance à la cour de Rennes et, à Nantes, un consul, procureur et boursier d’Espagne, comme celui qui existe déjà à La Rochelle, afin de protéger « les droiz, franchises et libertez desdits marchans et autres subgiz dudit roy » de Castille auprès du duc. Pour la défense des intérêts de ses compatriotes, il perçoit sur eux un devoir de bourse. La formation des consulats correspond à l’essor des groupements nationaux et à la nécessité pour les marchands de défendre des intérêts toujours plus importants. Cette institution est chargée de veiller à la cohésion de leur groupe et à la conservation de leurs privilèges collectifs, tout en les représentant auprès des pouvoirs publics locaux17. Le premier à remplir la fonction de consul est Ynygo d’Arceo, de Burgos. Il avait déjà été en poste à Bruges pour maintenir l’alliance franco-castillane et préserver la sécurité de l’itinéraire de Biscaye en Flandre18.

  • 19 Arch. dép. de Loire-Atlantique, E 98 no 1-9.
  • 20 Ibid., B 4, fol. 76 v.
  • 21 J.-P. Leguay, « Un cas de « force » au Moyen Âge, le viol de Margot Simmonet de Rennes », dans Vio (...)

9Les actions portées devant le chancelier touchent surtout les prises de mer dont sont victimes les Espagnols. Mais on retrouve d’autres affaires, comme celle qui a lieu à Rennes en 146619. Jean d’Arbieto, un marchand espagnol de 19 ans, résidant à Nantes, est déclaré coupable d’un viol commis sur une fille de douze ans, Margot Simmonet. Une enquête est instruite dès le lendemain, avec interrogatoire des protagonistes de l’affaire par un notaire de la cour de Rennes et son adjoint. La victime parle une première fois le 16 juin, puis une seconde le 31 décembre. Son récit accuse clairement l’Espagnol qui, lui, nie les faits le 17 juin. La plupart des témoignages sont également accablants et la procédure aurait dû aboutir à une sévère condamnation du jeune homme. Mais tout porte à croire que Jean d’Arbieto profite de son origine castillane. En effet, le jour même de l’incarcération, ses compatriotes (peut-être par l’intermédiaire d’Ynigo d’Arceo) réclament son retour à Nantes pour qu’il soit reçu par le chancelier ducal, conservateur des alliances entre la Bretagne et l’Espagne, prétextant que la cour de Rennes n’est pas habilitée à juger ce cas20. La tenue du procès à Rennes aurait bien sûr risqué de tourner en leur défaveur étant donné l’émotion suscitée par cette affaire. Des pressions s’exercent également sur le père de la victime, un artisan du faubourg de Toussaints (Rennes), à qui on a dit que « lesdits Espaigneulx le pourroit fere tuer s’il en faisoit poursuyte ». L’affaire se règle finalement à l’amiable, avec un dédommagement de 30 écus versé à la famille, et tout scandale est évité21. Une telle bienveillance des autorités s’explique par l’intérêt que représente la communauté espagnole pour les finances du duché.

Le ravitaillement du duché et de la ville de Nantes

  • 22 Arch. mun. de Nantes, CC 383/1, no 14.
  • 23 Au début de l’année 1467, le pouvoir ducal a ordonné la saisie des biens des Castillans de Nantes (...)

10Le progrès de la production de la laine permet aux Castillans de monopoliser les affrètements et de déléguer des représentants sur les marchés extérieurs. Ils sont ainsi au cœur d’un trafic qui relie la Bretagne à la France et à l’Angleterre, comme l’atteste une enquête, datée peut-être de 1474, à propos de la ferme du denier pour livre22. Deux fermiers se plaignent en effet aux autorités ducales et au conseil des bourgeois de Nantes de ne pouvoir verser l’intégralité de la somme due et demandent un rabais. Ils remettent en cause des actions perpétrées à l’encontre des Espagnols car elles privent la ville de nombreuses marchandises sur lesquelles sont prélevées des taxes importantes23. Ces marchands amèneraient chaque année 5 à 6 000 balles de laine. L’enquête évoque en outre cinq navires « en la riviere de Billebau prestz a venir du premier temps convenable » pour transporter une grande variété de produits revendus ensuite sur la place nantaise. Cette requête fait de Nantes une véritable plaque tournante du commerce atlantique. Ainsi, « vient dudit païs d’Espaigne grant nombre de fer, acier, cire, cuirs, (…) figues et plusieurs autres grans marchandises », qu’achètent les marchands d’Anjou et « du païs d’amont », du Poitou, du Maine, de Laval. Ceux-ci amènent des « toilles blanches larges qu’ils vendent ausdits Espaigneulx, dont lesdits marchans, tant achateurs que vendeurs, donnent ledit devoir ». Les Espagnols achètent aussi des toiles aux marchands de Basse-Bretagne :

les marchans de Morlays, Lannyon, Treguier et d’ailleurs amenent grant nombre de draps d’Angleterre, tant larges que carisez, quartilles et blanchetz qu’ilz vendent la plupart ausdits Espaigneulx. Et paroillement les Angloys amenent pluseurs draps d’Angleterre tant draps larges, de couleurs, carigiz, blanchetz, cartilles, de coulleur que autres qui se vendent ausdits Espaigneulx.

11Nantes occupe finalement une position d’interface entre l’Espagne et l’Angleterre d’un côté et l’arrière-pays breton, normand et poitevin de l’autre (figure 2). Ce commerce génère de hauts revenus puisque les vendeurs comme les acheteurs extérieurs à la ville paient le devoir du denier pour livre.

