Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Deuxième partie. Inciter, encadrer et réguler l'installation en ville

S’installer à Toulouse aux xiie-xiiie siècles

Stratégies migratoires et formes d’intégration des néo-citadins

Judicaël Petrowiste

Résumé

La ville de Toulouse connut, entre le début du xie et les premières décennies du xive siècle, une forte croissance de sa population, qui conduisit à une spectaculaire expansion de son tissu urbanisé. Ce phénomène s’explique pour l’essentiel par l’intensité des flux d’immigration en provenance des campagnes proches de la ville, durablement encouragés par les autorités urbaines. Leur étude révèle l’hétérogénéité du milieu des migrants ainsi que la pluralité des motivations de ces derniers, et invite à nuancer l’association traditionnelle entre émigration et pauvreté. L’intégration juridique de ces populations à l’universitas toulousaine paraît alors avoir été assez aisée. Leurs situations très diverses n’en déterminaient pas moins des formes et des degrés d’intégration économique et sociale à la ville d’accueil éminemment variables. La possibilité de s’appuyer sur un capital de départ ou sur des liens tissés avec des immigrés déjà établis ou des autochtones facilitait ainsi l’insertion de certains dans les structures d’encadrement de la société urbaine (métier, quartier, paroisse…). Leur reconnaissance effective comme membres à part entière de la communauté des habitants n’en était que plus rapide par rapport à ceux qui ne disposaient pas de ces atouts.

From the beginning of the 11th century to the first decades of the 14th century, the city of Toulouse underwent strong population growth, leading to a spectacular expansion of its urban fabric. High immigration from the surrounding countryside, consistently stimulated by the local authorities, was the main cause of this increase. As shown by a careful study of these migration flows, the migrant population was very heterogeneous and the migrants’ motives for moving to Toulouse were diverse. As such, the traditional link between emigration and poverty needs to be qualified. For these migrants, legal integration into the universitas of Toulouse seems to have been rather easy. Because of the diversity of their situations, the ways and degrees of economic and social integration into the host city could, however, vary greatly. Those who enjoyed a capital base, or who could count on support from immigrants already established in the town, or on the support of natives, could fit more easily into the framework of urban society (guilds, districts, parishes…). Consequently, they succeeded in being accepted as full members of the local community more rapidly than immigrants who lacked these assets.

Texte intégral

  • 1 Dixerunt eidem domino Ramundo, comiti Tolose, quod multi homines et femine habentes dominos et eti (...)
  • 2 Ch.-Éd. Perrin, Le droit de bourgeoisie et l’immigration rurale à Metz au xiiie siècle, Bar-le-Duc (...)
  • 3 Y. Renouard, « Le rayonnement de La Rochelle en Occident à l’aube du xiiie siècle », dans Id., Étu (...)

1En juin 1226, l’horizon s’assombrit pour le comté de Toulouse de Raymond VII. L’arrivée au début du mois de l’ost de Louis VIII devant les murs d’Avignon marque la relance de la Croisade des Albigeois, à laquelle l’implication du roi de France donne une envergure inédite. Nouveau titulaire des droits d’Amaury de Montfort sur le Languedoc, le Capétien entend faire valoir ses intérêts par les armes. La menace est par conséquent bien concrète pour la capitale raymondine, déjà durement éprouvée par les opérations militaires de la première décennie de la Croisade (1209-1219) dont elle fut un des principaux enjeux. Ce contexte assez difficile ne transparaît pourtant guère dans les propos que tiennent au même moment les consuls de Toulouse à leur comte. Ils rappellent en effet que leur ville, qui a toujours joui d’une forte capacité d’attraction, connaît alors une urbanisation accélérée, portée par l’intensification des flux de populations désireuses de s’y installer1. À s’en tenir à ce constat, Toulouse ne ferait donc pas exception, en plein cœur de la Croisade des Albigeois, vis-à-vis d’un mouvement général de croissance des villes dont de nombreux indices suggèrent à l’époque la grande ampleur. Les déclarations des Toulousains évoquent également la part déterminante prise par les migrants dans cette expansion. On ne compte plus les travaux qui, à l’instar de ceux concernant Metz2 ou La Rochelle3, soulignent l’importance fondamentale des apports humains extérieurs dans la croissance de la ville médiévale, et plus particulièrement de ceux en provenance de ses campagnes les plus proches.

  • 4 Les travaux sont très nombreux. Voir par exemple R. Gascon, « Immigration et croissance urbaine au (...)
  • 5 Plusieurs exemples dans les publications collectives suivantes : Le migrazioni in Europa, secc. xi (...)

2Cette connaissance, d’ailleurs toute relative, des espaces du recrutement urbain, n’occulte généralement pas le manque d’informations sur les modalités effectives de ce dernier. Le témoignage des consuls de Toulouse laisse ainsi dans l’ombre des questions essentielles : qui sont ces migrants qui nourrirent l’expansion de la ville, et à quelles motivations répondait leur départ ? Quelles furent les conditions de leur intégration économique et sociale ? Si la fertilité de ces pistes de réflexion a depuis longtemps été démontrée par les historiens des époques moderne et contemporaine4, ce n’est que depuis une quinzaine d’années que des études de plus en plus nombreuses manifestent leur exploration par les médiévistes, le plus souvent cependant à propos des xive et xve siècles5. Cette nette focalisation chronologique s’explique dans une large mesure par la difficulté de réunir pour les époques antérieures un matériau documentaire suffisamment riche pour permettre d’identifier de façon sériée les néo-citadins, puis de reconstituer leur parcours sur une voire plusieurs générations. Un tel problème s’avère particulièrement frustrant pour ces xiie-xiiie siècles justement caractérisés par une très importante mobilité à destination de villes en plein essor. Il rend illusoire tout espoir de quantification du phénomène, et réduit souvent le portrait que l’on peut en faire à un tableau quelque peu impressionniste, mettant en œuvre des informations généralement ténues et parcellaires qu’il est nécessaire de glaner dans des sources très diverses. L’exemple de Toulouse montre cependant comment, par petites touches, on peut espérer arriver à une meilleure connaissance de mouvements d’immigration qui jouèrent un rôle de premier ordre dans la fabrique des sociétés urbaines de cette époque.

Migrations et expansion urbaine à Toulouse aux xiie-xiiie siècles

  • 6 La commune…, op. cit., p. 266 (1152), 271-272 (1181), 274-275 (1182), 402-403 (1184).
  • 7 Histoire de Toulouse, Ph. Wolff (dir.), Toulouse, Privat, 1974, p. 69.
  • 8 J. H. Mundy, Society and Government at Toulouse in the Age of the Cathars, Toronto, Pontifical Ins (...)
  • 9 G. Sicard, Aux origines des sociétés anonymes. Les moulins de Toulouse au Moyen Âge, Paris, A. Col (...)
  • 10 J. Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge. Le réseau des bourgs marcha (...)
  • 11 Histoire de Toulouse, op. cit., p. 68 et 70-71 ; Toulouse au Moyen Âge. 1000 ans d’histoire urbain (...)
  • 12 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Paris, Privat, 1872-1892 (rééd. 2003-200 (...)
  • 13 Sur l’emprise de cette sauveté, voir Toulouse au Moyen Âge…, op. cit., p. 44.
  • 14 Cf. notamment P. Ourliac, « Les sauvetés du Comminges. Études et documents sur les villages fondés (...)
  • 15 La commune…, op. cit., p. 280-282.

