Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Deuxième partie. Inciter, encadrer et réguler l'installation en ville

« Il y en a plein la ville ! »

Éléments pour une histoire des Catalans à Naples à partir du règne d’Alphonse le Magnanime

Roxane Chilà

Résumé

La conquête de Naples en 1442 par le roi d’Aragon Alphonse le Magnanime a représenté pour la société urbaine un phénomène décisif, en raison d’un afflux de migrants en provenance des territoires ibériques. Les officiers de la Couronne d’Aragon et les hommes d’armes sont arrivés contraints par l’aventure italienne du souverain, mais le flux migratoire est loin de se limiter aux acteurs de la conquête. L’insertion de ces « Catalans » – comme les nomment les Napolitains – dans le tissu urbain se fait selon des modalités différenciées : on observe une nette diversification des stratégies en fonction du projet des migrants dans la société napolitaine. Seule une poignée d’individus accède aux seggi, ces circonscriptions territoriales nobiliaires dont les représentants assurent le gouvernement municipal, tandis que la majorité se concentre dans les quartieri bassi de la zone portuaire. Cette migration a engendré à Naples et en Italie des réactions hostiles, qui font rejouer des stéréotypes nationaux anciens trouvant leur origine dans les usages politiques des prophéties joachimites en Sicile et en Aragon, exacerbées par la crainte de voir les Trastamare inféoder des lignages ibériques dans le Royaume de Naples.

The conquest of Naples in 1442 by the Aragonese king Alphonso the Magnanimous has been decisive in the city’s history. The officials and the men-at-arms in the king’s service were compelled to follow the conqueror to Italy. However, those who took an active part in the conquest were not the only people to migrate from Spain to Naples. The urban integration of the “Catalans” — as they were called in Naples — differed according to their prospects in the city. Only very few of them gained access to the seggi, the territorial constituencies in which the urban elite governed the city, whereas the vast majority of migrants concentrated in the quartieri bassi, near the port. The “Catalan” migration generated hostile reactions among the Italians, reactivating old national stereotypes based on the political uses of the Joachimist prophecies in Sicily and Aragon. Such hostile reactions were exacerbated by fears that the king might enfeoff Spanish families in Italy.

Note de l’éditeur

« Tutta la citate de èy pina ! », Loise de Rosa, Ricordi, edizione critica del ms. ital. 913 della Bibliothèque nationale de France, V. Formentin (éd.), t. 2, Rome, Salerne, 1998, p. 656. Le passage est daté de 1471.

Texte intégral

  • 2 L’expression « empire aragonais » ou « empire catalano-aragonais » s’est répandue à partir de l’usa (...)
  • 3 Secrétaire du Magnanime de 1433 à 1447, Valla fait œuvre d’historiographe des Trastamare avec les G (...)
  • 4 Conseiller à partir de 1434, il est l’auteur d’œuvres courtes qui ont influencé de façon déterminan (...)
  • 5 Historiographe officiel à partir de 1450, il a composé les Rerum gestarum Alfonsi regis libri x.

1La prise de Naples en 1442 par Alphonse V, deuxième roi d’Aragon issu de la dynastie des Trastamare, marque l’intégration du Regno d’Italie méridionale aux États de la couronne d’Aragon, et la promotion de la cité parthénopéenne au rang de capitale de cet éphémère ensemble territorial. En effet, à sa mort en 1458, le partage successoral qu’il a souhaité par voie de testament met un terme à cette union. Pendant les seize années où elle est capitale de « l’empire aragonais2 », Naples est le théâtre d’importants investissements dans les manifestations symboliques de ce pouvoir qui entend se parer des attributs impériaux de l’Antiquité (célébration d’un triomphe à l’antique, commande littéraire et artistique). La destruction de la majeure partie des archives napolitaines médiévales et d’un grand nombre d’œuvres artistiques a fait que l’on retient habituellement de Naples qu’elle a abrité une cour « brillante » sur la foi des commandes passées par le prince aux humanistes Lorenzo Valla3, Antonio Beccadelli4 et Bartolomeo Facio5. Mais la composante ibérique de la société curiale, ainsi que l’important flux migratoire en provenance de la couronne d’Aragon provoqué par la conquête, sont assez méconnus.

  • 6 « Ince so de tutty le gente de lo mundo », L. de Rosa, op. cit., p. 655, n. 1.

2Pourtant, cette nouvelle domination politique a représenté pour la société urbaine un phénomène décisif, en quelque sorte le coup d’envoi de la croissance spectaculaire que la ville a connue à l’époque moderne, en raison notamment d’un afflux de migrants en provenance des territoires de la couronne d’Aragon. Toutefois, Naples est déjà fameuse pour son cosmopolitisme ancien, et Loise de Rosa, cité en ouverture de ce texte, constate l’importance de la présence catalane entre autres Allemands, Français, Vénitiens, Florentins, installés depuis la période angevine6. La documentation économique, des fragments de protocoles notariés, et les registres conservés à l’Archivo de la Corona de Aragon à Barcelone, permettent de saisir l’arrivée et l’installation à Naples de quelques-uns de ces « Catalans », comme les Napolitains nomment indistinctement les nouveaux venus en provenance de la péninsule ibérique. Je proposerai ici un aperçu de ce phénomène en mettant sa temporalité et ses inflexions au cœur de l’analyse, ainsi que les réactions hostiles des élites locales.

Expatriés au service du roi

Les premiers migrants : hommes d’armes et curiaux

  • 7 Cf. Table 5 dans J. Sáiz Serrano, Guerra y nobleza en la corona de Aragón. La caballería en los ejé (...)
  • 8 J. Sáiz Serrano, op. cit., p. 476, n. 5.

