Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Troisième partie. Localiser les migrants : des configurations socio-spatiales diverses

Les migrants à Constantinople (xe-xiie siècle)

Christophe Giros

Résumé

Dans la période considérée, Constantinople est une mégapole, où les peuples et les langues se mêlent et qui attire de très nombreux migrants. Nicétas Chôniatès attribuait, au xiie siècle, le caractère turbulent de la ville à la diversité de ses populations et à la pluralité de leurs croyances. Régulièrement, des émeutes secouaient la ville, au cours desquelles on pouvait s’en prendre aux étrangers, comme ce fut le cas en 967 contre les Arméniens. Dans les périodes de crise, la capitale constituait un refuge pour les populations voisines. Lors de la famine de 927-928, l’empereur Romain Lécapène fit installer des abris de fortune dans les rues à colonnades, pour accueillir les réfugiés et fit subvenir à leurs besoins immédiats. À partir du XIe siècle, des quartiers ethniquement différenciés, qui accueillent l’immigration syrienne, arménienne et juive, apparaissent à Constantinople. Sous les Comnènes, le pouvoir impérial concède aux cités maritimes italiennes des quartiers sur la Corne d’Or, selon des modalités bien connues par la documentation. On s’attachera à comprendre les processus d’intégration des étrangers à Constantinople et les phénomènes de rejet dont ils peuvent faire l’objet.

During the period considered, Constantinople is a megalopolis, a melting pot of peoples and languages, attracting many migrants. Niketas Choniates explained the frequent unrest in the city by the diversity of its population and the plurality of beliefs. Riots chronically shook the city, in which foreigners could sometimes be targeted, as it happened to the Armenians in 967. In times of crisis, the capital city was a shelter for populations living nearby. During the 927-928 famine, Emperor Romanos Lekapenos provided the refugees food and makeshift shelters in the colonnaded streets. From the 11th century on, ethnically divided neighbourhoods appeared in Constantinople, where Armenians, Syrians and Jews gathered. Under the Komnenos dynasty, Italian merchant cities were granted settlements on the Golden Horn by the imperial power, according to procedures that are well known to us. This article is an attempt to understand the integration process of foreigners in Constantinople, as well as the rejection they have been subject to.

Texte intégral

1Jean Tzetzès, dans un poème écrit au xiie siècle, souligne, en parodiant Homère, la diversité linguistique et ethnique de Constantinople :

  • 1 Ioannis Tzetzae Historiae, P. A. M. Leone (éd.), Naples, Libreria Scientifica, 1968, p. 528. Cité (...)

Tous n’ont pas même accent ni semblable langage, mais les langues se mêlent, et ce sont tous des sacrés voleurs ! Car les habitants de la Ville Reine de Constantin ne sont pas tous d’un seul peuple. Il y a mélange de bien des langues et ces voleurs invétérés, Crétois, Turcs, Alains, Rhodiens, habitants de Chio, en un mot de tous les pays les plus fieffés coquins et les plus dévoyés, la ville de Constantin en fait des saints1.

  • 2 Nicetae Choniatae Historia, J. A. van Dieten (éd.), Berlin-New York, W. de Gruyter, 1975, p. 233-2 (...)
  • 3 A. Laiou, « The Human Resources », dans The Economic History of Byzantium, From the Seventh throug (...)
  • 4 Geoffroy de Villehardouin, La conquête de Constantinople, i, E. Faral éd, Paris, Les Belles Lettres (...)
  • 5 Sur cette émeute, et sur l’attitude d’Andronic Comnène envers les Latins, cf. J.-C. Cheynet, Pouvo (...)

2La capitale byzantine aurait eu le don d’assimiler les peuples dont on stigmatisait les mœurs, et de les convertir à une sainteté de façade. Jean Tzetzès, vieux constantinopolitain dont la mère était géorgienne, savait la capacité d’une mégalopole à intégrer des populations aux origines les plus diverses. Les lettrés byzantins percevaient la capitale comme une ville particulièrement cosmopolite et instable. Nicétas Chôniatès, au début du xiiie siècle, estimait que la gravité des troubles subis par Constantinople était le fait de la diversité des peuples qui composaient sa population et de la pluralité des métiers et des croyances qu’on pouvait y rencontrer2. Entre le xe et le xiie siècle, la Ville était redevenue la capitale d’un Empire puissant, et pouvait compter entre 300 000 et 400 000 habitants à la fin de la période, selon l’estimation proposée par Angéliki Laiou3. En 1203, la population latine de Constantinople aurait été d’environ 15 000 habitants, un chiffre vraisemblable donné par Geoffroy de Villehardouin4. Mercenaires et marchands étrangers, provinciaux venus faire carrière se côtoyaient, parfois confrontés à l’hostilité des Constantinopolitains. En mai 1182, le renversement de la régence de Marie d’Antioche par Andronic Comnène donna lieu à une émeute, qui entraîna le massacre d’une partie de la population latine5. À ce sujet, Gautier Map souligne l’importance de la présence occidentale dans la capitale byzantine, depuis le règne de Manuel Comnène (1143-1180) :

  • 6 Gautier Map, De Nugis Curialium, ii, 18, C. N. L. Brooke et R. A. B. Mynors (éd.), Oxford, Clarendo (...)

