Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arriver en ville

 | 
Cédric Quertier
, 
Roxane Chilà
, 
Nicolas Pluchot

Présentation

Cédric Quertier, Roxane Chilà et Nicolas Pluchot

Texte intégral

1Le présent volume rassemble les actes du colloque « Arriver en ville : les migrants en milieu urbain au Moyen Âge. Installation, intégration, mise à l’écart », qui se tint à l’École normale supérieure de Lyon les 24 et 25 février 2011 et fut co-organisé par le CIHAM (UMR 5648 – Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux), le LAMOP (UMR 8589 – Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris) et le laboratoire junior VilMA (Histoire comparée des villes au Moyen Âge. Territoires, réseaux, identités), avec le soutien de la Ville de Lyon, du Conseil général du Rhône et de la Région Rhône-Alpes. Cette manifestation fut l’aboutissement d’un programme de recherches pensé et mené durant trois ans par une équipe de jeunes chercheurs qui, parallèlement aux travaux qu’ils menaient dans le cadre de leur doctorat, s’investirent dans un projet collectif visant à mettre en lumière les apports et les limites du concept de ville appliqué à la période médiévale (http://vilma.ens-lyon.fr).

  • 1 Un compte-rendu de chaque séance est disponible dans la rubrique « séminaires de recherche » du si (...)

2Porté par l’ENS de Lyon, le laboratoire junior VilMA a ainsi proposé, de septembre 2008 à juin 2011, des séminaires de recherches, des séances de réflexion sur les outils de l’histoire urbaine, ainsi que deux journées d’études1. À travers un parcours menant de la construction des identités urbaines aux logiques d’implantations mendiantes, en passant par la perception de l’espace ou la question des rapports des villes avec la campagne environnante, l’équipe a non seulement essayé de revenir sur certaines problématiques traditionnelles de l’histoire urbaine, mais aussi de poser les jalons de recherches à venir. En adoptant une perspective résolument comparatiste, l’objectif était in fine d’offrir une vision « à la limite », associant étroitement la ville à ce qui la parcourt, la dépasse ou éventuellement l’exclut, mais contribue aussi à la façonner en retour. Aussi le colloque « « Arriver » en ville » constitue-t-il, à sa manière, le dernier jalon d’un parcours qui, vraisemblablement, ne s’arrêtera pas là.

  • 2 Dont on pourra retrouver la synthèse dans N. L. Green, Repenser les migrations, Paris, Presses Uni (...)

3Ni bilan historiographique – qu’on trouvera dans l’introduction de Denis Menjot – ni résumé des théories élaborées par les sciences sociales à ce jour2, le court texte qui suit reproduit globalement l’argumentaire du colloque auquel tous les intervenants ont accepté de se conformer, et qui permet à notre sens de justifier la cohérence initiale du projet. Il ne s’agit évidemment que d’hypothèses à tester : le colloque a ainsi pu nuancer l’idée initiale d’une mise à l’écart des migrants.

  • 3 Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, Actes du colloque de la SHMESP (Ni (...)

4L’importance du phénomène migratoire dans le renouveau démographique des villes de l’Occident médiéval, à partir des xie-xiie siècles, est aujourd’hui un acquis solide de la recherche historique. Souvent étudiée à l’échelle de groupes sociaux envisagés dans leur globalité, ou bien à travers ses aspects juridiques et institutionnels, cette mobilité des populations3, dont se nourrit l’essor urbain, gagnerait assurément à être interrogée à plus grande échelle, au niveau des individus amenés, pour des raisons diverses, à s’installer en ville.

5C’est de ce constat qu’est née l’ambition d’une rencontre scientifique visant à interroger la place jouée par cette migration à destination et au sein des villes dans la construction du groupe social urbain et dans sa façon de vivre et de s’approprier la ville. Si, quantitativement, l’importance de cette mobilité urbano-centrée est en général avérée dans les phases de croissance urbaine, comment celle-ci s’inscrit-elle dans les trajectoires personnelles, dans les parcours individuels des hommes et des femmes qui franchissent, au Moyen Âge, les portes d’une ville ? C’est seulement, semble-t-il, à cette échelle d’analyse que l’on devrait être capable de distinguer, au-delà des contraintes politiques ou institutionnelles déjà évoquées, les « stratégies » d’implantation en ville et d’accès à la ville de ces nouveaux arrivants et leur insertion dans leur nouvel environnement social.

Le difficile repérage des nouveaux arrivants : sources et vocabulaire

6Pour ce faire, il nous est apparu nécessaire de nous interroger, avant toute chose, sur les moyens dont disposent les médiévistes pour repérer l’existence des néo-citadins.

