Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Première partie. Identifier les migrants

Trévise et ses migrants au xve siècle

Matthieu Scherman

Résumé

Trévise au xve siècle est une ville de dimensions moyennes peuplée d’environ 10 000 habitants. En cela, elle est représentative de la majorité des centres urbains de la péninsule italienne. Le fait qu’elle soit dépendante politiquement et fasse partie du domaine vénitien de Terre ferme est également une caractéristique importante. Enfin, la richesse des archives conservées constitue un dernier point à souligner pour affirmer que Trévise forme une espèce de laboratoire.
Les sources fiscales – principalement les neuf estimi réalisés de 1434 à 1509 –, administratives, notariales ainsi que les registres de baptêmes permettent une entrée en matière qualitative, mais aussi quantitative, à la question des migrations et des mobilités en milieu urbain. Par-là, des parcours individuels et familiaux peuvent être mis en lumière démontrant leur grande fluidité et leur complexité. Sont ainsi perçus les étapes des migrations, les réseaux, à la fois « d’origine » et familiaux, mais aussi les succès des mobilités et des implantations de certains individus et de leurs familles. En effet, les échecs ou les départs de Trévise sous d’autres cieux sont beaucoup plus difficiles à repérer dans les sources, tout comme les migrations pour de courtes périodes. Celles-ci semblent intéresser une partie importante de la population présente en ville. Le centre urbain est formé d’une vaste masse mouvante apparaissant et disparaissant au gré des opportunités économiques.
Le cas trévisan permet de mener une enquête détaillée sur un des aspects majeurs des centres urbains : le fonctionnement des systèmes de migrations sur de courtes ou longues distances ainsi que leurs devenirs respectifs.

Treviso in the 15th century has a population of approximately 10000, which is typical of the Italian Peninsula. It is part of the Venetian Mainland and its archives are rich. We are able to study urban migrations and mobility through fiscal sources—mainly the nine estimi from 1434 to 1509—or through official and notarial reports. Individual and family itineraries can be highlighted, showing both deep complexity and fluidity. We can also examine the stages of migration, the migration networks, and the successes of migrants. Unfortunately, their failures do not appear easily in this type of archival material.
In the Middle Ages, people travel from one place to another very often, and Treviso makes it possible to carry out detailed research into one of the major aspects of urban centres: how migration systems work.

Note de l’auteur

Toutes les sources proviennent de l’Archivio di Stato di Treviso (désormais abrégé ASTreviso) ; abréviations utilisées : b. pour busta, q. pour quondam. Cet article fait suite à ma thèse soutenue en 2007, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge, M. Arnoux (Paris vii) et R. Mueller (Ca’ Foscari, Venise) dir., en cours de publication dans la collection de l’École française de Rome.

Texte intégral

1Trévise est une ville moyenne peuplée durant tout le xve siècle d’un peu plus de dix mille habitants. La ville et son territoire font partie du domaine vénitien de la Terre Ferme, dont elle a d’ailleurs été la première région conquise. Cette primauté, elle la doit à sa position stratégique sur la route vers Venise : le fleuve du Sile traverse la ville pour se jeter dans la lagune nord orientale, et la route du Terraglio mène à Mestre, que l’on pourrait définir comme l’avant-port de Venise. Trévise se situe ainsi sur l’une des voies de passage obligées vers Venise au sud ou vers les territoires germaniques au nord. Une telle position a forcément un impact sur la composition de sa population et, évidemment, sur ses mobilités.

2Les sources pour saisir ces mobilités sont nombreuses : tout d’abord, il existe une série de sources fiscales pour les deux tiers du xve siècle, les estimi, qui constituent la source principale de mon travail. Ensuite, les délibérations du conseil peuvent apporter des renseignements importants sur les décisions concernant les migrants ; enfin, les notaires et leurs nombreux registres apportent des éclairages intéressants. Il faut toutefois insister sur le fait que l’arrivée proprement dite en ville est extrêmement difficile à percevoir. Ce n’est qu’en retraçant certains parcours de familles que les étapes de l’intégration dans la ville se matérialisent.

3Tout d’abord, l’analyse des sources et des données transmises est nécessaire pour entamer un travail sur les mobilités ainsi que sur le vocabulaire de la migration ; ensuite, l’implantation dans la ville sera perçue par le prisme de quelques cas ; enfin j’essaierai de démontrer que les mobilités spatiales sont nécessaires aux mobilités sociales ascendantes et qu’elles sont consubstantielles à la survie économique de la ville.

Les estimi et la mention des origines

  • 2 ASTreviso, Estimi, b. 87/1, 03/03/1490, 1486 per la conditione de Piero Zorzi Lusa nodaro fu da Fel (...)

4Il est évident que les recensements fiscaux ne délivrent pas une information exhaustive. Toutefois, ils constituent un moyen de repérer des phénomènes, notamment la répartition de la population selon son origine géographique. Il est courant d’émettre des doutes sur la signification des origines reportées dans les déclarations fiscales. Cependant un grand nombre d’indices prouvent la réalité de l’origine, que celle-ci soit lointaine ou proche. Ainsi un notaire en 1486, Piero Zorzi de Feltre, veuf de la fille d’un entrepreneur textile originaire lui aussi de Feltre, note qu’il habitait à Feltre et que « maintenant », précise-t-il, il réside à Trévise. Or, Piero Zorzi est Trévisan depuis au moins 1460. Cela prouve que son origine est importante tout au long de sa vie, et il s’est d’ailleurs marié avec la fille d’un compatriote de Feltre2.