À cette époque se trouvaient là des étrangers de presque toutes les villes occidentales, que les Grecs appelaient Francs, invités par Manuel. Les Grecs les persécutaient avec une haine extrêmement mauvaise, jaloux, car depuis la guerre de Troie leur propre force se trouve tellement affaiblie : depuis Ajax, dont la prouesse a été vaincue injustement par la perfidie, ils n’ont rien de grandiose dont ils puissent se prévaloir, à tel point que les éléments les plus bas de toutes les nations, la lie du peuple, suscitent leur jalousie. Il est bien connu que des bandes fugitives d’exilés et de condamnés s’y sont rendus, et ceux que leur méchanceté naturelle a chassés de leurs pays ont pris tant d’importance chez les Grecs que ceux-ci les jalousent comme s’ils étaient des Troyens ressuscités6.

3Des quartiers ethniques s’étaient développés au cours des xie-xiie siècles, qui abritaient des Juifs, des Vénitiens, des Pisans et des Génois. Si les processus d’intégration des migrants à Constantinople sont mal documentés, à l’exception des aristocrates et des militaires, les sources hagiographiques, les textes juridiques et quelques actes de la pratique permettent d’éclairer certaines modalités de l’installation des migrants dans la ville. J’examinerai d’abord l’arrivée des migrants à Constantinople avant d’aborder la perception des étrangers dans la ville et leur statut juridique.

  • 7 I trattati con Bisanzio, 992-1198, M. Pozza et G. Ravegnani (éd.), Venise, Il Cardo, 1993, p. 21-2 (...)
  • 8 Das Eparchenbuch Leons des Weisen, J. Koder (éd.), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie de (...)
  • 9 H. Ahrweiler, « Byzantine Concepts of the Foreigner : The Case of the Nomads », dans Studies on th (...)

4Les sources byzantines du xe siècle, comme par exemple le Livre de l’Éparque, distinguent les résidents de Constantinople, appelés politai, des migrants qui viennent des provinces de l’Empire, qualifiés d’exôtikoi7. C’est vraisemblablement ce dernier terme, rendu en latin par extranei, qui a été employé en 992 pour désigner les Vénitiens dans le chrysobulle qui allégeait leurs taxes de douane à l’entrée du détroit des Dardanelles, document dont nous n’avons conservé que la traduction latine8. Les étrangers à l’Empire étaient quant à eux désignés par trois termes : ethnikoi, barbaroi ou mixo-barbaroi (semi-barbares), selon leur degré d’acculturation à la romanité byzantine9.

  • 10 J.-C. Cheynet, « Les officiers étrangers de l’armée byzantine aux xe-xiie siècles », dans Guerre e (...)

5On sait qu’à la fin du xe siècle la haute aristocratie byzantine, qui résidait auparavant sur ses domaines provinciaux, s’était installée à demeure dans ses palais constantinopolitains. La prééminence sociale passait par la proximité avec l’empereur, l’attente d’une éventuelle convocation au Palais et l’octroi de charges lucratives. Jean-Claude Cheynet a montré que l’intégration des officiers de l’armée d’origine étrangère à l’aristocratie était rapide, et qu’elle passait par une union matrimoniale dans la famille impériale. En ne tenant compte que des officiers étrangers récemment arrivés à Constantinople, Jean-Claude Cheynet évalue leur part autour de 10 % des hauts dignitaires de l’armée, jusqu’au règne d’Alexis Comnène (1081-1118), cette part augmentant ensuite au xiie siècle. En ajoutant les descendants des nouveaux arrivants, il arrive à une proportion supérieure au tiers au xiie siècle. Toutefois, ces lignages sont fragiles, et disparaissent souvent en moins d’un siècle10.

  • 11 Snorri Sturluson, King Harald’s Saga, M. Magnusson et H. Palsson trad., Londres, Penguin, 1966, p. (...)
  • 12 Cecaumeni Strategicon, B. Wassiliewsky et V. Jernstedt (éd.), Saint-Pétersbourg, Académie impérial (...)

6Constantinople a attiré les mercenaires de toutes origines aux xie-xiie siècles. La saga de Harald Hardrada, composée au xiiie siècle, rappelle que le futur roi de Norvège s’était rendu vers 1035 en bateau à Constantinople, depuis le pays des Rus, et qu’il avait contemplé, à la proue du navire, les toits de cuivre de la Ville et les tours de ses remparts11. Kékauménos, dans ses Conseils et récits, rédigés dans les années 1070, souligne qu’Harald ne fut honoré que de dignités secondaires, qu’il ne se plaignit jamais de ses titres de manglavitès et de spatharocandidat, mais que durant tout son règne il aurait conservé sa fidélité et son amitié envers les Byzantins12. Cette remarque est à rattacher à l’exhortation faite à l’empereur de ménager les mercenaires présents dans la capitale, sans pour autant leur confier les charges suprêmes, afin de réserver ces dernières aux Byzantins :

  • 13 Ibid., p. 94-95.

