Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Deuxième partie. Les pays vécus

4. L’apport des autres disciplines

Texte intégral

Les groupes sanguins

  • 1 Bernard J. et Ruffié J., « Hématologie et culture. Le peuplement de l'Europe de l'Ouest », Annales (...)
  • 2 Narbaitz, op. cit. ; Ravier Xavier « Épigraphie, onomastique, linguistique : à propos d'un travail (...)

1Les travaux des hématologues montrent que « les groupes sanguins du type basque... dépassaient le pays basque proprement dit, pour s’étendre à ce qu’il appelle le « coin Sud-Ouest » de notre pays, formé des trois départements : Basses-Pyrénées, Hautes-Pyrénées et Landes » et que nous aimons mieux appeler avec les ethnologues et les linguistes, le « périmètre aquitain ». L’extension des toponymes basques correspond presque à l’aire des dialectes gascons et les auteurs, avec la collaboration de J. Allières et de X. Ravier font remarquer la coïncidence entre certains traits linguistiques archaïques, et la fréquence des groupes sanguins basques1. Ils semblent ainsi donner raison à ceux qui, comme Narbaitz, font de l’Aquitaine préromaine une première Vasconie2.

  • 3 Bordeaux M., « Voies ouvertes à l'histoire des coutumes par l'hématologie géographique », Annales (...)

2M. Bordeaux a cherché à mettre en rapport la répartition des groupes sanguins, avec le retrait lignager et le droit d’aînesse3. Il est, en effet, très tentant de faire ce rapprochement, d’autant plus que la Bigorre, où l’aînesse féminine s’est maintenue, a une répartition des groupes sanguins plus semblable à celle des pays basques que le Béarn.

  • 4 Poumarède Jacques, Les successions dans le Sud-Ouest de la France au Moyen Âge, Paris, 1972, p. 28 (...)
  • 5 Zink, op. cit., 1993, carte n° 6, p. 456.

3Parce que les coutumes ne se sont, en Bigorre, conservées que dans les montagnes et parce qu’en Béarn au contraire une coutume de piémont s’est imposée4, nous avions expliqué les différences entre la Bigorre et le Béarn par l’opposition plaine/montagne, et nous avions donc minimisé la ressemblance entre la Bigorre et les pays basques. Certains critères dissuadent, en effet, de rapprocher la Bigorre des pays basques : l’égalité entre le père et le fils ou le mari et la femme, est absente tant en Bigorre qu’en Béarn. Les rapports entre la communauté et la juridiction comme la structure de l’assemblée des états font du Béarn une sorte de transition entre les institutions basques et bigourdanes. Par contre les testateurs de Bigorre comme ceux des pays basques précisent beaucoup plus souvent qu’en Béarn qu’ils veulent être enterrés dans la tombe de leur maison5. De la même façon le nom de la maison qui est toujours donné dans les pays basques, l’est beaucoup plus souvent en Bigorre qu’en Béarn. Par contre, à partir du critère hématologique on ne retrouve pas les autres clivages qui nous avaient semblé importants : la limite entre les deux parlements et celle qui continuait entre Saint-Sever et Dax, l’opposition entre le Béarn et les pays basques.

Les dialectes

  • 6 Bonnaud Pierre, Terres et langages. Peuples et régions, Clermont-Ferrand, Auvernhâ tarâ d'oc, 1981 (...)
  • 7 Beaurredon J., « Variantes dialectales du Gascon landais dans un même canton  », Bull, de la soc. (...)

4Aux yeux de P. Bonnaud la Gascogne se caractérise par sa diversité si bien qu’il ne peut pas faire mettre en parallèle noms de pays et formes dialectales6. On a pourtant pu prétendre que la limite entre le gascon noir et le gascon blanc, les deux dialectes qui se partagent le département des Landes, correspondait approximativement à la limite entre le diocèse de Dax et celui d’Aire7. De tous les auteurs, c’est P. Cuzacq le plus enclin à faire coïncider ces deux limites mais le fait que sa spécialité soit plus la géographie historique que la dialectologie, a pu le pousser à chercher ce genre de coïncidence. Pour Th. Lalanne, le parler noir a une aire beaucoup plus restreinte, aire au-delà de laquelle il se dégrade de telle sorte qu’on peut, en effet, mettre la frontière là où on le souhaite, d’autant plus que la différence qui ne porte que sur la prononciation, n’affecte ni le vocabulaire, ni la syntaxe.

