Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Troisième partie. Localiser les migrants : des configurations socio-spatiales diverses

L’étudiant au Moyen Âge, un migrant pas comme les autres ?

Les étudiants nordiques à Paris, vers 1270-vers 1350

Élisabeth Mornet

Résumé

Au sein des populations qui ont fréquenté l’université de Paris au Moyen Âge, les étudiants nordiques, « étrangers » à la ville par l’éloignement géographique du pays d’origine, la nationalité et la langue parlée, peuvent-ils se définir comme des « migrants » ? Un statut social généralement élevé, la protection des institutions ecclésiastiques du pays d’origine, manifestée dans la fondation des collèges, le privilège du for ecclésiastique dont ils jouissent ès qualités, l’incorporation aux structures d’encadrement universitaires, comme la nation, les désignent comme une catégorie à part parmi les néo-citadins. La présente étude éclaire quelques aspects de l’investissement de l’espace et de la société citadine. Si les lieux de résidence soulignent l’apparente exclusivité du quartier de l’université, quelques indices laissent à penser que l’implantation des Nordiques sur la rive gauche était plus diversifiée qu’il n’y paraît de prime abord. De surcroît, à côté de liens en priorité développés entre compatriotes, ou noués avec les condisciples et les maîtres de la nation, ils ont fréquenté d’autres milieux de la sociabilité parisienne. L’abbaye de Saint-Denis et les compagnies d’affaires italiennes serviront d’exemples.

Among the people which frequented the University of Paris in the Middle Ages, can the Scandinavian scholars, foreigners into the city because of a distant native country, nationality and spoken language, be defined as “migrants”? A high-class social background, generally speaking, the protection of the ecclesiastical institutions of their country of origin — for example in the foundation of specific colleges —, the privilege of the clerical justice which they enjoy, the incorporation within the university framework, as the Nation, denote them as being different from the other new inhabitants in the town. The present study seeks to throw light on certain aspects of their installation in the urban space and society. If the places of residence emphasize the apparent exclusivity of the University district, certain indications show a more diversified settlement of the Scandinavians on the Left Bank than is apparent at first. Moreover, alongside the links developed first and foremost with countrymen, or with schoolfellows and masters of the Nation, they moved about in other circles of the Parisian sociability. The Abbey of Saint-Denis and Italian business companies can be cited as examples.

Texte intégral

  • 1 É. Mornet et J. Verger, « Heurs et malheurs de l’étudiant étranger », dans L’étranger au Moyen Âge (...)

1Bien qu’il me soit arrivé d’user du terme de migration au sens de « passage d’une université à une autre », celui aussi de « pérégrination (académique) » pour désigner le voyage estudiantin en pays lointain, à Paris ou ailleurs, celui de migrant ne fait pas partie du vocabulaire personnel dont j’use depuis de longues années pour désigner les étudiants, individus caractérisés par une mobilité dont les motivations ne laissaient pas d’être ambivalentes. Elle résultait à la fois d’une nécessité, puisque le maillage du réseau universitaire médiéval était fort lâche et obligeait les étudiants à quitter leur lieu d’origine pour un autre, exclusivement urbain celui-ci, l’université étant née de la ville, et d’un choix personnel : nulle exigence économique ne les y poussait, car la plupart bénéficiaient d’un statut social généralement élevé, et/ou de l’appui des institutions ecclésiastiques du pays d’origine ; nulle contrainte, si ce n’est l’aspiration au savoir, l’ambition de favoriser une belle carrière ou le surcroît d’honneur individuel ou collectif que les études étaient susceptibles d’entraîner. La présence dans la ville était par ailleurs normalement temporaire, voire très éphémère, l’état d’étudiant étant destiné à cesser à plus ou moins longue échéance. Des individus mobiles, certes, mais des migrants ? Les étudiants ne figuraient pas parmi les populations médiévales analysées dans leurs migrations et leur mobilité lors du congrès des médiévistes à Nice (2009) – auquel l’argumentaire du présent colloque n’a pas manqué à juste titre de se référer. En revanche, ils n’avaient pas été oubliés lors du congrès de Göttingen en 1999 consacré à l’étranger au Moyen Âge. Selon les critères de l’altérité estudiantine définis alors par Jacques Verger et moi-même1, les étudiants nordiques étaient bien des étrangers, quoique cette qualification par eux-mêmes ou par d’autres n’apparaisse guère dans la documentation universitaire.

2Ils étaient étrangers par l’éloignement géographique. Pour se rendre à Paris, il leur fallait faire un très long voyage, parfois semé d’embûches. Cela supposait qu’ils aient eu les moyens de le financer, de même que le temps de leurs études, ce qui est confirmé par les quelques mentions de transferts d’argent parvenues jusqu’à nous. Ceci dit, malgré le financement assuré par leur famille ou la détention d’un bénéfice ecclésiastique, une précarité financière périodique semble avoir été le lot habituel de beaucoup d’entre eux.

  • 2 Seul le Liber procuratorum nationis Anglicanae (Alemanniae) in Universitate Parisiensi (Auctarium (...)

3Ils étaient étrangers par la nationalité. Issus des trois royaumes nordiques du Danemark, de Norvège et de Suède, ils étaient non natifs de Paris, et du royaume. Ils étaient donc exclus du droit de bourgeoisie et de ce que certains appellent le droit de citoyenneté. Mais cette exclusion était quelque peu corrigée, d’une part, par le for ecclésiastique, valide dans l’ensemble de la chrétienté occidentale, dont ils jouissaient en tant que suppôts de l’université et, d’autre part, par l’intégration à diverses structures d’encadrement proprement académiques, intégration qui était autant une garantie de protection qu’une obligation pour mener à bien le cursus des études. Les étudiants nordiques appartenaient à la nation anglaise, appelée allemande vers la fin du xive siècle, où ils côtoyaient Anglais, Écossais, Allemands, Néerlandais, Polonais, Hongrois… Cette nation a l’avantage d’avoir laissé deux sources d’une valeur exceptionnelle, malgré certains défauts sur lesquels je ne reviens pas, car rares sont les fonds documentaires de l’université parisienne qui permettent de dresser des listes continues de suppôts sur la longue durée : le livre des procureurs et celui des receveurs de la nation2.

4Ils étaient étrangers aussi par la langue. Par définition même, les hommes du Nord n’étaient pas francophones à leur arrivée à Paris. Quelques-uns pouvaient savoir l’allemand, surtout quand ils appartenaient à des familles d’origine allemande installées dans les royaumes nordiques, et ils étaient normalement capables de s’exprimer en latin. Les statuts du collège d’Uppsala (1291) prévoient une clause intéressante, qui ne se trouve pas dans leur modèle, les statuts de Robert de Sorbon :

  • 3 Diplomatarium Suecanum (désormais DS), Stockholm, depuis 1829, no 1045, 23.4.1291. Consultable en (...)