Que les contingents étrangers ou les Romains qui gardent la capitale ne manquent de rien, mais qu’ils reçoivent leur ration entière de blé chaque mois, leur solde intégrale ainsi que le fourrage pour les chevaux. S’ils manquent de quelque chose, ils décideront de partir pratiquer le pillage, et deviendront tes ennemis implacables [ ]. Si les mercenaires ne sont pas de race royale dans leur pays, ne les élève pas à de grandes dignités, et ne leur confie pas de grandes charges. Si tu honores du titre de primicier ou de stratège un mercenaire venu d’Angleterre, quel commandement militaire confieras-tu au Romain ? Tu t’en feras un ennemi13.

  • 14 A. P. Kazhdan et M. McCormick, « The Social World of the Byzantine Court », dans Byzantine Court C (...)
  • 15 H. J. M. Turner, St. Symeon the New Theologian and Spiritual Fatherhood, Leyde-New York-Copenhague (...)
  • 16 P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, Paris, Presses universitaires de France, 1971, p. 243-2 (...)
  • 17 P. Lemerle, op. cit., p. 257-259.

7Les sources hagiographiques apportent quelques informations sur l’arrivée des jeunes provinciaux à Constantinople. Les Vies de saints du xe siècle mettent en scène des jeunes garçons attirés dans la capitale pour y suivre auprès d’un maistôr ou d’un grammatikos l’enseignement de la paideia, entre l’âge de 10 ans et celui de 17 ans, avant d’entrer au service de l’empereur ou de l’Église. Dans la plupart des cas, ces jeunes sont accueillis dans la capitale par des membres de leur famille. Ainsi Syméon le Nouveau Théologien, originaire de Paphlagonie, est-il confié vers 970 par son père à ses grands-parents et à son oncle Basile, titulaire d’une charge de chambellan à la Cour, réservée à un eunuque14. À 20 ans, Syméon est toujours à Constantinople, où il mène une vie dissipée, avant de se convertir à la vie monastique et devenir moine à Constantinople15. Un eunuque, Nicéphore, originaire de Galatie, futur évêque de Milet, avait été placé par son père, sous le règne de Romain Lécapène, entre 920 et 944, alors qu’il était âgé de huit ans, auprès d’un haut dignitaire, un magistre, avant que sa mère ne vienne le rejoindre à Constantinople. Plus tard, il administra la maison du magistre, en tant qu’intendant de son protecteur16. C’est à la même époque, entre 920 et 944, qu’Athanase, le futur fondateur du monastère athonite de Lavra, un orphelin originaire de Trébizonde et né vers 930, est accueilli à Constantinople par la famille des Zéphinézer, d’origine arménienne, pour y être instruit. Brillant élève, Athanase devient professeur et entre dans le réseau de clientèle des familles aristocratiques des Maléinoi et des Phocas, originaires de l’est de l’Asie Mineure, tout comme les Zéphinézer17. Il ressort de ces textes que des provinciaux pouvaient connaître une certaine ascension sociale à Constantinople, par l’éducation et en entrant dans la familiarité de certains aristocrates. Les solidarités régionales semblent avoir joué un certain rôle dans cette mobilité sociale.

  • 18 P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scie (...)
  • 19 Ioannes Tzetzes Epistulae, P. A. M. Leone (éd.), Leipzig, Teubner, 1972, lettre 80, p. 119-120.
  • 20 J. Shepard, « Tzetzes’letters to Leo at Dristra », Byzantinische Forschungen, 6, 1979, p. 191-239  (...)

8Pour de jeunes provinciaux brillants, mener une carrière bureaucratique à la suite de l’apprentissage des lettres restait possible au xie siècle, comme en témoignent les carrières de Jean Mavropous ou Jean Xiphilin, respectivement originaires de Paphlagonie et de Trébizonde, et qui accédèrent au sommet de l’État, en tant que rhéteur et juriste, au milieu du siècle18. Au xiie siècle, certains lettrés se voyaient confier des élèves qu’ils hébergeaient dans leur propre maison. Une lettre ironique de Jean Tzetzès au métropolite Léon de Dristra, sur le Danube, datée du milieu du xiie siècle, rapporte que le poète constantinopolitain a accueilli un jeune esclave, d’origine hongroise, du nom de Sevlados (Vsevolod), que le métropolite lui avait confié pour qu’il apprenne le grec et les lettres, en le présentant comme un esclave d’origine russe19. Tzetzès accuse le métropolite de ne pas lui avoir fait un cadeau en lui adressant le jeune Hongrois, qui a changé son nom en Théodore, mais s’avère incapable d’apprendre le grec. Le jeune homme exige aussi d’être servi plutôt que de servir son maître20. Cette lettre est un bon témoignage de l’hellénisation anthroponymique des nouveaux arrivants à Constantinople, et des limites de l’acquisition de la langue grecque par ces mêmes migrants. La quête d’une éducation qu’il était difficile de trouver en province, préliminaire indispensable à une carrière bureaucratique au service de l’État ou de l’Église, constituait la motivation principale de l’arrivée de ces migrants dans la capitale, soutenus par des aristocrates civils ou ecclésiastiques.

  • 21 Anne Comnène, Alexiade, B. Leib (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1946, t. 3, p. 217-218.

9Pour les orphelins, Alexis Comnène avait reconstruit au début du xiie siècle sur l’acropole de Constantinople une fondation pieuse, l’Orphanotropheion, où étaient instruits en grec, selon le témoignage d’Anne Comnène, des Latins et des Bulgares, destinés à entrer dans l’administration impériale21.

