Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Glossaire

Texte intégral

1Abbaye laïque : Terme béarnais, mais l’entité qu’il désigne se rencontre au-delà des limites du Béarn : petite seigneurie, ou maison noble, ordinairement bâtie près de l’église et dont le propriétaire possède la dîme et le patronat de l’église.

2Abonnement : terme plus rare pour alivrement.

3Affouagement ou, plus rarement, fouage : liste des communautés-taillables composant une circonscription fiscale et affectées chacune d’un nombre fixe de feux, qui ne prétend pas du tout représenter celui des foyers (à l’est de ma région, le sous-multiple de ces feux fiscaux est la bellugue, l’étincelle : il en faut cent pour faire un feu), mais la richesse relative : les facultés du village. L’affouagement sert à répartir entre les communautés le mandement, c’est-à-dire le montant des impôts demandés à la circonscription.

4Agrière : cf. grière.

5Airial : on écrit aussi ayrial ou eyrial « Pelouse ombragée de chênes qui entoure les bâtiments d’habitation et d’exploitation » dans la lande.

6Alivrement ou abonnement : Appartient au même système qu’affouagement, mais le mot est utilisé à l’échelon du village et non du pays. L’alivrement désigne la valeur des biens fonciers d’un contribuable telle qu’elle apparaît au cadastre du taillable, où ces biens sont situés. La fraction que l’alivrement de chacun représente dans le total des alivrements, donne, selon le principe de la taille réelle, la fraction du mandement de taille ou des prélèvements levés au marc la livre de la taille qui lui incombera. Cet alivrement peut résulter d’un calcul précis tenant compte de la superficie et de la valeur de chaque parcelle, ou bien il peut correspondre à une estimation, globale mais fixe et admise par tous, de la valeur des biens de chaque maison.

7Ayrial : cf. airial.

8Baccade : Unité servant à estimer le bétail. Elle contient selon les usages propres à chaque lieu un certain nombre de têtes de gros bétail ou un nombre plus important d’ovins, et elle permet ainsi de faire entrer les uns et les autres dans les mêmes calculs. On utilise la baccade soit pour calculer l’impôt selon le principe de la taille réelle, dans les vallées de montagne où les biens-fonds ne pourraient pas être le seul critère : les bêtes figurent alors sous cette forme à l’alivrement de chacun ; soit pour calculer les droits de chaque paroisse sur les pacages communs d’une vallée.

9Barthes : Terres inondables des rives de l'Adour et des Gaves dans leurs cours inférieurs. On peut, soit en utiliser les productions naturelles, soit les transformer aux prix de travaux d’hydraulique en prés à foin ou en terres labourables d’excellent rapport.

10Bastide : Village résultant d’une création délibérée dont le plan porte la trace. Les deux aspects peuvent pourtant être disjoints : des villages dotés d’une charte de fondation sont bâtis sans plan ; d’autres présentent un plan concerté sans qu’on ait gardé pour eux d’acte de fondation.

11Bastilles : Titre porté par les juridictions dont l’ensemble compose le Marsan.

12Beziaux : cf. voisiaux.

13Bilçar : Assemblée des communautés du Labourd. Le Bilçar représente à lui seul le pays car il n’y a pas en Labourd de chambre haute.

14Capcazal ou maison capcazalière : Maison qui, dans une communauté, jouit de la plénitude des droits de voisinage, parce qu’on considère qu’elle fait partie du groupe de maisons qui remontent à la création du village.

15Capsoo : En béarnais, lods et ventes.

16Colon, ou colon partiaire : Métayer.

17Coloner : Être métayer sur un bien.

18Cotise : Impôt local exceptionnel et levé dans un but précis, réparer le presbytère, par exemple, ou aménager une barthe, avec l’accord de l’administration.

19Coutume : Corps de lois s’imposant dans un ressort limité plus ou moins étendu, une juridiction, un groupe de paroisses, une ou plusieurs sénéchaussées. Depuis le xve siècle les coutumes déterminées et le cas échéant révisées par les représentants des habitants des juridictions concernées doivent avoir été mises par écrit et avoir été enregistrées par le parlement dans le ressort duquel sont situées ces juridictions, afin de garder leur force de lois. Certaines coutumes ont pourtant survécu longtemps sous la forme de simples usances attestées par des cours inférieures, avant d’être rédigées officiellement et enregistrées. Toutes les coutumes contiennent du droit familial et presque toutes du droit féodal ; la plupart contiennent des articles de police et de procédure peu à peu rendus caducs par la législation royale ; certaines contiennent du droit administratif et constitutionnel.

