Version classiqueVersion mobile

Aux marges du royaume

 | 
Isabelle Paresys

Troisième partie. De la construction de l'obéissance aux frontières du royaume

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1À travers les récits de pardon émerge une certaine image de la justice et des justiciables. Face à une justice rigoureuse qu’il se sent obligé de fuir, le criminel en quête de rémission se décrit comme un être qui souhaite la paix avec le parti de la victime. Dans les quelques récits mentionnant comment le justiciable est tombé entre les mains de la justice, ce dernier se présente comme respectueux de l’institution ou comme victime de la dénonciation de malveillants. Or les récits des officiers de justice dressent des justiciables le portrait de rebelles à l’obéissance aux autorités. Face à ces êtres violents et haineux qui leur résistent, les officiers mettent en valeur leur courage et leur bon droit dans l’exercice de leur fonction. L’image du justicier donnée par les justiciables apparaît comme l’écho inversé de celle donnée par les premiers. Le portrait des sergents, présenté comme des êtres couards, violents et abusant de leur office, est peu édifiant. Le même phénomène caractérise le portrait de l’homme de guerre. Être arrogant, blasphémateur, redoutable et dangereux selon la population, l’homme de guerre suppliant se décrit lui-même comme serviteur zélé du roi et respectueux de ses ordonnances contre les soudards. Dans les lettres de rémission, le jeu des images est double. L’image de soi ne correspond pas à celle qu’en donne l’autre. Or les chancelleries acceptent les deux. La première est celle des serviteurs idéaux du souverain, officiers et hommes de guerre, auxquels de nombreuses rémissions sont accordées. La seconde est celle des mauvais serviteurs que combat la monarchie à travers les ordonnances de réforme de la justice et de répression des aventuriers.

2À la frontière picarde, les sujets de François Ier donnent d’eux-mêmes une image particulière, celle d’hommes en état d’alerte permanent par crainte des ennemis tout proches mais aussi des propres soldats du roi. La zone-frontière apparaît comme une zone d’insécurité. Le contexte frontalier justifie une violence peut-être plus importante qu’ailleurs et en tous cas reconnue par les chancelleries qui accordent à ses habitants davantage de lettres de rémission. La miséricorde royale envers ces populations renforce le lien juridique établi avec le souverain. À la frontière picarde, il est capital que les habitants se sentent français ou du moins liés au roi de France. L’octroi de la rémission entretient l’obéissance au roi dans une zone où, si l’hypothèse d’un faible taux d’appels se vérifiait, il émanerait une certaine résistance des justiciers locaux à la justice souveraine du parlement. Cette résistance serait compensée par le recours direct au souverain que constitue la rémission, peu contestable par les cours de justice locales de bailliage et de sénéchaussée qui gardent, en dernière instance, un droit de regard sur le criminel grâce à la procédure de l’entérinement.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search