3Ce phénomène migratoire est enclenché par le séjour pérenne dans la péninsule italienne du roi Alphonse le Magnanime, qui après 1432 ne retourne jamais plus dans les États de la couronne d’Aragon, malgré l’envoi régulier d’ambassadeurs de la Generalitat de Catalogne et de la ville de Barcelone, qui demandent avec insistance son retour. La décennie 1432-1442 est celle d’une longue guerre de conquête contre René d’Anjou. Le service du roi dans le cadre de la guerre de conquête est alors la cause quasi exclusive de la migration, qui concerne essentiellement des officiers de la maison du roi, de l’administration, et des combattants, principalement dans la cavalerie. Les travaux de Jorge Saiz Serrano permettent d’estimer à environ 1 800 les individus en provenance de la couronne d’Aragon dans la cavalerie en 14417. Le séjour italien de ces combattants est prolongé après la chute de Naples par la poursuite de la guerre durant les années 1440, contre Francesco Sforza, dans les Marches et en Toscane : afin de s’attacher leurs services, le roi développe un clientélisme militaire en contrepartie de l’attribution de fonctions domestiques, ou du titre d’hòmen d’armes de casa del senyor rey. En 1446-1447 sont encore concernés 38 « Catalans » parmi une force de 126 hommes (soit 42 lances, unités combattantes composées de trois personnes)8. Par ailleurs, j’ai comptabilisé jusqu’à présent 120 individus dotés de fonctions domestiques, dont la présence est attestée ou très probable en Italie aux côtés d’Alphonse le Magnanime, hors les hòmen d’armes de casa del senyor rey.

  • 9 Frammenti di cedole della Tesoreria (1438-1474). Albarani della Tesoreria (1414-1488), A. M. Compag (...)
  • 10 H. Lapeyre, « Alphonse V et ses banquiers », Le Moyen-Âge, 1961, p. 93-136, p. 127. Sur la famille (...)
  • 11 Il Registro “Privilegiorum summariae” xliii (1421-1450). Frammenti di cedole della tesoreria di Alf (...)
  • 12 Mensajeros barceloneses en la corte de Napoles de Alfonso V de Aragon, 1435-1458, J. M. Madurell Ma (...)
  • 13 Cf. M. Del Treppo, I mercanti catalani, op. cit., p. 205 et p. 346.
  • 14 Ibid., p. 206.

4À défaut de Naples, aux mains des Angevins, c’est Gaète qui joue le rôle de siège italien du pouvoir aragonais avant 1442 et la prise de la capitale. La ville a été prise dès la Noël 1436, et sa situation littorale détermine ce choix. On repère dès les années 1430 d’autres individus de provenance ibérique, ni curiaux ni combattants, principalement des marchands, faisant des affaires à Gaète en tirant parti du ravitaillement des troupes organisé de façon à écouler des denrées alimentaires et les draps produits dans les territoires de la couronne d’Aragon. Ainsi, en 1438 Antoni Guardia de present habitant en Gayeta9 reçoit un paiement de 58 ducats pour 20 quintaux de fromage de Sicile. En plus de l’administration royale, la ville offre les services d’un centre commercial et administratif de relais vers Barcelone et Valence pour les affaires des « Catalans » engagés dans le Regno : la famille de financiers aragonais de la Cavalleria y a une succursale bancaire tenue par Martí jusqu’en 144210. Divers notaires catalans sont attestés à Gaète entre 1434 et 1442, et enregistrent ventes et procurations pour les membres de la cour ou les hommes d’armes : Pere de Muntroig11, Matteu Dez-Soler et Francesc Martin12, Ferrer Verdaguer13, Bartolomeu Costa14. Mais ils sont tous fortement dépendants dans leurs activités des besoins de la cour et des gens d’armes autour desquels ils gravitent.

5La prise de Naples le 2 juillet 1442 marque un tournant essentiel pour l’histoire des « Catalans » dans le Regno. Gaète est privée de toutes ses fonctions de commandement au profit de la capitale qui accueille de ce fait les hommes qui y participent, tant dans le gouvernement royal que pour les affaires commerciales. La cour est officiellement installée à Naples avec les organes de l’administration. L’itinérance personnelle d’Alphonse le Magnanime ne cesse pas pour autant, en raison des guerres, de fréquentes parties de chasse, puis dans sa vieillesse en raison de la fréquentation de la résidence de sa maîtresse Lucrèce d’Alagno, installée à Torre del Greco, dans la baie de Naples. Quoi qu’il en soit, c’est Naples qui concentre à partir de 1442 la communauté en provenance des territoires de la couronne d’Aragon, et sa croissance démographique s’accélère en raison de la stabilité, au moins à moyen terme, des perspectives offertes dans le Regno par la conquête.

  • 15 G. Galasso, « Da “Napoli gentile” a “Napoli fidelissima” », dans Napoli capitale. Identità politica (...)
  • 16 A. Ryder, « The Papal States and the Kingdom of Naples », dans The New Cambridge Medieval History, (...)
  • 17 M. A. Visceglia, « Un groupe social ambigu. Organisation, stratégies et représentations de la noble (...)
  • 18 A. Feniello, Les campagnes napolitaines à la fin du Moyen Âge : mutations d’un paysage rural, Rome, (...)

6Les données démographiques dont on dispose sur Naples à l’époque médiévale ne sont que des extrapolations en l’absence de recensement urbain avant 1505 (date à laquelle une cherté conduit le vice-roi à recenser la population intra-muros), en raison de l’exemption de la ville de la fiscalité sur les feux. Les chiffres retenus communément sont 60 000 habitants dans les années 1440 (le double de Barcelone), et 100 000 habitants en 150015. Il semble que ces chiffres soient sous-évalués et l’on a proposé un ordre de grandeur autour de 150 000 habitants en 150016, plus en rapport avec les données disponibles pour le xvie siècle. Toujours est-il que la croissance démographique remarquable qui se dessine ici dans la seconde moitié du xve siècle apparaît comme une donnée fondamentale de l’histoire urbaine de Naples. L’extension des murailles débutée en 1484, et renouvelée à partir de 1537, témoigne du caractère soutenu de la poussée démographique. La croissance est le fruit du rattrapage continu depuis le xive siècle de l’attraction exercée par la capitale sur les lignages nobles de tout le Regno17, comme sur les populations de l’hinterland18. La contribution à cette évolution de l’immigration ibérique suscitée par la conquête du Magnanime, pourtant bien attestée, n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucun commentaire ; les conséquences en terme d’urbanisme de ce flux sont de ce fait largement méconnues.

Le poids de la contrainte

7Les précieux récits des ambassadeurs Francesc Dez-Pla et Guillem Dez-Torrent, envoyés par le Consell de Cent de Barcelone en 1444, témoignent que l’installation à Naples des curiaux ne va pas sans mécontentement ni interrogations de leur part. Une certaine tension à ce sujet se manifeste à l’occasion de la réception publique des ambassadeurs au chevet du roi souffrant alors d’une crise de malaria :

  • 19 E entre les altres coses, nos demanà de vosaltres, senyors, e del stament de aquexa ciutat. E nosal (...)