  • 24 Le 17 septembre 1487, alors que la ville de Nantes subit les attaques des Français, Martin de Mira (...)
  • 25 Arch. mun. de Nantes, BB 1.
  • 26 Ibid., EE 189, no 4, 26 octobre 1487, et no 12-13, 17 et 26 mai 1494, transcription L. Moal, L’Étr (...)
  • 27 Arch. mun. de Nantes, HH 188, no 1, transcription et commentaire L. Moal, « Le rétablissement de l (...)

12Les Castillans fournissent aussi les produits de luxe nécessaires à la cour et font des avances indispensables aux finances municipales. Ils jouent un rôle clé dans le ravitaillement du duché lors de la guerre d’indépendance avec la France entre 1487 et 1491 puisqu’ils livrent les produits indispensables pour tenir un siège : du vin, du salpêtre et des balles de laine pour lesquelles ils ont d’ailleurs beaucoup de mal à se faire payer par la ville24. Le 25 octobre 1487, ils réclament le dédommagement pour 25 balles non payées25. Un autre accord, signé le lendemain, mentionne cette fois 42 non payées, ce dont se plaignent Pero Martines de Billebau et Ochoa de Riaga, procureurs de la communauté espagnole. Le conseil des bourgeois de la ville décide de leur verser une somme de 700 livres, en deux versements. Pourtant, l’affaire traîne en longueur puisque ce n’est qu’en 1494 que de nouveaux accords sont conclus avec les mêmes procureurs pour le remboursement de la totalité26. Cette affaire est sans doute compliquée par le changement politique, puisque les premiers engagements ont été conclus sous François II, en 1487. Ensuite, en raison du conflit franco-breton, la bourse d’Espagne est transférée à La Rochelle. Mais le 29 décembre 1493, Charles VIII rend aux marchands espagnols de Nantes leurs privilèges antérieurs, parmi lesquels le rétablissement de la bourse, et les Espagnols reprennent leurs affaires27.

13L’obtention de privilèges régulièrement renouvelés consolide les activités commerciales des Castillans, qui sont ainsi en en contact avec les autorités ducales et les institutions urbaines. En échange, ils ravitaillent le duché en produits de luxe ou en denrées nécessaires pour le duché. Ils font aussi des avances indispensables aux finances municipales : Julien Rocaz prête ainsi 15 700 livres, c’est-à-dire le plus gros prêt réalisé à la ville entre le xive et le xviie siècle. Pour être à l’abri le plus possible, ils doivent créer et consolider des réseaux commerciaux mais aussi familiaux.

Stratégies d’intégration et réseaux familiaux

  • 28 J. Maréchal, « La colonie espagnole de Bruges au xive siècle », Revue du Nord, 35, 1953, p. 5-40 ; (...)

14Les stratégies mises en œuvre pour s’intégrer à la société nantaise sont à l’image de ce qu’on trouve dans d’autres villes. Comme à Bruges, les Espagnols parviennent à se constituer de vastes patrimoines urbains et ruraux, à se marier avec des autochtones, à occuper des offices publics, à créer des liens avec les élites urbaines28. L’aboutissement a lieu avec la demande de la naturalisation et l’obtention de l’anoblissement, mais les Espagnols concernés perdent alors la qualité d’étranger et les privilèges associés.

Les mariages

  • 29 J.-P. Leguay, « La confrérie des merciers de Rennes au xve siècle », Francia, 3, 1975, p. 202 ; J. (...)
  • 30 Ibid., p. 343 ; D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des Temps modernes (1491-15 (...)

15Les Espagnols se montrent soucieux de mettre en place des stratégies familiales leur permettant d’organiser ou de renforcer un système de clientélisme. Ils épousent le plus souvent des bourgeoises de bonne famille et marient leurs enfants avec des Nantais et des Nantaises. Comme familles nantaises liées aux Espagnols par mariages, on trouve notamment la famille Le Gouz, avec le couple formé par Guyonne ou Guydonne, fille de Radulphe Le Gouz, et Alonso de Mirande. Il s’agit d’une famille bourgeoise, dont on trouve un membre chez les merciers de Rennes, Jehan, prévôt de la mercerie en 1472, et un autre dans les finances ducales, Raoulet, commis qui assiste le secrétaire du duc Guillaume de L’Abbaye entre 1449 et 1452, deux autres, Guillaume et Jacques, étant mentionnés comme marchands et miseurs29. Guyonne se remarie, après la mort de son premier mari vers 1500, avec un autre Espagnol, Consallo de Compludo. Leur fille Marie épouse Julien Coué en 1530 : extension du champ matrimonial à une famille noble. Julien était un beau parti : seigneur du Brossay et de La Presselaye, il possédait aussi la seigneurie de La Souchaye, et succède à son père comme secrétaire des comptes à la chambre des comptes, probablement au cours de l’année 153130.

Les parrainages

  • 31 P. Beck, « Le nom protecteur », dans La Protection spirituelle au Moyen Âge, P. Faure dir., Cahier (...)
  • 32 D. Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, ve- xve siècle, Paris, Hachette, 2000, p. 75
  • 33 Ibid., p. 72.
  • 34 L. Moal, « Le rétablissement de la bourse d’Espagne à Nantes… », art. cité, p. 145-152.

16Au-delà des liens du sang et de l’alliance matrimoniale, la parenté spirituelle est un moyen d’alliance supplémentaire utilisé par des familles étrangères pour étendre le réseau d’influence31. On assiste même à de véritables cumuls de compérages et de commérages qui permettent parfois de créer ou de renforcer les solidarités avec les familles aristocratiques et bourgeoises ou bien de conforter une alliance déjà établie par le mariage32. Conformément au statut synodal de Cambrai, une fille a deux marraines et un parrain et un garçon une marraine et deux parrains33. Les actes de baptêmes conservés à Nantes, dans la paroisse de Saint-Nicolas ou de Sainte-Croix, permettent d’étudier la pratique du parrainage par les Espagnols34. Quelques uns sont écrits en espagnol mais la plupart sont en latin (figure 3).