  • 3 ASTreviso, Estimi, b. 70, lettre P, 23/11/1462.
  • 4 Voici quelques exemples pris dans l’estimo de 1462 : Zuan Todescho, boulanger, emploie un Zuan Tode (...)
  • 5 P.-A. Rosental, « Une histoire longue des migrations », Regards croisés sur l’économie, 8, 2010/2, (...)

5Cette origine est également importante pour la population urbaine comme on peut le percevoir dans l’appellation de El Fiorenti utilisée pour définir le teinturier Lorenzo Fiorentin, présent à Trévise de 1448 à 14623. Il est désigné par les autres parfois seulement comme El Fiorentin, et ce jusqu’en 1462. Son gendre est mentionné en 1481 dans les registres des contribuables de la sorte : Francesco Rizo q. ser Andrea da Padova zenero del Fiorentin Tintore. De même, l’engagement de personnel à domicile prouve également l’incidence de l’origine géographique dans les relations sociales et économiques. Il n’est pas rare que les employés soient de la même origine que leurs employeurs4. L’importance de l’origine géographique est donc perceptible dans les milieux urbains. La présence sur place de compatriotes offre « un cana[l] de mobilité » pour les migrants ; ils trouvent ainsi des moyens matériels plus aisés pour arriver en ville et s’y insérer5.

6D’un point de vue quantitatif, les mentions des origines sont nombreuses. Dans le premier estimo en 1434, environ la moitié des 1 200 enregistrements, recèle une indication de provenance des contribuables, comme pour le suivant allant de 1439 à 1441. Pour l’estimo mis en chantier en 1447, près de 60 % des contribuables ont une origine géographique connue, comme pour l’estimo débuté en 1462 puisque sur 1 515 contribuables, 900 font mention de leur origine géographique, soit 59 %. En 1474, 52 % des contribuables ont une origine connue et pour celui de la fin du siècle, en 1499, 46 % des noms sont suivis de la provenance.

Le vocabulaire employé pour désigner les migrants et les mobilités

  • 6 U. Israel, Fremde aus dem Norden. Transalpine Zuwanderer im spätmittelalterlichen Italien, Tübingen (...)
  • 7 ASTreviso, Estimi, b. 68, lettre B, 01/12/1462 (Zuan da Bressa) ; pour la transcription de la décla (...)
  • 8 ASTreviso, Comunale, b. 46, livre C, fol. 21r-22v : Item che alguno che non fosse citadin ut supra (...)

7Uwe Israel, étudiant, les Allemands à Trévise, a bien mis en évidence l’absence d’utilisation du mot étranger, foreste en vénitien, dans les sources pour mentionner les populations résidantes d’origine étrangère6. La simple indication géographique suffit à indiquer l’origine « étrangère » au sens médiéval du terme. C’est la résidence qui compte et non l’origine et cela se perçoit aisément dans la diatribe d’un porteur de sacs contre les étrangers. Le porteur provient de Brescia, il est donc tout sauf un Trévisan de souche. Or, il peste contre les étrangers, qui n’étant pas du pays, emportent de l’argent gagné dans le Trévisan en dehors du pays, fuora del paese7. Les étrangers sont ceux de l’extérieur, la dialectique dedans / dehors est fortement marquée. Cela se perçoit également dans certaines décisions de la ville. Ainsi, lors de la réforme des statuts des peaussiers de 1443, élaborée en 1467, une gradation apparaît dans le droit d’entrée : celui-ci varie en fonction du statut et de son arrivée plus ou moins précoce dans la ville. Si l’on est fils ou frère de peaussiers travaillant à Trévise, il est demandé la somme la moins importante, £ 5 ; elle double si l’on n’est pas héritier de peaussier et si le candidat à l’entrée n’est pas le fils d’un citoyen mais qu’il a payé des impôts. Enfin, elle triple si l’on vient d’ailleurs ; dans le règlement, il est dit « venir d’ailleurs pour habiter dans la ville de Trévise8 ». En outre, celui qui vient d’ailleurs doit déposer une caution et jurer de venir avec sa famille et de rester dans la ville au moins six années. Les statuts mettent en évidence ce qu’attendent les autorités de l’arrivée des migrants : ces derniers doivent accroître les revenus de la ville en y résidant longuement.

  • 9 ASTreviso, Estimi, b. 36, lettre O, 01/09/1441, Pasqua da Albergare forestieri ; ibid., pour Cora :(...)

