Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Deuxième partie. Les pays vécus

7. Les relations économiques

Texte intégral

1L’unité de la région, indépendamment des soubassements ethniques et des héritages historiques, peut s’expliquer par les échanges économiques qui ont fait vivre ensemble les pays situés au sud de la Garonne. À la base de ces échanges, quelques produits et la complémentarité de la montagne pyrénéenne et de son piémont pris au sens large.

Les troupeaux

  • 1 Cavailles, op. cit.
  • 2 Urrutibehety, op. cit., 1964.

2C’est H. Cavaillès qui a montré à quel point la transhumance d’hiver a créé des liens entre les Pyrénées et leur avant-pays, et, en particulier, entre la partie la plus élevée des Pyrénées-Atlantiques et les Landes1. On récoltait assez de foin dans les larges vallées de Bigorre pendant l’hiver pour nourrir les bêtes qui avaient passé l’été sur les pâturages d’altitude. En revanche, les troupeaux des Pyrénées-Atlantiques partaient en hiver, au-delà des coteaux de piémont jusqu’en Médoc. Les Navarrais, qui n’allaient souvent pas plus loin que le littoral labourdin, étaient pourtant, ce faisant, amenés eux aussi à sortir de leur pays. Les Béarnais et les Souletins, au-delà du piémont, menaient leurs troupeaux en Chalosse, dans les pays côtiers, dans les Landes, Grandes et Petites, et jusqu’en Bordelais. La terre de Lanneplaa, à la limite de la Gascogne, du Béarn et de la Navarre, servait de lieu de rassemblement et de passage2.

  • 3 Andral B. G., « Lous très paus », Bull de la soc. archéo. du Gers, 1955, p. 16-22.
  • 4 Cavailles, op. cit., p. 73.
  • 5 AD 33 C 2348, 1721.

3Le souci d’avoir accès aux pâturages d’hiver avait poussé les grandes vallées à accepter leur intégration politique au Béarn qui, non seulement, disposait de plaines et de coteaux d’altitude peu élevée, mais qui contrôlait les passages pour aller plus loin et qui, avec le Marsan, avait possédé une partie des Petites Landes3. Ce souci détermina également pendant la guerre de Cent Ans la prudente politique béarnaise, évitant de s’engager entre la France et l’Angleterre. Les droits de guidonnage levés au profit du seigneur dominant qui protège les troupeaux en déplacement, abolis en Béarn après l’annexion des grandes vallées, cessèrent d’être perçus en Guyenne à la fin du xve siècle4. On levait pourtant encore à Pimbo en 1721, le « guidonnage de la beroge, droit levé pour le roi sur les bestiaux qui descendent des montagnes pour paître dans les landes de Bordeaux » et qui était affermé en même temps que le greffe5. Par contre, les prétentions du vicomte d’Orthe à percevoir un péage sur les troupeaux aspois qui traversaient sa juridiction étaient aussi anachroniques que sa levée d’une milice.

  • 6 AD 40 H 192 (58), 08.04.1666.
  • 7 Cf. supra, p. 165-166.

4Des institutions s’étaient modelées autour de ces migrations. La dîme en carnelage de la paroisse d’accueil devait tenir compte à la fois des usages locaux et des droits des décimateurs dans la vallée d’origine6. Le droit d’herbes mortes se définit autour de la rétribution qu’on attend des bergers de la montagne7. Les procès nés à propos de ce droit opposent la communauté au seigneur mais traduisent également le souci des habitants d’être maîtres chez eux.

  • 8 AD 33 C 275, 1762.
  • 9 AD 33 C 3221, 1749.