7L’image donnée des néo-citadins est en effet différente selon les sources et les espaces envisagés, notamment parce que les néo-citadins sont rarement enregistrés en tant que tels, sauf dans les cas de naturalisation, ou dans les rares cas de dénombrements d’étrangers. Ils peuvent même être exclus des dénombrements de population : les institutions s’y intéressent indirectement, pour s’assurer qu’ils payent leurs impôts, participent à la guerre et aux charges communes, ou encore qu’ils satisfont bien aux règles des métiers. Le cas des populations mobiles, « flottantes », qui ne s’installent pas durablement en ville, doit également être considéré, et une étude précise de l’image des néo-citadins en fonction des sources considérées constitue donc un premier pas nécessaire.

8Et ce d’autant plus que l’utilisation des termes (migrant, immigré, étranger / extraneus / stranger / stranieri, aubain, forain / forensis / foreigner / forestieri, ou encore autre / alienus / alien) s’avère assez floue selon les historiens, notamment parce qu’ils ont affaire à des réalités différentes selon les époques, les régions et les sources. Redéfinir ce à quoi renvoient précisément tous les termes intégrant une part d’altérité permettrait de dresser un panorama aussi complet que possible des significations du vocabulaire de l’altérité. Cela suppose aussi d’intégrer le vocabulaire et les concepts développés par les sciences sociales s’intéressant aux migrations, aux étrangers et à l’altérité en général : les médiévistes ont-ils suffisamment intégré les récents développements de l’historiographie pour faire une utilisation prudente de la langue moderne ? Ceux que les sources qualifient de néo-citadins, de migrants, d’étrangers ne sont pas forcément les mêmes catégories que celles décrites par l’historien.

Migrations et déracinement : l’encadrement et les raisons des migrations

9Si les stratégies précises des acteurs peuvent être difficiles à appréhender dans les sources médiévales, il n’en reste pas moins possible de repérer la part du choix et de la contrainte dans la migration en ville. Dans cette optique, il s’agit d’envisager comment les néo-citadins ont composé avec les possibles contraintes politiques, juridiques, démographiques ou économiques qui les poussent ou les ont poussés à gagner le monde urbain : l’écart entre les normes parfois très restrictives et la pratique réelle de la migration est en effet central. Assurément, les réponses à cette question doivent être nuancées selon le niveau social des migrants. On ne saurait toutefois associer automatiquement la contrainte à l’arrivée en ville d’un individu aux ressources limitées, et, inversement, une totale liberté de choix à l’inurbamento de potentes issus de groupes sociaux plus favorisés. Quel que soit d’ailleurs le groupe social d’origine du migrant, il est ici particulièrement intéressant d’envisager, quand les sources le permettent, les stratégies utilisées par celui-ci pour contourner ces éventuelles contraintes, que celles-ci l’obligent à s’établir en ville ou, au contraire, qu’elles viennent contrarier un projet de départ vers la ville ou vers un nouveau quartier.

10À l’opposé parfois de ces facteurs contraignants, mais le plus souvent dans une relation dialectique avec eux, les avantages recherchés par l’installation choisie par le migrant en milieu urbain doivent bien sûr être pris en compte. Si les changements de résidence visant une amélioration de la situation matérielle d’un individu ou d’une famille semblent ici les plus évidents, on ne saurait oublier que nombre de déplacements, à destination de la ville mais aussi, au sein d’une même cité, d’un quartier à un autre, peuvent recouvrir d’autres motivations, liées notamment à des enjeux familiaux ou lignagers, juridiques, fiscaux ou encore politiques.

11Or, la nature de l’éventuelle contrainte combinée au projet individuel peut expliquer qu’une mobilité temporaire bascule vers la migration définitive avec l’installation du foyer principal de l’individu. Certaines catégories et métiers (circulation des artistes, des colporteurs, etc.) ne vivent leur déplacement que comme temporaire, mais replacer une mobilité, une migration, dans la durée permet aussi d’élaborer une étude dynamique de la relation à la ville, notamment autour de la question du départ. Quitter la ville n’est pas forcément synonyme d’exclusion sociale – notamment au haut Moyen Âge – et d’autres critères entrent également en jeu, puisque nombre d’exclusions sont fondées sur des motivations religieuses (exclusion des juifs auparavant protégés par les princes), des raisons politiques (expulsion de certains lignages ou factions) ou encore économiques. Il faut étudier les motivations, les conditions matérielles et les destinations de ce départ. Or, le départ d’une ville ne signifie pas pour autant quitter le monde urbain, et la focale se déplace vers une autre ville d’accueil – temporaire ou non. Il est donc indispensable d’étudier les éventuelles stratégies de contournement de ce départ : cette question de l’exclusion hors de la ville pourrait même nous permettre d’envisager la question des réseaux de solidarité urbains à plus petite échelle, pour voir comment les individus un temps expulsés de la ville mettent à profit et font vivre ces réseaux et structures inter-urbains, leur permettant parfois de regagner leur cité d’origine. Dans de tels cas, on ne parlerait plus d’arrivée en ville, mais bien de retour en ville, dont les conditions et les modalités constitueraient alors un cas particulier de (r)établissement dans le monde urbain.

