Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Quatrième partie. Migrations et monde marchand, les spécificités d’une intégration urbaine

La stigmatisation des migrants à l’épreuve des faits

Le règlement de la faillite Aiutamicristo da Pisa devant la Mercanzia florentine (1390)

Cédric Quertier

Résumé

Dans les années 1380, le statut de d’étranger (forestieri) semble poser problème dans les relations entre Florence et Pise, ce qui nous invite à interroger la signification de l’extranéité pour les acteurs commerciaux.
Les conditions du traité commercial bilatéral de 1369 (exemption de droits de douane, fondaco protégé par un magistrat pisan, etc.) permettent l’installation d’une puissante communauté de marchands florentins à Pise. Devant à l’origine augmenter le trafic du port et en faire indirectement bénéficier l’ensemble de la ville, une série d’incidents dans les années 1380 dévoile l’opposition de la population contre ces avantages.
Faute d’archives conservées à Pise, l’examen des procès de la Mercanzia florentine, fédération des Arts impliqués dans le commerce extérieur, donne d’utiles renseignements. Le procès pour faillite de la compagnie d’Aiutamicristo de Pise installée à Florence (1390) permet dans ce contexte de déterminer si le statut de forestieri – central dans l’argumentation des parties – prévaut sur les normes du règlement des conflits commerciaux. Il apparaît que les Pisans sont suffisamment intégrés pour utiliser toutes les ressources juridiques disponibles tandis que les Florentins nient l’ampleur de leur intégration. Au final, si les débats se concentrent sur les statuts juridiques, les normes commerciales priment et les Pisans obtiennent gain de cause.

In the 1380’s, the status of foreigners (forestieri) seems to have caused problems between Florence and Pisa, which leads us to investigate the meaning of foreign origin for commercial actors.
The conditions of the 1369 bilateral commercial treaty (merchants non dutiable;
fondaco protected by a Pisan magistrate, etc.) allowed a powerful community of Florentine merchants to settle in Pisa. That treaty’s purpose was to let the port traffic increase, for the whole of the city’s population to take benefit from it, but a series of incidents occurring in the 1380’s reveals the Pisans’ opposition against these advantages.
For lack of archives preserved in Pisa, the study of the trials of the Florentine
Mercanzia — a federation of the Arts involved in foreign trade — gives us useful information. In that context, the bankruptcy proceedings of the Pisan company Aiutamicristo, which was settled in Florence, make it possible to determine whether the status of forestieri — a legal concept that came up very often in the argumentation of the actors of the trial — prevails over the commercial rules for the settlement of commercial conflicts. It seems that the Pisans were well enough informed to use all available legal resources and means, whereas the Florentines denied the depth and quality of their integration in the city of Florence. The debates concentrated on the legal statuses, but in the end, the sentence of the court seems to have given greater weight to the commercial rules, and the Pisans won their case.

Note de l’auteur

Cet article s’appuie sur une thèse en cours sous la direction de Laurent Feller (Paris 1) et en cotutelle avec Giuliano Pinto (Florence) portant sur Forestieri e ceto mercantile : la communauté des marchands florentins à Pise d’après les archives de la Mercanzia florentine (1360-1406).

Texte intégral

Je remercie chaleureusement les maîtres et amis qui ont eut la gentillesse de m’apporter leurs conseils avisés pour les diverses versions de cet article : Didier Boisseuil, Julie Claustre, Roxane Chilà, Laurent Feller, Arnaud Lestremau, Giuliano Pinto, Sylvain Parent, et Nicolas Pluchot.

  • 2 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASFirenze), Provvisioni, 78, fol. 318, 22 décembre 1389 (ap (...)

1Les forestieri sont-ils les seuls à pouvoir ignorer la loi ? Une pétition devant les conseils florentins permet de le penser : le 22 décembre 1389, Gherardo di Lazzaro est exempté du paiement d’une forte amende (75 lires de florins piccoli) punissant l’importation frauduleuse de 15 livres de sel par la porte San Frediano de Florence, car il n’est qu’un pauvre garçon de quinze ans ayant passé sa jeunesse à Pise. Il ne connaissait pas les lois (ordinamenti) de Florence et n’avait pas conscience de commettre de délit : c’est pourquoi il avoua spontanément transporter du sel quand on lui demanda ce que contenait son sac2. Cette anecdote montre combien l’application de la loi communale aux forestieri pose des questions d’une grande complexité.

  • 3 Le contrepoint pisan est impossible à réaliser, puisque les archives des Arts ont toutes été perdue (...)
  • 4 Les Provvisioni des conseils du Podestat et du Capitaine du Peuple : 197 actes évoquant Pise de 133 (...)

2Menés dans le cadre d’une étude des relations entre Florence et Pise de 1360 à 1406 à travers les procès de la Mercanzia3 florentine, mes dépouillements et repérages4 font affleurer à la fin des années 1380 un « moment » durant lequel la question de l’extranéité revient avec acuité dans l’argumentation des acteurs, et permettent donc à la fois de réévaluer les relations entre les deux villes et de s’interroger sur la signification de l’extranéité pour les acteurs. La mise en perspective des procès concernant la faillite de Piero di Pucciarello di Aiutamicristo da Pisa en 1390 montrera combien la qualité de l’arrivée en ville est conditionnée par l’état des relations entre les communes, et combien les institutions médiatisent les émotions que peuvent avoir les populations envers les migrants.

Florentins et Pisans : alliés, concurrents ou ennemis ?

  • 5 J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon (dir.), Florence et la Toscane xive-xixe siècles – les dynamique (...)
  • 6 R. A. Goldthwaite, The Economy of Renaissance Florence, Baltimore, The Johns Hopkins University Pre (...)
  • 7 La bibliographie sur le « problème portuaire » de Florence est abondante : G. Ciccaglioni, « Il mar (...)

3Durant la seconde moitié du xive siècle, Florence est dans une phase d’extension territoriale qui jette les bases de son État régional5, et d’expansion économique basée sur l’industrie lainière qui lui permet de déployer en Europe un important réseau bancaire6. L’accès à la mer est essentiel dans la construction de cette hégémonie : les marchands-entrepreneurs ont un besoin vital d’importer les matières premières et d’exporter les produits finis – comme le textile – qui font leur fortune, au moyen d’un débouché maritime sûr, proche et peu cher7.

  • 8 Goro Dati, L’Istoria di Firenze dal 1380 al 1405, L. Pratesi (éd.), Norcia, Tonti, 1904, p. 96.
  • 9 F. Melis, « La civiltà economica nelle sue esplicazioni dalla Versilia alla Maremma », dans Id., In (...)
  • 10 Cf. n. 25 et 26.
  • 11 S. Tognetti, « Firenze, Pisa ed il mare… », op. cit., ici p 14-17.

4Pise est quant à elle qualifié de bocca di Toscana par le chroniqueur florentin Goro Dati (1362-1435)8 et de maggior annodo di relazioni economiche esistito nel basso Medioevo par l’historien Federigo Melis9 : la ville reste le principal port toscan au xive siècle, car ses infrastructures de qualité permettent d’accueillir de nombreux opérateurs économiques étrangers, notamment les Florentins dont la présence devient massive au milieu des années 138010. Pise dispose également d’un groupe de compagnies marchandes et bancaires de niveau international, même si elles restent en deçà du niveau des florentines et se concentrent sur les places maritimes11.

  • 12 Cf. notamment F. Franceschi, « Istituzioni e attività economica a Firenze : considerazioni sul gove (...)