5H. Cavaillès est très sensible aux obstacles qui au xviiie siècle se multiplient devant les bergers transhumants : les progrès de la culture et la clôture des vacants limitent l’étendue des terres auxquelles ils ont accès ; les collecteurs en pays de taille personnelle prétendent les assujettir à l’imposition ; les fermiers de la foraine veulent leur demander une taxe ; les pouvoirs publics soucieux d’étendre les cultures et d’assurer les subsistances retirent à ces producteurs de laine une protection qui, au xviie siècle, correspondait à la faveur dont jouissaient l’industrie et les exportations. Ces difficultés existent mais il ne faut peut-être pas extrapoler à partir de récriminations ponctuelles. La Ferme générale a dû faire marche arrière. H. Cavaillès fait la part trop belle à l’individualisme agraire. Les procès relatifs au droit d’herbes mortes sont menés par les communautés et à leur profit. En ce qui concerne la taille et les clôtures, menant nos recherches indépendamment des références d’H. Cavaillès, nous n’avons pas trouvé d’autres documents que les siens. Or les deux pasteurs qui se plaignent des collecteurs de La Teste disent clairement qu’aucune autre paroisse de Guyenne ne se conduit de cette façon8. Ou bien ils sont réellement restés plus de six mois, en cours peut-être de sédentarisation. Ou bien, comme semble le montrer l’attestation du seigneur jointe à leur supplique, les habitants, à travers eux, s’en prennent au seigneur à qui revient la redevance qu’ils doivent verser. De la même façon, les habitants d’Ossau qui se plaignent des clôtures faites dans les landes de Captieux et de Maillas, les présentent comme des nouveautés et des exceptions9.

  • 10 AN R2 120, 1663.
  • 11 AD 40 II Β 1271, 1747.

6Loin d’attacher trop d’importance à ces incidents, il faut au contraire admirer que des migrations d’une telle ampleur aient laissé si peu de traces écrites, aient donc connu si peu de dysfonctionnement. La supplique des Ossalois fait état de quarante mille vaches sorties des trois vallées du Béarn. Celles d’Ossau hivernent entre Bergonce, Maillas et Captieux, celles d’Aspe et de Barétous, dans le secteur de Sore, Belhade et Pissos, le reste de la lande jusqu’à la mer, est occupé par les pasteurs basques. Dans ces régions où les terres vacantes abondent, les pasteurs payent une redevance par tête au duc d’Albret ou aux autres seigneurs10. Plus au sud, nous voyons les pasteurs de brebis affermer, d’une communauté ou d’un seigneur, l’accès à la vaine pâture et/ou aux vacants d’une paroisse ou d’une juridiction. Des usages ou des accords privés répartissent entre les différents exploitants les nuitées dont on attend la fiente. Les deux suppliques que cite H. Cavaillès et que nous avons retrouvées, si elles ne sont sans doute pas les seules, semblent bien être isolées. Les incidents sont peu nombreux. Une longue pratique a inscrit les problèmes qui peuvent surgir dans la jurisprudence locale, ce qui permet de les traiter devant la justice civile, comme par exemple à Capbreton une contestation sur la quantité de fiente11. Tout se passe comme si cette cohabitation de plusieurs mois, renouvelée chaque année, était une des structures les plus stables et les mieux admises des pays d’accueil.

7Aux échanges qu’elle permet, tous trouvent leur compte : le pacage est rétribué en fumure et en argent quelle que soit l’instance qui le touche. L’hébergement et la pension du pasteur et l’abri le cas échéant de son troupeau sont payés en lait, en fromage, en toison, en jeunes bêtes. Dans certains cas les décimateurs touchent la dîme de la moitié du croît. Selon les deux pasteurs d’Aspe que le collecteur de La Teste veut taxer, les bêtes cédées ou vendues sont indispensables aux habitants de la lande dont les brebis ne portent que tous les deux ans. Des achats de grains, des mises en gazaille contribuent, eux aussi, à animer les échanges et à faire circuler de l’argent.

  • 12 Rohan-Czermak Geza (de), Structures économiques des communautés pastorales pyrénéennes, thèse de I (...)
  • 13 AD 40 H 197, 1755-1770.
  • 14 AD 40 D 20 L 588, 15.04.1784.
  • 15 AD 40 D 20 L 437, 1756.

8Ces échanges ne se bornent pas aux relations économiques, mais impliquent des contacts personnels et même une véritable intimité. Dans les grandes landes où l’habitat est très dispersé et où les troupeaux transhumants pâturent non les jachères, mais les vacants, il est possible qu’abrité dans une cabane, le berger ait eu peu de contacts avec la population, encore que, même dans ce cas, il ait dû venir présenter son troupeau au receveur de la seigneurie et se fournir en pain auprès des sédentaires12. Mais dans les Petites Landes, en Tursan, en Chalosse, il vit chez l’habitant et mange à sa table. Ce n’est pas un berger anonyme, mais quelqu’un qu’on connaît bien et avec qui on traite plusieurs années de suite. Les Clarisses, à quinze ans d’intervalle afferment les herbes du Frèche et de Saint-Laurent à deux représentants de la même maison d’Accous13. À Brassempouy, le pasteur qui meurt en fin d’hiver était là avec son frère et son neveu14. Certains se marient dans leur village d’hiver ; d’autres y achètent une maison ou de la terre comme le fait un garçon de Borce à Cazalis15.

