Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Quatrième partie. Migrations et monde marchand, les spécificités d’une intégration urbaine

Pratiques et discours de marchands migrants

Les Toscans d’Avignon aux xive et xve siècles

Jérôme Hayez

Résumé

À la fin du xiiie siècle se met en place un flux migratoire unissant la Toscane à Avignon, qui se maintient jusqu’au début de la période moderne. Fortement polarisé sur les villes et constitué autour de réseaux commerciaux qui lui fournissent une armature persistante, il connaît au cours de la période 1290-1430 des variations entre les foyers de départ et dans le rapport entre citadins et ressortissants des bourgades ou entre marchands et artisans. Tous les candidats ne bénéficient donc pas de chances égales ni pour s’expatrier ni pour s’installer durablement en ville. L’examen de témoignages à la première personne de migrants constitués par leurs correspondances révèle les liens conservés avec la région de départ, permet de restituer à l’expatriation son sens de projet lié à une quête d’honneur et de profit et d’appréhender un séjour durable ou définitif comme un choix renouvelé en considération d’un contexte qui évolue parallèlement dans les milieux de départ et de résidence.

The migratory flow linking Tuscany and Avignon from the late 13th century up to the early modern period was largely allowed by the pooling of financial and human resources available in town and by the logistic support offered for several decades by changing but lasting commercial networks. Its evolution during the period 1290-1430, showing a variation in source areas, and in both ratios of city-dwellers vs. villagers and merchants vs. craftsmen, suggests that the personal connections allowing an easier expatriation and settling down in the target town were not equally shared between every Tuscan during that century and a half. The analysis of the personal stories and of the discourse on migration preserved in private letters reveals the continuing relationships with relatives and friends across both regions and the meaning of expatriation as a quest of honour and profit, and suggests that long-lasting migration was a repeated choice taking into consideration the moving context in both source and target societies.

Texte intégral

  • 1 Cf. principalement D. Herlihy et C. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du ca (...)
  • 2 Ces expressions sont récurrentes en particulier dans les déclarations remises pour le catasto flor (...)
  • 3 Andare al soldo et autres expressions similaires (par ex. ASFirenze, Catasto 67, fol. 414v ; Catas (...)

1Dans la Toscane des xive-xve siècles, la mobilité géographique se laisse moins précisément cerner que d’autres phénomènes démographiques pour diverses raisons alliant une couverture différenciée des populations, l’incertitude du statut de certains feux et la périodicité des recensements. Cependant les sources fiscales dessinent nettement vers 1430 des types différents de mobilité durable1. On observe d’abord un phénomène assez massif de migrations rurales, souvent liées à l’endettement et à la perte des parcelles. Elles mènent le plus souvent d’un coin des campagnes à un autre, en sautant éventuellement la frontière des États, parfois aussi du monde rural à la ville. On entrevoit ensuite des formes proches du vagabondage, issues des campagnes et des villes. Les individus qui les pratiquent sont évoqués par des formulations comme « il est parti à la grâce de Dieu » (andossene con Dio) ou « il mène (misérablement) sa vie dans le monde » (va [gaglioffando / tapinando / tribolando] per lo mondo), indices à la fois d’une situation de marginalité et de la perte de contacts avec le milieu d’origine2. On lit donc ici des errances peu encadrées, sinon par des structures non sédentaires comme les bandes de routiers ou les équipages de vaisseaux3. Il y a enfin des types de mobilité très organisés, généralement à longue portée, qui franchissent les frontières des États sans déboucher sur une perte de contact avec les proches. Ils concernent majoritairement la population des grands centres urbains, les élites plus que les couches populaires, et découlent souvent de la pratique d’activités commerciales. Le point de chute mentionné correspond ici d’ordinaire à l’une des grandes places ou parfois à une région périphérique de l’espace commercial florentin ou lucquois.

2C’est de cette troisième forme de mobilité qu’il sera ici question, principalement à travers une destination, Avignon, qui constitue l’une des principales places d’échanges de la période. Certaines des sources consultées, comme les correspondances qui ont circulé dans le réseau Datini, dépassent cependant cet horizon. Quand un jeune Florentin recherche un emploi, ou quand ses parents et ses aînés le font pour lui, ils demandent en général à leurs relations si elles connaissent un poste à pourvoir dans une agence, à Florence ou à l’étranger, sans s’orienter vers une place déterminée. Et l’on rencontre couramment dans ces familles marchandes des générations ou fratries dispersés sur plusieurs places étrangères et des individus circulant d’un centre urbain à un autre.

3La question de l’installation des étrangers dans une ville ne peut être dissociée de l’étude des flux entre les régions concernées, à la fois parce qu’un migrant fixe par définition longtemps son regard sur deux horizons, que son sort ne se joue pas entièrement dans la société d’accueil et que l’intensité et la régularité des flux déterminent sensiblement les options qui s’offrent à lui, en l’entourant ou non d’un milieu familier pour l’accueillir, le conseiller et assurer sur lui un contrôle social, fournir des collaborations et des partenaires pour mener sa carrière, des solidarités pour pallier ses besoins, des relations pour partager des moments de convivialité et pour certains un conjoint à épouser.

  • 4 Bernard Guillemain parle d’« immigration » et de « colonie italienne » pour qualifier une populati (...)
  • 5 La notion est empruntée à la sociologie des migrations cf. J. S. Macdonald et L. Macdonald, « Chai (...)
  • 6 J. Hayez, « “Veramente io spero farci bene…”. Expérience de migrant et pratique de l’amitié dans l (...)

4Les flux migratoires unissant au Moyen Âge diverses régions de la péninsule italienne à l’aire franco-méridionale ont parfois été assimilés à une « immigration italienne » dans laquelle on inclut des mobilités aussi diverses que la circulation de magistrats ou de religieux, la pratique du négoce et le repeuplement des campagnes4. Outre le caractère incertain des confins de l’ethnonyme, une telle définition ignore le fonctionnement concret de filières souvent peu encadrées par les institutions et reposant au contraire sur des réseaux d’interconnaissance, qui permettent une migration en chaîne où les nouveaux arrivants en appellent bientôt d’autres, pour peu que l’activité exercée sur place reste profitable5. Les correspondances qui éclairent le fonctionnement de certains de ces flux suggèrent que les marchands pouvaient favoriser la venue d’autres migrants comme des artisans, des petits boutiquiers ou des gradués des universités6, mais qu’ils ne jouaient pas un rôle essentiel dans la mobilité des clercs, des hommes d’armes ou des agriculteurs. Elles montrent en outre que les flux provenant de régions différentes pouvaient entretenir sur une même destination des relations de concurrence ou de complémentarité en fonction des secteurs d’activité visés, mais qu’ils s’alimentaient au départ de façon autonome à partir de réseaux distincts. Le groupe des migrants toscans ne constitue donc pas un flux homogène et unique mais plutôt une échelle d’observation permettant de comparer des situations diverses.

  • 7 E. Salvatori, “Boni amici et vicini”. Le relazioni tra Pisa e le città della Francia meridionale d (...)
  • 8 R. de Roover, « The Commercial Revolution of the Thirteenth Century », Bulletin of the Business Hi (...)
  • 9 Ce document des 22 et 23 décembre 1294 concerne Castello (Tello) et son neveu Giovanni (Vanni) del (...)