5Pourtant, si les deux villes sont des partenaires économiques complémentaires, la rivalité politique est pluri-séculaire entre les capitales guelfe (Florence) et gibeline (Pise) de la Toscane. Les périodes de tensions ou de fermeture de Porto Pisano aux Florentins (1356-1369 ; 1399-1406), voire de guerre (1362-1364, 1397-1398), alternent avec des périodes de bonne entente (1369-1392). Les relations entre Florentins et Pisans oscillent donc entre complémentarité et concurrence économique, entre coexistence et haine politique12.

1369 : les termes inégaux du traité commercial bilatéral

  • 13 O. Banti, Iacopo d’Appiano…, op. cit., p. 83-93.

6Défaits sur le champ de bataille et dépendants des prêts florentins, les Pisans espèrent ainsi sous la seigneurie de Piero Gambacorta faire revenir les Florentins chassés depuis 1356 de Porto Pisano pour en retirer tous les bénéfices économiques13.

  • 14 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale tra Pisa e Firenze », Studi Storici del. Prof. Crivellucc (...)
  • 15 F. Baldasseroni, La pace tra Pisa, Firenze e Lucca nel 1343, Florence, Galileiana, 1904, p. 18-25 p (...)
  • 16 L’existence d’un fondaco pour les marchands de Florence (1214), San Gimignano (1238), Parme, Narbon (...)
  • 17 ASPisa, Miscellanea Manoscritti, 69, livre de possession de Piero Gambacorta et ses héritiers, 1386 (...)

7Le traité du 16 juin 136914 permet en effet de rétablir une grande partie des privilèges accordés en 1343 aux Florentins15, également valables sur le papier pour les Pisans à Florence. Les deux parties sont en effet exemptées de gabelles pour importer ou exporter leurs marchandises (rub. 1), qu’ils peuvent librement faire transporter (rub. 1 et 3). Les contrôles du paiement des gabelles (rub. 2), du courrier commercial (rub. 10) et de la certification de citoyenneté florentine (rub. 6) sont par ailleurs allégés, permettant ainsi une plus large application des franchises et privilèges. Le traité va jusqu’à permettre aux Florentins de choisir directement les artisans à qui faire travailler la laine (rub. 1, dernier paragraphe), et à confier la garde des marchandises qu’ils peuvent déposer gratuitement pendant trois mois dans le fondaco e loggia de la nation16 situé dans le palais de Piero Gambacorta17 à un officier de la commune de Pise (rub. 4).

8Si les différentes mesures adoptées en 1369 sont réciproques, la relation est largement asymétrique et les termes de l’échange favorables aux Florentins, groupe d’étrangers privilégié de par son importance économique : nul doute que cela dut faciliter leur installation en ville.

9Cette politique favorise effectivement l’implantation massive de compagnies florentines à Pise. Divers actes publics bilatéraux permettent en effet d’établir des listes fournissant un ordre de grandeur de leur présence, sachant qu’elles ne sont pas toutes exhaustives, qu’il est difficile d’évaluer le personnel des compagnies réellement présent et que la hiérarchie entre compagnies y est difficile à entrevoir, d’autant plus que leur structure évolue au xive siècle :

  • 18 ASFirenze, Mercanzia, 136, fol. 13, 13 octobre 1322.
  • 19 ASPisa, Comune A, 29, fol. 24 et suiv.
  • 20 ASFirenze, Mercanzia, 146, 26 octobre 1341 : impôt forcé de 309 florins pour équiper Talamone, alor (...)
  • 21 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale… », op. cit., p. 679-683.

Année

1322

1329

1341

1369

Nombre de compagnies

6518

2719

3820

10821

Tableau 1 – Nombre de compagnies florentines présentes à Pise

Un bénéfice incertain pour les Pisans

10Les Pisans tirèrent-ils pour autant bénéfice de cette sanctuarisation de la position économique florentine ?

  • 22 O. Banti, Iacopo d’Appiano, op. cit., p. 88-89.
  • 23 F. Melis, Note di storia sulla banca pisana e le origine della banca moderna, Florence, 1987, p. 26 (...)
  • 24 M. Tangheroni, Politica, commercio, agricoltura a Pisa nel Trecento, Pisa, Pacini, 1972, p. 86.
  • 25 O. Banti, Iacopo d’Appiano, op. cit., p. 83-93, notamment p. 90, n. 35.

11Selon Ottavio Banti, le traité fut bénéfique pendant quinze ans, puisqu’il permit aux banques pisanes d’acquérir un avantage comparatif face aux Florentins à la suite de la Guerre des Huit Saints (1375-1378), mais la conjoncture se retourna vers 1385 avec le dynamisme retrouvé des compagnies florentines22. En effet Federigo Melis situait vers 1390 la réapparition d’un secteur bancaire fort à Florence23, ce qui correspond d’ailleurs pour Marco Tangheroni à la fin de la phase de croissance pisane (ca. 1340-ca. 1390)24. Pour aggraver cette perte de compétitivité, les épidémies de 1362 et 1372 causèrent, selon les chroniqueurs, la mort de 80 % des moins de 15-20 ans, provoquant ainsi un phénomène démographique bien connu de « classes creuses » entravant toute possibilité de rebond pour une économie déjà affaiblie25.

  • 26 La politique philo-florentine du gouvernement des Gambacorta maintient en effet avec constance le s (...)
  • 27 P. Silva, Il governo di Pietro Gambacorta in Pisa e le sue relazioni col resto della Toscana e coi (...)
  • 28 Ibid., p. 230, transcription du document : doc. no 15, p. 320.
  • 29 Ibid., p. 229.
  • 30 Ibid., p. 239-240.

12Les relations entre Florentins et Pisans se durcissent donc dans les années 1380 : les Florentins sont jalousés et finalement mis à part en raison des privilèges économiques exorbitants dont ils bénéficient. Plusieurs émeutes ont lieu contre le pouvoir de Piero Gambacorta, accusé avec raison26 de favoriser les Florentins au risque de se couper de sa population, habilement travaillée par la propagande de la faction adverse menée par Jacopo d’Appiano qui s’érige – avec l’aide de Gian Galeazzo Visconti – en défenseur des artisans pisans concurrencés par les Florentins : après celle de mars 138427, une émeute majeure a lieu en décembre 1387, à tel point que les ambassadeurs florentins sont molestés28 et que Piero Gambacorta doit déconseiller à tous les Florentins de se montrer dans les rues29 ; plusieurs répliques ont ensuite lieu en août et octobre 138830.

  • 31 Ibid., p. 235-236. Cf. Dizioniario Bibliografico degli Italiani, vol. 8, 1966, p. •••-••• [http://w (...)
  • 32 Ambassade florentine à Pise le 1er juin et le 17 juin (ibid., p. 236).
  • 33 Ibid., p. 239 : cf notamment Ranieri Sardo, Cronaca Pisana dal 962 sino al 1400, F. Bonaini (éd.), (...)

13Les rumeurs lancées par les partisans des Appiano contribuent à faire des Florentins des boucs-émissaires parfaits expliquant les malheurs subis par la population pisane : ainsi l’invasion du contado par les troupes du condottiere John of Beltoft (8 mai 1388)31, source de tension diplomatique32, est-elle attribuée aux Florentins par la rumeur publique. L’hostilité culmine lors de l’émeute renversant Gambacorta en octobre 1392, puisque les maisons des marchands florentins sont pillées et leurs marchandises dérobées33.

  • 34 ASFirenze, Signori, Missive della prima cancelleria, 21, fol. 71.
  • 35 P. Silva, Il governo…, op. cit., doc no 30, p. 334.
  • 36 Ibid., p. 273 : lettre du 12 septembre 1391, où Florence se plaint à Piero Gambacorta des nouveaux (...)