8Ce n’est pas la migration en tant que telle qui est condamnée mais plutôt le passage rapide et lucratif sur le territoire sans en supporter les coûts et sans participer au bien commun. Dans les sources, il n’existe pas de mot spécifique pour la migration, on vient seulement de l’extérieur. Un foreste, dans le langage fiscal, c’est celui qui détient des biens dans la circonscription fiscale du Trévisan et qui n’y a pas son domicile, mais qui paie des impôts. Les autres migrants sont désignés comme venant du dehors. Un bon migrant est celui qui s’installe dans la ville, le mauvais est celui qui prend l’argent sans en apporter. Pourtant, en plus des logements loués à des migrants pour des périodes indéterminées, des installations sont en place pour accueillir les migrants temporaires. Tout le monde ne voit pas d’un mauvais œil ce type de mobilité, notamment les nombreux aubergistes de la ville. Voici Pasqua, qui dispose de cinq lits pour accueillir des étrangers, forestieri, ou encore Cora, aubergiste lui aussi, qui met à disposition « neuf lits pour des étrangers et d’autres gens qui arrivent pour la pêche9 ». Ici, le mot forestieri est employé pour désigner des migrants de passage, sans aucune connotation péjorative puisque les déplacements forment une partie du gagne-pain des aubergistes de la ville. Ainsi, le total de lits des auberges est assez important : il correspond à un peu moins de 100 lits disponibles, signe de l’attractivité de la ville pour un grand nombre de migrants qui peuvent décider par la suite de rester pour une période plus ou moins longue dans le centre urbain.

  • 10 ASTreviso, Comunale, b. 46, livre C, fol. 17v-18v, décision du 1er février 1467.

9Le porteur de sacs originaire de Brescia parlait avec mépris en 1462 de certains autres fachin. Dans la même veine, en 1467, le conseil de Trévise constate que des étrangers repartent avec l’argent gagné à Trévise et son territoire, sans prendre part au bien commun alors qu’ils en profitent. Or, ils viennent tous les ans de l’extérieur et, pour la plupart, en provenance de territoires non soumis à Venise. Il est donc instauré une taxe de deux années pour les étrangers qui viennent commercer sur le sol trévisan afin qu’ils participent, comme l’ensemble de la communauté des habitants qui paie des impôts, à la construction d’un hôpital pour prémunir les habitants contre la peste10. Quelques indices permettent de penser que certains de ces fachin se sont installés par la suite dans la ville. Leur arrivée s’est faite par étapes et sur plusieurs générations.

Les étapes de l’arrivée en fonction des origines sociales et économiques

  • 11 Il est fréquent que les Bergamasques soient présents dans le secteur du commerce de détail, notamme (...)
  • 12 ASTreviso, Estimi, b. 39, fascicule 3, lettre G, 28/04/1450.
  • 13 Respectivement, ASTreviso, Estimi, b. 38, fascicule 1, 28/04/1450 et ibid., b. 41, lettre Z, 02/05/ (...)

10À Trévise, les fachin sont pratiquement tous des Bergamasques provenant du Val di S. Martino, mais ils ne se repèrent qu’à partir de l’estimo initié en 144711. Auparavant, il est possible qu’ils soient la cible du mécontentement des Trévisans qui paient leurs impôts et qui voient des « étrangers » profiter des opportunités économiques de Trévise et de son territoire. En effet, l’un d’entre eux, Guielmo q. Rigeto, n’est là que depuis dix jours en 145012. Toujours en 1450, les deux autres colporteurs recensés sont endettés avec les botteghe de Trévise mais aussi avec des Milanais ou des gens du Val di S. Martino : Antonio doit £ 27 à deux habitants du Val Imagna ou encore £ 31 s. 6 à Costantin de Milan, habitant à Padoue, pour des merceries. De même, Zuan q. Andriol, probablement le frère d’Antonio, est redevable de £ 57 à Fachin da Contom, habitant à Bergame, pour des marchandises, roba, ou encore £ 34 s. 4 à un tailleur du Val di S. Martino13. Les liens et les affaires avec le territoire d’origine sont donc maintenus. Par contre, tous sont endettés auprès des botteghe de Trévise.

  • 14 ASTreviso, Estimi, b. 59, lettre F, 02/01/1460 : vende marzaria et spciciaria per le ville e tuol l (...)

11Les mécanismes, invariables, du commerce sont expliqués par les colporteurs dans leurs déclarations. En 1450, Guielmo q. Rigeto, sans se définir par une activité, indique vendre des merceries et des épices ici et là dans les villages. Il inscrit quatre dettes, toutes dues à des Trévisans : le mercier Concordi sur la Cal Mazor, la stazon d’Antonio d’Arcade, la bottega de l’épicier Batista située également Cal Mazor, enfin la bottega du tailleur Jacometo. À la suite, il explique que toutes les marchandises qu’il possède proviennent des créanciers cités. De même en 1460, Antonio, présent au moins depuis 1450, met en évidence des pratiques similaires : il parcourt le territoire pour vendre des produits acquis auparavant à crédit14.

  • 15 ASTreviso, Estimi, b. 38, fascicule 1, 28/04/1450 : Et el dito Antonio si fa l’arte de la merzaria (...)
  • 16 ASTreviso, Estimi, b. 41, lettre Z, 02/05/1450 : va vendando spiziaria e marzaria e lin per la zità (...)