  • 35 Arch. mun. de Nantes, GG 169, fo 301 vo, janvier 1519.
  • 36 Ainsi, Julien de Myrande, fils d’Alonczo a pour parrains Ganain de Myrande et Dyago de Souace, ibi (...)

17Il est difficile de s’y retrouver tant ces réseaux s’enchevêtrent de manière complexe, mais plusieurs tendances se dégagent. Entre 1467 et 1520, les Espagnols sont présents dans 175 actes de baptême dont 44 concernent le baptême d’un de leurs enfants. Les parrains et les marraines des enfants espagnols sont très souvent choisis au sein de la communauté espagnole. L’ensemble de la parentèle est espagnole dans dix actes. C’est le cas pour les Villesgues en particuliers, associés aux De Lerme, Heredie, Estoudille, Pardo, Mirande, Darande, Compludo, La Presse, Despinose35. L’un des parrains ou marraines est parfois choisi parmi la famille proche ce qui permet de consolider le groupe familial36. Dans 19 actes, la parentèle est mixte, mais il arrive aussi qu’elle provienne uniquement de la famille proche. Quinze enfants d’Espagnols ont une parentèle exclusivement non-espagnole, prise souvent dans la famille de l’épouse (Darande, Espinose, De Lerme).

  • 37 Certains membres de ces familles font partie du conseil de la fabrique de Saint-Nicolas : Ambroys (...)

18Ces deux dernières tendances se retrouvent dans la famille Darande sur deux générations (figure 4). Martin Darande, sans doute apparenté au Darande de l’épitaphe, a dix enfants de son union avec Jeanne Caradreux. Les actes de baptême retrouvés pour huit d’entre eux montrent qu’il a privilégié l’alliance avec l’élite nantaise. On trouve deux Italiens parmi les parrains, mais aucun Castillan. Les parrains et marraines des enfants du fils aîné, Martin junior, sont également issus de la bourgeoisie nantaise mais on trouve aussi des membres de la famille Darande. L’enjeu est alors de consolider le groupe familial suivant le modèle endogamique, typique de la France du Nord. Quelques familles de la bourgeoisie nantaise sont donc très liées aux Espagnols, comme les Garreau, Guichart, Keradreux, Le Gouz, Carrion37. On trouve également des membres de la noblesse, comme les Rouxières. Les Castillans recherchent aussi des Nantais ou des Français officiant à la Chambre des comptes ou à la municipalité.

Notabilité et perte de l’étrangeté

  • 38 Arch. mun. de Nantes, GG 169, fol. 19, 35.
  • 39 Cela concerne notamment Guillaume Navarre, Martin, François et Alonzo de Mirande, Ludovic de Gourn (...)

19Les patronymes sont presque toujours francisés. Ainsi, Miranda devient Mirande, Daranda Darande, Espinoza Despinose. Mais il n’est pas sûr que cela résulte d’une véritable stratégie d’intégration de la part des étrangers eux-mêmes. Le nom inscrit dans les actes n’est pas nécessairement celui d’origine. Il a pu être modifié par suite d’une mauvaise compréhension du clerc qui rédige le document ou qui souhaite lui-même atténuer l’étrangeté phonétique du nom par facilité. D’ailleurs, cette francisation ne gomme pas l’origine étrangère qui reste fréquemment mentionnée dans les registres de baptême comme dans les mandements ducaux, même pour les familles déjà installés depuis un certain temps38. Cela n’empêche pas la reconnaissance de la notabilité, comme en témoigne l’apposition d’épithètes d’honneurs comme « maître », « honnête », « honorable », « noble homme39 ».

  • 40 É. Raimbaud, Les Étrangers en Bretagne d’après les lettres de naturalité, Mémoire de maîtrise, Nan (...)

20L’aboutissement du processus d’intégration a lieu quand les migrants cessent d’être considérés comme des étrangers. Les lettres de naturalisation n’apparaissent véritablement dans le duché qu’après 1491 et sont expédiées par la chancellerie de France40. Cette faveur est octroyée à Pedro Gracia de Sainct-Malhan, originaire d’Espagne, en 1503. Natif d’Espagne et âgé de 23 ans, il est venu très jeune s’installer dans le duché pour ses activités marchandes. Il affirme vouloir y résider définitivement et s’y marier. Sa demande de naturalisation est motivée car :

il doubte, obstant ce qu’il est estrangier et non natiff d’iceulx, qu’il ne peüst ce faire sans noz congié et auctorité, et que noz officiers ou autres lui voulseissent en ce donner empeschement, et apres son trespas pretendre les biens qu’il avoit nous apartenir par droit d’aubeyne.

21La lettre lui permet donc de

  • 41 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 14, fol. 130, janvier 1503.

posseder, et en faire dispouser et ordonner a son plaisir et volanté, et que ses enffens et heritiers s’aucuns en a ou qu’il pourra avoir ou temps a venir, luy subceddent et puissent subcedder, le tout ainsi comme s’il estoit vray originaire et natiff d’iceulx nosdits royaulme, pays, duché et obboissance41.

  • 42 Ainsi, les affaires d’Olivier Rocaz lui permettent d’acquérir une maison à Nozay où les ducs sont (...)