  • 22 Jus Graecoromanum, i, I. et P. Zépos (éd.), Athènes, 1931, p. 346-348.

10La conquête turque de l’Asie Mineure, après 1071, a entraîné l’afflux à Constantinople d’une partie des élites issues des régions soumises aux Seldjoukides. Un document impérial d’Alexis Comnène, promulgué en 1096, s’attache à préciser les droits du patriarche de Constantinople, dans le contexte de l’arrivée de ces réfugiés. Le patriarche se voit ainsi reconnaître le droit d’accorder aux évêques chassés de leur siège, ainsi qu’aux laïcs démunis, des rentes viagères (adelphata), versées en nature (blé, vin, huile) par les monastères de la capitale, même si les bénéficiaires de ces rentes ne résidaient pas dans le monastère22. Le droit canonique byzantin s’efforçait de limiter l’octroi de ces rentes viagères à l’extérieur des établissements monastiques, mais les circonstances obligeaient l’empereur à avoir recours aux ressources des monastères. Les grandes fondations monastiques, pourvues d’un riche patrimoine foncier, étaient ainsi chargées de pourvoir à la subsistance du clergé et des laïcs réfugiés.

11Si les effets des guerres pouvaient susciter l’afflux de certaines populations à Constantinople, les conséquences des famines entraînaient également des phénomènes de migration dans la capitale, perçue comme un refuge par les populations rurales.

12La grande famine survenue en 927-928 est relativement bien documentée par les sources historiographiques byzantines, qui rapportent que l’empereur Romain Lécapène avait fait installer des abris de fortune en bois dans les rues à colonnades de Constantinople, pour abriter les réfugiés et subvenir à leurs besoins immédiats. Les mesures prises par l’empereur sont précisément décrites dans la Continuation de Théophane, un texte rédigé au milieu du xe siècle :

  • 23 Theophanes Continuatus, I. Bekker (éd.), Bonn, E. Weber, 1838, p. 417-418.

Le 25 décembre, il y eut une vague de froid d’une rigueur insupportable, au point que la terre resta gelée cent vingt jours durant. Cette vague de froid fut suivie de la grande famine qui surpassa toutes celles qu’il y eut jamais et qui provoqua une mortalité telle que les vivants ne suffisaient pas à enterrer les morts. L’empereur Romain, ayant jugé la force intolérable du mal digne de sa nature compatissante et miséricordieuse, fit preuve de prévoyance, adoucissant par de nombreuses aumônes l’indigence provoquée par la famine. Il ferma par des portes et des planches les galeries des rues à portiques, en sorte que la neige et le froid ne s’introduisent pas auprès des pauvres. Il fit construire dans toutes les rues à portiques ce qu’on appelle des « coffres » (arklai), et ordonna de donner chaque mois de l’argent aux pauvres qui y couchaient, et de distribuer aux pauvres dans les églises des trimisia mensuels, en sorte que l’argent donné aux pauvres dans les arklai et à ceux dans les églises s’élevait à 12 000 pièces d’argent gravé23.

  • 24 C. Morrisson, « Monnaies, finances et échanges », dans J.-C. Cheynet (dir.), Le monde byzantin, II (...)
  • 25 N. Oikonomidès, « Title and Income at the Byzantine Court », dans Byzantine Court Culture from 829 (...)

13Les trimisia sont des pièces d’argent valant 1/3 de nomisma (pièce d’or), rarement frappées, et dont les dernières pièces connues sont datées du règne de Basile Ier (867-886)24 ; au total, les versements représentent la somme de 12 000 pièces d’argent (miliarèsia), valant 1/12 de nomisma, soit 1 000 nomismata, ou 14 livres d’or. À titre de comparaison, et pour relativiser l’ampleur de l’aide impériale aux réfugiés, rappelons que la pension annuelle d’un patrice, un haut dignitaire du sénat, était de douze livres d’or à la même époque, et qu’un gouverneur de thème, un stratège, touchait une pension comprise entre 20 et 40 livres d’or25. Le texte montre néanmoins que l’autorité impériale s’était alors efforcée d’accueillir et d’héberger les réfugiés dans la capitale.

  • 26 Raoul Glaber, Histoires, M. Arnoux trad., Turnhout, Brepols, 1996, IV, 10, p. 240-243.
  • 27 Ioannis Skylitzae Synopsis historiarum, I. Thurn (éd.), Berlin-New York, W. de Gruyter, 1973, p. 3 (...)

14Il n’en allait pas ainsi à toutes les époques. Une autre famine toucha le monde byzantin en 1032, dont Raoul Glaber se fait l’écho : « Cette famine vengeresse commença à l’est : dévastant la Grèce, elle passa en Italie, se diffusa par la suite à travers les Gaules, et s’étendit à toutes les populations des Angles26 ». Les sources byzantines rapportent que la famine toucha d’abord l’Asie Mineure, les thèmes de Cappadoce, de Paphlagonie, des Arméniaques et d’Honoriade, de sorte que les habitants de ces thèmes quittèrent la terre de leurs pères et cherchèrent où aller s’installer. L’empereur Romain III Argyros, alors qu’il revenait de Phrygie à Constantinople, rencontra les migrants et les dissuada de se rendre à Constantinople, en leur versant des subsides à condition qu’ils retournent chez eux27. L’empereur s’efforce ici d’empêcher l’afflux de réfugiés dans la capitale, ce qui aurait pu aggraver les tensions urbaines.