Entre autres choses, [le roi] nous a demandé de vos nouvelles, seigneurs, et des nouvelles de la situation de la ville [Barcelone]. Et nous lui avons répondu que vous-mêmes et la dite ville sont bien, grâce à Dieu et à la Vierge Marie, mais qu’il n’y a rien au monde que l’une et les autres désirent tant, ou qui leur ferait plus plaisir que de voir sa seigneurie. Alors, le visage joyeux, il nous répondit que, par sa foi, il avait lui-même ce désir ; les nombreux curiaux qui entendirent ces quelques paroles se réjouirent fort, comme s’il n’y avait rien au monde qu’ils désiraient plus que de quitter cette terre […]19.

8Le séjour napolitain imposé par le Magnanime à ses proches n’était certes pas pour les satisfaire tous, et certains parmi eux ont passé leurs années italiennes à espérer leur congé ; Vespasiano Da Bisticci évoque en ces termes le souvenir du juriste Matteu Malferit, qui a sillonné l’Italie à partir de 1440 au service de la diplomatie du Magnanime :

  • 20 […] sollecitava la sua maestà di avere licentia, disiderando riposarsi, et ritornasi a casa sua, et (...)

[…] il demandait son congé à sa majesté, car il désirait se reposer et rentrer chez lui, et plusieurs fois il s’est plaint auprès de moi de la servitude et de la misère qu’il y avait à être auprès d’un prince […]20.

9Il ne faut pas sous-estimer le rôle de cette puissante contrainte royale, manifestement vécue comme telle durant de longues années, et qui n’est pas sans conséquences. En 1458, la mort du Magnanime libérant de nombreux « Catalans » du service de sa personne, on observe une importante vague de retours au pays dont il sera question plus loin.

Une diversification sociale des migrants échelonnée en phases distinctes

La coexistence d’une migration contrainte par le service du roi et d’une migration économique (1442-1458)

  • 21 Cf. M. E. Soldani, Uomini d’affari e mercanti toscani nella Barcellona del Quattrocento, Barcelone, (...)
  • 22 Cf. à ce sujet les apports décisifs de M. Del Treppo, Els mercaders catalans i l’expansió de la cor (...)

10La chronologie de l’installation catalane dans le Regno après 1442 est intimement liée à la politique royale d’Alphonse le Magnanime puis de son fils Ferrante. Elle subit des inflexions liées aux deux expulsions successives des Florentins de la totalité des territoires de la couronne d’Aragon par le Magnanime, la première intervenant en décembre 1447, dans le contexte des expéditions royales en Toscane. La paix signée avec République de Florence en juin 1450 est de courte durée, car la décision d’une nouvelle expédition dans le cadre de la récente alliance avec Venise contre Sforza est prise en octobre de la même année. Ce nouveau conflit a pour conséquence une seconde expulsion des Florentins de Naples, en juin 1451. Certes, divers sauf-conduits sont accordés, notamment sur l’intervention de la reine Marie, sollicitée par les Florentins de Barcelone21, ainsi que dans certains cas à Naples. Toutefois, l’année de répit écoulée ne suffit pas à la reconstitution complète de réseaux commerciaux et d’une présence florentine subissant, en plus des mesures d’expulsion, les conséquences d’une politique commerciale destinée à assurer la promotion d’opérateurs issus de la couronne d’Aragon dans les échanges entre les territoires qui la constituent22.

  • 23 A. Ryder, « Cloth and Credit », War and Finance, vol. 2, 1, 1984, p. 1-21, p. 11 et suiv.
  • 24 Il giornale del Banco Strozzi di Napoli (1473), A. Leone (éd.), Naples, Guida, 1981 (Fonti e docume (...)
  • 25 J. M. Madurell Marimon, op. cit., p. 322.
  • 26 Ibid., p. 347.
  • 27 S. Bernato, « Gli artigiani catalani a Napoli nella seconda metà del Quattrocento », dans La Catalo (...)

11Nécessairement, ces vicissitudes, bien que seulement temporaires, ont favorisé une sorte « d’appel d’air » à Naples où des hommes d’affaires, barcelonais le plus souvent, ont pu combler les vides laissés par les Florentins qui disposaient jusqu’alors d’une position hégémonique, notamment en matière de crédit. Il est tout à fait frappant de constater que non seulement des créditeurs bien connus de la monarchie, comme le perpignanais Bertran Crexells23, voient leurs activités se développer à Naples à partir de 1447, mais on repère également l’installation dans Naples de représentants de lignages commerçants plus modestes : les Pedralbès, Falco, Pellicer, Pardo de Majorque. Des années 1440 aux années 1470 au moins, cela est attesté par les comptes qu’ils possèdent à la banque Strozzi de Naples24, ces hommes d’affaires sont actifs dans la capitale régnicole. Le flux migratoire à destination de Naples se diversifie donc à partir de 1442, comprenant davantage d’opérateurs économiques qu’à la période précédente, marquée par la venue d’individus contraints par le service du roi. Certains de ces migrants ont visiblement saisi des opportunités économiques offertes par la conquête et l’ouverture d’un nouveau marché : le marchand Joan Moner, témoin en septembre 1450 à Naples d’un paiement devant notaire est désigné comme olim apothecarius, cives [Barchinone]25. Le mois suivant il est témoin d’une procuration dans la quelle on le désigne comme mercator, cives Barchinone26. On repère aussi quelques artisans à partir des années 1450 grâce à la documentation financière27.

12L’enquête prosopographique en cours a permis jusqu’à présent le repérage de plus de 800 individus en provenance des territoires ibériques de la couronne d’Aragon, qui sont au moins de passage à Naples durant le règne du Magnanime. Parmi ce nombre, environ 250 personnes sont bien attestées comme résidant de manière permanente dans la capitale. Et l’on peut affirmer sans l’ombre d’un doute que cette donnée – provisoire – ne rend compte que très partiellement de la présence « catalane » à Naples, considérant la nature des sources disponibles, qui donnent accès essentiellement aux élites urbaines et curiales.

  • 28 G. Bresc-Bautier, Artistes, patriciens et confréries, production et consommation de l’œuvre d’art à (...)