5Ce courant migratoire ne se met véritablement en place qu’à la fin du xiiie siècle. Si, depuis le xie siècle, quelques Lombardi et Tusci, souvent issus de villes maritimes, pénétraient dans la basse vallée du Rhône, les sources de la période permettent rarement de repérer des noms de Toscans, encore moins dans la durée7. La situation se modifie à partir des années 1260 du fait de la densification des réseaux italiens à l’étranger qui suit l’intensification des luttes entre guelfes et gibelins et d’une évolution dans les formes du négoce, qualifiée par Raymond de Roover de révolution commerciale, qui incite les compagnies à entretenir des représentations permanentes sur les places étrangères au lieu d’y envoyer leurs associés et facteurs en mission comme sur les foires8. Une première agence florentine montée autour de membres du lignage Gianfigliazzi apparaît à Avignon dans les années 1290, obtient du comte de Provence Charles II d’Anjou l’autorisation d’y pratiquer le prêt au taux des foires et se maintient dans la ville plus d’une trentaine d’années9.

  • 10 B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 497-695, principalement p. 549-554 et 673-691 ; (...)
  • 11 Cette base de données a été constituée parallèlement à l’élaboration d’une thèse abordant surtout (...)
  • 12 J. Hayez, « À l’ombre du palais. Les Toscans d’Avignon sous le Grand Schisme », à paraître dans le (...)

6Vers 1300, Avignon n’est encore qu’un centre urbain de quelques milliers d’habitants, mais la stabilisation de la cour pontificale deux décennies plus tard, transformant bientôt la ville en l’une des principales places d’échanges, favorise un développement démographique rapide qui repose largement et durablement sur l’immigration lointaine10. Les flux issus de la Toscane se développent surtout à partir des années 1320 et ils se maintiennent, sans solution de continuité mais avec des phases d’essor et d’étiage, jusqu’au début du xviie siècle. Le dépouillement de nombreuses sources dispersées entre Avignon, le Vatican et divers dépôts toscans a permis de recenser pour la période 1290-1430 plus de 2 700 individus. La courbe établie à partir de cette base de données (graphique no 1) présente leur répartition chronologique. Elle se fonde sur un corpus hétérogène comprenant notamment des actes notariés, des comptabilités d’institutions, de rares listes d’habitants et un éventail assez riche de sources d’origine privée11. Mettre en contexte ces données en détaillant la typologie des sources, leur inégale répartition sur la période, leur couverture différenciée des migrants et les méthodes d’identification adoptées pour les dénombrer requerrait de plus amples développements que ne le permet cet article. On peut en revanche évaluer l’écart entre la population qui émerge facilement dans la documentation, constituée notamment de marchands qui ont pignon sur rue, et celle qui reste souvent invisible, formée par exemple de leurs apprentis et employés, de leurs familiers éventuels, de catégories artisanales ou exerçant des activités multiformes, entre commerce local, services, médiation et courtage, ou bien encore de migrants moins stables. Deux indices constitués d’une part par un recensement relativement détaillé, le Liber divisionis, qui gonfle les effectifs de 40 % pour 1371 par rapport aux années voisines, et de l’autre par la composition d’une maisonnée spécialement documentée comme l’agence Datini, dont seulement 40 % des individus apparaissent dans les sources plus communes, invitent à considérer que les migrants toscans réellement présents étaient environ deux fois plus nombreux que ceux qui peuvent être repérés d’ordinaire12.

7La comparaison des effectifs annuels, en comptant les individus qui apparaissent au moins un jour dans l’année, met en évidence des dynamiques dans les flux provenant des différents États, des villes et des campagnes et des catégories sociales concernées. Les phases d’expansion et de récession démentent d’abord le lien qu’on a parfois voulu établir entre la croissance de la population de la région d’origine et le phénomène migratoire puisque l’expansion de ce courant à partir des années 1320 est postérieure à un essor démographique qui s’achève au début du xive siècle. Une nouvelle hausse correspondant aux années 1350-1380 traduit en partie une abondance majeure de sources mais révèle aussi un âge d’or du flux migratoire, par ailleurs évoqué dans la nouvelle de Giovanni Sercambi qui évoque des foules se précipitant à la cour d’Urbain V depuis de multiples horizons :

  • 13 Al tempo che papa Urbano Quinto tenea la corte di Roma innella città di Vignone, dove tutta la cri (...)

Du temps que le pape Urbain V tenait la cour de Rome à Avignon, où accourait toute la chrétienté et se trouvait une suite nombreuse de courtisans et d’autres marchands et artisans […]13.

  • 14 Pour une évaluation plus précise des effectifs et l’évocation des enjeux de la présence marchande (...)

8Cette période s’achève avec les allers et retours du pape entre Avignon et Rome, la guerre des Huit Saints qui conduit Grégoire XI à expulser les Florentins en mars 1376 et l’ouverture du Schisme deux ans plus tard. Les filières ne sont pas pour autant démantelées, car le tiers des Florentins parvient à demeurer sur place au moyen de grâces individuelles et collectives. Les présences diminuent encore vers 1400 du fait des troubles politiques qui agitent la ville comme de la phase d’insécurité que connaît plus largement la région. La réduction du volume des échanges obère alors le renouvellement du personnel des agences sans l’interrompre totalement14.

  • 15 Sur un cas de Siennois facteur puis associé de marchands florentins et lucquois, J. Hayez, « Un fa (...)
  • 16 C’est ce que suggèrent les cas bien documentés, comme ceux de Francesco Datini, cf. J. Hayez, « Il (...)

9Tout au long de la période s’affirme une prépondérance florentine au sein du groupe toscan, à peine entamée par le second foyer d’origine, Lucques, dans les trois décennies qui suivent le décret d’expulsion de 1376. Ce rapport entre Florentins et Lucquois se situe selon les périodes dans une fourchette de trois à cinq pour un. Les autres villes d’une certaine importance, Pistoia, Arezzo – englobée dans l’État florentin en 1380 –, Pise – conquise en 1406, et Sienne – plus représentée par un cercle de peintres et d’orfèvres –, ne comptent qu’un nombre limité de marchands ou changeurs. Une nette perte de dynamisme marque vers la fin du xive siècle les filières issues de ces autres villes. Leurs ressortissants qui mènent encore à l’étranger une carrière commerciale doivent s’adresser alors à des réseaux basés sur d’autres places pour s’expatrier, trouver un emploi ou un associé15. Dès l’époque de l’intégration de Prato au territoire florentin (1351), ses habitants les plus impliqués dans le négoce arrivent aussi souvent à l’étranger après un apprentissage dans une boutique florentine ou grâce un contact noué dans ce milieu d’affaires16.

  • 17 N’en déplaise à Giuseppe Petralia – cf. G. Petralia, « Migrations marchandes : dynamique et rythme (...)
  • 18 C. Klapisch-Zuber, Una carta del popolamento toscano negli anni 1427-1430, Milan, Angeli, 1983, p. (...)