  • 28 Ioannis Skylitzae Synopsis historiarum, op. cit., p. 275-276 ; Jean Skylitzès, Empereurs de Consta (...)

15Constantinople a connu, dans toute la période considérée, des émeutes contre les minorités ethniques. Le pouvoir impérial pouvait prendre, dans certains cas, le parti de la minorité. Ce fut le cas de Nicéphore Phocas, en 967, lorsqu’une émeute urbaine mit aux prises les équipages de la flotte de guerre avec les Arméniens de la Ville, le jour de Pâques. Les victimes furent nombreuses, et l’Éparque Sissinios faillit y perdre la vie. L’empereur, irrité contre les Constantinopolitains, jugés responsables de l’émeute, ordonna, lors des courses de chars qui suivirent l’émeute, à ses soldats de paraître en armes dans l’hippodrome, pour feindre une répression qui devait se contenter d’être une mise en scène théâtrale. Le public fut néanmoins pris de terreur, et la bousculade qui s’ensuivit provoqua un certain nombre de morts28. L’empereur s’était contenté de menacer le peuple romain, incarné par les spectateurs de l’hippodrome, d’un châtiment virtuel.

  • 29 The Chronography of Bar Hebraeus, E. A. W. Budge trad., Oxford, Oxford University Press, 1932, p.  (...)
  • 30 N. G. Garsoïan, « The problem of Armenian Integration into the Byzantine Empire », dans Studies on (...)

16En 1044, Constantinople connut une émeute contre Constantin IX Monomaque, dans laquelle étaient impliqués des Arméniens29. L’empereur les chassa de la cité, mais ils étaient nombreux à Constantinople à la fin du xie siècle, même si on ne connaît pas de quartier arménien spécifique dans la capitale30.

  • 31 I trattati con Bisanzio, op. cit., p. 35-45 ; traduction de G. Saint-Guillain dans Économie et soc (...)
  • 32 I trattati con Bisanzio, op. cit., p. 70-75.
  • 33 Ioannes Cinnamus, A. Meineke (éd.), Bonn, 1836, p. 281-282.

17Les Vénitiens avaient obtenu un quartier sur la Corne d’Or dès 1082, dans le contexte de l’alliance conclue alors avec l’empereur byzantin contre les Normands. Les Vénitiens avaient obtenu trois débarcadères (skalai) et une rue à portique avec des boutiques, ainsi qu’une église, Saint-Akindynos. Ces débarcadères appartenaient auparavant à des fondations pieuses de Constantinople, auxquelles l’empereur avait soustrait les droits pour les remettre aux Vénitiens31. Cette concession initiale fut agrandie en 1148, avec trois nouvelles églises : Saint-Marc, Saint-Nicolas, Sainte-Marie32. Les textes grecs du xiie siècle témoignent d’une incompréhension croissante des Byzantins envers les Vénitiens, accusés d’arrogance et de mépris envers les dignitaires byzantins et les ordres de l’empereur. Surtout, ils sont accusés par Jean Kinnamos de s’installer hors de leur quartier, d’épouser des Constantinopolitaines, en s’installant dans leurs maisons33. L’arrestation des Vénitiens, en 1171, et les massacres des Latins, en 1182, constituent les points culminants de cette incompréhension croissante.

  • 34 Acta et diplomata graeca Medii Aevi, F. Miklosich et J. Müller (éd.), Vienne, C. Gerold, 1865, iii(...)

18Un document grec décrit en 1202 les maisons du quartier concédé aux Génois, à l’entrée de la Corne d’Or34. Celles-ci, dont les murs sont maçonnés, ont en général un seul étage, pourvu d’un balcon en encorbellement, où se trouvent salon et chambres. Le rez-de-chaussée abrite une boutique, qui donne sur l’embolos, la rue à portique. Les maisons sont louées à bail par des Grecs, qui doivent désormais leurs loyers aux Génois, et non plus aux fondations monastiques qui possédaient les murs auparavant. Le quartier compte un palais, dit de Botaneiatès, qui comporte une église à coupole. La description suggère que le palais est en mauvais état. Certaines maisons sont construites sur des cours fermées, pourvues d’un puits, et peuvent disposer d’un auvent en façade.

19C’est sans doute pour faire face aux menaces que les Occidentaux faisaient peser sur l’Empire à la fin du xiie siècle que les Byzantins ont recherché une alliance avec Saladin. C’est dans ce contexte qu’une ambassade arabe institua la prière dans une mosquée de Constantinople, construite près de Sainte-Irène du Pérama, sur la Corne d’Or, selon les termes rapportés par Bahâ’ al-Dîn ibn Shaddâd, dans son Histoire de Saladin, en 1189 :

  • 35 Bahâ’ al-Dîn ibn Shaddâd, The Rare and Excellent History of Saladin, D. S. Richards trad., Aldersho (...)