12Les marchandises sont transportées à dos de mule : Antonio, en 1450, en possède une avec laquelle il parcourt le Trévisan, et détient des avoirs d’un montant de £ 150 auprès d’innombrables personnes, aussi bien à l’intérieur qu’en dehors du district15. Cela signifie-t-il que ses clients proviennent à la fois de la podesteria de Trévise mais également des autres territoires ? En 1450, Zuan q. Andriol et son associé Zuan fils de Guielmin se déplacent pour vendre des produits de mercerie, des épices et du lin également avec une mule en arpentant la ville de Trévise et son district16.

  • 17 ASTreviso, Estimi, b. 61, lettre U.

13Le commerce avec le territoire s’avère profitable puisque les montants estimés correspondant aux marchandises détenues ne sont pas négligeables. Ainsi, les opportunités offertes par le colportage permettent d’acquérir une position stable dans la ville. Il semblerait que les colporteurs aient été intégrés par la suite dans la scuola des merciers, et certains se définissent d’ailleurs comme merciers. En 1460, Jacomo Rigeto q. Tomaso, mercier, vit et travaille avec son associé et oncle Guielmo, celui de 1450. Or, Les techniques du commerce sont similaires : ils sont endettés envers Filippo Meraveia, un marchand originaire de Venise, mais demeurant à Trévise, et Tomaso da Montona17.

  • 18 ASTreviso, Estimi, b. 60, lettre M, 1460.
  • 19 ASTreviso, Estimi, b. 79, fascicule 1, lettre M, 1486.
  • 20 Le cas des colporteurs peut être comparé à celui des tisserands réfugiés à Rouen inscrits dans un p (...)

14En 1460, le mercier Domenego da Bergamo q. Zuan est recensé18. Il s’agit du cousin de Jacomo et du neveu de Guielmo cités ci-dessus, et il est probable qu’il soit le fils du colporteur Zuan recensé en 1450 et 1455. Il habite dans la contrada de S. Augustin dans la maison du cordonnier Polo Marigeta pour un loyer de £ 24, c’est-à-dire dans la partie de maison déjà occupée par le colporteur Antonio en 1450. Il est évident que les liens de familles, d’affaires et d’origine se mêlent pour garantir l’établissement dans la ville. En effet, en 1462, Domenego Fachin occupe une partie de la maison du cordonnier mais aussi une partie de sa bottega. Il accueille sous son toit son oncle Guielmo et son cousin Jacomo, et Domenego est présent comme mercier jusqu’en 148619. L’établissement dans une bottega en ville trouve son origine dans la fréquentation pour affaires du territoire environnant par plusieurs générations antérieures. Les merciers ambulants du Bergamasque démontrent les possibilités économiques offertes par les migrations, aussi bien pour les colporteurs euxmêmes que les acteurs économiques de la ville déjà installés. L’implantation progressive dans la ville est mise en évidence par la structure de leur endettement. En effet, au départ, ils sont en lien avec les acteurs du Bergamasque, ensuite ils sont de plus en plus endettés avec des merciers de Trévise, pour finir par résider pour une longue période dans la ville. Ils ont tissé des liens avec les acteurs trévisans au fur et à mesure de leur fréquentation du territoire pour affaires. Guielmo, en 1450, déclarait qu’il était arrivé en ville depuis une dizaine de jours et qu’il conservait son argent pour se procurer un lit et les meubles nécessaires à son installation dans une maison : il introduit ainsi aux difficultés matérielles d’une arrivée en ville. D’ailleurs, à son arrivée, il est obligé de loger avec sa femme et sa fille en bas âge dans une maison divisée en trois. Il ne connaît d’ailleurs pas encore le nom d’un des occupants. Néanmoins, les déclarations successives démontrent qu’il a réussi son implantation dans l’économie locale20.

15Les exemples de l’entrée dans la confrérie des peaussiers et celles des merciers ambulants du Bergamasque démontrent les réticences des habitants et des autorités face à certaines migrations. Celles-ci sont nécessaires, mais elles doivent être encadrées et profiter à la ville et à son économie. Les déclarations mettent également en évidence les avantages que pouvaient procurer les migrations temporaires à certains habitants de Trévise. En effet, les propriétaires de logements peuvent ainsi gagner de l’argent des mobilités. Pour les individus et les familles plus importantes, l’arrivée en ville semble se faire d’une façon plus aisée.

  • 21 G. Cagnin, Cittadini e forestieri a Treviso nel Medioevo (secoli xiii-xiv), Vérone, Cierre Edizioni (...)
  • 22 Sur les Toscans à Trévise, M. Scherman, « I Toscani a Treviso nel Quattrocento », dans I Toscani ne (...)