10L’origine du flux apparaît ainsi fortement polarisée par les centres urbains et le trait s’accentue au cours de la période étudiée. Il est cependant difficile d’en prendre une mesure précise car un nom d’origine évoquant une provenance rurale recouvre des réalités différentes : présence du foyer à la campagne, résidence alternée entre la ville et les propriétés du contado ou simple mémoire d’ancêtres devenus citadins depuis une ou plusieurs générations17. Quelques villageois s’expatrient sans doute grâce aux liens qu’ils maintiennent avec des compatriotes déjà arrivés sur les bords du Rhône. C’est ce que suggère la densité d’un groupe d’une cinquantaine de migrants provenant de Carmignano, une bourgade peuplée d’environ 1 400 habitants vers 142718. Les premiers d’entre eux apparaissent dès les années 1310 mais leur nombre ne s’accroît qu’à partir des années 1350 pour atteindre une quinzaine d’individus attestés au cours d’une même année ; les derniers survivants disparaissent au début du xve siècle (graphique no 2). Ces villageois dont beaucoup se retrouvent sur les registres fiscaux du contado florentin sont majoritairement impliqués dans l’activité de tavernier et d’aubergiste, quelques autres s’emploient dans le commerce des épices, le notariat ou des activités de service.

  • 19 ASFirenze, Estimo 205, sans foliotation, sous le popolo San Bartolomeo a Scampato ; Estimo 207, fo (...)

11Des cas mieux documentés suggèrent cependant que bien des migrants venus des campagnes transitaient par une grande ville toscane – qu’il s’agisse de marchands comme Tommaso di ser Giovanni, membre de l’agence Datini dont la famille réside dans la Valdelsa, ou d’un lettré comme Iacopo di Bruogio da Figline, déjà intégré dans la clientèle du cardinal Piero Corsini et de son frère, le juriste Filippo, avant de les suivre à Avignon19. Ce phénomène de migration d’origine rurale ne concerne par ailleurs guère que le territoire déjà soumis ou progressivement intégré à l’État florentin. Les migrants siennois ou lucquois proviennent en revanche très majoritairement de la cité dominante. L’effacement global à la fin du xive siècle des migrants ruraux reflète sans doute une perte de dynamisme de campagnes toscanes dont les ressources sont toujours plus contrôlées par les citadins. Mais il traduit aussi une attractivité décroissante de la région cible : alors que l’interdépendance des réseaux et des places et les itinéraires du négoce justifient encore la présence de quelques agences à Avignon, qui continuent à accueillir des jeunes employés recrutés au pays, les perspectives d’emploi auprès d’une cour amoindrie ne paraissent plus justifier l’aventure individuelle d’un petit boutiquier ou d’un artisan. Or ces types d’activité attiraient la majorité des migrants du contado.

  • 20 G. A. Brucker et M. B. Becker, « Una lettera in difesa della dittatura nella Firenze del Trecento  (...)
  • 21 J. Hayez, « Il migrante e il padrone… », op. cit. Sur la lignée de taverniers de Prato, cf. notamm (...)

12On observe au cours de la période une raréfaction semblable des couches d’origine urbaine actives dans l’artisanat, le petit commerce et les services (courriers, aubergistes et taverniers, fourniers, bouchers et volaillers, relieurs, tailleurs et chaussiers, tondeurs de draps, forgerons, charpentiers et marchands de bois, etc.) qui, sans jamais atteindre des effectifs importants, comptaient quelques représentants vers le milieu du xive siècle. Dans une lettre exceptionnellement conservée à la suite d’une accusation de trahison politique, deux charpentiers florentins se renseignent en 1344 auprès d’un confrère vivant à Avignon sur leurs possibilités de s’y établir à leur tour20. Le document témoigne de la capillarité des filières qui permettent même à des secteurs moins demandeurs de main-d’œuvre qualifiée et moins armés pour communiquer à travers l’espace d’accueillir quelques nouveaux migrants issus du vivier des relations demeurées au pays. Il apparaît cependant que les marchands jouent aussi ce rôle d’information et d’accueil pour leurs connaissances appartenant à des secteurs variés d’activité et qu’il peuvent en outre leur rendre d’autres services logistiques comme le transfert de fonds, pour financer une installation ou rapatrier un pécule amassé à l’étranger. Francesco Datini propose ainsi à un cousin drapier et teinturier, Niccolò di Piero di Giunta, de l’aider à s’expatrier et il rend avec son agence au cours d’une quarantaine d’années des services de port de nouvelles, de transfert d’argent et de paiement d’impôts à des alliés du même Niccolò devenus taverniers sur les bords du Rhône, les deux frères analphabètes Giovanni et Beltramo di Stefano et leur neveu Albertino di Bartolo21. Souvent plus stables dans la durée que les petites entreprises, et dotées en outre de capitaux et de réseaux développés de correspondants, les agences jouent ainsi le rôle de colonne portante du flux migratoire et les filières rurales ou artisanales ne peuvent s’en émanciper totalement. Vers 1400, à une époque où l’on observe dans la région d’origine une concentration croissante des terres et des richesses mobilières aux mains d’une élite urbaine, la migration lointaine encadrée apparaît ainsi comme une autre ressource qui tend à se fermer aux ressortissants du contado et aux couches populaires urbaines.

  • 22 Par exemple Matteo Benini Celli, qui tout en devenant marchand et aubergiste à Arles, maintient au (...)

13Cette concentration des flux sur les centres urbains majeurs de la région de départ se retrouve aussi à l’arrivée. Un grand nombre des Toscans attestés dans l’espace franco-méridional sont d’abord passés par Avignon, avant d’aller exercer dans des villes secondaires des fonctions d’opérateurs d’échanges (osti) ou des activités spécialisées comme celles de maître de monnaie ou de fermier de marais salants, ou de se retirer du commerce sur des terres qu’ils ont acquises dans l’arrière-pays22.

  • 23 M. Zweifel, Untersuchung über die Bedeutungsentwicklung von langobardus-lombardus mit besonderer B (...)
  • 24 Sur la rixe opposant en 1331 la suite des ambassadeurs du roi de Majorque, expressément désignés c (...)
  • 25 G. Mollat, « Les conflits de juridiction entre le maréchal de la cour pontificale et le viguier d’ (...)
  • 26 J. Hayez, « À l’ombre du palais… », op. cit.

14La ville polarise ainsi les filières par sa capacité à réunir et redistribuer l’information, les moyens et le personnel. Dans le cas de cette place particulière, elle se montre plutôt accueillante aux migrants. Les Toscans sont englobés dans une identité collective italienne (italici dans les textes latins, « Lombards » en provençal) mais les sources locales ne mettent pas au jour les connotations négatives associées au dernier terme dans d’autres régions transalpines23 et cette facette « nationale » de leur identité n’est pas assez marquée pour faire d’eux l’objet d’une hostilité récurrente, à la différence des Catalans24. Dans la plupart des contextes, les Toscans sont reconnus et désignés sous leur nom plus ou moins complet et leur origine municipale plutôt que sous un ethnonyme. Ils bénéficient par ailleurs comme d’autres arrivants d’un statut juridique original, qui constitue un moyen terme entre la condition d’habitant et celle de citoyen, celui de « courtisan » qui leur réserve une juridiction particulière et des mesures de protection, dans la réglementation des locations notamment25. Mais avant même la disparition de ce statut vers 1380, on voit les Italiens pénétrer d’abord les confréries puis les institutions municipales, grâce à leur visibilité sociale et à leurs compétences financières. Deux familles florentine et lucquoise parviennent à entrer dans le cercle étroit des bourgeois de la ville avant 1400, six autres les y rejoignent dans le premier tiers du xve siècle. À partir de cette période la nation ultramontaine se voit réserver le tiers des places du conseil de la ville26.