Cet ambassadeur s’était rendu sur place et avait prononcé la khutba, après avoir été reçu avec grand respect et honneur. Le sultan avait envoyé en sa compagnie, dans le même navire, le prédicateur, le minbar et un certain nombre de muezzins et de lecteurs du Coran. Le jour durant lequel ils étaient entrés à Constantinople était une des grandes journées de l’islam, à laquelle avait assisté une nombreuse foule de marchands. Le prédicateur était monté sur le minbar et tous les résidents et les marchands musulmans s’étaient assemblés autour de lui, au moment où il avait prononcé la khutba au nom du calife abbasside35.

  • 36 Nicetae Choniatae Historia, op. cit., p. 553-554. Cf. S. W. Reinert, « The Muslim Presence in Cons (...)

20Le texte témoigne de la présence de résidents arabes, des marchands, à Constantinople à la fin du xiie siècle. Les croisés, alliés aux Pisans et aux Vénitiens, incendièrent cette mosquée en août 1203, en même temps que l’entrepôt des marchands arabes36.

  • 37 Nicetae Choniatae Historia, op. cit., p. 252. Sur ce type de couvre-chef, cf. M. G. Parani, Recons (...)

21L’attitude des lettrés byzantins envers les coutumes étrangères adoptées à la cour au xiie siècle était généralement hostile. Nicétas Chôniatès mentionne ainsi un type de couvre-chef barbare, d’origine géorgienne, en forme de pyramide, porté vers 1180 à Constantinople37.

  • 38 Ecloga Basilicorum, L. Burgmann (éd.), Francfort-sur-le-Main, Löwenklau, 1988, p. 268.
  • 39 R. J. Macrides, « The Competent Court », dans Law and Society in Byzantium, Ninth-Twelfth Centurie (...)

22En matière judiciaire et fiscale, les étrangers, que ce soient les exôtikoi ou les ethnikoi présents à Constantinople, semblent avoir bénéficiés des mêmes statuts que les résidents (politai), jusqu’à la fin du xiie siècle. D’après l’Ecloga Basilicorum, un commentaire juridique des dix premiers livres des Basiliques, rédigé en 1142, Constantinople comptait alors sept tribunaux pourvus d’un droit de juridiction, dont les juges étaient des fonctionnaires (archontes). Ces « grands juges », comme les désignent les textes de droit, doivent être distingués des « petits juges », sans juridiction, auxquels les grands juges pouvaient déléguer une affaire, à l’exception des causes criminelles (adultère et meurtre), ou dans certaines causes de droit privé (vol, insulte). Seuls les grands juges pouvaient garantir en justice à une partie la possession de son bien, ou au contraire transmettre la possession d’un bien à la partie adverse. Selon le droit byzantin, le plaignant devait agir en justice devant le tribunal du défendeur. Les tribunaux de Constantinople, perçue comme la patrie commune, pouvaient toutefois être sollicités par tous les provinciaux. Il était impossible, nous dit l’Ecloga Basilicorum, à un Thessalonicien ou à un habitant de Raidestos, en Thrace, de récuser un tribunal de Constantinople sous prétexte de l’origine provinciale du défendeur38. La compétence de la cour dépendait aussi du statut du défendeur : les membres d’une corporation étaient par exemple jugés devant le tribunal de l’Éparque, les sénateurs et les hauts fonctionnaires devant le seul tribunal de l’empereur. Le tribunal du katholikos n’était compétent que dans les affaires fiscales39.

  • 40 Ibid., p. 124-125.

23Dans le cas des migrants, la même règle était appliquée : c’était le statut de la personne, et non l’origine, qui déterminait la compétence de la cour. Deux exceptions peuvent être relevées. Les Juifs de Constantinople étaient jugés, jusqu’au règne de Manuel Comnène (1143-1180), par le stratège du Détroit, en charge du Bosphore. Les Vénitiens, à partir de 1198, ont bénéficié d’un privilège judiciaire, concédé par Alexis III Ange, qui leur accordait le droit d’être jugé par un Vénitien lorsqu’il s’agissait d’une affaire financière dans laquelle le défendeur était vénitien. Si le défendeur était un Grec, c’était le logothète du Drome ou, en son absence, le grand logothète, qui jugeait l’affaire40. Le privilège ne fait qu’entériner une règle traditionnelle de droit, selon laquelle la compétence de la cour était déterminée par le défendeur.

  • 41 A. E. Laiou, « Institutional Mechanisms of Integration », dans Studies on the Internal Diaspora of (...)

24Les étrangers résidents à Constantinople semblent toutefois avoir pu suivre, dans certaines limites, leur droit coutumier. La Peira, un recueil de sentences et d’avis juridiques compilé peu avant 1040 par un élève du juge constantinopolitain Eustathe Rômaios, drongaire de la Veille, comporte deux jugements de ce dernier qui concernent des étrangers récemment installés dans la capitale, au sujet de leur héritage. Ces deux textes montrent que le juge possédait une certaine liberté d’interprétation, et pouvait suivre, selon les cas, les prescriptions du droit coutumier étranger ou celles du droit byzantin41.

  • 42 Peira, 54, 6, dans Jus Graecoromanum, op. cit., iv, p. 224.

