Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Deuxième partie. Les pays vécus

6. La vie culturelle

Texte intégral

Les loisirs

1La documentation judiciaire accorde aussi sans le vouloir une large place aux loisirs : concours de peuple, cabaret, jeux sont souvent l’occasion d’incidents, d’injures, de coups qui se terminent par une plainte devant la justice. Les autorités religieuses qui pourchassent les blasphèmes et l’indécence, les autorités civiles qui craignent les incidents et les accidents témoignent également par leurs mises en garde, des divertissements les plus courus.

  • 1 AD 40 III Β 2513, 1786.
  • 2 AD 40 IV Β 644, 1786.
  • 3 AD 40 D 25 L 77, 01.11.1765.
  • 4 AD 40 I Β 765, 06.02.1785.
  • 5 AD 40 IV Β 682, 18.07.1785.
  • 6 AD 40 C suppl. 7 (5), 21.08.1769.
  • 7 AD 40 III Β 2763, 1772.

2La halte au cabaret fait partie, au sens propre du terme, du quotidien. Une femme de métayer va un matin de semaine y chercher son mari en reprochant au compagnon de bouteille de divertir du travail un homme qui n’a que ses bras pour vivre. On ne peut pas compter les cas où une rencontre, un trajet ou un travail se terminent par une pause au cabaret. On y vient aussi pour manger. On peut « pour la fête de son cochon »1 ou pour une noce où on a dressé la table dehors2, être invité chez un parent ou un voisin, mais le plus souvent c’est au cabaret qu’on se retrouve. C’est là qu’ont lieu les collations qui suivent la corvée ou le repas de pain, de vin et de viande que la fabrique de Sarbazan doit offrir tous les ans à la Toussaint aux paroissiens3. C’est là aussi que des amis s’offrent des petites fêtes en dehors de toute solennité. Si deux jeunes domestiques du Frêche peuvent, sans éveiller de soupçons, faire cuire par l’hôte pour onze sous, service, vin et pain compris, la poule qu’ils ont volée chez leur maître, c’est que leur demande n’avait rien d’extraordinaire4. À Castets un tailleur propose, à un ami qui l’a rencontré alors qu’il péchait avec son garçon, d’aller manger ensemble sa prise, l’ami accepte et propose d’acheter lui-même une côte de boeuf pour mieux faire la fête5 ; ils se retrouvent vers les cinq heures du soir avec la femme de l’ami, ses enfants et un de ses garçons. En rentrantdu marché, unjeune marchand de Pomarez et deux de ses amis « jouent aux cartes à qui payerait des pâtés, des fromages, du vin et du pain, après quoy il fut convenu qu’on mangerait des oeufs en omelette qui fut faite sur le moment »6. À Saint-Gein deux amis se font cuire par l’aubergiste une demi-livre de côtelettes, puis quand ils l’ont mangée, une autre demi-livre7.

  • 8 AD 40 I Β 493, 1724.
  • 9 AD 40 G 76, 1725 ; AD 40 Mi 66, passim, 1746-1758.
  • 10 AD 40 IV Β 253, 14.02.1768.
  • 11 AD 40 III Β 2941, 1788.
  • 12 AD 40 III Β 1569, 1764.

3C’est le dimanche que ces collations et plus généralement les plaisirs du cabaret sont le plus souvent attestés. La femme d’Arue qui avait de la cendre à vendre, se trouve un dimanche de carnaval à Guinas avec le benoît, un voisin, un beau-frère et une nièce du voisin ; le benoît avait déjà payé à boire ; avec trois sous et son conquêt de cendre, elle obtient assez d’oeufs pour faire une omelette, le voisin paye une autre bouteille et six liards de lard pour mettre dans l’omelette8. Le simple particulier qui souhaite vendre du vin au détail profite du dimanche pour l’annoncer à la sortie de la messe, et les consommateurs s’attroupent chez lui. Ou bien, on s’installe simplement au cabaret habituel9 si bien qu’on y oublie parfois les vêpres alors que les cabarets devraient être fermés pendant les offices10. Le plus souvent les buveurs sont heureux et calmes. Alors qu’un médecin débitait son vin chez lui, c’est un contrôle des mesures qui donne lieu au procès-verbal11. Chez le maître d’école, quelqu’un est entré exprès pour chercher querelle à un buveur12. Le procureur juridictionnel se présente chez le cabaretier pour faire respecter les heures de fermeture. D’autres rencontres au cabaret seront évoquées devant la justice par des témoins qui ont vu conclure un marché, passer une promesse, échanger une information en public.

  • 13 AD 32 C 13, p. 103, 1759.

4Les incidents les plus graves n’ont pas lieu au cabaret mais sur le chemin du retour où l’offensé attend l’offenseur et ses amis qui rentrent chez eux la conscience, disent-ils, parfaitement tranquille. On se porte parfois des coups, mais souvent aussi on se contente de se narguer ou de s’insulter. En comparaison de ce qui se passerait dans d’autres provinces, le tout ne donne pas l’impression d’une grande brutalité. Le plus meurtri se met au lit et fait venir le chirurgien pour pouvoir porter plainte mais le certificat médical, toujours très détaillé, n’est pas forcément alarmant. Certains coups pourtant sont mortels, le plus souvent sans doute involontairement13.

  • 14 AM Bay BB 25, p. 130, 23.03.1657.
  • 15 AD 40 Mi 66, passim, 1746-1758.
  • 16 AD 40 III Β 1022, 09.08.1771.
  • 17 AD 40 III Β 2766, 27.09.1777.

5À Bayonne les jeunes gens jouent depuis longtemps au billard, il y a même des salles expressément arrangées à cet effet14. Ailleurs, on joue aux cartes ou au ram- peau15. On appelle rampeau, la rampe, le terrain aménagé et bordé de planches sur lequel on joue aux grandes quilles landaises. L’aubergiste de Benquet porte plainte en justice : il avait « fait construire en bois un rampeau... au devant de sa porte pour la récréation de ceux qui venaient chez lui ». Or une nuit, des voisins sont venus le détruire, alors qu’il n’était d’aucune incommodité, ont enlevé « les piquets et les tables », injurié et frappé le plaignant16. À Saint-Gein c’est au contraire la justice qui ordonne de détruire le rampeau sous prétexte que ça rend les jeunes gens « fainéants et désobéissants à leurs parents »17. Nulle part ailleurs je n’ai vu condamner si sévèrement une distraction qui, à condition de ne pas concurrencer les offices divins, semble, comparée à d’autres, inoffensive.

  • 18 AD 32 C 13, p. 77, 1759.
  • 19 AD 40 II Β 1321, 29.08.1735.
  • 20 AD 40 III Β 2381, 1745.
  • 21 AD 40 I Β 416, 27.11.1775.
  • 22 AD 40 I Β 400, 10.02.1789.

6La danse est, elle aussi, un divertissement très recherché. On danse, soit dans les cabarets18, soit en plein air, dans le bois d’Auttarive lors de la Saint-Michel19, soit, souvent aussi, chez des particuliers. Un jour de fête locale à Morganx, il y a un violon et des danseurs dans deux maisons voisines20. A Mont-de-Marsan en novembre, un charpentier et sa femme ont reçu des voisins qui sont venus danser quelques contre-danses et qui se retirent, vers onze heures du soir en les remerciant21. En février, à Mont-de-Marsan également, un huissier a chez lui un dimanche soir des voisins et voisines, et un violon pour danser22. Alors qu’à dix heures du soir, il raccompagne une invitée qui veut se retirer, ils sont insultés et menacés sous la halle par des jeunes gens masqués car c’est la période du carnaval.

  • 23 AD 40 IV Β 647, 08.11.1789.
  • 24 Hérelle Georges, Éludes sur le théâtre basque.La représentation des pastorales à sujet tragique, P (...)
  • 25 Desplat Christian, Pau et le Béarn au xviiie siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lum (...)
  • 26 AD 40 3 J 68, 1765.
  • 27 AD 40 III Β 2481, 28.05.1759.
  • 28 AD 40 III Β 919, 15.03.1701.

7Des voisins réunis auprès du feu peuvent aussi écouter l’un d’eux chanter23. Un soir à onze heures, quelques femmes sont assises sous le porche de l’église de Buglosse, occupées à écouter des pèlerins qui chantent des cantiques de la Vierge et qui tiennent chacun une bougie à la main. Les pastorales basques sont connues24. En Béarn aussi on trouve de ces troupes villageoises25. À Bédous par exemple, le meunier de vingt-six ans était un soir de septembre dans une maison avec « une troupe de jeunesse qu’il exerçait pour représenter une tragédie »26. Dans les Landes, nous avons, à deux reprises, trouvé mentionnées des représentations organisées par la jeunesse d’un village : à Marpaps près de la frontière béarnaise, le témoin se trouvait un soir « avec d’autres personnes pour descendre le théâtre qu’on avait dressé la veille pour une tragédie »27. À Amou, le procureur juridictionnel récrimine contre les jeunes gens, qui « s’ingèrent à jouer des comédies publiques »28.

  • 29 AD 40 II Β 854, 11.02.1747.
  • 30 AD 33 C 4636, n° 39, c. 1780.
  • 31 AD 40 III Β 989, 1786.

8Cérémonies, danses, jeux, libations et ripailles sont souvent liés à la fête patronale ou à la période du carnaval. « Vois-tu comme je suis éveillé et de bonne humeur » dit un cavalier éméché à une jeune femme qu’il vient de saluer29. « Il me le semble, répond-elle, et en temps de carnaval, tout passe ». Les tâches d’une brigade de gendarmerie sont définies par le nombre de foires, de marchés et de fêtes locales qu’elle devra couvrir autant que par celui des paroisses30. Les familles invitent leur parenté foraine, de vieux adversaires renouvellent leur altercation31.

  • 32 Vergés Jean, « Les jeux de la toupiade et de la Torrelle », Bull, de la soc. de Borda, 1983, p. 65 (...)
  • 33 Labrousse Michel, « La Gascogne avant l’histoire » in Bordes Maurice (dir.), op. cit., 1978, p. 12 (...)
  • 34 AM Bay FF 88, 04.10.1694.

9On assiste en ville à des festivités qui demandent plus de moyens : feux de joie, décharge d’armes à feu, coups de canons, combat de vaisselle de terre à Dax32. Les courses de boeufs ou de vaches ne constituent pas, dans la région, un spectacle, mais, peut-être, un rite très ancien issu du culte mithriatique ou venu de plus loin encore puisque certains rapprochent « Tarbelles » du gaulois « Tarvos », le taureau33. C’est en tout cas une pratique spontanée qu’on peut observer le vendredi après-midi dans chaque bourg possédant une boucherie34. Pendant que, devant la boucherie, le bovin promis au sacrifice attend la visite des jurats, les jeunes gens, sous prétexte de vérifier s’il ne s’agit pas d’une bête malade, le harcèlent, le provoquent, se dérobent ou essayent de l’arrêter dans sa course.

  • 35 AD 33 C 4335, 1673.

10La course est destinée à rendre, dit-on, la viande meilleure, à voir si elle est bonne, à procurer un divertissement au public. Des témoignages montrent le succès de cette manifestation. Bien qu’elle ait lieu toutes les semaines, elle mobilise toujours l’attention : petits enfants, soldats du guet, riches commerçants, tous s’arrêtent, ou même se détournent de leur chemin pour y assister. Il ne s’agit pas, en effet, seulement d’un divertissement mais d’un rite. À Bayonne à la fin du xviie siècle, un procès montre le prestige qu’attendaient les magistrats de cette course hebdomadaire35. Elle s’organisait devant la maison de celui qui devait examiner la bête. Le procès doit déterminer qui du commissaire de police, fonction occupée à tour de rôle par les conseillers à la sénéchaussée, ou des échevins, peut prétendre à cet honneur. Plutôt que de laisser le commissaire emmener la bête, les échevins, venus à la tuerie en corps constitué, donnent l’ordre au boucher de la tuer sans la faire courir. Pour le notable, près de la demeure duquel la course s’organise, c’est un cadeau, une liturgie qu’il offre aux gens de son quartier. L’origine de la tension entre la municipalité et la sénéchaussée n’est naturellement pas la course, et d’autres conflits viennent se nicher dans celui-là, en particulier l’hostilité des artisans à la « bourgeoisie » comme dit la femme d’un cordonnier. Mais la course offre à ces problèmes l’occasion de se manifester sur le plan des rites.

  • 36 AD 40 D 15 L 95, 30.03.1760.
  • 37 AD 40 D 11 L 33, 01.04.1759.
  • 38 AD 40 D 15 L 74, 16.04.1756.
  • 39 AD 40 D 17 L 126, 19.03.1755.