22Il s’agit vraisemblablement de la transposition des dispositions françaises dans le duché. Mais les mentions de lettres de naturalité restent rares, les Espagnols n’ayant sans doute aucun intérêt à en demander, conservant ainsi leurs privilèges commerciaux, d’autant qu’il existe d’autres biais pour atténuer l’origine étrangère. Quelques-uns en effet accèdent à la noblesse soit par lettres de noblesse, soit par l’acquisition de terres nobles42. Le nom de seigneurie contribue ainsi à voiler l’ascendance étrangère et permet l’intégration à la noblesse tout en continuant de faire partie de la bourgeoisie d’affaire.

23La naturalisation et l’anoblissement ne concernent qu’une petite minorité des négociants castillans, mais les nombreuses mentions de Castillans dans les registres de baptême de Sainte-Croix et de Saint-Nicolas témoignent de l’importance qu’ils ont acquise dans la ville et des liens noués avec l’élite négociante. Les stratégies familiales leur permettent de s’insérer plus facilement dans le tissu local.

Ascension sociale et appropriation de l’espace urbain

  • 43 H. Casado Alonso, « La nation et le quartier des Castillans… », art. cité, p. 370.

24Contrairement à Bruges, Nantes ne possède pas de véritable quartier espagnol, mais il est possible d’agrandir l’échelle afin de mieux saisir les liens entre les stratégies migratoires et le territoire urbain43. Les Castillans mettent en effet à profit leurs réseaux pour participer à la vie sociale et politique de la ville.

L’exercice de pouvoirs institutionnels

  • 44 G. Saupin, « Les marchands espagnols dans l’élite dirigeante du Conseil des bourgeois de Nantes au (...)
  • 45 D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, op. cit., p. 561.
  • 46 Bernardin d’Espinoze descend d’une famille installée à la fin du xve siècle dont la lignée remonte (...)

25Les affaires florissantes des Espagnols leur permettent l’accès aux plus hautes fonctions, des offices ou des postes à responsabilité dans l’administration municipale, qui témoignent de leur ascension sociale et contribue à leur implantation dans le tissu social local44. Ils concourent ainsi à la vie de la cité en exerçant diverses fonctions au sein des institutions paroissiales ou municipales comme procureurs de la paroisse Saint-Nicolas, monnayeurs de la Monnaie de Nantes, membres du conseil des bourgeois. Leur fortune leur permet d’accéder aux plus hautes fonctions urbaines dans la seconde moitié du xvie siècle. Ainsi, Yves Rocaz et André Ruiz administrent l’Hôtel-Dieu et vérifient les comptes des trésoriers de la ville. Yves Rocaz, est l’un des premiers maires en 1566-1568, suivi de Guillaume Harrouys en 1572, de Bonaventure de Compludo en 1580 et de Charles Harrouys, nommé par le roi Henri IV en 1598. Les fonctions dépassent parfois le cadre urbain mais plus rarement. Les Rocaz sont les seuls à figurer parmi les officiers de finance durant la première moitié du xvie siècle. Cette famille place plusieurs membres dans l’administration bretonne, tant à la chancellerie qu’à la Chambre des comptes45. Bernardin d’Espinoze réalise aussi une belle carrière puisqu’il est reçu comme conseiller au parlement de Bretagne en 1598. Il a deux fils, l’un conseiller au présidial de Nantes et l’autre président en commission au parlement de Rennes46.

L’achat de biens immobiliers ou fonciers

  • 47 Olivier de Navarre possède une maison rue du Pont d’Erdre, à Nantes, en 1466, M. Thomas, Topograph (...)
  • 48 De même, en 1621, Bonaventure de Compludo acquiert les terres de la Noé à Basse-Goulaine et Marie (...)
  • 49 A. Croix dir., Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours,(...)

26Les Espagnols acquièrent des résidences dans le quartier portuaire de la Fosse et dans les paroisses de Saint-Nicolas ou de Sainte-Croix, où vivent également des Nantais et d’autres étrangers (figure 5). Ils ne sont donc pas regroupés dans un seul secteur et on trouve des Espagnols ailleurs dans la ville47. Leur niveau de fortune permet à certains membres d’acheter une ou plusieurs seigneuries. Ainsi Martin Darande senior est seigneur du Carteron, son fils se dit seigneur du Bouffay48. Les activités commerçantes et l’achat de biens immobiliers s’est retrouvé dans la toponymie. Ainsi, il existait au xvie siècle une rue de la Nation d’Espagne, devenue ensuite rue de la Nation avant d’être rebaptisée en rue des Marins sous la Restauration en 1818. Il s’agissait d’une rue située au-dessus du quai de la Fosse, quartier fortement marqué par l’activité négociante des Espagnols. Il reste une rue d’Espagne près de l’église Saint-Donatien, qui garde la trace d’une terre possédée au xvie siècle par les marchands espagnols49.

Les fondations pieuses

  • 50 J. Vailhen, Le Conseil des bourgeois…, op. cit., p. 142 ; F. Brault, « Le couvent des Cordeliers d (...)
  • 51 La veuve de Consalo de Compludo y fonde aussi des messes en 1525, Arch. dép. de Loire-Atlantique, (...)
  • 52 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 284.
  • 53 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles : les ducs, l’argent, les hommes, 2 vol., Paris (...)