  • 27 J. Hayez, La stanza di Vignone…, op. cit., t. 1, p. 124-133 ; Id., « “Veramente io spero farci ben (...)
  • 28 C’est notamment le cas des bérets de laine importés de Paris par la boutique Datini d’Avignon, par (...)

15Dans ce cadre imposé par les flux, l’identité assignée aux individus et la condition juridique des personnes, les migrants s’expriment par des choix individuels, que l’on peut par exemple observer dans des pratiques de consommation. Les vêtements et les objets du cadre de vie tendent à situer chacun dans une hiérarchie sociale bien plus qu’à entretenir le souvenir d’une identité régionale. La migration s’accompagne donc souvent de l’adaptation d’un trousseau aux usages locaux ou de l’achat de nouveaux articles sur le lieu de destination27. Ces signes de distinction peuvent ensuite être rapportés dans la région d’origine et y donner lieu à des modes nouvelles28. Mais les attitudes très pragmatiques qui orientent l’ajustement à un milieu nouveau se lisent surtout dans les correspondances échangées entre les deux régions. Beaucoup des quelque 9 000 lettres de l’Archivio Datini qui concernent directement Avignon évoquent l’expérience de l’expatriation, avec des thèmes récurrents : le maintien de contacts avec les parents et les amis restés au pays, la réaffirmation des hiérarchies du milieu d’origine, la gestion à distance d’intérêts patrimoniaux. Les plus intéressantes exposent des projets ou justifient des choix personnels. Elles mettent en particulier en évidence une conception largement partagée – chez les migrants et dans leur entourage – de la migration comme stratégie sociale.

  • 29 J. Hayez, « Les correspondances Datini : un apport à l’étude des réseaux marchands toscans vers 14 (...)

16Pour la plupart des Toscans, l’expatriation est pensée comme une quête d’honneur et de profit (onore e utile), deux notions étroitement liées dans cette société. Chez les marchands, elle s’associe souvent à une phase de formation, au sens large : beaucoup partent à un âge compris entre 10 et 25 ans. Il peut s’agir de l’apprentissage de compétences de base, d’un perfectionnement dans la tenue des écritures et les techniques comptables, de l’initiation à un nouveau secteur d’activité et aux marchés d’une place, de la connaissance de langues étrangères, de l’insertion dans un réseau professionnel et de l’acquisition d’un savoir-faire dans les relations interpersonnelles. Bien des expressions utilisées dans les correspondances soulignent cette idée de formation, comme « devenir un homme », « atteindre le bien et l’honneur », « démontrer sa vertu » (farsi uomo, venire a bene e onore, provare la sua virtù), ainsi que le terme de « lancement » (inviamento, avviamento) couramment appliqué aux emplois des agences29.

  • 30 J. Hayez, « “Tucte sono patrie…” », op. cit., p. 73.
  • 31 Ibid., p. 77 et 79.

17L’expatriation est d’abord envisagée comme une période brève. Les contrats de recrutement évoquent souvent un terme de deux ans. Il serait difficile de prévoir l’avenir au-delà puisqu’il s’agit d’une forme de probation, et que bien des difficultés ou d’autres occasions peuvent se présenter durant ce terme. La migration est ainsi d’emblée vécue comme une parenthèse dans l’existence. Elle est représentée comme un temps de sacrifices censé préparer un avenir meilleur. Les migrants s’encouragent à travailler dur, à mener une vie frugale (« vivre en mercenaire / comme une bête / comme un chien » : stare come soldato, vivere come una bestia / come un cane30) pour accomplir plus vite ce but. Pour les familiers restés au pays, la migration constitue une mission déléguée à un membre du ménage, celle de s’enrichir pour mieux se réinsérer dans la société d’origine et faire profiter le groupe familial de son pécule et de sa réputation honorable (« vivre hors de chez soi pour mettre un peu d’argent de côté » : stare fuori di casa per avanzare qualche danaio ; « s’extraire de la boue » : uscire dal fango31). Les proches rappellent donc périodiquement ses obligations au migrant et exigent de lui une adhésion réitérée au projet initial.

18Cette conception du séjour a des conséquences directes sur les modalités d’insertion dans le milieu d’accueil. Elle incite souvent à différer l’âge du mariage jusqu’au retour, pour le conclure dans de meilleures conditions et avec des compatriotes. Elle peut de ce fait donner jour à une progéniture illégitime. Elle développe des arrangements pragmatiques de résidence, comme la cohabitation d’hommes non apparentés mais souvent de même origine dans une agence pensée comme une autre casa où le seul personnel local est souvent composé d’une servante. Elle pousse aussi certains migrants mariés à laisser ou renvoyer au pays leurs proches qui ne travaillent pas dans les boutiques, comme les femmes et les enfants. Elle les dissuade d’acquérir des biens fonciers sur le territoire de la migration et les incite à épargner pour en acquérir plutôt au pays.

  • 32 F. Melis, Aspetti della vita economica…, op. cit., p. 156-157, 296-297.
  • 33 J. Hayez, « “Tucte sono patrie…” », op. cit.

19Ce modèle a aussi des conséquences sur la durée du séjour. On observe un fort turnover dans les premières années passées à l’étranger. La moitié des apprentis et des jeunes facteurs quittent l’agence Datini dans les deux premières années32. Une fois passé ce cap, pour ceux qui décident de rester, le séjour tend en revanche à se prolonger, parce qu’ils ne s’enrichissent pas aussi vite qu’ils le prévoyaient. Tous n’ont pas des attaches aussi fortes avec la région d’origine ; le contexte familial et patrimonial évolue parallèlement et les liens peuvent se distendre, tandis que les migrants se créent un nouveau réseau sur le lieu de la migration et espèrent y rencontrer de nouvelles occasions propices à leur carrière. Beaucoup finissent par y rester, par passivité, parce qu’un retour dans des conditions modestes est considéré comme déshonorant ou bien parce qu’ils sont conduits à reconsidérer leur projet initial sur la base de l’expérience acquise et des ressources disponibles de part et d’autre33.

  • 34 J. Hayez, « Il migrante e il padrone… », op. cit.

