Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Conclusion

Texte intégral

1Si l’on veut savoir, quand on prononce le nom d’un pays, à quel terroir précis on se réfère, il faut qu’il s’agisse d’un pays officiel, c’est-à-dire d’un ressort dans le cadre duquel une même instance assure pour un groupe de communautés locales une des grandes fonctions de la vie collective.

2Le diocèse ou l’archiprêtré qui servent, en principe, de cadre à la vie religieuse, mais qui, en réalité, ne concernent que la carrière, la discipline et la sociabilité ecclésiastiques, sont des pays officiels au ressort bien connu, mais ils interviennent très rarement dans la vie des laïcs et, quand ils le font, c’est sous des formes interchangeables qui dessinent, dans une chrétienté homogène, des circonscriptions indifférentes. Le comté ou la vicomté, quand ils ne constituent pas également des ressorts judiciaires, sont indifférents à tous, y compris au vassal noble qui prête hommage au roi dans ce cadre. Aucune instance n’est là pour imposer aux habitants des normes ou des obligations communes. Dans aucun d’eux nous n’avons pu déceler quelque usage semblable et spécifique qui aurait témoigné d’une civilisation partagée. Les uns et les autres retiennent parfois l’attention de l’historien en quête des pays, parce que l’antiquité de leur nom donne l’impression que s’incarnent en eux des entités très anciennes, mais la disparition de noms voisins attestés à l’époque romaine, les modifications ultérieures et connues de leur ressort, l’usage que le langage courant fait de leur nom, montrent qu’il ne faut pas céder à cette illusion de pérennité. Leurs noms servent à désigner des petites régions naturelles dont on ne cherche pas à préciser les limites exactes. La permanence de ces vocables signifie seulement qu’on reprend toujours le même mot pour désigner ce qu’on trouve, successivement ou simultanément, à un même endroit : une forêt, un vignoble, un type de relief ou une formation politique. Il est inutile et même faux de supposer qu’il y ait, sous ces noms très anciens, des pays qui seraient l’équivalent de personnes et qui informeraient de toute éternité les ressorts qu’ils désignent.

3En revanche, un pays civil officiel, dans le cadre duquel les habitants de plusieurs communautés sont jugés, taxés et administrés, n’est pas seulement un ressort dont on connaît bien les limites, mais aussi un cadre de vie. Il ne faut naturellement pas mesurer son impact à la masse des archives qu’il a laissées, mais ce serait aussi un faux sens que de l’imaginer planant dans sa sphère loin de ses administrés : non seulement il se rappelle souvent à leur souvenir mais il informe leur mode d’existence et il détermine leur niveau de vie beaucoup plus parfois qu’ils n’en ont conscience. Parmi les pays officiels, les plus actifs et les plus stables sont les pays moyens, sénéchaussées, élections ou pays d’états toujours plus petits dans la région que le ressort d’un parlement. Dans le cadre de ces juridictions d’appel intermédiaires, les coutumes, formulées et parfois modifiées, traduisent la pratique des justiciables et dans de nombreux cas la normalisent. Les pays où une assemblée d’états continuent d’assurer la répartition et la levée des impôts ont là une instance qui, par ses sessions, favorise la cohérence interne, et qui peut parler en leur nom. C’est en effet aux communautés dotées d’une existence légale et, en particulier, aux pays, que la démocratie féodalo-absolutiste, qui refuse de considérer l’individu comme un sujet politique, accorde les libertés politiques : droit à l’expression, à l’action, à la députation, à l’autogestion. Quel que soit le statut du pays, c’est dans ce cadre que les administrés et les contribuables pensent leurs rapports avec les pouvoirs publics. La recette, la cour de justice, les bureaux du subdélégué, l’élection ou le syndic indiquent à chacun, sinon le ressort du pays, du moins le chef-lieu dont dépend son village. C’est dans ce cadre que les habitants évaluent leur sort, réagissent, se concertent, protestent ou se mutinent. Ces inquiétudes, ces actions, ces succès communs déterminent un sentiment d’appartenance.