11Exposer la bête et la soumettre à la course figure encore au xviiie siècle dans certains baux de boucherie. A Montaut le boucher doit « exposer tous les vendredis le boeuf et la vache qu’il tuera, pendant un quart d’heure, devant la halle du présent lieu »36. À Villeneuve il doit « les faire inspecter au jurat... même faire courir lesdits boeuf ou vache dans les rues pour être exposés aux yeux du public »37. Le boucher doit de plus dans ces bourgades ou dans d’autres organiser, une fois par an, une course solennelle, peut-être avec des taureaux. À Coudures le bail dit simplement qu’ » il donnera la course ordinaire à la saint Martin »38. À Montaut il rappelle la course qu’il doit donner à la Saint-Pierre39. À Villeneuve, le boucher fournira « quatre taureaux propres à la course pour la fête de saint Hippolyte, un pour la veille, trois pour la fête, ou bien donner cent livres à la communauté ».

  • 40 Dupuy André, op. cit.
  • 41 AD 33 I Β 21, 1620.
  • 42 AD 33 I Β 25, f° 1282, janvier 1648.

12Pourtant, à cette époque et depuis longtemps, les courses se heurtent à la condamnation des autorités extérieures à la région. Pour se conformer à la volonté du pape qui avait condamné les combats entre hommes et bêtes, l’évêque d’Aire en 1627 puis à nouveau en 1635 interdit les courses de taureaux. Après s’être soumises en 1635, les municipalités de Saint-Sever, de Mont-de-Marsan et de Grenade avaient, dix ans plus tard, repris les courses en faisant courir le bruit que le gouverneur n’y était pas hostile40. Les pouvoirs civils, pourtant, avaient également pris parti contre cette coutume. Dès 1620, le parlement les interdisait à Bazas parce que « ceux qui ont des querelles particulières prennent cette occasion pour exercer leur vengeance »41. En 1648, des lettres royales ordonnaient de supprimer « les courses de taureaux qui se donnaient pour la fête patronale à Aire, Mont-de-Marsan, Montaut, Hagetmau, Grenade, Cazères, Castandet... avec de tels abus que les taureaux avaient pénétré à Aire dans la cathédrale pendant la messe pontificale »42. La liste des villes et l’anecdote montrent, à n’en pas douter, que c’était l’évêque qui avait obtenu ces lettres. A la veille de la guerre civile, ce texte ne fut d’aucun effet et rien, avant le xviiie siècle, ne vint remettre en cause les courses.

  • 43 AD 40 C 120 (86), 18.07.1775.

13Un siècle plus tard, la décision du gouverneur en 1769 d’interdire les courses resta, pour l’essentiel, lettre morte et fut quelques temps après reportée pour « ne... pas priver plus longtemps tout le païs du seul plaisir public qu’il puisse prendre »43. Au mieux, elle put servir d’argument aux municipalités et aux juridictions qui souhaitaient discipliner, limiter, voire interdire les courses dans leur ressort. Ces efforts locaux témoignent d’un retournement dans l’attitude des notables.

  • 44 AM Bay, FF 540, 1723.
  • 45 AM Bay FF 527, 1740.
  • 46 AM Bay FF 544, 1742.
  • 47 AM Bay FF 556, 1780.
  • 48 AM Bay CC 753, 1779.
  • 49 AM Bay CC 323, 1780.

14À Bayonne, dès 1723, un marchand-boucher demande qu’on défende les courses de boeufs par la ville « divertissement barbare et dangereux, dignes des romains du paganisme »44. En 1740, sous prétexte d’hygiène, de décence, de sécurité et d’urbanisme, la municipalité interdit les courses de boeufs dans la ville et demande qu’elles aient lieu hors des remparts et dans un enclos45. L’interdiction ne fut pas toujours respectée, puisqu’en 1742 la ville engage des poursuites contre des garçons bouchers « pour avoir fait courir des boeufs après vêpres, du côté du couvent des capucins ».46 Mais comme les coupables sont de simples « garçons » et qu’ils sont condamnés à cent livres d’amende, on comprend que la course hebdomadaire rituelle, non seulement n’est plus patronnée par les notables, mais est vraiment hors la loi. Quand quarante ans plus tard, il est à nouveau question de course, il s’agit d’un spectacle47 apprécié pour sa couleur locale et organisé de toutes pièces dans le cadre des fêtes données pour la naissance de Madame, fille du roi48, ou offertes à la femme de l’intendant49.

  • 50 AD 40 AM Dax BB 13, 1730.
  • 51 AD 40 II Β 859, 1743.
  • 52 Milliez-Lacroix Jacques, « Les origines de la piazza de toros de Dax ; les emplacements successifs (...)

15À Dax en 1730 la municipalité avait interdit de faire courir « les boeufs destinés à la boucherie », sous le prétexte que la viande en contracterait « une mauvaise qualité »50. En 1743, c’est la prévôté qui à son tour prend un arrêt. Parce qu’ » à l’occasion des courses de boeufs qui se donnent souvent dans la présente ville, un particulier vient d’être estropié, en danger de mort », elle regrette « ces divertissements (qui) ne deviennent intéressants que lorsqu’ils sont accompagnés de certaine suite fâcheuse » ; elle fait « défense à tout boucher et à toute personne de donner aucune course de boeufs, soit à l’intérieur des barrières, soit hors d’icelles »51. La mention des bouchers montre que ces courses sont toujours liées à leur origine traditionnelle, mais elles semblent ne plus avoir lieu aussi régulièrement. L’interdiction de la municipalité a, peut-être, eu cet effet qu’on ne fait plus courir la bête qu’on doit abattre. Moins fréquentes, les courses ont pu changer de caractère : aux taquineries hebdomadaires et débonnaires, ont peut-être succédé des défis plus élaborés et une recherche réelle des situations périlleuses. La construction des arènes en 1767 représente la dernière étape de la transformation en spectacle d’un ancien rite52.

  • 53 AD 40 IB 299, 18.05.1731.
  • 54 AD 33 Arrêts parl., 12.02.1757.

16À Mont-de-Marsan en 1731, le procureur du roi expose au tribunal de police que « les bouchers de la grande et de la petite boucherie... ne manquent pas de faire courir les boeufs et les vaches presque tous les jours et que même les écoliers et garçons de boutique marchent la nuit pour... enlever lesdits boeufs et vaches pour les faire courir ». Il demande à ce qu’il soit « interdit de faire courir sans la permission expresse du premier officier de police »53. L’arrêt que le tribunal prend alors est sans doute vite oublié. Une génération plus tard, la même cour trouve utile de s’abriter pour prendre une décision semblable derrière l’autorité du parlement par lequel elle fait confirmer son ordonnance qui souffrirait de difficultés si elle n’était pas autorisée54.

  • 55 AD 40 I Β 214, 27.03.1759.

17Les considérations que donne cette ordonnance et les interdictions qu’elle contient, montrent les excès auxquels la cour voulait remédier. Non seulement des courses de taureaux ont lieu le dimanche pendant le service divin mais, faute de précautions, il en résulte souvent des accidents funestes. C’est pourquoi la course ne pourra dorénavant avoir lieu que sur la place extérieure Saint-Roch qui est assez vaste, qu’on peut clore et dont la traversée peut être interdite pendant quelques heures sans inconvénient majeur. Si la course doit se faire dans l’intérieur de la ville, il faudra mettre des barrières à toutes les issues de la rue ou de la place où elle se tiendra. Elle ne pourra avoir lieu ni avant midi, ni pendant les vêpres, ni après le coucher du soleil. Il faudra retenir par deux cordes le taureau qu’on amène pour la course, et ne pas le lâcher avant qu’il ne soit dans la place ainsi préparée. Le bail de la boucherie interdit « de laisser courre dans pas un temps de l’asnée boeuf ni vache sans permission expresse... (et fait) défense à tous écoliers et autres personnes d’aller prendre boeuf ou vache pour les faire courre »55.

  • 56 AD 40 I Β 405, 1764.
  • 57 AD 40 I Β 403, 1762.

18Deux anecdotes postérieures parlent de la place Saint-Roch et de courses organisées de façon délibérée. Deux frères, des jeunes gens de Nonères, vont à la place saint Roch où on fait courir quelques taureaux. L’un d’eux que le taureau avait renversé et roulé dans la poussière, se relève et le saisit aux cornes, il est alors attaqué par d’autres jeunes gens qui le font lâcher prise à coups de bâtons, mais ses camarades viennent à son secours56. Une autre fois, le fils d’un cabaretier aisé insulte un portefaix en lui disant qu’il ne « luy convenait pas à des gens de son espèce d’acheter des boeufs, ni taureaux pour les faire courir »57. Nous allons voir en effet que dans plusieurs villes, les jeunes gens se cotisent pour acheter des bêtes et organiser des courses.

  • 58 Dufourcet E., Taillebois E. et Camiade G., L’Aquitaine historique et monumentale, monographies loc (...)

19La présence de taureaux n’est peut-être pas due seulement au fait que la course est désormais dissociée de la boucherie. Les scènes évoquées par les mesures officielles comme ces deux anecdotes montrent en quoi les courses à Mont-de-Marsan diffèrent de celles de Bayonne et de Dax. D’une part, il y avait déjà en 1630 à Mont-de-Marsan pour les courses, un troupeau municipal de taureaux acquis et entretenu à l’aide d’une cotisation perçue à cet effet par la municipalité58. D’autre part si les jeunes gens, écoliers ou apprentis, sont seuls cités à propos des courses, c’est peutêtre que cette coutume n’est pas assumée, comme à l’ouest, par l’ensemble de la communauté. Alors que, jusqu’à présent, nous avions été incapable d’articuler par pays l’évocation des gestes de la semaine, des dimanches et des fêtes, peut-être avonsnous retrouvé là l’opposition qui nous était familière entre l’est et l’ouest. Pour tester cette impression, nous allons regarder ce qui se passe dans les localités plus petites.

  • 59 AD 40 1 Β 492, 25.06.1775.
  • 60 AD 40 D 17 L 126, 19.03.1755.
  • 61 AD 40 D 15 L 95, 30.03.1760.
  • 62 AD 33 C 114, 1780.
  • 63 AD 40 III Β 2558, 13.08.1788.

20Un incident qui éclate entre un homme qui veut installer ses trois enfants aux premières loges, c’est-à-dire près de la fenêtre du cabaret, et un des clients qui refuse de les laisser passer, nous apprend qu’à Roquefort, il y avait des courses de taureaux le dimanche de la Saint-Jean sur la place du Pipaurin59. À Montaut, nous constatons que la communauté qui en 1755 encore insérait dans le bail de la boucherie l’obligation de donner « la course de la saint-Pierre » pour la fête patronale60, en dispense explicitement le boucher en 1760, en précisant que s’il les organisait quand même, ce serait à sa charge et que la communauté ne rabattrait rien du prix de la ferme sous ce prétexte61. A Mugron, « les jeunes gens, comme ceux des villes de Saint-Sever, Mont-de-Marsan, Dax et Tartas ont acheté des boeufs, on a fait mettre des barrières qu’on pose lorsqu’on veut faire la course, en sorte qu’il n’y a que ceux qui veulent piquer les boeufs qui soient exposés à leur atteinte »62. A Pomarez, le procureur d’office se plaint qu’ » il s’est formé des projets entre les jeunes gens de la paroisse et d’autres endroits, qui se disposent à faire faire des réjouissances publiques et des courses le jour de la fête locale le 15 de ce mois... et comme ces sortes de réjouissances sont prohibées de même que les courses qui tendent à des disputes et autres désordres », il demande qu’il soit défendu de faire des courses et des réjouissances publiques63.

21Ces exemples pris dans le ressort des deux sénéchaussées orientales, confirment l’opposition que nous avons cru apercevoir entre l’est et l’ouest. Présence de taureaux à Roquefort, rôle joué par le groupe des jeunes gens à Pomarez et à Mugron, encore que dans cette dernière bourgade, ils prétendent prendre modèle, non seulement sur Saint-Sever et Mont-de-Marsan, mais aussi sur Dax et Tartas. Nulle part il ne s’agit du rite communautaire du vendredi après-midi, mais de courses liées à des fêtes solennelles. À Montaut le lien avec la boucherie existe encore, mais c’est pour être rompu.

  • 64 AD 40 IV Β 169, 1762.
  • 65 AD 40 IV Β 200, 1763.
  • 66 AM Bay FF 297, 1764-1773.
  • 67 Daugé (abbé C.), Habas, son histoire, Dax, 1906, p. 84.

22Dans l’ouest, à Laurède en 1762 un dimanche après les vêpres, les habitants qui assistaient aux « enchères à la moins dite » destinées à choisir parmi les entrepreneurs celui qui ferait de nouveaux vitraux pour l’église, se détachent de la réunion, soit pour aller voir la course, soit parce que les boeufs viennent du côté où ils se tenaient64. La juridiction d’Auribat interdit les courses l’année suivante65. Le juge interdit de donner des courses sur la place de Bourg-Saint-Esprit près de Bayonne, mais c’est parce que le chemin royal, l’actuelle Nationale 10, sur lequel circulent sans interruption des voitures et des personnes à cheval, traverse cette place66. A Habas en 1768, le jurat va en prison deux jours, pour avoir autorisé une course de boeufs interdite dans la prévôté. Il démissionne et il est naturellement réélu67.