27Le testament permet de suivre le sentiment d’appartenance tout en témoignant de l’intégration dans la contrée d’élection. La liste des fondations pieuses est une manière d’étaler la réussite sociale et de consolider l’ancrage territorial. Alors que les Italiens sont plutôt liés aux Carmes, les marchands espagnols créent une confrérie avant 1475 chez les Cordeliers de Nantes. Ceux-ci sont liés dès le début du xive siècle aux ducs de Bretagne qui y ont fondé un service solennel hebdomadaire et une chapelle ducale. Les Espagnols y obtiennent leur propre chapelle, dédiée à Notre Dame d’Espagne, signe qu’ils constituent un groupe très organisé (figure 6)50. Le clergé qui la dessert est d’origine ibérique, et certains s’y font inhumer. Tout près de cette chapelle d’Espagne ont été construites d’autres chapelles espagnoles. La chapelle saint Martin et saint Roch est bâtie par Martin Darande, qui s’y fait inhumer avec son épouse. Le 2 mai 1510, il se déclare « noble homme, seigneur du Bouffay », avant d’énumérer les services religieux qu’il attend des Cordeliers. Ceux-ci devront être célébrés dans sa chapelle particulière dédiée à saint Martin et à saint Roch où les frères ne devront pas tolérer « que autre y ait enffeu ne sepulture51 ». En 1514, il exerce la fonction d’« ami spirituel des Cordeliers ». La chapelle qui suit est issue d’un contrat conclu entre les cordeliers et Jeanne de Mirande, mère de Pierre de La Presse, le 21 juin 154952. On y trouve aussi la chapelle de Ruys, bâtie par André Ruys et Isabeau de Santo-Domingo à la suite du contrat du 26 septembre 1578. Les fondations de messes pour perpétuer leur mémoire sont en fait une manière de soutenir la promotion sociale de leur lignage. Ils ne font, en cela, qu’imiter le comportement des élites traditionnelles53.

  • 54 H. Lapeyre, Une famille de marchands, les Ruiz ; contribution à l’étude du commerce entre la Franc (...)

28Le cas d’André Ruiz est assez emblématique de la situation des Castillans de Nantes et permet d’apporter quelques éléments de conclusion à cette étude. Né en Espagne à Medina del Campo, il vient à Nantes très jeune vers 1522. Il est alors employé chez un autre Espagnol, Francisco Santo Domingo dont il épouse la fille. Sa compagnie, spécialisée dans le commerce des toiles, est soutenue par les royaumes de Castille et de France. Elle travaille pour le compte de son frère Simon, resté en Espagne et est en liaison d’affaires avec toute l’Europe. Le commerce et la finance assurent à André Ruiz une immense fortune. Il est en effet l’un des plus riches, sinon le plus riche, des marchands de la place de Nantes et reçoit à sa table les rois Charles IX et Henri III. Il possède plusieurs maisons, dont l’une à l’entrée du quai de la Fosse et une autre à la campagne. Ses enfants sont mariés aux notables de la ville, espagnols ou nantais. Il se fait inhumer dans la chapelle qu’il a fondée dans le couvent des Cordeliers54.

  • 55 J.-P. Priotti, « Individus, familles, groupes : pratiques marchandes et pouvoirs politiques (xve-x (...)

29Cet exemple montre que le renforcement de la présence espagnole est facilité par l’influence des États qui délivrent des privilèges55. Les marchands conservent des liens étroits avec les gouvernements centraux, du pays d’origine comme du lieu d’accueil. Ils s’intègrent à la société nantaise par le jeu des alliances matrimoniales ou des parrainages, s’insèrent dans le tissu de la ville par des achats ou fondations religieuses, ou en occupant des fonctions politiques. En fait, les Espagnols ne se contentent pas d’associer leurs intérêts commerciaux ; ils se comportent comme des Nantais de longue date, facilitant ainsi leur assimilation. Leur appropriation de l’espace urbain s’effectue à plusieurs échelles. D’abord au niveau du territoire urbain proprement dit, dans des lieux précis comme la paroisse Saint-Nicolas ou le quartier de la Fosse. Ils y développent des liens avec la bourgeoisie nantaise, les institutions urbaines, le pouvoir ducal puis royal. Mais cette appropriation dépasse aussi les limites de la ville par l’acquisition de domaines fonciers, par la constitution d’une zone d’influence commerciale et par les relations étroites avec les autres places européennes. La réussite sociale passe donc par la constitution de réseaux multi-scalaires qui sont finalement très élaborés.

  • 56 E Tingle, « Guerre et commerce : stratégies de neutralisation et d’accompagnement dans le commerce (...)

30Et pourtant, cette ascension décline dès la fin du xvie siècle. Le réseau Ruiz s’effondre rapidement en raison de la conjonction de plusieurs facteurs : la concurrence française sur le marché des toiles, la guerre de la Ligue, le développement de l’économie coloniale56. Il n’y a plus désormais de raisons pour les Espagnols de s’installer à Nantes. Ils sont remplacés par d’autres nationalités et ceux qui continuent de résider se fondent complètement dans la société nantaise.

Annexes

ANNEXE 1

Épitaphe de Consallo Alphonso Darande et de son fils en 1462.
Source : publié par M. Giraud-Mangin, « L’épitaphe de deux Espagnols établis à Nantes au xve siècle », Bulletin de la Société archéologique de Nantes, t. 67, 1927, p. 339.

ANNEXE 2

L’espace de relations des Espagnols de Nantes d’après la ferme du devoir du denier pour livre.
Source : L. Moal, « Le rétablissement de la bourse d’Espagne à Nantes par le roi de France en 1493 », Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 145, 2010, p. 132.

ANNEXE 3

Extrait d’un registre de baptême de la paroisse Saint-Nicolas.
Source : L. Moal, « Le rétablissement de la bourse d’Espagne à Nantes… », art. cité, p. 145-152.

ANNEXE 4

Plan de la ville de Nantes.
Source : J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge. Les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, Maloine, 1981.