Fleuve, ports et routes

  • 16 Miliez-Lacroix, op. cit., 1928.

9L’Adour, qui commence à être navigable en aval d’Aire, se présente sur la carte comme un axe est-ouest, mais grâce aux affluents qu’il reçoit et aux routes qui s’articulent sur lui, il constitue la pièce maîtresse d’un système beaucoup plus complet. Il commence à porter des bateaux à Grenade, à deux lieues en amont de Saint-Sever16. Il reçoit, à cinq lieues de Dax, la Midouze qui est elle-même navigable depuis Mont-de-Marsan, à cinq lieues de Bayonne, les Gaves réunis puis la Bidouze et à Bayonne même, la Nive : chacune de ces rivières est navigable sur deux lieues de Gascogne en amont de son confluent.

  • 17 Blay de Gaix (commandant). Histoire militaire de Bayonne, Bayonne, 1899, t. 1, p. 263-271.
  • 18 AD 40 C 158, 1779.
  • 19 AD 64 C 338, 1769-1774 ; AD 64 C 627, 1784-1789.

10Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’Adour qui s’est jeté tour à tour à Bayonne, à Capbreton et au Vieux-Boucau, se jette à nouveau, depuis 1578 à Bayonne17. Cette embouchure est plus favorable que les autres à la navigation car le chenal en arrière des dunes n’avait qu’un tirant d’eau trop faible, mais la barre rend la sortie du port de Bayonne difficile. Il faut donc choisir le moment favorable. Les aléas de la navigation fluviale et un retard de quelques jours dans le chargement d’un navire peuvent repousser d’un mois le départ18. Les épais dossiers des Eaux et Forêts montrent comment les pêcheries, les moulins et le mauvais entretien des chemins de halage entravent la navigation sur l’Adour et préoccupent l’administration19.

  • 20 AD 33 C 1959, 17.08.1782 et 04.02.1783.
  • 21 Papy Louis, « Quand Mont-de-Marsan était un port  », Bull, de la soc. de Borda, 1990, p. 411-429.
  • 22 AD 32 Ε suppl. 84 FF 5 (Nogaro), 30.06.1634.
  • 23 AD 64 C 121,23.09.1761.
  • 24 AD 40 D 21 L 4, 06.12.1760 et 15.12.1760.
  • 25 AD 32 C 6, p. 55, 1755.
  • 26 AD 40 D 20 L 183, 09.02.1751.
  • 27 AD 64 C 96, 04.02.1768.
  • 28 AN R2 103, 1751.
  • 29 AD 64 C 273, 1770.

11Des régions qu’ils traversent et de plus loin encore à l’est, au sud-est et au nord-est, l’Adour et ses affluents drainent vers Bayonne et l’exportation, les produits de Béarn, de Bigorre, de Nébouzan, de Rivière-Basse, de Bas-Armagnac, de Marsan et des trois sénéchaussées des Lannes20. À Mont-de-Marsan s’embarquent les vins et les alcools d’Armagnac et d’une partie du Condomois21. Malgré certaines poussées protectionnistes, qui obligent à plusieurs reprises les communautés d’Armagnac ou de Rivière-Basse, à venir discuter du transfert de leurs vins vers Bayonne22, ou à obtenir du parlement de Bordeaux des arrêts contre les jurats de Saint-Sever et de Dax, qui font saisir, sur leur grève, les vins qui ne sont pas du crû de leurs sénéchaussées23, des liens commerciaux bien établis font qu’on embarque à Saint-Sever les vins de ces pays. Mugron est le grand centre de collecte des vins de Chalosse, du Tursan, du sud du Marsan24, de Béarn et de Bas-Armagnac25. Les vins de la côte du Luy26 ou de Saint-Cricq27 viennent s’embarquer au port de Hinx. Tartas, en levant un péage peut intervenir sur la circulation des vins28, mais ce n’est pas un port d’embarquement et bien que la ville prétende que l’instauration de foires lui permettrait de devenir un centre d’échange entre les paroisses viticoles et céréalières, elle ne peut s’opposer au rayonnement de Dax29.