3S’il est sans doute impossible de quantifier l’ampleur du mouvement d’expansion évoqué par les consuls de Toulouse en 1226, de nombreux indices confirment son ancienneté et son importance. L’attention croissante portée à partir du milieu du xiie siècle par les édiles aux conditions du ravitaillement domestique et à certaines activités économiques de la ville paraît ainsi répondre aux tensions induites sur le marché local par une demande tirée par l’essor constant de la population. Il en résulte notamment l’encadrement des prix des denrées et produits de première nécessité, mais aussi des tarifs pratiqués par les maçons et charpentiers6. L’augmentation de la population toulousaine se devine par ailleurs derrière l’accroissement régulier du nombre de paroisses intra muros7, la multiplication des équipements (hôpitaux, ponts8, moulins9, marchés et commerces alimentaires10), et surtout la spectaculaire extension du périmètre urbain, bien identifiée par les historiens et archéologues11. Ce mouvement apparaît inconcevable en l’absence d’un important courant d’immigration, dont l’intensité fut probablement d’autant plus grande qu’il était dans une large mesure soutenu par les autorités de la ville. On sait en effet combien l’accroissement du nombre des hommes était traditionnellement considéré au Moyen Âge comme une source de prospérité et de puissance. Dès 1115, Guillaume IX d’Aquitaine précise donc que des terres octroyées à l’abbaye de Lézat devant la porte du château narbonnais pourront accueillir des migrants étrangers12. Ce nouveau noyau de peuplement fut englobé dans la sauveté urbaine créée quelques années plus tard par le comte Alfonse Jourdain13. Le parallèle avec les sauvetés qui s’étaient multipliées au cours des décennies précédentes dans les campagnes de la région14 s’avère suggestif. Alors que l’octroi de terres à défricher constituait le principal support économique des fondations rurales, le projet d’Alfonse Jourdain s’appuyait plutôt sur la concession d’appréciables avantages commerciaux : exemptés du droit de portage sur le blé et le vin, ainsi que des taxes sur leurs transactions, les habitants de la sauveté pourraient en outre s’y adonner au métier de leur choix15. Ces avantages permettaient de concrétiser, pour les migrants que l’on s’efforçait ainsi d’attirer, des opportunités économiques adaptées au milieu urbain dans lequel s’insérait la sauveté.

  • 16 Ibid., p. 454.
  • 17 J. Petrowiste, « Le consul, le comte et le marchand. Commerce et politique à Toulouse au seuil du (...)
  • 18 La commune…, op. cit., p. 454.
  • 19 Les coutumes de Toulouse et leur premier commentaire, H. Gilles (éd.), Toulouse, 1969, art. 156, p (...)
  • 20 A. du Bourg, « Étude sur la ville et commanderie de Fonsorbes », Mémoires de la Société archéologi (...)

4On comprend donc pourquoi les consuls de Toulouse expliquent en 1226 l’importance des flux de migration à destination de leur ville avant tout par les nombreuses franchises accordées par le comte et ses prédécesseurs16. Aux conditions d’accueil privilégiées offertes dans les secteurs de la localité dont ils souhaitaient promouvoir le peuplement s’ajoutaient en effet les multiples concessions obtenues par la ville, compilées à partir du début du xiiie siècle dans les livres municipaux. Elles faisaient de Toulouse un espace de libertés au sens médiéval du terme, au sein duquel un ensemble de conventions écrites encadraient les pratiques judiciaires et fiscales seigneuriales et reconnaissaient les prérogatives de la communauté d’habitants. Le consulat, qui entretenait depuis plusieurs décennies des relations assez conflictuelles avec les milites des campagnes voisines17, jouait volontiers de cet avantage. La charte de 1226 présente ainsi Toulouse comme un îlot de liberté, refuge pour les victimes des seigneuries hostiles et prédatrices qui la cernent. L’afflux des migrants du plat-pays constitue donc une expression du prestige de la ville, concourant à la fois au renforcement de la puissance toulousaine et à la fragilisation de seigneuries périurbaines rivales confrontées aux départs de leurs tenanciers18. On s’explique alors le soutien appuyé de ses coutumes à l’émigration rurale. Dans ce texte, qui compile en 1286 des usages juridiques remontant jusqu’au xiie siècle, un article rappelle en effet qu’il suffisait à tout homme libre de manifester publiquement sa volonté de devenir citoyen toulousain pour pouvoir quitter sa seigneurie. S’il était arrêté de force en chemin, le consulat était fondé à faire le nécessaire pour le récupérer, comme il l’aurait fait pour tout autre citoyen19. L’assouplissement des restrictions seigneuriales opposées au départ des tenanciers, qui s’observe dans la région tout au long du xiiie siècle à la faveur des concessions de franchises rurales, n’a pu que favoriser ces mobilités. On en trouve un témoignage dans les coutumes octroyées au village de Fonsorbes en 1205, qui prévoient que tout habitant souhaitant partir doit bénéficier du conduit seigneurial jusqu’à Toulouse, à une vingtaine de kilomètres20.

  • 21 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. v, col. 849 ; La commune…, (...)
  • 22 Homines vero extranei, qui foris habitant in villis aut in castris, vel in aliis locis (La commune (...)
  • 23 Les coutumes de 1286 assimilent ainsi à un étranger tout individu manens extra villam et barria Th (...)
  • 24 Ch. Higounet, « Le peuplement de Toulouse au xiie siècle », Annales du Midi, 55, 1943, p. 489-498.
  • 25 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 163-167.
  • 26 J. Petrowiste, « Défricheurs ou investisseurs ? Fondations de villes neuves et mobilité rurale en (...)
  • 27 Ch. Higounet, « Le peuplement de Toulouse… », op. cit.

5Il s’avère toutefois dans la plupart des cas bien difficile de repérer dans la documentation toulousaine les migrants et leur provenance. Les textes se bornent à caractériser leur extranéité en des termes vagues, évoquant leur arrivée ex alienis regionibus ou ex multis terris et diversis locis et partibus21. Le terme d’étranger y prend comme souvent au Moyen Âge un sens très extensif : il désigne quiconque réside hors de Toulouse et de ses faubourgs22, ce qui peut même inclure les habitants du ressort rural (dex), qui jouissent pourtant de l’ensemble des franchises urbaines23. L’installation de migrants en nombre dans la ville des xiie-xiiie siècles a néanmoins imprimé une marque profonde sur celle-ci, qui se lit dans le patrimoine anthroponymique local. Les historiens ont depuis longtemps pointé la multitude de noms d’habitants forgés sur des toponymes : ils représentent 43,5 % de ceux relevés dans les cartulaires du Bourg et de la Cité24, et 36 % de ceux des 1 028 citoyens qui prêtèrent serment en 1242 de respecter le traité de Paris25. La tentation est grande de voir dans ces anthroponymes le conservatoire de l’origine d’un immigré ayant fait souche, et de reconstituer ainsi le bassin du recrutement humain toulousain. On sait les critiques suscitées par cette démarche26, qui postule que la formation d’un tel anthroponyme est forcément le résultat d’une mobilité, et qui tend à simplifier des trajectoires migratoires pouvant s’étaler sur plusieurs générations et impliquer une chaîne de lieux de résidence successifs entre l’époque où le nom s’est fixé et celle de la liste étudiée. S’il convient de garder ces réserves présentes à l’esprit, on peut considérer que la méthode donne un ordre d’idée des régions qui s’avéraient alors les plus sensibles à l’attraction toulousaine. Elle confirme le sentiment que la ville, comme tant d’autres de l’Occident contemporain, recrutait d’abord dans les campagnes environnantes (Toulousain, Lauragais) et les régions avec lesquelles les relations économiques étaient étroites (Quercy, vallées de la Garonne, du Tarn et de l’Ariège)27. Ces migrants n’en présentent pas moins une grande variété de profils, qui renvoie à celle des stratégies migratoires.

Variété des profils de migrants

  • 28 Les coutumes…, op. cit., art. 155 b, p. 147. Il est toutefois à noter que cet article fut écarté d (...)
  • 29 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), C. Douais (éd.), Paris-Toulouse, 18 (...)
  • 30 Les coutumes…, op. cit., art. 150, 152 et 155 a, p. 144-146. Voir également P. Ourliac, « Le serva (...)
  • 31 La commune…, op. cit., p. 475-478.
  • 32 Chronica magistri Guillelmi de Podio Laurentii, J. Duvernoy (éd.), Toulouse, Le Pérégrinateur, 199 (...)
  • 33 E. Martin-Chabot, « Mésaventures d’un Toulousain “donat” de Saint-Sernin », Mélanges d’histoire du (...)