ANNEXE 5

Les chapelles espagnoles dans l’ancienne église des Cordeliers de Nantes.
Source : d’après F. Brault, « Le couvent des Cordeliers de Nantes, étude historique », Bulletin de la société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, t. 65, 1925, p. 165-193.

ANNEXE 6

Les Darande, une famille espagnole sur deux générations

Les Darande, une famille espagnole sur deux générations

(P. : Parrain – M. : Marraine – f. : Femme de)
Source : Arch. mun. Nantes, GG 169
Note 5757
Note 5858

Notes

1 M. Giraud-Mangin, « L’épitaphe de deux Espagnols établis à Nantes au xve siècle », Bulletin de la Société archéologique de Nantes, t. 67, 1927, p. 335-339 ; S. de La Nicollière-Teijeiro, « Notice sur l’ancien couvent des Cordeliers de Nantes », Bulletin de la société archéologie et historique de Nantes et de Loire-Inférieure, t. 16, 1877, p. 154.

2 L. Moal, L’Étranger en Bretagne au Moyen Âge : présence, attitudes, perceptions, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

3 B. Lepetit, « Proposition et avertissement », Les Étrangers dans la ville : minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Maison des Sciences de l’homme, 1999, p. 12.

4 L. Croq, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique », La Notabilité urbaine, xe- xviiie siècle, Centre de recherche d’histoire quantitative, L. Jean-Marie éd., Histoire urbaine, 1, Caen, 2007, p. 25.

5 C. Deligne et C. Billen dir., Voisinages, coexistences, appropriations. Groupes sociaux et territoires urbains (Moyen Âge- xvie siècle), Turnhout, Brepols, « Studies in European Urban History (1100-1800) », 10, 2007 ; J. Bottin, D. Calabi dir., Les Étrangers dans la ville…, op. cit., p. 2.

6 H. Touchard, Le commerce breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles lettres, 1967, p. 43.

7 W. R. Childs, « El consulado del mar ; los mercaderes de Burgos en Inglaterra », Actas del V centenario del consulado de Burgos (1494-1994), Burgos, 1994, p. 370-412.

8 M. A. Ladero Quesada, « L’Espagne et l’océan à la fin du Moyen Âge », L’Europe et l’océan au Moyen Âge. Contribution à l’histoire de la navigation, Actes des congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, 17, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 115-130.

9 H. Casado Alonso, « La Bretagne dans le commerce castillan aux xve et xvie siècles », dans 1491, la Bretagne terre d’Europe, Actes du colloque tenu à Brest du 2 au 4 octobre 1990, J. Kerhervé, T. Daniel dir., Quimper-Brest, Société archéologique du Finistère/Centre de recherche bretonne et celtique, 1991, p. 95 ; M. Bochaca, « Le cosmopolitisme des milieux marchands bordelais à la fin du Moyen Âge », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 3e série, no 1, 2002, p. 27-33. Voir aussi J.-P. Priotti, G. Saupin dir., Le commerce atlantique franco-espagnol : acteurs, négoces et ports ( xve- xviiie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, notamment les articles suivants : B. Arízaga Bolumburu, M. Bochaca, M. Tranchant, « Aspects du commerce franco-castillan à la fin du Moyen Âge : la progression castillane dans le golfe de Gascogne », p. 33-48 ; L. María Bilbao, R. Lanza García, « Le commerce franco-espagnol au travers de Bilbao à l’époque de l’empereur Charles Quint, 1544-1550 », p. 49-72.

10 Archives départementales (désormais abrégé Arch. dép.) de Loire atlantique, E 124, no 11 ; R. Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Société des Bibliophiles bretons, vol. IV-VIII, Nantes, 1889-1895, no 1896.

11 J. Kerhervé, « 1466-1468. Trois années de relations ordinaires entre Bretagne et Espagne », dans Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule ibérique, France et Italie au Moyen Âge. Études offertes à B. Leroy, J.-P. Barraqué et V. Lamazou-Duplan éd., Biarritz, Atlantica, 2006, p. 127-161 ; R. Blanchard, Lettres…, op. cit., no 1897.

12 A. Gallicé, L. Moal, « Les brefs de Bretagne : un exemple de réglementation publique en réponse aux risques maritimes dans le duché Bretagne (xiie-xve siècles) », Réglementations publiques et risques maritimes, M. Tranchant dir., Universités de La Rochelle et de Nantes, Nantes, 15 oct. 2010, à paraître.

13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, E 124, no 11. En 1446, la taxe du quarantième des marchandises arrivant d’Espagne est toujours suspendue, M. Le Méné, Villes et campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, Ouest éditions, 2001, p. 71. Ces dispositions ont profité notamment à Conrad et François Spinolle, Génois, J. Aoustin, Le Commerce du sel à Nantes, fin xve, début xvie siècles, DES dactylographiée, Nantes, 1966, p. 31.

14 R. Blanchard, Lettres…, op. cit., no 2202.

15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, E 124, no 13.

16 Archives municipales (désormais abrégé Arch. mun.) de Nantes, CC 244, fol. 242-243.

17 J. Maréchal, « La colonie espagnole de Bruges au xive siècle », Revue du Nord, t. 35, 1953, p. 14.

18 M. Mollat, « De la piraterie sauvage à la guerre de course réglementée (xive-xve siècles) », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge et Temps modernes, t. 87, 1975, p. 15.

