Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire jeunesses, rendre justice

 | 
Antoine Destemberg
, 
Yann Potin
, 
Emilie Rosenblieh

Introduction. Faire jeunesses pour rendre justice

Antoine Destemberg, Yann Potin et Émilie Rosenblieh

Texte intégral

  • 1 Julie Claustre, Olivier Mattéoni, Nicolas Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Pouvoi (...)
  • 2 Claude Gauvard a dirigé l’école doctorale d’histoire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de  (...)

1Rendre grâce et faire justice : par ces formules, il serait facile de ramasser la signification et dire l’enjeu du présent volume. Il clôt un hommage, rendu en trois temps qui sont désormais autant de livres. À la reconnaissance académique et collégiale, somme vivante et compacte « pour un Moyen Âge d’aujourd’hui », conduite par Julie Claustre, Olivier Mattéoni et Nicolas Offenstadt, les premiers élèves devenus docteurs et enseignants-chercheurs conjurèrent les « violences souveraines » de la retraite par un essai collectif orchestré par Christine Barralis, François Foronda et Bénédicte Sère1. Il avait été d’emblée prévu que la remise de ces deux volumes intervienne à la faveur d’une ultime séance d’une école doctorale tant choyée par l’historienne célébrée2.

  • 3 Claude Gauvard, Altan Gokalp, « Les conduites du bruit et leur signification à la fin du Moyen Âge (...)

2Sous les auspices de Christine de Pizan, il s’agissait de « faire jeunesses », en donnant la parole aux doctorants, les étudiants turbulents qui allaient encore « aux écoles ». Tout était ainsi conçu à la fois comme une conspiration et un rituel. Aucun espoir de rémission : il s’agissait d’inviter les plus confirmés des contributeurs du diptyque alors publié à écouter la présentation de recherches en cours. Cinq ans après les journées tenues aux Archives nationales et à la Sorbonne, à peine plus de quarante ans après l’article séminal écrit avec Altan Gokalp sur le charivari, ce rituel d’inversion scientifique fête la directrice de recherche généreuse qu’elle n’a jamais cessé d’être en une nouvelle réalisation éditoriale3.

3À la cohérence thématique de la première génération d’élèves, succède une polyphonie joyeuse, au risque de la dissonance. Elle donne à entendre la grande liberté que Claude Gauvard a laissée à ses élèves les plus jeunes, la confiante curiosité intellectuelle qu’elle leur a témoignée. Les textes qui suivent s’inscrivent dans des recherches récentes qui ont, depuis lors, donné lieu à des thèses. De ce foisonnement de sujets, se dégagent cinq voies d’exploration qui structurent le présent ouvrage : les sources de la grâce ; le cheminement procédural et documentaire de la justice ; les écrits du pouvoir en tant qu’ils sont une modalité du gouvernement ; les femmes au Moyen Âge, du mariage clandestin à l’exercice du pouvoir ; enfin, les modèles d’écriture et d’interprétation.

4Consacrée à la grâce en ses sources, la première partie témoigne de l’intérêt renouvelé que les plus jeunes de ses étudiants portent à l’exercice du pouvoir souverain de pardonner, qui se trouve au fondement des recherches de Claude Gauvard. Loin de la cour du roi de France, les contributions examinent d’autres espaces politiques : la Curie pontificale au xve siècle, le concile de Bâle (1431-1449) et le duché de Brabant des xvie et xviie siècles. Toutes ces études portent une grande attention aux réalités lexicales et documentaires de la grâce.

5Bernard Dauven s’interroge sur la distinction typologique entre rémission, abolition et pardon, à travers le choix des substantifs et des verbes que les lettres énumèrent. Anéantissant littéralement le procès jugé ou les crimes imputés, les abolitions se caractérisent par la grande précision juridique de leur rédaction. Elles sont l’occasion pour le duc de Brabant de retrouver l’obéissance de ses sujets, des villes en particulier. Élisabeth Lusset centre, pour sa part, l’analyse sur le vocabulaire ecclésiastique de l’honneur lésé, à travers le concept canonique d’infamie. Dans les registres de suppliques de la Pénitencerie apostolique, les clercs réguliers violents ou réputés tels sollicitent la grâce pontificale qui doit aussi restaurer leur « renommée » (fama). Le vacarme de la construction sociale et juridique de la renommée résonne ainsi dans le silence du cloître et son écho se propage jusqu’au cœur de la souveraineté pontificale. Enfin, Émilie Rosenblieh envisage les pratiques d’archivage dont la grâce a fait l’objet au concile de Bâle. Comme la papauté dont ils s’inspiraient, les pères conciliaires ont fait enregistrer les requêtes approuvées. Leurs registres insistent fortement sur la légitimité de la grâce conciliaire, qui, à la différence de celle du pape et du roi de France, était administrée en assemblée.