13Si l’on souhaitait extrapoler à partir de cet ordre de grandeur provisoire de 800 personnes, on ne saurait considérer que ces migrants sont tous accompagnés de leur maisonnée, car il s’agit pour la majeure partie des individus repérés d’une migration envisagée comme temporaire, de travail, contrainte par le service du roi. Je retiens l’hypothèse assez modeste selon laquelle chaque migrant était accompagné de trois personnes à son service. Ce raisonnement fort prudent, car fondé sur des données qui doivent encore être complétées, donne une proportion de 4 % de « Catalans » à Naples dans les années 1440, sachant que leur nombre est en croissance constante, et que les catégories sociales inférieures échappent largement à notre connaissance. Notons également qu’il convient d’inscrire cette immigration hors des territoires ibériques de la couronne d’Aragon dans un contexte élargi au moins à la Sicile, car Geneviève Bresc-Bautier28 notait la présence à Palerme de 18 orfèvres récemment installés, durant la période correspondant au règne d’Alphonse le Magnanime.

Après la mort du roi conquérant, une vague de retours et des migrations choisies (à partir de 1458)

14Le décès d’Alphonse le Magnanime en juin 1458 ouvre une nouvelle phase de l’histoire des Catalans dans Naples, marquée par une brutale rétractation : le partage successoral de l’« empire catalan » entre territoires ibériques (Sicile incluse) et territoires italiens respectivement entre son frère cadet Jean et son fils illégitime Ferrante est ordonné dans le testament du roi. Toutefois, depuis l’investiture de Ferrante en tant que duc de Calabre et héritier du royaume de Naples, le 3 mars 1443, lors du premier parlement du règne italien, cette issue était annoncée. De plus, on a déjà vu que l’installation à Naples était loin de satisfaire tous les protagonistes de la vie curiale. Par conséquent, une proportion importante mais malheureusement difficile à déterminer des « Catalans » de Naples regagne la couronne d’Aragon. Les dispacci des ambassadeurs milanais à Naples rendent compte de cette vague de départs :

  • 29 Li altri doctori catallani de quali se ayuta al presente la maiestà del re so che assay presto part (...)

Je sais que bientôt partiront les autres juristes catalans qui aident la majesté du roi, et je crois que d’ici la fin de l’année, à l’exception du comte d’Ariano et de ses frères, il restera peu d’autres Catalans de condition29.

  • 30 J’utilise ici principalement N. Barone, « Le cedole di Tesoreria dell’Archivio di Stato di Napoli d (...)

15On voit bien ici que les individus concernés sont ces officiers curiaux ou de l’administration appartenant à la première vague de migrants, dès la guerre de conquête. Cependant, l’installation de certains se révèle être définitive après cette date cruciale, et environ 20 % des individus arrivés à Naples durant le règne d’Alphonse le Magnanime, et repérés jusqu’à présent, y sont attestés après cette date, alors que ne subsiste aucun lien officiel avec la couronne d’Aragon. Officiers ou hommes d’affaires, ces « Catalans » qui demeurent à Naples ont souvent des liens forts avec la cour, attestés par la documentation financière30.

  • 31 […] venerunt tres naves oneratae Cathalanis de Barchinona cum uxoribus ac filiis eorum Neapolim, An (...)
  • 32 Sur la guerre civile catalane, voir A. Ryder, The wreck of Catalonia : civil war in the fifteenth C (...)
  • 33 Cf. G. Coniglio, « L’Arte della lana a Napoli », Samnium, xxi, 1948, p. 62-79, p. 66.

16Par ailleurs, ce tournant de 1458 et la fin de l’union dynastique n’interrompt pas une dynamique migratoire « catalane » dont on vérifie la vigueur durant le règne de Ferrante (1459-1494). En 1463, le Napolitain Lodovico de Raimo note dans ses annales : « trois navires sont arrivés à Naples, chargés de Catalans de Barcelone avec leurs épouses et leurs enfants31 ». Les raisons de cet afflux, qui témoigne d’un certain succès de l’installation des « Catalans » à Naples, n’ont pas fait l’objet de commentaires jusqu’à présent. On peut sans doute les trouver, entre autres, dans la crise urbaine provoquée par la guerre civile catalane ; en mai 1462, sous prétexte d’un complot destiné à assassiner les membres de la Biga, la faction urbaine nobiliaire dominante à Barcelone, en conflit ouvert avec le roi Jean II, une vague d’arrestations et d’exécutions de partisans de la faction rivale marque l’entrée de la ville dans la guerre civile opposant le roi aux institutions politiques du comté de Catalogne32. Il est probable que certains de ces migrants barcelonais de 1463 appartiennent à la Busca, la faction vaincue. Autre élément d’explication, les mesures prises par le roi Ferrante en 1463, destinées à favoriser l’installation dans le royaume de Naples d’artisans étrangers de la laine33.

  • 34 Voir M. Del Treppo, « Stranieri nel regno di Napoli. Le élites finanziarie e la strutturazione dell (...)

17La conjonction de ces facteurs plaide en faveur d’une étude urbaine de Naples qui prenne davantage en compte l’histoire de cet « empire catalan » dont elle a été, certes, une capitale éphémère, mais durant quelques années qui ont visiblement suffit à mettre en place une dynamique migratoire excédant largement les déplacements imposés par la volonté du Magnanime. Et c’est probablement avec une pleine conscience de cet environnement, et du rôle de la migration en provenance de la couronne d’Aragon dans le développement de sa capitale, qu’en 1469 le roi Ferrante édicte une nouvelle pragmatique qui assouplit les conditions d’accès à la citoyenneté napolitaine. Mario del Treppo a bien montré que cette pragmatique bénéficie en tout premier lieu à des « Catalans » qui possèdent une demeure dans la ville, l’une des conditions d’obtention de la citoyenneté napolitaine34. La pérennité de cette politique est bien démontrée par l’accueil des juifs expulsés de la couronne d’Aragon en 1492.

18Ces données illustrent un phénomène migratoire continu à partir du règne d’Alphonse V d’Aragon jusqu’à la vice-royauté, mais dont les modalités évoluent. Il y a une grande part de contrainte dans l’arrivée à Naples des officiers du Magnanime, qui disparaît ensuite, assurément en raison du succès économique qu’a représenté l’installation à Naples des lignages marchands attirés par les encouragements des souverains successifs. Les projets migratoires individuels sont déterminés par le projet du roi de Naples, agissant comme une force de coercition dans un premier temps, puis comme le promoteur d’une politique extrêmement accueillante par la suite. Les parcours de la majorité des migrants arrivés à Naples sous les Trastamare témoignent que la mobilité géographique a été un facteur d’ascension sociale.