16L’exemple des familles toscanes met cela en lumière. Giampaolo Cagnin, étudiant les étrangers à Trévise, s’est intéressé aux Toscans. De 1286 à 1378, il a comptabilisé 17 privilèges de citoyenneté accordés à des Toscans. Les familles toscanes bénéficiaires en cette fin du xiiie et pour le xive siècle du privilège sont pour une moitié intéressées par le prêt d’argent, aussi bien aux particuliers qu’à la ville21. Au xve siècle, les Toscans ont quasiment disparu des secteurs économiques de la ville, à l’exception de quelques acteurs importants dans le secteur de la laine. Ils ne sont d’ailleurs qu’une dizaine à chaque estimo à provenir de la région toscane. Toutefois, si la confrontation est intéressante, c’est que les familles mentionnées pour les siècles antérieurs sont toujours présentes à Trévise au xve siècle ; seulement, elles sont totalement intégrées dans la noblesse. Un membre de la famille Adimari, déjà référencée au xive siècle, Nicolò, est cité comme prêteur dans les registres des conseils de la ville du xve siècle, et une fois comme drapier. Les autres membres de la famille font partie de la classe des nobles. Ainsi, durant les mêmes années que Nicolò, un certain Carlo est cité comme juge. Dans ces registres du xve siècle, tous les Toscans arrivés durant les siècles précédents sont présents et sont classés parmi les nobles. Ainsi, l’arrivée en ville de grandes familles toscanes, que l’on peut trouver dans tout le Frioul et à Venise, à donné lieu à une intégration parfaite un siècle plus tard22.

Quelques cas d’arrivées réussies dans un centre urbain qui se nourrit des mobilités

  • 23 Pour un parcours plus détaillé de la famille, cf. M. Scherman, « La Scorzaria de Trévise (1434-1504 (...)

17En 1434, lors de la première opération d’estimo, un certain Zampiero est enregistré en tant que cordonnier. Il provient de Portobuffolè à 40 km au nordest de Trévise. Il est peut-être là depuis quelques années puisque sa bottega se situe dans le centre de la ville, mais il n’a pas encore acquis de biens dans la ville et à l’extérieur, il ne dispose que de la force de ses bras. Un changement de carrière, toujours dans son domaine, la tannerie, apporte une amélioration de ses conditions économiques. Ayant vu une opportunité de devenir fournisseur de cuir pour ses anciens collègues, il l’a saisie et cela apparaît comme une grande réussite pour lui et sa famille. Ses fils abandonnent peu à peu toute activité pour se consacrer à la gestion de leurs nombreux biens immobiliers disséminés à l’intérieur de l’espace urbain et de leurs terres acquises dans le Trévisan. Zampiero était affublé d’un surnom en rapport avec un handicap, il est dit Zoto, le boiteux. En 1499, ses enfants et ses petits-enfants, et les autres habitants de la ville, ont transformé ce surnom quelque peu péjoratif en dei Zoti, signe d’une certaine noblesse, noblesse qu’ils pratiquent en ne pratiquant aucune activité manuelle. En quelques décennies, un cordonnier non originaire de Trévise a réussi à procurer à sa famille l’aisance économique, et à lui permettre, au bout de deux générations, d’accéder aux honneurs et à la reconnaissance sociale. Cette reconnaissance se matérialise par la constitution d’un patrimoine : ils sont véritablement installés dans la ville grâce aux nombreuses maisons qu’ils mettent en location23.

18La mobilité sociale ascendante n’apparaît possible que grâce aux mobilités spatiales. En effet, les arrivées en ville assurent un renouvellement permanent des populations : sans un tel renouvellement, il serait impossible aux familles de quitter leurs anciens habits mécaniques pour vivre noblement, sous peine de voir l’économie urbaine s’effondrer. Si l’on prend les trois merciers les plus importants au début des opérations de recensement, on s’aperçoit tout d’abord qu’aucun n’est originaire de Trévise.

19Le plus important mercier est une mercière, elle se nomme Agnola et est en fin de carrière. Elle est liée à une autre famille de riches merciers, les da Prato, donc originaires de Toscane. En 1434, Nicolò da Prato est un mercier implanté dans le centre de la ville, sur la Cal Mazor, et inséré dans les structures de décisions de la ville. Dans les registres de délibérations de Trévise, son nom est mentionné dans plusieurs commissions. La famille da Prato fait donc partie des familles importantes. Au travers des estimi, on peut appréhenser les parcours des deux générations successives. Les deux fils de Nicolò ont suivi les pas de leur père : ils sont tous deux merciers. À la génération suivante, la diversification est plus importante : un des petits-fils est mercier, tandis qu’un autre a été dirigé vers le travail non manuel, puisqu’en 1477, il se présente comme notaire. Enfin, le petit-fils mercier est toujours présent en 1499, mais il a abandonné la mercerie et est affublé du titre honorifique de ser.

20Le troisième mercier par l’importance de la valeur de sa bottega est un certain Tomaso da Montona. Il est fort possible qu’il provienne de l’Istrie voisine. En 1434, il vit dans un borgo de Trévise et il entame peu à peu son ascension en s’installant dans le cœur économique de la ville en s’associant avec la mercière Agnola, citée plus haut. Il reprend sa bottega pour devenir en quelques années un mercier incontournable et respecté de la ville et de sa région. Si bien qu’en 1499, alors que la famille Montona est devenue une des plus importantes de la ville et que la petite-fille de Tomaso a épousé un comte du Frioul, la mercerie est oubliée pour l’ensemble de ses membres. Comment cependant l’activité fort lucrative de mercier se maintient-elle dans la ville ?

21Lorsque l’on examine les trois plus importantes merceries de la fin du siècle, les noms sont renouvelés. Un certain Nicolò da Montona est le premier mercier en termes de patrimoine ; je n’ai pas réussi à établir un lien de parenté entre celui-ci et la famille de Tomaso, il se peut qu’il soit un cousin éloigné. Il est enregistré pour la première fois en 1486. Ce sont les seules informations dont on dispose sur lui.