19 Arch. dép. de Loire-Atlantique, E 98 no 1-9.

20 Ibid., B 4, fol. 76 v.

21 J.-P. Leguay, « Un cas de « force » au Moyen Âge, le viol de Margot Simmonet de Rennes », dans Violences sexuelles, A. corbin dir., Mentalités. Histoire des cultures et des sociétés, 3, Paris, Imago, 1989, p. 13-33. On retrouve Jean d’Arbieto dans un registre de baptême, 25 avril 1471, où il est mentionné comme parrain de Conssallo, fils de Harice et de Colline avec Conssallo de Bourguez, Arch. mun. de Nantes, GG 168, fol. 33 v.

22 Arch. mun. de Nantes, CC 383/1, no 14.

23 Au début de l’année 1467, le pouvoir ducal a ordonné la saisie des biens des Castillans de Nantes à la suite de plaintes de marchands anglais victimes de pirates espagnols. Ces biens sont restitués au mois de novembre, L. Moal, L’Étranger en Bretagne…, op. cit., p. 275-276.

24 Le 17 septembre 1487, alors que la ville de Nantes subit les attaques des Français, Martin de Mirande livre « une buce de vin de Chalorze » (Chalosse) à l’armée bretonne qui vient de passer la Loire. Le vin d’Espagne qui est distribué aux soldats les 5 et 11 octobre provient sans doute également de chez lui, Arch. mun. de Nantes, EE 190, no 15-17.

25 Arch. mun. de Nantes, BB 1.

26 Ibid., EE 189, no 4, 26 octobre 1487, et no 12-13, 17 et 26 mai 1494, transcription L. Moal, L’Étranger en Bretagne aux xive et xve siècles. Présence, attitudes, perceptions, Thèse de doctorat, Brest, 2007, t. III, p. 727-730. Dans le compte des miseurs de 1490-1492, Denis Molinier, héritier de Pierre de Billebau, reçoit 58 livres « pour certaines balles de layne qui avoint esté prinses dudit Billebau durant le siege pour faire les tandeiz », Arch. mun. de Nantes, CC 103, fol. 30 v.

27 Arch. mun. de Nantes, HH 188, no 1, transcription et commentaire L. Moal, « Le rétablissement de la bourse d’Espagne à Nantes par le roi de France en 1493 », art. cité, p. 127-152.

28 J. Maréchal, « La colonie espagnole de Bruges au xive siècle », Revue du Nord, 35, 1953, p. 5-40 ; H. Casado Alonso, « La nation et le quartier des Castillans de Bruges (xve-xvie siècle) », dans Les Étrangers dans la ville, op. cit., p. 365-376.

29 J.-P. Leguay, « La confrérie des merciers de Rennes au xve siècle », Francia, 3, 1975, p. 202 ; J. Kerhervé, Finances et gens de finances des ducs de Bretagne, (1365-1391). Catalogue prosopographique, Thèse de doctorat dactylographiée, Paris, 1986, t. II, p. 619.

30 Ibid., p. 343 ; D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des Temps modernes (1491-1547). Étude d’un processus d’intégration au royaume de France, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 603, 608.

31 P. Beck, « Le nom protecteur », dans La Protection spirituelle au Moyen Âge, P. Faure dir., Cahiers de recherches médiévales, 8, 2001, p. 172-173 ; C. Klapisch-Zuber, « Au péril des commères. L’alliance spirituelle par les femmes à Florence », dans Femmes, mariages, lignages, xiie- xve siècles, Mélanges offerts à G. Duby, Bruxelles, De Boeck, 1992, p. 221 ; A. Burguière, « Prénoms et parenté », dans Le Prénom, mode et histoire. Les entretiens de Malher, 1980, J. Dupâquier, A. Bideau, M.-É. Ducreux dir., Paris, EHESS, 1984, p. 31.

32 D. Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, ve- xve siècle, Paris, Hachette, 2000, p. 75.

33 Ibid., p. 72.

34 L. Moal, « Le rétablissement de la bourse d’Espagne à Nantes… », art. cité, p. 145-152.

35 Arch. mun. de Nantes, GG 169, fo 301 vo, janvier 1519.

36 Ainsi, Julien de Myrande, fils d’Alonczo a pour parrains Ganain de Myrande et Dyago de Souace, ibid., GG 169, fo 80 v°, octobre 1500.

37 Certains membres de ces familles font partie du conseil de la fabrique de Saint-Nicolas : Ambroys Garreau, en 1497-1498, Jacques Guischart, en 1492-1493, Guillemin Ernault, en 1500-1501, S. Dosseul, Le quartier de la Fosse à Nantes aux xvie et xviie siècles, Mémoire de maîtrise, Nantes, 1996, p. 152.

38 Arch. mun. de Nantes, GG 169, fol. 19, 35.

39 Cela concerne notamment Guillaume Navarre, Martin, François et Alonzo de Mirande, Ludovic de Gournies, François de Villegues, Allonzo d’Estodille, Martin Darande, Ferrando de Salvaterra, ce dernier étant mentionné trois ans plus tard comme marchand des parties d’Espagne, en février 1519, ibid., GG 169, fol. 279, 303. L’activité marchande, autre élément de la renommée, est également mentionnée à plusieurs reprises, ibid., fol. 80 v.

40 É. Raimbaud, Les Étrangers en Bretagne d’après les lettres de naturalité, Mémoire de maîtrise, Nantes, 2000, p. 3.

41 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 14, fol. 130, janvier 1503.

42 Ainsi, les affaires d’Olivier Rocaz lui permettent d’acquérir une maison à Nozay où les ducs sont accueillis quand ils viennent à Nantes. En récompense de son hospitalité, ou bien en dédommagement des pillages subis par des gens de guerre qui se rendaient au siège de Pouancé en 1432, Jean et lui reçoivent des lettres de noblesse en 1446, R. Blanchard, Lettres…, op. cit., no 2470 ; B. Bossy, L’anoblissement en Bretagne ducale (1365-1532), Mémoire de maîtrise, Nantes, 1984, p. 61.

