Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays ou circonscriptions

 | 
Anne Zink

Préface

Emmanuel Le Roy Ladurie

Texte intégral

1L’ouvrage qu’on va lire est la transcription partielle d’une très importante thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris I en 1986, sous le titre Pays et paysans gascons. La Gascogne correspond aux pays qui furent voici bien longtemps de langue basque mais dont la plus grande partie fut romanisée, latinisée, occitanisée et finalement francisée. C’est la région sise entre Pyrénées, océan Atlantique et Garonne, celle-là même que César appelait l’Aquitaine. Il faut néanmoins en excepter à l’est, le Toulousain qui appartient au Languedoc (il s’agit plus précisément du Haut-Languedoc lequel s’oppose au Bas-Languedoc méditerranéen centré sur Montpellier). La langue basque a survécu, au nord des Pyrénées, dans la partie occidentale du département des Pyrénées-Atlantiques. L’identité béarnaise est restée vigoureuse, elle aussi ; le langage du Béarn présente de notables différences d’avec les dialectes languedociens situés plus à l’est, même si les uns et les autres font partie de la grande famille occitano-latine qui s’étend sur une trentaine de nos départements méridionaux.

2Longtemps professeur à l’Université de Clermont-Ferrand, Anne Zink s’est passionnée pour la notion de « pays ». Il n’est pas besoin d’être mauracien (certes !) pour opposer, à l’échelon régional, le pays réel au pays légal. Et de bons esprits comme Jean Maze se sont attachés depuis longtemps à la résurrection de ces pagi gaulois, auxquels Pierre Goubert a également consacré quelques lignes bien senties, frappées au coin du bon sens goubertien, volontiers paradoxal comme chacun sait.

3Dans la Gascogne d’Ancien Régime d’Anne Zink, les ressorts judiciaires, financiers et administratifs coïncident, à peu près, entre eux. La sénéchausée, circonscription judiciaire, avait constitué le cadre de base. Comme il y avait trois cents sénéchaussées, on peut considérer que leur superficie respective est du même ordre de grandeur que celle d’un arrondissement actuel. Ce cadre « arrondissemental » fut d’une grande utilité ou plutôt « ustensilité »pour Michel Demonet dans la belle étude cartographique qu’il a consacrée à la France rurale sur la base d’une thèse tirée de la Statistique générale de notre Nation, au milieu du xixe siècle.

4Anne Zink a également affaire aux élections. Ces ressorts fiscaux n’ont évidemment rien à voir avec nos élections plus ou moins démocratiques : les élus étaient en réalité des officiers propriétaires de leurs charges. Les assemblées d’États si florissantes dans le Languedoc voisin, furent maintes fois, en Gascogne, court-circuitées par la création d’un tel système «d’élection », aux bons soins de Richelieu et de ses successeurs. Certains pays réussirent cependant à garder jusqu’à la Révolution leur assemblée locale, responsable de la répartition et de la levée de l’impôt royal. On citera le Bilçar du Labourd basque où les nobles ne siégeaient pas, et le Silviet de la Soûle dont le nom, quoique basque, semble indiquer une affinité sylvestre qui serait, elle, d’origine latine. Les États de Béarn étaient les plus puissants de la région. Ils se réunissaient chaque hiver pendant une dizaine de jours à Pau, mettant ainsi à profit la morte saison agricole et les divertissements de Carnaval. Les villages pyrénéens étaient représentés par l’intermédiaire de leurs vallées. En plaine, par contre, une quarantaine seulement de villes ou de bourgades avaient accès à ce genre d’assemblées. Le plat-pays était censé être représenté par les seigneurs car dans ce pays de taille réelle, c’était la possession d’un bien noble et non la noblesse qui donnait accès à la chambre haute dans laquelle siégeait également un petit nombre de membres du haut clergé.

5Les subdélégués maintenant : rappelons d’abord qu’ils ne sont pas exactement l’équivalent de nos sous-préfets. L’intendant peut avoir en effet un subdélégué général qui joue le rôle de secrétaire général de préfecture ; d’autre part, si les subdélégués sont souvent titulaires d’un office de justice ou de finance, ils ne sont comme subdélégués que collaborateurs de l’intendant, chargés pour l’essentiel de le renseigner. Notons au passage, grâce en particulier à la thèse d’Anette Smedley-Weill, la remarquable efficacité des intendances : avec des effectifs bureaucratiques infiniment plus restreints que ceux de nos préfectures, elles parvenaient à faire un travail qui n’était pas indigne de celles-ci.