6La deuxième partie traite de la justice, en tant qu’elle résulte d’un double processus de construction procédurale et documentaire. Les pratiques judiciaires, tant les rituels institués par les juges que la rhétorique développée pour les parties ou les écritures composées par les greffiers, ont fait l’objet de nombreuses séances du séminaire que Claude Gauvard et Robert Jacob ont animé ensemble à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (1996-2009). La contribution des travaux ici réunis à l’étude du « cheminement » de la justice se situe à différentes échelles : le ressort du Parlement de Paris ; le pouvoir judiciaire des échevins de Douai ; enfin, la justice rendue au nom de seigneurs ecclésiastiques, tels que l’archevêque de Reims et l’abbé de Saint-Germain-des-Prés aux portes de Paris.

7L’étude des usages que juges et justiciables ont fait de la procédure se trouve au cœur de plusieurs communications. Dans les archives civiles du Châtelet et du Parlement de Paris aux xive et xve siècles, Maud Ternon étudie la figure du fou et/ou prodigue au prisme de la notion de discrédit. La politique judiciaire des juges royaux favorise les procédures d’interdiction et de mise sous curatelle, telles que le droit romain les a définies. La mise en œuvre de ces procédures se trouve fortement limitée par l’ampleur des règlements intrafamiliaux, la persistance des pratiques coutumières et l’efficience restreinte des sentences judiciaires, en dépit de leur proclamation par cri public. Julien Briand analyse, pour sa part, les inflexions de la procédure en matière criminelle telle qu’elles transparaissent des archives de la justice seigneuriale rendue au nom de l’archevêque de Reims. Dans le dernier tiers du xive siècle, l’importance croissante prise par l’information préparatoire traduit l’influence du Parlement de Paris et de la législation royale. Mais elle exprime aussi les tensions entre les officiers de la justice seigneuriale, désireux d’affirmer leur pouvoir d’investigation, et les échevins, soucieux de renforcer leurs prérogatives judiciaires.

8Benoît Descamps centre, pour sa part, l’analyse sur une dispute intervenue dans la boucherie de Saint-Germain-des-Prés en 1461. Le prévôt du seigneur ecclésiastique a saisi de la viande et d’autres produits pour non-paiement de la redevance due pour l’étal. À travers la saisie d’un bien périssable, le boucher, dont les registres judiciaires parisiens permettent de reconstituer la carrière conflictuelle, conteste l’autorité du prévôt. Jusqu’à l’insulte, il affirme son identité sociale, définie par le mariage et le métier. Ce sont, enfin, les pratiques d’archivages des justices communales que Marie Nikichine met en lumière, à travers les cinq registres qui sont conservés de l’action des juges échevinaux de Douai en matière criminelle. Les nombreuses annotations marginales montrent à quel point ces registres furent intensément et durablement utilisés, tant pour suivre l’exécution des sentences que pour signaler l’annulation des accords. La tenue des registres devint constitutive de la bonne justice que les échevins prétendaient rendre ; du moins invoquèrent-ils cet argument pour défendre leur autorité.

9La troisième partie explore les écrits du pouvoir en ce qu’ils constituent des actes de gouvernement. Les pratiques instituantes de l’écrit se déploient de manière privilégiée au sein de la Chancellerie du roi de France, dont les registres ont conservé les lettres de rémission. Plusieurs contributions témoignent ainsi des liens étroits que Claude Gauvard entretient avec l’École nationale des chartes. Le lien politique créé par la rédaction d’actes authentiques est ici appréhendé à travers la figure du chancelier de France et l’institution déconcentrée de la petite chancellerie du parlement de Toulouse. D’autres fabriques de l’écrit et du pouvoir sont envisagées : les papiers d’un officier de l’armée royale et les archives de la communauté instituée de Cavaillon.