6Pourquoi s’installer à Toulouse aux xiie-xiiie siècles ? La propension du consulat à présenter la ville comme un îlot de libertés invite d’abord à s’interroger sur l’établissement dans celle-ci de populations rurales en quête d’une seigneurie assouplie. Le topos historiographique de la ville émancipatrice trouve ici à s’appuyer sur l’usage, repris dans les coutumes de 1286, d’accorder la liberté à tout nouvel habitant28. Il dut inciter nombre de serfs à se risquer au départ. En 1163, l’affranchissement d’un villageois de Castelmaurou sous forme d’une donation de sa personne à « Dieu, sainte Marie, saint Étienne, saint Sernin [patrons de trois des principales églises de Toulouse], le comte, l’évêque et l’ensemble du peuple de Toulouse29 » ne laisse par exemple aucun doute sur sa destination. Est-ce à dire que l’air de la ville rendait toujours libre ? La réalité est évidemment plus nuancée, à lire ce passage des coutumes rappelant que les citoyens pouvaient posséder des « hommes de corps », y compris intra muros, dès lors qu’ils s’étaient volontairement placés sous leur domination à la suite d’un hommage servile30. Un procès de 1203 témoigne néanmoins de la bienveillance du gouvernement urbain à l’égard des populations d’origine servile installées en ville31. Arnaud Isarn, probablement un de ces chevaliers qui aux dires de Guillaume de Puylaurens pullulaient dans le castrum de Verfeil32, revendiquait la propriété de deux Toulousains originaires de cette localité, affirmant les avoir achetés en même temps que leur père. Le consulat le débouta de sa demande en arguant que les frères ne lui avaient pas juré dominium nec hominium nec fidelitatem. Leur citoyenneté toulousaine, avérée par plusieurs témoins, leur conférant la liberté, un acte de dédition volontaire était en effet un préalable indispensable à leur entrée en dépendance. De tels départs ne pouvaient qu’être encouragés par la réussite d’anciens serfs établis en ville. Pierre d’Espagne, arrivé du Lauragais peu après son affranchissement en 1191, était par exemple deux décennies plus tard à la tête d’un patrimoine composé de maisons et d’ouvroirs dans la rue du Taur, ainsi que de quelques terres33.

  • 34 J. Petrowiste, Naissance et essor…, op. cit.
  • 35 J. Partak, La seigneurie hospitalière de Caignac, 1250-1300, mémoire de maîtrise, Université Toulo (...)
  • 36 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. v, col. 544.
  • 37 J. Petrowiste, Naissance et essor…, op. cit., annexe 18 et carte 16.
  • 38 J. H. Mundy, The Repression of Catharism at Toulouse. The Royal Diploma of 1279, Toronto, Pontific (...)
  • 39 P. Wolff, « Une famille du xiiie au xvie siècle. Les Ysalguier de Toulouse », Mélanges d’histoire (...)
  • 40 Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. 609, fol. 226 v°.
  • 41 P. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse, Paris, Plon, 1954, p. 80-81 et 677-680.

7La migration constituait en effet aussi un enjeu économique. La ville est aux xiie-xiiie siècles un pôle commercial et artisanal en pleine expansion34 offrant un large éventail d’opportunités susceptibles d’assurer un exutoire à l’essor démographique des campagnes voisines, comme pour ce Raymond Gascon que l’on voit quitter vers 1300 le terroir surpeuplé du castrum de Caignac en Lauragais35. Les nouveaux venus paraissent avoir cherché assez fréquemment à travailler dans les ateliers urbains, la mobilité géographique se doublant au besoin d’une mobilité professionnelle. Les deux frères de Verfeil évoqués précédemment se tournèrent ainsi vers le travail du cuir, tout comme ceux qui s’installèrent dans la seconde moitié du xie siècle autour du prieuré de Saint-Pierre-des-Cuisines36. Dans la sauveté urbaine fondée par Alfonse Jourdain, les immigrés pouvaient quant à eux exercer librement le métier de boucher. Pour le nouveau citoyen disposant d’un petit capital et souhaitant se lancer dans le commerce, les avantageuses exemptions péagères dont jouissait l’universitas sur les routes et dans les bourgs de la région37 constituaient par ailleurs un atout précieux. Avec à la clé la possibilité d’un enrichissement rapide, sur le modèle des insolentes fortunes bâties tout au long de la période par certaines familles d’installation récente, comme celles des Capdenier38 ou des Ysalguier39. Semblables migrations économiques pouvaient s’opérer au moyen d’une mise en apprentissage, comme dans le cas de Pons Roger, originaire du village des Cassès, en Lauragais, qui fut vers 1230 placé auprès d’un artisan de Toulouse pour y apprendre le travail des peaux40. Les travaux menés par Philippe Wolff à partir des fonds notariés toulousains des xive-xve siècles confirment ce rôle majeur de la ville comme centre d’apprentissage, qui permettait de drainer d’un large arrière-pays une population de jeunes actifs dont une partie au moins restait ensuite sur place41.

  • 42 Chronica…, op. cit., p. 34.
  • 43 L. Macé, « Homes senes armas : les paysans face à la guerre », dans M. Roquebert (dir.), La croisa (...)
  • 44 J. H. Mundy, Liberty and Political Power in Toulouse, 1050-1230, New York, Columbia University Pre (...)
  • 45 L. Mace, Les comtes de Toulouse et leur entourage, xiie- xiiie siècles, Toulouse, Privat, 2000, p. (...)

8On aura toutefois garde de faire de l’inurbamento qui alimenta la croissance toulousaine aux xiie-xiiie siècles un phénomène propre aux couches inférieures de la population rurale, désireuses d’échapper par la migration à un statut juridique ou économique subalterne. Le fait de caser un cadet en ville par sa mise en apprentissage pouvait en effet s’inscrire dans les stratégies de reproduction sociale et familiale de la paysannerie aisée. Toulouse, comparable en cela aux cités de l’Italie centro-septentrionale, exerçait de fait une importante attraction sur les élites des campagnes, et notamment sur une partie de l’aristocratie. Lors du procès qui l’oppose en 1203 à ses deux présumés serfs, Arnaud Isarn de Verfeil indique ainsi avoir acquis une maison en ville avant de réclamer la citoyenneté toulousaine. Il n’est pas le seul seigneur de Verfeil à avoir agi de la sorte : Isarn Neblat, qui fuerat maior dominus Viridisfolii, vit à l’époque lui aussi à Toulouse42. Les sources littéraires révèlent les enjeux identitaires et symboliques très forts que véhiculait chez les potentes cette résidence en ville, source de distinction vis-à-vis d’un monde paysan méprisé. Ils expliquent l’hostilité qui accueillit en 1211 la décision des légats pontificaux d’interdire à tout chevalier de demeurer à Toulouse43. Plus pragmatiquement, on comprend sans peine l’intérêt pour l’aristocratie rurale d’accéder à la citoyenneté d’une ville dont le consulat bénéficia jusque tard dans le xiiie siècle d’une très large autonomie et des moyens financiers, humains et militaires lui permettant de faire valoir ses intérêts sur un vaste arrière-pays44. D’autant que l’intégration à l’élite urbaine n’ouvrait pas seulement la voie à la participation au gouvernement d’une cité puissante et prospère. À une époque où la ville constituait un des principaux points d’appui du pouvoir raymondin, elle donnait aussi accès à l’entourage comtal45.

  • 46 J. Verger, « Les études, facteur de mobilité sociale en Europe à la fin du Moyen Âge ? », dans Eur (...)
  • 47 Voir Y. Dossat, « L’Université de Toulouse, Raymond VII, les capitouls et le roi », dans Les unive (...)
  • 48 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1188.
  • 49 C. Douais, « Géographie de la clientèle universitaire de Toulouse sous Charles V », L’Université d (...)
  • 50 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1111.
  • 51 Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, M. Fourn (...)
  • 52 Comme Pierre de Gaillac et Guillaume Tron, notaires à Tarascon-sur-Ariège en 1309, ou Arnaud de Ve (...)
  • 53 Ibid., p. 1059.
  • 54 L’« affaire » Aymeri Béranger, qui opposa en 1332 le consulat et l’université de Toulouse, impliqu (...)
  • 55 Comme ce Pierre de Luzenac qui au sortir de ses études à Toulouse, pourtant interrompues, obtint u (...)
  • 56 J. Verger, « Les gradués en droit dans les sociétés urbaines du Midi de la France à la fin du Moye (...)