6Le vaste territoire étudié par Anne Zink « s’étale » sur trois parlements : Toulouse, Bordeaux et Pau, encore que les ressorts des deux premiers le débordent largement. «Toulouse » fut créé le premier. Lors de la création de «Bordeaux », la limite n’a pas été évidente à fixer : l’Agenais a longtemps hésité entre les deux. C’est à force de vivre avec Bordeaux que les coutumes bordelaises s’y sont pérennisées, mais la sénéchaussée agenaise aurait aussi bien pu tomber du côté de «Toulouse ».

7Ce même parlement de Toulouse fut assez marqué par un cléricalisme de type ligueur ou espagnol ; ce qui n’a pas empêché de grands esprits d’y figurer, à commencer par l’illustre mathématicien Fermât. Néanmoins Voltaire aura l’occasion, lors de l’affaire Calas, d’insister sur la trop grande fidélité de ce haut tribunal toulousain vis-à-vis des dogmes et pratiques, parfois contestables, de l’Église romaine. Bordeaux s’est davantage illustré, en fait de « libéralisme avant la lettre » grâce à de grands auteurs comme Montaigne et Montesquieu. Par ailleurs, lors des procès entre communautés rurales et seigneuries, le parlement bordelais n’était pas systématiquement favorable au seigneur, comme l’était par contre le parlement de Pau. Faut-il rappeler, enfin, pour en revenir au parlement de Toulouse, qu’il était peuplé de grands propriétaires enracinés dans une région que la symbiose du blé, du maïs et du canal du Midi avait ouverte au commerce interrégional, national et transatlantique.

8Le ressort du parlement de Pau est l’un des plus petits du royaume mais la Chambre des comptes paloise reçoit Hommages et Dénombrements en provenance des seigneuries de tous les pays qui firent partie du domaine des Albret-Foix. Elle a donc un ressort beaucoup plus étendu que celui du parlement auquel elle se rattache. Elle mord à belles dents sur les ressorts des bureaux des finances de la région. Anne Zink n’a pas cherché à travailler sur la cour des Aides de Bordeaux qui était déjà couverte par la thèse de Denise Bège, soutenue en 1974, Une cour souveraine à la recherche de sa raison d’être : la cour des Aides de Guyenne et ses magistrats.

9Au début du xviiie siècle, l’intendance d’Auch avait été créée aux dépens de celles de Bordeaux et de Montauban. Après la mort d’Etigny, sur lequel on a la belle thèse de Maurice Bordes, la carte des intendances de cette région entre dans une ère « turbulente » : tantôt on regroupe Bordeaux et Bayonne en une intendance qui s’étend du nord au sud et qui regarde vers l’Atlantique ; tantôt on dessine une intendance qui va d’est en ouest, de Tarbes à Bayonne et dont la vocation est pyrénéenne. Dans tous les cas de figures, Bordeaux reste la capitale d’une grande intendance. On se souvient du rôle que celle-ci a joué en faveur des Juifs de la ville.

10L’éclairage choisi par Anne Zink est différent de toute manière de celui auquel avait eu recours Maurice Bordes. Cet illustre historien de l’agronomie française a cherché à mieux comprendre et à faire comprendre comment un intendant du xviiie siècle ouvre de nouveaux domaines à l’action royale au profit des populations ; alors qu’Anne Zink, passionnée par les problèmes de géographie administrative, s’intéresse davantage aux frontières changeantes de « son » intendance. Je rappellerai, pour ma part, que la ville d’Auch possède l’un des rares décors religieux et catholiques épargnés par les Huguenots du xvie siècle, avec l’extraordinaire cathédrale, ses stalles, ses vitraux...