25Le patrice David, un Géorgien, avait rédigé un testament selon lequel il avait prévu que si son fils devait mourir intestat et sans héritier, sa fortune reviendrait alors à ses oncles. Lorsque l’héritier mourut, à l’âge de 20 ans, sa mère, peut-être d’origine byzantine, fit appel au tribunal d’Eustathe Rômaios, pour obtenir l’annulation du testament de son défunt mari. En droit byzantin, en effet, la veuve n’aurait pas dû être spoliée de l’héritage de son fils au profit des oncles paternels de ce dernier. Un jugement fut rendu par Eustathe Rômaios, par accommodement, qui modifiait les provisions testamentaires sans annuler le testament : le juge accordait un tiers de l’héritage à la mère, les deux autres tiers revenant aux oncles. Le juge précise qu’il a tenu compte du fait que le défunt était d’origine étrangère, pour justifier sa décision non conforme au droit byzantin des héritages42.

  • 43 Ibid, 14, 16, p. 47.

26Une autre affaire montre qu’il n’en allait pas toujours ainsi : un haut dignitaire d’origine étrangère – cette origine n’est pas précisée – un patrice, avait prévu dans son testament que sa deuxième épouse devait hériter de toute sa fortune, alors que sa fille, issue de son premier mariage, n’avait presque rien hérité au moment de la mort de sa mère. Le juge décide d’annuler le testament, incompatible avec le droit byzantin. Il précise que, si le testateur était d’origine étrangère, il s’était installé dans l’Empire romain, où il avait été honoré d’une haute dignité et avait bénéficié de dons importants ; il devait par conséquent se soumettre aux lois des Romains et ne pas tester conformément à un droit étranger43. On voit dans ces deux exemples, apparemment contradictoires, que les étrangers pouvaient invoquer leur origine pour rédiger des provisions testamentaires non conformes au droit byzantin. En justice, ces provisions inhabituelles pouvaient être annulées, ou simplement modifiées par le juge, à la recherche d’un compromis entre le droit romain et les pratiques coutumières des immigrants.

27L’état de conservation des sources ne permet pas de cerner avec précision les conditions d’installation des migrants à Constantinople. La documentation suggère que les autorités se sont parfois efforcées de prêter assistance aux réfugiés des guerres ou des famines, en octroyant des subsides monétaires ou en allouant des rentes viagères aux nouveaux arrivants. Du point de vue du droit, les migrants à Constantinople étaient jugés dans les mêmes conditions que les politai, avec des possibilités d’accommodement, qui permettaient d’invoquer en justice des clauses particulières, propres à des coutumes juridiques extérieures à l’Empire. À la fin du xiie siècle, la spatialisation ethnique des bords de la Corne d’Or a conduit à des troubles urbains et à des phénomènes de rejet de la présence latine à Constantinople.

Notes

1 Ioannis Tzetzae Historiae, P. A. M. Leone (éd.), Naples, Libreria Scientifica, 1968, p. 528. Cité et traduit par G. Dagron, « Constantinople », dans Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, C. Nicolet, R. Ilbert et J.-C. Depaule (éd.), Paris, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme-École française de Rome, 2000, p. 384.

2 Nicetae Choniatae Historia, J. A. van Dieten (éd.), Berlin-New York, W. de Gruyter, 1975, p. 233-234.

3 A. Laiou, « The Human Resources », dans The Economic History of Byzantium, From the Seventh through the Fifteenth Century, i, A. Laiou (éd.), Washington, Dumbarton Oaks, 2002, p. 51.

4 Geoffroy de Villehardouin, La conquête de Constantinople, i, E. Faral éd, Paris, Les Belles Lettres, 1938, § 205, p. 210.

5 Sur cette émeute, et sur l’attitude d’Andronic Comnène envers les Latins, cf. J.-C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, Publications de la Sorbonne, 1990, p. 111-112 et 428-429.

6 Gautier Map, De Nugis Curialium, ii, 18, C. N. L. Brooke et R. A. B. Mynors (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1983 ; A. Keith Bath trad., Contes pour les gens de cour, Turnhout, Brepols, 1993, p. 160.

7 I trattati con Bisanzio, 992-1198, M. Pozza et G. Ravegnani (éd.), Venise, Il Cardo, 1993, p. 21-25 ; traduction de G. Saint-Guillain dans Économie et société à Byzance ( viiie- xiie siècle). Textes et documents, S. Métivier (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 258-259.

8 Das Eparchenbuch Leons des Weisen, J. Koder (éd.), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1991, p. 98, 104, 126, 130.

9 H. Ahrweiler, « Byzantine Concepts of the Foreigner : The Case of the Nomads », dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, H. Ahrweiler et A. E. Laiou, Washington, Dumbarton Oaks, 1998, p. 1-15.

10 J.-C. Cheynet, « Les officiers étrangers de l’armée byzantine aux xe-xiie siècles », dans Guerre et société au Moyen Âge, Byzance-Occident ( viiie- xiiie siècle), D. Barthélémy et J.-C. Cheynet (éd.), Paris, Centre d’histoire et civilisation de Byzance, 2010, p. 43-62.

11 Snorri Sturluson, King Harald’s Saga, M. Magnusson et H. Palsson trad., Londres, Penguin, 1966, p. 47-48.

12 Cecaumeni Strategicon, B. Wassiliewsky et V. Jernstedt (éd.), Saint-Pétersbourg, Académie impériale des sciences, 1896, p. 97.