  • 68 AD 40 C 120 (86), 18.07.1775.

23Le maire de Tartas écrit à l’intendant le 18 juillet 1775 pour sauver la course de la Saint-Jacques, c’est-à-dire du 25 juillet68. Il rappelle que les courses de taureaux sont d’un usage très ancien dans ce recoin de province, que le gouverneur lui-même a cédé quelques années auparavant, non seulement, comme nous le citions plus haut, pour ne pas priver le pays du seul plaisir public, mais pour ne pas « frustrer les hobergistes et les cabaretiers d’une consommation extraordinaire dont le profit les aide à supporter leurs charges », argument fiscal davantage destiné à émouvoir un intendant qu’à traduire la pensée d’un gouverneur. Il prétend que les jeunes gens de la ville ne se sont décidés que depuis deux jours à donner cette course, que si lui, maire, l’avait su plus tôt, il n’aurait pas manqué d’écrire à l’intendant pour lui demander s’il fallait s’opposer à cause de l’épizootie à ce qu’on fît la course. En juillet 1775 il est en effet interdit de faire passer les bovins d’une paroisse à l’autre, mais d’après lui, il n’y a aucune raison de l’interdire car l’épizootie est éteinte dans les environs, que les taureaux qu’on doit faire courir viennent du voisinage, que le plus éloigné est à moins de deux lieues et qu’on prendra naturellement toutes les autres précautions.

24À Bourg-Saint-Esprit, il faut reconnaître que le chemin royal pose un problème, mais ailleurs que sur la place qu’il traverse il semble bien que la course soit autorisée puisqu’on envisage d’organiser une course de boeufs. A Laurède, c’est une course du dimanche, mais ce sont aussi des boeufs, et elle se déroule sans barrières, ni cérémonial, non pas comme un spectacle auquel on assiste, mais dans la familiarité négligente d’un rite auquel on participe. Il est vrai qu’à Tartas ce sont des taureaux qu’on va faire venir et ce sont des jeunes gens qui ont pris l’initiative d’organiser la course, mais comme à Habas, le représentant de la communauté est prêt à tous les sacrifices, prison ou mensonge, pour qu’elle ait lieu.

25Il semble donc que notre première impression se confirme : la course n’est pas la même à l’ouest et à l’est. Dans l’ouest, la course reste plus près de ses origines, de la dérision ritualisée qui s’organise spontanément et collectivement autour de la bête qu’on va abattre. Cette bête est donc un boeuf ou une vache. Dans l’est, c’est une rencontre solennelle avec un taureau. Ce n’est pas tant le rôle joué par les jeunes gens qui caractérise les pratiques orientales puisqu’à Tartas aussi ce sont eux qui organisent la course, mais leur position dans la communauté. Dans l’est, leurs initiatives sont suspectées ou rabrouées ; dans l’ouest, ils agissent comme mandataires du groupe, car en cas de besoin ce sont les magistrats municipaux qui défendent la course. Nous retrouvons là une nouvelle expression d’un trait bien connu : l’importance dans l’ouest de la vie communautaire.

  • 69 AD 32 C 9 p. 101, 1757.
  • 70 Dufourcet, Taillebois, Camiade, op. cit., t. 1, p. 196.
  • 71 AD 33 G 1015, 1756.
  • 72 AD 33 Arrêts parl., 17.05.1754.
  • 73 AD 33 Arrêts parl., 24.07.1778.
  • 74 AD 33 Arrêts parl., 17.12.1772.
  • 75 AD 33 Arrêts parl., 20.05.1779.

26Ces différences ne doivent cependant pas nous cacher l’unité réelle de la région : l’aire des courses de bovins forme un tout qui inclut et déborde les sénéchaussées landaises. Dès 1757, avant la tentative vouée à l’échec du gouverneur, un rapport de l’intendant avait montré l’extension spatiale et l’importance culturelle et sociale du phénomène : les courses de taureaux ou de boeufs ont lieu, dit-il, à Mont-de-Marsan, Bayonne, Pau, Orthez et dans presque toutes les villes du Béarn ; « ce serait inutilement que les magistrats de tous les endroits où l’on fait de ces courses, voudraient les empêcher par des ordonnances ou des règlements de police, le peuple ne s’y soumettrait point, d’ailleurs c’est un genre de plaisir où ils sont peut-être sensibles comme les autres » ; tout ce qu’on peut essayer d’obtenir, c’est qu’elles aient lieu hors des villes ou dans des endroits clos. C’est pourquoi l’intendant demande au roi de prendre une ordonnance dans ce sens69. Selon Dufourcet, la Bigorre elle aussi aurait jadis appartenu à cette zone70. Au contraire, quand il est question à Bordeaux de courses de boeufs ou de taureaux, il ne s’agit que de divertissements, de curiosités, de spectacles, confondus avec des combats de chiens et autres bêtes féroces71, organisés par des gens du cirque72, des artistes73, des Espagnols74, des « taureadores »75. Les Gascons des Landes ou d’ailleurs aiment bien trop la course pour avoir besoin de faire venir des toreadors.

  • 76 AD 40 IV Β 700, 24.12.1787.
  • 77 AD 40 I Β 769, 29.09.1785.
  • 78 AD 40 III Β 919, 15.03.1701.

27Il semble qu’on retrouve également une certaine opposition entre l’ouest et l’est dans les chahuts collectifs et coutumiers qui accompagnent les fêtes. Nous exclurons les incongruités individuelles76. Alors que nous avons dépouillé de part et d’autre le même type de sources, et en particulier les archives des juridictions, les cas rencontrés dans l’est sont moins nombreux et concernent exclusivement le groupe des jeunes gens. A Hontanx, nous avons la description des méfaits commis par une bande de vingt garçons de Castandet et de Pouydesseaux à la fête de la Saint-Michel. Ils finissent par de la grivèlerie pure et simple mais au départ il semble qu’ils aient surtout voulu provoquer les bonnes gens et se faire remarquer : pendant que certains brandissaient au bout d’une perche, les écuellons et les pintons des débits de vin, les autres les faisaient éclater à coups de bâton77. À Amou la jeunesse aisée du bourg et les fils de métayers du plat-pays se narguent et se défient avec violons, tambourins, chapeaux et hallebardes78.

  • 79 AD 40 C 111, 1768.

28À l’ouest, le seul texte où il soit exclusivement question des jeunes gens concerne non un chahut, mais une activité sinon légale, du moins innocente : une cotisation organisée à Saint-Paul-les-Dax entre tous les jeunes gens soumis au tirage au sort, et dont le produit, trois cent soixante-quinze livres, est destiné à payer un éventuel remplaçant79.

  • 80 AD 40 IV Β 297, 1784.
  • 81 AD 40 IV Β 484, 06.05.1783.
  • 82 AM Bay BB 25, p. 3, 1656 ; AM Bay BB 25, p. 101, 1657.
  • 83 AM Bay FF 297, 05.05.1712 ; AM Bay FF 297, 09.01.1759 ; AM Bay FF 297, 19.02.1769 ; AM Bay FF 297, (...)
  • 84 AM Bay FF 547, 1752.

29En revanche les comportements frondeurs ne sont pas attribués particulièrement aux jeunes. Le curé d’Arjuzanx se plaint au juge de Brassenx que depuis plusieurs années l’usage s’était installé de tirer des coups de pistolet dans l’église pendant l’octave du Saint-Sacrement, qu’une femme en avait fait une fausse-couche, que luimême en était tombé de saisissement, que le vicaire de Garasse lui avait dit que cette gangrène gagnait sa paroisse, mais il ne met pas en cause les jeunes80. À l’occasion d’un charivari à Tarnos, le nouveau marié, assiégé chez lui, a tiré un coup de feu et tué un adolescent. Dans la description qu’il donne du charivari, à aucun moment pourtant, l’accusé ne parle d’un rôle spécifique qu’y auraient joué les jeunes gens. Il dissocie au contraire l’enfant tué du groupe des agresseurs. C’est, il est vrai, son intérêt puisqu’il prétend pour sa défense avoir fait exprès de tirer de côté81. La municipalité de Bayonne se plaint de ceux qui battent le pavé en faisant mille ravages comme de ceux qui font des charivaris et du vacarme82. Le juge de Saint-Esprit interdit les déambulations armées, les charivaris, les courses avec violons et tambourins, les insolences et les brutalités des masques83. Mais les perturbateurs ne sont pas présentés, expressément, comme des jeunes84.

  • 85 AD 40 III Β 2074, 1750.

30Il se trouve que dans l’est, le seul exemple que nous ayons de provocations contre un nouveau couple, met en scène un individu isolé : à Labastide-Chalosse, un valet domestique de trente-cinq ans, sans doute un laissé pour compte social du mariage, est allé le soir des épousailles « avec un pot remply de merde et l’ayant mellée avec de la graine de lin, il... plâtra... la porte de la maison du marié »85. L’opposition nous semble constante entre l’ouest où la communauté entière participe ou pourrait participer à chacun de ces comportements, et l’est, où elle est moins cohérente.

  • 86 AD 40 IV Β 68, 1784.

31Il semble que dans l’est, on sorte moins volontiers la nuit. À Labastide, l’interrogatoire situe l’acte malveillant le soir, puis ajoute « dans la nuit », comme une circonstance aggravante. À Hontanx tous les faits incriminés ont lieu en plein jour. À Amou, les affrontements ont lieu avant ou après la messe. Au contraire, dans l’ouest, aussi bien les mises en garde contre d’éventuelles perturbations que les descriptions de troubles déjà advenus évoquent presque toujours un contexte nocturne. Il est sûr que nous avons dans cette zone, avec Bayonne et Bourg-Saint-Esprit, une sur-représentation du cadre urbain. Mais il semble également normal, du moins le soir du mardi-gras, de se promener la nuit à Castets alors que cette grande paroisse, où siège une juridiction mais où prédomine l’habitat dispersé et dont le prétendu bourg lui-même ne groupe que quelques maisons éparses, est parfaitement rurale86. Là non plus pourtant, il ne faut pas trop insister sur l’opposition entre l’est et l’ouest. Aucune crainte superstitieuse n’empêche les habitants de tous ces pays de cheminer la nuit qu’il s’agisse de rentrer du cabaret ou d’entreprendre un long déplacement, et les pratiques religieuses nocturnes dont nous allons parler plus bas se rencontrent partout.

Les sensibilités et les pratiques religieuses

  • 87 Desplat Christian, La vie, l’amour, la mort, rites et coutumes, xviie-xviiie siècles, Biarritz, J (...)
  • 88 AD 40 11 J 88, 1739-1748.
  • 89 AD 40 Mi 66, 1746-1758.
  • 90 AD 33 G 635, 16.06.1637 ; AD 33 G 651, 1631-1789 ; AD 33 G 659, 1574-1787 ; AD 33 G 844, 1685-1784 (...)

32Les formes que revêtent les activités religieuses et les sensibilités qu’elles révèlent sont présentées et analysées dans le livre de C. Desplat consacré aux coutumes87. Nous devons pourtant y revenir pour tenter de saisir la carte qu’elles dessinent. Aux documents que nous avons déjà pu utiliser pour connaître les autres coutumes : rapports administratifs, minutes notariales et archives judiciaires, s’ajoutent en la matière les visites épiscopales qui s’intéressent à la fois aux formes locales du culte catholique, et aux pratiques superstitieuses. Il ne reste malheureusement qu’un recueil pour le diocèse de Dax88 et un pour le diocèse d’Aire89 ne couvrant l’un et l’autre que peu d’années. On dispose de procès-verbaux un peu plus nombreux pour les quelques paroisses du diocèse de Bordeaux qui, dans le Born, font partie de notre zone d’étude90. Les questionnaires auxquels ils répondent et qui ont été élaborés pour des évêchés distincts, ne posent pas nécessairement les mêmes questions.

  • 91 AD 40 I Β 364, 1759.
  • 92 AD 40 Mi 66, 12.12.1752.

33Les visites du Born donnent beaucoup de détails sur les manifestations religieuses qui ont lieu dans les chapelles isolées, mais on ne sait pas si ces chapelles caractérisent le Born ou si c’est la curiosité pour ce type de cérémonies qui caractérise le diocèse. Plus que par les cultes excentriques, l’évêque d’Aire et ses curés sont préoccupés par la froideur religieuse de leur troupeau. Le nombre de ceux qui quittentl’église avant la fin de la messe, n’assistent pas à l’instruction, n’envoient pas leurs enfants au catéchisme, ne fréquentent pas les sacrements, refusent de s’agenouiller pendant les offices, jettent des pierres à ceux qui vont aux vêpres ou se moquent de ceux qui, avant un âge avancé, adhèrent à une confrérie, montre une cassure entre l’Église et les fidèles. Il faut peut-être supposer comme le fait le curé de Priam lors d’un procès à propos d’un cierge refusé, « quelques racines de la religion protestante dont une partie des habitants avaient été infestés »91. Pourtant à Goussies, le curé ne mentionne qu’un seul nouveau converti, le seigneur qui ne réside plus dans la paroisse92.