14À ces tensions contribue la multiplication d’incidents ponctuels et d’attaques directes contre les intérêts florentins, à l’instar du vol de 90 bœufs possédés par des Florentins par un Pisan en décembre 138834, de l’attaque d’une galère florentine remontant l’Arno (mars 1391)35, ou des nombreuses attaques contre les convois de marchandises vers Florence à l’automne 139136.

  • 37 Ainsi l’attaque par les partisans de la faction de Iacopo d’Appiano d’une riche caravane florentine (...)
  • 38 Vedete buoni vicini e amici sono li Fiorentini, avendo tuttavia da Comune di Pisa cio che sanno chi (...)
  • 39 […] e sono delli tradimenti usano li Fiorentini mostrando esser fratelli con li Pisani […]. Non dov (...)
  • 40 I Pisani […] cominciaronsi a umiliarsi e tenere i Fiorentini per padri e signori in fatti e in paro (...)

15Or, ces attaques contre les intérêts florentins reçoivent un accueil très favorable de la part des Pisans37. Les chroniques pisanes désignent d’ailleurs explicitement la cause de l’hostilité entre la seigneurie des Gambacorta s’arc-boutant sur le statu quo de 1369 favorable aux Florentins – car ces derniers les aident à résister aux Visconti – et une part grandissante de la population hostile aux Florentins. La cause principale est bien l’exemption de gabelles, notamment d’après la chronique pisane anonyme anciennement attribuée à Minerbetti, qui déclare : « Voyez les bons voisins et amis que sont les Florentins, ayant toutefois de la Commune de Pise ce qu’ils savent demander – à messer Piero Gambacorta ou à son État – et qui sont affranchis des gabelles38 ! », ou encore « ce sont des trahisons dont usent les Florentins en se montrant frères des Pisans […] Ils ne devraient pas le faire, car ils ont des Pisans ce qu’ils veulent, les franchises des gabelles et tous les avantages39 ». La conséquence est toute trouvée : il s’agit de la perte d’indépendance des Pisans qui « […] commenc[ent] à s’humilier et à tenir les Florentins pour leurs pères et leurs seigneurs dans les paroles comme dans les actes40 ».

  • 41 P. Silva, Il governo…, op. cit., p. 263-264. Cf. également F. Cognasso, « Firenze contro Milano », (...)

16Les Florentins sont donc bien installés, en position dominante dans l’économie pisane et bien intégrés auprès des cercles du pouvoir. Ils sont cependant aussi mis à l’écart et stigmatisés comme des boucs-émissaires rendus responsables des difficultés, réelles, de la population pisane, qui ne peut plus tirer de bénéfices de la présence encombrante de cet allié devenu concurrent à la fin des années 1380. Les Florentins sont donc en position de force, mais leurs activités commerciales sont menacées par l’encerclement progressif de l’Etat florentin par les possessions de Gian Galeazzo Visconti41, dont Pise est l’un des objectifs. Ils auraient donc toutes les raisons de vouloir traiter plus durement les marchands pisans qui se présenteraient devant un tribunal comme celui de la Mercanzia.

La Mercanzia, tribunal spécialisé dans le règlement des conflits entre marchands et forestieri

  • 42 A. Astorri, La Mercanzia…, op. cit., p. 51-58.
  • 43 A. Astorri et D. Friedman, « The Florentine Mercanzia and its Palace », I Tatti Studies, 10, 2005, (...)
  • 44 Goro Dati (1362-1435) précise ainsi que : […] innanzi a questo uficio vengono le gravi questioni, e (...)

17L’institution de la Mercanzia florentine est issue du regroupement en 1309-1310 des cinq Arts Majeurs (Calimala, Cambio, Lana, Por San Maria (soie), et Medici, Speziali, Merciai) impliqués dans le commerce extérieur : c’est donc « techniquement » une « fédération » d’Arts, dont elle agrège la réglementation avant de produire sa propre législation42. Elle dispose depuis 1359 d’un palazzo éponyme43, où les conseillers et l’Ufficiale forestiero prononcent des sentences qui leur assurent une renommée internationale selon les chroniqueurs contemporains44.

  • 45 G. Bonolis, La giurisdizione della Mercanzia…, op. cit., p. 103-104.
  • 46 A. Astorri, La Mercanzia…, op. cit., p. 56.

18Alors que les Arts ont une compétence indirecte, la Mercanzia a en effet une autorité directe, qui ne nécessite pas l’autorisation préalable de la commune, et revêt un caractère officiel, qui lui permet d’avoir une activité diplomatique (correspondance, signature de traités, concession de représailles, etc.). Tandis que les Arts sont confinés aux seuls artisans immatriculés chez eux, la Mercanzia a une compétence générale, qui lui permet de faire exécuter les sentences des Arts, de trancher leurs conflits de juridiction45 et surtout de faire jurisprudence au point de transcrire certaines de ses sentences dans les statuts de la Mercanzia46, qui priment sur ceux des Arts et ceux de la Commune. Elle est enfin le tribunal d’appel en dernier recours pour les causes commerciales.

  • 47 G. Bonolis, La giurisdizione della Mercanzia…, op. cit., p. 101.
  • 48 Pour l’ensemble du paragraphe précédent, cf. A. Grunzweig, « Le Fonds de la Mercanzia… », op. cit. (...)

19Son activité n’englobe toutefois que le commerce, puisqu’elle laisse les questions techniques aux tribunaux des Arts : la falsification est par exemple de son ressort quand il s’agit de la falsification des livres de comptes concernant potentiellement toute l’activité commerciale, alors que l’altération de la monnaie est laissée à l’art du change (cambio)47. En revanche, la Mercanzia juge tout le commerce, puisque les personnes exerçant cette activité sans être inscrites dans un Art sont de son ressort, du moment qu’il s’agit d’un des onze cas réservés, ou d’un des quatre cas de figure envisagés48 :

Tableau 2 – La délimitation de la juridiction de la Mercanzia

  • 49 Cf. C. Lefèbvre, « Les origines de la procédure sommaire aux xiie et xiiie siècles », Ephemerides J (...)
  • 50 Soumis à l’autorisation de trois conseillers dans le statut de 1393 (ASFirenze, Mercanzia, 5, II, 3 (...)
  • 51 À Florence, on applique aux faillis étrangers uniquement les clauses pénales – plus dures que les c (...)

20Elle recourt enfin à la procédure sommaire, plus simple sans être arbitraire49, plus rapide mais sans forcément être plus laxiste, puisqu’elle tolère tout de même l’usage de la torture50 et si, dans le cas des étrangers, ces derniers doivent obtenir justice plus rapidement, ils peuvent néanmoins encourir des peines plus graves, puisqu’à Florence on applique aux forestieri uniquement les clauses pénales – plus dures que les clauses civiles – dans certains tribunaux51.

L’extranéité, une ressource argumentative parmi d’autres ? Le cas de la faillite Aiutamicristo da Pisa

  • 52 ASFirenze, Provvisioni, 78, fol. 173 et suiv., 26 août 1389 ; approbation : ibid., fol. 184v, 27 ao (...)
  • 53 Le recours de Mino di Simone da Siena est déposé le 14 février selon les actes postérieurs, alors q (...)
  • 54 1) Giovanni di Ricco Corbizi contre les syndics sur les dettes de Piero Aiutamicristo : ASFirenze, (...)