4Le sentiment d’appartenance à un pays moyen n’exclut ni le patriotisme de clocher, de taillable ou de communauté, ni, en sens inverse, la conscience d’un destin commun avec l’ensemble des sujets du roi. Ce sentiment ne conduit, en effet, à aucune animosité systématique contre les habitants des pays voisins : d’une part, dans une civilisation où la spécificité et le privilège sont de règle, prévaut une sorte d’indifférence à la différence ; d’autre part, tous savent d’expérience que les privilèges, loin de se nuire, s’étayent les uns les autres et, qu’en ce sens, l’autre, en tant que tel, est un allié. C’est pourtant le plus souvent dans le cadre d’un pays de ce type qu’on invoque son histoire, son identité et ses privilèges. Selon le contexte et l’utilisateur, le passé peut servir soit à nier les tensions sociales au profit d’une unanimité mythique et à tenir le petit peuple à l’écart des idées nouvelles ; soit à réclamer, au nom à la fois des privilèges anciens et des nécessaires réformes à venir, que soit restaurée la participation des gouvernés à l’administration de leur pays. C’est également à ce cadre que tous se réfèrent pour expliquer les différences de dialecte ou d’usages qu’on peut ou qu’on croit constater sur une limite entre pays, alors même que les particularités observées ne sont pas caractéristiques d’un pays ou de l’autre pris dans son ensemble. Les faits culturels ne se plient pas, en effet, aux limites administratives et ne se superposent jamais exactement entre eux.

5L’étude des pays officiels a pourtant, pour l’essentiel, confirmé la carte des aires de civilisation qu’avaient mise en lumière l’étude des familles et celle des communautés. Il est vrai que certaines limites qui nous avaient alors semblé importantes, celle par exemple qui, au nord du Béarn et des pays basques, sépare Saint-Sever de Dax, ne sont pas soulignées par une ligne administrative majeure ; qu’un pays comme les Lannes regroupe des coutumes successorales opposées, deux conceptions divergentes de la maison et de ses biens, des villages d’allure et de fonctionnement divers ; bref que le cadre dans lequel on vit ensemble n’est pas exactement redoublé par celui dans lequel on vit de la même façon. Mais, en général, les deux cadres sont très semblables, c’est souvent la même ligne qui sépare les pays officiels et les aires de civilisation et nous sommes maintenant en mesure de définir ce qu’est un pays au confluent du ressort et de l’aire de civilisation.

6J’ai découvert mon sujet un soir à Azereix, un village de la plaine de Tarbes limitrophe des coteaux du Béant. Des amis discutaient de la difficulté que rencontrait une jeune institutrice à se faire muter des Pyrénées-Atlantiques aux Hautes-Pyrénées d’autant plus que ces départements se trouvent situés dans deux académies différentes. Je reconnus l’ancienne limite entre les parlements mais sans m’y arrêter, je demandai simplement s’il n’était pas préférable d’être dans le département voisin mais près de son village, plutôt que d’être à l’autre bout de son propre département. La réponse jaillit multiforme et unanime : « Les gens de Pau ressemblent à ceux de Bordeaux, ils sont différents de nous ; ils ne parlent pas facilement ; sur les bancs de la faculté, les étudiants mettent longtemps à se tutoyer, ils aiment à aller en Angleterre, et nous, on se demande bien ce qu’ils y trouvent. Nous, nous ressemblons aux gens de Toulouse, nous sommes bavards et spontanés, si nous avons l’occasion d’aller à l’étranger, nous allons en Espagne ou si c’était possible en Italie ». Entre Pau et Tarbes, distants de trente kilomètres l’un de l’autre, c’était une charnière de l’Europe qui passait. Qui ne voit pourtant que cette opposition qui pour mes interlocuteurs représentait une évidence et résultait visiblement d’une réflexion longuement mûrie par la culture collective, était systématique et trop facile dans sa perfection ; il y a évidemment entre Béarnais et Bigourdans bien des points communs dont mes amis conviennent, surtout lorsqu’ils m’observent, moi l’étrangère.