34La répartition des mariages dans l’année est homogène dans toute la région avec la concentration classique sur février, un mois de janvier déjà bien rempli et un maximum secondaire en novembre. D’un village à l’autre l’importance relative des pics hivernaux et du creux estival varie sans jamais changer de sens.

35Les normes que l’évêque impose aux objets de culte ou à la décoration de l’église, portent sur un domaine issu depuis toujours de directives ecclésiastiques. Elles ne révèlent ni ne contrarient le goût original des populations. Même la serviette individuelle que, dans les paroisses de l’évêché d’Aire, chacun apporte quand il vient communier parce qu’il n’y a pas de nappe à la Table Sainte, n’est sans doute pas un rituel indigène, mais une forme antérieure des exigences épiscopales. En même temps que l’évêque incite les paroisses les plus indifférentes ou les plus pauvres à compléter leur jeu d’ornements, il propose aux autres de nouvelles exigences comme, par exemple, dans le diocèse de Dax, de faire faire un tableau de saint Jean-Baptiste. Ces directives ne rabotent pas des différences préexistantes, mais elles imposent des ressemblances. Quand le visiteur demande qu’on perce le mur-pignon qui sert de clocher d’une baie dans laquelle on suspendra la cloche, de façon à ce que le son porte mieux, il modifie et uniformise l’allure des églises.

36Nos trois évêques favorisent la confrérie du Saint-Sacrement aux dépens des confréries propres à chaque paroisse et placées sous la protection de saint Biaise, saint Roch ou saint Michel. Dans l’évêché d’Aire, les confréries locales sont peu nombreuses, mais la confrérie du Saint-Sacrement n’en marche pas mieux pour autant. Pour l’évêque, la confrérie est un instrument de normalisation, destiné à faire pénétrer l’influence de l’Église dans la vie quotidienne de chaque maison. Il souhaite qu’y adhèrent tous les chefs de famille, de façon à toucher à travers eux l’ensemble de la population, mais il ne s’agit pas de sociabilité communautaire comme peut l’être une mutuelle contre la perte des bêtes aratoires, une équipe de corvée ou une confrérie autochtone, car l’évêque envoie à la confrérie des statuts, qui sont partout les mêmes. Le grand dessein visiblement s’enlise : les adhésions sont peu nombreuses, il s’agit surtout de femmes, les pères de famille ne sont pas exacts à s’y mettre ; pour faire prendre racine à cet organisme parachuté, on doit le jumeler parfois avec une ancienne confrérie. Les évêques interdisent de boire, de jouer aussi bien au rampeau qu’aux cartes, de danser, de laisser les filles pénétrer dans la sacristie et même dans le clocher. Ils chassent les morts de l’église et la vie du cimetière : non seulement ils le font clore de murs et fermer de portes ou de grilles les entrées, mais ils empêchent que le cimetière mis ainsi à l’abri du bétail, serve à faire sécher le linge ou à récolter du foin puisqu’il faut couper souvent l’herbe et la jeter.

  • 93 AD 33 G 8, 1732.
  • 94 AD 33 G 651, 1731.
  • 95 Lacoste Constantin, « Les fontaines consacrées des pays landais », Bull, de la soc. de Borda, 1966 (...)

37Un certain nombre de pratiques religieuses se heurtent à la réticence des évêques. Dans les chapelles de pèlerinage on se livre à des rites incongrus : on passe par un trou situé dans le mur ou sous l’autel ou bien on se met debout sur la tête. Toutes les paroisses organisent les processions ordinaires et souvent d’autres. Beaucoup ont deux fêtes patronales sans qu’on comprenne à quoi correspond la seconde93. À Mimizan les habitants qui, le huit septembre « fête de Notre-Dame, ne font qu’une fête ordinaire... s’en sont fait une selon leur caprice le 1er dimanche d’août... la célèbrent pendant huit jours... l’appellent sainte Charidats... se croient irrémédiablement perdus s’ils travaillent pendant cette semaine, alors qu’ils ne se gênent pas pour travailler les dimanches et autres fêtes... c’est une semaine diabolique et infernale... des bacchanales... mangent de la viande tous les jours »94. On trouve des fontaines sacrées dans tous les pays, mais elles sont, peut-être, particulièrement nombreuses dans la région95.

  • 96 AD 40 II Β 2016, 16.06.1746.
  • 97 AD 40 I Β 462, 1756.

38Chapelles et fontaines sont le but de pèlerinages où se retrouvent à la fois les paroisses voisines venues en corps constitué sous la forme de processions qui ne sont pas prévues au calendrier liturgique officiel, comme celle d’Estibeaux qui va à la chapelle d’Ibarthe96, et un grand concours de peuple venu de plus loin, comme ce maître d’école de Roquefort qui conduit par trois fois son fils infirme à Verdelais près de Langon97. Le caractère parfois superstitieux des pratiques auxquelles se livrent les pèlerins, les divertissements profanes qui accompagnent le pèlerinage et le rassemblement d’une foule trop nombreuse qui encourage la dissipation, expliquent à la fois l’attachement des fidèles à ces manifestations, et les réticences des autorités ecclésiastiques. L’évêque d’Aire est scandalisé par la façon dont se déroule, le dimanche qui suit la Sainte-Claire, la dévotion à la chapelle de Juglen et aux sources proches : chevaux attachés sous le porche, vin vendu dans l’église et parfois même sur l’autel, danses, rixes, présence d’une maison isolée dans laquelle vit une femme de mauvaise réputation.

  • 98 AD 33 G 532, 1606 ; AD 33 G 538, 1626 ; AD 33 G 1659, 1626.
  • 99 AD 40 H 194 (79), 2I.IO.1677.
  • 100 AD 40 III F 47, 1787.
  • 101 Dorgan (abbé Hyacinthe), Histoire religieuse, politique et littéraire des Landes, depuis les temps (...)

39Certaines de ces manifestations ont lieu la nuit. Au début du xviie siècle, plusieurs procès-verbaux de visites et d’enquêtes condamnent avec une grande vigueur et des allusions scabreuses, les veillées qui se déroulaient dans la chapelle de Contis. Ici comme ailleurs on appelle « veillée » l’habitude qu’avaient les pèlerins de passer dans la chapelle tous ensemble, dans l’obscurité et pas nécessairement en prière, la nuit qui précédait la fête. Il ne faudrait pas en effet sur la foi de ces critiques et de leur réitération s’imaginer que cette pratique est particulièrement développée dans l’ouest98. C’est un conflit relatif aux droits respectifs sur ces pèlerinages du seigneur d’Uza et du curé de Saint-Julien qui explique l’épaisseur du dossier relatif à Contis. Ce type de pratique nocturne est signalé dans d’autres secteurs. Lors des pèlerinages qui ont lieu pour la Sainte-Radegonde à Saint-Canne, pour la Saint-Barthélemy à Goussies et pour la Saint-Loup à Mauvezin, c’est-à-dire dans trois paroisses situées dans le même secteur, à la limite du Juliac et de l’Armagnac, les pèlerins passent la nuit dans l’église, avec beaucoup de monde, de désordre et d’indécence. A Cazères, à la fin du xviie siècle, les paroissiens avaient l’habitude de faire du feu dans l’église et d’y coucher, en particulier la veille du Jeudi Saint99. Au xviiie siècle cet usage qui avait été condamné par l’évêque semble avoir disparu. A la limite de Molès et de Lussagnet, c’est-à-dire très près de Cazères, au fond de la forêt, se trouve une fontaine, un simple trou creusé dans l’argile : la nuit de la Saint-Jean, on y installe des baignoires, on fait chauffer l’eau et on s’y baigne à minuit100. À Pellebusocq à la limite de Lubbon, d’Allons et de Maillas, du Gabardan, du Condomois et du Bazadais, en pleine lande, dans un endroit désert il y avait, le seize juillet, une foire qui se tenait pendant la nuit et où l’on vendait des clochettes101.

  • 102 Chabas, op. cit., t. II, p. 381.
  • 103 Chabas, op. cit., t. IV, p. 281.
  • 104 AD 33 G 538, 1626.
  • 105 AD 33 G 651, 1731.
  • 106 AD 33 C 276, 1763.
  • 107 AD 33 H 648, 1683.
  • 108 AD 33 Β 21, 1532.

40À Saint-Girons en Marensin, il y avait de nuit également, une foire aux fusils102. À Suzan, on pratiquait comme à Molès les bains de nuit103. En 1626 les fidèles de Saint-Paul et de Parentis en Born, comme les pèlerins de Contis, passaient la nuit dans l’église104. Au xviiie siècle la veillée n’est plus signalée à Parentis ni à Contis, mais elle a toujours lieu à Saint-Paul, la nuit de la Sainte-Claire en juin105. On veille aussi dans l’église, à Pontenx pour la Saint-Loup et à Bias pour la Saint-Michel de septembre et pour celle de mars. A Mimizan, la foire qui se prolonge du lundi au samedi de la semaine sainte donne lieu à des débauches mais il n’est pas particulièrement question des nuits. Les veillées de Budos avaient lieu pour la Saint-Pierre et s’accompagnaient d’une foire106. A Arveyres, c’était la veille de Pentecôte. A Bordeaux même, il y en avait à Saint-Seurin et Sainte-Eulalie, pour la Sainte-Claire, et à Sainte-Croix le huit août pour la Saint-Momolin107. Celles d’Arveyres, de Saint-Seurin et de Sainte-Eulalie sont connues par l’interdiction qu’en a faite, au xvie siècle, le parlement108. Celle de Budos et de Sainte-Croix sont attestées au xviiie siècle mais il n’est plus question de blasphèmes, ni de débauches : à Sainte-Croix on se contente de fermer les portes du choeur à vingt heures pour qu’il ne soit pas envahi par le peuple qui passe la nuit dans l’église, et on dit une messe à trois heures afin que les fidèles qui ont passé la nuit puissent se retirer de bonne heure.

41On peut se représenter les veillées dans les églises d’après les rapports déjà signalés sur Contis au début du xviie siècle, à condition de tenir compte de leur aspect polémique. Les pèlerins sont très nombreux ; ils laissent pour plus de cinquante écus d’aumône en argent et en cierges. Comme le seigneur d’Uza a évincé le curé, n’importe quels prêtres viennent y célébrer la Sainte Messe et « autant de messes qu’ils peuvent en attraper ». Les pèlerins arrivent le soir et sans faire aucun exercice spirituel, ils s’installent pour la nuit dans la chapelle, hommes et femmes couchés ensemble, ils boivent, mangent, crient, rient, chantent des chansons profanes, profèrent des paroles dissolues, blasphèment, s’injurient, s’entrebattent. Aux ecclésiastiques qui leur font des remarques, ils répondent que s’ils ne vivaient pas cette nuit-là en toute liberté, ils ne viendraient pas à la dévotion. C’est-à-dire que les excès eux-mêmes ont un caractère rituel et religieux qui prépare les dévotions du lendemain.

  • 109 AD 40 IV Β 700, 1787.

42La brièveté des procès-verbaux de visites dans le diocèse de Dax nous empêche peut-être de suivre l’extension de ce phénomène vers le sud. À Saint-Michel-en-Marensin il y a une assemblée dans l’église le soir du huit mai, mais si l’on en croit un participant, elle ne dure pas toute la nuit puisqu’il a été obligé de chercher refuge dans le cabaret, la seule maison qui se trouve à proximité de cette église isolée109.

43L’important en effet n’est pas que Saint-Michel soit situé dans le diocèse de Dax mais qu’on soit encore dans un pays de landes comme dans les autres cas cités. On comprend bien le lien qu’il peut y avoir entre la lande et cette forme de dévotion : des terroirs paroissiaux démesurés, des limites arbitraires, des chapelles de quartiers également éloignées de toutes les églises paroissiales voisines. Les habitants de plusieurs paroisses prennent l’habitude de s’y retrouver lors d’une fête, ils échangent leurs produits, leur concours attire des marchands forains qui représentent un contact indispensable avec le monde extérieur. Pour être là dès le matin, il n’y a pas d’autre solution que de passer la nuit dans la chapelle. Mais cette explication rationalisante ne suffit peut-être pas à rendre compte des transgressions rituelles, ni du maintien de l’existence de veillées de ce type à Bordeaux.