21Déposé dans une période de renforcement de la Mercanzia et de fortes tensions entre Pisans et Florentins, le dossier est l’un des plus fournis : il contient tout d’abord la transcription dans les Provisionni des conseils du podestat et du capitaine du peuple de la délégation de pouvoir (balia) confiée aux syndics sur les dettes d’Aiutamicristo52 – qu’on n’étudiera pas en détail ici – et les actes du procès lui-même contenu dans les Deliberazioni de la Mercanzia, qui enregistrent 14 actes (dont un perdu53) du 8 janvier au 4 mars 1390, dont trois pétitions de recours et deux sentences, le reste étant composé des étapes du procès, avec les argumentations des différentes parties, le tirage au sort des dix marchands devant juger la demande de recours et la convocation des parties54.

  • 55 Cf. G. Petralia, « Ricerche prosopgrafiche sul’emigrazione delle famiglie mercantili pisane in Sici (...)
  • 56 F. Melis, « Tentativi di censimento… », op. cit., p. 234, n. 543.

22Les Aiutamicristo sont une importante famille populaire de Pise. Il s’agit en effet, selon E. Cristiani, d’une famille issue de la paroisse de San Lorenzo alla Rivolta (quartier de Mezzo), passant de l’activité de lanaioli à celle de marchands-banquiers : assez riches pour posséder leur propre galeotta, ils sont affiliés au Popolo, et plusieurs membres furent Anziani, signe de leur importance socio-politique55. F. Melis mentionne par ailleurs la banque de Piero Aiutamicristo à Naples, en lien avec la Sicile et l’Italie du Nord vers 1383-138556 : c’est de la faillite de cette compagnie bancaire dont il est ici question.

  • 57 Par commodité, j’indique uniquement la date où l’argument est développé, sans recopier l’ensemble d (...)

23En août 1386, Piero di Pucciarello di Aiutamicristo est publiquement déclaré en faillite et en fuite (cessante e fugitivo) de Florence et de Naples, où il est associé avec Vituccio del Volta da Pisa (11/01/1390)57. L’accusation de fuite prouvant l’insolvabilité et la rupture de confiance entre marchands, elle permet de frapper le failli d’incapacité juridique et de lui interdire d’exercer une magistrature communale.

  • 58 Cf. n. 54.

24Surtout, elle permet de déclencher la procédure de règlement des faillites. Les créanciers sont alors collectivement regroupés et représentés en justice par une commission de syndics, chargés selon leur balia58 d’inventorier les biens du failli, de récupérer ses dettes, de liquider puis de répartir son patrimoine entre les créanciers. La commission est ici constituée de six regolatori nommés par la commune et de deux créanciers, contrairement aux usages voulant qu’elle soit composée de quatre créanciers du marchand en faillite et de quatre regolatori neutres (26/02/1390).

25En réalité, le détail de l’affaire est connu par les pétitions de recours devant la Mercanzia des anciens associés d’Aiutamicristo contre l’action de cette commission. Les demandeurs sont les deux anciens représentants d’Aiutamicristo : ce dernier a désigné Mino di Simone da Siena (11/01/1390), qui a lui-même constitué Antonio di Giovanni da Cesano da Pisa comme représentant (14/02/1390). Les trois personnages, Piero Aiutamicristo, Mino di Simone et Antonio di Giovanni da Cesano habitent tous à Florence, où est jugée l’affaire, qui concerne les actions de la compagnie opérant à Florence et à Naples.

  • 59 Cf. A. Lattes, op. cit., p. 320, n. 14.
  • 60 Avec Guerardo Ferrini da Legoli et Antonio Fastinelli da Massa ils investissent 1 500 florins dans (...)
  • 61 Cas rencontré par Daniel L. Smail à Lucques, cf. « Goods as Hostages : Aspects of the Process of De (...)
  • 62 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale… », op. cit., p. 695, rub. 14 : […] nullus processus fiat (...)
  • 63 ASFirenze, Mercanzia, 11310, 4 février 1389, fol. 24r : l’ufficiale forestiero de la Mercanzia de F (...)

26Le but des syndics, emmenés par Matteo di Niccolò degli Strozzi, étant de récupérer le plus d’argent possible du failli, ils attaquent les personnes juridiquement liées au failli et tentent d’éviter la dispersion de ses biens avant le remboursement des dettes. C’est pourquoi les derniers actes d’aliénation des biens du failli sont réduits au minimum : les ventes faites trois mois avant la faillite sont annulées59, ce qui justifie la réclamation par les syndics du remboursement de la dette de 700 florins de l’associé60 d’Aiutamicristo, Antonio di Giovanni da Cesano da Pisa, qui affirme pourtant dans sa pétition en avoir été absous juste avant la faillite (du 11/01 au 04/02/1390). Ils ont le pouvoir de faire pression sur le corps du failli ou de sa famille61 en les mettant en prison et de séquestrer ses biens, comme ils le demandent à Piero et Benedetto Gambacorta le 4 février 1390 – donc après le procès, contrairement aux règles du traité de 136962 – pour les biens restés à Pise63. Cela ne fut sans doute pas suffisant, vu la difficulté de l’affaire (27/01/1390), car les syndics se retournent ensuite (du 14/02 au 04/03/1390) contre un autre associé, Mino di Simone da Siena, à qui ils réclament 2 750 florins, ce qu’il conteste dans une deuxième pétition.

  • 64 On le retrouve aussi pour des procès ne concernant pas forcément Pise : cf. par exemple ASFirenze, (...)

27Or, l’examen de l’argumentation des deux parties dans les deux procès montre que le statut d’étranger est central pour juger cette affaire, ce type d’argument apparaissant par ailleurs pour la première fois dans les dépouillements effectués entre 1360 et 140664 : c’est donc bien le signe que le statut d’étranger (forestieri) joue un rôle dans la tension grandissante entre les deux cités.

Les « Pisans » (recours de Antonio di Giovani da Cesano da Pisa et Mino di Simone da Siena)

Les « Florentins » (syndics sur les dettes d’Aiutamicristo)

Mino di Simone : Aiutamicristo passe des contrats avec Bernardo di Bonacorso, marchand sur le mercato nuovo de Florence pour rembourser ses dettes après sa faillite : c’est un bon marchand

Interruption du séjour à Florence pour aller à Naples et Pise ; ne réside pas continuellement pendant 10 ans à Pise ; ne possède pas de cose stabelle

Antonio di Giovanni da Cesano : les syndics sur les dettes d’Aiutamicristo n’ont pas de juridiction sur les forestieri, c’est l’ufficiale forestiero della mercanzia

Le traité bilatéral de 1369 prévoit un traitement égal des Florentins et des Pisans

Piero di Aiutamicristo da Pisa et Mino di Simone da Siena agissent comme forestieri devant le tribunal de la Mercanzia

Mino di Simone n’est pas forestiero au sens de la Mercanzia : il réside depuis 8 ans à Florence, soit plus que les 5 ans autorisés par le statut (1324)

Tableau 3 Résumé des principaux arguments convoqués dans le procès pour faillite de Piero di Pucciarello di Aiutamicristo da Pisa (1390)

28Les actes du procès mentionnent plusieurs moyens pour certifier la citoyenneté et la résidence de ces personnages : des écritures marchandes, comme les comptes de la compagnie d’Aiutamicristo avant le retour à Pise de ce dernier, qui qualifient explicitement Antonio di Giovanni da Cesano de forestiero à Florence (11/01/1390), ou l’absence d’inscription dans un Art florentin pour prouver l’extranéité d’Aiutamicristo à Florence (21/01/1390).