  • 30 AD 32 C 84, 1781 ; AD 40 3 L 1, 1787.
  • 31 AD 33 C 3669, 1778.
  • 32 AD 33 C 1540, 1775 ; AD 40 C 128, 1782 ; AD 40 C 15, 1787.
  • 33 AD 40 II Β 1093, 1729.

12Dax n’est pas seulement le port d’embarquement pour une partie des vins de la Basse-Chalosse30, les volailles de Chalosse31, les résines, les goudrons et les planches d’Albret, de Born et de Marensin32, les textiles et les quincailleries du Béarn, mais aussi un centre d’échanges multidirectionnels : grain de la lande et merrain du Béam pour les villages de vignerons, vin de Chalosse pour la lande, morues et sardines de Bayonne pour l’arrière-pays33.

  • 34 Poussou Jean-Pierre, « Sur le rôle des transports terrestres dans l’économie du Sud- Ouest au xvii (...)
  • 35 AD 64 C 243, 1771 ; AD 40 C 53, 1780.
  • 36 AD 33 C 3651, 1776.
  • 37 AD 40 C 140, 1786.
  • 38 AD 33 C 1655, 1758.
  • 39 AD 40 IV Β 681, 1783.
  • 40 AD 40 IV Β 236, 16.06.1783.
  • 41 AD 40 IV Β 284, 1775.
  • 42 AD 40 IV Β 250, 1762 ; AD 33 Arrêts parl., 28.08.1754.

13Aussi importants que soient les transports fluviaux, la région est également parcourue par des routes terrestres34. L’existence à Saint-Justin, loin de toute voie d’eau, de très grandes foires connues dans tout le Sud-Ouest, s’explique par leur spécialité : des bestiaux qui se déplacent par leurs propres moyens35. Mais Roquefort36, Cazères37, Arzacq38 servent de débouchés et d’entrepôts à des marchandises variées qu’on transporte par la route. De nombreuses anecdotes, surtout dans les Grandes Landes, concernent les bouviers. On les voit laisser reposer leurs bêtes39, les mettre au pacage40 et bivouaquer41. À plusieurs reprises, ils sont accusés de boire le vin qu’ils charrient et de le remplacer par de l’eau42.

  • 43 AD 32 C 6, p. 55, 1755.
  • 44 AD 64 C 96, 04.02.1768.
  • 45 AD 64 C 350, 1760.
  • 46 AD 64 C 65, 06.08.1771 ; Pontet Josette, « La navigation sur la Nive. Projets et réalités au xviii(...)
  • 47 AD 32 C 571, 1764 ; AD 33 C 3669, 1778.
  • 48 Perron M., « Le canal du Gave à l’Adour ou canal du Pont-Long », Bull, de la Soc. de Borda, 1961, (...)
  • 49 AD 33 C 3657, c. 1710.
  • 50 AD 64 C 74, 19.05.1765 ; AD 64 C 3, 30.06.1778 ; AD 64 C 412, 1782.
  • 51 AD 64 C 356, 1788.

14Chariots et bêtes de somme servent souvent à transporter les marchandises vers le point d’embarquement le plus proche. De Cazères on achemine les produits vers Grenade43. Le secteur d’Amou est drainé vers le port de Hinx44. On envisage une route d’Hagetmau à Peyrehorade pour rapprocher d’un port ce secteur de la Chalosse, dont les produits jusque-là gagnaient Dax45. Mugron sert de port à Orthez46. À Cambo la Nive peut relayer les voituriers espagnols47. Une grande partie des rouliers qui traversent les landes se dirigent vers Dax. Dans certains cas, c’est la plus grande partie du trajet qui est faite par voie terrestre. Le Béarn n’est pas accessible autrement : les tentatives pour rendre le gave de Pau navigable ont toutes échoué48. L’état des installations portuaires de Peyrehorade intéresse des négociants de Béarn, de Bigorre et de Navarre49. Quant aux marchandises de ces pays destinées à Bordeaux, elles gagnent, par la route, les ports lointains de la basse Garonne. Des voituriers espagnols apportent par la vallée d’Aspe des huiles et des vins et prennent en retour des viandes salées50. Une autre route gagne l’Espagne par Saint-Palais et Saint-Jean-Pied-de-Port51.