7En quelques secondes cependant, ces phrases, cristallisant ce que je savais déjà et les nouvelles réflexions qu’elles me suggéraient, me firent comprendre que ces limites officielles, même si elles créent en partie dans l’imaginaire collectif l’opposition entre les terroirs qu’elles distinguent, étaient importantes, qu’elles présentaient deux aspects : administratif et culturel, que ces deux aspects se rejoignaient dans l’histoire et que j’avais envie de mieux comprendre les pays qu’elles supposaient.

8Au moment pourtant de répondre à la question « Qu’est-ce qu’un pays? », je serais plutôt tentée d’évoquer ce que sont pour moi chacun des pays qui me sont devenus familiers : le Marsan, la Chalosse ou la sénéchaussée de Tartas. A partir de maisons et de maisonnées, de paysage et de pratiques culturales, de places de villages et de plans cadastraux, de rapports administratifs et d’archives judiciaires, je me suis forgé de chacun de mes pays une image individualisée que je souhaiterais transmettre à mes lecteurs. J’aimerais évoquer la sénéchaussée de Dax, avec ses barthes, son maïs, son élevage omniprésent et ses maisons capcazalières dont les maîtres constituent une communauté égalitaire ; celle de Saint-Sever, avec ses vignes clôturées, ses bourgades de crêtes au tracé délibéré du haut desquelles les propriétaires contrôlent le taillable et la juridiction ; celle de Tartas avec ses landes immenses, ses quartiers lâches qui s’égrènent le long des chemins menant au cimetière rond, ses métairies isolées où s’affaire une famille élargie groupée autour de son tinel.

9Pour les générations qui ont précédé la Révolution, les pays, en effet, n’étaient pas seulement le milieu dans lequel elles vivaient immergées et inconscientes mais pour elles comme pour moi qui suis venue deux siècles plus tard tenter d’en reconstituer les modalités d’existence, des réalités que leur nom désignait et qu’on pouvait penser et décrire. Pour les administrateurs, les cadres dans lesquels ils rendaient la justice, percevaient les impôts, contrôlaient les communautés, n’étaient pas des circonscriptions neutres et amorphes mais des pays bien individualisés dont ils pouvaient décrire non seulement les ressorts, les privilèges et les coutumes mais encore l’allure géographique, les dons économiques et les habitants. Les responsables locaux : syndics et trésoriers des pays d’états ou magistrats municipaux des chefs-lieux, connaissaient bien eux aussi leurs pays. Ils savaient le définir avec ses atouts physiques, ses problèmes économiques et les réactions de leurs concitoyens, mais spontanément ils parlaient surtout de ses privilèges qui en constituaient l’aspect le plus apprécié et, objectivement, un des plus importants. Les simples administrés ont beaucoup moins souvent l’occasion de s’exprimer devant nous à ce sujet ; cela ne signifie pourtant pas qu’ils aient ignoré le pays auquel ils appartenaient. Les institutions des pays d’états, de ceux en particulier qui associent directement ou indirectement toutes les paroisses au fonctionnement de l’assemblée, étaient connues dans chaque village. Même dans les élections, l’ensemble des justiciables qui font appel à la sénéchaussée et les villageois qui, jurats tour à tour, portent au receveur le produit des impositions ou organisent le tirage de la milice avec le subdélégué, étaient conscients, sinon de l’étendue de leur pays, du moins du rattachement de leur village à son chef-lieu. Dans tous les cas, on est amené à supposer, comme dans le cas des responsables locaux, une image du pays centrée sur ses aspects juridiques, c’est-à-dire sur ses privilèges.