  • 110 Narbaitz, op. cit., p. 99.
  • 111 Cordier Eugène, De l’organisation de la famille chez les Basques, Paris, 1869 ; Lhande le P. Pierr (...)

44Indépendamment des fêtes et des veillées solennelles, il semble pourtant d’après les archives judiciaires que les populations de l’ouest aient plus que d’autres tendance à veiller, mais il est impossible de prouver cette impression. On a souvent souligné le goût des Basques pour les célébrations nocturnes110. Il est facile, du moins si l’on en croit une bibliographie prolixe dont les ouvrages cités ici ne représentent qu’une petite fraction, de caractériser la religiosité des Basques et en particulier les Labourdins111. Ils sont pieux et très attachés aux rites funéraires, qu’il s’agisse du repas funéraire, des lamentations, de la chandelle qui brûle pendant un an pendant tous les offices à la place que le mort occupait à l’église, des draps qui s’étalent au cimetière sur les tombes ouvertes dans l’année.

  • 112 AM Bay BB 42, 1718-1719 ; AM Bay HH 108, 1718-1719.
  • 113 AD 33 Arrêts pari., passim, 1640-1790.
  • 114 AD 64 C 582, 16.11.1786.
  • 115 AD 33 C 109, 1779.

45Il est plus difficile de retrouver pour le xviiie siècle la trace écrite d’usages relevés au xixe siècle par les ethnologues. Le nombre des messes demandées par les testateurs peut être fonction inverse de la faveur dont jouit cette forme de piété parce que celui qui est sûr que ses héritiers feront exactement ce qu’il convient n’a pas besoin de préciser ce qu’il faut faire. On peut noter l’activité de l’édition en langue basque de livres religieux112, estimer le nombre d’obits en Labourd au nombre de procès qui arrivent à leur sujet devant le parlement de Bordeaux113 ou relever quelques remarques résignées de l’administration sur la religiosité basque : ainsi, à propos d’une prébende à Saint-Martin-de-Sare « la piété des basques est très protectrice de ces sortes d’établissements et de toutes autres fondations. Leur amour... va jusqu’à l’abus »114 ; ou à propos d’une confrérie à Saint-Jean-de-Luz qui « ne présente pas d’utilité, mais n’offre aucun inconvénient. C’est une association édifiante dont la suppression alarmerait la piété des habitants de Saint-Jean-de-Luz qui, très voisins des Espagnols, les imitent par leur amour pour ce genre d’établissements »115.

  • 116 AD 64 III Ε 4766, 1760.
  • 117 AD 64 III Ε 7382, 1760.
  • 118 AD 64 III Ε 9945, 1751.
  • 119 Bourdot de Richebourg, op. cit., t. 4, 2e partie, loc. cit., Dax, p. 913-926, titre II, art. 3.

46Quelquefois, quand les héritiers sont très jeunes ou absents, ou bien quand une des clauses déroge aux habitudes, le testateur précise en quoi consiste les « honneurs funéraires ». On voit que dans les pays basques, au xviiie comme au xixe siècle, le repas qu’on sert aux parents et voisins en fait partie, alors qu’ailleurs l’expression « honneurs funéraires » ne désigne que les messes indispensables, celle du jour, du lendemain, de la neuvaine, du bout de mois et du bout de l’an. À Arcangues, un testateur parle des cierges et du dîner116. À Macaye, un autre prévoit de l’argent pour les messes, le pain et les planches117. À Ayherre, la testatrice destine quatre-vingt-dix livres pour ces différents frais mais laisse à la charge de son héritier le vin du repas. À Anhaux, une femme dont l’héritier est célibataire, demande à sa fille qui est maîtresse adventice ailleurs, de venir pendant vingt ans lui porter « l’oblation en bougie et autres choses accoutumées en pareil cas », aux frais de l’héritier qui devra lui remettre quinze écus de trois livres118. La coutume de Dax déduit de l’héritage les dettes du défunt, « ensemble les mises des funérailles qui sont faites en gardant le corps du défunt en la maison après le décès... et le jour de son enterrement ». Il semble bien que la nourriture des assistants soit ainsi désignée119. Un inventaire à Saint-Vincent-de-Tyrosse décrit « huit chandelles de cire et une bougie pliée, devant servir pour les honneurs funèbres », c’est-à-dire cette espèce de rat de cave qui, dans les pays basques du xixe siècle, pouvait, une année durant, pendant les offices, rappeler un disparu.

  • 120 Abbadie d’Arrast Mme Charles, Causeries sur le pays basque. La femme et l’enfant, Paris, 1909, p. (...)
  • 121 AD 33 Arrêts pari., 04.05.1713.

47Au xixe siècle et maintenant encore, le jour de l’enterrement, la famille reçoit de l’argent des amis et connaissances pour faire dire des messes120. On trouve la même pratique au xviiie siècle dans le diocèse de Dax : le parlement de Bordeaux « maintient les prêtres des archiprêtrés d’Amou et d’Ossages dans la possession... des rétributions des messes des morts de l’argent provenant des charités faites par les parents et voisins à cette intention suivant les rolles qui en seront pris par les régents ou benoîts dont il sera fait un double, l’un au chef de la maison du défunt, l’autre au curé »121.

  • 122 Veyrin, op. cit., p. 272.
  • 123 AD 40 IV Β 522, 1730.

48Philippe Veyrin raconte qu’autrefois « le corps était recouvert d’un hil mihise, sorte de drap cachant tout le corps sauf à la hauteur de la tête où une bande ajourée laissait transparaître le visage »122. Nous n’avons pas trouvé ce type de drap dans les minutes notariales basques, ou bien parce que sa présence allait de soi ou bien parce que, dans ce pays de linge, on se contente d’une estimation globale. Par contre, nous l’avons souvent rencontré dans les pays du sud-ouest landais. À Soustons, un inventaire signale « un linceul dont on se sert pour mettre sur les morts appelé vulgairement linseul de Lans »123. Beaucoup des fiancées dont le contrat de mariage est passé à Came, Sort, Heugas, Clermont, Garrey et Poyartin et quelques-unes de celles dont le contrat est passé à Saint-Lon, Tercis, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Saint-Geours-Maremne et Pontonx, apportent dans leur trousseau un drap funéraire. Quelques contrats évoquent la dentelle, c’est-à-dire la « bande ajourée » dont parle Veyrin. C’est donc au sud de l’Adour plus que dans les cantons de l’ouest à proprement parler, qu’on retrouve cet usage basque.

  • 124 AD 33 G 539, 1627.
  • 125 AD 40 IB 401, 1760.
  • 126 AD 40 I Β 359, 1764.

49Alors que nous avons consulté le même type de documents et en aussi grande quantité dans les autres régions landaises, nous n’avons pas trouvé ces ressemblances avec les rites funéraires basques ni, pour tout dire, aucun usage funéraire. Au xviie siècle, un collaborateur de l’évêque de Bordeaux se scandalise de ce qu’en Born, des familles qui s’estiment au-dessus du commun, seigneur, juge et même un paysan de Saint-Julien, revêtent leurs morts de leur plus beau costume pour les enterrer124. C’est une mode ridicule, ce n’est pas une coutume locale. À deux reprises en Marsan, on comprend qu’il est normal qu’un enfant mort sans baptême soit enterré sous le sol en terre battue de la maison. A Mont-de-Marsan où la fausse-couche a été provoquée accidentellement par les brutalités d’une bande de voyous contre lesquels le père porte plainte, le petit corps est enterré dans la chambre, sous le lit des parents125. À Lencouacq, l’enfant a été inhumé dans la chambre sous l’escalier montant au grenier, alors que dans la même paroisse le corps d’un autre bébé victime d’un infanticide a été enterré en plein champ126.

Le rôle des femmes

Les sorcières

  • 127 Houdart Sophie, Les sciences du diable. Quatre discours sur la sorcellerie, Paris, Éditions du Cer (...)
  • 128 AD 401 Β 605, 1769.
  • 129 AD 40 I Β 1022, 1775.
  • 130 AD 40 III Β 2484, 12.01.1760.
  • 131 AD 40 II Β 1990, 1716.
  • 132 AD 40 IV Β 701, 1788.
  • 133 AD 40 IV Β 700, 1786.
  • 134 Bordes François, « Recherches sur la sorcellerie dans les Landes, le pays basque et le Béarn », Éc (...)

50La religiosité basque, le goût de la vie nocturne joint au souvenir de la chasse aux sorcières du Labourd, pourraient faire penser que la sorcellerie caractérise l’ouest127. En réalité, au xviiie siècle les mentions de sorcellerie sont rares, le plus souvent peu sérieuses et, contrairement à notre attente, un peu plus graves à l’est qu’à l’ouest. À Sainte-Foy, des gens qui se retiraient de la fête courent après une sorcière et la maltraitent128. À Benquet les voisins parlent d’une « famille de sorciers dont la mère est infestée de ce vice »129. À Marpaps, on prétend qu’un des trois héritiers de la paroisse est un loup-garou130. À Pouillon, une veuve porte plainte parce que son filiâtre et sa bru l’accusent d’être sorcière131. À Léon, une femme en traite une autre de « sorcière du diable » et de « galère de minuit »132. A Messanges, pour faire avouer à une petite servante un vol qu’elle n’a peut-être pas commis, on met une bougie allumée dans une gourde percée pour lui faire croire que c’est le diable et on envoie à son père un prétendu magicien133. François Bordes qui a étudié la sorcellerie dans les Landes, le pays basque et le Béarn n’a pas éprouvé le besoin de distinguer, au xviiie siècle, des variantes par pays134.

La benoîte

  • 135 Broca René, « Benoîterie et benoîtes de Saint- Pierre-d’Irube », Soc. des sc., lettres et arts de (...)
  • 136 Veyrin, op. cit., p. 246.
  • 137 Miliez-Lacroix, op. cit., 1928, p. 145.

51La benoîte basque est bien connue135. Une fille ou une veuve, nommée par le patron de l’église ou par les paroissiens, est installée dans cette place, en principe à vie, en remettant à la fabrique sa dot qui va de cent cinquante à cinq cents livres136. Elle balaye l’église, blanchit le linge, sonne les cloches et, en retour, elle est logée, elle touche un casuel de chaque baptême, mariage ou enterrement, un abonnement annuel en grains de chaque maison. Si elle se marie, elle perd sa dot qu’elle doit laisser à l’église137. Les familles pouvaient surenchérir pour assurer la place à leur fille, au prix d’une dot plus élevée que celle des rivales. Les émoluments de cette fonction variaient suivant les paroisses : soixante-quinze livres à Anglet, trente seulement à Garis, plus de deux cents à Biarritz.

  • 138 AD 64 C 105, 23.08.1777.
  • 139 AD 64 III Ε 2191, 22.08.1768.
  • 140 AD 64 C 416, 1787.
  • 141 AD 64 III Ε 2447, 11.07.1750.
  • 142 AD 33 Arrêts pari., 03.02.1757.

52À Bidart, outre la collecte en grains signalée par M. Lafourcade, la communauté accordait à la benoîte cinquante-trois livres pour « soigner l’horloge » et pour la valeur du pain bénit qu’elle distribue au peuple tous les dimanches138. À Pagolle le curé qui porte le titre de prieur et qui est en même temps seigneur direct du lieu, et les habitants assemblés ont constaté que partout ailleurs on prend une benoîte qui se charge aussi de la sonnerie des cloches et qui fait, à son avènement, un don employé à l’avantage de l’église ; que plusieurs églises se sont enrichies par la mort fréquente des benoîtes ; qu’une benoîte à vie remplit plus exactement ses fonctions et que les églises sont mieux servies. Ils décident donc de mettre, chez eux aussi, la place de benoîte aux enchères. Le prieur a promis de sa part, outre la rétribution coutumière, deux pains aux messes solennelles et quatre aux honneurs funèbres, à condition que la benoîte soit de la paroisse. L’acte se poursuit alors comme n’importe quel bail à ferme, à la suite d’enchères, d’un bien communal : la communauté afferme la benoîterie et la sonnerie de cloches à celle des candidates qui l’a emporté. Le contrat est fait à vie et le prix convenu à savoir quatre cent cinq livres, la dot de la benoîte, est versé immédiatement et en une seule fois139. Lors d’un procès qui oppose la paroisse de Bardos à son curé à propos de la dot de la benoîte, la communauté se réfère aux communautés voisines qui, elles aussi « profitent de la rétribution offerte par leur benoîte applicable aux besoins de la communauté »140. À Gabat, sa nomination appartient à la « puissante dame de Gassion »141. À Lahonce, huit chefs de famille prétendent que leurs maisons sont exemptes de la rente annuelle demandée par la benoîte, que c’est une aumône, que l’on donne ce qu’on veut, que dans les paroisses voisines, une telle rente sur les maisons n’existe pas, que le seul casuel du benoîtage de Lahonce rapporte deux cents livres par an. Pourtant, condamnés une première fois par le bailliage de Labourd à payer la redevance usuelle, un picotin de froment et un de maïs, ils le sont à nouveau, en appel, par le parlement qui infirme, ce faisant, leurs prétendues raisons142.

