Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Introduction

Texte intégral

1Un pays est un ressort dans lequel les habitants vivent ensemble et, sur bien des points, de la même façon. Le degré de cohésion dépend de l’étendue du ressort et du sens donné au mot «pays ». Celui qui « regarde le pays dans les yeux » s’adresse à la population de l’État-nation, aux régnicoles aurait-on dit sous l’Ancien Régime. Celui qui demande « à vivre et à travailler au pays » veut rester ou revenir dans sa région ou dans son département d’origine de façon à aller voir ses parents au weekend et à garder le contact avec ses amis d’enfance. Quand on dit qu’un jeune homme s’est marié dans le « pays d’à côté », pays ne désigne alors que la commune voisine. Le ramassage scolaire qui crée des camaraderies sur la base du canton, l’auto qui rapproche, les migrations vers des régions éloignées qui relativisent les distances locales ont pu élargir la notion de proximité mais n’ont pas changé l’existence de différents niveaux et la polysémie du mot « pays ».

2Maintenant que nous avons perdu l’espoir qui nous portait à croire que demain serait mieux qu’hier, nous sommes tentés de chercher refuge dans le passé : généalogie, ethnie ou terroir. Ce petit pays qui n’avait jusque-là intéressé que les géographes, les historiens et les folkloristes, devient le faire-valoir de ceux qui cherchent à nous convaincre que le passé n’est pas totalement perdu. Les appellations contrôlées, les conseils en matière de rénovation de maisons rurales, la sauvegarde des paysages, la Mission du Patrimoine, les Directions Régionales des Affaires Culturelles, les syndicats d’initiative, les constructeurs des maisons les plus banales et les marchands de tommettes cherchent, en employant le mot «pays », à nous rendre l’illusoire sécurité du passé. Si les moins compétents commettent des erreurs et proposent un pittoresque de mauvais aloi, leur maladresse ne met pas en cause la réalité des petits pays, réalité qui bouleverse de tendresse l’observateur attentif à la façon dont les hommes aménagent et réinventent, génération après génération, leurs cadres de vie, leurs modes culinaires, leurs jardins et les amabilités ritualisées de voisinage.

3La conservation du patrimoine n’absorbe cependant pas la totalité des budgets publics car la crainte de perdre nos racines n’est pas la plus grave de celles qui nous assaillent. L’aménagement du territoire, qui devait rééquilibrer la répartition de l’activité, est chargé maintenant de la ressusciter et de lutter contre l’effritement de la vie économique. Dans les deux cas, inventer de nouveaux cadres spatiaux a souvent semblé la condition préalable à une intervention efficace. On a créé les régions parce que nos départements étaient trop petits et que les Länder de nos voisins étaient plus grands. Ce sont nos cantons qui semblent maintenant trop petits. Définis à la fin du xviiie siècle pour servir d’aire à un marché rural, ils n’auraient actuellement plus d’objet. On veut inventer une circonscription plus grande que le canton, plus petite que le département, centrée autour d’une ville qui n’aurait pas encore perdu toutes ses fonctions économiques et dans le cadre de laquelle on espère arrêter l’hémorragie et réensemencer des entreprises. Pour parler de cette nouvelle circonscription on utilise le mot «pays ». On sait qu’il est ancien, mais on ne cherche pas à savoir s’il a jadis désigné un ressort précis et c’est aux géographes qu’on demande de le définir. Alors que nos régions prétendaient s’inspirer non seulement du modèle allemand mais des provinces d’Ancien Régime quelles qu’aient été les erreurs alors écrites à leur sujet, il semble que pour définir ces petits pays, on agisse sans souci des références historiques. Je ne prétends pas que le passé puisse servir de guide au présent : notre époque comme les précédentes doit inventer ses solutions, mais connaître et comprendre celles du passé peut aider non à résoudre mais à mieux percevoir nos problèmes actuels. C’est pourquoi j’ai eu envie d’observer dans le passé les pays, petits et grands, et de comprendre comment ils s’imbriquaient, d’où ils venaient et à quoi ils servaient.