Item, nous décidons que tous parleront latin dans la maison, sauf si d’aventure il s’avérait nécessaire de parler une autre langue avec un domestique ou avec quelqu’un de l’extérieur3

  • 4 Jusqu’à quel point d’ailleurs la langue constituait-elle un frein dans l’établissement de relation (...)

5À l’évidence, les habitants de Paris auxquels ils pouvaient avoir affaire ne parlaient pas tous le latin et il fallait bien qu’ils apprissent au moins des rudiments de français4.

  • 5 Par exemple, deux des trois archevêques de Lund (la première métropole nordique fondée, correspond (...)
  • 6 Il convient de rester très critique : ainsi j’ai systématiquement écarté les nombreux magistri ou (...)

6Ceci dit, peut-on passer du terme « étranger » pour désigner l’étudiant médiéval non originaire de la ville qui abrite une université, l’étudiant nordique en l’occurrence, à celui de « migrant » ? Pour tenter de répondre brièvement à cette question, j’ai opéré des choix dans le questionnement des ressources documentaires à notre disposition. Les Nordiques ont fréquenté les écoles de Paris, notamment Saint-Victor et Sainte-Geneviève, depuis au moins le début du xiie siècle5. L’émergence de l’université au début du xiiie siècle contribua à accroître encore l’attrait des études parisiennes et la fréquentation se poursuivit, avec des hauts et des bas, jusqu’à la fin du Moyen Âge. Mais le champ chronologique de la réflexion sera ici réduit à la période située entre 1270 environ et 1350 : cette période est celle durant laquelle la fréquentation de l’université de Paris fut la plus dense, sans doute encouragée par la fondation des collèges nordiques à partir de la décennie 1270 ; de plus les sources deviennent alors plus abondantes, qu’elles soient d’origine académique ou bien extra-universitaires. C’est l’exploitation de ces dernières qui a été privilégiée6. Pour exceptionnel qu’il soit, le livre des procureurs de la nation anglaise-allemande éclaire en priorité la tenue des examens, la perception des droits y afférant, les décisions des assemblées, etc., bref la vie interne de la nation et de la faculté des arts. Cela limite donc au seul point de vue universitaire notre perception de la manière dont les étudiants nouveaux venus vivaient leur séjour en ville. La nation était un cadre de vie quotidienne, certes, mais un cadre parmi d’autres, et l’analyse des liens que les étudiants nordiques avaient noués avec elle ne suffit pas pour cerner l’ensemble de leurs stratégies d’insertion dans la ville. C’est à celles-ci que je m’attacherai plus précisément en ouvrant deux dossiers, il va sans dire limités dans leur ambition et ayant plus valeur d’hypothèse que de résultat définitif. Le premier concerne un objectif incontournable pour les nouveaux arrivants en ville : se loger. Le second essaiera de dégager quels types de relations ils ont noués avec les réseaux de la sociabilité parisienne.

L’investissement de l’espace urbain : l’apparente exclusivité du quartier de l’université

  • 7 L’ensemble de mon corpus (286 individus actuellement recensés de 1270 à 1530) doit être versé dans (...)

7Soulignons tout d’abord le petit nombre d’étudiants sauvés du silence des sources ou des précautions du prosopographe7 : entre 1270 et 1350, ont été recensés 147 scolares, parmi lesquels les Suédois dominent nettement : 94 pour 39 Danois et 14 Norvégiens. Moins de deux étudiants du Nord seraient donc arrivés en moyenne par an à Paris. Même si l’on admet que seulement un quart de la population réelle environ est connu, la moyenne annuelle de fréquentation reste inférieure à dix. Il est impossible de calculer le nombre exact d’étudiants qui se trouvaient en même temps à Paris, mais il est sûr qu’il ne pouvait s’agir que de quelques dizaines tout au plus.

  • 8 Chartularium Universitatis Parisiensis (désormais CUP), H. Denifle et E. Châtelain (éd.), Paris, 1 (...)
  • 9 CUP II, no 1184. Ce document a été analysé en dernier lieu par William J. Courtenay, Parisian Scho (...)
  • 10 Auct. I, col. 36-53 : mag. Andreas Freovati et mag. Mathias [Laurentii] de Suecia.
  • 11 Ibid., mag. Henricus de Unna et mag. Suno Karoli de Suecia ; Bero Vestgotus et Nicolaus Drukken de (...)
  • 12 DS, no 3580, 27.6.1341 : […] Mathias Egidij Cogor, et Petrus Arnulphi, ambo de Regno Swecie ut dic (...)
  • 13 Les étudiants des facultés supérieures sont quant à eux totalement absents de la documentation uni (...)
  • 14 DS, no 3610, 28.11.1341.

8Ainsi, sur un appel adressé au pape en 1313 par les maîtres et écoliers de Paris figuraient 24 Nordiques8. En 1329-1330, le fameux Computus ou « compte des bourses » révèle le nombre approximatif d’étudiants nordiques qui étaient soumis à la taxe due à l’université : dix individus nommément cités, le plus souvent accompagnés d’un nombre variable de socii, anonymes, soit 47 ou 48 suppôts9. Avons-nous cette année-là la totalité de notre population ou était-elle plus importante ? C’est impossible à dire. En tout cas, il semble que nous ne soyons pas loin du maximum jamais atteint. Par exemple, en 1340, deux maîtres régents nordiques conféraient leurs grades à quatre compatriotes10. En 1341, deux de ceux-ci progressaient dans la hiérarchie des grades, deux nouveaux régents étaient actifs, et deux nouveaux gradués obtenaient la maîtrise11. Huit suppôts figurent donc dans le livre des procureurs, mais par une lettre de l’official de Paris en date du mois de juin 1341, conservée au Riksarkivet de Stockholm, on apprend que quatre autres Suédois étaient écoliers à Paris12, sans doute au début de leurs études, car ils apparaissent sur les listes de gradués plus tard. Au total, douze Scandinaves seulement surgissent de l’obscurité13. Nous sommes loin du chiffre obtenu une douzaine d’années plus tôt. Ceci dit, il est probable que dans les années 1340 la fréquentation avait quelque peu baissé. La maison où était installé le collège d’Uppsala était partiellement ruinée, d’après une expertise requise par Jean de Milon, dont la maison était voisine, ce qui laisse à penser qu’elle était délaissée peu ou prou par les étudiants14. Désaffection envers l’université parisienne avant même la peste noire et la récession économique qui affectèrent durement les royaumes nordiques après 1350, difficulté d’entretenir le collège pour l’institution de tutelle ou changement des habitudes de séjour des étudiants ? Ces diverses hypothèses demeurent sans réponse.

  • 15 Pour ce qui suit, se reporter à l’ouvrage, déjà ancien, de A. L. Gabriel, Skara House at the Media (...)