  • 8 Seguy Jean, Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, Paris, 1954.
  • 9 Cf. supra, p. 33.
  • 10 Cf. supra, p. 135.
  • 11 Cf. supra, p. 28.

5Cette ligne ne s’impose pas dans l’Atlas linguistique8. On peut, à propos d’une notion ou d’une autre, la retrouver de façon approximative dans la carte n° 485 ou de façon assez précise dans la carte n° 518, mais elle n’est le lieu d’aucune concentration d’isoglosses. Il est possible pourtant que la relativement faible densité des points sur l’Atlas empêche d’apercevoir certaines coïncidences. La carte n° 281 montre que le nord-ouest et tout l’est de la région emploient le terme « milok » pour désigner le maïs ; seul le Sud-Ouest qui parle « d’indùn » le long de le côte et de « milas » dans la zone contiguë, se distingue de l’ensemble. Pour être sûr pourtant qu’il s’agit bien sous une forme écourtée de bandes nord-sud rappelant les pays de queste et la prévôté de Dax, il faut utiliser la carte que H. Polge nous avait conseillé de faire à partir d’une enquête menée par correspondance auprès de toutes les mairies de la région (carte n° 10). La phonétique n’y trouve pas son compte, mais les réponses beaucoup plus nombreuses que les communes-témoins de l’Atlas, font apparaître non seulement les grandes zones méridiennes qui nous sont désormais familières, mais encore au sud, à partir de Peyrehorade, les hésitations que nous avons déjà rencontrées au contact des Lannes et du Béarn9, et au nord-est une certaine parenté déjà notée entre le Gabardan et les pays situés plus à l’est qui disent « turguet »10. Ces phénomènes de limites sont encore plus significatifs quand on sort du département des Landes. On voit comment les hésitations de Peyrehorade se poursuivent dans les cantons de Bidache et de Salies, comment le Gabardan appartient à une sorte de Condomois, comment la complication de la carte des pays, à l’est de la Bigorre, se traduit, sans qu’on puisse déceler de vraies coïncidences, par de multiples vocables11. Le terme «milhoc » qui est généralement employé en gascon, s’arrête à l’est, avant la limite linguistique, pour laisser la place dans la partie occidentale de la sénéchaussée de Toulouse, à l’Isle-Jourdain et dans les enclaves les plus importantes de Rivière-Verdun, au languedocien « milh ».

CARTES N° 10 : LES NOMS DU MAÏS

CARTES N° 10 : LES NOMS DU MAÏS
  • 12 Seguy, op. cit., carte n° 1.

6Si l’on prend pourtant l’aire du gascon telle que la définissent les linguistes sans privilégier un mot qui n’a aucune raison de l’être, on retrouve une région déjà connue12 Bien Bien qu’elle soit écornée par le secteur basque et que sur les autres limites elle s’étende en général plus loin, elle correspond, dans ses grandes lignes, à la province ecclésiastique d’Auch, à la masse que forme le sud du gouvernement de Guyenne et Gascogne, et à l’ensemble stable que composèrent, après le cantonnement de l’intendance de Montauban, et en dépit des remodelages internes, les intendances d’Auch, Pau ou Bayonne, et occasionnellement le sud de celle de Bordeaux.

L’architecture

  • 13 Loubergé Jean, Les anciennes maisons rurales des pays de l'Adour, Pau, 1982, p. 101.
  • 14 Loubergé, op. cit., p. 34.

7Dans ses études sur les maisons basques et béarnaises et dans son livre sur les maisons des pays de l’Adour, J. Loubergé arrive à des conclusions très séduisantes pour nous : si certains types de maisons enjambent les frontières ou dessinent des clivages inexplicables par ailleurs, d’autres coïncident de près, ou de très près, avec les limites des anciens pays, et c’est dans ce sens qu’il conclut13. Il y a bien aux confins de la Navarre et du Labourd, une large zone où coexistent des maisons relevant d’un modèle ou de l’autre, mais ces modèles ne sont pas structurellement différents14.

  • 15 Loubergé, op. cit.. p. 48, 50 et 88-90.