10Le rôle de la Chancellerie royale dans la construction du lien politique est éclairé par deux contributions. Pierre Jugie pose la question de la compatibilité de la charge de chancelier de France avec la dignité cardinalice. Le parcours des chanceliers devenus cardinaux au xive siècle révèle les réticences des autorités royale et pontificale envers le cumul, dont seul Jean de Dormans fit l’expérience (1368-1373). Hélène Maurin-Larcher analyse, pour sa part, le processus d’institutionnalisation que connut la petite chancellerie auprès du parlement de Toulouse, à partir de 1420. Expédiant des lettres de justice dans le ressort du parlement, cette chancellerie royale déconcentrée contribua à la reconquête, militaire et judiciaire, du royaume par Charles VII. Ces deux études montrent à quel point cet office se trouvait au cœur des liens noués par le roi avec ses sujets ou le pape : le danger d’une double loyauté induit une incompatibilité des fonctions de cardinal et de chancelier ; la création progressive d’un parlement en Languedoc doté d’une chancellerie s’inscrit dans le dialogue politique que le roi entretenait avec les élites représentatives de cette région stratégique.

11L’écrit, miroir d’un pouvoir en construction, est encore au centre des deux contributions suivantes. Loïc Cazaux s’appuie ainsi sur les papiers laissés par Tristan L’Hermite pour montrer à quel point la charge de prévôt des maréchaux a vu ses attributions étendues au-delà des seuls contentieux internes à l’armée sous Charles VII et Louis XI. Interrogatoires, procès-verbaux de condamnation, correspondances constituent un exceptionnel fonds d’archives versé au Trésor des chartes dès la fin du xve siècle. Devenue une juridiction essentielle à la régulation de la violence armée dans le royaume, la Maréchaussée se fit aussi garante de l’ordre politique royal, selon une évolution institutionnelle qui aboutit à la jonction des prévôtés des maréchaux et de l’Hôtel du roi. De son côté, Maëlle Ramage tire profit des tendances récentes en matière d’historiographie de l’écrit médiéval pour observer les conditions matérielles et historiques de la constitution tardive des archives de Cavaillon. Désignée et agissant comme une universitas dès les années 1230, ce n’est qu’à partir des années 1270 que cette communauté se décida à produire sa propre documentation, répondant à une double volonté juridique de défense face aux contestations de ses droits, privilèges et territoire, mais aussi d’affirmation de son identité et de construction de son pouvoir.

12Il nous revenait de rendre justice aux femmes et à leur histoire médiévale : c’est ce à quoi s’applique la quatrième partie de cet ouvrage. Le champ historiographique de l’histoire des femmes et du genre, dont l’importance a crû avec la dernière génération d’élèves de Claude Gauvard, offre ainsi la possibilité d’un décentrement des regards portés sur les thèmes déjà croisés des pratiques judiciaires ou de gouvernement. Il s’agit là de l’héritage d’une pratique (d’)historienne, qui ne consiste pas à faire des femmes une catégorie historique spécifique, à étudier pour soi, mais à replacer ces actrices au cœur des logiques sociales, judiciaires et politiques, dont elles ne sont que rarement ignorantes. C’est une histoire nuancée de la domination masculine à laquelle nous invitent donc les quatre contributions ici rassemblées.

13En s’appuyant sur les archives des officialités normandes au xve siècle, Carole Avignon explore les stratégies judiciaires déployées par des femmes et des hommes demandant la reconnaissance par une juridiction ecclésiastique de mariages contractés clandestinement. Ce sont principalement les femmes qui s’avéraient être les victimes de l’inconstance de leurs fiancé ou mari, qui, s’étant engagés oralement pour obtenir quelques faveurs sexuelles, exploitaient ensuite l’absence de preuve pour nier leur engagement. Ces femmes n’ignorent pas que le droit canonique peut servir la défense de leurs intérêts, de même qu’elles savent en exploiter les angles morts ou les limites pratiques pour tourner parfois la situation à leur avantage.

14À travers les contributions de Christelle Balouzat-Loubet et de Raphaëlle Schott, les femmes se font actrices ambitieuses du pouvoir, manifestant autorité et intelligence politiques. La volonté d’instituer des pratiques de gouvernement modernes, reposant sur le concours d’officiers et de conseillers loyaux et compétents, rapproche, en un long xive siècle, la comtesse Mahaut d’Artois et la reine Marguerite de Suède. Pourtant, leur condition de femme les oblige à déployer un surplus de gestes et discours légitimant, face à des aristocraties difficiles à convaincre. Pour Mahaut, il s’agit de se comporter en véritable prince de sang, affichant une culture princière masculine, tout en revendiquant son lien direct avec Saint Louis et en œuvrant avec zèle à sa mémoire.