9Quel qu’ait été leur nombre, les étudiants étaient dès leur arrivée confrontés au problème de leur logement. La fin du xiiie siècle a vu un remarquable effort des autorités ecclésiastiques nordiques, évêques et membres des chapitres cathédraux, pour accueillir les étudiants à Paris. Résumons dans ses grandes lignes la fondation des quatre collèges, un seul destiné aux écoliers danois, et trois aux écoliers suédois15 (annexe 1).

  • 16 Domus scolarium est le terme consacré pour désigner les collèges au Moyen Âge.
  • 17 Voir la discussion sur la fondation du collège de Dacie dans É. Mornet, « Piété et honneur… », op. (...)

10La domus16 Dacie fut établie la première, vers 1275, par un chanoine de Roskilde docteur en théologie, Peder Arnfast. Contrairement à une tradition assez tenace qui persiste encore chez les meilleurs spécialistes, elle se trouvait rue des Anglais et non dans la censive de Sainte-Geneviève, près des Carmes, rue de la Montagne Sainte-Geneviève, où elle fut transférée à une date indéterminée17. Néanmoins, il semble bien qu’il y ait eu déjà vers 1330 à cet endroit une habitation abritant des étudiants danois, je vais y revenir.

  • 18 DS, no 699.
  • 19 L’achat est connu par un vidimus de l’official épiscopal de Paris en date du 15 mars 1296, dont l’ (...)
  • 20 DS, nos 1044-1045.

11En 1280, l’archevêque élu d’Uppsala Jakob Israëlsson (1278-1281) assignait une « dîme des pauvres », en faveur des étudiants de son diocèse à Paris18. Dès 1285, le prévôt du chapitre cathédral, magister Andreas And, issu d’une des plus puissantes familles de la noblesse suédoise, acheta à un bourgeois de Paris une maison et ses dépendances, rue Serpente19, dont il fit don peu après aux écoliers du diocèse d’Uppsala. Cette donation est connue par la confirmation qu’en fit, en 1291, l’archevêque Johan, qui promulgua en même temps et de concert avec le chapitre cathédral les statuts de la maison destinée à abriter douze étudiants et leur procureur20.

  • 21 CUP II, no 556. Acte édité par A. L. Gabriel, op. cit., p. 134-137 ; ibid., p. 152-154.
  • 22 Scriptores rerum suecicarum medii aevi, C. Annerstedt (éd.), vol. III, 2, Uppsala, 1876, p. 141-18 (...)

12Le 10 septembre 1292, un étudiant suédois, Hemfast (Emphastus), chanoine de Växjö et de Skara, acheta pour 60 livres parisis une propriété située rue Jean-de-Beauvais, au lieu dit Clos Bruneau, qui fut transformée en collège plus tard, sans doute vers 131021. Il fut encouragé par l’évêque de Skara, Brynolf Algotsson, mort en odeur de sainteté. D’après son procès de canonisation, ce dernier avait étudié à Paris de longues années, avant de monter sur le siège épiscopal en 127822.

  • 23 DS, no 2103, 3.3.1317. Quittance donnée par le doyen et le chapitre de Saint-Marcel.
  • 24 Au sujet de tous les personnages cités ci-dessus, voir É. Mornet, « Piété et honneur… », op. cit.,(...)

13Enfin, en 1317, une maison fut achetée pour 24 livres parisis dans la censive Saint-Marcel, rue Saint-Hilaire (à l’enseigne Ad cornu cervi) par quatre chanoines, procureurs de l’évêque de Linköping Henrik [Båt]23. Cette transaction repose sur le legs testamentaire à l’église de Linköping, effectué en 1312 par le chanoine Torsten, qui avait fréquenté l’Alma Mater dans les années 1280, de tous ses biens situés en France, en faveur des étudiants pauvres de son lignage et du diocèse qui iraient étudier à Paris24.

14Si le collège d’Uppsala paraît quelque peu excentré par rapport aux trois autres, tous s’inscrivent dans l’expansion spatiale de l’université et de ses dépendances au xiiie siècle. Notons de surcroît la très grande proximité des trois collèges avec les écoles de décret (rue Jean-de-Beauvais).

  • 25 A. Molinier, Obituaires de la province de Sens, I, 1. Diocèses de Sens et de Paris, Paris, 1902, I (...)
  • 26 En 1340-1341, deux maîtres régents, Suno Karoli et Henricus de Unna (supra, n. 11), résidaient dan (...)
  • 27 Courtenay, op. cit., respectivement, p. 220, 221, 223, 227, 229, 242.
  • 28 Ibid., p. 227, 225 ; In domo magistri Johannis Dachiis [sic] iiii sunt socii, ibid., p. 236. Qu’il (...)

15Cependant, tous les étudiants ne logeaient pas dans ces collèges. Certains, rares ont pu résider dans les établissements religieux lorsqu’ils appartenaient à la communauté, tel Martinus de Dacia, maître en théologie de l’université et chanoine de Notre-Dame de Paris en même temps qu’il détenait un canonicat à Roskilde, qui disposait d’une maison canoniale dans le cloître Notre-Dame, où il résida sans doute jusqu’à sa mort en 130425. D’autres logeaient dans des maisons particulières, selon diverses modalités. Les fondateurs des collèges de Dacie, d’Uppsala et de Skara semblent bien avoir acheté une maison pour leur usage personnel avant d’y installer une communauté scolaire, achat immobilier qui dénote un enracinement durable dans la capitale royale. Ils y accueillaient peut-être déjà des compatriotes, de manière informelle, tout comme certains étudiants devaient loger chez les maîtres qui tenaient les écoles des arts et auprès desquels ils étaient tenus de s’inscrire à leur arrivée26. Ainsi, d’après le Computus de 1329-1330 (annexe 1) : cinq Suédois habitaient rue Saint-Jacques près de l’église Saint-Benoît le Bestourné ; quatre rue de la Harpe ; cinq rue Serpente, mais en dehors du collège d’Uppsala qui faisait presque le plein, semble-t-il, puisque dix socii s’y trouvaient, alors que le collège était prévu pour accueillir douze écoliers. Les collèges de Skara et de Linköping n’accueillaient à eux deux que huit socii. Si l’on ajoute un dominus Petrus de Suecia, logé à un endroit indéterminé, près de la moitié des Suédois habitait « hors collège27 ». Du côté danois, cinq étudiants logeaient rue des Anglais, dans la domus Dacie donc, mais quatre étaient situés rue des Parcheminiers et quatre dans la rue de la Montagne Sainte-Geneviève28, c’est-à-dire que ce logement externe concernait les deux tiers des étudiants danois recensés. Quant aux éventuels étudiants norvégiens, ils ne disposaient d’aucune structure d’accueil collective qui leur fût propre.