8La maison des Landes qui, avec sa façade sous pignon, appartient au même type mais qui n’a pas d’étage et qui n’utilise pas les mêmes matériaux, relaie, dès Bayonne, la maison basque. Sur cette frontière dont nous avons à plusieurs reprises remarqué les hésitations, à Urt et Bardos, à Bidache et en Orthe les types landais et basques s’entremêlent. Dans le secteur qui va d’Orthez à Salies, qui a été rattaché tardivement à la vicomté de Béarn et qui relevait jusque-là de la cour de Dax, on trouve une maison mixte avec le toit béarnais et façade sous pignon. À Puyoo les toits béarnais s’arrêtent là où la route sort du Béarn. On peut observer le même passage sur la route nationale 134, entre Garlin et Sarron. La Soûle présente une autre combinaison de facteurs qui fait également de sa maison un type de transition : c’est une maison basque à eskatz mais la façade est située sous la retombée du toit comme dans les maisons béarnaises. Il s’agit plus visiblement encore qu’en Béarn, d’un remaniement tardif datant du moment où la Soûle venait d’être rattachée au parlement de Pau15.

  • 16 Loubergé, op. cit., p. 66 et 69.
  • 17 Loubergé, op. cit., p. 27 et 71 et carte n° 5.
  • 18 Polge Henri, Matériaux traditionnels de couverture et de construction dans le sud- ouest de la Fra (...)

9J. Loubergé explique de façon très convaincante, par une évolution récente, l’allure des maisons béarnaises et bigourdanes qui ont la façade sous la retombée du toit. Le changement daterait du xviiie siècle et il a respecté non seulement les limites extérieures des deux pays, mais, dans une certaine mesure, celle qui les sépare, puisque les toits de tuiles plates à crochet qui remplacent l’ardoise dans le nord-est du Béarn, sans que change la forme du toit, ne sont pas descendus dans la plaine de Bigorre. Comme les vêtements folkloriques qui datent de la même époque, ces constructions correspondent à une période d’aisance, et comme eux, elles choisissent de souligner l’appartenance provinciale16. Il y a pourtant une limite que J. Loubergé n’arrive pas à expliquer, c’est celle qui, très vite, au nord de Tarbes, ferait succéder les toits plats à tuiles creuses aux ardoises et aux toits pentus17. D’après H. Polge, il semble bien que la zone dont parle J. Loubergé et qui va de Bazet à Nouilhan, appartient à un ensemble plus vaste qui englobe Tarbes et où, de Lannemezan à Vie, l’ardoise et la tuile voisinent, même si les proportions varient du sud au nord18. Il est impossible de donner un nom de pays à ce complexe dont la limite nord correspond à celle du Pardiac, mais qui, des plateaux, descend sur toute la plaine de Bigorre. La partie où la tuile domine, englobe le Rustan, mais elle ne se confond avec aucune des définitions que nous avons proposées.

  • 19 Loubergé, op. cit., p. 55.
  • 20 Toulgouat Pierre, La maison de l'ancienne lande, Pau, 1977, p. 17 et carte 32.
  • 21 Toulgouat, op. cit., carte p. 17.
  • 22 Zink, op. cit., 1993, p. 467.

10D’après J. Loubergé, il n’y a pas de différences marquées entre les maisons de Chalosse, de Tursan et de Marsan19. P. Toulgouat étudie, sous le nom de maisons landaises, celles qu’on trouve au nord de l’Adour, puis de la Midouze, jusqu’à Montde-Marsan, avec une avancée au sud-est de cette ville jusqu’à la ligne de partage des eaux20. Mais à l’exception de la maison du Born qui n’est qu’un petit logement de résinier, il s’agit partout d’une maison avec ouverture sous le pignon et grande salle comme en Chalosse et dans les pays basques. La différence entre les Grandes Landes et le Marensin, comme entre le Labourd et la Navarre, c’est l’existence d’un aménagement de la façade en auvent. Cette différence mineure ne dessine pas une carte déjà connue21. On a, par contre, pu rapprocher l’intégration de la grange centrale au logement, de l’aire des familles à frérêches22. Quant aux églises caractéristiques que nous étions tenté sur le terrain de désigner par le nom d’un petit pays officiel, elles ne coïncident jamais rigoureusement avec aucun d’eux.

  • 23 Cuisenier Jean (dir), L'Architecture rurale française, Bidart Pierre et Collomb Gérard, Pays aquit (...)