9La migration est également un moyen de promotion socio-économique voire d’ascension politique lorsqu’il s’agit de partir étudier en ville46. Après des débuts difficiles, le studium créé à Toulouse en 1229 draine des contingents croissants d’écoliers étrangers désireux de se former au droit canon et civil, qui s’est rapidement imposé comme la spécialité des maîtres locaux47. Le pape s’émeut dès 1245 des conditions de leur accueil, et prescrit à l’évêque de Toulouse de leur ouvrir les hôpitaux de la ville48. Ces étudiants paraissent déjà procéder du recrutement avant tout régional bien documenté pour les périodes postérieures49. Le collège envisagé en 1243 dans le testament du Toulousain Vidal Gautier est ainsi destiné à des boursiers provenant de douze diocèses du Midi toulousain et bas-languedocien50. L’effectif de celui de Verdale (1337) devait quant à lui être pourvu par les membres de la famille du fondateur, les habitants du bourg de Saissac en Lauragais et, en fonction des places restantes, par ceux de la ville et du diocèse de Carcassonne51. Hors du petit milieu des collèges, plusieurs témoignages signalent l’installation à Toulouse d’écoliers du comté de Foix52, du Limousin et du Quercy53, ou de l’Albigeois54. Ils constituaient assurément une population mouvante : beaucoup ne s’établissaient en ville que de façon temporaire, pendant la durée de leurs études. Sitôt pourvus d’un titre universitaire, ils partaient peupler les administrations civiles et ecclésiastiques du Midi en plein essor55, ou revenaient exercer dans leur localité d’origine en tant que notaires. Une partie non négligeable d’entre eux demeuraient cependant sur place, où ils s’agrégeaient au corps professoral local, ou au milieu des juristes et notaires gravitant dans l’orbite de l’évêque et du chapitre cathédral, dans l’entourage du comte et de ses officiers, ou plus tard au sein de la sénéchaussée de Toulouse. Sicard de Lavaur devint par exemple professeur en droit, avant de passer à la fin des années 1270 au service de l’administration royale56, scellant la belle réussite de son parcours dans sa ville d’adoption.

Les voies de l’intégration des migrants

  • 57 Les coutumes…, op. cit., art. 156, p. 147-148.
  • 58 La commune…, op. cit., p. 476-477.
  • 59 Texte cité dans J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 53.

10L’intégration du migrant, c’est-à-dire sa capacité à s’insérer dans le tissu économique et social du pôle d’accueil, et à être reconnu comme membre de la collectivité qui y réside, s’inscrit de fait dans un parcours spécifique à chacun. Au gré des situations, ce parcours peut être plus ou moins rapide, et déboucher sur une intégration plus ou moins poussée. L’incorporation à l’universitas, la communauté des habitants de la localité, en constitue une étape importante, qui transforme officiellement l’étranger en un citoyen à part entière, jouissant des mêmes droits et franchises que le reste de la collectivité, et assujetti aux mêmes devoirs. À Toulouse aux xiie-xiiie siècles, cette intégration juridique suppose d’abord de la part de l’étranger une manifestation publique de sa volonté de devenir citoyen. Les coutumes de la ville prescrivent ainsi qu’il suffit qu’un homme libre prononce devant témoins la formule Ego volo intrare Tholosam et facere me civem Tholose pour être aussitôt assimilé à un membre de l’universitas57. Arnaud Isarn de Verfeil ne paraît pas avoir procédé autrement, lorsqu’à la suite de son installation il se présenta devant les consuls ut eum pro de Tolosa cognoscerent et demanda à un notaire la rédaction d’un acte public constatant cette reconnaissance. La simple déclaration d’intention n’était certes pas suffisante à brève échéance. Elle devait s’accompagner de l’adoption d’une résidence permanente en ville, et supposait que le nouveau venu prenne sa part des charges collectives, en s’acquittant des impositions municipales ou en participant à la milice communale dans les rangs des pedites ou des milites. Ce sont ces critères qui furent retenus au moment du procès entre Arnaud Isarn et ses deux présumés serfs pour établir la citoyenneté de chacune des deux parties58. Ils sont également invoqués dans le serment prêté au consulat par un notaire en 1282 : la proclamation résolue de son appartenance à la communauté (ego sum civis Tholose et de foro civium Tholose) s’y accompagne de l’évocation de sa participation aux délibérations publiques et de sa contribution aux charges militaires et financières collectives59.

  • 60 Les statuts et privilèges…, op. cit., t. I, no 544, § 75.
  • 61 Le mercator forensis ou extraneus est exclu du commerce de détail par le statut des couteliers (12 (...)
  • 62 Ibid., p. 5, 21 et 66-67.
  • 63 Ibid., p. 68-71 et 133-138.

11Pour la grande majorité des néo-citadins, c’est toutefois d’abord l’accès rapide à une activité rémunérée qui constituait la clé du succès de leur migration. La documentation conservée ne laisse à cet égard pas percevoir de tensions particulières sur le marché du travail toulousain au cours de la période étudiée ici. Il n’est guère que les maîtres de l’université qui s’efforcent en 1313 d’empêcher quiconque formé ailleurs qu’à Toulouse d’y enseigner60. Les premiers statuts de métier de la ville ne s’attardent de façon générale que très exceptionnellement sur les conditions de l’activité et de l’insertion professionnelle des forains, qui ne sont évoqués que dans cinq des 28 textes des années 1270-1320 publiés par Mary Mulholland. Si certains se contentent d’encadrer le commerce des marchands de passage61, d’autres soulignent l’intégration d’étrangers à la vie des métiers locaux, comme ceux qui teignent la laine filée aux côtés des Toulousains dans le statut des pareurs, tisserands et teinturiers (1279). L’accès de ces immigrés au métier peut faire l’objet de conditions particulières. Pour débuter leur activité à Toulouse, les tisserands de laine étrangers doivent ainsi trouver des habitants prêts à se porter garants de leur honnêteté. Tout boucher forain désireux de s’établir doit quant à lui verser à partir de 1322 une caution de dix livres, prélevée en cas de fraude62. Cette relative ouverture des métiers toulousains pourrait également être inférée des listes de leurs membres, grâce au repérage des anthroponymes forgés à partir d’un toponyme. L’indicateur est certes éminemment approximatif, sinon contestable. D’abord car il présuppose que ces noms sont forcément les témoins de migrations ; ensuite car il ignore l’époque et les conditions de l’apparition du patronyme dans le métier. Malgré ces défauts, l’approche peut fournir un ordre d’idée assez grossier de la capacité d’un métier à se reproduire sur la durée par l’inclusion d’éléments allogènes. Or les listes des 176 bouchers qui souscrivent aux statuts de 1322 et des 309 tisserands et pareurs ratifiant ceux de 1318 révèlent respectivement une trentaine et une cinquantaine de noms semblant forgés sur un toponyme63. Ils renvoient à des régions déjà identifiées comme les grandes pourvoyeuses de Toulouse en hommes aux xiie-xiiie siècles (Lauragais, basse-vallée de l’Ariège, plaine toulousaine). Il est tout aussi intéressant d’y retrouver des anthroponymes encore mal fixés, dans lesquels un surnom conserve le souvenir d’une mobilité manifestement récente, comme cet Arnaldus de Bosco Mejano, alias dicto Arnaldus Peregrini et ce Bernardus Doati, alias dictus de Venerca, mazeliers, ou ce Poncius de Naga seu Colonbus Yspani, tisserand.

  • 64 Les bouchers, où se comptent donc un certain nombre d’immigrés dans les années 1330, forment alors (...)
  • 65 Signalons par exemple les chartes du Fousseret de 1247 (J. Décap, « Le Fousseret, ses origines, sa (...)
  • 66 À l’image de cet apprenti originaire de Mirepoix et placé chez un cordonnier de Pamiers, qui reche (...)
  • 67 Ibid., p. 1041, 1045, 1050, 1052 et 1058-1059.
  • 68 L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis…, op. cit., p. 371-373 ; Le registre d’inquisition…, op. cit., p. 1 (...)