20Déguerie : Nom des vics de Soule, c’est-à-dire des regroupements de paroisses qui articulent la vallée.

21Dégans : Terme souletin désignant soit au niveau de la communauté locale, le collecteur, soit au niveau de la déguerie, le député aux états.

22Élection : Le mot désigne à la fois une cour fiscale formées d’officiers de finances appelés les élus, et le ressort sur lequel s’exerce le pouvoir de cette cour qui répartit l’impôt direct et juge des litiges et des délits relatifs à la fiscalité.

23Émotion : Mouvement de protestation qui se traduit par des attroupements et des cris mais qui ne va pas jusqu’à l’émeute.

24Engagiste : Le roi n’a pas le droit de vendre les biens du Domaine mais il peut les céder provisoirement. Il les engage contre un droit d’entrée qu’il doit rembourser s’il veut les reprendre. Bien qu’il ne s’agisse pas de vente on dit qu’il aliène ses droits puisqu’il les met dans une autre main. Là où il est resté seigneur éminent et justicier d’un vaste ensemble de terres, il peut faire bien des heureux en aliénant ses droits paroisse par paroisse et en créant autant de seigneurs engagistes. Les habitants qui préfèrent dépendre du roi lointain plutôt que d’un seigneur proche sont prêts à verser eux-mêmes au roi la somme qu’il attend de l’engagiste et les curés qui supportent mal qu’un nouveau venu puisse exiger de litrer l’église et d’être encensé, lui font parfois un mauvais accueil.

25Escaratsa : pièce occupant la travée centrale des maisons basques et landaises qui ont la façade sous le pignon. Elle peut soit servir pour battre le grain et ranger les instruments agricoles, et dans ce cas les pièces d’habitation sont situées dans les travées latérales, soit constituer la salle commune, dans ce cas des chambres occupent les travées latérales ou l’une d’elles et les bâtiments agricoles sont dispersés sur l’eyrial.

26Eyrial : cf. airial.

27Fief : Un sens classique : bien tenu noblement et pour lequel on est vassal d’un suzerain. Mais aussi un sens plus général : tout bien tenu dans le cadre du régime féodal, c’est-à-dire la tenure roturière au sens où l’on dit « bailler à nouveau fief » ; la propriété éminente qui recouvre l’ensemble des tenures : une parcelle « est aux fiefs » d’un seigneur quand elle est située dans sa directe ; enfin, la redevance qui signale la cœxistence de la propriété utile et de la propriété éminente, c’est-à-dire le cens : « payer deux deniers de fief par arpent », « rôle des fiefs » d’une seigneurie.

28Fiens et refïens, ou arrière-fiens : Droit pour le métayer sortant de venir toucher pendant les deux années qui suivent son départ, la part du colon sur les parcelles qu’il venait de fumer.

29For : Du latin forum, le tribunal et de l’aragonais fuero, la loi, terme par lequel on désigne le plus souvent la coutume de Béarn et celle de Navarre.

30Fossoyeur : Travailleur saisonnier embauché pour remettre en état les fossés et les talus.

31Fouage - 1 : Redevance féodale due par les maisons et peut-être liée au droit de pacage sur les vacants appartenant au seigneur.

32Fouage -2 : cf. affouagement.

33Franc-alleu : Par définition tout alleu est franc c’est-à-dire libre puisqu’on désigne ainsi les terres qui n’ont pas de propriétaire éminent. Le roi s’est proclamé à plusieurs reprises seigneur éminent direct de toutes les terres qui étaient jusque là des alleux. Les états de Navarre font rédiger par Polverel un mémoire dans lequel il explique que cette mesure ne peut pas s’appliquer dans ce royaume où les terres sont libres.

34Gazaille : Bail à cheptel, à demi-perte et profit.