10Un pays se définit en effet d’abord par des institutions et des privilèges. Il sert de cadre d’activité à des instances, parfois représentatives et dans tous les cas responsables, qui assurent la paix publique, l’utilisation des pacages, la circulation des produits, la contribution de tous aux dépenses locales et aux impôts royaux. Dans la pratique, les privilèges n’assurent pas nécessairement ce que nous appelons un traitement privilégié. Les privilèges locaux renouvelés de règne en règne ne sont parfois que de vaines formules : ils ne mentionnent pas toujours ce qui peut paraître essentiel et un grand nombre de villes que rien, apparemment, ne distingue des autres, peuvent faire état de diplômes de ce type. Les pays d’états ne sont pas, à certains points de vue, mieux lotis : le droit de tenir des assemblées d’états est réglementé et limité. La nécessité de veiller au respect de ces règlements place ces pays sous le contrôle du commissaire départi. Les privilèges fiscaux, eux-mêmes, sont cernés par la montée des nouveaux impôts. Les dénombrements abusifs tolérés, et les aliénations consenties par le Domaine, remettent occasionnellement en cause le franc-alleu des pays basques et des vallées pyrénéennes. Ces privilèges à incidence financière gardent pourtant une grande partie de leur intérêt. C’est à eux que pensent les montagnards d’Ossau, le petit peuple de Dax, les jurats béarnais, quand on prononce le mot « privilège ».

11Mais même des privilèges vagues que le roi s’engage rituellement à respecter ont eux aussi leur importance dans la définition d’un pays. La ville ou le pays auquel le roi a, un jour, reconnu des privilèges, a acquis par là même le droit de dire « nous sommes vos sujets, Sire, mais avec nos privilèges », le droit de les défendre et pour ce faire, de prendre un syndic, d’envoyer un député auprès du roi, d’attendre, avant d’appliquer une ordonnance, le résultat de ses démarches, bref de se comporter, dans un royaume où les individus n’ont que des droits civils, comme une personne politique, dotée de droits de cette nature. L’installation des élections a privé la plupart des pays de la possibilité de financer de telles démarches, mais non du droit d’y recourir. Ceux qui ont pu y échapper ont trouvé, dans leur rôle de relais fiscal, une confirmation de leur personnalité politique, les moyens pour continuer à tenir des assemblées et pour assumer efficacement, comme le montre la présence d’un syndic, leur rôle de communauté. Ce sont, pour l’essentiel, les pays pyrénéens qui ont réussi à survivre sous cette forme. C’est peut-être dû en partie à leur éloignement du siège du pouvoir central et à l’appui qu’ils se sont assuré les uns aux autres en résistant au même moment à l’offensive des élections, mais c’est dû surtout à leur civilisation, qui est en parfaite harmonie avec l’existence d’assemblées d’états.

12C’est, en effet, en deuxième lieu par sa civilisation que je définirai le pays. Dans l’impossibilité où je suis de décrire le goût que pouvait avoir la vie ici et là, je n’abandonnerai pas, à ce stade, l’étude des institutions et du droit. Les types de familles et les types de communautés qui m’ont permis de définir des aires de civilisation, sont attestées à la fois dans les coutumes successorales et dans les contrats de mariage, dans la législation fiscale et dans les délibérations de communautés, c’est-à-dire dans le droit normatif et dans le droit appliqué, dans la loi positive officielle et dans la loi positive interprétée et vécue.

13La carte des familles, celle des communautés et celle des pays font apparaître les mêmes aires de civilisation : un sud attentif à l’élevage, aux pacages ou aux glands s’organise autour de la communauté et de l’utilisation des communaux, de la maison et de l’aînesse. Un nord qui cultive de façon intensive des îlots isolés au milieu de la lande, ne limite pas le nombre des couples, ignore les disciplines et les magistratures communautaires, ne s’intéresse pas au poids relatif de chaque maison dans le groupe et appartient au monde de la taille personnelle. Un ouest égalitaire et associatif qui met sur le même plan le mari et la femme, le père et le fils, les individus d’une maisonnée, les maisons d’un village, les paroisses d’une vallée, les vallées d’un pays. Une partie orientale individualiste et seigneuriale.