53Les termes du contrat et les formes de nomination ne sont donc pas partout les mêmes. A Pagolle même, rien ne dit que la paroisse n’ait pas eu jusque-là de benoîtes, la nouveauté ne consiste peut-être qu’à prendre une benoîte à vie qui apporte une dot et qui « remplit plus exactement ses fonctions ». L’important est la présence d’une femme dans une fonction importante auprès de l’église. Dans les communautés landaises, le benoît joue, parallèlement au curé, un rôle d’intermédiaire avec le sacré. Comme dans les Landes, la sonnerie des cloches représente, en pays basque, un aspect important du rôle de la benoîte. Les paroissiens de Bardos, qui sont en procès avec leur curé au sujet de la benoîte, de sa nomination, de l’emploi de sa dot, du benoîtage à vie et de l’utilisation d’une femme, expliquent, entre autres,

  • 143 AD 64 C 416, 1784.
  • 144 Zink, op. cit., 1997, p. 36-44.
  • 145 Reicher, op. cit.
  • 146 AM Bay FF 103, 1694.
  • 147 AM Bay GG 136, c. 1600.

54que sa présence ne fait pas de tort au curé, puisqu’à l’occasion des cérémonies, la coutume attribue une rétribution à la benoîte parallèlement à celle qu’elle en attribue au curé, que ce n’est donc pas aux dépens du curé que la benoîte touche son casuel143. De même, l’abonnement en grains qu’elle lève sur les maisons, est comparable à la dîme ou, mieux encore, au pacq du curé, c’est-à-dire à la portion que le curé a le droit de prendre sur la dîme de chaque maison, aux dépens des gros décimateurs144. Curé et benoîte sont donc, sinon égaux, du moins parallèles. Quand la benoîte, à Bidart, distribue le pain bénit, elle tient une place comparable à celle du curé qui distribue la communion. G. Reicher a montré le rôle indispensable joué par la benoîte lors des funérailles : c’est son intervention qui, levant le deuil qui avait frappé la maison, levant les interdits jetés sur les chemins d’accès, permet à la famille, au retour du cimetière, de rentrer dans la maison et de renouer avec les gestes de la vie145. Avec moins de solennité, elle peut aussi, à l’occasion, servir de marieuse146. La communauté, aux yeux de laquelle la benoîte remplit un rôle essentiel peut, comme à Bayonne, aller jusqu’au procès, pour écarter une candidate qui lui déplaît ou lui échappe, de même que les communautés landaises allaient en justice pour nommer elles-mêmes le benoît147. Les conditions de vie imposées à la benoîte empêchent que son office ne soit héréditaire, alors que dans les Lannes, le fils du benoît semble plus que tout autre, apte à remplir ce rôle. Une nièce peut succéder à sa tante et le benoîtage à vie assure une relative stabilité. A Pagolle le prieur-curé qui est en même temps seigneur direct, c’est-à-dire lui-même très enraciné, souhaite que la benoîte soit choisie dans la communauté.

  • 148 Lancre Pierre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges où il est amplement traicté des sorciers (...)
  • 149 AD 64 C 1532, 1676.
  • 150 Desplat, op. cit., 1992, p. 1095.

55Le fait que dans les pays basques, ce curé parallèle soit une femme, souligne le caractère non-chrétien de l’office. Alors qu’ailleurs les femmes ne peuvent pénétrer ni dans le choeur ni même parfois dans la sacristie, une femme joue là le rôle de maîtresse de maison dans l’église. Pierre de Lancre les accusait de s’y livrer à la débauche avec le curé148. Les états de Navarre doivent les défendre contre l’évêque de Dax149. Le curé de Bardos regrette qu’on fasse appel à une femme, mais les habitants répondent que la benoîte ne fait que ce qui a été approuvé par l’évêque et que lui-même cite dans son argumentation des paroisses « où c’est une femme qui fait le service du bedeau ». Le procès en réalité est né classiquement, comme s’il s’agissait d’un homme, de l’indépendance par rapport au curé, de ce personnage choisi par la communauté et rétribué par les maisons, alors qu’une grande partie de ses tâches en ce « qui regarde l’office divin, l’administration des sacrements, la propreté du linge et la qualité des hosties », concerne le culte catholique. En Béam, à propos de la pleureuse, l’aurostère, Christian Desplat parle de liturgie parallèle150.

La cabaretière

  • 151 AD 64 C 105, 23.08.1777.
  • 152 AD 64 III Ε 2963, 03.04.1760.
  • 153 AD 64 C 594, 23.08.1786.
  • 154 AD 64 III Ε 7382, 19.03.1736.
  • 155 AD 64 III Ε 711, 21.09.1760.
  • 156 AD 64 III Ε 7382, 05.10.1727 ; AD 64 III Ε 7446, 12.10.1760.
  • 157 AD 40 IV Β 493, 1772.
  • 158 AD 40 C suppl. 4 (14), 10.02.1772.

56La cabaretière représente, dans les pays basques, un autre personnage féminin et communautaire. L’expression « maison commune » n’y désigne pas toujours l’édifice où se réunissent les assemblées. À Bidart, il est évident que les deux bâtiments sont distincts, puisqu’il faut payer « les réparations... du lieu capitulaire et de la maison commune »151. Dans plusieurs paroisses, l’expression désigne une maison qui appartient à la communauté et que celle-ci afferme pour servir, soit de boucherie comme à Urt152 ou à Macaye153, soit le plus souvent de cabaret. À Bidart, un contrat passé chez le notaire stipule la « location de la maison commune... à la place proche de l’église avec son chai ou cave... pour... vente... vin de France et de Navarre en payant les droits suivant les statuts »154. Briscous afferme la « débite du vin à la maison commune »155. A Louhossoa, à plus de trente ans d’intervalle, deux baux répètent pour l’essentiel la même stipulation : la communauté afferme « la maison commune et le jardin d’icelle... sous condition de fournir des vins de France » et d’y tenir la boucherie selon la taxe fixée lors des enchères156. Un suspect interrogé à Saint-Martin-de-Seignanx dit que, le jour du vol, il était à Ustaritz et qu’il y déjeuna à la maison commune, avant de passer en Soûle dans la paroisse d’Aroue157. A Larressore, des particuliers jouent aux cartes dans l’auberge de la maison commune158.

57Or, dans la moitié des cas, ce sont des veuves qui afferment le cabaret. Ce faisant, non seulement elles assurent une responsabilité économique mais encore elles occupent une place marquante dans la vie sociale et dans l’espace communautaire. La cabaretière ne se confond pas avec la benoîte, pourtant Tune et l’autre jouent un rôle au centre de la communauté et Tune ou l’autre peuvent occuper la maison commune. A Bardos la maison commune n’abrite pas le cabaret mais on y trouve la benoîte, la salle de classe, la boucherie et les archives de la communauté.

Les femmes en général

  • 159 Zink, op. cit., 1993, p. 107-115.
  • 160 Bourdot de Richebourg, op. cit., t. 4, 2e partie, p. 943-966, Bayonne, titre IX art. 31-38 ; Bourd (...)
  • 161 Cordier, op. cit. ; Abbadie d'Arrast, op. cit. ; Veyrin, op. cit.
  • 162 Dravasa, op. cit., p. 121.
  • 163 Etcheverry Michel, « Les méfaits d’une obsession », Gure Herria, 1931, p. 547-555 ; AD 64 C 453, 1 (...)
  • 164 AD 64 C 453, 15.04.1786.
  • 165 Veyrin, op. cit., p. 179.
  • 166 AD 64 C 123, 01.06.1782.
  • 167 AM Bay ΒΒ 36, 1709 ; AM Bay BB 73, 1699-1710 ; AM Bay ΒΒ 56, 1748 ; AM Bay FF 595, 1748 ; AM Bay B (...)

58L’importance du rôle des femmes dans les pays basques fait, comme la religiosité, partie des banalités. Les coutumes successorales des trois pays établissent l’aînesse absolue, au moins pour les maisons roturières159. Le conjoint héritier peut être aussi bien une femme qu’un homme, le dotiste homme amène, avec sa dot, des éléments de trousseau, le mariage en associant les époux efface, autant que faire se peut, l’inégalité entre conjoint héritier et conjoint adventice. Les actes de la pratique confirment cette égalité : 48,5 % des testaments dans les pays basques proviennent de femmes contre 32 % seulement en Béarn. Les contrats de mariage sont souvent, il est vrai, signés en l’absence de la fiancée mais le fiancé lui-même ne contracte pas, ce sont les parents qui s’engagent au nom de la maison. Les individus ne sont que les usufruitiers ou les serviteurs de la maison. La liberté de chacun est mesurée, mais la femme y a autant de droit que l’homme. Les coutumes de Bayonne et de Labourd pensent à réserver le cas de la femme marchande160. Outre les remarques que leur inspirent les coutumes, les auteurs notent la couvade et la place occupée par la femme dans tous les secteurs de la vie économique161. E. Dravasa montre des paroisses qui n’hésiteraient pas à se faire représenter au Bilçar par une femme162. Les responsables chargés de ces pays soulignent la promptitude à s’ameuter des Labourdines163. A propos de l’interdiction d’enterrer dans les églises, « le pais de Labourd est toujours prêt à s’allumer tant les têtes et les moeurs y sont extraordinaires et inflammables : et ce sont toujours les têtes femelles qui fournissent la première explosion... malgré le respect que les têtes basques ont pour la religion et ses ministres, respect poussé jusques au fanatisme, le cadavre fut enlevé aux prêtres par les femmes qui le transportèrent dans l’église et l’y inhumèrent elles-mêmes de force »164. À propos de la prétendue taxe sur les devoirs conjugaux et de l’attitude des maris, « ils ne sont même pas ordinairement les maîtres et il aurait été trop dangereux pour eux de vouloir le paraître en cette rencontre »165. Lors de l’arrestation d’une marchande de morue, à qui on veut faire payer à tort la traite foraine, elle s’écrie : « Assistez-moi femmes de Mendionde, assemblez-vous, venez à mon secours contre ces voleurs. Vous ne pouvez plus douter qu’on ne veuille établir la gabelle dans notre pays. » Un attroupement d’une multitude de femmes et de quelques hommes se forme immédiatement et, le lendemain, les commis sont « investis par une colonne de mille femmes de toutes les dépendances de Mendionde ayant un tambour... une colonne de trois cents hommes marchant après comme pour les soutenir »166. À Bayonne, ce sont les femmes qui sont à l’origine de presque toutes les émotions167.

  • 168 AD 40 II Β 858, 1747.
  • 169 Abbadie d’Arrast, op. cit., p. 41.
  • 170 AM Bay FF 87, 1694.
  • 171 AB 40 IV Β 440, 1777.

59Les Bayonnaises gèrent la comptabilité conjugale, tiennent seules des commerces y compris des boucheries, vont vendre sur le marché de Dax168. La marchande de poissons que nous avons vue plus haut a acheté ses morues à Bayonne, est allée les vendre à Hélette ; comme elle ne les a pas toutes vendues, elle repart de Hélette vers Hasparren, son pays, avec les morues restantes et des agneaux qu’elle a achetés à Hélette et qu’elle a chargés sur son cheval. Ces trajets évoquent ceux des marchandes de sardines que découvrent les observateurs du xixe siècle169. Ce sont des femmes qui savent se débrouiller entre elles pour aider l’une d’elles à faire avant de mourir, un « mémoire par écrit des petits meubles qu’elle laisse »170 ; ou bien qui, se trouvant en présence d’un individu suspect qui vend du linge d’église, députent l’une d’elles pour demander au curé si on n’a rien volé, puis arrêtent elles-mêmes l’homme alors qu’il faisait mine de s’éclipser171.

  • 172 AM Bay FF 243, 1759 ; AM Bay FF 244, 1760.
  • 173 AD 40 IV Β 419, 1764 ; Cf. infra, p. 246.
  • 174 Castan Yves, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1789, Paris, Pion, 1974, p. 170.
  • 175 AD 40 IV Β 421, 1766.

60C’est à Bayonne aussi qu’ont lieu la plupart des crêpages de chignons ou des échanges d’insultes, parfois pittoresques, souvent répétitives entre matrones172. Là non plus, il ne faudrait pas prendre pour des caractéristiques régionales des mœurs qui reflètent les conditions de vie dans une grande ville où les femmes gagnent leur vie comme le font les deux tricoteuses de Bourg-Saint-Esprit173, et qui plus est, dans un grand port où les femmes de marins restent souvent seules. Il ne faut pourtant pas oublier ce que fait remarquer Yves Castan, à savoir que les femmes, parce que la justice ne leur reconnaît qu’une responsabilité diminuée, sont parfois déléguées par les hommes de leur clan pour attaquer, en la personne de ses femmes, le groupe familial ennemi174. C’est peut-être le cas à Bourg-Saint-Esprit quand la femme d’un propriétaire insulte la femme et la fille d’un locataire qui tentait de déménager à la cloche de bois175. Mais ce qui est la règle en Toulousain, semble être ici, en ville, l’exception.