L’hostilité aux « Catalans » en Italie et dans le Regno

  • 35 M. Aurell, « Messianisme royal de la Couronne d’Aragon (xive-xve siècles) », Annales. Histoire, Sci (...)

19On ne conserve pas pour la période correspondant au règne du Magnanime à Naples d’attestations de violences à l’encontre des migrants venus à sa suite. Cependant, on peut lire l’hostilité des régnicoles, et des Italiens en général, dans les correspondances diplomatiques. Les vicissitudes qui marquent le début du règne de Ferrante, qui doit mener une guerre de succession contre les barons en révolte jusqu’à la victoire de Troia en août 1462, illustrent bien les difficultés de la nouvelle dynastie perçue comme étrangère. Certains témoignages remontant au règne de son père manifestent que l’aversion des Italiens pour les « Catalans » n’est certainement pas seulement le produit de la conquête et du maintien du pouvoir Trastamare sur le Regno, mais aussi de stéréotypes nationaux préexistants, dont on peut trouver les racines dans la reprise des prophéties joachimites hostiles à l’empereur Frédéric II au sujet de Pierre III d’Aragon, époux de Constance de Hohenstaufen35. Le retournement de la signification du corpus joachimite et pseudo-joachimite opéré par la dynastie de Barcelone puis par les Trastamare, qui l’instrumentalisent pour se conférer une aura positive, entretient le souvenir de ces thèmes, et l’aversion contre les « Catalans » en Italie.

Les « Catalans » dans le Memoriale ad Alfonso d’Aragona des frères d’Este (1444)

  • 36 T. Matarrese (éd.), « Sulla lingua volgare della diplomazia estense. Un memoriale ad Alfonso d’Arag (...)
  • 37 deliberato de notificarve quello che nui sentemo et intedemo ad conservatione et augumento del stat (...)

20Le texte composé par les frères Borso et Leonello d’Este36 constitue une sorte de recueil de conseils pratiques de gouvernement adressé au prince, afin de l’« informer de ce qu’ils apprennent et comprennent pour la conservation et l’augmentation de votre État37 », que l’on peut dater du début de l’année 1444, les auteurs faisant allusion à la maladie récente du roi. Borso d’Este apporte le Memoriale avec lui à Naples, selon toute vraisemblance, lors d’un voyage au terme duquel il doit escorter à Ferrare Marie d’Aragon, fille illégitime du Magnanime, alors fiancée à Leonello. Cette alliance dynastique explique l’intérêt des Ferrarais pour la préservation du pouvoir aragonais sur le Regno. Les frères d’Este émettent les recommandations suivantes : diminuer les dépenses et créer une cagnotte de 100 000 ducats par an, prévoyant notamment que la succession de Ferrante sera difficile et qu’il aura besoin de ces fonds ; nouer une alliance avec Milan afin de recueillir la succession de Filippo-Maria Visconti ; imposer sa domination à l’Italie en acquérant la stature d’un roi de paix. C’est en déroulant le fil de ces recommandations que les frères d’Este critiquent certains aspects du règne du Magnanime, et particulièrement la place accordée aux « Catalans » dans l’État :

  • 38 […] le cosse soe che solevano godere, como sum beni feudali concessigi dali Re ad alchuni gentilhom (...)

[…] Les biens dont ils avaient l’habitude de jouir, comme les biens féodaux qui avaient été concédés par les rois à certains gentilshommes du royaume, Votre Majesté les leur a enlevés et les a donnés à des Catalans qui les tiennent et les possèdent. De la même façon, tous les offices du royaume, qui étaient exercés selon l’usage par des régnicoles, votre majesté les leurs a enlevés et distribués aux Catalans, lesquels, d’après ce que nous voyons clairement, s’attachent plutôt à défaire la volonté de votre majesté qu’à la faire. Et leur superbe, leurs mauvaises façons et leurs très grandes tyrannies s’exercent aux yeux de tous les habitants de ce royaume, car ils souhaitent les avoir à leur botte et les dominer par des moyens malhonnêtes, et par tous les moyens ils veulent les insulter et les maltraiter. Pour cette raison il semble que votre majesté ne se fie à aucun Italien, qu’elle n’en aime et qu’elle n’en veuille aucun, au point de vous faire perdre l’amour de vos dits sujets […]38.

  • 39 A. Ryder, Naples under Alphonso the Magnanimous, op. cit., p. 46-47.
  • 40 « Descrizione della città di Napoli e statistica del regno nel 1444 », dans Dispacci sforzeschi da (...)
  • 41 A. Miranda, « Dissoluzione e redistribuzione di un grande dominio feudale : il territorio dei Caldo (...)

21On lit dans ce passage la critique de décisions politiques et la dénonciation du comportement des étrangers dans le royaume. Le premier grief, l’attribution à des nouveaux venus de fiefs confisqués à ceux qui ont soutenu les Angevins, doit être repris et précisé : il est bien connu que l’écrasante majorité des confiscations faites par le Magnanime ont bénéficié aux lignages locaux qui se sont ralliés à lui, et les partisans de René d’Anjou ont été pardonnés en 144339. En 1444, la grande description de Naples et du royaume conservée aux archives de Modène40 mentionne trois personnes d’origine ibérique titulaires de fiefs régnicoles, sur les 56 « barons et seigneurs du royaume » que l’auteur juge utile de nommer. Il s’agit du duc de Calabre, Ferrante, fils illégitime du Magnanime et son successeur, du valencien Garcia Cabanyells fait comte de Troia, et d’Iñigo de Guevara fait comte d’Ariano et d’Apice. Précisons que les comtés de Troia, d’Ariano et d’Apice sont principalement constitués des possessions de Francesco Sforza que le Magnanime lui a prises dans les Marches : aucun lignage régnicole n’est lésé par ce transfert-là. En revanche, le domaine féodal constitué par le condottiere Giacomo Caldora dans les années 1430 est démembré et réparti entre anciens titulaires et fidèles des Trastamare selon une logique qui garantit au Magnanime le contrôle d’espaces et de voies de communications stratégiques41. C’est le seul cas de la famille Caldora, érigé en exemplum de l’iniquité aragonaise qui inspire cette vigoureuse critique aux frères d’Este.