  • 65 Le statut de la Mercanzia oblige un débiteur qui réussirait à améliorer sa fortune après le règleme (...)
  • 66 Aiutamicristo s’associe avec Bernardo di Bonacorso de Florence pour le commerce et le partage d’une (...)
  • 67 […] ch’il dicto Piero già sono dieci anni [mot illisible] in Firenze [che] ha tenuto pigione e fond (...)
  • 68 Vraisemblablement au nord de la Piazza della Signoria vers San Martino. Je remercie Jérôme Hayez de (...)

29Dans l’argumentation visant à prouver que son patron et associé n’a pas lâchement fui de Florence et qu’il continue de faire du commerce pour rembourser ses dettes65, Mino di Simone da Siena, mentionne la signature à Florence de trois contrats à l’automne 1386 (14/02 et 04/03/1390)66, soit après la faillite du mois d’août. Cette activité permet d’affirmer qu’Aiutamicristo est publiquement connu comme un bon marchand à Florence depuis dix ans67 : il passe des contrats, il est associé à Bernardo di Bonaccorso, avec qui il partage une boutique et fondaco, localisée comme étant la case de’ Cerchi nel Gharbo dove stette Taddo da Barbirino68 (14/02 et 04/03/1390), certainement située sur le mercato nuovo de Florence où il est connu : il s’agit donc de Pisans pleinement intégrés au monde des affaires florentines, mais qui continuent de travailler entre Pisans, du fait de leur installation récente.

30Quel est l’intérêt d’évoquer le statut de forestiero d’Antonio di Giovanni da Cesano, de Mino da Simone et d’Aiutamicristo pour les avocats de la défense ?

  • 69 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale… », op. cit., p. 693, rub. 13.
  • 70 Distinction faite par D. Schnapper, Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007.

31Dans ce cas précis, le procureur d’Antonio di Giovanni da Cesano, Jacopo di ser Villano da Piombino notaio da Pisa, affirme que les syndics, au sujet de la faillite Aiutamicristo, ne peuvent pas agir contre les forestieri, prérogative réservée au Podestat, au Capitaine du peuple, ou à l’Ufficiale forestiero qui dirige la Mercanzia (11/01 et 21/01/1390), car ils défendraient leurs seuls intérêts de créanciers (11/01/1390). Etre étranger protègerait donc de l’éventuelle collusion entre juge et partie, puisqu’il y a effectivement un Strozzi dans la commission (Matteo di Niccolò degli Strozzi) et parmi les conseillers de la Mercanzia (messer Pazzino degli Strozzi) jugeant le recours, ce qui n’indique certes pas automatiquement une identité d’intérêt tellement le lignage Strozzi est étendu, mais devrait normalement leur interdire d’exercer une fonction publique pour juger un cas où leurs affins sont impliqués. La partie adverse lui oppose toutefois que le traité commercial de 1369 contient une rubrique les autorisant à trancher les litiges entre marchands des deux cités (18/01 et 21/01/1390) : ce traité prévoit effectivement que les Pisans doivent être traités avec bienveillance et que « dans les causes, litiges, questions et leurs exécutions, les Pisans doivent avoir ce bénéfice, aide, et privilège qu’ont tous les forestieri de la cité de Florence, ou qu’ont également les citoyens florentins dans leur propre cité de Florence », notamment pour les questions de contrats et de commerce en général69. L’avocat d’Antonio di Giovanni da Cesano nie cet argument en affirmant qu’il a voulu être traité comme Pisan dès le début (21/01/1390). Pour les demandeurs, l’utilisation du statut d’étranger intervient donc après avoir démontré leur réputation publique de bons marchands : elle confirme et renforce cette réputation en montrant qu’ils ont réalisé l’intégration de la ville d’accueil70, dont par conséquent ils maîtrisent et ont intériorisé les règles, y compris celles s’attachant spécifiquement à leur position d’étrangers (forestieri) jouissant d’un pacte bilatéral, et pouvant mobiliser plusieurs ressources et plusieurs juges pour défendre leur cause.

  • 71 ASFirenze, Mercanzia, 216, fol. 15-21, ici fol. 16v, 26 février 1389 : per fatti del stato ebbeano (...)
  • 72 C. Quertier, La commune et ses étrangers : norme juridique et régulation sociale ? Le contrôle des (...)

32Quant aux créanciers, ils invoquent le voyage d’Aiutamicristo à Naples pour visiter son facteur Vituccio del Vota da Pisa et son séjour à Pise per i fatti del stato (certainement les émeutes mentionnées ci-dessus ; 26/02/1390) : ces arguments ne servent pas à remettre en cause son arrivée trop récente et sa résidence florentine, mais à prouver son interruption, comme si des absences répétées ou brèves empêchaient une intégration pleine et entière. C’est pour eux une présence ponctuelle dont ils sont à l’origine, puisqu’ils ont permis à Antonio di Giovanni da Cesano de s’installer provisoirement avec sa famille, par compassion à la suite des tensions politiques à Pise71. L’absence de possession de biens immeubles (cose stabelle) contribue d’ailleurs à nourrir la suspicion sur son intégration. Or, tous les statuts communaux de l’époque posent comme conditions à la naturalisation effective, couronnement de l’intégration des bons marchands, le transfert intentionnel du domicile, que l’achat d’une maison et l’établissement de toute la famille la plupart de l’année permettent d’attester, tout comme le paiement des impôts et l’accomplissement du devoir militaire72.

  • 73 […] ha il suo domicilio e habitagione e ogni sua sostancia o almeno la magiore parte della sua sust (...)

33Mais les arguments sont malléables et peuvent servir à démontrer l’inverse… Dans le recours de Mino di Simone da Siena, les créanciers invoquent l’argument de la bonne intégration pour remettre en cause le type de recours. Pour eux, Mino di Simone n’est pas davantage forestiero car il réside avec sa famille et l’ensemble de ses avoirs73 se situent à Florence, où il tient boutique, fondaco et banque depuis huit ans, période plus longue que les cinq ans maximum de résidence permettant d’être jugé avec les avantages des forestieri selon les statuts de la Mercanzia (26/02/1390) : effectivement, dès le statut de 1324 (rub. 51), les Florentins de l’extérieur ou les forestieri ayant résidé pendant cinq ans à Florence, ou ayant acquis la citoyenneté florentine, ne peuvent pas agir comme forestieri devant le tribunal de la Mercanzia. Dans ce dernier cas, c’est donc que les marchands florentins considèrent que Mino di Simone da Siena est trop installé dans le monde des affaires florentin pour être considéré comme un étranger à ménager par une procédure accélérée évitant l’application de représailles : après cinq ans, l’installation s’est faite intégration, il y a donc peu de chances qu’il se tourne vers les tribunaux de sa commune d’origine, même si aucune archive similaire à Pise ne nous permet de le vérifier…

  • 74 C. Quertier, La commune et ses étrangers…, op. cit., p. 244-250.

34Il semble finalement que la position des Florentins soit de souligner et de rappeler la différence de citoyenneté : les Pisans ne sont pas de vrais Florentins, et encore moins de bons marchands, car Aiutamicristo ne possède ou ne loue pas de maison, et ne réside pas de manière continue en ville. Mais paradoxalement, ils invoquent aussi l’argument inverse, pour montrer que ces Pisans ne sont pas des étrangers au sens mercantile, puisqu’ils résident depuis plus de cinq ans. C’est ici rappeler qu’il y a différentes strates d’extranéité selon l’institution concernée : cinq ans pour les marchands, généralement dix ans pour prétendre à la naturalisation, et une période plus longue d’une vingtaine d’années, pour pouvoir accéder aux charges électives74. C’est aussi rappeler que l’extranéité n’est pas un statut en soi définissant les personnes, mais peut être soit un stigmate quand on ne bénéficie pas de certains avantages, soit une ressource pour défendre son identité de bon marchand.