  • 52 AD 40 C 48, 1776.
  • 53 AD 32 C 29, 1782 ; AD 40 C 140, 1783 et 1786 ; AD 40 C 584, 1787.
  • 54 AD 40 C 49, 1778.
  • 55 AD 40 IV Β 297, 20.10.1784.
  • 56 AD 33 Arrêts pari., 20.06.1766.

15Les demandes de nouvelles routes, les avis des subdélégués, la réception des marchandises montrent qu’une part importante du trafic se fait par route en direction de Bordeaux en dépit de la distance et des coûts. Entre Bayonne et Bordeaux on préfère parfois faire passer des marchandises par Dax et Langon. Orthez proche des ports de l’Adour demande une route vers Bordeaux qui passerait par Saint-Sever52. La route de Pau à Bordeaux par Arzacq est desservie par les rouliers d’Ossun. Elle est considérée comme un axe essentiel par les négociants du Béarn, de Saint-Sever et de Mont-de-Marsan53. Les eaux-de-vie d’Armagnac peuvent se diriger soit vers Mont-de-Marsan, c’est-à-dire vers Bayonne, soit vers Bordeaux54. Les volailles, les œufs, les gibiers de Brassenx partent soit vers Dax et Bayonne, soit vers Bordeaux55. Les propriétaires de Linxe, paroisse située en Marensin, portent parfois leurs résines vers Bordeaux56.

  • 57 Pontet, op. cit., 1990 ; Jaupart F., L’activité de Bayonne au xviiiesiècle, Bayonne, 1966.
  • 58 AD 33 C 1529, 1783.
  • 59 AD 40 C 48, 1779.
  • 60 AM Bay BB 473, 1716.
  • 61 AM Bay BB 93, 13.09.1740.
  • 62 AM Bay BB 90, 03.07.1784.
  • 63 AD 64 C 281, c. 1770.
  • 64 AM Bay BB 90 14.06 et 05.11.1785.

16Bayonne reste pourtant le grand port de la région où confluent les hommes, les marchandises et les nouvelles57. Très vite on y est au courant d’une menace d’épizootie en Juliac58. C’est le « centre commun » de Mont :-de-Marsan et de Saint-Sever59. C’est, en particulier, le port d’exportation des vins collectés par l’Adour. Un accord entre Bayonne et Saint-Sever avait fixé, en 1652 à quarante veltes, la jauge des barriques de Tursan et de Chalosse. Enregistrée au parlement, cette transaction avait servi de loi et, « quoique le Béarn et le Vic-Bilh ne fussent pas compris dans ladite transaction, ils ont néanmoins suivi la même loi »60. En 1729, puis en 1738, deux actes royaux firent de cette habitude une obligation61. Seuls les vins de la côte, d’Anglet au Vieux-Boucau, ont gardé leur barrique propre de trente-six veltes. Bayonne sert également de débouché pour les laines, les huiles et le fer du nord de l’Espagne et d’entrepôt où cette région se ravitaille en maïs et en objets fabriqués français, anglais et hollandais. Le Labourd et la Basse-Navarre qui ne produisent pas assez de grains pour se nourrir toute l’année viennent, eux aussi se ravitailler à Bayonne62. La ville elle-même représente un gros centre de consommation pour lequel il faut faire venir du grain de loin63. La municipalité s’enquiert jusqu’à Tarbes, pour savoir en novembre, si la récolte d’automne, gland compris, a été bonne et elle fait afficher jusqu’à Auch l’annonce de la mise aux enchères de ses boucheries64.

  • 65 AD 40 II Β 1103, 1739.
  • 66 AD 33 G 78, xviiie siècle.
  • 67 AD 40 C suppl. 6 (8), 21.03.1776 ; AD 40 C suppl. 6 (18) C, 04.08.1787 ; AD 40 C suppl. 7 (1) A, 2 (...)

17Les petits ports de la côte landaise, Capbreton et Vieux-Boucau, sont retombés au xviiie siècle au rang de ports de pêche. Cette côte inhospitalière est le théâtre d’incidents plus spectaculaires que nombreux, bains de mer65, pillage d’épaves66 et contrebande de tabac qu’apportent des barques venant du Labourd qui s’échouent au pied des dunes pour décharger leur cargaison67.