22Un seul lignage d’origine ibérique, représenté par Iñigo de Guevara (l’oncle) et Iñigo d’Avalos (le neveu) reçoit des fiefs italiens ; les deux Iñigo appartiennent au cercle des intimes de longue date d’Alphonse le Magnanime, et ont été élevés pour bonne part, comme lui, en Castille. Ces concessions féodales récompensent leur propre fidélité mais aussi la fidélité dont leur père et grand-père, le connétable de Castille Ruy Lopez d’Avalos, avaient fait preuve envers Ferdinand de Trastamare. Par ailleurs, Iñigo d’Avalos et Iñigo de Guevara sont les seuls ibériques qui accèdent à certains des six grands offices traditionnels du Regno, marque de la faveur exceptionnelle dont ils bénéficient à la cour, respectivement en 1449 et 1450. Au début de son règne italien, le Magnanime, contrairement aux assertions des frères d’Este, a conservé aux anciennes familles régnicoles qui les détenaient les grands offices du royaume de Naples.

23On le voit, la mauvaise foi et l’exagération des Este dans leur critique est évidente ; toutefois, on ne saurait en revanche dénier au Memoriale qu’il pointe avec justesse et une anticipation frappante le « style » de gouvernement du Magnanime, qui par la suite ne conserve les anciens titulaires des grands offices du royaume que pour mieux confier l’administration royale à un personnel d’origine ibérique, provoquant un mécontentement dont on lit l’expression lors des difficultés de Ferrante en 1458. Quant à l’arrogance et la volonté d’humilier les Italiens qui caractérisent les « Catalans » selon les frères d’Este, ils illustrent ici un stéréotype national déjà ancien.

1458, une crise de succession révélatrice de l’hostilité persistante des élites régnicoles

  • 42 […] è publica voce e fama che, fatto lo parlamente, se concluderà che nullo dela natione de que gra (...)
  • 43 F. Senatore, « Parlamento e luogotenenza generale. Il regno di Napoli nella Corona d’Aragona », dan (...)

24Entre le Memoriale de 1444 et 1458, les sources narratives disponibles font silence sur les tensions nationales à la cour et dans la capitale. La vague de départ évoquée précédemment d’une partie des « Catalans » qui se sont illustrés au service de l’État durant le règne du Magnanime a lieu dans un climat d’affrontement autour de l’héritier Ferrante, affrontement qui porte notamment sur la question de la place qu’il accorderait aux hommes de son père dans son administration. Le 22 juillet 1458, Fermano Antici de Recanati, familiaris de François Sforza, écrit de Capoue à son frère Bartolomeo : « […] il est de notoriété publique que quand le parlement sera réuni, on décidera que personne de la nation [catalane] n’aura d’office ou de bénéfice dans ce royaume42 ». En effet, le Parlement du Regno est convoqué juste après la mort d’Alphonse le Magnanime, le 26 juillet 1458 à Capoue43. Le 29 août 1458 Giovanni Caimi, envoyé de François Sforza à Ferrante puis au prince de Tarente, rapporte que ce dernier considère que Ferrante ne pourra gouverner s’il s’entoure de « Catalans » :

  • 44 […] è de bisogno, se questo re vole havere bon fondamento, che’l se goberna cum li italiani, la qua (...)

[…] il faut, si ce roi veut bien débuter, qu’il gouverne avec les Italiens, chose qu’il ne semble pas vouloir faire car pour toutes les affaires importantes il recherche les Catalans et les Espagnols, et suit leurs conseils et avis, et les conseils ou avis d’aucun Italien n’étaient bienvenus44.

  • 45 Cf. n. précédente.
  • 46 Dispacci sforzeschi…, op. cit., F. Senatore (éd.), p. 5.

25L’éditeur de la correspondance milanaise, Francesco Senatore, indique qu’il faut compter au nombre des raisons qui nourrissent l’hostilité des Napolitains à l’égard des « Catalans » les tensions qui ont entouré la succession de Ferrante au trône de Naples, alors que le prince de Viane, neveu du Magnanime, se trouvait dans la capitale depuis janvier 145745. Alors que Ferrante porte la macule de sa naissance illégitime, le prince de Viane, brouillé avec son père à propos de la succession de Navarre, apparaît dans les milieux catalans comme un prétendant sérieux au trône de Naples : on suit à travers les dispacci destinés au duc de Milan les épisodes de ce conflit larvé qui se déroule durant l’agonie du Magnanime, et qui s’achève rapidement quand le prince de Viane manifeste sa soumission à Ferrante au début du mois de juillet 145846. Certainement ce conflit entre factions catalanes n’est pas une cause première de l’inimitié italo-catalane à Naples, mais il contribue à appesantir l’atmosphère et à exacerber le sentiment de crise provoqué par la mort du Magnanime : la pérennité de l’installation de la dynastie et des migrants qu’elle a entraînée à sa suite est mise en cause par la succession. Il est tout à fait significatif que durant cette période d’incertitude Antonio Caldora cherche à récupérer les fiefs familiaux perdus au bénéfice d’Iñigo de Guevara, d’Iñigo d’Avalos et des divers lignages régnicoles fidèles aux Trastamare.

  • 47 Ibid., p. 105.
  • 48 Non è parso al re de exumiarli aciò non facessero malla rellatione al re de Ragona, ma gli tracta p (...)

26À la fin du mois d’août 1458, Ferrante, qui fait face aux premières manifestations de défidans le Regno, notamment dans les anciens fiefs des Caldora, défend devant l’ambassadeur milanais Antonio da Trezzo son entourage ibérique, fidèle et « très expert dans les affaires de cet État47 », mais dans un second courrier du même jour, l’ambassadeur précise « qu’il n’a pas semblé bon au roi de les expulser afin qu’ils ne fassent pas de mauvais récit au roi d’Aragon, mais il les traite de façon à ce qu’ils demandent eux-mêmes leur congé, qu’il ne refuse à personne48 ». Le climat particulier de la succession expose des tensions invisibles durant seize ans de règne, ce qui convainc de la fermeté du pouvoir exercé par le Magnanime dans le Regno.