35La conclusion de ces deux affaires est simple, même si on ne peut jamais savoir quel argument fait pencher la balance : dans les deux cas, Antonio di Giovanni da Cesano da Pisa et Mino di Simone da Siena gagnent leur recours, et n’ont pas à rembourser la dette, certainement parce que le premier a réussi à convaincre les conseillers de la Mercanzia que les syndics, au sujet de la faillite, avaient outrepassé leur balia, et parce que le second parvient à prouver qu’Aiutamicristo n’a pas fui et continue de commercer, notamment pour rembourser ses dettes comme se doit de le faire tout bon marchand.

36Par conséquent, l’installation à Pise des Florentins, qui avaient besoin d’un débouché maritime pour importer la laine et exporter leurs draps finis, fut grandement facilitée par le traité commercial de 1369, qui finit par devenir un handicap et une source de tension contre les Florentins, mis à l’écart à force d’être trop favorisés par ces franchises de gabelles. Le statut d’étranger devint alors un enjeu crucial dans les procès lorsque la conjoncture se retourna à la fin des années 1380 : des mesures qui n’avaient certainement pas besoin d’être appliquées auparavant furent utilisées et réactualisées, quand il fallut s’assurer d’une protection d’ordre juridique contre les tensions grandissantes entre les deux communautés de marchands. L’examen du règlement de la faillite Aiutamicristo montre toutefois que l’argument de l’extranéité est tellement malléable qu’il permet de défendre des points de vue radicalement opposés : il s’agit d’un outil argumentatif qui n’était pas invoqué auparavant, et il faut sans doute y lire la transposition dans le domaine judiciaire des tensions récurrentes entre Florentins et Pisans ; des tensions médiatisées par un tribunal de la Mercanzia fonctionnant suffisamment bien pour donner gain de cause aux concurrents pisans alors que ces derniers ne se gênent pas pour attaquer physiquement les Florentins.

Notes

2 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASFirenze), Provvisioni, 78, fol. 318, 22 décembre 1389 (approbation ibid., fol. 329v, 23 décembre 1389).

3 Le contrepoint pisan est impossible à réaliser, puisque les archives des Arts ont toutes été perdues. Quant à la Mercanzia, elle a surtout été étudiée du point de vue institutionnel ou sur des sujets précis, alors que l’abondante matière judiciaire reste encore inexplorée : A. Astorri, La Mercanzia a Firenze nella prima metà del trecento. Il potere dei grandi mercanti, Florence, Olschki, 1998 ; A. Grunzweig, « Le Fonds de la Mercanzia aux Archives d’Etat de Florence au point de vue de l’Histoire de Belgique », Bulletin de l’institut historique belge de Rome, 12, 1932, p. 61-119 ; 13, 1933, p. 5-184 ; 14, 1934, p. 23-56 ; G. Bonolis, La giurisdizione della Mercanzia in Firenze nel sec. xiv. Saggio storico giuridico, Florence, Seeber, 1901 ; A. Del Vecchio, E. Casanova, Le rappresaglie nei comuni medievali e specialmente in Firenze, Bologne, Zanichelli, 1894 ; L. Tanzini, « Le rappresaglie nei comuni italiani del Trecento : il caso fiorentino a confronto », Archivio Storico Italiano, 167, 2009/2, p. 199-251.

4 Les Provvisioni des conseils du Podestat et du Capitaine du Peuple : 197 actes évoquant Pise de 1339 à 1399 ; les Deliberazioni du conseil de la Mercanzia, comprenant 178 actes de 1362 à 1401 pour environ 40 procès totalisant 93 actes (52 %), et 68 actes (38 %) réglementant la nation florentine de Pise ; le repérage des expéditeurs des 12 000 lettres envoyées par le fondaco de Pise de la compagnie Datini de 1377 à 1414 (dont 6 000 entre Pise et Florence).

5 J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon (dir.), Florence et la Toscane xive-xixe siècles – les dynamiques d’un Etat italien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

6 R. A. Goldthwaite, The Economy of Renaissance Florence, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2009, p. 43. Cf. également P. Malamina, « La formazione di una regione economica : la Toscana nei secoli xiii-xv », Società e Storia, 20, 1983, p. 229-270.

7 La bibliographie sur le « problème portuaire » de Florence est abondante : G. Ciccaglioni, « Il mare a Firenze. Interazioni tra mutamenti geografici, cambiamenti istituzionali e trasformazioni economiche nella Toscana fiorentina del’400 », Archivio Storico Italiano, 167, 2009/1, p. 91-125 ; S. Tognetti, « Firenze, Pisa e il mare (metà xiv – fine xv sec), Studi e ricerche – Rivista del Dipartimento di studi storici, geografici e artistici dell’Università di Cagliari, 1, 2008, p. 11-31 ; A. Astorri, La Mercanzia a Firenze nella prima metà del trecento. Il potere dei grandi mercanti, Florence, Olschki, 1998, p. 160-175 ; F. Melis, « Firenze e le sue communicazioni con il mare nei secoli xiv-xv », dans Id., I trasporti e le communicazioni nel medioevo, Florence, Le Monnier, 1985, p. 121-141. Sur le xve siècle : M. E. Mallett, « Pisa and Florence in the Fifteenth Century. Aspects of the Period of the First Florentine Domination », dans Florentine Studies. Politics and Society in Renaissance Florence, N. Rubistein (dir.), Londres, 1968, p. 403-431 ; M. E. Mallett, The Florentine galleys in the fifteenth century, Clarendon Press, Oxford, 1967.

8 Goro Dati, L’Istoria di Firenze dal 1380 al 1405, L. Pratesi (éd.), Norcia, Tonti, 1904, p. 96.

9 F. Melis, « La civiltà economica nelle sue esplicazioni dalla Versilia alla Maremma », dans Id., Industria e commercio nella Toscana medievale, Florence, Le Monnier, 1987, p. 29-64, ici p. 46.

10 Cf. n. 25 et 26.

11 S. Tognetti, « Firenze, Pisa ed il mare… », op. cit., ici p 14-17.

12 Cf. notamment F. Franceschi, « Istituzioni e attività economica a Firenze : considerazioni sul governo del settore industriale (1350-1450) », dans Istituzioni e società in Toscana nell’età moderna. Atti delle giornate di studio dedicate a Giuseppe Pansini (Firenze, 4-5 dicembre 1992), C. Lamioni (éd.), Rome, Ministero per Beni e le attività culturali, 1994, t. 1, p. 76-117, notamment p. 102-108.

13 O. Banti, Iacopo d’Appiano…, op. cit., p. 83-93.

14 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale tra Pisa e Firenze », Studi Storici del. Prof. Crivellucci, XVII, 1908, p. 627-702. L’auteur retranscrit p. 668-702 la copie de Pise (Archivio di Stato di Pisa [désormais ASPisa], Comune A, 29, fol. 138v-151v), mais une copie florentine existe également (ASFirenze, Mercanzia, 18, n. f.).

15 F. Baldasseroni, La pace tra Pisa, Firenze e Lucca nel 1343, Florence, Galileiana, 1904, p. 18-25 pour les clauses commerciales.

16 L’existence d’un fondaco pour les marchands de Florence (1214), San Gimignano (1238), Parme, Narbonne (1278), de Provence, Gênes, Catalogne et Sienne (1305) est attestée à Pise, cf. O. R. Constable, Housing the Stranger in the Mediterranean World – Lodging, Trade, and Travel in Late Antiquity and the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 314.