22Un autre est Vanin da Padova, sa famille est présente à Trévise depuis plusieurs générations. Sa grand-mère maternelle est une veuve de boucher originaire de Prato. Sa mère s’est mariée avec un teinturier originaire de Padoue et elle s’est retrouvée veuve très vite. La survie de la famille a été assurée par son choix de placer ses enfants auprès des merciers importants de la ville, un notamment chez un associé de Tomaso da Montona, Bertolamio da Montona.

  • 24 P.-A. Rosental « Une histoire longue des migrations », op. cit., p. 74.

23Enfin le dernier des trois merciers est très intéressant pour examiner l’arrivée en ville. Il se nomme Baldisera da Fossalunga. Fossalunga est un village du Trévisan situé à 16 km de Trévise. Il est enregistré une première fois en 1462 dans la déclaration de Tomaso da Montona, il est fameio, domestique. Il travaille et loge dans la mercerie la plus importante du moment. Attiré par la ville, il a sûrement choisi d’apprendre ou de se perfectionner dans la bottega la plus dotée et la plus connue de Trévise. La réputation a probablement guidé son choix. Quelques années plus tard, il travaille toujours pour Tomaso et fait partie des employés de Tomaso qui signent un contrat avec lui pour gérer la bottega avec l’argent investi par Tomaso. Encore quelques années plus tard, le même contrat est conclu avec Zulian, le fils de Tomaso. En 1499, Baldisera a gagné sa place de mercier indépendant. Parti de son village, il a intégré la ville par étapes. Tout d’abord en s’installant chez un mercier renommé, ensuite en continuant à y travailler tout en logeant de son côté, enfin, en devenant totalement indépendant. Baldisera a donc permis, en quelque sorte, la mobilité sociale ascendante de la famille Montona et à maintenir une des activités les plus importantes à l’intérieur de la ville. Baldisera a suivi approximativement les parcours des « domestiques de cycle de vie » rencontrés dans l’Europe du nord-ouest. Avant de devenir propriétaires d’une exploitation, ils étaient obligés de migrer et de se faire domestique avant leur mariage24.

24Ainsi, les mobilités spatiales sont une des conditions nécessaires aux mobilités sociales ascendantes. Et, d’une manière générale, les migrations lointaines ou proches en direction de la ville sont obligatoires pour la formation et le renouvellement de la main-d’œuvre, pour le maintien du tissu économique. La ville attire, et elle attire pour son propre bénéfice.

  • 25 Ainsi Piero Zelegin, charron fils de charron, de Scandolara, dans le Trévisan, s’insère sur le marc (...)
  • 26 ASTreviso, Estimi, b. 70, lettre P, 30/11/1462 et ibid., b. 81, inscription dans le registre des co (...)
  • 27 ASTreviso, Estimi, b. 37, lettre S, 02/09/1441, déclaration de Jacomo et Zanin q. ser Silvestro.

25Reste la question proprement dite de l’arrivée : les quelques exemples présentés ci-dessus mettent en évidence le caractère progressif de l’établissement en ville. Pour les habitants des environs, les informations sur les opportunités à saisir, par exemple la reprise d’une bottega du fait de la mort du tenancier, peuvent facilement s’obtenir25. Voici un porteur de vin, Antonio q. Valente da Posega, donc d’origine slave, qui utilise sa déclaration en 1462 pour narrer ses débuts à Trévise, mettant ainsi à jour une façon de s’installer en ville. Il habitait auparavant à Volta de Fagaré, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Trévise, et lorsqu’il est arrivé en ville, il logeait dans une chambre chez un épicier dénommé Silvestro : en guise de loyer, il s’occupait de son jardin. La suite de l’histoire s’imagine dans ses déclarations successives. En 1462 et 1477, il est locataire à la Tolpada, sur la Riva à l’est. Une fois sa situation stabilisée, il a pu prendre son autonomie en s’implantant dans une des zones les plus dynamiques de la ville26. En 1462, il doit être présent en ville depuis une trentaine d’années : en effet, on trouve en 1441 la déclaration de deux frères épiciers, fils du défunt Silvestro, qui détiennent effectivement un jardin en ville27.

  • 28 P. Braunstein, « Cannaregio, zona di transito ? », dans La città italiana e i luoghi degli stranier (...)

26Pour les migrants provenant de territoires plus lointains, un dense fil créé par les compatriotes permet d’arriver en ville en connaissant certains besoins ou certaines occasions à saisir pour des personnes mobiles. Il reste à faire une analyse plus poussée des installations en ville. Les premiers résultats mettent en évidence que les marges de la ville sont, comme Philippe Braunstein définit le quartier de Canareggio à Venise, une zone de transit28. Les borghi jouxtant les murs de Trévise sont une bonne façon pour les migrants de s’installer. Ainsi Tomaso da Montona commence sa carrière dans un des borghi avant de s’implanter au cœur économique de la ville. Un dernier exemple permet d’étayer l’argument. Dans les déclarations fiscales du territoire, dans le village de Quinto, à moins de 10 kilomètres de Trévise, un certain Polo, tailleur originaire de Soncino en Lombardie, est recensé en 1459. En 1473, celui-ci, alors installé dans un borgo attenant à Trévise, conclut un contrat d’apprentissage avec un barbier pour son fils. On le voit, les marges de la ville sont des endroits parfaits pour commencer son urbanité en douceur, pas encore dans les murs, peut-être dans un paysage qui n’est pas encore tout à fait une ville, ni le village que l’on vient de quitter, une espèce d’entre-deux.