16Il existait donc une dispersion de l’habitat en dehors des collèges, importante, mais toujours, l’implantation apparaît cantonnée exclusivement sur la rive gauche, en conformité avec le caractère « socio-professionnel » traditionnellement attribué à cette dernière : elle était l’espace urbain dévolu aux écoles et aux écoliers. On remarquera ainsi que le choix des lieux de séjour de nos Nordiques découlait bien moins de leur qualité d’étrangers que de leur statut scolaire. Est-ce à dire que ces nouveaux arrivants en ville demeuraient sous la férule du procureur des collèges ou sous l’ombre tutélaire des maîtres de la nation, de la faculté des arts et de l’université, évoluant dans un milieu finalement clos, où les relations restaient prioritairement développées entre compatriotes, ou au mieux avec les condisciples et les maîtres de la nation ? Quelle était leur capacité d’accès à un espace urbain plus étendu ? Autrement dit, quels étaient les individus ou les institutions avec qui ils avaient à faire et qui leur donnaient la possibilité de côtoyer d’autres milieux de la sociabilité parisienne, voire de s’y introduire ? Plusieurs de ces milieux surgissent avec plus ou moins de visibilité de la documentation. Parmi eux, deux seront évoqués ici : les centres ecclésiaux et les officines des compagnies italiennes.

L’étudiant nordique, le saint et le banquier

17Quelques grandes institutions ecclésiastiques ont été citées, avec lesquelles on peut considérer que les relations établies étaient « normales », parce qu’elles étaient étroitement liées au monde des études : Notre-Dame, Saint-Victor, Sainte-Geneviève. Il en est une cependant avec laquelle il semble que les Nordiques aient eu une affinité plus inattendue, sur laquelle un étrange récit rapporté dans la chronique d’Yves de Saint-Denis invite à s’interroger : l’abbaye de Saint-Denis.

  • 29 Per Förnegård a édité une transcription de cette traduction : « Le saint Denis suédophone. La guér (...)

18La troisième partie de la chronique en question, ouvrage qui fut offert vers 1317 à Philippe V, contient une histoire abrégée du royaume de France mêlée de légendes hagiographiques ayant trait à saint Denis. Dans les derniers chapitres, Yves relate des événements dont il a été le témoin, avec une certaine précision. Il y incorpore le récit d’un double miracle qui concerne un étudiant suédois et son serviteur. L’original latin, conservé dans le manuscrit lat. 13836 de la Bibliothèque nationale de France, est doté d’une traduction française marginale29. L’histoire est très précisément datée et commence le 14 avril 1314. Un étudiant suédois en droit canon, du nom de Benedictus, ou Benoît, avait renvoyé au pays son serviteur, Laurencius (Lorent), pour se procurer de l’argent. Au retour, Lorent fut pris dans une violente tempête en mer et promit à saint Denis d’aller en pèlerinage dans son église s’il était sauvé. Revenu sain et sauf, il oublia d’accomplir son vœu : Dieu et le saint ne tardèrent pas à le châtier et il tomba gravement malade. Benoît se souvint alors du vœu de son serviteur et promit à son tour de l’accompagner en pèlerinage à Saint-Denis. Lorent se sentit aussitôt beaucoup mieux, et nous arrivons alors au plus important pour notre propos : Denis apparaît à Lorent, en habit d’évêque, portant sa tête dans ses mains, et lui parle… en suédois :

  • 30 Yves donne la traduction en latin : Quod in latino tantum valet : « Surge velociter, et exi de vil (...)

Stat up ok gak sckot af binum norder ok ok har sckalt hu sinna han man hik gaf atter hina helsu. (Lève-toi et sors promptement de la ville vers le nord et tu y trouveras l’homme qui t’a rendu la santé.)30

19Lorent fut guéri et dès le lendemain, le 12 juin 1314, les deux Suédois s’en allèrent à Saint-Denis, « pour visiter les corps sains, selon qu’il avoient promis. Et rescrist et raconta tout ce qu’il leur estoit advenu ». Les moines, après avoir examiné les témoignages, approuvent et célèbrent le miracle.

20La polyglossie de Denis, par ailleurs signe évident de la sainteté, témoigne à mon sens de l’authenticité des relations établies entre les deux Suédois et l’abbaye de Saint-Denis, suffisamment étroites pour que le chroniqueur ait pu rapporter une phrase globalement correcte en suédois, qu’il avait donc forcément vue par écrit, et donner une traduction latine exacte (la traduction française l’est un peu moins). Tout cela laisse à penser que le groupe des étudiants suédois, nombreux à Paris dans la première moitié du xive siècle, avait forcément des liens avec l’abbaye de Saint-Denis et son scriptorium. De surcroît, l’établissement de cette relation dionyso-nordique n’était pas récent.

  • 31 Voir J. Carlquist, De fornsvenska helgonlegenderna. Källor, stil och skriftmiljö, Stockholm, 1996. (...)
  • 32 Brigitte de Suède, Révélations, Livre IX, extravagante 92 (en ligne http://www.umilta.net/bk9.html) (...)
  • 33 Il est possible que le Benoît du miracle lui soit apparenté. Il pourrait en effet s’agir du futur (...)
  • 34 Voir B. ı Strömberg, Magister Mathias och fransk mendikantpredikan, Stockholm, 1944 (Samlingar och (...)
  • 35 Le desservant devait être l’écolâtre de Lund et une part des biens était affectée à l’entretien de (...)

21Le culte de saint Denis remonte en Scandinavie à la première moitié du xiiie siècle au moins, mais la légende connut une nouvelle popularité lorsqu’elle fut rédigée en vernaculaire à la fin du siècle dans le Légendier suédois (Fornsvenska legendariet), largement influencé par la Légende dorée31. Sainte Brigitte la connaissait parfaitement : dans la première révélation qu’elle eut à Arras au cours du voyage de retour d’un pèlerinage à Compostelle avec son époux malade (en 1342), elle rapporte que saint Denis lui apparut et lui dit (en suédois ?) que son époux ne mourrait pas avant leur retour en Suède32. Les milieux où évoluait Brigitte étaient non seulement dévots mais aussi lettrés : elle appartenait au groupe des lagmän (ceux qui disent la loi), milieu dans lequel les études en France étaient souvent la règle33. De surcroît, son premier confesseur suédois, magister Mathias, était très probablement un ancien étudiant parisien34. Autre preuve de la vogue du culte dans la première moitié du xive siècle : en 1330, l’archevêque de Lund, Karl Galen, fondait une chapelle dans sa cathédrale, dédiée aux saints Matthieu, Laurent et Denis35. Il est presque certain, bien que je n’en aie pas la preuve formelle, que Karl avait étudié à Paris dans sa jeunesse, comme la quasi-totalité des archevêques de Lund et des prélats issus de son lignage.

  • 36 DS, no 909.
  • 37 La suite de sa brillante carrière suggère qu’il poursuivit des études supérieures. Il apparaît pou (...)
  • 38 Le contrat a dû être conclu entre 1303 et 1310. Dans une lettre pontificale postérieure (23 juin 1 (...)