12Ces immigrés capables de s’insérer parmi les maîtres d’un métier et de disposer d’un ouvroir, au terme d’un parcours qui a pu être initié par une mise en apprentissage, s’appuient probablement sur un capital financier et social qui, sans être forcément considérable64, les distingue d’autres arrivants moins bien lotis. La distinction que les consuls opèrent en 1226, parmi les nouveaux venus, entre ceux dotés de biens et ceux en étant dépourvus prend ici tout son sens. Les articles précédemment signalés des coutumes de Fonsorbes et de Toulouse évoquant l’assistance dont peut bénéficier le migrant partant pour la ville précisent ainsi qu’elle concerne aussi bien sa personne que les biens qu’il transporte. Au sein de ce bagage figurait probablement un petit pécule réuni en vue du départ, que permettait de grossir la liquidation des biens et des droits fonciers éventuellement détenus dans la localité d’origine. La possibilité – voire l’obligation – pour l’émigrant de les vendre est en effet stipulée dans un nombre croissant de chartes de coutumes au xiiie siècle, en réponse à l’intensification des mobilités rurales65. Ainsi Raymond Gascon, évoqué plus haut, mit-il en gage peu après son arrivée à Toulouse l’ensemble des terres qu’il possédait à Caignac au profit de son frère, demeuré sur place. Les émigrés les plus pauvres, tels que les paysans sans terre et endettés ou les serfs ayant dû abandonner leurs biens, ne pouvaient quant à eux compter sur ces fonds pour faciliter leur installation. Leur intégration au tissu économique toulousain, très mal documentée car souvent informelle, passait par l’obtention d’un emploi de valet au sein d’un atelier ou de domestique auprès d’un habitant66, ou encore une activité de journalier multipliant les travaux à la tâche. Une bonne illustration de cette situation de précarité est fournie par les frères Pierre et Guillaume de Verfeil, modestes travailleurs du cuir qui rappellent dans leur procès contre Arnaud Isarn ne participer aux charges collectives de la ville que lorsqu’ils en ont la capacité. Dans un autre registre social, nombre d’étudiants désargentés recourent à divers expédients pour financer leur séjour en ville pendant les quelques années nécessaires à leur formation. Plusieurs d’entre eux, originaires de Gaudiès dans le comté de Foix ou de Ribouisse dans la seigneurie de Mirepoix, sont par exemple intéressés par une place au service d’un chanoine de Toulouse : il s’agit notamment de porter ses livres quand il se rendra aux écoles, en contrepartie d’une rémunération en nature (la nourriture et l’habillement). Arnaud de Verniolle, natif de Pamiers, donne pour sa part des leçons à un jeune enfant de la bourgeoisie toulousaine67. Une bonne partie des écoliers rentrent dans leurs familles afin de limiter leurs frais pendant l’interruption des cours, de la saint Jean-Baptiste à l’automne68.

  • 69 J. Petrowiste, « Défricheurs ou investisseurs… », op. cit., p. 92-95.

13Les immigrés les plus pauvres représentent, de fait, une population assez mouvante, qui s’efforce autant que possible de compenser une situation économique et sociale difficile dans le milieu urbain d’accueil par le maintien avec le pays d’origine de liens tout à la fois rassurants, dans la mesure où ils laissent ouverte la possibilité d’un retour, et propres à fournir un complément de ressources. Cette situation explique la réticence de ceux qui disposent encore de quelques biens fonciers sur place à s’en séparer. Peut-être est-ce ce qui justifie que Raymond Gascon ait préféré mettre en gage ses propriétés de Caignac plutôt que de les vendre. Un certain nombre d’émigrés revenaient d’ailleurs périodiquement au pays, y compris pour de longs séjours qui pouvaient entretenir la confusion sur leur statut. Dans le procès de 1203 entre Arnaud Isarn et les frères Pierre et Guillaume de Verfeil, c’est en se fondant sur les fréquentes allées et venues de ces derniers dans leur village d’origine, et sur leur habitude d’y passer tous les étés, très probablement pour s’y faire employer aux moissons, que le miles niait leur condition de citoyens toulousains. L’immigré de fraîche date apparaît donc comme un élément assez volatile, d’autant plus prompt à saisir de nouvelles opportunités de mobilité que son intégration à la ville est incomplète. La trajectoire d’Arnaud Baudric vient le rappeler : ce natif d’Avignonet en Lauragais, qui s’est établi à une date inconnue comme potier à Toulouse, fait partie après 1324 de ceux qui s’engagent à s’installer dans la nouvelle bastide de Beauchalot, 90 kilomètres plus au sud69

  • 70 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 119-120.
  • 71 P. Wolff, Les « estimes » toulousaines des xive et xve siècles, Toulouse, 1956, p. 53-55.
  • 72 Toulouse au Moyen Âge…, op. cit., p. 148.
  • 73 P. Wolff, Les « estimes… », op. cit., p. 57 et p. 160, no 188-189.
  • 74 Bibliothèque nationale de France, collection Doat, t. xxv, fol. 47 (vers 1272). La famille, qui vi (...)
  • 75 Une structure de contrôle des loyers est en principe mise en place en faveur des étudiants de Toul (...)

14À la question de la subsistance quotidienne de l’immigré s’ajoutait celle de son hébergement, dont la nature et la situation dans l’espace urbain matérialisaient sa plus ou moins grande prospérité et le degré variable de son insertion dans l’économie et la société locales. Que l’on songe par exemple à Pons Capdenier, pour qui l’acquisition en 1225-1226 d’un grand hôtel à tour, similaire à ceux de l’élite chevaleresque locale, fut un moyen d’exprimer sa réussite financière et son intégration au patriciat urbain70… Tout le problème du migrant récemment arrivé étant de trouver à se loger à des prix abordables. Rappelons que Toulouse connut tout au long de la période une augmentation rapide de sa population : avec environ 35 000 habitants au début des années 1330, elle est une des principales villes du royaume71. D’où l’étalement du tissu urbain sous la forme de vastes faubourgs et de lotissements qualifiés par les sources de « bastides », qui sont à partir de la fin du xiiie siècle l’enjeu de juteuses opérations immobilières. En premier lieu pour leurs promoteurs, propriétaires des terrains concernés. Le cens des parcelles sur lesquelles est établie la bastide de l’Étoile est par exemple décuplé après leur urbanisation vers 130072. Dans la bastide de Jean Béranger, les deux héritiers du fondateur déclarent en 1335 posséder chacun des droits seigneuriaux fonciers d’une valeur estimée à pas moins de 250 livres73. Les autres bourgeois n’étaient pas en reste. Le registre des estimes du Bourg de 1335 révèle qu’un grand nombre des terrains et des petites maisons situés dans ces bastides étaient détenus par des Toulousains qui n’y faisaient pas résidence, ce qui implique qu’ils étaient généralement loués. Quelques décennies plus tôt Fauresse, femme d’un charpentier immigré originaire de Limoux, faisait déjà des maisons qu’elle possédait et louait sur l’île de Tounis, alors en cours d’urbanisation, le symbole de sa réussite sociale et économique74. Que la pratique se soit avérée très lucrative en ces temps de croissance de la demande de logements, c’est ce dont les interventions répétées de l’université pour encadrer la hausse des loyers des étudiants ne permettent guère de douter75

  • 76 L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis…, op. cit., p. 368-392. Certains étudiants limitaient aussi leurs f (...)
  • 77 Le fait est souligné pour Toulouse un siècle plus tard, dans un contexte où le marché du logement (...)
  • 78 Toulouse au Moyen Âge…, op. cit., p. 149-150 ; O. de Saint-Blanquat, « Sur l’établissement de deux (...)
  • 79 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 318-321.