13 Ibid., p. 94-95.

14 A. P. Kazhdan et M. McCormick, « The Social World of the Byzantine Court », dans Byzantine Court Culture from 829 to 1204, H. Maguire (éd.), Washington, Dumbarton Oaks, 1997, p. 193.

15 H. J. M. Turner, St. Symeon the New Theologian and Spiritual Fatherhood, Leyde-New York-Copenhague-Cologne, Brill, 1990, p. 20-22.

16 P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, Paris, Presses universitaires de France, 1971, p. 243-246 ; B. Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance ( viiie- xie siècle). Territoires, communautés et individus dans la société provinciale byzantine, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 224-225.

17 P. Lemerle, op. cit., p. 257-259.

18 P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1977, p. 197-227.

19 Ioannes Tzetzes Epistulae, P. A. M. Leone (éd.), Leipzig, Teubner, 1972, lettre 80, p. 119-120.

20 J. Shepard, « Tzetzes’letters to Leo at Dristra », Byzantinische Forschungen, 6, 1979, p. 191-239 ; repris dans id., Emergent Elites and Byzantium in the Balkans and East-Central Europe, (no VI), Farnham, Ashgate, 2011.

21 Anne Comnène, Alexiade, B. Leib (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1946, t. 3, p. 217-218.

22 Jus Graecoromanum, i, I. et P. Zépos (éd.), Athènes, 1931, p. 346-348.

23 Theophanes Continuatus, I. Bekker (éd.), Bonn, E. Weber, 1838, p. 417-418.

24 C. Morrisson, « Monnaies, finances et échanges », dans J.-C. Cheynet (dir.), Le monde byzantin, II, L’Empire byzantin (641-1204), Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 293.

25 N. Oikonomidès, « Title and Income at the Byzantine Court », dans Byzantine Court Culture from 829 to 1204, op. cit., p. 199-215.

26 Raoul Glaber, Histoires, M. Arnoux trad., Turnhout, Brepols, 1996, IV, 10, p. 240-243.

27 Ioannis Skylitzae Synopsis historiarum, I. Thurn (éd.), Berlin-New York, W. de Gruyter, 1973, p. 386 ; cf. Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, texte traduit par B. Flusin et annoté par J.-C. Cheynet, Paris, P. Lethielleux, 2003, p. 320.

28 Ioannis Skylitzae Synopsis historiarum, op. cit., p. 275-276 ; Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, op. cit., p. 231-232.

29 The Chronography of Bar Hebraeus, E. A. W. Budge trad., Oxford, Oxford University Press, 1932, p. 203.

30 N. G. Garsoïan, « The problem of Armenian Integration into the Byzantine Empire », dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, op. cit., p. 59.

31 I trattati con Bisanzio, op. cit., p. 35-45 ; traduction de G. Saint-Guillain dans Économie et société à Byzance ( viiie- xiie siècle), op. cit., p. 259-262.

32 I trattati con Bisanzio, op. cit., p. 70-75.

33 Ioannes Cinnamus, A. Meineke (éd.), Bonn, 1836, p. 281-282.

34 Acta et diplomata graeca Medii Aevi, F. Miklosich et J. Müller (éd.), Vienne, C. Gerold, 1865, iii, p. 49-58.

35 Bahâ’ al-Dîn ibn Shaddâd, The Rare and Excellent History of Saladin, D. S. Richards trad., Aldershot, Ashgate, 2002, p. 121 ; cf. A. Beihammer, « Der byzantinische Kaiser hat doch noch nie was zustande gebracht. Diplomatische Bemerkungen zum Briefverkehr zwischen Kaiser Isaak II. Angelos und Sultan Saladin von Ägypten », dans Byzantina Mediterranea, Festschrift für Johannes Koder zum 65. Geburstag, K. Belke, E. Kislinger, A. Külzer et M. A. Stassinopoulou (éd.), Vienne-Cologne-Weimar, Böhlau, 2007, p. 13-28.

36 Nicetae Choniatae Historia, op. cit., p. 553-554. Cf. S. W. Reinert, « The Muslim Presence in Constantinople, 9th-15th Centuries : Some Preliminary Observations », dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, op. cit., p. 141-143.

37 Nicetae Choniatae Historia, op. cit., p. 252. Sur ce type de couvre-chef, cf. M. G. Parani, Reconstructing the Reality of Images. Byzantine Material Culture and Religious Iconography (11th-15th Centuries), Leyde-Boston, Brill, 2003, p. 69.

38 Ecloga Basilicorum, L. Burgmann (éd.), Francfort-sur-le-Main, Löwenklau, 1988, p. 268.

39 R. J. Macrides, « The Competent Court », dans Law and Society in Byzantium, Ninth-Twelfth Centuries, A. E. Laiou et D. Simon (éd.), Washington, Dumbarton Oaks, 1994, p. 117-129.

40 Ibid., p. 124-125.

41 A. E. Laiou, « Institutional Mechanisms of Integration », dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, op. cit., p. 164.

42 Peira, 54, 6, dans Jus Graecoromanum, op. cit., iv, p. 224.

43 Ibid, 14, 16, p. 47.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540