14On a vu, parfois, Bayonne et le Labourd hésiter entre une orientation atlantique et une orientation pyrénéenne, mais pour l’essentiel dans l’image que je propose de la région, le sud et l’ouest se ressemblent. Le Sud-Ouest, c’est-à-dire les pays basques, où se superposent les deux zones, constitue donc, dans cette perspective, le noyau d’un quart de cercle, dont les traits caractéristiques vont en s’estompant du centre à la périphérie. Cette orientation semble confirmer les travaux qui soulignent l’importance de l’influence basque sur l’ensemble de la Gascogne. Ce n’est pourtant pas nécessairement la seule vérité. En changeant un peu l’implantation de ma zone d’étude, en englobant des provinces situées plus au nord ou plus à l’est, j’aurais eu l’idée d’utiliser d’autres critères qui m’auraient menée à une autre carte. J’ai regretté de n’avoir eu qu’une vue oblique sur le secteur de Rivière-Verdun et des Quatre Vallées : l’étude de ces pays sans cohésion territoriale m’aurait peut-être amenée à déceler d’autres facteurs d’unité à partir desquels j’aurais pu construire une autre carte de la région.

15Les limites entre pays officiels - parlement de Bordeaux et parlement de Toulouse, sénéchaussée de Dax et sénéchaussée de Saint-Sever, élection de Guyenne et élection des Lannes - se sont souvent trouvées être celles qui séparent les aires de civilisation. Deux explications sont alors possibles : ou bien le pays officiel n’est que l’avatar, à un moment de l’histoire d’un pays originel - civilisation ou ethnie - qui aurait existé de tous temps. Ou bien les pays officiels ont forgé les aires de civilisation. Autrement dit, ou bien on vit ensemble, parce qu’on vit de la même façon, ou bien on vit de la même façon parce qu’on a pendant longtemps vécu ensemble.

16Ainsi en troisième lieu je définirai le pays par l’histoire. Non seulement parce qu’un mariage vicomtal ou les aléas de la guerre de Cent ans se lisent parfois encore sur la carte, mais parce que les décennies de vie commune qui ont suivi ont marqué la circonscription qui avait peut-être été au départ taillée dans le vif. Les contraintes de type politique, indispensables à la vie paisible d’une communauté humaine : la distribution de la justice, la création d’une législation et d’une jurisprudence, la consécration de rites sociaux, la gestion et la défense d’intérêts communs et la prise en charge de la fiscalité, ont joué un très grand rôle dans la définition du pays et dans le sentiment d’appartenance qu’on peut éprouver pour lui. Les institutions adoptées portent également, il est vrai, la marque du milieu dans lequel elles étaient à l’œuvre : un cadre physique d’autant plus contraignant que les moyens techniques étaient plus limités, mais qui n’a pourtant rien dicté ; un milieu culturel - famille, maison, communauté - qui renvoie peut-être à un fond originel mais qui reflète surtout une histoire antérieure difficile à connaître. Les pays officiels ont une influence sur les moeurs : le droit normatif, civil et administratif, qui est rédigé, fixé, défini, précisé, complété, créé parfois dans le cadre du pays officiel, suscite des modèles de conduites qui peuvent prendre des formes persistantes et inattendues : dans les anciens pays de taille personnelle, le réflexe paysan spontané est, maintenant encore, de se plaindre comme pour dissimuler ses gains ; dans les pays de taille réelle, au contraire, on entend les gens se vanter ouvertement non seulement de leurs réussites techniques mais même de leurs rentrées d’argent. D’autre part, en s’attirant, grâce à leurs privilèges, l’intérêt de tous leurs habitants et le dévouement de quelques citoyens, les pays ont induit un certain patriotisme local. Enfin sur leurs confins on se réfère à eux pour donner un nom à des différences qui ne leur sont peut-être pas propres mais que les habitants ressentent comme telles et à partir desquelles ils se définissent comme habitants de tel pays. On est ainsi tenté de répondre que c’est la vie commune qui induit des comportements communs.