15On devine à travers le cas de Pierre de Luzenac les problèmes que le coût de l’hébergement à Toulouse pouvait poser aux nouveaux habitants. Chroniquement à court d’argent en raison des frais inhérents à sa vie d’écolier, il se vit contraint de mettre ses livres en gage auprès d’usuriers. Son loyer constituait de toute évidence un important poste de dépense, malgré ses efforts pour le limiter en sous-louant son logement lorsqu’il s’absentait de la ville76. Il finit d’ailleurs par renoncer à ses études après quelques années pour laisser sa place à son frère Guillaume Bernard, sa famille de la petite noblesse pyrénéenne ne pouvant assumer le coût des études de deux enfants. Les nécessités du logement s’avéraient d’autant plus pesantes sur les ressources des immigrés les plus modestes qu’ils ne bénéficiaient pas, comme les étudiants, de mesures de limitation des loyers. L’installation de ces populations dans des secteurs urbains périphériques a pu dès lors apparaître comme un moyen d’accéder à des coûts de logement plus adaptés à leurs capacités financières. Sans doute ne fut-elle pas assez systématique pour déboucher sur une véritable ségrégation géographique opposant un intra muros fortuné à des faubourgs prolétarisés, contraire à une réalité médiévale dans laquelle riches et pauvres vivaient généralement dans une étroite proximité77. Il est toutefois intéressant de constater que plusieurs des bastides qui furent loties et peuplées à partir de la fin du xiiie siècle présentaient l’aspect de quartiers artisanaux suburbains, consacrés à une activité textile qui profitait de l’essor contemporain de la draperie languedocienne, et mobilisait une main-d’œuvre abondante et souvent peu qualifiée78. Chez les migrants dotés d’une assise financière plus importante, le choix de la résidence n’était pas moins signifiant sur les conditions de leur insertion dans le milieu urbain d’accueil. La volonté d’Arnaud Isarn de Verfeil d’exprimer publiquement le caractère durable de son inurbamento et de son incorporation à l’universitas se traduisit ainsi par l’achat de plusieurs maisons urbaines. On peut a contrario souligner le comportement bien plus hésitant des frères Arnaud et Guillaume de Falga, à la tête de grosses seigneuries rurales au sud de Toulouse : après leur installation en ville dans les années 1230, et malgré leurs confortables revenus, ils se contentèrent longtemps de louer les hôtels où ils séjournaient de façon discontinue. Le caractère tardif de leur acquisition d’une demeure et de leur demande de la citoyenneté toulousaine, sans doute pas avant la fin des années 124079, témoigne de leur souci très relatif d’intégration, qui ne se construisit que d’une façon progressive et pragmatique.

  • 80 J. H. Mundy, The Repression of Catharism…, op. cit., p. 155-167.
  • 81 Archives municipales de Toulouse, AA 3, no 229.
  • 82 Le registre d’inquisition…, op. cit., p. 1045 et 1058.

16L’inurbamento des Falga témoigne par ailleurs du rôle important joué par les solidarités familiales dans la migration et l’insertion au sein du pôle d’accueil. Il apparaît en effet qu’Arnaud puis Guillaume immigrèrent suite à l’élection de leur frère Raymond comme évêque de Toulouse (1232). La situation de ce dernier, sa longévité sur le trône épiscopal qu’il occupa jusqu’en 1270, et ses relais au sein de l’élite du pays leur conférèrent une position éminente en ville. Elle se traduisit notamment par l’accès au consulat de Guillaume (1249) puis d’Arnaud (1259). L’entrée au gouvernement urbain s’avérait donc alors possible pour un néo-citadin, pour peu qu’il dispose de la fortune, du prestige social et des appuis nécessaires dans le patriciat. C’est ce que corrobore l’exemple de Pons Capdenier, qui parvint à intégrer l’élite urbaine grâce à sa fortune et à son alliance avec de vieilles familles chevaleresques toulousaines, comme celle des Barrau dont un des membres épousa sa fille, ce qui lui permit d’occuper les fonctions de consul en 1202, 1213 et 122580. Les listes consulaires des xiie-xiiie siècles témoignent, de fait, d’un relatif renouvellement des familles dirigeantes, dont certaines présentent des noms forgés sur la base de toponymes, qui pourraient renvoyer à des immigrés ou leurs descendants. On en trouve d’ailleurs la confirmation a posteriori, au travers de la décision prise en 1336 par l’administration royale d’interdire l’élection d’étrangers au consulat81. À l’autre extrémité du spectre social, le cas de Pierre et Guillaume de Verfeil renvoie là encore à la mobilité d’une fratrie, dont les conditions restent cependant dans l’ombre. Partirent-ils ensemble, ou l’un des deux s’installa-t-il d’abord en ville, avant de faire profiter le second de son expérience et des liens sociaux et professionnels qu’il avait pu tisser ? Cette dernière pratique paraît en effet avoir été assez habituelle. On la retrouve chez Arnaud de Verniolle, à ceci près qu’elle joue au profit d’un compatriote du comté de Foix, lorsqu’il propose à Guillaume Bernard de Gaudiès, dont il connaît un cousin, de lui obtenir un petit travail à Toulouse pour qu’il puisse venir y étudier82. Les immigrés arrivant d’une même région tendaient de fait à se rapprocher après leur installation, la communauté de dialecte, de coutumes et de références perpétuant le lien avec le pays. L’évocation par Pierre de Luzenac de sa vie à Toulouse rappelle ces rencontres régulières, permettant la diffusion des nouvelles et l’exercice d’une solidarité sous forme de prêts en argent ou d’échanges de cadeaux et de services, comme lorsque Pierre recommanda auprès de l’administration royale un individu de Lagarde, dans la seigneurie de Mirepoix.

  • 83 Le mariage de l’immigré ou de ses enfants avec des autochtones constitue souvent une des clés de s (...)
  • 84 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 320-321.
  • 85 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1186-1187 (1245)
  • 86 Cette interdiction, signifiée en 1245, est renouvelée en 1266 (Les statuts et privilèges des unive (...)
  • 87 Ibid., no 533.

17L’accès du migrant à la résidence, à l’emploi, à la notabilité, et même à la citoyenneté de la ville d’accueil, éventuellement facilité par la mobilisation de réseaux familiaux ou d’affinités, ne l’empêchait pas forcément de rester perçu par les autochtones comme un étranger. L’estompement de cette altérité supposait à terme la reconnaissance par ces derniers de son statut de membre à part entière de la communauté, sanctionnant le respect de ses devoirs civiques, son implication dans les structures traditionnelles d’encadrement de la société urbaine (quartier, paroisse, confrérie…), et les relations amicales ou matrimoniales nouées localement83. Le fait de pouvoir se prévaloir de cette reconnaissance, ou au contraire de ne pas en bénéficier, joua un rôle décisif dans le procès de 1203 entre Arnaud Isarn de Verfeil et ses deux serfs présumés. Ceux-ci n’eurent aucun mal à prouver leur citoyenneté, garantie par plusieurs déposants. Le miles, en revanche, fut débouté de sa demande par les consuls faute d’avoir pu faire confirmer ses assertions par des témoins toulousains. S’il jouissait bien à cette date de la citoyenneté, avérée par un instrument notarié produit devant la cour, Arnaud Isarn n’était pas suffisamment intégré socialement pour disposer de garants de la ville. Faute de ces relais dans le milieu local, il apparaissait suspect par principe, comme ces étrangers devant fournir une caution morale ou financière pour accéder à certains métiers. L’exemple des frères de Falga offre un éclairage complémentaire sur ces difficultés de l’intégration sociale effective de l’immigré. Un procès du début des années 1270 rappelle les nombreuses critiques que leur valaient leur caractère querelleur, leur mauvaise volonté à s’acquitter des taxes urbaines, et leur faible empressement à acquérir une maison en ville. Le conflit qui opposait au même moment les Falga au reste de l’universitas de Toulouse à propos de l’exemption de péage que celle-ci revendiquait dans leur seigneurie de Venerque84 était assurément propre à renforcer ces critiques sur leur manque d’esprit de corps. Une animosité plus vive encore paraît à cet égard avoir caractérisé les relations des Toulousains avec cette catégorie bien particulière d’étrangers établis en ville que constituaient les étudiants. Leurs importants privilèges en faisaient un groupe à part au sein de la société urbaine, volontiers turbulent, et aux intérêts souvent contraires à ceux des habitants : échappant à la justice ordinaire, les écoliers ne pouvaient pas non plus être incarcérés pour leurs dettes, et bénéficiaient on l’a vu de loyers réduits85. Les heurts étaient donc fréquents. Le souci de l’évêque de Toulouse de rappeler périodiquement aux étudiants l’interdiction du port d’armes pour éviter tout scandale86, et la défense faite en 1292 par le roi Philippe le Bel au consulat d’emprisonner, torturer et jeter de nuit dans la Garonne les écoliers87 témoignent des rapports quotidiens détestables entre ces deux communautés, dotées d’une conscience identitaire forte et antagonique… À travers eux, c’est toute la complexité de la question de l’insertion des populations foraines dans les sociétés urbaines médiévales qui s’exprime.