12La temporalité propre et la durée d’installation en ville permettent donc d’évaluer le projet des néo-citadins, mais aussi d’avoir un meilleur aperçu des situations dissimulées sous des termes parfois volontairement flous, ce qui permet en retour de délimiter et définir qui sont ces néo-citadins.

Migrations et enracinement : l’intégration à la ville d’accueil

13Contourner des contraintes ou se déplacer, au sein de l’espace urbain, dans l’espoir de meilleures conditions de vie impose de mettre à profit des instruments, des structures ou des réseaux permettant de s’installer et de s’insérer plus facilement dans le tissu social local : c’est là un troisième axe qui peut nous permettre de discerner les instruments ou « supports » sociaux de la mobilité en ville ou à destination de la ville. On pense ici bien sûr aux divers groupements sociaux, établis sur une base topographique (voisinage), professionnelle (métiers, corporations, associations, etc.), politique (cour princière ou royale) ou encore religieuse (monastères, chapitres, confréries, diasporas, etc.) qui structurent les sociétés et les territoires urbains médiévaux, et dont l’appui peut être mis à profit par les individus désireux de s’insérer dans un monde urbain aux solidarités multiples. Plutôt que de les étudier pour eux-mêmes, il s’agit de voir en quoi et comment ces groupes, réseaux de solidarités ou intermédiaires privilégiés (brokers) sont susceptibles de permettre à de nouveaux arrivants, dans une ville, dans un quartier ou dans une paroisse de s’intégrer au mieux dans le tissu social, en jouant le rôle de structures et de réseaux d’« accueil », guidant et orientant des stratégies d’implantation urbaine. Il faut également se demander si on intègre davantage ce réseau que la ville en elle-même, ce qui conduira à s’interroger sur les éventuelles concurrences entre les logiques en place : une cour princière est-elle par exemple placée de fait dans une situation d’extranéité face aux autorités communales ? La mise en lumière des liens entre migration individuelle et configuration sociale du territoire urbain peut alors nous permettre d’envisager à la fois les conditions matérielles d’installation au sein du quartier et les localisations de ces déplacements intra-urbains ou à destination de la ville, afin de déterminer si des dynamiques spatiales de voisinage ou de « quartier » sont à l’œuvre.

Migrations et mobilité sociale : l’intégration de la ville d’accueil

  • 4 Problématique récemment revisitée dans S. Carocci (dir.), La mobilità sociale nel medioevo, Rome, (...)
  • 5 D. Schnapper, Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007, p. 130 et suiv.

14Il faut ensuite interroger la réussite d’une stratégie migratoire, en mettant en relation les migrations (mobilité spatiale et donc horizontale) avec l’ascension sociale ou, inversement, le déclassement (mobilité sociale4, et donc verticale). On ne doit alors pas seulement étudier les modalités d’intégration à la ville d’accueil des migrants devant adopter les normes culturelles et sociales locales, mais on doit également étudier les modalités d’intégration de la société d’accueil5, autrement dit déterminer comment la présence des néo-citadins, de contingente, devient organique et essentielle. Cela revient à étudier comment ces néo-citadins intériorisent – après les avoir subies – les normes de la ville d’accueil pour être acceptés, et utilisent ces ressorts pour participer à l’ensemble de la vie sociale et politique. Est ainsi posée la question des politiques urbaines en matière migratoire : la naturalisation est un aboutissement, mais elle ne s’accompagne pas automatiquement d’un droit de siéger dans les conseils de la ville ; la question de l’ascension sociale par enrichissement dans les affaires, l’achat d’une propriété enracinant le néo-citadin et signant sa volonté d’élire durablement domicile dans cette ville, ainsi que les stratégies matrimoniales sont autant d’exemples d’études à mener dans cette optique. L’onomastique est également porteuse d’informations : les descendants de migrants gardent sur plusieurs générations la marque de leur provenance rurale ou étrangère, tandis que certains comportements (insultes, atteinte à l’honneur, délais beaucoup plus longs pour avoir le droit de participer aux conseils urbains, etc.) des citadins visent à marquer la différence entre les citadins « de souche » et les nouveaux arrivants, même plusieurs décennies après leur arrivée.