4Le désir de comprendre ce qu’étaient les pays dans le passé n’est pas né en effet des livres d’histoire qui ont traité du même type de sujets mais de l’histoire vécue, des problèmes qui se posaient et que les hommes politiques, les géographes et les économistes tentaient de résoudre. L’intérêt pour les pays est celui qu’ont suscité le commissariat au plan, la DATAR, l’aménagement du territoire, la quête des racines, la désindustrialisation, la décentralisation et la mise en cause de l’État. Les centres d’intérêt et les questions sont actuelles mais le livre qui les a transférés dans un champ chronologique disparu, n’a pas cherché à y répondre : il ne parle que du passé. Libre au lecteur, s’il le souhaite et sous sa propre responsabilité, d’y chercher des éléments de comparaison. Il est possible qu’il le fasse car ces problèmes sont plus présents qu’ils ne l’ont jamais été si l’on en croit les travaux de recherches, les efforts de concertation et les textes législatifs et réglementaires qu’ils suscitent. Sur un point, la création envisagée d’un département basque, il est même possible sans anachronisme de passer de ce livre à l’actualité mais c’est simplement parce que cette rectification, si elle se faisait, serait elle-même comme un petit bout de janvier 1790 transféré à notre époque. C’est au plus tard en 1790 mais surtout dans le siècle qui précède que la question des pays est posée par ce travail.

5Les pays dont le paysage et la civilisation révèlent alors l’existence, ont souvent des noms. Certains de ces noms, qui ne correspondent plus aujourd’hui qu’à des terroirs au contours indécis, servaient sous l’Ancien Régime à désigner des ressorts administratifs. Pour empêcher la résurgence d’un passé qu’elle n’était pas encore sûre d’avoir à tout jamais aboli, la Révolution a doté toutes les circonscriptions qu’elle créait de dénominations tirées de la géographie physique. Afin de retrouver le moment où les noms de pays correspondaient à des cadres de vie officiels, j’ai décidé de les étudier avant la création des départements et, chaque fois que j’ai pu m’y tenir, j’ai pris comme règle, celle-ci arbitraire, de me situer dans la génération qui a précédé la Révolution.

6L’utilisation de noms de pays pour désigner les circonscriptions administratives n’était cependant pas, sous l’Ancien Régime, une règle systématique. Bien des ressorts ne portaient que le nom de leur chef-lieu. Certains noms de pays ne correspondaient comme maintenant qu’à une aire approximative sans fonctions ni limites officielles. Le même nom pouvait désigner des ressorts distincts et de tailles différentes dans lesquels les instances religieuses, judiciaires ou fiscales exerçaient séparément leurs activités. L’histoire de ces circonscriptions nous apprend que plusieurs d’entre elles avaient changé, et parfois à plusieurs reprises, de taille et de limites.

7Quant à Taire d’extension des traits culturels dont la convergence donne l’impression si prégnante qu’on a vraiment affaire à une entité qui serait un pays, elle varie en fonction des critères observés, si bien qu’à certains moments on a l’impression que ces pays ne sont qu’une illusion d’optique qui se dissipe quand on veut l’observer. Puis on se reprend : la concomitance de critères qui s’était imposée dès le premier contact et qui résiste quand on l’analyse, la permanence du nom qui souvent remonte à celui d’un pagus, son utilisation pour désigner un cadre officiel de vie commune ont su me convaincre que les pays avaient une réalité et m’ont incitée à chercher à comprendre ce qu’elle était.

8Je me suis donc demandé ce qu’étaient les pays dans la France d’Ancien Régime : ce qui faisait que chacun formait une entité cohérente quand on le regardait de l’intérieur, et originale quand on le comparait aux pays voisins ; ce qui était le plus important dans leur façon d’exister, le fait que les habitants y aient vécu de la même façon ou le fait qu’ils y aient vécu ensemble dans un même ressort ; si c’est l’unité de civilisation qui avait imposé le pays comme cadre administratif ou si c’est au contraire le fait d’être soumis aux mêmes autorités qui lui avait donné une physionomie propre et des caractéristiques communes.

9Comme je souhaitais travailler sur un nombre limité de pays afin de bien les connaître et comme je pensais que le problème traité était plus important que l’étendue du terrain d’étude, j’ai cantonné volontairement mon aire d’observation. Parce que j’aimais cette région, parce que j’étais déjà familiarisée avec sa civilisation et ses archives, parce que c’était là que j’avais pris conscience du problème, j’ai choisi de prendre comme exemple les pays qui se trouvent entre la Garonne et la frontière espagnole, Toulousain non compris.

  • 1 Zink Anne, L’héritier de la maison. Géographie coutumière du Sud-Ouest de la France, EHESS, 1993.
  • 2 Zink Anne, Clochers et troupeaux. Les communautés rurales dans la France du Sud- Ouest, Presses Un (...)