20On peut illustrer ces évolutions et ces choix divergents à partir d’un projet commun en revenant sur les parcours de trois marchands de Prato. Francesco Datini part de Toscane à l’âge de l’adolescence, en 1351, après un apprentissage dans une boutique florentine. Les circonstances de son départ sont mal connues. On a en revanche conservé la correspondance échangée avec ses relations de Prato entre son second retour provisoire en Toscane en 1370 et sa réinstallation définitive en janvier 1383. En 1370, il s’est déjà enrichi et commence à prévoir des acquisitions de terrains et des travaux pour restructurer et agrandir la maison paternelle. Reparti à Avignon, il met finalement douze ans à se décider à rentrer, soucieux de laisser ses affaires dans de bonnes conditions34. Même pour un individu qui comme lui n’a plus de parents proches mais seulement quelques cousins éloignés et des voisins et amis qui gèrent ses intérêts locaux, ce groupe de relations intervient pour le presser de revenir et l’engager à suivre un parcours tout tracé combinant le mariage, une progéniture de préférence légitime et des investissements fonciers, comme si la migration ne pouvait constituer qu’un préalable à la vraie vie.

  • 35 Chome per altre molte t’ò scricto ti piaccia dare ordine co’ facti alla tua tornata, e no[n] pure (...)

Je t’ai déjà écrit dans beaucoup de lettres de mettre à exécution ton projet de retour au lieu d’en parler. Je te prie à nouveau de le faire et t’encourage à finir tes jours parmi les tiens. D’après ce que j’entends, tu as déjà assez pour qu’un chevalier puisse en vivre dans l’aisance. Ne cherche pas à tout gagner. Tu risquerais de te retrouver sans rien à la fin35.

21Francesco adhère encore pleinement à son projet initial. Il dira rétrospectivement, en exprimant son regret d’être rentré au pays, avoir vécu toute sa vie de migrant comme une parenthèse :

  • 36 Io m’aviso ch’io sono istato in chotesto paese 30 anni sospeso, dicendo senpre : « S’io non torno (...)

Je me rends compte que j’ai passé trente ans là-bas dans l’attente, en me répétant toujours : « Si je ne reviens pas au pays, je ne serai jamais satisfait36 ».

  • 37 Voir pour une analyse détaillée de leur parcours J. Hayez, « “Tucte sono patrie…” », op. cit.

22En faisant fortune et en accomplissant jusqu’au terme son projet initial, il représente en fait une exception parmi les rangs des migrants. Au contraire, pour les deux autres marchands, plus jeunes d’une vingtaine d’années37, la migration se prolonge et finit par déboucher sur une reconsidération. L’un d’eux, Niccolaio di Bonaccorso, part à Avignon à l’âge de la vingtaine ; après quelques années, il monte sa propre boutique d’épices en s’associant à divers partenaires successifs, pisans, florentins et provençaux, avant que ses affaires ne tournent mal. Une quinzaine d’années après son arrivée, déjà incité par sa famille à rentrer, il compare les perspectives qui s’offrent à lui, à Prato et à Florence comme sur le lieu de la migration. Sa situation ne lui permettant pas de se retirer du commerce, il se dit résolu à faire fond sur son expérience et son insertion dans le milieu d’affaires avignonnais.

  • 38 Io sono uso a ffare merchantia e non saprei istarmi, ch’io vegio chiaro, istandomi sanza fare facc (...)

Je suis habitué à pratiquer le commerce et je ne saurais pas rester tranquille, car je vois bien qu’en me tenant à l’écart des affaires, je mourrais avant la fin de l’année. Et si l’on me dit : « Tu pourrais vivre à Florence, qui est une place de négoce », je ne saurais pas y demeurer. Je voudrais soit revenir vraiment chez moi, soit abandonner cette idée. Et si cela voulait dire entretenir deux foyers à Florence et à Prato, mieux vaut que j’en entretienne un ici, car j’y ferai plus de profit qu’à Florence […] car je connais cette place-ci et non pas celle de Florence ; et à Florence, il y a beaucoup de gens comme moi qui gagnent plus dans leur sommeil que moi en veillant, si bien que ma livre n’y vaudrait pas cinq sous […] Et tandis qu’ici je vis comme un marchand dans l’honneur, là-bas j’aurais du mal à gagner mon pain et vivrais dans le tourment […] et je suis encore en âge de travailler durement plusieurs années. Je ne voudrais pas perdre ce temps […] En ce qui me concerne, je préfère vivre et mourir hors de chez moi comme un marchand et avec honneur plutôt que vivre et mourir chez nous dans la honte. Tout bien considéré, cela ne présente actuellement aucun intérêt pour moi de vivre là-bas38.

23Ce migrant se retrouve ainsi piégé sur le territoire de la migration par l’inachèvement de son projet ; il finit, faute de capitaux, par exercer une activité de courtier et meurt à Avignon une quarantaine d’années plus tard, sans s’être marié ni sans avoir fait fortune.

24Le troisième marchand, Iacopo del Nero, est issu d’une famille d’artisans précédemment passée de Vernio, fief des Bardi limitrophe de l’État florentin, à Prato sans s’y enraciner véritablement. Il arrive lui aussi de Florence à Avignon, âgé d’une vingtaine d’années ; il parvient assez rapidement à y monter une boutique d’apothicaire et cherche à accumuler au plus vite l’argent qui doit lui permettre d’acheter des terres en Toscane pour s’y retirer. Il répète régulièrement qu’il ne veut pas rester à l’étranger plus de deux ou trois ans et commence à envoyer des fonds au pays pour préparer son retour. Une vingtaine d’années après le début de l’expatriation, constatant que ses liens avec sa région d’origine se sont distendus et ayant entre-temps épousé la fille d’un Siennois, il finit par reconsidérer son projet. Quelques déconvenues avec ses compatriotes lui apportent un motif supplémentaire pour demeurer sur place. Il achète alors des biens fonciers aux environs d’Avignon.

  • 39 Facievo conto di venire […] e conperare […] diliberato ò di may non mandare un danaio più per conp (...)

J’avais l’intention de me rendre là-bas et d’acheter [des terres…] J’ai décidé de ne jamais plus y envoyer un denier pour acheter des biens […] Je n’y reviendrai jamais, même si je devais vivre mille ans, car c’est bien un pays de diables : ils ne pensent qu’à faire le mal ! […] C’est pourquoi je veux désormais considérer ce pays-ci comme le mien et ne plus tenir aucun compte de celui-là39.

25Sa relative réussite dans les affaires s’est ainsi accompagnée d’un affaiblissement des liens avec la Toscane au point que l’accomplissement du stade final du projet initial n’aurait plus de sens. Il achèvera lui aussi sa vie à Avignon, une trentaine d’années plus tard.

26Parce que la migration ne résulte généralement pas pour cette population d’un départ contraint mais qu’elle est conçue comme une stratégie de promotion sociale ou de maintien d’un statut mis en péril par des revers de fortune, seuls les aspects économiques et les avantages symboliques du premier emploi sont d’emblée pris en considération. Lieu de concentration de richesses, de rencontres et d’occasions à saisir, la ville inspire bien des espoirs mais remodèle aussi le cours des existences. Après le stade de la formation, les parcours individuels, doublement conditionnés par des attaches familiales qui ont évolué dans le milieu d’origine et par une carrière dont les étapes ne peuvent être entièrement prévues, connaissent des évolutions très divergentes. L’enracinement n’est jamais envisagé au départ comme une possibilité mais est finalement accepté par certains migrants comme la meilleure ou la moins risquée des options. Dans un tel choix l’éloignement progressif du milieu d’origine pèse autant que les avantages concrets offerts sur le lieu de la migration. Arriver dans une nouvelle ville ne signifie pas tirer un trait sur l’horizon familier que l’on vient de quitter.