11Il faut bien, en fin de parcours, relativement aux grandes unités régionales, aborder ce monstre qu’on n’a pas fini d’exorciser, le département ou plutôt les départements. Ils furent dessinés avec le plus grand soin, sous la surveillance de l’opinion publique et des pouvoirs locaux : les villes et syndics des pays d’États ont prêté à ce processus la plus grande attention ; les unes et les autres ont tenté de faire prévaloir leurs solutions. Au sud de la région, dans la zone occupée par les pays d’États et par les Lannes, qui ont gardé elles aussi une forte personnalité, les questions se sont posées en terme de pays : on se demandait comment on allait regrouper ceux-ci puisque aucun d’eux n’était assez grand pour constituer un département ; et pourtant on n’envisageait pas de trancher dans le vif : les limites entre départements suivent donc des frontières d’Ancien Régime. Au nord, en revanche, on raisonne en terme de ville : chacune d’elles voudrait être chef-lieu, et on traite le plat-pays comme du tissu intersticiel indifférencié ! Le cas (sudiste) du respect des limites ethnologiques des pays n’est pas unique en France puisque hors de Gascogne, un département comme l’Aveyron correspond assez exactement au Rouergue, à l’ancien pays des Ruthènes du temps de César, et le préfet y est, paraît-il, le successeur du vergobret des Gaulois...

12C’est ainsi que notre historienne se retrouve au pied du mur. Ne nous faisons donc pas trop d’illusions, certes, sur l’éternité des pays. Le véritable amphitryon, disait Molière, c’est l’amphitryon où l’on dîne ; le véritable pays, c’est le cadre (qui a changé au cours de l’histoire) dans lequel s’exerce l’autorité publique, c’est la zone en laquelle s’applique l’action du prince. Les limites en question se stabilisent à partir de la grande époque fiscale, disons aux xive et xve siècles. Il en ira de même, à l’époque contemporaine, des départements, création plutôt intelligemment effectuée en Gascogne, ailleurs plus arbitraire, mais qui suscite assez rapidement un patriotisme départemental comme ce sera le cas, hors de Gascogne, en Lozère, une unité qui va se défendre fermement contre l’agressivité anti-départementale, lors de la seconde moitié du xxe siècle.

13Nous en arrivons maintenant à la civilisation rurale, de manière à donner un contenu à ces espaces bien délimités, mais encore abstraits.

14Nous sommes là dans des pays où le maïs va jouer un rôle important avec une apparition dans la région de Castelnaudary en Lauragais (on le signalait dès 1630) alors qu’en Bigorre, il n’émerge, grâce à l’évêque, qu’en 1693, année de famine. C’est du reste à peu près l’époque où les pommes de terre, pour des raisons analogues, font une émergence remarquée dans les Cévennes.

15À l’origine des célèbres jambons de Bayonne, on trouve les cochons nourris avec le maïs et avec les glands des bois de chênes, des rives de l’Adour et des Gaves ; à quoi s’ajoute le sel de Salies-de-Béarn, exempt de gabelle et plus goûteux que celui venu par mer de Brouage.

16Inutile d’insister sur le Jurançon dont la fortune royale va durer jusqu’à Louis XVIII. Quant à la fabrication de l’alcool, elle s’accommode de toute une dialectique. On brûle le vin en Armagnac parce que, dans ces régions éloignées de la mer, son transport reviendrait trop cher, et pourtant l’eau-de-vie s’exporte, elle aussi, sur le mode maritime, et de la meilleure façon : elle quitte le Midi soit par le port de Sète dont Louis Lherminier a montré toute l’importance, soit (pour la région qu’étudie Anne Zink) par Bayonne ou par Bordeaux en direction de l’Angleterre, de la Hollande ou de Hambourg ; toutes ces régions apprécient ce qu’on appelle déjà dans le Midi de la France, le tue-vers qui tient lieu de petit déjeuner.

17D’une certaine façon, l’élevage pour sa part dessine l’illustre domaine des FoixAlbret, qui deviennent Bourbons : il convient en effet d’adjoindre à une montagne d’estive (pyrénéenne), une plaine d’hivernage (aquitaine). Il s’agit évidemment de pays cultivés par l’araire tracté par des bovins. Pour s’assurer de la bonne santé du boeuf que le boucher allait abattre, les jurats le faisaient courir devant eux et les jeunes gens transformaient cette course en un sport aux règles quasi canoniques. C’est l’origine des courses de vachettes du Midi languedocien, très différentes de la corrida sanglante qui fait florès en Espagne.

18Paradoxe auquel on ne penserait pas si les documents ne le prouvaient : certains petits bidets sont utilisés comme des espèces de bicyclettes par les ruraux ; ils valent moins cher qu’une vache. Les éleveurs préfèrent élever des mulets qu’ils vendent en Espagne plutôt que de faire saillir leurs juments dans les haras et de vendre ensuite le «produit » à l’intention des régiments de dragons et autres.