La contrebande

  • 68 AD 40 III Β 2513, 1786.
  • 69 AD 40 IV Β 681, 1784.
  • 70 Dravasa, op. cit.. p. 337 sq.
  • 71 AD 40 C suppl. 4 (11), 01.04.1788.
  • 72 AD 40 C suppl. 1 à 10, 1723-1790.
  • 73 AD 40 C suppl. 5 (1) B, 19.12.1748 ; AD 40 C suppl. 5 (1) J, 13.06.1746 ; AD 40 C suppl. 5 (2) J, (...)
  • 74 Sahlins Peter, Boundaries. The making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, Los Angeles, (...)

18L’usage du tabac est entré dans les mœurs : on s’en offre réciproquement en signe d’amitié68 ; surpris hors de chez soi par une rage de dents, on en demande à un voisin qui dépique devant sa grange69. Souvent il s’agit de tabac de contrebande. Le Labourd et Bayonne jouissent, en matière de tabac, d’un statut privilégié70. La souveraineté de Bidache constitue une enclave fiscale. On va y passer les jours de fêtes et on en rapporte des marchandises prohibées, essentiellement du tabac71. Les archives de l’élection de Dax sont remplies de contraventions et de bagarres avec les commis72. On trouve du « faux tabac » jusqu’à Benquet, Labrit, Nassiet, Montde-Marsan et Duhort73. Tout le pays est donc concerné et, en ce sens, on peut dire que le tabac et la contrebande, les complicités qu’elle requiert et le sentiment de communauté qu’elle suscite, sont une façon pour les sénéchaussées landaises de vivre leur unité, un peu comme dans le travail de P. Sahlins74. Il ne faut pourtant pas estimer l’ampleur du phénomène à l’épaisseur des dossiers qu’il a laissés : c’est la répression qu’on y mesure, et non l’importance économique du débit, ou la place, dans la population, des personnes concernées.

  • 75 Fédération historique du Sud-Ouest. Fédération des sociétés académiques et savantes de la région G (...)
  • 76 AD 40 II B 2016, 1742 ; AM Bay FF 534, p. 164. 25.11.1753 ; AD 64 C 249, 28.01. et 09.04.1755 ; AM (...)
  • 77 AD 32 C 6, p. 116, 1755 ; Cf. infra, p. 286 sq.

19Le statut fiscal du sel dans la région n’est pas davantage unifié. La fabrication du sel à Salies à partir de sources salées a certainement joué un rôle dans le rayonnement géopolitique du Béarn, dont les souverains pouvaient concéder l’accès au sel75. Elle a déterminé, également, l’industrie des salaisons de porcs et d’oies qui reste très vivante au xviiie siècle et qui assure un débouché aux élevages de Béarn et de Chalosse76. Le Béarn est exempt de gabelle et les Lannes font partie des pays rédimés. On doit pourtant y acquitter sur le transport du sel marin comme sur celui d’autres produits un droit appelé « droit de convoy ». L’installation des bureaux destinés à lever ce droit et la tentative de la Ferme générale pour interdire l’entrée des Lannes au sel de Béarn, qui convient pourtant mieux aux salaisons que le sel gris, avaient provoqué au xviie siècle la révolte d’Audijos qui, partie de Chalosse, avait trouvé des appuis dans toute la région77. Le retrait de certains bureaux, l’accoutumance à des droits somme toute modiques et la possibilité maintenue d’utiliser dans les Lannes et en Marsan le sel de Salies, font qu’il n’y a pas au xviiie siècle de contrebande de sel, mais un marché intrarégional.

  • 78 AD 40 C 132, 1775.
  • 79 AD 33 C 126, 1784.

20La région qui s’étend au sud de la Garonne est ainsi profondément marquée par l’axe fluvial de l’Adour et l’administration est consciente qu’il y a là une réalité incontournable. Quand en 1775, les Lannes et le Marsan sont réunis à Bordeaux, l’intendant répartit les problèmes de navigation fluviale dans son ressort, entre deux syndics, un pour la Garonne et un pour Bayonne78. Le nouveau remaniement qui rattache, pour quelques années, les pays landais à Pau-Bayonne, est justifié par le rôle de l’Adour et de Bayonne79.

  • 80 AM Bay CC 289, 11.05.1718.
  • 81 AD 40 III Β 2338, 1763.