Conclusion

27L’importante présence ibérique à Naples à partir du règne du Magnanime est une donnée essentielle de l’histoire urbaine de la capitale, et de l’histoire du Regno tout entier. C’est aussi, dans la perspective d’une histoire globale de la couronne d’Aragon, la manifestation d’un flux migratoire au départ de ses territoires ibériques qui n’est pas réductible au service contraint du roi dans des terres étrangères. Les relations entre régnicoles et « Catalans » ne sauraient donc être réduites aux tensions nationales consécutives à l’imposition de la dynastie aragonaise. Naples est alors le creuset d’une société urbaine où ces conflits opposant les élites féodales et curiales, qui font rejouer des conflits anciens, ne remettent pas en cause l’installation des migrants qui animent le développement de ce grand port méditerranéen.

Notes

2 L’expression « empire aragonais » ou « empire catalano-aragonais » s’est répandue à partir de l’usage anglo-saxon. Cf. A. Ryder, Naples under Alphonso the Magnanimous, the Making of a Modern State, Oxford, Clarendon University Press, 1976, p. 386 et J. L. Shneidman, The Rise of the Aragonese-Catalan Empire, New York et Londres, New York University Press, University of London Press, 1970.

3 Secrétaire du Magnanime de 1433 à 1447, Valla fait œuvre d’historiographe des Trastamare avec les Gesta Ferdinandi regis aragonum.

4 Conseiller à partir de 1434, il est l’auteur d’œuvres courtes qui ont influencé de façon déterminante l’historiographie du règne, le Alfonsi regis triumphus et le De dictis et factis Alphonsi regis Aragonum.

5 Historiographe officiel à partir de 1450, il a composé les Rerum gestarum Alfonsi regis libri x.

6 « Ince so de tutty le gente de lo mundo », L. de Rosa, op. cit., p. 655, n. 1.

7 Cf. Table 5 dans J. Sáiz Serrano, Guerra y nobleza en la corona de Aragón. La caballería en los ejércitos del rey (siglos xiv-xv), thèse de doctorat dactylographiée, Universitat de Valencia, 2003, p. 456.

8 J. Sáiz Serrano, op. cit., p. 476, n. 5.

9 Frammenti di cedole della Tesoreria (1438-1474). Albarani della Tesoreria (1414-1488), A. M. Compagna Perrone Capano (éd.), Naples, Accademia Pontaniana, 1979 (Fonti aragonesi, 10), p. 18.

10 H. Lapeyre, « Alphonse V et ses banquiers », Le Moyen-Âge, 1961, p. 93-136, p. 127. Sur la famille de la Cavalleria, voir aussi M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo xv, Collana del Seminario di Storia medioevale e moderna dell’Università di Napoli, 4, Naples, 1972, p. 390.

11 Il Registro “Privilegiorum summariae” xliii (1421-1450). Frammenti di cedole della tesoreria di Alfonso I (1437-1454), J. Mazzoleni (éd.), Naples, Accademia Pontaniana, 1957 (Fonti aragonesi, 1), p. 95.

12 Mensajeros barceloneses en la corte de Napoles de Alfonso V de Aragon, 1435-1458, J. M. Madurell Marimon éd, Barcelone, Consejo superior de investigaciones científicas, Escuela de estudios medievales, 1963, p. 207.

13 Cf. M. Del Treppo, I mercanti catalani, op. cit., p. 205 et p. 346.

14 Ibid., p. 206.

15 G. Galasso, « Da “Napoli gentile” a “Napoli fidelissima” », dans Napoli capitale. Identità politica e identità citadina. Studi e ricerche 1266-1860, Id. (dir.), Naples, Electa, 1998, p. 82.

16 A. Ryder, « The Papal States and the Kingdom of Naples », dans The New Cambridge Medieval History, vol. vii c. 1415-1500, C. Allmand (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 571.

17 M. A. Visceglia, « Un groupe social ambigu. Organisation, stratégies et représentations de la noblesse napolitaine, xvie-xviie siècle », dans Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, vol. 48, no 4, 1993, p. 819-851, p. 830.

18 A. Feniello, Les campagnes napolitaines à la fin du Moyen Âge : mutations d’un paysage rural, Rome, École française de Rome, 2005, p. 218.

19 E entre les altres coses, nos demanà de vosaltres, senyors, e del stament de aquexa ciutat. E nosaltres li responíem, com vosaltres senyors a tota la dita ciutat, estave bé, Déu mercè e la Verge Maria, però que no era res al món que tan desijaven, ne que en tant de pler trobassen com veure la sua senyoria. E lavors ab cara molt alegre, nos respòs, que en sa fe aquell desig matex se havia ell ; de les quals paraules molts curials qui les hoyren, se alegraren molts, com no sie res en lo món que ells més desigen que exir de aquexa terra […], J. M. Madurell Marimon, op. cit., p. 241.

20 […] sollecitava la sua maestà di avere licentia, disiderando riposarsi, et ritornasi a casa sua, et più volte si dolse meco della servitù e miseria ch’era a stare cor uno principe, Vespasiano Da Bisticci, Vite, A. Greco (éd.), Florence, Istituto nazionale di studi sul Rinascimento, 1970-1976, p. 443-446, p. 446.

21 Cf. M. E. Soldani, Uomini d’affari e mercanti toscani nella Barcellona del Quattrocento, Barcelone, Consejo superior de investigaciones científicas, 2011, p. 302 et suiv.

22 Cf. à ce sujet les apports décisifs de M. Del Treppo, Els mercaders catalans i l’expansió de la corona catalano-aragonesa al segle xv, Barcelone, Curial, 1976, p. 550 ; repris dans « Il Regno aragonese », dans Storia del Mezzogiorno, R. Romeo et G. Galasso (dir.), vol. iv, t. 1, Rome, Edizioni del Sole, 1988, p. 88-201, p. 95-99.

23 A. Ryder, « Cloth and Credit », War and Finance, vol. 2, 1, 1984, p. 1-21, p. 11 et suiv.

24 Il giornale del Banco Strozzi di Napoli (1473), A. Leone (éd.), Naples, Guida, 1981 (Fonti e documenti per la storia del Mezzogiorno d’Italia, 7).

25 J. M. Madurell Marimon, op. cit., p. 322.

26 Ibid., p. 347.

27 S. Bernato, « Gli artigiani catalani a Napoli nella seconda metà del Quattrocento », dans La Catalogna in Europa, l’Europa in Catalogna. Transiti, passaggi, traduzioni, Associazione italiana di studi catalani, Actes du 9e congrès international (Venise, 14-16 février 2008), en ligne à l’adresse : http://www.filmod.unina.it/aisc/attive/Bernato.pdf, consulté le 28 septembre 2011.