61L’importance des femmes dans les pays basques se retrouve dans les pays de l’ouest landais qui, en matière de coutume familiale ou de vie communautaire, prolongent vers le nord les traits caractéristiques des pays basques. Nous n’avons pas trouvé l’équivalent de la benoîte, par contre nous avons eu l’impression que là aussi, en l’absence même de toute grande ville, les femmes étaient plus actives et plus présentes qu’à l’est.

  • 176 AD 40 IB 401, 1760.
  • 177 AD 40 III Β 2763, 1772.

62Mont-de-Marsan présente comme Bayonne, des exemples de femmes gagnant leur vie en dehors du cadre familial et de la domesticité omniprésente : des hôtesses, des marchandes et ces trois jeunes filles qui servaient à tirer du mortier pour faire un mur que construisaient des maçons176. On y rencontre moins de femmes indépendantes qu’à Bayonne, mais c’est une plus petite ville. Dans le reste des sénéchaussées de l’est, nous ne trouvons pas de femmes chefs d’entreprise, à l’exception de quelques hôtesses qui ne sont souvent que des femmes d’hôtes. Deux compères qui refusent de payer à l’hôtesse les côtelettes qu’ils ont mangées, sont accusés devant le juge par l’hôte d’avoir profité de son absence, comme si une femme ne pouvait pas tenir seule un cabaret177.

  • 178 AD 40 IV Β 682, 1783.
  • 179 AD 40 IV Β 646, 1788.

63Bien qu’il se présente comme l’initiateur de l’entreprise, ce n’est pas ce que dit, dans l’ouest, un charpentier de Castets qui « pour donner une occupation à sa femme, principalement quand il s’absente de chez luy pour aller travailler ailleurs, fait vendre du vin à pot et à pinte »178. On trouve aussi dans cette région, et jusque dans la prévôté de Dax, plus de cabaretières, hôtesses, bouchères, boulangères et aubergistes menant seules leur affaire que dans l’est. Elles protestent aux côtés de leurs confrères masculins contre les taxes, ou elles font figure de patronnes lors du contrôle des poids et mesures. Deux femmes marchandes de charbon à Ondres semblent disposer d’un fond de roulement important puisqu’elles viennent, une fois avec sept bouviers, une fois avec cinq, charger le charbon qu’elles ont acheté et qui représente trente-huit charretées179. Qu’elles en aient emporté plus qu’elles n’en avaient acheté comme se plaint le vendeur, ou qu’il y ait eu malentendu sur les charbonnières vendues, comme elles le prétendent, ne met pas en cause leur statut de chefs d’entreprise alors que la paroisse d’Ondres n’est pas une ville.

  • 180 AD 40 II Β 1122, 1762 ; AD 40 II Β 2422, 25.06. et 01.10.1760.
  • 181 AD 40 II Β 735, 1746.
  • 182 AD 40 IV Β 685, 1788.

64En dehors des activités économiques, la place tenue par les femmes semble, en général, plus importante dans l’ouest que dans l’est. La femme maîtresse d’une maison, est membre à part entière de la communauté propriétaire de communaux, mais comme une femme ne peut pas remplir de fonction publique, elle ne peut être dans le taillable qu’un membre passif. Or la communauté a plus de pouvoir sur ses communaux dans l’ouest et dans la zone des barthes ils représentent une grande richesse. Ce n’est peut-être pas par hasard si les seules émancipations de filles que j’ai trouvées se situent dans l’ouest180. Ni si, incident minime mais peut-être révélateur, un preneur et un bailleur en discussion tendue au cabaret au sujet d’une location, vont chercher la femme du bailleur et si c’est elle qui propose l’accord181. Ou bien si une femme revient sur la promesse que venait de faire son mari de prolonger un prêt, et frappe sur le mari et sur la quémandeuse avec une bûche182.

  • 183 AD 40 II Β 643, 1760.
  • 184 AD 40 IV Β 678, 1781 ; AD 40 IV Β 680, 1783 ; AD 40 IV Β 681, 1784.
  • 185 AD 40 II Β 1089, 1725 ; AD 40 II Β 1092, 1728 ; AD 40 II Β 1107, 1744 ; AD 40 II Β 1115, 1753 ; AD (...)
  • 186 AD 40 II Β 1271, 1747.
  • 187 AD 40 IV Β 697, 19.05.1784.

65On peut trouver à Dax des injures pittoresques : « langue de vipère, cû blanche de Montfort, mange saint et chie-diable »183, mais les chamailleries et les crêpages de chignons sont particulièrement nombreux devant la justice de Castets184 et, surtout, devant celle de Capbreton, où on assiste entre les femmes du bourg à un feu d’artifice sans cesse renouvelé de taloches et d’insultes185. Il s’agit, il est vrai, d’un port, si bien que les femmes ont l’occasion de prendre de l’assurance pendant que les hommes sont en mer. L’une d’elles se voit reprocher d’avoir un mari pour l’été à savoir son beau-père, et un mari pour l’hiver à savoir son époux186. Quand au Vieux-Boucau, ce sont les femmes qui s’ameutent parce que la résine de la communauté a été vendue à trop bas prix, on pourrait dire que ce sont des femmes de marins, ou bien que les femmes sont traditionnellement sensibles aux problèmes de gros sous, mais là il s’agit d’une transaction menée par la communauté et non de l’impossibilité immédiate de nourrir la famille187.

  • 188 AD 40 C suppl. passim, xviiie siècle.
  • 189 AD 40 C suppl. 1 (2) D, 24.02.1775.
  • 190 AD 40 C suppl. 1 (1), 1773.

66Quand des femmes, dans le secteur, ont maille à partir avec la Ferme générale, on peut proposer l’explication de type Castan : ce sont elles qui passent le tabac en fraude parce qu’elles risquent moins si elles sont prises188. Mais elles assument ce rôle : une femme arrêtée lance le même appel à la solidarité féminine que la marchande d’Hasparren : « N’y a-t-il pas des filles et des femmes pour délivrer une pauvre prisonnière189 ». La maîtresse de maison, à qui on veut faire payer les droits réservés pour un cochon abattu chez elle pour la consommation domestique, assume en se défendant contre une taxe qui ne respecte pas la vie privée le rôle féminin de pourvoyeuse et de gardienne du logis, mais elle le fait avec des arguments politiques et le plus grand aplomb190.

  • 191 AD 40 IV Β 181, 1777.
  • 192 AD 40 II Β 643, 17.05.1760.
  • 193 AD 40 II Β 854, 1747.
  • 194 AD 40 IV Β 213, 1775 ; AD 40 IV Β 641-642, 1783-1784.
  • 195 AD 40 IV Β 698, 1785.
  • 196 AD 40 C 120 (64), 1779.

67Quand les jeunes gens de Poyanne assiègent dans un cabaret ceux du Cournau parce que les deux communautés sont en conflit au sujet de leurs communaux, les filles du Cournau ne se battent pas comme les garçons, mais elles se battent à côté d’eux : « elles avaient fait un grand amas de pierres dans la prairie et elles les portaient dans leurs tabliers à la jeunesse du Cournau191 ». En général, dans les situations les plus traditionnelles, défendant sa poêle à frire contre une saisie192 ou le droit de paître de ses cochons193, insultant ou se faisant insulter194, se battant même contre un homme de sa maison195, chacune montre un aplomb qui nous a semblé exceptionnel. Alors que l’administration se plaint toujours des sages-femmes, le subdélégué de Dax préfère celles de son ressort aux chirurgiens : « les chirurgiens de campagne... font encore plus de mal que les sages-femmes. Nous sommes d’ailleurs assez heureux dans ce païs-ci pour avoir de ces femmes-là assez habiles ou du moins assez heureuses196. »

  • 197 AD 40 I Β 415, 19.11.1774 ; AD 40 I Β 416, 23.11.1775.
  • 198 AD 401 Β 519, 1785.
  • 199 AD 40 III Β 2197, 10.11.1778.
  • 200 AD 40 III Β 2423, 1745.
  • 201 AD 40 III Β 2142, 1769.
  • 202 AD 40 I Β 401, 1760 ; AD 40 I Β 405, 1764.
  • 203 AD 40 III Β 1398, 1709.
  • 204 AD 40 I Β 766, 08.09.1787.

68Dans les sénéchaussées de l’est, au contraire, les femmes nous ont semblé moins virulentes et moins autonomes. Dans les affrontements où tout le groupe familial est impliqué, elles sont utilisées comme les Languedociennes d’Yves Castan. À Montde- Marsan, les maris les laissent aux prises avec des importuns sur le seuil de la maison ou dans la boutique, et se met au lit197. Le père des attaquantes reste à Roquefort « sur le milieu de la rue à regarder maltraiter la suppliante, les encourageant (ses filles) par sa présence »198. Le mari à Montaut continue à ramasser le milloc sans intervenir, mais en disant à sa femme de « prendre un échalas et de taper... aussi fort qu’elle pourrait »199. Le chef de famille à Mugron se moque de la victime, avant d’envoyer sa femme et ses trois filles lui trousser jupe et chemise et la fouetter200. Si la plaignante à Maurrin a été attaquée par le valet, alors que la patronne, une veuve, « était restée enfermée chez elle mais riait beaucoup », c’est qu’en l’occurrence, la veuve est chef de famille : faire agir le valet, c’est comme lancer les femmes, c’est se donner la possibilité, en cas de plainte, de diluer les responsabilités201. On trouve bien sûr aussi dans l’est, à Mont-de-Marsan202, à Caupenne203, ou au Frêche204, des querelles entre femmes sur lesquelles ne se profile pas l’ombre de l’homme, mais elles nous ont semblé relativement peu nombreuses.

69Même si nous n’avons apporté que des anecdotes pour étayer notre impression, on peut penser que cette opposition entre l’ouest et l’est, que d’autres critères nous ont déjà rendue familière, correspond à l’extension dans le sud-ouest landais, d’un type de femme basque plus autonome. Elle ne met pourtant pas en cause l’unité générale de la région.

Notes

1 AD 40 III Β 2513, 1786.

2 AD 40 IV Β 644, 1786.

3 AD 40 D 25 L 77, 01.11.1765.

4 AD 40 I Β 765, 06.02.1785.

5 AD 40 IV Β 682, 18.07.1785.

6 AD 40 C suppl. 7 (5), 21.08.1769.

7 AD 40 III Β 2763, 1772.

8 AD 40 I Β 493, 1724.

9 AD 40 G 76, 1725 ; AD 40 Mi 66, passim, 1746-1758.

10 AD 40 IV Β 253, 14.02.1768.

11 AD 40 III Β 2941, 1788.

12 AD 40 III Β 1569, 1764.

13 AD 32 C 13, p. 103, 1759.

14 AM Bay BB 25, p. 130, 23.03.1657.

15 AD 40 Mi 66, passim, 1746-1758.

16 AD 40 III Β 1022, 09.08.1771.

17 AD 40 III Β 2766, 27.09.1777.

18 AD 32 C 13, p. 77, 1759.

19 AD 40 II Β 1321, 29.08.1735.

20 AD 40 III Β 2381, 1745.

21 AD 40 I Β 416, 27.11.1775.

22 AD 40 I Β 400, 10.02.1789.

23 AD 40 IV Β 647, 08.11.1789.

24 Hérelle Georges, Éludes sur le théâtre basque.La représentation des pastorales à sujet tragique, Paris, Champion, 1923 ; Hérelle Georges, Etudes sur le théâtre basque. Le théâtre comique des Basques, Paris, Champion, 1925 ; Hérelle Georges, Les pastorales à sujet tragique considérées littérairement. Technique des pièces. Histoire du répertoire, Paris, Champion, 1926.

25 Desplat Christian, Pau et le Béarn au xviiie siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, J & D Éditions, Biarritz, 1992, p. 1110-1114.

26 AD 40 3 J 68, 1765.

27 AD 40 III Β 2481, 28.05.1759.

28 AD 40 III Β 919, 15.03.1701.

29 AD 40 II Β 854, 11.02.1747.

30 AD 33 C 4636, n° 39, c. 1780.

31 AD 40 III Β 989, 1786.

32 Vergés Jean, « Les jeux de la toupiade et de la Torrelle », Bull, de la soc. de Borda, 1983, p. 657-662. Dupuy André, « La réforme pastorale dans les diocèses d’Aire et de Dax aux xviie et xviiie siècles », Bull, de la soc. de Borda, 1974, p. 151-172 et 309-333.