22Par ailleurs, en août 1285, l’achat par Andreas And de la maison rue Serpente pour abriter le collège d’Uppsala fut certifié par l’abbé de Saint-Denis Matthieu de Vendôme et Simon de Nesle, à qui le gouvernement du royaume avait été confié par Philippe III lors de la croisade d’Aragon36. Certes, cette maison était située dans la censive royale, mais ce fait seul justifiait-il que la transaction fût passée devant l’abbé en personne, détenteur du sceau royal, et non devant un simple notaire de chancellerie, si Andreas And, de haute naissance comme il a été dit, n’avait pas aussi entretenu des liens personnels et anciens avec Matthieu de Vendôme et Saint-Denis ? Magister Andreas avait étudié à Paris autour de 127037, l’hypothèse que ces liens se nouèrent alors est vraisemblable. Dans les mêmes années, un autre ecclésiastique de haut rang, Jens Grand, docteur en droit canon, futur archevêque de Lund, avait dû commencer, lors de ses études parisiennes, à fréquenter les cercles sandionysiens de manière assez soutenue pour que, des années plus tard, alors qu’il était destitué de son siège archiépiscopal et exilé, il ait conclu un accord financier avec l’abbaye prévoyant le versement d’une rente annuelle viagère de 400 livres parisis en sa faveur, pension qui n’aurait d’ailleurs jamais été versée, ce qui n’est guère étonnant eu égard aux difficultés financières de l’abbaye à cette époque. Cet accord portant sur un montant important aurait-il pu avoir lieu si des relations suivies n’avaient pas existé entre l’archevêque et l’abbaye de longue date ? Il est vrai que ces relations s’envenimèrent38

23Tout cela suggère une familiarité des étudiants nordiques avec l’abbaye, encouragée d’abord par la situation géographique de celle-ci : la route de Saint-Denis était le passage obligé en quelque sorte pour un voyageur du Nord allant à Paris ! L’attraction découlait aussi du rayonnement culturel et politique du saint patron de la royauté : la dévotion envers un saint parisien et français des plus populaire (mais pas particulièrement fêté dans la nation anglaise-allemande) créait des liens de nature plus spirituelle et, corrélativement, la fréquentation du sanctuaire devenait source de prestige autant que de réflexion sur l’art de gouverner pour des clercs (ou futurs clercs) de haut rang, issus des familles les plus influentes de leur pays et destinés à briller sur la scène politique. Enfin, intervenaient les liens de l’abbaye avec les foires du Lendit, lieux de rencontres et de tractations marchandes et financières que les Nordiques ne pouvaient manquer de fréquenter, comme l’ensemble de la population estudiantine parisienne. Il est en effet des milieux qu’ils côtoyaient sans doute plus par nécessité que par curiosité ou affinité : les milieux économiques.

  • 39 Nous passerons aussi sur la fréquentation des tavernes, un topos de l’historiographie de la vie ét (...)

24Ces milieux étaient sûrement très divers, allant de métiers gravitant autour de l’université, dont les membres d’ailleurs étaient incorporés à l’université, comme les copistes, libraires, parcheminiers, etc., le plus souvent localisés sur la rive gauche39, aux métiers de la finance. Dépenses importantes permanentes, éloignement des sources de financement au pays d’origine : les étudiants nordiques étaient contraints d’avoir affaire à des changeurs et à des prêteurs.

  • 40 Å. Sällström, Bologna och Norden intill Avignonpåvedömets tid, Göteborg, 1957 (Bibliotheca histori (...)
  • 41 Je remercie Caroline Bourlet de ses conseils avisés et de m’avoir donné accès aux bases de données (...)

25C’est paradoxalement l’incomparable source des memorialia comunis de Bologne, ensemble des actes notariés passés sur le territoire urbain parmi lesquels ceux concernant des écoliers nordiques ont été édités par Åke Sällström40, qui a permis de mettre le mieux en évidence le recours fréquent aux sociétés italiennes durant leur séjour parisien : 13 des 18 actes notariés repérés par Sällström, entre 1285 et 1300, révèlent des transferts d’argent entre Paris et Bologne. Apparaissent le nom des compagnies bancaires en action, de leurs associés et de leurs facteurs : il s’agit notamment de deux compagnies d’hommes d’affaires de Pistoia, les Ammannati et les Chiarenti, que l’on trouve maintes fois mentionnés par ailleurs dans les rôles de taille parisiens41 et les comptes du trésor royal, sous le nom francisé d’Amenat et de Clarent (avec des variantes), également très actifs à la Curie. Les choses se passaient ainsi (annexe 2) : l’argent avait été déposé auparavant à Paris par l’étudiant lui-même lors de son séjour parisien, ou par un condisciple, auprès de la société qui le transférait à Bologne, où l’étudiant le recevait.

  • 42 Quelques exceptions cependant : par exemple le « Symon Anselmi » cité dans l’acte proposé en annex (...)
  • 43 Par exemple, en 1320, 60 marcs d’argent avaient été envoyés via Paris à un étudiant norvégien, Pau (...)

26Plusieurs enseignements peuvent être dégagés. En l’état de mes recherches, encore peu approfondies, les noms mentionnés dans les actes bolonais des membres des deux sociétés ne sont pas toujours ceux qui apparaissent dans les rôles de taille parisiens ni dans les grandes transactions financières des princes ou de la cour pontificale. Cela veut dire que les affaires des étudiants nordiques, qui portaient sur des sommes moyennes ou médiocres, n’étaient pas traitées par les hauts responsables, mais par les facteurs ou les commis qui apparaissent le plus souvent sous le nom décevant pour nous de « compagnons42 ». Néanmoins, cela montre bien que Paris était une des plaques tournantes des transferts financiers nécessités par les voyages universitaires de nos septentrionaux43.

  • 44 Outre les exemples cités plus haut (p. ••• et n. 12, 19), confirmation par l’official en 1284 du l (...)
  • 45 En 1287, lettres du garde de la prévôté de Paris concernant la reconnaissance d’un prêt consenti a (...)

27À Paris, intervenait parfois pour confirmation de la transaction l’instance juridictionnelle dont relevaient normalement les étudiants, à savoir l’officialité épiscopale, dont on s’aperçoit qu’elle fut souvent sollicitée pour diverses affaires (plusieurs documents conservés dans les archives nordiques en attestent, compensant, hélas, médiocrement la disparition des registres)44. Mais ce n’était sûrement pas la seule juridiction à laquelle les Nordiques avaient affaire : surgissent au hasard de la documentation celle de la prévôté45, voire plus tard le Parlement, ce qui suggère une connaissance convenable des mécanismes indispensables pour recourir à ces instances judiciaires de la ville et du pays d’accueil ou répondre à leur convocation.

  • 46 Voir note précédente.
  • 47 Å. Sällström, op. cit., p. 165 et 166-167.
  • 48 Je ne développe pas ces deux exemples, par ailleurs déjà étudiés. Voir C. Lovén, « La neige, les b (...)