27Pour conclure, il est certain que les sources ne mettent pas clairement en évidence l’arrivée en ville. Cependant elles sont suffisantes pour en percevoir les mécanismes. Les migrants sont nombreux, il suffit de regarder la masse de contribuables arborant une origine géographique plus ou moins lointaine dans les recensements fiscaux pour comprendre le renouvellement permanent des populations. Il est courant de présenter Trévise et sa région comme le jardin de Venise sans grande envergure économique ; toutefois, ces arrivées permanentes de migrants prouvent son attractivité.

  • 29 Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, op. cit.

28Schématiquement, deux positions envers les migrants coexistent : le rejet et l’acceptation. Le rejet des migrants passagers et l’acceptation, par étapes, pour ceux qui s’installent. La protection sociale instituée dans la ville n’est envisagée que pour les habitants. Les migrants ne sont acceptés que lorsqu’ils deviennent des habitants à part entière. De toute façon, les migrations sont obligatoires pour maintenir le tissu économique de la ville et pour assurer les mobilités sociales ascendantes : les sociétés médiévales sont véritablement des « sociétés en mouvement29 ».

Notes

2 ASTreviso, Estimi, b. 87/1, 03/03/1490, 1486 per la conditione de Piero Zorzi Lusa nodaro fu da Feltre hora habita in Treviso. Pour sa première apparition dans les estimi, cf. ASTreviso, Estimi, b. 61, lettre Z, 1459. P. Beck, M. Bourin, P. Chareille, « Anthroponymie et déplacements (ixe-xve-xxe siècles) : migrations, réseaux, métissages » dans Name und Gesellschaft im Frühmittelalter. Personennamen als Indikatoren für sprachliche, ethnische, soziale und kulturelle Gruppenzugehörigkeiten ihrer Träger, D. Geuenich et I. Runde (dir.), Hildesheim-Zürich-New York, Georg Olms Verlag, 2006, p. 219-240.

3 ASTreviso, Estimi, b. 70, lettre P, 23/11/1462.

4 Voici quelques exemples pris dans l’estimo de 1462 : Zuan Todescho, boulanger, emploie un Zuan Todescho (ASTreviso, Estimi, b. 70, lettre P, 24/11/1462) ; un autre Zuan Todescho, boulanger, emploie un autre Zuan Todescho (ibid., b. 69, lettre F, 4/12/1462) ; Anzelin q. Zuan de Alemagna, tailleur, emploie un Cristofol Todescho (ibid., b. 70, lettre S, 23/11/1462) et, dernier exemple, Mathio q. Thomaso Schiavon emploie Andrea Schiavon et Michiel Schiavon (ibid., b. 69, lettre M, 24/11/1462).

5 P.-A. Rosental, « Une histoire longue des migrations », Regards croisés sur l’économie, 8, 2010/2, p. 74-80, p. 74. Pour les modalités d’intégration des marchands toscans à Barcelone, cf. M. E. Soldani, Uomini d’affari e mercanti toscani nella Barcellona del Quattrocento, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 2010, p. 35-204.

6 U. Israel, Fremde aus dem Norden. Transalpine Zuwanderer im spätmittelalterlichen Italien, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2005. Les statuts de Trévise de 1385 définissent le forensis comme ne résidant pas dans la ville et ne payant pas d’impôt. Sur la présence allemande à Venise, P. Braunstein, « Appunti per la storia di una minoranza : la popolazione tedesca di Venezia nel Medioevo », dans Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, R. Comba, G. Piccinni, G. Pinto (éd.), Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1984, p. 511-517.

7 ASTreviso, Estimi, b. 68, lettre B, 01/12/1462 (Zuan da Bressa) ; pour la transcription de la déclaration, cf. M. Scherman, « Les marchés du travail et les mobilités des travailleurs : le cas de la ville de Trévise au xve siècle », dans Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, xle Congrès de la SHMESP (Nice, 4-7 juin 2009), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 121-129, ici p. 122.

8 ASTreviso, Comunale, b. 46, livre C, fol. 21r-22v : Item che alguno che non fosse citadin ut supra e non habia sustignudo li incargi e la fation cum la cità como citadin per anni continui e vignisse da altro per habitar in la cità de Treviso.

9 ASTreviso, Estimi, b. 36, lettre O, 01/09/1441, Pasqua da Albergare forestieri ; ibid., pour Cora : Item, tegno per forestieri et altra gente che ge ariva al osteleria mia per lo sarghi letti nove.