33 Labrousse Michel, « La Gascogne avant l’histoire » in Bordes Maurice (dir.), op. cit., 1978, p. 12 ; Ducamp Philippe, « Los boeus son lachatz » : Les cadres et le déroulement des courses de taureaux en Gascogne fin xiiie siècle-début Ier Empire », Revue de Pau et du Béarn, 1995, p. 175-213.

34 AM Bay FF 88, 04.10.1694.

35 AD 33 C 4335, 1673.

36 AD 40 D 15 L 95, 30.03.1760.

37 AD 40 D 11 L 33, 01.04.1759.

38 AD 40 D 15 L 74, 16.04.1756.

39 AD 40 D 17 L 126, 19.03.1755.

40 Dupuy André, op. cit.

41 AD 33 I Β 21, 1620.

42 AD 33 I Β 25, f° 1282, janvier 1648.

43 AD 40 C 120 (86), 18.07.1775.

44 AM Bay, FF 540, 1723.

45 AM Bay FF 527, 1740.

46 AM Bay FF 544, 1742.

47 AM Bay FF 556, 1780.

48 AM Bay CC 753, 1779.

49 AM Bay CC 323, 1780.

50 AD 40 AM Dax BB 13, 1730.

51 AD 40 II Β 859, 1743.

52 Milliez-Lacroix Jacques, « Les origines de la piazza de toros de Dax ; les emplacements successifs des arènes », Bull, de la soc. de Borda, 1974, p. 213-238.

53 AD 40 IB 299, 18.05.1731.

54 AD 33 Arrêts parl., 12.02.1757.

55 AD 40 I Β 214, 27.03.1759.

56 AD 40 I Β 405, 1764.

57 AD 40 I Β 403, 1762.

58 Dufourcet E., Taillebois E. et Camiade G., L’Aquitaine historique et monumentale, monographies locales illustrées, Dax, 1890-1893, t. 1, p. 212.

59 AD 40 1 Β 492, 25.06.1775.

60 AD 40 D 17 L 126, 19.03.1755.

61 AD 40 D 15 L 95, 30.03.1760.

62 AD 33 C 114, 1780.

63 AD 40 III Β 2558, 13.08.1788.

64 AD 40 IV Β 169, 1762.

65 AD 40 IV Β 200, 1763.

66 AM Bay FF 297, 1764-1773.

67 Daugé (abbé C.), Habas, son histoire, Dax, 1906, p. 84.

68 AD 40 C 120 (86), 18.07.1775.

69 AD 32 C 9 p. 101, 1757.

70 Dufourcet, Taillebois, Camiade, op. cit., t. 1, p. 196.

71 AD 33 G 1015, 1756.

72 AD 33 Arrêts parl., 17.05.1754.

73 AD 33 Arrêts parl., 24.07.1778.

74 AD 33 Arrêts parl., 17.12.1772.

75 AD 33 Arrêts parl., 20.05.1779.

76 AD 40 IV Β 700, 24.12.1787.

77 AD 40 I Β 769, 29.09.1785.

78 AD 40 III Β 919, 15.03.1701.

79 AD 40 C 111, 1768.

80 AD 40 IV Β 297, 1784.

81 AD 40 IV Β 484, 06.05.1783.

82 AM Bay BB 25, p. 3, 1656 ; AM Bay BB 25, p. 101, 1657.

83 AM Bay FF 297, 05.05.1712 ; AM Bay FF 297, 09.01.1759 ; AM Bay FF 297, 19.02.1769 ; AM Bay FF 297, 11.02.1770.

84 AM Bay FF 547, 1752.

85 AD 40 III Β 2074, 1750.

86 AD 40 IV Β 68, 1784.

87 Desplat Christian, La vie, l’amour, la mort, rites et coutumes, xviie-xviiie siècles, Biarritz, J & D, 1995.

88 AD 40 11 J 88, 1739-1748.

89 AD 40 Mi 66, 1746-1758.

90 AD 33 G 635, 16.06.1637 ; AD 33 G 651, 1631-1789 ; AD 33 G 659, 1574-1787 ; AD 33 G 844, 1685-1784 ; AD 33 G 20, 1787-1790.

91 AD 40 I Β 364, 1759.

92 AD 40 Mi 66, 12.12.1752.

93 AD 33 G 8, 1732.

94 AD 33 G 651, 1731.

95 Lacoste Constantin, « Les fontaines consacrées des pays landais », Bull, de la soc. de Borda, 1966, p. 63-76, 173-187, 271-285 et 427-436.

96 AD 40 II Β 2016, 16.06.1746.

97 AD 40 I Β 462, 1756.

98 AD 33 G 532, 1606 ; AD 33 G 538, 1626 ; AD 33 G 1659, 1626.

99 AD 40 H 194 (79), 2I.IO.1677.

100 AD 40 III F 47, 1787.

101 Dorgan (abbé Hyacinthe), Histoire religieuse, politique et littéraire des Landes, depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours, Auch, 1846, p. 438 ; Chabas, op. cit., t. III, p. 181 ; Carte de Cassini, f° 73.

102 Chabas, op. cit., t. II, p. 381.

103 Chabas, op. cit., t. IV, p. 281.

104 AD 33 G 538, 1626.

105 AD 33 G 651, 1731.

106 AD 33 C 276, 1763.

107 AD 33 H 648, 1683.

108 AD 33 Β 21, 1532.

109 AD 40 IV Β 700, 1787.

110 Narbaitz, op. cit., p. 99.

111 Cordier Eugène, De l’organisation de la famille chez les Basques, Paris, 1869 ; Lhande le P. Pierre, Autour du foyer basque, récits et idées, Paris, 1908 ; Colas Louis, La tombe basque. Recueil d’incriptions funéraires et domestiques au Pays Basque français. Études, notes et références diverses, Paris, 1923 ; Veyrin Philippe, Les Basques du Labourd, de Soûle et de Basse-Navarre. Leur histoire et leurs tradition, Bayonne, 1943 ; Reicher Gil, « Quelques mots sur la femme basque », Cure Herria, 1960, p. 124-127.

112 AM Bay BB 42, 1718-1719 ; AM Bay HH 108, 1718-1719.

113 AD 33 Arrêts pari., passim, 1640-1790.

114 AD 64 C 582, 16.11.1786.

115 AD 33 C 109, 1779.

116 AD 64 III Ε 4766, 1760.

117 AD 64 III Ε 7382, 1760.

118 AD 64 III Ε 9945, 1751.

119 Bourdot de Richebourg, op. cit., t. 4, 2e partie, loc. cit., Dax, p. 913-926, titre II, art. 3.

120 Abbadie d’Arrast Mme Charles, Causeries sur le pays basque. La femme et l’enfant, Paris, 1909, p. 37.

121 AD 33 Arrêts pari., 04.05.1713.

122 Veyrin, op. cit., p. 272.

123 AD 40 IV Β 522, 1730.

124 AD 33 G 539, 1627.

125 AD 40 IB 401, 1760.

126 AD 40 I Β 359, 1764.

127 Houdart Sophie, Les sciences du diable. Quatre discours sur la sorcellerie, Paris, Éditions du Cerf, 1992.

128 AD 401 Β 605, 1769.

129 AD 40 I Β 1022, 1775.

130 AD 40 III Β 2484, 12.01.1760.

131 AD 40 II Β 1990, 1716.

132 AD 40 IV Β 701, 1788.

133 AD 40 IV Β 700, 1786.

134 Bordes François, « Recherches sur la sorcellerie dans les Landes, le pays basque et le Béarn », Éc. nat. des Chartes, 1978, p. 35-33.

135 Broca René, « Benoîterie et benoîtes de Saint- Pierre-d’Irube », Soc. des sc., lettres et arts de Bayonne, 1990, p. 151-160 ; Lafourcade Maïté, « La charge de benoîte en pays basque », Ekaïna. Revue d’études basques, 1991, p. 27-38.

136 Veyrin, op. cit., p. 246.

137 Miliez-Lacroix, op. cit., 1928, p. 145.

138 AD 64 C 105, 23.08.1777.

139 AD 64 III Ε 2191, 22.08.1768.

140 AD 64 C 416, 1787.

141 AD 64 III Ε 2447, 11.07.1750.

142 AD 33 Arrêts pari., 03.02.1757.

143 AD 64 C 416, 1784.

144 Zink, op. cit., 1997, p. 36-44.

145 Reicher, op. cit.

146 AM Bay FF 103, 1694.

147 AM Bay GG 136, c. 1600.

148 Lancre Pierre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges où il est amplement traicté des sorciers et de la sorcellerie, Paris, 1612, p. 60.

149 AD 64 C 1532, 1676.

150 Desplat, op. cit., 1992, p. 1095.

151 AD 64 C 105, 23.08.1777.

152 AD 64 III Ε 2963, 03.04.1760.

153 AD 64 C 594, 23.08.1786.

154 AD 64 III Ε 7382, 19.03.1736.

155 AD 64 III Ε 711, 21.09.1760.

156 AD 64 III Ε 7382, 05.10.1727 ; AD 64 III Ε 7446, 12.10.1760.

157 AD 40 IV Β 493, 1772.

158 AD 40 C suppl. 4 (14), 10.02.1772.

159 Zink, op. cit., 1993, p. 107-115.

160 Bourdot de Richebourg, op. cit., t. 4, 2e partie, p. 943-966, Bayonne, titre IX art. 31-38 ; Bourdot de Richebourg, op. cit., t. 4, 2e partie, p. 967-978, Labourd, titre IX, art. 2 à 9.

161 Cordier, op. cit. ; Abbadie d'Arrast, op. cit. ; Veyrin, op. cit.

162 Dravasa, op. cit., p. 121.

163 Etcheverry Michel, « Les méfaits d’une obsession », Gure Herria, 1931, p. 547-555 ; AD 64 C 453, 15.04.1786.

164 AD 64 C 453, 15.04.1786.

165 Veyrin, op. cit., p. 179.

166 AD 64 C 123, 01.06.1782.

167 AM Bay ΒΒ 36, 1709 ; AM Bay BB 73, 1699-1710 ; AM Bay ΒΒ 56, 1748 ; AM Bay FF 595, 1748 ; AM Bay BB 91,1789.

168 AD 40 II Β 858, 1747.

169 Abbadie d’Arrast, op. cit., p. 41.

170 AM Bay FF 87, 1694.

171 AB 40 IV Β 440, 1777.

172 AM Bay FF 243, 1759 ; AM Bay FF 244, 1760.

173 AD 40 IV Β 419, 1764 ; Cf. infra, p. 246.

174 Castan Yves, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1789, Paris, Pion, 1974, p. 170.

175 AD 40 IV Β 421, 1766.

176 AD 40 IB 401, 1760.

177 AD 40 III Β 2763, 1772.

178 AD 40 IV Β 682, 1783.

179 AD 40 IV Β 646, 1788.

180 AD 40 II Β 1122, 1762 ; AD 40 II Β 2422, 25.06. et 01.10.1760.

181 AD 40 II Β 735, 1746.

182 AD 40 IV Β 685, 1788.

183 AD 40 II Β 643, 1760.

184 AD 40 IV Β 678, 1781 ; AD 40 IV Β 680, 1783 ; AD 40 IV Β 681, 1784.

185 AD 40 II Β 1089, 1725 ; AD 40 II Β 1092, 1728 ; AD 40 II Β 1107, 1744 ; AD 40 II Β 1115, 1753 ; AD 40 II Β 1265, 1740, AD 40 II Β 1268-1272, 1743-1748 ; AD 40 II Β 1268-1272, 1743-1748 ; AD 40 II Β 1280-1281, 1770-1771 ; AD 40 II Β 1283, 1774 ; AD 40 II Β 1302, 1744.

186 AD 40 II Β 1271, 1747.

187 AD 40 IV Β 697, 19.05.1784.

188 AD 40 C suppl. passim, xviiie siècle.

189 AD 40 C suppl. 1 (2) D, 24.02.1775.

190 AD 40 C suppl. 1 (1), 1773.

191 AD 40 IV Β 181, 1777.

192 AD 40 II Β 643, 17.05.1760.

193 AD 40 II Β 854, 1747.

194 AD 40 IV Β 213, 1775 ; AD 40 IV Β 641-642, 1783-1784.

195 AD 40 IV Β 698, 1785.

196 AD 40 C 120 (64), 1779.

197 AD 40 I Β 415, 19.11.1774 ; AD 40 I Β 416, 23.11.1775.

198 AD 401 Β 519, 1785.

199 AD 40 III Β 2197, 10.11.1778.

200 AD 40 III Β 2423, 1745.

201 AD 40 III Β 2142, 1769.

202 AD 40 I Β 401, 1760 ; AD 40 I Β 405, 1764.

203 AD 40 III Β 1398, 1709.

204 AD 40 I Β 766, 08.09.1787.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540