Annexes

ANNEXE

Graphique no 1 Répartition chronologique des Toscans d’Avignon, 1290-1430

Graphique no 2 – Répartition chronologique des originaires de Carmignano, 1290-1430

Notes

1 Cf. principalement D. Herlihy et C. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Éditions de l’EHESS, 1978, p. 301-325.

2 Ces expressions sont récurrentes en particulier dans les déclarations remises pour le catasto florentin de 1427 par les familles de migrants résidant hors de Toscane et de l’aire germanique, repérées grâce au codage naguère conçu par Christiane Klapisch-Zuber et David Herlihy. Cf. par exemple pour l’expression andar per lo mondo : Florence, Archivio di Stato [ci-dessous ASFirenze], Catasto 67, fol. 381 et ASFirenze, Catasto 174, fol. 115 et 853v ; pour ire con Dio : ASFirenze, Catasto 80, fol. 594v et Catasto 329, fol. 822. Exemples de perte de contact : Dice che à bando ed è per lo mondo, e non sa il dove (ASFirenze, Catasto 254, fol. 120) ou Lionardo […] detto d’età d’anni 28 non fu a Firenze e che è anni 5 non seppono dove si fusse (ASFirenze, Catasto 79, fol. 507). Les formulations évoquant une errance de misère se rencontrent souvent dans des correspondances pour qualifier soit la situation réelle d’un migrant, soit l’une des pires conditions concevables : andar gaglioffando (Archivio di Stato di Prato [ci-dessous ASPrato], Datini [désormais D.] 1095, 6100679) ; andar tapinando (ASPrato, D. 624, 408056 ; Il carteggio di Michelangelo, G. Poggi, P. Barocchi, R. Ristori (éd.), t. 1, Florence, Sansoni, 1965, p. 96) ; andar tribolando per lo mondo (ASPrato, D. 630, 110195).

3 Andare al soldo et autres expressions similaires (par ex. ASFirenze, Catasto 67, fol. 414v ; Catasto 68, fol. 40v et 243v ; 180, fol. 578, 613v et 818) ; andare in mare per iscrivano (ASFirenze, Catasto 329, fol. 824v) ; in galea (ASFirenze, Catasto 79, fol. 525).

4 Bernard Guillemain parle d’« immigration » et de « colonie italienne » pour qualifier une population cléricale et laïque provenant de régions variées, cf. B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376. Étude d’une société, Paris, De Boccard, 1962, 2e éd. 1966, p. 549-611 ; Id., « Les Italiens à Avignon au xive siècle », dans Rapporti culturali ed economici fra Italia e Francia nei secoli dal xiv al xvi, Rome, Giunta centrale per gli studi storici, 1979, p. 57-72 ; voir aussi N. Coulet, « Mutations de l’immigration italienne en Basse-Provence occidentale à la fin du Moyen Âge », dans Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, R. Comba, G. Piccinni et G. Pinto (éd.), Naples, Ed. scientifiche italiane, 1984, p. 493-510 ; S. Balossino, « “Ianuenses, pisani et ceteri lombardi” : circolazione e attività dei gruppi italiani nelle città della bassa valle del Rodano tra i secoli xii e xiii », Archivio storico italiano, 166, 2008, p. 391-424.

5 La notion est empruntée à la sociologie des migrations cf. J. S. Macdonald et L. Macdonald, « Chain Migration, Ethnic Neighborhood Formation and Social Networks », The Milbank Memorial Fund Quarterly, 42, 1964, p. 82-97 ; id., « Italian Migration to Australia. Manifest Functions of Bureaucracy Versus Latent Functions of Informal Networks », Journal of Social History, 3, 1969, p. 249-276.

6 J. Hayez, « “Veramente io spero farci bene…”. Expérience de migrant et pratique de l’amitié dans la correspondance de maestro Naddino d’Aldobrandino Bovattieri, médecin toscan d’Avignon (1385-1407) », Bibliothèque de l’École des chartes, 159, 2001, p. 413-539.

7 E. Salvatori, “Boni amici et vicini”. Le relazioni tra Pisa e le città della Francia meridionale dall’ xi alla fine del xiii secolo, Pise, GISEM – Edizioni ETS, 2002 ; L. Blancard, Documents inédits sur le commerce de Marseille au moyen-âge [2 vol.], Marseille, impr. de Barlatier-Feissat, 1884-1885 ; P. Racine, « À Marseille en 1248 : l’activité des hommes d’affaires de Plaisance », Annales du Midi, 77, 1966, p. 221-233 ; S. Balossino, « “Ianuenses, pisani…” », op. cit. ; R. Davidsohn, Forschungen zur älteren Geschichte von Florenz, t. 3, vol. 1 : Regesten unedierter Urkunden zur Geschichte von Handel, Gewerbe und Zunftwesen, Berlin, Mittler, 1901, p. 29-30, 36-39, 44, 51, 59.

8 R. de Roover, « The Commercial Revolution of the Thirteenth Century », Bulletin of the Business Historical Society, 16, 1942, p. 34-39, réimpr. dans Enterprise and Secular Change. Readings in Economic History, F. C. Lane et J. C. Riemersma (éd.), Londres-Homewood, Illinois, Irwin, 1953, p. 80-85. Roberto Lopez a ensuite diffusé l’expression mais dans l’acception différente d’une phase d’expansion pluriséculaire : cf. R. S. Lopez, The Commercial Revolution of the Middle Ages, 950-1350, Englewood Cliffs, New Jersey, Prentice-Hall, 1971.

9 Ce document des 22 et 23 décembre 1294 concerne Castello (Tello) et son neveu Giovanni (Vanni) del Rosso Gianfigliazzi qui ont alors comme associé Guido Baldovinetti, cf. R. Davidsohn, Forschungen…, op. cit., p. 52. Castello meurt en 1318 (ASFirenze, Diplomatico, S. Niccolò di Firenze, 12-7-1319). Giovanni apparaît déjà mentionné en 1293 (R. Davidsohn, Forschungen…, op. cit., p. 46-47) et est attesté dans la région jusqu’en 1333, cf. M. Chiaudano, Il Libro vermiglio di corte di Roma e di Avignone del segnale del C della compagnia fiorentina di Iacopo Girolami, Filippo Corbizzi e Tommaso Corbizzi (1332-1337), Turin, Bona, 1963, p. 23, 36, 151. Il n’est pas impossible que Rosso, frère du premier et père du second, s’identifie au « Ruffus florentinus » citoyen résidant depuis déjà 18 ans à Avignon quand il y est mentionné en 1288, cf. A. R. de Maulde, Coutumes et règlements de la république d’Avignon au treizième siècle, Paris, Larose, 1879, p. 295-296. Sur ces premières générations voir également F. P. Luiso, « Su le tracce di un usuraio fiorentino del secolo xiii », Archivio storico italiano, 5e s., 42, 1908, p. 3-44.