28Enfin, ces étudiants qui circulaient entre Paris et Bologne, ou encore Orléans, font une nouvelle fois partie de l’élite ecclésiastique et sociale nordique. Il y avait parmi les étudiants nordiques à Paris sûrement des personnalités moins flamboyantes. De ceux-là, malheureusement, on sait mal comment ils réglaient leurs problèmes d’argent, à quels milieux financiers ils s’adressaient et, plus généralement, quels milieux influents ils pouvaient côtoyer, voire s’y insérer. Pour ceux qui sont documentés en tout cas, on admettra qu’ils avaient acquis une certaine familiarité à l’égard des différents réseaux de la sociabilité parisienne. Voici deux exemples laissant supposer que les étudiants nordiques ne passaient pas tout leur temps sur les bancs académiques et étendaient leurs relations à des milieux parisiens divers : métiers, hôtels seigneuriaux, voire princiers, ce que leur propre origine sociale les incitait à faire. De plus ils illustrent le rôle d’intermédiaires endossé par ces étudiants, déjà évoqué à propos de la diffusion du culte de saint Denis, dans divers domaines, celui de l’architecture par exemple. En 1287 fut passé un contrat entre un maître tailleur de pierres, Étienne de Bonneuil et deux Suédois. Étienne fut le second architecte de la cathédrale d’Uppsala, à laquelle il travailla plusieurs années, construite sur le modèle de Notre-Dame de Paris46. Il n’est pas anodin pour notre propos que ce contrat ait été passé par deux écoliers de haut lignage et détenteurs de hautes dignités dans l’Église suédoise, « sire Charles » et « sire Olivier », respectivement chanoines et archidiacre d’Uppsala, que l’on retrouve quelques années plus tard à l’université de Bologne47. Dans les années 1350, le chantre de Lund Bennike Henriksen fit aménager dans le jardin de son hôtel un labyrinthe. Un spécialiste d’archéologie urbaine suppose que les modèles qui inspirèrent Bennike furent certains jardins parisiens, dans lesquels la mode au xive siècle était d’aménager des labyrinthes. Or Bennike a étudié plusieurs années à Paris le droit canon, comme il le laisse entendre dans son testament48.

29Finalement, les étudiants nordiques, simples oiseaux de passage ou néo-citadins intégrés ? Soyons clairs, très peu, sinon aucun, ont eu la volonté de s’installer définitivement à Paris, et il faut penser que ceux qui ont fait enregistrer leur testament devant l’official ou qui figurent dans les obituaires parisiens ont été empêchés de revenir au pays par une mort prématurée.

  • 49 J.-P. Genet, « Conclusion », dans Le système d’enseignement occidental ( xie- xvie siècle), T. Kou (...)

30D’autre part, les étudiants nordiques ont toujours formé une part infime de la population universitaire, à plus forte raison de la population de la grande capitale française. Juridiquement parlant, ils continuaient à former un groupe à part, en raison de leur statut même, celui de clergie. Ils ne pouvaient guère s’intégrer en tant que groupe spécifique dans les réseaux sociaux parisiens, sauf dans le cadre universitaire ou dans celui de la nation. Pour autant, une approche prosopographique montre qu’ils ont constitué entre eux de « véritables réseaux », pour reprendre ce qu’a écrit récemment Jean-Philippe Genet dans ses conclusions à une réflexion collective sur « le système d’enseignement occidental49 » : réseaux autour de la parenté, de l’appartenance institutionnelle (les étudiants issus d’un même chapitre ou d’un même diocèse agissaient souvent ensemble), de l’appartenance « nationale », encore que celle-ci ait pu être surmontée, enfin des nécessités économiques : en leurs rangs, on trouve des prêteurs, garants, « transporteurs », etc., chaque critère pouvant bien sûr se combiner.

31Par ailleurs, un intérêt, une curiosité, voire une fascination à l’égard de la grande et prestigieuse ville qui les hébergeait, comme une certaine aisance de comportement facilitée par les habitus des élites sociales dont nombre d’étudiants étaient issus, également par la pratique de la peregrinatio academica, semblent leur avoir permis de s’adapter assez facilement à la vie parisienne, voire d’y participer, d’apprivoiser en quelque sorte certains mécanismes de la sociabilité parisienne. En dépit du faible nombre – ou paradoxalement en raison de cela –, on ne constate pas de fermeture du groupe sur lui-même. Peut-on parler alors d’une intégration provisoire, durant le temps des études, qui fut assez long pour certains ? C’est un critère que je n’ai pas abordé, car l’analyse de la durée des séjours est délicate et aléatoire. La réponse est oui, avec des nuances bien sûr. Nous avons aussi observé les liens qui ont été noués avec d’autres milieux sociaux que celui de l’université. S’agit-il d’une approche véritablement collective ou simplement individuelle ? La documentation, trop éparse, ne permet pas de répondre en toute certitude.

Annexes

ANNEXE 1

Localisation des étudiants nordiques en 1329-1330 d’après le Computus, W. J. Courtenay (éd.), Parisian Scholars in the Early Fourteenth Century. A Social Portrait, Cambridge, 1999

ANNEXE 2

D’après l’édition d’Å. Sällström, Bologna och Norden intill Avignonpåvedömets tid, Göteborg, 1957 (Bibliotheca historica Lundensis, 5), p. 176.

XVIII

3 juni 1300

MEM. 99, c. 163v

[Anno domini millesimo Trecentesimo Indictione terciadecima die tercio Junij]

(I marginalen :) confessionis
dominus Magister Andreas dictus anima Canonicus nidrosiensis de norqueia scolaris bononie fuit confessus habuisse et Recepisse a Zome Vantis
de pistorio soluente nomine et vice symonis et locti anselmi de societate filiorum clarencis de pistorio Quinqueginta solidos turonen sium
grossorum de argento et duodecim florenos aurei boni et puri et justi ponderis. quos denarios dictus symon et Loctus Receperunt pro eo a domino
Oboodo, Canonico nidrosiensi et a domino petro de nidroso eius socio Parixius ut continetur in literis sigillo sigillatis officialis parisi(-)
ensis. et ex instrumento presentis solucionis scripto manu domini Mathey cambii notarii. hodie facto bononie sub porticu palacij comunis ex parte mane presentibus
domino Vgolino deodati fabri. Johannino deozano notario. guidone de septifunti Rolandino de Floranis et Mediglaltri Jacobinj. Testibus Et
sic dicti contrahentes venerunt vna cum dicto notario dixerunt et sic scribi fecerunt

Notes

1 É. Mornet et J. Verger, « Heurs et malheurs de l’étudiant étranger », dans L’étranger au Moyen Âge, Actes du XXXe Congrès de la SHMES, Göttingen 1999, Paris, 2000, p. 217-232, en part. p. 231.