21Bordeaux n’est pourtant pas une ville étrangère. Des routes terrestres, dédaignant les ports de l’Adour, se dirigent vers Bordeaux ou vers les ports de la moyenne Garonne qui y conduisent. Bayonne fait venir la verge, qui sert à Bordeaux à jauger les barriques, pour y ajuster la sienne80. Les migrants qui quittent les Landes pour aller y travailler s’y retrouvent entre gens du même pays81. Bordeaux enfin est la capitale judiciaire de la plus grande partie de la région y compris du Labourd, si bien que les jeunes gens qui se destinent à des offices de juges ou de notaires vont y étudier ou s’y former chez un praticien. Elle reste pourtant, en bien des façons, extérieure à notre région, car dans le vaste ressort dont elle est la capitale, les sénéchaussées landaises et le Labourd représentent un sous-ensemble original tant en matière de droit que de genre de vie, alors qu’ils constituent une aire culturelle avec les pays du parlement de Pau et, en dépit de dégradés, avec les pays les plus proches du ressort de Toulouse.

22Les césures, qui articulent cet ensemble et qu’il avait été facile de mettre en évidence en matière de droit familial et d’institutions villageoises, se retrouvent parfois en matière de genre de vie mais les résultats sont moins rigoureux, il n’y a pas d’isomores, les limites s’estompent et les pays tendent à se confondre.

23Nous ne sommes pourtant pas tombé dans un piège simplificateur en commençant ce livre par les pays officiels. D’une part, c’est dans leur cadre que sont rédigés, promulgués et modifiés les lois et les règlements qui proviennent sans doute d’usages plus anciens, mais qui dans leur version moderne informent la vie des populations. D’autre part, à propos des mutations de l’intendance, nous avons enregistré des réactions qui montraient que ces pays, pour être officiels, n’en étaient pas pour autant indifférents à leurs habitants. Nous allons poursuivre dans ce sens, admettre comme cadre d’observation les pays officiels, et nous demander jusqu’à quel point les populations étaient quotidiennement conscientes de l’existence de ces cadres et si elles leur étaient attachées.

Notes

1 Cavailles, op. cit.

2 Urrutibehety, op. cit., 1964.

3 Andral B. G., « Lous très paus », Bull de la soc. archéo. du Gers, 1955, p. 16-22.

4 Cavailles, op. cit., p. 73.

5 AD 33 C 2348, 1721.

6 AD 40 H 192 (58), 08.04.1666.

7 Cf. supra, p. 165-166.

8 AD 33 C 275, 1762.

9 AD 33 C 3221, 1749.

10 AN R2 120, 1663.

11 AD 40 II Β 1271, 1747.

12 Rohan-Czermak Geza (de), Structures économiques des communautés pastorales pyrénéennes, thèse de IIIe cycle multigraphiée, Bibl. Arts et traditions populaires, MS 69, 15, Β. 186, atp, p. 218.

13 AD 40 H 197, 1755-1770.

14 AD 40 D 20 L 588, 15.04.1784.

15 AD 40 D 20 L 437, 1756.

16 Miliez-Lacroix, op. cit., 1928.

17 Blay de Gaix (commandant). Histoire militaire de Bayonne, Bayonne, 1899, t. 1, p. 263-271.

18 AD 40 C 158, 1779.

19 AD 64 C 338, 1769-1774 ; AD 64 C 627, 1784-1789.

20 AD 33 C 1959, 17.08.1782 et 04.02.1783.

21 Papy Louis, « Quand Mont-de-Marsan était un port  », Bull, de la soc. de Borda, 1990, p. 411-429.

22 AD 32 Ε suppl. 84 FF 5 (Nogaro), 30.06.1634.

23 AD 64 C 121,23.09.1761.

24 AD 40 D 21 L 4, 06.12.1760 et 15.12.1760.

25 AD 32 C 6, p. 55, 1755.

26 AD 40 D 20 L 183, 09.02.1751.

27 AD 64 C 96, 04.02.1768.

28 AN R2 103, 1751.

29 AD 64 C 273, 1770.

30 AD 32 C 84, 1781 ; AD 40 3 L 1, 1787.

31 AD 33 C 3669, 1778.

32 AD 33 C 1540, 1775 ; AD 40 C 128, 1782 ; AD 40 C 15, 1787.

33 AD 40 II Β 1093, 1729.

34 Poussou Jean-Pierre, « Sur le rôle des transports terrestres dans l’économie du Sud- Ouest au xviiie siècle », Archives du Midi, 1978, p. 389-412.