35Grierant : Levant une grière. Abonnement par maison perçu par les représentants de certains métiers réclamant une compétence particulière : maréchal, vétérinaire, chirurgien. Pour une redevance forfaitaire déterminée par le statut économique de la maison : métairie à une paire ou à deux paires de bœufs ou, au contraire, brasserie, l’homme de l’art lui assure ses services pendant un an. La grière se paye en grain dont le tarif précise la nature, et parfois en vin. La quête du benoît dont le taux est souvent fixe et le pacq du curé appartiennent, même s’ils ne portent pas le même nom, à la même catégorie.

36Herbes mortes : Droit pour le propriétaire éminent d’affermer pendant quelques mois, chaque hiver, à un berger venu des Pyrénées, avec son troupeau, soit le pacage des vacants situés dans sa juridiction, soit celui de l’ensemble des terres, tenures comprises. Ainsi interprété, ce droit représente un empiétement de la propriété éminente sur la propriété utile. Parfois ce droit appartient à la communauté.

37Jointe : cf. junte. L’ensemble des membres composant les États de Navarre, quand ils sont réunis sans l’autorisation du roi, n’ont pas le droit de s’intituler États. Ils disent alors qu’ils forment la » jointe » du pays et ils s’expriment sous ce titre, en son nom.

38Labaquis : Défrichement temporaire (pas plus de quatre ans) d’une parcelle de communaux, autorisé par la coutume de Soûle aux habitants du pays.

39Lods et ventes : Louange c’est-à-dire approbation de la vente. Droit que percevait le propriétaire éminent quand un de ses tenanciers, qui avait vendu une des parcelles qu’il tenait de lui, venait lui présenter l’acquéreur qui allait normalement devenir à sa place propriétaire utile de cette parcelle et la tenir du seigneur. Si ce dernier n’était pas d’accord il pouvait faire jouer le retrait féodal, se substituer à l’acheteur en lui remboursant le prix de l’achat et les loyaux frais. Dans ce cas il ne touchait pas les lods et ventes.

40Mande : Personnage chargé dans une communauté d’aller avertir des réunions, des enterrements, des offices religieux.

41Mandement : Mandement de la taille, de la capitation ou de la corvée, ordre d’acquitter.

42Manœuvre : Travail accompli collectivement par toutes les forces de travail - hommes et bêtes - d’une communauté, soit pour s’acquitter de sa tâche dans le cadre de la corvée royale, soit pour effectuer la corvée due au seigneur : curer par exemple le canal du moulin, soit pour faire face à des besoins locaux : protéger la barthe ou apporter à pied d’œuvre les matériaux destinés à la construction d’un presbytère. La communauté n’a pas plus le droit d’ordonner une manœuvre que de faire une cotise sans l’autorisation de l’administration : il ne faudrait pas, par exemple, que des manœuvres destinées à mettre en état les chemins locaux fassent tort à la corvée royale.

43Mayade : Droit féodal sur la débite du vin. Ou bien le seigneur se réserve de vendre seul du vin au détail pendant un mois de l’année, généralement le mois de mai ; ou bien le seigneur lève une taxe sur chaque tonneau mis en perce par un débitant.

44Métairie : On emploie souvent ce mot dans la région pour désigner une exploitation agricole quel que soit son mode de faire-valoir.

45Moulande : Fraction de la farine moulue retenue pour rétribuer le meunier et le moulin. Quand il s’agit d’un moulin banal, ce taux est précisé dans le dénombrement de la seigneurie et ne peut donc être augmenté.

46Oueillade : Droit seigneurial sur le croît du troupeau ovin.

47Pacq : Lot dont la composition en nature et en quantité est invariable et qui est prélevé dans de nombreuses paroisses, en particulier dans l’ouest landais, par le curé non-décimateur, sur le produit de la dîme de chaque maison ou parfois au-delà de la dîme. Il représente une sorte d’abonnement pour les services rendus ; il assure au curé, quelle que soit la récolte, un revenu stable mais sa rigidité se retourne contre le curé quand les productions agricoles changent.

48Pacquaire : Curé pacquaire, curé qui reçoit un pacq.

49Paréager : Coseigneur, le plus souvent avec le roi.

50Parnasse pour parnas : Responsable d’une communauté juive, syndic. À Bayonne on dit un parnasse, pluriel, des parnasses.

51Parsan : C’est-à-dire partie. Le mot peut désigner dans un village, le quartier ; dans une vallée, la section ; dans un pays, une subdivision officielle ou simplement un coin du pays.