18C’est de fait un des intérêts du dossier toulousain que de permettre d’approcher cette complexité pour les xiie-xiiie siècles. En dépit des limites documentaires, il souligne toute l’hétérogénéité du groupe des migrants qui stimulèrent alors l’essor urbain, et la diversité de leurs stratégies de mobilité, qui ne se résument pas aux topoï traditionnellement mis en avant du serf en quête de liberté ou du paysan sans terre recherchant un moyen de subsistance. Le consulat de Toulouse paraît certes avoir durablement encouragé l’immigration des ruraux, la croissance de la population urbaine étant perçue comme un signe de prospérité contribuant à rehausser le prestige de la ville. Il n’était donc pas bien difficile pour le nouveau venu d’obtenir la citoyenneté et les nombreux avantages qui lui étaient associés. Cette intégration juridique devait cependant s’accompagner d’une bonne intégration au tissu économique local, clé de l’accès au logement et à la subsistance. De ce point de vue, et même si les métiers toulousains restèrent jusqu’à la fin de la période étudiée assez ouverts aux étrangers, ceux d’entre eux qui bénéficiaient de quelques disponibilités financières ou de relais au sein de la société d’accueil partaient évidemment avec un avantage. Les difficultés qui se devinent parfois dans le quotidien de certains néo-citadins expliquent donc qu’ils aient veillé à conserver des liens rassurants avec leur contrée d’origine, et recherché la compagnie de leurs compatriotes. Au risque parfois de nuire à leur intégration sociale, à une époque où c’est finalement d’abord par son implication au sein de la collectivité, et au travers du regard de cette dernière, que le nouveau venu glissait effectivement de la situation d’étranger à celle de membre à part entière de la communauté d’habitants.

Notes

1 Dixerunt eidem domino Ramundo, comiti Tolose, quod multi homines et femine habentes dominos et etiam alii non habentes dominos, ex multis terris et diversis locis et partibus, quidam cum rebus suis, quidam etiam sine rebus, quas non habebant, venerant quondam in hac villa Tolose causa ibi omnino permanendi, et etiam adhuc tales homines et femine ibi eodem modo sepissime veniebant […], et predicta civitas Tolose et suburbium et universitas multum meliorabatur et augebatur et recipiebat inde cotidie incrementum (La commune de Toulouse et les sources de son histoire. Etude historique et critique suivie de l’édition du cartulaire du consulat, R. Limouzin-Lamothe (éd.), Toulouse, Privat, 1932, p. 454, 20 juin 1226).

2 Ch.-Éd. Perrin, Le droit de bourgeoisie et l’immigration rurale à Metz au xiiie siècle, Bar-le-Duc, 1924.

3 Y. Renouard, « Le rayonnement de La Rochelle en Occident à l’aube du xiiie siècle », dans Id., Études d’histoire médiévale, Paris, 1968, t. II, p. 1019-1033.

4 Les travaux sont très nombreux. Voir par exemple R. Gascon, « Immigration et croissance urbaine au xvie siècle : l’exemple de Lyon », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 25, 1970, p. 988-1002 ; L. P. Moch, Paths to the City : Regional Migration in Nineteenth Century France, Londres, 1983.

5 Plusieurs exemples dans les publications collectives suivantes : Le migrazioni in Europa, secc. xix-viii , Atti della 25a settimana di studi, Istituto internazionale di storia economica F. Datini, S. Cavaciocchi (éd.), Florence, Le Monnier, 1994 ; Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, xle Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010. Des études récentes sur la place de l’étranger dans la ville médiévale croisent la thématique du migrant : L. Moal, L’étranger en Bretagne au Moyen Âge : présence, attitude, perceptions, Rennes, 2008 ; Au risque de l’étranger, no spécial des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 117, 2010. Pour une approche globale, H. Kleinschmidt, People on the Move. Atittudes toward and Perceptions of Migration in Medieval and Modern Europe, Londres, Praeger, 2003.

6 La commune…, op. cit., p. 266 (1152), 271-272 (1181), 274-275 (1182), 402-403 (1184).

7 Histoire de Toulouse, Ph. Wolff (dir.), Toulouse, Privat, 1974, p. 69.

8 J. H. Mundy, Society and Government at Toulouse in the Age of the Cathars, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1997, p. 12-17.

9 G. Sicard, Aux origines des sociétés anonymes. Les moulins de Toulouse au Moyen Âge, Paris, A. Colin, 1953.

10 J. Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge. Le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain ( xie-milieu du xive siècle), thèse de doctorat inédite, Université Toulouse II-Le Mirail, 2007, p. 149-160 et p. 586-628.

11 Histoire de Toulouse, op. cit., p. 68 et 70-71 ; Toulouse au Moyen Âge. 1000 ans d’histoire urbaine (400-1480), J. Catalo et Q. Cazes (dir.), Portet-sur-Garonne, 2010, p. 142-155.

12 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Paris, Privat, 1872-1892 (rééd. 2003-2006), t. v, col. 849.

13 Sur l’emprise de cette sauveté, voir Toulouse au Moyen Âge…, op. cit., p. 44.

14 Cf. notamment P. Ourliac, « Les sauvetés du Comminges. Études et documents sur les villages fondés par les Hospitaliers dans la région des coteaux commingeois », Recueil de l’Académie de législation, 18, 1947, p. 23-147.

15 La commune…, op. cit., p. 280-282.

16 Ibid., p. 454.

17 J. Petrowiste, « Le consul, le comte et le marchand. Commerce et politique à Toulouse au seuil du xiiie siècle », Annales du Midi, 251, 2005, p. 291-321.

18 La commune…, op. cit., p. 454.

19 Les coutumes de Toulouse et leur premier commentaire, H. Gilles (éd.), Toulouse, 1969, art. 156, p. 147-148.

20 A. du Bourg, « Étude sur la ville et commanderie de Fonsorbes », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 10, 1872-1873, p. 347.

21 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. v, col. 849 ; La commune…, op. cit., p. 454.

22 Homines vero extranei, qui foris habitant in villis aut in castris, vel in aliis locis (La commune…, op. cit., p. 261).

23 Les coutumes de 1286 assimilent ainsi à un étranger tout individu manens extra villam et barria Tholose et infra dex Tholose vel extra (Les coutumes…, op. cit., art. 76, p. 111).

24 Ch. Higounet, « Le peuplement de Toulouse au xiie siècle », Annales du Midi, 55, 1943, p. 489-498.

25 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 163-167.

26 J. Petrowiste, « Défricheurs ou investisseurs ? Fondations de villes neuves et mobilité rurale en Midi toulousain au début du xive siècle », dans Des sociétés en mouvement…, op. cit., p. 92.

27 Ch. Higounet, « Le peuplement de Toulouse… », op. cit.

28 Les coutumes…, op. cit., art. 155 b, p. 147. Il est toutefois à noter que cet article fut écarté du texte des coutumes au moment de leur ratification par l’administration royale.

29 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), C. Douais (éd.), Paris-Toulouse, 1887, no 416.

30 Les coutumes…, op. cit., art. 150, 152 et 155 a, p. 144-146. Voir également P. Ourliac, « Le servage à Toulouse aux xiie et xiiie siècles », dans Économies et sociétés au Moyen Âge. Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, Publications de la Sorbonne, 1973, p. 249-261.

31 La commune…, op. cit., p. 475-478.

32 Chronica magistri Guillelmi de Podio Laurentii, J. Duvernoy (éd.), Toulouse, Le Pérégrinateur, 1996, p. 32.

33 E. Martin-Chabot, « Mésaventures d’un Toulousain “donat” de Saint-Sernin », Mélanges d’histoire du Moyen Âge dédiés à la mémoire de Louis Halphen, Paris, Presses universitaires de France, 1951, p. 501-505 ; J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 357-359.

34 J. Petrowiste, Naissance et essor…, op. cit.

35 J. Partak, La seigneurie hospitalière de Caignac, 1250-1300, mémoire de maîtrise, Université Toulouse ii-Le Mirail, 1984, p. 168-169.

36 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. v, col. 544.

37 J. Petrowiste, Naissance et essor…, op. cit., annexe 18 et carte 16.

38 J. H. Mundy, The Repression of Catharism at Toulouse. The Royal Diploma of 1279, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1985, p. 155-167.

39 P. Wolff, « Une famille du xiiie au xvie siècle. Les Ysalguier de Toulouse », Mélanges d’histoire sociale, 1, 1942, p. 7-31.

40 Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. 609, fol. 226 v°.