10Pour définir les aires culturelles qui articulent la région et pour pouvoir les mettre en rapport avec les ressorts officiels, j’avais, à l’occasion d’autres travaux dont je vais rappeler les résultats, étudié dans le même cadre géographique les façons de vivre ensemble dans la famille1 et dans le village2

11Les coutumes matrimoniales et successorales qui déterminent le type de familles, sont des lois locales rédigées pour gérer la vie des habitants d’une juridiction, parfois aussi grande que les cinq sénéchaussées du Béarn, parfois aussi petite qu’une seigneurie de paroisse. Il n’est pas exclu pourtant que plusieurs juridictions voisines se réclament de la même coutume et les coutumes d’une même zone ont souvent de nombreux points communs. À l’époque moderne, la carte des coutumes successorales de la région est à première vue constituée de zones parallèles qui vont de l’aînesse absolue au sud au partage entre tous les enfants au nord en passant par l’aînesse masculine et le partage entre frères. Mais la région était aussi divisée par des lignes méridiennes. On n’insiste pas assez sur la ligne qui sépare l’aire des coutumes d’aînesse de celle du droit écrit, sous prétexte que la liberté de tester permet de faire un aîné. La situation est pourtant tout à fait différente. Si le père, en pays de droit écrit, peut choisir de laisser la plus grande partie de ses biens à un de ses enfants, c’est qu’aucun d’eux n’est né revêtu de ce droit. Dans les pays coutumiers du Sud-Ouest, au contraire, le père n’a aucune liberté, c’est la loi locale qui désigne l’aîné comme seul héritier des biens. Il n’est pas question de laisser se former dans la maison un autre couple que celui de l’aîné. En revanche cet aîné n’aura à son tour aucun droit sur les biens dont il ne sera que l’usufruitier et qu’il devra laisser intacts à son propre aîné. La maison qui, elle, ne meurt jamais, est le seul véritable propriétaire des biens.

12Il semble que, dans ces conditions, la maison devrait l’emporter sur les êtres humains et leur imposer le respect de son unité, qu’il ne devrait y avoir qu’un foyer, qu’une cuisine, qu’une exploitation agricole. Dans les trois pays basques pourtant, la coseigneurie introduit une étrange possibilité de division. On appelle « coseigneurie » les droits égaux exercés parallèlement sur la maison par les héritiers mariés quelle que soit la génération à laquelle ils appartiennent. L’enfant héritier marié et son conjoint deviennent dès leur mariage coseigneurs de la maison avec le couple des parents. Le jeune couple a non seulement un statut égal à celui des parents, mais il a même le droit de demander le partage des biens et la décohabitation. Si cette séparation est possible, c’est précisément que la maison en tant que personne morale est si forte que rien ne peut mettre en cause ses droits. Le partage ne porte que sur l’usufruit des biens. La coseigneurie subsiste. Chacun surveille la gestion de l’autre. La coseigneurie et la possibilité du partage, loin de révéler la faiblesse de la maison, en prouvent la force. Or la coseigneurie, présente dans les trois pays basques, n’existe pas en Béarn où la maison est confiée au seul père de famille. Les deux aires sont donc séparées par une seconde ligne méridienne qui se poursuit sous une autre forme au nord, entre les juridictions d’aînesse des sénéchaussées de Saint-Sever et de Dax.

13On est donc en présence d’un quadrillage qui donne l’impression que les pays basques représentent le coeur de la zone d’aînesse, celle où la maison est plus que nulle part ailleurs le vrai sujet de droit. Le facteur ethnique ne suffit pourtant pas à tout expliquer. Quand, par exemple, les vallées béarnaises sont passées de l’aînesse absolue à l’aînesse masculine, lors de la rédaction de la coutume de 1575 qui devait être la même pour toute la principauté, elles ont renoncé à leur tradition parce qu’elles appartenaient à un certain ensemble politique.