28 G. Bresc-Bautier, Artistes, patriciens et confréries, production et consommation de l’œuvre d’art à Palerme et en Sicile occidentale, Rome, École française de Rome, 1979, p. 114.

29 Li altri doctori catallani de quali se ayuta al presente la maiestà del re so che assay presto partirano, et credo non fornirà l’anno che dal conte d’Ariano et fratelli in fuora pochi altri catallani de condictione ce serano, Antonio Da Trezzo à Francesco Sforza, 30 août 1458, F. Senatore (éd.), Dispacci sforzeschi da Napoli (1458-1459), vol. II, Salerne, Carlone, 2004, p. 107.

30 J’utilise ici principalement N. Barone, « Le cedole di Tesoreria dell’Archivio di Stato di Napoli dall’anno 1460 al 1504 », Archivio Storico per le Provincie Napoletane, vol. ix, 1884, p. 5-34, 205-248, 387-429, 601-637 ; vol. x, 1885, p. 7-47 et Il giornale del Banco Strozzi…, op. cit., A. Leone (éd.)

31 […] venerunt tres naves oneratae Cathalanis de Barchinona cum uxoribus ac filiis eorum Neapolim, Annales de Raimo, sive brevis Historie rerum in Regno Neapolitano gestarum, dans Rerum Italicarum Scriptores, vol. xxiii, L. A. Muratori (éd.), Milan, 1733, p. 232 E.

32 Sur la guerre civile catalane, voir A. Ryder, The wreck of Catalonia : civil war in the fifteenth Century, Oxford, Oxford University Press, 2007.

33 Cf. G. Coniglio, « L’Arte della lana a Napoli », Samnium, xxi, 1948, p. 62-79, p. 66.

34 Voir M. Del Treppo, « Stranieri nel regno di Napoli. Le élites finanziarie e la strutturazione dello spazio economico e politico », dans Dentro la città. Stranieri e realtà urbane nell’Europa dei secoli xii-xvi, G. Rossetti (dir.), Naples, Liguori, 1989 (Europa mediterranea, Quaderni 2), p. 179-233, p. 225 et suiv.

35 M. Aurell, « Messianisme royal de la Couronne d’Aragon (xive-xve siècles) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 52, no 1, 1997, p. 119-155, p. 144 et suiv.

36 T. Matarrese (éd.), « Sulla lingua volgare della diplomazia estense. Un memoriale ad Alfonso d’Aragona », Schifanoia, 5, 1988, p. 51-75, source de l’édition en ligne sur le site : www.bibliotecaitaliana.it, consulté le 5 septembre 2011.

37 deliberato de notificarve quello che nui sentemo et intedemo ad conservatione et augumento del stato vostro, édition en ligne sur le site : idem bibliotecaitaliana.it, consultée la dernière fois le 5 septembre 2011.

38 […] le cosse soe che solevano godere, como sum beni feudali concessigi dali Re ad alchuni gentilhomini de lo Reame, la Vostra Mayestà gli ha tolti a loro e dati a deli Catelani, li quali gli tengono et possedono. Item, che tuti li officii de lo Reame, li quali solevano essere facti et exercitati per quigli de lo Reame, la Vostra Mayestà ha levato via questo e tuti li distribuisse ali Catelani ; li quali, sequondo che a nui è monstrato chiaramente, piutosto desfano la facto dela Vostra Mayestà che lo fazano : e questo per le loro superbie, mali modi et tiranie grandissime che evitender uxano verso quisti delo Reame, et anche perché li voleno tenire sotto pedi et segnorezarli cum desonesti modi, e per ogni cossa gli voleno dire vilania e manazarli. Per la quale cossa pare che la Vostra Mayestà non se fidi de veruno taliano, neanche né ami né voglia veruno, cossa da farve perdere molto lo amore de quisti vostri subditi. Questo non dicemo perché la Mayestà Vostra facia male ali Catelani e bene ali Taliani, anci perché faza bene ali Catelani, ma li adoperino in quelle cosse che se affano per la Mayestà Vostra e non contra quella, édition en ligne sur le site : idem bibliotecaitaliana.it, consultée la dernière fois le 5 septembre 2011.

39 A. Ryder, Naples under Alphonso the Magnanimous, op. cit., p. 46-47.

40 « Descrizione della città di Napoli e statistica del regno nel 1444 », dans Dispacci sforzeschi da Napoli (1458-1459), F. Senatore (éd.), vol. II, Salerne, Carlone, 2004, p. 3.

41 A. Miranda, « Dissoluzione e redistribuzione di un grande dominio feudale : il territorio dei Caldora », dans Poteri, relazioni, guerra nel regno di Ferrante d’Aragona, F. Senatore et F. Storti (éd.), Naples, ClioPress, 2011, p. 67-141.

42 […] è publica voce e fama che, fatto lo parlamente, se concluderà che nullo dela natione de que grado ho conditione se sia che agia hofficio né beneficio en questo reame, Fermano Antici de Recanati à son frère Bartolomeo, 22 juillet 1458, dans Dispacci sforzeschi da Napoli (1458-1459), op. cit., p. 42.

43 F. Senatore, « Parlamento e luogotenenza generale. Il regno di Napoli nella Corona d’Aragona », dans La Corona de Aragón en el centro de su Historia 1208-1458. La Monarquía aragonesa y los reinos de la Corona, Á. Sesma Muñoz (éd.), Saragosse, Grupo de investigación de excelencia Centro de estudios medievales en Aragón, 2010, p. 435-478.

44 […] è de bisogno, se questo re vole havere bon fondamento, che’l se goberna cum li italiani, la qual cosa non gli pare che’l voglia fare perché in tute le cose grande e importante se strenze cum li catalani et spagnoli, et segue li loro consigli e ricordi, et consiglio de veruno italiano né ricordo non era acepto a sua maiestà […], dans Dispacci sforzeschi…, op. cit., F. Senatore (éd.), p. 99-100.

45 Cf. n. précédente.

46 Dispacci sforzeschi…, op. cit., F. Senatore (éd.), p. 5.

47 Ibid., p. 105.

48 Non è parso al re de exumiarli aciò non facessero malla rellatione al re de Ragona, ma gli tracta per forme che per se stessi domandano licentia, la quale ad niuno à negata, cf. n. 30.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540