2 Seul le Liber procuratorum nationis Anglicanae (Alemanniae) in Universitate Parisiensi (Auctarium Chartularii Universitatis, 1-3), H. Denifle, E. Châtelain et A. E. Van Moé (éd.), 3 vol., Paris, 1884-1935 (désormais Auct.), présente quelque intérêt pour la période retenue ici : il est conservé à partir de 1333, le livre des receveurs, à partir de 1425 seulement. Concernant leurs lacunes et défauts, je me permets de renvoyer en dernier lieu à É. Mornet, « L’écolier, le procureur et la nation. Étudiants nordiques à l’université de Paris à la fin du Moyen Âge », dans Les universités en Europe du xiiie siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions. Actes du Colloque international d’Orléans, 16-17 octobre 2003, F. Attal, J. Garrigues, T. Kouamé, J.-P. Vittu (éd.), Paris, 2005, p. 39-61.

3 Diplomatarium Suecanum (désormais DS), Stockholm, depuis 1829, no 1045, 23.4.1291. Consultable en ligne : http://www.riksarkivet.se/default.aspx?id=8004.

4 Jusqu’à quel point d’ailleurs la langue constituait-elle un frein dans l’établissement de relations avec l’ensemble de la population parisienne ?

5 Par exemple, deux des trois archevêques de Lund (la première métropole nordique fondée, correspondant en gros au royaume de Danemark) du xiie siècle ont fréquenté les écoles de Paris : Eskil (1137-1178) à Saint-Victor ; son successeur Absalon (1178-1201) à Sainte-Geneviève. Anders Sunesen, parent et successeur de ce dernier, le plus grand théologien danois du Moyen Âge († 1220), a lui aussi étudié dans les années 1180 à Paris, peut-être auprès d’Étienne Langton, et il est réputé avoir appartenu au prestigieux groupe de maîtres en théologie des environs de 1200. Mais bien d’autres prélats nordiques du xiie siècle et de la première moitié du xiiie siècle, y compris des évêques de la lointaine Islande, vinrent aussi étudier à Paris.

6 Il convient de rester très critique : ainsi j’ai systématiquement écarté les nombreux magistri ou docteurs (une quarantaine jusqu’à présent entre 1270 et 1330) repérés dans les sources proprement nordiques, bien qu’il soit fort probable que la plupart aient fréquenté l’université parisienne, le choix universitaire étant alors restreint !

7 L’ensemble de mon corpus (286 individus actuellement recensés de 1270 à 1530) doit être versé dans le grand répertoire prosopographique numérisé des membres des écoles et de l’université de Paris (projet Studium Parisiense), élaboré dans le cadre du programme européen SAS (Signs and States) initié par Jean-Philippe Genet.

8 Chartularium Universitatis Parisiensis (désormais CUP), H. Denifle et E. Châtelain (éd.), Paris, 1889-1894, 4 vol., ici vol. II, no 703.

9 CUP II, no 1184. Ce document a été analysé en dernier lieu par William J. Courtenay, Parisian Scholars in the Early Fourteenth Century. A Social Portrait, Cambridge, 1999 (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought, 4).

10 Auct. I, col. 36-53 : mag. Andreas Freovati et mag. Mathias [Laurentii] de Suecia.

11 Ibid., mag. Henricus de Unna et mag. Suno Karoli de Suecia ; Bero Vestgotus et Nicolaus Drukken de Dacia.

12 DS, no 3580, 27.6.1341 : […] Mathias Egidij Cogor, et Petrus Arnulphi, ambo de Regno Swecie ut dicebant existentes clerici scolares Parisiis… asseruerunt quod quia Wlfo Sillonis Benedictus Benedicti, et Corraldus Corraldi eiusdem Regni Swecie existentes omnes clerici scolares Parisiis… Les premiers ont contracté auprès de deux Anglais un prêt de 45 livres par., dont leurs trois compatriotes ont garanti le remboursement. Corraldus est le Conradus Conradi du livre des procureurs, bachelier en 1340, Auct. I, col. 38, 12.

13 Les étudiants des facultés supérieures sont quant à eux totalement absents de la documentation universitaire. Or, par exemple, nous pouvons situer au début des années 1340 la présence à Paris du futur saint évêque de Linköping, Nils Hermansson, qui s’initia au droit canon avant d’aller à Orléans étudier le droit civil, Sankt Nicolaus av Linköping Kanonisationsprocess, T. Lunden (éd.), Stockholm, 1963, art. 2.

14 DS, no 3610, 28.11.1341.

15 Pour ce qui suit, se reporter à l’ouvrage, déjà ancien, de A. L. Gabriel, Skara House at the Mediaeval University of Paris. History, Topography and Chartulary, Notre Dame (Indiana), 1960 (Texts and Studies in the History of Mediaeval Education, 9), et É. Mornet, « Piété et honneur. Profil des fondateurs des collèges nordiques à Paris au Moyen Âge », dans Die Universitären Kollegien im Europa des Mittelalters und der Renaissance/Les collèges universitaires en Europe au Moyen Âge et à la Renaissance, A. Sohn et J. Verger (éd.), Bochum, 2011, p. 59-75, sous presse.

16 Domus scolarium est le terme consacré pour désigner les collèges au Moyen Âge.

17 Voir la discussion sur la fondation du collège de Dacie dans É. Mornet, « Piété et honneur… », op. cit., p. 59-61.

18 DS, no 699.

19 L’achat est connu par un vidimus de l’official épiscopal de Paris en date du 15 mars 1296, dont l’original est conservé au Riksarkivet, Stockholm, RA 0101, perg. 15.03.1296 (DS, nos 808 et 909).

20 DS, nos 1044-1045.

21 CUP II, no 556. Acte édité par A. L. Gabriel, op. cit., p. 134-137 ; ibid., p. 152-154.

22 Scriptores rerum suecicarum medii aevi, C. Annerstedt (éd.), vol. III, 2, Uppsala, 1876, p. 141-183, ici p. 141.

23 DS, no 2103, 3.3.1317. Quittance donnée par le doyen et le chapitre de Saint-Marcel.

24 Au sujet de tous les personnages cités ci-dessus, voir É. Mornet, « Piété et honneur… », op. cit., p. 61-66.

25 A. Molinier, Obituaires de la province de Sens, I, 1. Diocèses de Sens et de Paris, Paris, 1902, I, Obituaires de Notre-Dame de Paris du xiiie siècle, p. 173.

26 En 1340-1341, deux maîtres régents, Suno Karoli et Henricus de Unna (supra, n. 11), résidaient dans leur propre maison, Auct. I, col. 44 et 45.

27 Courtenay, op. cit., respectivement, p. 220, 221, 223, 227, 229, 242.

28 Ibid., p. 227, 225 ; In domo magistri Johannis Dachiis [sic] iiii sunt socii, ibid., p. 236. Qu’il s’agisse de la maison où fut ensuite transférée la domus Dacie est une hypothèse plausible.