14Le poids du ressort politique ou administratif est plus évident encore quand on cherche à comprendre le fonctionnement de la communauté rurale ou plus exactement des différentes instances qui régissent la vie collective : la paroisse dans le cadre de laquelle un curé veille au salut des paroissiens, la communauté qui gère les communaux, le taillable qui organise la perception de l’impôt royal et la juridiction qui assure la police et la justice. Leur étude a permis de distinguer trois zones. Dans le sud où la géographie physique peut expliquer la faible emprise de la féodalité et la puissance des communautés de vallée, et dans l’ouest où le prélèvement féodal se limite à un droit de queste très faible payé par la communauté, c’est dans les deux cas la communauté qui, sans se substituer à la justice, assure une partie de la police. Dans tout le reste de notre région ou presque, la vie des localités rurales est encadrée par une forte juridiction et une non moins forte communauté-taillable. Partout, dans l’extrême sud et dans l’ouest comme ailleurs, à l’exception du Bordelais, des jurats ou des consuls articulent la communauté et le taillable avec la seigneurie, font de la paroisse une simple instance spirituelle, de la fabrique une commission spécialisée de la communauté et du plus petit des villages une municipalité. Vers l’est notre étude s’est arrêtée à la limite toulousaine que nous lui avions arbitrairement donnée, sans que nous ayons rencontré aucune différence notable en matière d’organisation de la vie villageoise. La taille réelle et la présence de magistrats dans chaque communauté rurale se poursuivent jusqu’en Provence et caractérisent la France du sud. En Bordelais au contraire, seul pays de taille personnelle de la région, il n’y a de jurats que dans les villes. L’organisation des villages est celle que décrivent les manuels, la plus répandue sans doute dans la partie nord du royaume : le taillable s’est modelé sur la paroisse qui, au-delà de sa fonction religieuse, constitue le cadre mal structuré de toutes les activités collectives locales.

15Le fonctionnement des communautés du sud de la sénéchaussée de Dax est particulièrement facile à connaître parce qu’elles se donnent des statuts qu’elles font enregistrer par le parlement. Elles sont propriétaires de riches communaux dont elles souhaitent réserver l’usage aux anciennes maisons, mais, contrairement aux communautés de vallées pyrénéennes, elles ne disposent pas de la police. En revanche, puisque la coutume de Dax les autorise à se doter de statuts, le parlement de Bordeaux est prêt à les enregistrer, c’est-à-dire à en faire des lois locales. On voit donc là aussi, comme à propos de la taille, l’influence que la législation et le ressort, c’est-à-dire les pays officiels, peuvent avoir sur la façon de vivre.

16Les décisions législatives et administratives ne sont pas prises arbitrairement. Elles ont tenu compte des usages, des coutumes antérieures et de l’esprit des institutions locales qui unissent dans un même système le type de famille, de communié, de fiscalité et de pays. Mais, en même temps, elles ont souvent par petites touches simplifié, aligné, rattaché parfois un groupe de paroisses aux usages qui dominaient dans le ressort auquel elles appartenaient et qui n’étaient pas exactement les leurs. En matière de définition du taillable en particulier, les règles appliquées par l’administration ne répondent pas toujours nécessairement à une logique locale. Alors qu’elles ne viennent peut-être que des habitudes bureaucratiques d’une cour, elles ont pourtant informé la vie des populations.

17Les usages codifiés par la coutume pour le droit privé et par les ordonnances royales pour le droit public sont valables dans le cadre des pays officiels. Dès le début de notre étude des familles et jusqu’à la fin de notre étude des communautés, les sénéchaussées et leurs coutumes, les parlements et leur jurisprudence, les élections et leur législation ont servi de cadres à la collecte de l’information. Même si la coïncidence ne s’est pas toujours révélée parfaite entre le pays officiel et les façons de faire et de vivre, leurs limites concentrent la plus grande partie des isonomes.

18Notre étude des pays doit donc commencer par celle de ces pays officiels qui correspondent aux ressorts de différentes instances judiciaires, administratives ou religieuses. Nous allons exposer leurs fonctions et leurs origines, reconstituer la carte qu’ils forment et la façon dont ils coïncident, se chevauchent et s’emboîtent, chercher enfin quels sont ceux qui s’imposent aux populations comme cadre de vie commune et d’usages semblables. Nos travaux précédents ont mis en évidence l’existence d’aires de civilisation. Nous chercherons donc en deuxième partie à voir si d’autres critères de même nature confirment l’existence de ces aires. Nous essayerons en troisième partie de connaître le point de vue des hommes qui habitaient notre région, de comprendre ce qu’était pour eux un pays, comment ils ont vécu leur appartenance à un de ces pays et l’existence des autres, s’ils étaient assez convaincus de l’importance de ces cadres et de leurs privilèges, pour avoir souhaité les conserver ou les modifier.

Notes

1 Zink Anne, L’héritier de la maison. Géographie coutumière du Sud-Ouest de la France, EHESS, 1993.

2 Zink Anne, Clochers et troupeaux. Les communautés rurales dans la France du Sud- Ouest, Presses Universitaires de Bordeaux, 1997.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540