17 ASPisa, Miscellanea Manoscritti, 69, livre de possession de Piero Gambacorta et ses héritiers, 1386-1427, fol. 6 : le palais, situé dans la paroisse San Bastiano (au sud du ponte vetus dans le quartier de Kinzica), accueillait quatre fondaci florentins : la loggia des Florentins, et les fondaci des compagnies de Niccolò di Pagnozzo [Tornaquinci, dont une branche prend ensuite le nom de Cardinali] da Fiorensa, d’Ugocciozo del Riço (Ricci ?) da Fiorensa, et de Francesco di Marco [Datini]. Le loyer théorique (ibid.) est de 40 florins, mais les paiements retrouvés sont de 30 florins par an (ASFirenze, Mercanzia, 193, fol. 33v-34v, 5 mars 1374 : 30 florins ; 203, fol. 31v, 17 septembre 1382 : paiement de 156 florins, 46 sous et 8 deniers pour 5 ans, 2 mois et 20 jours).

18 ASFirenze, Mercanzia, 136, fol. 13, 13 octobre 1322.

19 ASPisa, Comune A, 29, fol. 24 et suiv.

20 ASFirenze, Mercanzia, 146, 26 octobre 1341 : impôt forcé de 309 florins pour équiper Talamone, alors que Porto Pisano est fermé.

21 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale… », op. cit., p. 679-683.

22 O. Banti, Iacopo d’Appiano, op. cit., p. 88-89.

23 F. Melis, Note di storia sulla banca pisana e le origine della banca moderna, Florence, 1987, p. 265 et suiv. (« considerazioni conclusive »).

24 M. Tangheroni, Politica, commercio, agricoltura a Pisa nel Trecento, Pisa, Pacini, 1972, p. 86.

25 O. Banti, Iacopo d’Appiano, op. cit., p. 83-93, notamment p. 90, n. 35.

26 La politique philo-florentine du gouvernement des Gambacorta maintient en effet avec constance le statu quo de 1369, même quand les désagréments permettraient de demander une révision : lorsqu’en 1373, les Pisans doublent les droits de douane pour réparer le fondaco de Porto Pisano, les Florentins en sont exclus (ASPisa, Comune A, 197, fol. 127v-128v). En 1377, quand les Florentins sont excommuniés, les Pisans refusent de capturer et d’emprisonner les Florentins présents en ville comme le leur enjoint la bulle d’excommunication, et préfèrent endurer le même sort (ASPisa, Comune A, 67, fol. 7 et 14) ; quand des mesures protectionnistes sont prises en 1388 pour protéger l’Arte della lana pisan, les Florentins en sont à nouveaux exclus (ASPisa, Comune A, 169, fol. 19v-21, spécialement fol. 21).

27 P. Silva, Il governo di Pietro Gambacorta in Pisa e le sue relazioni col resto della Toscana e coi Visconti. Contributo alla storia delle Signorie italiane, Pise, Nistri, 1912, p. 217.

28 Ibid., p. 230, transcription du document : doc. no 15, p. 320.

29 Ibid., p. 229.

30 Ibid., p. 239-240.

31 Ibid., p. 235-236. Cf. Dizioniario Bibliografico degli Italiani, vol. 8, 1966, p. •••-••• [http://www.treccani.it/enciclopedia/giovanni-di-beltoft_%28Dizionario-Biografico%29/].

32 Ambassade florentine à Pise le 1er juin et le 17 juin (ibid., p. 236).

33 Ibid., p. 239 : cf notamment Ranieri Sardo, Cronaca Pisana dal 962 sino al 1400, F. Bonaini (éd.), dans Archivio Storico Italiano, 6, 1845, parte 2a, sez. 2a, p. 75-244, ici p. 217.

34 ASFirenze, Signori, Missive della prima cancelleria, 21, fol. 71.

35 P. Silva, Il governo…, op. cit., doc no 30, p. 334.

36 Ibid., p. 273 : lettre du 12 septembre 1391, où Florence se plaint à Piero Gambacorta des nouveaux vols effectués contre des Florentins. Cf. aussi ASFirenze, Consulte e pratiche, 28, fol. 181-183v, et ASFirenze, Signori, Missive della prima cancelleria, 22, fol. 174v, 18 décembre 1391 (vol de marchandises et de laine).

37 Ainsi l’attaque par les partisans de la faction de Iacopo d’Appiano d’une riche caravane florentine est largement fêtée par la population pisane en décembre 1391 (P. Silva, Il governo…, op. cit., p. 275-276).

38 Vedete buoni vicini e amici sono li Fiorentini, avendo tuttavia da Comune di Pisa cio che sanno chiedere – o sie da messer Piero Gambacorta e dal suo stato – che sono franchi delle gabelle !, dans Cronica di Pisa, dans Rerum Italicarum Scriptores, L. A. Muratori (éd.), Milan, 1729, t. xv, coll. 975-1086 ; ici coll. 1063.

39 […] e sono delli tradimenti usano li Fiorentini mostrando esser fratelli con li Pisani […]. Non dovrebbero far questo avendo dalli Pisani cio che vogliono, le franchigie delle gabelle e ogni vantaggio (ibid., coll. 1083-84).

40 I Pisani […] cominciaronsi a umiliarsi e tenere i Fiorentini per padri e signori in fatti e in parole, extrait de la Cronica domestica (1367-1370), de Donato Velluti (1313-1370), citée par O. Banti, Iacopo d’Appiano – Economia, società e politica del comune di Pisa al suo tramonto (1392-1399), Pise, Il Telegrafo, 1971, p. 86.

41 P. Silva, Il governo…, op. cit., p. 263-264. Cf. également F. Cognasso, « Firenze contro Milano », dans Storia di Milano, t. v, La Signoria dei Visconti (1310-1392), Milan, Giovanni Treccani degli Alfieri, 1955, p. 541-567.

42 A. Astorri, La Mercanzia…, op. cit., p. 51-58.

43 A. Astorri et D. Friedman, « The Florentine Mercanzia and its Palace », I Tatti Studies, 10, 2005, p. 11-68.

44 Goro Dati (1362-1435) précise ainsi que : […] innanzi a questo uficio vengono le gravi questioni, e gran casi di tutto il mondo. Transcription dans G. Capponi, Storia della Repubblica di Firenze, Florence, Barbera, 1876, vol. II, app. V, p. 529 (rééd. 1930 ; rééd. anast. Florence, Le Lettere, 1976, 3 vol.).

45 G. Bonolis, La giurisdizione della Mercanzia…, op. cit., p. 103-104.

46 A. Astorri, La Mercanzia…, op. cit., p. 56.

47 G. Bonolis, La giurisdizione della Mercanzia…, op. cit., p. 101.

48 Pour l’ensemble du paragraphe précédent, cf. A. Grunzweig, « Le Fonds de la Mercanzia… », op. cit. et A. Astorri, La mercanzia di Firenze, op. cit., p. 195-205.

49 Cf. C. Lefèbvre, « Les origines de la procédure sommaire aux xiie et xiiie siècles », Ephemerides Juris Canonici, 12, 1956, p. 149-197 ; R. M. Fraher, « iv Lateran’s revolution in criminal procedure : the birth of inquisitio, the end of ordeals and Innocent iii’s vision of ecclesiastical politics », dans R. J. Castillo Lara (éd.), Studia in honorem eminentissimi cardinalis Alphonsi M. Stickler, Rome, 1992, p. 97-111 ; H. K. Briegleb, Einleitung in die Theorie der summarische Processe, Leipzig, 1859, et A. Lattes, Studii di diritto statutario. I. Il procedimento somario o planario negli statuti, Milan, Hoepli, 1886, p. 1-66. Un exemple d’application : ASFirenze, Mercanzia, 11844, n. f., 16 juillet 1310.