19L’agriculture d’Ancien Régime supporte un prélèvement féodal et/ou seigneurial, et cela même s’il serait plus convenable, à la façon de Marc Bloch, de distinguer le féodal du seigneurial ainsi que l’a fait Émile Appolis, dans sa thèse sur le Lodévois. Comme souvent dans le Midi, le prélèvement féodal-seigneurial est généralement faible. Il est cependant plus lourd en Bordelais où le champart, localement appelé agrière est l’héritier lointain de ce que la correspondance de Pline le Jeune appelait les partes agrariae, anciens contrats de métayage à la destinée coriace. Enfin dans le piémont béarnais, les seigneurs possèdent souvent un moulin banal, ce qui procure quelques ressources supplémentaires à la seigneurie.

20La légèreté fréquente du prélèvement féodal a une contrepartie : la lourdeur des dîmes ; elles peuvent atteindre une gerbe sur huit, taux très élevé. Les grèves de dîme furent importantes en Languedoc à l’époque de la Réforme, mais elles s’y sont beaucoup calmées après 1600, lors du siècle des saints et de la Contre-Réforme ; elles reprendront plus tard une grande importance dans le Toulousain, comme l’a bien montré Georges Frèche. Les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, plus traditionalistes sinon plus catholiques, ne se sont pas lancées, au xviiie siècle, dans la gréviculture décimale, alors que le Gers, se conformant au tempérament toulousain, devient le lieu de très nombreuses attaques contre la dîme, assauts qui prennent la forme de procès à l’image de ce que Pierre de Saint-Jacob a découvert en Bourgogne quant à l’action antiseigneuriale. C’est là l’un des innombrables symptômes qui annoncent, si tant est qu’elle doive être annoncée, la Révolution française ; ils préfigurent certaines contestations beaucoup plus poussées qui se manifesteront pendant cette Révolution. On a souvent montré l’importance du juridisme quant à la résistance paysanne au xviiie siècle (voyez les travaux de Hilton Root sur la Bourgogne).

21L’historienne n’a fait qu’effleurer les questions de pratique religieuse, et surtout elle n’a pas cherché à en voir l’évolution qui, à l’en croire, n’était pas de son ressort.

22L’impression que le lecteur retire de son travail, c’est que le recul par rapport au catholicisme pendant le xviiie siècle est moins marqué qu’en Provence... peut-être parce que le catholicisme baroque avait poussé des racines moins profondes en Gascogne que dans notre grande province du Sud-Est ! À racines moins profondes, arrachage moins spectaculaire ! Les femmes jouent un plus grand rôle dans le Pays basque et dans l’ouest de la région en général, comme s’il y avait un «féminisme » basque.

23Un historien français, dès lors qu’il se sent concerné par le monde rural, doit s’intéresser aux réactions épidermiques des paysans et autres groupes sociaux face à l’impôt, face à l’État royal, face à la seigneurie et à toutes autres formes d’autorités supérieures ou suprêmes. La révolte d’Audijos contre la gabelle est la dernière en Gascogne et c’est l’un des ultimes soulèvements d’importance dans le royaume. Au xviiie siècle, l’heure sera davantage, répétons-le, aux combats juridiques et politiques. Contre les seigneurs qui seraient tentés d’aligner leur prélèvement sur celui d’un voisin plus favorisé, on s’adresse à la justice ; contre la Ferme qui avance ses bureaux toujours plus loin vers le sud, on demande le soutien de l’intendant ; contre les nouveaux impôts royaux, on cherche des appuis dans le Conseil du roi, et l’on fournit des dossiers censés prouver l’ancienneté de tel privilège ; dès qu’on le peut, on envoie un député en Cour. Le «pays », dès lors qu’il a réussi à ne point devenir une élection, garde dans ce cas un avantage : il a conservé un organisme collectif qui parle en son nom, et un budget qui lui permet de financer les démarches lointaines.

24Tels sont quelques-uns des aspects, fondamentaux ou secondaires, selon le cas, de cette grande thèse déclinée en un savant ouvrage. Une déclinaison qui n’a rien à voir avec un déclin ! Thèse tissée d’inventivité réelle et conceptuelle, mais basée aussi, quant à la « Chercheuse » elle-même, sur un fond de modestie existentielle et personnelle, qui ne donne que plus de relief à l’originalité des trouvailles et à la qualité des conclusions.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540