15A contrario, d’éventuels mécanismes de refus, de rejet ou de « mise à l’écart » de ces néo-citadins par les habitants plus anciennement installés ou par les autorités urbaines doivent également être pris en compte pour cerner au plus près les trajectoires migratoires : c’est aussi en creux, dans leur versant négatif, que ces solidarités urbaines parfois exclusives peuvent orienter l’implantation des nouveaux occupants.

16Cela permet aussi de savoir quelles représentations les individus se font de leur migration, de leur intégration éventuelle et de leur nouvelle identité de citadin, dont témoignent notamment les correspondances privées ou commerciales. Il convient également d’interroger la façon, conflictuelle ou non, dont ils sont perçus par les citadins d’implantation plus ancienne ou les autorités municipales, pour finalement se demander si la migration à destination des villes contribue à façonner, au Moyen Âge, une identité particulière, une forme singulière de perception et d’appréhension du monde urbain.

L’étude des migrations, jalon pour une histoire comparée des villes ?

17Sans prétendre à l’exhaustivité, l’ambition comparatiste de ce colloque se retrouve dans l’ampleur de l’arc chronologique et du champ géographique envisagés – à l’exception des villes de Flandre et de l’espace germanophone. Les rivages de la mer du nord, Nantes, Paris ou le midi de la France, l’Italie communale comme royale, le monde byzantin comme mamelouk, le Maghreb comme la Catalogne sont ainsi tour à tour abordés dans les actes que nous éditons.

18Les éléments de réponse apportés par les contributeurs de ce volume sont organisés en quatre moments, qui tiennent compte de l’infortune de la notion de « mise à l’écart » dans ces actes. S’est tout d’abord imposée la question du repérage et de l’identification des migrants, problématique essentielle abordée en interrogeant les apports et les limites de ressources documentaires variées : sources littéraires, archéologie, et anthroponymie (A. Lestremau et L. Malbos), sources normatives et judiciaires (E. Hubert), registres fiscaux (M. Scherman).

19Une fois identifiées les potentialités documentaires, il fallait évaluer la part du choix et de la contrainte dans l’arrivée en ville et replacer dans son contexte social l’action d’encadrement des migrations vers la ville par les autorités concernées. Nous avons alors souhaité faire dialoguer les contributions insistant plus particulièrement sur les rapports entre les migrants et les pouvoirs encadrant, régulant ou médiatisant l’installation en ville des néo-citadins, qu’il s’agisse de la législation et des pratiques juridiques de l’Italie communale (G. Tasini), des chartes de franchise toulousaines (J. Petrowiste), de l’arrivée en ville de l’aristocratie mamelouke (J. Loiseau) ou des élites curiales (dans le cas des cours bourguignonne et catalane, respectivement F. Berland et R. Chilà).

20Mais une fois arrivés, comment se passe à long terme l’insertion des néocitadins dans la ville ? Apporter des éléments de réponse à une telle question nécessite assurément de croiser les approches géographiques (à quelles échelles envisager la présence migrante ?) et sociales (comment les migrants intègrent-ils les normes urbaines et, en retour, quels apports ou difficultés la ville retire-t-elle d’une présence étrangère ?). À l’échelle intra-urbaine, le troisième groupe de communications entend donc interroger la localisation et la « spatialisation » de l’intégration des néo-citadins, en remettant notamment en cause l’idée d’une stricte ségrégation (socio-) spatiale réservée aux migrants, tout en soulignant l’importance d’un certain nombre de points d’ancrage et de solidarités favorisant leur installation : quartiers « nationaux » constantinopolitains (C. Giros), collèges universitaires (E. Mornet), call juif (C. Cailleaux)…

21Pour clore ce volume, il nous a semblé essentiel de mettre en avant un certain nombre de spécificités liées à la sédentarisation et à l’intégration des migrants issus du monde de la marchandise et du commerce. Ils sont en effet à la fois inscrits dans des réseaux inter-urbains et dans des espaces spécifiques à l’échelle intra-urbaine, tout en étant particulièrement bien éclairés par les sources conservées, que ce soient les marchands latins dans les ports maghrébins (D. Valérian), italiens en Toscane (C. Quertier) ou à Avignon (J. Hayez), ou encore castillans à Nantes (L. Moal).

Notes

1 Un compte-rendu de chaque séance est disponible dans la rubrique « séminaires de recherche » du site du laboratoire junior VilMA.

2 Dont on pourra retrouver la synthèse dans N. L. Green, Repenser les migrations, Paris, Presses Universitaires de France, 2002 et A. Rea et M. Tripier, Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte, 2008.

3 Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, Actes du colloque de la SHMESP (Nice, 4-7 juin 2009), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

4 Problématique récemment revisitée dans S. Carocci (dir.), La mobilità sociale nel medioevo, Rome, 2010.

5 D. Schnapper, Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007, p. 130 et suiv.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540