10 B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 497-695, principalement p. 549-554 et 673-691 ; J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 1980 (Collection de l’École française de Rome, 47), p. 190-201.

11 Cette base de données a été constituée parallèlement à l’élaboration d’une thèse abordant surtout la question de l’identité collective et individuelle des migrants, cf. J. Hayez, “La stanza di Vignone”. Identité et migration entre la Toscane et Avignon aux xive et xve siècles [3 vol. dactyl.], Université de Paris IV-Sorbonne, 1994, résumée dans Id., « En quête de l’identité de migrants toscans d’Avignon des xive-xve siècles », Cahiers du Centre de recherches historiques, 13, 1994, p. 43-52. Elle recensait les migrants de sexe masculin, du fait de la rareté des femmes dans ce courant migratoire et de la difficulté de les identifier à travers leurs états matrimoniaux successifs ; elle excluait les simples voyageurs ainsi que les clercs quand ils n’étaient pas proches parents de migrants laïques. Les milliers de mentions contenues dans le fonds Datini n’y ont été que marginalement intégrées mais tendent globalement à documenter plus largement des migrants déjà repérés ou à jeter un jour sur leur entourage ou bien à étendre la durée de leur présence plutôt qu’à en faire apparaître de nouveaux.

12 J. Hayez, « À l’ombre du palais. Les Toscans d’Avignon sous le Grand Schisme », à paraître dans les actes du colloque Avignon/Rome. La papauté et le Grand Schisme.

13 Al tempo che papa Urbano Quinto tenea la corte di Roma innella città di Vignone, dove tutta la cristianità vi correa e là v’era grande corte de’ cortigiani e d’altri mercadanti et artieri : voir Giovanni Sercambi, Novelle, G. Sinicropi (éd.), t. 1, Bari, Laterza, 1972, p. 479.

14 Pour une évaluation plus précise des effectifs et l’évocation des enjeux de la présence marchande toscane sur la place au cours de cette phase, J. Hayez, « À l’ombre du palais… », op. cit.

15 Sur un cas de Siennois facteur puis associé de marchands florentins et lucquois, J. Hayez, « Un facteur siennois de Francesco di Marco Datini : Andrea di Bartolomeo di Ghino et sa correspondance (1383-1389) », Bollettino dell’Opera del vocabolario italiano, 10, 2005, p. 203-397. Des Arétins comme Donato et Biagio di ser Giovanni et Francesco di Giovanni Ginalducci sont employés dans le réseau florentin de Francesco Datini, à Avignon pour le premier, cf. F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, Sienne, Monte dei Paschi-Florence, Olschki, 1962, p. 306. D’autres Arétins candidats à des emplois de facteurs s’adressent de même au marchand de Prato, cf. B. Dini, Arezzo intorno al 1400. Produzioni e mercato, Arezzo, Camera di commercio, industria, artigianato e agricoltura-Amministrazione provinciale e comune di Arezzo-Banca popolare dell’Etruria, 1984, p. 122-125, 127, 132-133.

16 C’est ce que suggèrent les cas bien documentés, comme ceux de Francesco Datini, cf. J. Hayez, « Il migrante e il padrone. Il palazzo nella vita di Francesco Datini », à paraître dans Una casa fatta per durare mille anni. Il palazzo di Francesco Datini a Prato, J. Hayez et D. Toccafondi (éd.), et de Iacopo del Nero et Niccolaio di Bonaccorso, cf. J. Hayez, « “Tucte sono patrie, ma la buona è quela dove l’uomo fa bene”. Famille et migration dans la correspondance de deux marchands toscans vers 1400 », dans Éloignement géographique et cohésion familiale ( xve- xxe siècle), J.-F. Chauvard et C. Lebeau (éd.), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2006, p. 71-72.

17 N’en déplaise à Giuseppe Petralia – cf. G. Petralia, « Migrations marchandes : dynamique et rythmes de la mobilité des Toscans avant (et après) la Peste noire » dans Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 111-118, c’est la situation non seulement de Boccace, né à Paris et dont les ancêtres avaient pris pied à Florence au moins deux générations plus tôt, mais aussi de ses contacts avignonnais, les frères Giovanni, Leonardo et Chiaro del Chiaro di messer Botte de’ Guernieri dont la famille, également transplantée de Certaldo à Florence au xiiie siècle, a pu y accéder aux principales charges politiques, a travaillé pour la compagnie des Bardi dans les années 1320 et s’est alliée à d’autres familles marchandes florentines, cf. O. Muzzi, « Un castello del contado fiorentino nella prima metà del Trecento : Certaldo in Valdelsa », Annali dell’Istituto di storia, Università di Firenze, Facoltà di magistero, 1, 1979, p. 101-103 ; A. Sapori, « Il personale delle compagnie mercantili del medioevo », réimpr. dans Id., Studi di storia economica, secoli xii-xiii-xiv , 3e éd., t. 2, Florence, Sansoni, 1955, p. 733 et 740 ; ASFirenze, Diplomatico, S. Matteo in Arcetri, 17-8-1385.

18 C. Klapisch-Zuber, Una carta del popolamento toscano negli anni 1427-1430, Milan, Angeli, 1983, p. 34.

19 ASFirenze, Estimo 205, sans foliotation, sous le popolo San Bartolomeo a Scampato ; Estimo 207, fol. 548 ; Provvisioni Registri 64, fol. 227v ; M. Dykmans, « Du conclave d’Urbain VI au Grand Schisme. Sur Pierre Corsini et Bindo Fesulani, écrivains florentins », Archivum historiae pontificiae, 13, 1975, p. 211.

20 G. A. Brucker et M. B. Becker, « Una lettera in difesa della dittatura nella Firenze del Trecento », Archivio storico italiano, 113, 1955, p. 251-260.

21 J. Hayez, « Il migrante e il padrone… », op. cit. Sur la lignée de taverniers de Prato, cf. notamment ASPrato, D. 1087, 1402687 ; D. 1090, 6000600-6000602 ; D. 1091, 133366-133368, 133372-133375, 133378 ; D. 1097, 1402955 ; D. 1114/1, 6101308-6101309, 6101211-6101212 ; D. 1114/2, 600603.

22 Par exemple Matteo Benini Celli, qui tout en devenant marchand et aubergiste à Arles, maintient au moins une quinzaine d’années durant ses attaches avec Avignon (AD Vaucluse, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E4, fol. 37, 95v, 119, 133, 164) ; ASV, Regesta Avenionensia 204, fol. 469v ; ASFirenze, Diplomatico, S. Maria Nuova, 7-8-1371 ; L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications Université de Provence, 1986, t. 1, p. 252-255 ; Id., « Une famille florentine à Arles : les Benini vers 1360-vers 1440 », dans La Toscane et les Toscans autour de la Renaissance. Cadres de vie, société, croyances. Mélanges offerts à Charles-M. de la Roncière, J.-A. Cancellieri (éd.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1999, p. 271-279 ; F. Antonietti, Rapports commerciaux entre les compagnies Datini et Benini à la fin du xive siècle (Arles-Avignon) [2 vol. dactyl.], thèse de doctorat, Université de Toulouse le Mirail, 2007. Sur le cas de Simone di Gherardo Manetti, Florentin qui après une expérience infructueuse dans le négoce devient officier du roi dans les sénéchaussées languedociennes puis tente d’exploiter une saline à Sigean, J. Hayez, « Un facteur siennois… », op. cit., p. 259-260, 265. Sur Neri di Bonsignore qui se retire des affaires pour exploiter un vignoble aux environs de Carpentras, voir surtout ASPrato, D. 322, 2686 ; D. 621, 308952, 407942 et 407966 ; D. 1116, 132153-132155.