11Le volume de L’Architecture rurale française consacré aux pays aquitains n’a pas choisi comme lieux d’enquêtes celles des marges qui m’auraient le plus intéressée : Gabardan, Louvigny, enclaves de Bigorre, contact au nord de Garlin des trois parlements puis des trois départements23. Les auteurs ont davantage cherché à comprendre l’unité de la région dont ils étudiaient l’architecture que les variations du contexte. Ils soulignent la présence de particularisme locaux dans leur sujet d’étude mais ils s’intéressent plus à la logique interne de ces différents types plutôt qu’à ses rapports avec le cadre local. Cet ouvrage ne m’a donc pas apporté des matériaux directement utilisable ici. Seule la carte des matériaux des murs rappellent les lignes qui me sont devenues familières : au sud des zones s’étirant de Test vers l’ouest et débordant du Béarn vers le Tursan et le sud du Marsan ; plus au nord une ligne méridienne mais qui ne correspond exactement à aucune de celles que j’ai observées. L’avant-propos fait remarquer ce que j’ai sans cesse observé, à savoir que les traits culturels portés sur une carte ne coïncident pas, qu’on ne peut pas tracer les limites de régions ethnologiques, que la région se définit plus par ses foyers que par ses contours.

Notes

1 Bernard J. et Ruffié J., « Hématologie et culture. Le peuplement de l'Europe de l'Ouest », Annales E.S.C., 1976, p. 661-676, en particulier fig. 3 et 4 et note 8.

2 Narbaitz, op. cit. ; Ravier Xavier « Épigraphie, onomastique, linguistique : à propos d'un travail récent sur l'Aquitaine antique » (Joaquin Gorrochategui Churruca, Estudio sobre la onomastica indigena de Aquitania, Universitad del Pais Vasco), Annales du Midi, 1988, p. 101-107.

3 Bordeaux M., « Voies ouvertes à l'histoire des coutumes par l'hématologie géographique », Annales E.S.C., 1969, p. 1275-1286.

4 Poumarède Jacques, Les successions dans le Sud-Ouest de la France au Moyen Âge, Paris, 1972, p. 288 sq.

5 Zink, op. cit., 1993, carte n° 6, p. 456.

6 Bonnaud Pierre, Terres et langages. Peuples et régions, Clermont-Ferrand, Auvernhâ tarâ d'oc, 1981, t. 2, p. 364.

7 Beaurredon J., « Variantes dialectales du Gascon landais dans un même canton  », Bull, de la soc. de Borda, 1913, p. 83-88 ; Millardet Georges, Étude de dialectologie landaise, Toulouse, 1910 ; Cuzacq René, « Les sous-dialectes du gascon des Landes », Bull, de la soc. de Borda, 1949, p. 83-92 ; Lalanne Théobald, L'indépendance des aires linguistiques en Gascogne maritime, s. 1, 1949-1952 ; Cuzacq René, Généralité sur la langue gasconne et le gascon des Landes, Mont-de-Marsan, 1956.

8 Seguy Jean, Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, Paris, 1954.

9 Cf. supra, p. 33.

10 Cf. supra, p. 135.

11 Cf. supra, p. 28.

12 Seguy, op. cit., carte n° 1.

13 Loubergé Jean, Les anciennes maisons rurales des pays de l'Adour, Pau, 1982, p. 101.

14 Loubergé, op. cit., p. 34.

15 Loubergé, op. cit.. p. 48, 50 et 88-90.

16 Loubergé, op. cit., p. 66 et 69.

17 Loubergé, op. cit., p. 27 et 71 et carte n° 5.

18 Polge Henri, Matériaux traditionnels de couverture et de construction dans le sud- ouest de la France, Albi, s.d. (1969).

19 Loubergé, op. cit., p. 55.

20 Toulgouat Pierre, La maison de l'ancienne lande, Pau, 1977, p. 17 et carte 32.

21 Toulgouat, op. cit., carte p. 17.

22 Zink, op. cit., 1993, p. 467.

23 Cuisenier Jean (dir), L'Architecture rurale française, Bidart Pierre et Collomb Gérard, Pays aquitains, Paris. Berger-Levrault, 1984.

Table des illustrations

Titre CARTES N° 10 : LES NOMS DU MAÏS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540