29 Per Förnegård a édité une transcription de cette traduction : « Le saint Denis suédophone. La guérison miraculeuse d’un suédois selon les chroniqueurs de Saint-Denis », dans Regards sur la France du Moyen Âge. Mélanges offerts à Gunnel Engwall, O. Ferm et P. Förnegård (dir.), Stockholm, 2009 (Runica et Mediævalia. Scripta minora 18), p. 95-109, ici p. 106-107. La chronique latine est éditée dans Grandes chroniques de France, VIII. XX. VI, Recueil des historiens des Gaules et de la France, vol. 20-21, Paris, 1840-1855 (faussement attribuée à Guillaume Lescot) ; le passage ici concerné : vol. 21, p. 208-209.

30 Yves donne la traduction en latin : Quod in latino tantum valet : « Surge velociter, et exi de villa ad partem septentrionalem, et invenies virum per quem sanatus es ». Traduction française marginale : « Lieve sus tantost et is hors de la ville vers septentrion, et tu trouveras un homme par lequel tu seras (sic) guéri. » Pour une analyse philologique approfondie, voir P. Förnegård, op. cit.

31 Voir J. Carlquist, De fornsvenska helgonlegenderna. Källor, stil och skriftmiljö, Stockholm, 1996. Je remercie ici Corinne Péneau pour ses très utiles indications concernant le culte de saint Denis en Suède.

32 Brigitte de Suède, Révélations, Livre IX, extravagante 92 (en ligne http://www.umilta.net/bk9.html) : Quomodo sanctus Dyonisius consolabatur sponsam Christi, marito suo in peregrinacione egrotante. […] Et sic eciam multis aliis vicibus idem beatus Dyonisius in reuelacionibus visitabat et consolabatur eam. Saint Denis est évoqué dans d’autres révélations.

33 Il est possible que le Benoît du miracle lui soit apparenté. Il pourrait en effet s’agir du futur évêque d’Åbo (Turku), Bengt Gregersson, originaire d’une famille noble de l’Uppland.

34 Voir B. ı Strömberg, Magister Mathias och fransk mendikantpredikan, Stockholm, 1944 (Samlingar och studier till svenska kyrkans historia, 9).

35 Le desservant devait être l’écolâtre de Lund et une part des biens était affectée à l’entretien de deux pauvres étudiants, DS, no 2808. En 1334, Karl y élisait sépulture, no 3059. À la fin du xive siècle, cette chapelle n’était plus désignée que sous le seul vocable de saint Denis, voir par exemple Diplomatarium Danicum (désormais DD), 4e série, vol. V, H. Nielsen (éd.), Copenhague, 1998, no 381.

36 DS, no 909.

37 La suite de sa brillante carrière suggère qu’il poursuivit des études supérieures. Il apparaît pour la première fois en 1276, comme magister et chanoine d’Uppsala, DS, no 618. Voir É. Mornet, « Piété et honneur… », op. cit., p. 64.

38 Le contrat a dû être conclu entre 1303 et 1310. Dans une lettre pontificale postérieure (23 juin 1326), Jean XXII cassait – la transaction aurait été entachée d’usure – le contrat passé entre l’abbaye et Jens Grand. La rente était gagée sur des biens mobiliers et immobiliers de l’abbaye, en particulier la maison de Trappes. Le pape frappait aussi de nullité la procédure judiciaire que Jens Grand avait engagée contre l’abbaye. Acta Pontificum Danica, 7, A. Krarup (éd.), Copenhague, 1943, no 5228.

39 Nous passerons aussi sur la fréquentation des tavernes, un topos de l’historiographie de la vie étudiante, car dans les limites chronologiques fixées, les occurrences de la fameuse potacio à la taverne que partageaient les maîtres nouvellement promus ou qui clôturait les délibérations de la nation sont très rares dans le livre des procureurs (Auct. I, col. 50).

40 Å. Sällström, Bologna och Norden intill Avignonpåvedömets tid, Göteborg, 1957 (Bibliotheca historica Lundensis, 5).

41 Je remercie Caroline Bourlet de ses conseils avisés et de m’avoir donné accès aux bases de données de l’Institut de recherche et d’histoire des textes concernant les rôles de taille parisiens.

42 Quelques exceptions cependant : par exemple le « Symon Anselmi » cité dans l’acte proposé en annexe 2 est probablement le « Symon Ansyaume, compagnie des Clarez » figurant sur le rôle de taille de 1292 (fol. 1) et/ou le « Simon de Pistole » du rôle de taille de 1300 (fol. 299). Voir aussi C. Piton, Les Lombards en France et à Paris, Paris, 1892, vol. 1, passim.

43 Par exemple, en 1320, 60 marcs d’argent avaient été envoyés via Paris à un étudiant norvégien, Paul Baardsson, chanoine de Bergen, qui étudiait alors les deux droits à Orléans, Diplomatarium norvegicum, 7, no 110. (en ligne, http://www.dokpro.uio.no/dipl_norv/diplom_field_eng.html)

44 Outre les exemples cités plus haut (p. ••• et n. 12, 19), confirmation par l’official en 1284 du legs du chanoine Peder Arnfast aux écoliers danois de sa maison rue des Anglais, DD, 2 III, no 105 (voir É. Mornet, « Piété et honneur… », op. cit., annexe 2, p. 69) ; testament du chanoine d’Uppsala Hemming, en 1300, DS, no 1271.

45 En 1287, lettres du garde de la prévôté de Paris concernant la reconnaissance d’un prêt consenti au « taillieur de pierre » Étienne de Bonneuil par deux étudiants suédois, DS, n 945. Voir aussi supra, p. ••• et note 14, l’expertise des bâtiments du collège d’Uppsala ordonnée par le prévôt.

46 Voir note précédente.

47 Å. Sällström, op. cit., p. 165 et 166-167.

48 Je ne développe pas ces deux exemples, par ailleurs déjà étudiés. Voir C. Lovén, « La neige, les briques et l’architecte français. La cathédrale d’Uppsala 1272 », dans Regards sur la France…, op. cit., p. 21-51 ; A. Andrén, « Un jardin parisien à Lund au xive siècle ? », ibid., p. 11-19 ; É. Mornet, « Le testament du chanoine. Benechinus Henrici de Åhus, chantre de Lund, et la culture des clercs nordiques au xive siècle », dans Les élites nordiques et l’Europe occidentale ( xiie- xve siècle), T. M. S. Lehtonen et É. Mornet (dir.), Paris, 2007, p. 197-220.

49 J.-P. Genet, « Conclusion », dans Le système d’enseignement occidental ( xie- xvie siècle), T. Kouamé (dir.), Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 18, 2009, p. 167-175.

Table des illustrations

Légende Localisation des étudiants nordiques en 1329-1330 d’après le Computus, W. J. Courtenay (éd.), Parisian Scholars in the Early Fourteenth Century. A Social Portrait, Cambridge, 1999
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/26708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540