23 M. Zweifel, Untersuchung über die Bedeutungsentwicklung von langobardus-lombardus mit besonderer Berücksichtigung französischer Verhältnisse, Halle (Saale), Niermeyer, 1921.

24 Sur la rixe opposant en 1331 la suite des ambassadeurs du roi de Majorque, expressément désignés comme Catalans, aux dépendants de deux prélats, A.-M. Hayez, « Familiers de prélats contre Catalans : un “tumulte” à Avignon au temps de Jean xxii », Annuaire de la Société des amis du Palais des papes et des monuments d’Avignon, 75, 1998, p. 149-155. Sous le pontificat de Benoît XIII, une hostilité anime la population de la ville contre le parti catalan, en particulier lors des deux sièges du palais en 1398-1399 et 1410-1411, cf. P. Pansier, « Les sièges du palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 9, 1923, p. 5-186 ; G. Butaud, « Les deux sièges du palais apostolique d’Avignon (1398-1411) », dans Villes en guerre. Actes du colloque tenu à l’Université de Provence (Aix-en-Provence, 8-9 juin 2006), C. Raynaud (éd.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 103-124.

25 G. Mollat, « Les conflits de juridiction entre le maréchal de la cour pontificale et le viguier d’Avignon au xive siècle », Provence historique, 4, 1954, p. 11-18 ; B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 511-513, 653-655 ; J. Chiffoleau, Les justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d’Avignon au xive siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984, p. 41-42 ; M. Dykmans, « La fin du séjour des papes en Avignon d’après quelques documents inédits sur les habitations », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 7e s., 4, 1983, p. 28-30, 33.

26 J. Hayez, « À l’ombre du palais… », op. cit.

27 J. Hayez, La stanza di Vignone…, op. cit., t. 1, p. 124-133 ; Id., « “Veramente io spero farci bene…” », op. cit., p. 437, 442, 453-455.

28 C’est notamment le cas des bérets de laine importés de Paris par la boutique Datini d’Avignon, parfois adoptés par Francesco ou donnés par lui à ses relations. Il en fait ensuite un élément du costume d’apparat écarlate qu’il impose dans ses premiers portraits et que reprennent toutes ses représentations successives, cf. D. Degl’Innocenti, « Note al guardaroba di Francesco, Margherita e Ginevra nel dipinto della Trinità », dans L’immagine ritrovata. La Trinità dei coniugi Datini, Prato-Florence, Comune di Prato, 2010, p. 33-43. À l’occasion d’un voyage, un ami florentin envoie à Margherita, femme de Francesco, des crépines, coiffures parisiennes (Bernardo de’ Rossi à Francesco, 16 avril 1379, ASPrato, D. 1102, 9293389). Lors de sa réinstallation à Prato en 1383, Francesco y expédie des toiles peintes du faubourg Saint-Marcel et des tapis de Saint-Denis, type de mobilier que l’on retrouve dans d’autres demeures de marchands florentins ayant vécu en France, comme celle d’Arrigo di Bandino Falconieri mort à la fin de 1417 (ASFirenze, Magistrato dei Pupilli avanti il Principato 27, fol. 202v).

29 J. Hayez, « Les correspondances Datini : un apport à l’étude des réseaux marchands toscans vers 1400 », dans Les Échanges en Méditerranée médiévale. Marqueurs, réseaux, circulations, contacts, É. Malamut et M. Ouerfelli (éd.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2012, p. 157-200.

30 J. Hayez, « “Tucte sono patrie…” », op. cit., p. 73.

31 Ibid., p. 77 et 79.

32 F. Melis, Aspetti della vita economica…, op. cit., p. 156-157, 296-297.

33 J. Hayez, « “Tucte sono patrie…” », op. cit.

34 J. Hayez, « Il migrante e il padrone… », op. cit.

35 Chome per altre molte t’ò scricto ti piaccia dare ordine co’ facti alla tua tornata, e no[n] pure con parole, così da capo ti prego e conforto vogli finire li dì tuoi tra lle tue genti. Secondo ch’io sento, tu ài tanto che uno chavalieri ne starebbe bene ad agio. No[n] volere tucto e possa no[n] abbi nulla, Monna Piera di Pratese et Niccolozzo di ser Naldo à Francesco di Marco, 20 octobre 1381, ASPrato, D.1091, 133387.

36 Io m’aviso ch’io sono istato in chotesto paese 30 anni sospeso, dicendo senpre : « S’io non torno alla patria mia, mai sarò chontento », Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo, 2 juin 1395, ASPrato, D.1086, 9142555) ; autre allusion à la volonté naguère nourrie par Francesco de revenir se fixer dans sa patrie dans la lettre de Boninsegna di Matteo à Francesco du 1er au 3 juin 1385 (ASPrato, D.427, 303044).

37 Voir pour une analyse détaillée de leur parcours J. Hayez, « “Tucte sono patrie…” », op. cit.

38 Io sono uso a ffare merchantia e non saprei istarmi, ch’io vegio chiaro, istandomi sanza fare facciende, io sarei morto al chapo de l’anno. E a dire : « Tu potrai istare a Firenze, ch’è terra di merchantia », non vi saprei istare. O io vorei di tucto tornare a chasa mia o lasciarmene. E tenere ispesa a Firenze e a Prato, meglio mi vale a tenerla di qua, ché sarà chon più utile che a Firenze […] però ch’io sono praticho di qua e non a Firenze ; e a Firenze [à] assai de’ miei pari che fanno più dormendo ch’io veghiando, sicché la libra mia non vi varebe soldi V […] e dove di qua io vivo chome merchante e a mio honore, di chostà viverei a stento e sarebe la morte mia […] e io sono anchora in tempo da potere durare di faticha per parecchie anni. No· lo vorei perdere […] E quanto io per me, innanzi voglio vivere e morire fuori di chasa nostra merchante e chon onore che vivere e morire in chasa nostra chon verghongnia. Sicché, righuardato tucto, la stanza mia di chostà al presente a nullo pregio mi pare buona (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390, ASPrato, D.322, 1539).

39 Facievo conto di venire […] e conperare […] diliberato ò di may non mandare un danaio più per conperare pociesioni […] may non vi torno, s’io vivessi M anni, ché bene mi pare paesi di diavoli, ché may non pensano se no[n] di mal fare ! […] Per che voglio oggi may far conto questo sia mio paese e di cotesto non far conto veruno, Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 18 novembre 1392, ASPrato, D.322, 176.

Table des illustrations

Légende Graphique no 1 Répartition chronologique des Toscans d’Avignon, 1290-1430
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Graphique no 2 – Répartition chronologique des originaires de Carmignano, 1290-1430
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540