41 P. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse, Paris, Plon, 1954, p. 80-81 et 677-680.

42 Chronica…, op. cit., p. 34.

43 L. Macé, « Homes senes armas : les paysans face à la guerre », dans M. Roquebert (dir.), La croisade albigeoise, Carcassonne, Centre d’études cathares, 2004, p. 247-248. Voir aussi M. Aurell, « La chevalerie urbaine en Occitanie », dans Les élites urbaines au Moyen Âge, xxviie Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 71-118.

44 J. H. Mundy, Liberty and Political Power in Toulouse, 1050-1230, New York, Columbia University Press, 1954 ; J. Petrowiste, « Le consul, le comte et le marchand… », op. cit.

45 L. Mace, Les comtes de Toulouse et leur entourage, xiie- xiiie siècles, Toulouse, Privat, 2000, p. 116-119.

46 J. Verger, « Les études, facteur de mobilité sociale en Europe à la fin du Moyen Âge ? », dans Europa im späten Mittelalter. Politik – Gesellschaft - Kultur, R. C. Schwinges, C. Hesse et P. Moraw (dir.), Munich, Oldenbourg, 2006, p. 559-567.

47 Voir Y. Dossat, « L’Université de Toulouse, Raymond VII, les capitouls et le roi », dans Les universités du Languedoc au xiiie siècle, Cahiers de Fanjeaux, 5, 1970, p. 58-91 ; P. Bonnassie et G. Pradalié, La capitulation de Raymond VII et la fondation de l’université de Toulouse, 1229-1979, un anniversaire en question, Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1979 ; J. Verger, « Le cadre institutionnel de l’essor universitaire : les statuts de Toulouse (v. 1300-1329) », dans Église et culture en France méridionale, Cahiers de Fanjeaux, 31, 2000, p. 51-71.

48 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1188.

49 C. Douais, « Géographie de la clientèle universitaire de Toulouse sous Charles V », L’Université de Toulouse, 5, 1891, p. 87-95 ; J. Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve siècle d’après les suppliques de 1403 », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 82, 1970, p. 855-902.

50 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1111.

51 Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, M. Fournier (éd.), t. I, Paris, 1890, no 593, § 60.

52 Comme Pierre de Gaillac et Guillaume Tron, notaires à Tarascon-sur-Ariège en 1309, ou Arnaud de Verniolle, clerc de Pamiers, qui disent avoir étudié dans leur jeunesse à Toulouse (L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis et les cathares du comté de Foix, A. Pales-Gobilliard (éd.), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1984, p. 352, 358, 368-392 ; Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, J. Duvernoy (éd.), Paris, Mouton, 1978, p. 1052 et 1059).

53 Ibid., p. 1059.

54 L’« affaire » Aymeri Béranger, qui opposa en 1332 le consulat et l’université de Toulouse, impliquait plusieurs frères de l’important lignage féodal de Penne-d’Albigeois, installés en ville pour y étudier (Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. ix, p. 481 et suiv.).

55 Comme ce Pierre de Luzenac qui au sortir de ses études à Toulouse, pourtant interrompues, obtint une charge d’avocat à la cour du comte de Foix (L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis…, op. cit., p. 392).

56 J. Verger, « Les gradués en droit dans les sociétés urbaines du Midi de la France à la fin du Moyen Âge », dans Milieux universitaires et mentalité urbaine au Moyen Âge, D. Poirion (éd.), Paris, 1987, p. 145-156 ; Y. Dossat, « L’Université de Toulouse… », op. cit., p. 67, 77-78, 80-84.

57 Les coutumes…, op. cit., art. 156, p. 147-148.

58 La commune…, op. cit., p. 476-477.

59 Texte cité dans J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 53.

60 Les statuts et privilèges…, op. cit., t. I, no 544, § 75.

61 Le mercator forensis ou extraneus est exclu du commerce de détail par le statut des couteliers (1292), et doit subir une inspection de sa marchandise dans celui des vendeurs d’huile (1303) : Early Gild Records of Toulouse, M. A. Mulholland (éd.), New York, Columbia University Press, 1941, p. 24 et 98.

62 Ibid., p. 5, 21 et 66-67.

63 Ibid., p. 68-71 et 133-138.

64 Les bouchers, où se comptent donc un certain nombre d’immigrés dans les années 1330, forment alors un milieu de « gagne-petit » (P. Wolff, « Les bouchers de Toulouse du xiie au xve siècle », dans id. , Regards sur le Midi médiéval, Toulouse, Privat, 1978, p. 109).

65 Signalons par exemple les chartes du Fousseret de 1247 (J. Décap, « Le Fousseret, ses origines, sa coutume », Revue de Comminges, 20, 1905, p. 215) et de Mauzac de 1274 (S. Dejean, « Statuts et règlements de l’an 1262. Une charte de coutumes inédite à Mauzac », Revue de Comminges, 114, 1998, p. 544).

66 À l’image de cet apprenti originaire de Mirepoix et placé chez un cordonnier de Pamiers, qui recherche au début des années 1320 une place de domestique chez un chanoine de la ville, car il désespère de gagner sa vie dans cette profession (Le registre d’inquisition…, op. cit., p. 1062).

67 Ibid., p. 1041, 1045, 1050, 1052 et 1058-1059.

68 L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis…, op. cit., p. 371-373 ; Le registre d’inquisition…, op. cit., p. 1183.

69 J. Petrowiste, « Défricheurs ou investisseurs… », op. cit., p. 92-95.

70 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 119-120.

71 P. Wolff, Les « estimes » toulousaines des xive et xve siècles, Toulouse, 1956, p. 53-55.

72 Toulouse au Moyen Âge…, op. cit., p. 148.

73 P. Wolff, Les « estimes… », op. cit., p. 57 et p. 160, no 188-189.

74 Bibliothèque nationale de France, collection Doat, t. xxv, fol. 47 (vers 1272). La famille, qui vivait jusqu’au début des années 1270 dans le quartier voisin de la Dalbade, semble avoir profité des opérations d’aménagement et de lotissement de l’île de Tounis, évoquées dans un acte d’inféodation de 1271 cité par J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 15-16.

75 Une structure de contrôle des loyers est en principe mise en place en faveur des étudiants de Toulouse dès 1233. Elle ne parvient semble-t-il guère à régler leurs problèmes de logement, qui font l’objet d’articles dans les statuts de 1313, 1329 et 1341 (Les statuts et privilèges…, op. cit., t. I, no 506, no 544 § 59, no 558 § 8 et no 596).

76 L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis…, op. cit., p. 368-392. Certains étudiants limitaient aussi leurs frais d’hébergement en pratiquant la colocation d’une chambre, comme Guillaume Tron, originaire de Tarascon-sur-Ariège (ibid., p. 358).

77 Le fait est souligné pour Toulouse un siècle plus tard, dans un contexte où le marché du logement s’est certes bien détendu : P. Wolff, « Toulouse vers 1400 : répartition topographique des fortunes et des professions », dans id ., Regards sur le Midi médiéval, op. cit., p. 277.

78 Toulouse au Moyen Âge…, op. cit., p. 149-150 ; O. de Saint-Blanquat, « Sur l’établissement de deux bastides aux portes de Toulouse en 1303 », Recueils de l’Académie de législation, 1, 1951, p. 164-172.

79 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 318-321.

80 J. H. Mundy, The Repression of Catharism…, op. cit., p. 155-167.

81 Archives municipales de Toulouse, AA 3, no 229.

82 Le registre d’inquisition…, op. cit., p. 1045 et 1058.

83 Le mariage de l’immigré ou de ses enfants avec des autochtones constitue souvent une des clés de son intégration économique et sociale, en facilitant par exemple son accès à un métier ou à un réseau de solidarités familiales. Dans l’état actuel de la recherche, les stratégies matrimoniales des néo-citadins des xiie-xiiie siècles ne peuvent toutefois guère s’appréhender qu’au sein des milieux de l’élite toulousaine, comme dans le cas précédemment évoqué de Pons Capdenier.

84 J. H. Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 320-321.

85 Cl. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1186-1187 (1245).

86 Cette interdiction, signifiée en 1245, est renouvelée en 1266 (Les statuts et privilèges des universités…, op. cit., t. i, no 526). La présence de nombreux enfants de l’aristocratie parmi les étudiants explique probablement qu’elle soit bien difficile à faire respecter.

87 Ibid., no 533.

Auteur

MCF (Paris 7) ICT (EA 337) et FRAMESPA (UMR 5136)

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540