10 ASTreviso, Comunale, b. 46, livre C, fol. 17v-18v, décision du 1er février 1467.

11 Il est fréquent que les Bergamasques soient présents dans le secteur du commerce de détail, notamment les fachini. G. Pizzorusso, « Le migrazioni degli Italiani all’interno della penisola e in Europa in età moderna », dans Movilidad y migraciones internas en la Europa latina, A. Eiras Roel et D. Gonzales Lopo (éd.), Saint-Jacques de Compostelle, 2002, p. 55-86, ici p. 60, 67.

12 ASTreviso, Estimi, b. 39, fascicule 3, lettre G, 28/04/1450.

13 Respectivement, ASTreviso, Estimi, b. 38, fascicule 1, 28/04/1450 et ibid., b. 41, lettre Z, 02/05/1450.

14 ASTreviso, Estimi, b. 59, lettre F, 02/01/1460 : vende marzaria et spciciaria per le ville e tuol le robe in credenza.

15 ASTreviso, Estimi, b. 38, fascicule 1, 28/04/1450 : Et el dito Antonio si fa l’arte de la merzaria et spizaria et chasaria, et va vendando et comprando per le ville et puol valer quelo à in l’arte et dinari, con quelo me exerzito, lire trexento. Et ho una mulla, la qual adopero per nostro uxo : andar in qua et in là, puol valer ducati 6 d’oro £ 34 s. 4. Et diebo schuoder per tuto el destreto, si dentro come de fuora da infinite persone, zercha, £ cento e cinquanta.

16 ASTreviso, Estimi, b. 41, lettre Z, 02/05/1450 : va vendando spiziaria e marzaria e lin per la zità de Tervisio e per lo distreto insieme comesso Zuane fiol de Guielmin, so compagno.

17 ASTreviso, Estimi, b. 61, lettre U.

18 ASTreviso, Estimi, b. 60, lettre M, 1460.

19 ASTreviso, Estimi, b. 79, fascicule 1, lettre M, 1486.

20 Le cas des colporteurs peut être comparé à celui des tisserands réfugiés à Rouen inscrits dans un premier temps dans la draperie foraine à la fin du xive siècle et intégrés à la grande draperie en 1424, mettant en évidence l’insertion réussie au tissu économique de la ville. Cf. M. Arnoux et J. Bottin, « Autour de Rouen et Paris : modalités d’intégration d’un espace drapier (xiiie-xvie siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48, 2001, p. 161-191, ici p. 173.

21 G. Cagnin, Cittadini e forestieri a Treviso nel Medioevo (secoli xiii-xiv), Vérone, Cierre Edizioni, 2004, p. 194-195, 204-210, 223, 228-234 ; Idem, « Pro bono et fino amore de iusto et vero capitali et vera sorte. Documentazione notarile e credito a Treviso (secoli xiii-xiv) », dans Notaires et crédit dans l’Occident méditerranéen médiéval, F. Menant et O. Redon (dir.), Rome, École française de Rome, 2004, p. 97-124, p. 106-109.

22 Sur les Toscans à Trévise, M. Scherman, « I Toscani a Treviso nel Quattrocento », dans I Toscani nel Patriarcato di Aquileia in Età Medioevale, B. Figliuolo et G. Pinto (éd.), Udine, Selekta, 2010, p. 91-95. Les familles toscanes insérées à Trévise sont les mêmes que celles présentes dans les différentes localités du Patriarcat d’Aquilée, voir les autres contributions de l’ouvrage. Pour une analyse de la communauté des Lucquois à Venise, L. Molà, La comunità dei lucchesi a Venezia : immigrazione e industria della seta nel tardo Medioevo, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 1994.

23 Pour un parcours plus détaillé de la famille, cf. M. Scherman, « La Scorzaria de Trévise (1434-1504) : territoire et stratégies entrepreunariales des tanneurs de la ville », dans Voisinages, coexistences, appropriations. Groupes sociaux et territoires urbains (Moyen Âge-xvie siècle), C. Billen et C. Deligne (dir.), Turnhout, Brepols, 2007, p. 53-76.

24 P.-A. Rosental « Une histoire longue des migrations », op. cit., p. 74.

25 Ainsi Piero Zelegin, charron fils de charron, de Scandolara, dans le Trévisan, s’insère sur le marché urbain en rachetant la bottega à une veuve de charron qui vient de mourir : ASTreviso, Estimi, b. 103, fascicule 1, 30/04/1499. Pour cela, il a vendu des terres qu’il possédait dans son village. Pour une vue générale des migrations aux époques anciennes, cf. Le migrazioni in Europa : secc. xiii-xviii, Atti della « Venticinquesima settimana di studi », 3-8 maggio 1993, S. Cavaciocchi (éd.), Florence, Le Monnier, 1994.

26 ASTreviso, Estimi, b. 70, lettre P, 30/11/1462 et ibid., b. 81, inscription dans le registre des contribuables.

27 ASTreviso, Estimi, b. 37, lettre S, 02/09/1441, déclaration de Jacomo et Zanin q. ser Silvestro.

28 P. Braunstein, « Cannaregio, zona di transito ? », dans La città italiana e i luoghi degli stranieri (xv-xviii secolo), D. Calabi et P. Lanaro (éd.), Bari-Rome, Laterza, 1998, p. 52-62.

29 Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, op. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540