35 AD 64 C 243, 1771 ; AD 40 C 53, 1780.

36 AD 33 C 3651, 1776.

37 AD 40 C 140, 1786.

38 AD 33 C 1655, 1758.

39 AD 40 IV Β 681, 1783.

40 AD 40 IV Β 236, 16.06.1783.

41 AD 40 IV Β 284, 1775.

42 AD 40 IV Β 250, 1762 ; AD 33 Arrêts parl., 28.08.1754.

43 AD 32 C 6, p. 55, 1755.

44 AD 64 C 96, 04.02.1768.

45 AD 64 C 350, 1760.

46 AD 64 C 65, 06.08.1771 ; Pontet Josette, « La navigation sur la Nive. Projets et réalités au xviiie siècle », Bull, de la soc. se. lettres et arts de Bayonne, 1981-1982, p. 243-261.

47 AD 32 C 571, 1764 ; AD 33 C 3669, 1778.

48 Perron M., « Le canal du Gave à l’Adour ou canal du Pont-Long », Bull, de la Soc. de Borda, 1961, p. 78-82 ; Massie Jean-François, « La navigation du Gave de Pau aux xviie et xviiie siècle  », Bull, de la soc. des sc., lettres et arts de Pau, 1974, p. 111-128 ; Desplat, op. cit., 1992, p. 24 « tout à fait impropre à la navigation », p. 310-318, « les vains efforts ».

49 AD 33 C 3657, c. 1710.

50 AD 64 C 74, 19.05.1765 ; AD 64 C 3, 30.06.1778 ; AD 64 C 412, 1782.

51 AD 64 C 356, 1788.

52 AD 40 C 48, 1776.

53 AD 32 C 29, 1782 ; AD 40 C 140, 1783 et 1786 ; AD 40 C 584, 1787.

54 AD 40 C 49, 1778.

55 AD 40 IV Β 297, 20.10.1784.

56 AD 33 Arrêts pari., 20.06.1766.

57 Pontet, op. cit., 1990 ; Jaupart F., L’activité de Bayonne au xviiie siècle, Bayonne, 1966.

58 AD 33 C 1529, 1783.

59 AD 40 C 48, 1779.

60 AM Bay BB 473, 1716.

61 AM Bay BB 93, 13.09.1740.

62 AM Bay BB 90, 03.07.1784.

63 AD 64 C 281, c. 1770.

64 AM Bay BB 90 14.06 et 05.11.1785.

65 AD 40 II Β 1103, 1739.

66 AD 33 G 78, xviiie siècle.

67 AD 40 C suppl. 6 (8), 21.03.1776 ; AD 40 C suppl. 6 (18) C, 04.08.1787 ; AD 40 C suppl. 7 (1) A, 26.08.1789 et B. 18.06.1789.

68 AD 40 III Β 2513, 1786.

69 AD 40 IV Β 681, 1784.

70 Dravasa, op. cit.. p. 337 sq.

71 AD 40 C suppl. 4 (11), 01.04.1788.

72 AD 40 C suppl. 1 à 10, 1723-1790.

73 AD 40 C suppl. 5 (1) B, 19.12.1748 ; AD 40 C suppl. 5 (1) J, 13.06.1746 ; AD 40 C suppl. 5 (2) J, 21.09.1750 ; AD 40 C suppl. 6 (11) D, 18.08.1784 ; AD 40 C suppl. 6 (12) B, 13.06.1787.

74 Sahlins Peter, Boundaries. The making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press, 1984.

75 Fédération historique du Sud-Ouest. Fédération des sociétés académiques et savantes de la région Gascogne-Adour. Actes du XIIIe Congrès d’études régionales, Autour de Salies de Béarn. Salines et chemins de Saint-Jacques, Pau, 1966 ; AD 64 C 392, 21.01.1775.

76 AD 40 II B 2016, 1742 ; AM Bay FF 534, p. 164. 25.11.1753 ; AD 64 C 249, 28.01. et 09.04.1755 ; AM Bay BB 90, p. 181, 1785 ; AD 64 C 586, 29.11.1787.

77 AD 32 C 6, p. 116, 1755 ; Cf. infra, p. 286 sq.

78 AD 40 C 132, 1775.

79 AD 33 C 126, 1784.

80 AM Bay CC 289, 11.05.1718.

81 AD 40 III Β 2338, 1763.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540