50 Soumis à l’autorisation de trois conseillers dans le statut de 1393 (ASFirenze, Mercanzia, 5, II, 32).

51 À Florence, on applique aux faillis étrangers uniquement les clauses pénales – plus dures que les clauses civiles : Statuta populi et comunis Florentiae de 1415, Fribourg-Florence, 1778, III, 28 et tractatus cessantes et fugitivos, 1.

52 ASFirenze, Provvisioni, 78, fol. 173 et suiv., 26 août 1389 ; approbation : ibid., fol. 184v, 27 août 1389.

53 Le recours de Mino di Simone da Siena est déposé le 14 février selon les actes postérieurs, alors qu’il y a un hiatus entre le 9 et le 18 février entre les vol. 215 et 216, certainement dû à l’obligation de réviser les écritures une semaine avant la fin de charge. Il est également possible qu’il se trouve dans les séries Atti ordinarie ou Atti stradiornarie, non dépouillées.

54 1) Giovanni di Ricco Corbizi contre les syndics sur les dettes de Piero Aiutamicristo : ASFirenze, Mercanzia, 215, n. f., 8 janvier et 8 février 1390. 2) Antonio di Giovanni da Cesano da Pisa contre les syndics sur les dettes de Piero Aiutamicristo : ASFirenze, Mercanzia, 215, n. f., 11 janvier ; 18 janvier ; 21 janvier ; 22 janvier ; 27 janvier ; 3 février ; 5 février et 8 février 1390. 3) Mino di Simone da Siena contre les syndics sur les dettes de Piero Aiutamicristo : ASFirenze, Mercanzia, 216, 14 février 1390 contient la pétition de recours, perdue ; puis fol. 15-21, 26 février ; 28 février et 4 mars 1390.

55 Cf. G. Petralia, « Ricerche prosopgrafiche sul’emigrazione delle famiglie mercantili pisane in Sicilia dopo la conquista fiorentina del 1406 », Bollettino Storico Pisano, 50, p. 37-93 ; 51, p. 229-270 ; 52, p. 91-115 ; 53, p. 147-185 ; ici 51, p. 74-84. Pour leur localisation : ASPisa, Diplomatico Primaziale, 5 mai 1319, et ibid., 20 novembre 1319 : mention de la maison de Puccio Aiutamicristo dans la capella San Lorenzo alla Rivolta. Pour leur activité de lanaioli, cf. ASPisa, Archivio Opera del Duomo, 1283, 1355, cité par N. Caturegli, La signoria di Giovanni dell’Agnello in Pisa e Lucca e le sue relazioni con Firenze e Milano (1364-1368), Pise, Officina Arti Grafiche « Folchetto », 1921, p. 85 ; pour celle de marchands-banquiers : E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel comune di Pisa – Dalle origini del Podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962, p. 443. Pour la galeotta : F. Melis, « Tentativi di censimento dei mercanti-banchieri pisani nella seconda metà del’300 », dans Id., Note di storia sulla banca pisana e le origine della banca moderna, Florence, 1987, p. 223-254, ici p. 235. Pour les nominations au conseil des Anziani : Puccio de janvier à février 1313 et novembre à décembre 1334 ; Vanni de septembre à octobre 1316 et de septembre à octobre 1321, en tout à huit reprise pour Vanni jusqu’en septembre-octobre 1339 cf. E. Cristiani, Nobiltà e popolo, op. cit., p. 443.

56 F. Melis, « Tentativi di censimento… », op. cit., p. 234, n. 543.

57 Par commodité, j’indique uniquement la date où l’argument est développé, sans recopier l’ensemble des références.

58 Cf. n. 54.

59 Cf. A. Lattes, op. cit., p. 320, n. 14.

60 Avec Guerardo Ferrini da Legoli et Antonio Fastinelli da Massa ils investissent 1 500 florins dans la compagnie Aiutamicristo en novembre 1386 (11/01).

61 Cas rencontré par Daniel L. Smail à Lucques, cf. « Goods as Hostages : Aspects of the Process of Debt Recovery in Lucca and Marseille in the Later Middle Ages », dans Les objets sous contrainte, A. Rodriguez et L. Feller (éd.), à paraître. Je remercie chaleureusement Laurent Feller et Daniel L. Smail de m’avoir communiqué et autorisé à utiliser cet article en cours d’édition.

62 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale… », op. cit., p. 695, rub. 14 : […] nullus processus fiat vel fieri possit occasione alicuius malefitii vel delicti contra aliquem de civitate, comitatu vel districtu Pisarum nisi primo per licteras comunis Florentie legiptime denunptietur comuni Pisarum seu dominis Antianis pisani populi, […]. Et quod quidquid in contrarium fieret sit ipso iure nullum […].

63 ASFirenze, Mercanzia, 11310, 4 février 1389, fol. 24r : l’ufficiale forestiero de la Mercanzia de Florence envoie une lettre à Piero Gambacorta pour l’informer qu’un litige en cours concernant Piero di Pucciarello di Aiutamicristo et Antonio da Cesano, tous deux de Pise, fut réglé en faveur des marchands florentins, qui doivent donc avec son autorisation récupérer leurs biens ; il envoie ensuite une lettre à Benedetto, fils de Gambacorta, pour qu’il intervienne favorablement en leur faveur, puisque le jugement a respecté le droit des marchands.

64 On le retrouve aussi pour des procès ne concernant pas forcément Pise : cf. par exemple ASFirenze, Mercanzia, 213, 22 décembre 1389, comparution de Simone di Filippo Rondinelli.

65 Le statut de la Mercanzia oblige un débiteur qui réussirait à améliorer sa fortune après le règlement de la faillite à rembourser intégralement les créanciers avec les nouveaux biens ; ASFirenze, Mercanzia, 5 (statut de 1393), II, 32.

66 Aiutamicristo s’associe avec Bernardo di Bonacorso de Florence pour le commerce et le partage d’une boutique et fondaco (18 août 1386) ; ils font ensuite un contrat de participation avec Giovanni Manovelli pour six draps (panni) de laine de S. Matteo (6 octobre 1386) ; Aiutamicristo vend de la laine de S. Matteo à Giovanni di Sandro di ser Ricovero (22 septembre 1386).

67 […] ch’il dicto Piero già sono dieci anni [mot illisible] in Firenze [che] ha tenuto pigione e fondacho e merchato venduto e comperato (21/01).

68 Vraisemblablement au nord de la Piazza della Signoria vers San Martino. Je remercie Jérôme Hayez de m’avoir fourni cette information.

69 P. Silva, « L’ultimo trattato commerciale… », op. cit., p. 693, rub. 13.

70 Distinction faite par D. Schnapper, Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007.

71 ASFirenze, Mercanzia, 216, fol. 15-21, ici fol. 16v, 26 février 1389 : per fatti del stato ebbeano compassione a llui e a la sua famiglia dierogli licentia di potere stare.

72 C. Quertier, La commune et ses étrangers : norme juridique et régulation sociale ? Le contrôle des forestieri d’après les statuts communaux des villes d’Italie du Nord (Ligurie, Piémont, Lombardie, Emilie-Romagne), v. 1150 - v. 1350, mémoire de maîtrise sous la direction de Laurent Feller, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2005.

73 […] ha il suo domicilio e habitagione e ogni sua sostancia o almeno la magiore parte della sua sustancia (26/02).

74 C. Quertier, La commune et ses étrangers…, op. cit., p. 244-250.

Table des illustrations

Légende Tableau 2 – La délimitation de la juridiction de la Mercanzia
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540