Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Première partie. Les pays officiels

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Nous appelons pays officiels les ressorts qui regroupent un certain nombre de communautés locales, juridictions, taillables et paroisses, sur lesquelles une même instance exerce une fonction publique, judiciaire, fiscale ou religieuse. Le caractère à la fois universel et individuel de la religion catholique qui propose partout la même foi et les mêmes règles et qui s’adresse à chaque être humain, fait que le facteur religieux ne joue pas un rôle déterminant dans l’identification des groupes locaux. Au contraire les lois et les règlements qu’appliquent les autorités judiciaires et fiscales, parce qu’ils changent d’un ressort à l’autre et parce qu’ils considèrent souvent comme sujet de droit la collectivité plus que l’individu, jouent un rôle important dans la définition des pays.

2Les circonscriptions de taille moyenne, sénéchaussées, pays d’états ou élections, constituent les entités les plus stables et les plus vivantes. Dans notre région il y a peu d’enclaves et relativement peu de communautés mi-parties, c’est-à-dire éclatées entre deux ressorts. S’il faut du temps et de la patience pour repérer les cas de ce type, l’historien peut arriver à des résultats sûrs parce que les contemporains et plus précisément les habitants savaient parfaitement à quel ressort se rattachait chaque quartier. Ces rattachements ne changent pas au cours de l’Ancien Régime. Ce sont ces circonscriptions de taille moyenne que nous étudierons en premier. Elles sont regroupées depuis très longtemps ou plus récemment en ressorts plus vastes sous l’autorité d’un parlement, d’une cour des comptes ou d’un intendant. Certains de ces ressorts sont particulièrement instables, d’autres sont apparemment entrés dans les faits mais même ceux-ci peuvent être remis en cause et remaniés. Nous étudierons enfin les circonscriptions ecclésiastiques et les articulations féodales. Ce sont sans doute les plus anciennes. On est parfois tenté de les considérer comme les pays primitifs, mais au xviiie siècle leur rôle dans la manière de vivre des populations est, soit limité pour les raisons que j’indiquais plus haut, soit fossilisé et repris par de nouveaux cadres.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540