52Partiaire : cf. colon partiaire. Le métayer garde, en effet, une part de la récolte.

53Perche : Dans quelques cas, ressort d’une juridiction.

54Perprendre : Action d’un individu qui, dans une juridiction de queste, s’approprie légalement une parcelle de communaux, après avoir obtenu l’accord de l’assemblée générale qui veille à ce qu’il ne lèse, ce faisant, aucun droit antérieurement acquis.

55Perprise : Acte de perprendre.

56Pied de taille : Désigne la même réalité que le mot alivrement, mais alors que l’un insiste sur l’inscription sur un livre, c’est-à-dire sur le cadastre, des biens d’un individu, l’autre met en valeur l’idée de commensurabilité face à la taille des biens ainsi estimés. En cas de vente d’une partie du bien, le pied de taille peut se subdiviser.

57Pignadars : Pinède.

58Pourceau marseau ou ramasseau : Droit seigneurial portant sur le croît des porcs.

59Pourim : Carnaval juif.

60Quarteron : Subdivision de la Bigorre.

61Queste : Droit récognitif versé par la communauté au propriétaire éminent, pour toutes les terres, appropriées ou communes, de son ressort. Les particuliers n’ont pas à passer de reconnaissances individuelles, ils ne payent pas de cens, n’ont pas à solliciter l’accord du seigneur lors d’une aliénation, ne craignent donc pas le retrait et n’ont pas à payer les lods et ventes. La communauté a la propriété utile des vacants sur lesquels elle peut accorder à celui qui le demande le droit de perprendre une parcelle. Cette forme de féodalité caractérise l’Ouest landais.

62Soumis : Habitants d’une juridiction vus par le seigneur qui dans son dénombrement dit ce que ses soumis lui doivent.

63Statuts : Règlements locaux destinés à organiser la mise en valeur et l’usage des biens communs ainsi que d’autres aspects de la vie collective, en particulier l’élection de responsables. Rédigés et approuvés par l’assemblée de la communauté, ils devaient, pour avoir force de loi, être autorisés par le parlement.

64Tailhuquet : Indemnité distribuée par les états de Béarn à leurs membres en fonction de leur importance et des frais de séjour et de représentation qu’entraînait pour chacun d’eux la session. La somme afférente jointe aux autres postes du budget provincial était, à ce titre, levée sur le pays en même temps que les impôts royaux.

65Taillable : Tenue régional pour désigner ce qu’on appelle ailleurs la collecte c’està-dire la communauté locale qui reçoit collectivement une seule feuille d’impôts, le mandement, et qui les répartit et les lève elle-même.

66Taille réelle, taille personnelle : La taille est le plus lourd et le plus ancien des impôts directs. Dans le sud du royaume elle est assise sur les choses, sur les biens fonciers, sur le capital possédé qu’on peut compter, mesurer, enregistrer. On parle alors de taille réelle. Dans le nord du royaume et dans notre région à partir de la Guyenne, la taille est assise sur les revenus des individus. On parle dans ce cas de taille personnelle.

67Tènement : « Par tènement » s’oppose à « par arpent ». Les redevances féodales sont dues par tènement quand le dénombrement met en face de chaque maison ou à la rigueur de chaque parcelle, les redevances dues sans établir de corrélation entre la superficie du bien et leur montant. De la même façon, quand un cadastre évalue globalement la valeur des biens de chaque maison, on dit que l’alivrement est fait par tènement.

68Verridure (subst.) verrir (verbe) : Saillie, saillir en parlant du verrat.

69Veté : Interdit, c’est-à-dire mis en défens, exclu du pacage. C’est la forme francisée de bedat. Quand on rédige en français, on emploie l’une comme adjectif, l’autre comme substantif car le mot est souvent devenu presque un toponyme.

70Vie : Groupe de paroisses dans une vallée, disposant en commun de certains droits et de certains pacages.

71Voisin : Habitant d’une localité ayant accès à tous les biens communs que la communauté du lieu met à la disposition de ses membres à part entière, et participant de plein droit aux assemblées. Comme le maître de maison capcazalière, le voisin s’oppose aux simples habitants.

72Voysiaux : On écrit aussi beziaux assemblée des voisins, c’est-à-dire assemblée de communauté.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540