Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Troisième partie. Les pays voulus

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Comme les gestes, les mots et les habitudes s’étendent à des secteurs qui ne se recouvrent jamais exactement et comme aucun isomore ne sépare les aires de civilisations, l’individu qui voulait se définir par un cadre plus grand que celui de son village, employait le nom d’un pays officiel, petit ou grand, dans lequel le village était situé. Nous allons chercher à comprendre s’il s’agissait d’une façon commode de parler ou bien si les gens se sentaient réellement concernés par leur pays, en examinant leur attitude vis-à-vis des forains, leur attachement aux privilèges et à la spécificité de leurs pays respectifs, mais aussi leur capacité de se situer dans un contexte plus vaste et les tensions internes qui opposent entre eux les habitants d’un même pays.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540