43 H. Casado Alonso, « La nation et le quartier des Castillans… », art. cité, p. 370.

44 G. Saupin, « Les marchands espagnols dans l’élite dirigeante du Conseil des bourgeois de Nantes au milieu du xvie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 112, 2005/4, p. 157-181.

45 D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, op. cit., p. 561.

46 Bernardin d’Espinoze descend d’une famille installée à la fin du xve siècle dont la lignée remonterait à Jacques Ferdinand d’Espinose-de-Los-Monteros : F.-A. Aubert de la Chesnaye-des-Bois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l’histoire et la chronologie des familles nobles de France, l’explication de leur armes, et l’état des grandes terres du royaume, éd. Duchesne, 1772, 6 vol., p. 127-128 ; Itinéraire de Bretagne en 1636 par Dubuisson-Aubenay, A. Croix dir., Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 591.

47 Olivier de Navarre possède une maison rue du Pont d’Erdre, à Nantes, en 1466, M. Thomas, Topographie et habitants de Nantes au xve siècle et au début du xvie siècle, DES dactylographié, Nantes, 1965, p. 111.

48 De même, en 1621, Bonaventure de Compludo acquiert les terres de la Noé à Basse-Goulaine et Marie de Compludo achète celles de la Gautronnière à la Chapelle-Heulin en 1680, E. de Cornulier, Essai sur le dictionnaire des terres et des seigneuries, Paris, Dumoulin, Nantes, Guéraud, 1857, p. 141, 207.

49 A. Croix dir., Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 36.

50 J. Vailhen, Le Conseil des bourgeois…, op. cit., p. 142 ; F. Brault, « Le couvent des Cordeliers de Nantes : étude historique (1250 environ à 1791) », Bulletin de la société archéologie et historique de Nantes et de Loire-Inférieure, t. 65, 1925, p. 181.

51 La veuve de Consalo de Compludo y fonde aussi des messes en 1525, Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 283, 293, fol. 73 ; H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530). Pauvreté volontaire et prédication à la fin du Moyen âge, Paris, 1975, p. 394 ; S. Le Breton, Les donations pieuses au clergé régulier dans le diocèse de Nantes à la fin du Moyen Âge, 1290-1530, Mémoire de maîtrise, Nantes, 1995, p. 112 ; S. de La Nicollière-Teijeiro, « Notice sur l’ancien couvent… », art. cité, p. 163.

52 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 284.

53 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles : les ducs, l’argent, les hommes, 2 vol., Paris, Maloine, 1987, p. 926-932.

54 H. Lapeyre, Une famille de marchands, les Ruiz ; contribution à l’étude du commerce entre la France et l’Espagne au temps de Philippe II, Paris, A. Colin, 1955, p. 52.

55 J.-P. Priotti, « Individus, familles, groupes : pratiques marchandes et pouvoirs politiques (xve-xviiie siècle) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 112, 2005, no 4, p. 119-125.

56 E Tingle, « Guerre et commerce : stratégies de neutralisation et d’accompagnement dans le commerce atlantique entre Nantes et Bilbao durant les guerres entre les Valois et les Habsbourg et les guerres de religion (vers 1530-1600) », dans Les ressources des faibles : neutralités, sauvegardes, accommodements en temps de guerre ( xive- xviiie siècle), J.-F. Chanet, C. Windler dir., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 291-313 ; J.-P. Priotti, G. Saupin dir., Le commerce atlantique franco-espagnol : acteurs, négoces et ports ( xve- xviiie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

57 Elle épouse Jehan du Tertre et figure comme marraine de sa nièce, Marguerite, fille de Martin Darande junior avec Guillaume Jehan et Marguerite Darande, femme de Jehan Guischart, Arch. mun. Nantes, CG 169, fo 287, juillet 1517.

58 Marguerite Darande, fille de Martin Darande, mentionnée comme marraine de Johanna, fille de Similiain Turrault et de Johanne Durant, le parrain étant Guillaume Cousin et l’autre marraine Françoise du Carteron, ibid., CG 169, fo 271, 26 mars 1516. Elle épouse Jehan Guischart.

Table des illustrations

Légende Épitaphe de Consallo Alphonso Darande et de son fils en 1462.Source : publié par M. Giraud-Mangin, « L’épitaphe de deux Espagnols établis à Nantes au xve siècle », Bulletin de la Société archéologique de Nantes, t. 67, 1927, p. 339.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende L’espace de relations des Espagnols de Nantes d’après la ferme du devoir du denier pour livre.Source : L. Moal, « Le rétablissement de la bourse d’Espagne à Nantes par le roi de France en 1493 », Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 145, 2010, p. 132.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Extrait d’un registre de baptême de la paroisse Saint-Nicolas.Source : L. Moal, « Le rétablissement de la bourse d’Espagne à Nantes… », art. cité, p. 145-152.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Plan de la ville de Nantes.Source : J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge. Les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, Maloine, 1981.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Les chapelles espagnoles dans l’ancienne église des Cordeliers de Nantes.Source : d’après F. Brault, « Le couvent des Cordeliers de Nantes, étude historique », Bulletin de la société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, t. 65, 1925, p. 165-193.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Les Darande, une famille espagnole sur deux générations
Légende (P. : Parrain – M. : Marraine – f. : Femme de)Source : Arch. mun. Nantes, GG 169Note 5757Note 5858
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540