15La question du rôle des femmes dans les stratégies mémorielles est, enfin, au cœur de l’étude de Marion Chaigne. Les testaments enregistrés au Parlement de Paris au cours du xve siècle révèlent l’attention que les Parisiennes portaient aux dispositions relatives à l’entretien de leur memoria. Legs, services funèbres – où le luminaire jouait un rôle de premier ordre –, confection et entretien des tombes permettent de mettre en évidence les ressorts de stratégies de distinction au sein desquels les conditions maritales, les aspirations aristocratiques et les préoccupations lignagères s’expriment.

16La dernière section de cet ouvrage rassemble des contributions offrant des perspectives historiographiques sur des thèmes variés, discutant ou proposant des « modèles d’écriture et d’interprétation ». Elle permet de mettre en valeur un invariant de l’enseignement de Claude Gauvard : l’écriture de l’histoire comme exercice de réflexivité. En découle l’exigence d’un questionnement sans cesse renouvelé sur la constitution des corpus documentaires ou la pertinence des grilles d’analyses dont usent les historiens. Les conditions de la production du discours historique sont au cœur de plusieurs études ici proposées.

17Étienne Rouziès souligne ainsi à quel point Salluste fut une source d’inspiration tant stylistique qu’historiographique pour Thomas Basin, et met en évidence les catégories morales et politiques sous-jacentes, héritées du modèle antique, qui conduisent l’historien à penser Charles le Téméraire comme un nouveau Catilina ou Louis XI comme un anti-Marius ou un anti-Sylla. De son côté, Jean-Philippe Juchs restitue la cohérence de l’œuvre du liégeois Jacques de Hemricourt, mettant en évidence le lien idéologique qui unit son œuvre historique et son œuvre morale, et qui fait de cet historien des guerres privées un auteur engagé dans la production d’un discours nobiliaire militant, valorisant les structures lignagères, contre un modèle social plus proprement urbain, promu dans les villes du Nord.

18Présente dans plusieurs contributions, fil conducteur autant que nœud gordien, il revenait logiquement à la notion d’honneur de conclure ce panorama historiographique par une ouverture vers les sciences sociales. En examinant certaines évolutions de son sens médiéval, Antoine Destemberg pointe ainsi le paradoxe d’une catégorie médiévale évacuée trop rapidement par une partie des sciences sociales, pour mieux ressurgir au sein des travaux récents de la sociologie de la reconnaissance. Loin d’être obsolète ou réservée à la compréhension de sociétés « exotiques », la notion d’honneur semble avoir une actualité immédiate et démontre l’urgente nécessité du Moyen Âge.

Notes

1 Julie Claustre, Olivier Mattéoni, Nicolas Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Pouvoir d’État, opinion publique justice. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, PUF, 2010 ; François Foronda, Bénédicte Sère, Chistine Barralis, Violences souveraines au Moyen Âge. Travaux d’une école historique, Paris, PUF (Le noeud gordien), 2010.

2 Claude Gauvard a dirigé l’école doctorale d’histoire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de 1997 à 2005.

3 Claude Gauvard, Altan Gokalp, « Les conduites du bruit et leur signification à la fin du Moyen Âge : le charivari », Annales ESC, 1974, p. 693-704.

Auteurs

Agrégé d’histoire et docteur de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Antoine Destemberg est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université d’Artois, membre du CREHS (EA 4027) et chercheur associé au LAMOP (UMR 8589). Sa thèse de doctorat, soutenue en 2010, a obtenu le 14e Prix Le Monde de la recherche universitaire (2011) et a été publiée sous le titre L’honneur des universitaires au Moyen Âge. Étude d’imaginaire social (PUF, 2015). Ses recherches portent sur la socio-histoire des élites intellectuelles, les mécanismes de l’acculturation savante et la production des catégories sociales à la fin du Moyen Âge. Il a récemment publié avec Thierry Kouamé, « Aux origines de l’homo academicus. Signes de la dictinction sociale chez les universitaires médiévaux », dans J.-Ph. Genet et I. Mineo (dir.), Le pouvoir symbolique en Occident (1300-1640), vol. 6, Marquer la prééminence sociale, Paris/Rome, Publications de la Sorbonne/EFR, 2014, p. 45-55.

Agrégée d’histoire et docteure de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Émilie Rosenblieh est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Franche-Comté, membre du LSH (EA 2273) et membre associée du LAMOP. Soutenue en 2010, sa thèse étudie la juridiction ecclésiastique souveraine telle que le concile de Bâle (1431-1449) l’a exercée en assemblée contre la papauté (en cours de publication chez Brepols). Elle participe à des travaux collectifs sur la juridicisation de l’exclusion religieuse et des liens entre l’Église et l’État. Elle prépare l’édition du procès conciliaire du pape Eugène IV (1431-1417).

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540