17À cette réduction du pays, aux pays historiques et officiels, on peut pourtant faire des objections. Les lignes majeures de la carte des types de familles et de communautés ne dessinent pas la carte exacte des pays officiels. D’une part les aires de civilisation n’ont pas de limites nettes, nous n’avons pas rencontré d’isomores, c’est-à-dire de lignes où tous les critères qui, en deçà d’une limite, signalaient une civilisation, seraient brusquement, au-delà, remplacés par d’autres. On ne peut pas d’autre part expliquer pourquoi il y a trois pays basques dans une civilisation foncièrement semblable, pourquoi à l’inverse un pays comme les Lannes appartient à plusieurs aires de civilisation, pourquoi les coutumes qui persistent dans la sénéchaussée de Saint-Sever ne dessinent la carte d’aucun pays officiel, les raisons pour lesquelles le Gabardan continue à utiliser, pour désigner les magistrats communaux, un terme qui n’est pas celui du pays dont il fait partie, ce qu’il faut penser de la survie des termes Rustan et la Chalosse. Au-delà des plus anciennes décisions connues de type législatif, faut-il supposer, aussi loin qu’on remonte dans le temps, d’autres mesures du même type qui auraient, par leur accumulation, créé le pays, ou bien faut-il supposer un pays originel, dont le modèle, impératif mais encore incomplet, aurait informé, comme un code génétique, l’ensemble de la législation ultérieure ? Quand les intendances occidentales, en dépit de leurs variations, s’en tiennent aux terres de la province d’Auch, respectent-elles la limite entre les gouvernements de Guyenne et de Languedoc, ou bien reconnaissent-elles l’existence d’une Gascogne linguistique, historique, ethnique peut-être ? Pour répondre à la question que je m’étais posée, il aurait été sans doute confortable que je rencontrasse et que je fisse toucher du doigt à mes lecteurs un pays originel, non pas dans un passé lointain sur lequel les documents, en deçà d’une certaine date, sont, dans la région, particulièrement rares, mais persistant jusqu’à l’époque moderne dans sa cohérence, son originalité et son évidente perfection. Comme aucun pays ne s’impose de la sorte, je ne peux donc pas dire de ces pays primitifs ni qu’ils existent ni qu’ils n’existent pas. Les pays tels que je les ai observés à la veille de la Révolution sont des créations de l’histoire et l’histoire a continué : les départements sont devenus des pays et le Louvigny se dit béarnais. Il y a peu de rattachement, de création, de disparition qui n’aient été ratifiés par le temps. L’incompatibilité des pays basques et du Béarn est soit l’exception qui confirme la règle, soit un jeu de la chronologie : la réactivation d’une faille qui plus lentement que d’autres se serait, elle aussi, comblée si le dernier tiers du xxe siècle n’était venu réveiller les réactions identitaires. C’est même l’accumulation de déterminations historiques, reprenant le plus souvent les mêmes cadres, les modifiant ici et là et faisant entrer dans les habitudes ces modifications qui donnent l’impression que, sous ces limites répétées et corrigées, il y a un pays éternel.

18Ces origines, datables ou plus lointaines, et les étapes de cette maturation ne sont pourtant qu’une façon partielle de définir le pays : elles l’ont créé et elles l’expliquent mais ce ne sont pas elles qu’on rencontre. Dans chaque pays, les traits qui caractérisent les groupes humains à chaque niveau - famille, communauté locale, pays forment un ensemble logique et cohérent, qu’on peut appeler système ou modèle. À propos de la nécessité qui le structure, on peut parler de loi, non de lois normatives semblables à celles que nous évoquions plus haut et qui président au déroulement policé de la vie sociale, mais de lois internes. Au-delà de la cohérence institutionnelle ces modèles expliquent plusieurs aspects de la vie quotidienne qui, à première vue, n’étaient que pittoresques. Cette cohérence multiforme, qui donne parfois l’impression trompeuse que les pays sont des personnes qui traverseraient l’histoire, explique le sentiment de bonheur qu’on éprouve au contact de ces ensembles harmonieux où l’empreinte de l’homme sur le paysage répond au caractère des habitants.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540