Version classiqueVersion mobile

Aux marges du royaume

 | 
Isabelle Paresys

Troisième partie. De la construction de l'obéissance aux frontières du royaume

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Les archives amiénoises permettent d'étudier l'activité et le fonctionnement de la justice échevinale. Cette recherche s'achève cependant par une réflexion plus générale sur le rôle de la justice sous François Ier. Elle repose sur trois mots : justiciables, justice et territoire, et sur leur articulation.

  • 1 C. Plessix-Buisset [1988].

2Le rapport des justiciables avec la justice de leur temps est une piste de recherche peu explorée. L'ouvrage de C Plessix-Buisset intitulé Le Criminel devant ses Juges en Bretagne aux 16e et 17e siècles, détaille en réalité les étapes de Ta procédure criminelle employée dans cette province, contrairement à ce que pourrait laisser entendre le titre1. Or, plutôt que de se porter sur l'institution judiciaire et son fonctionnement, l'attention de l'historien pourrait se tourner vers le justiciable. Il ne s'agirait pas de rendre compte de la place qui lui est laissée dans la procédure judiciaire, ce que font les historiens du droit, mais plutôt de s'intéresser à l'utilisation que fait de la justice le justiciable, au regard qu'il porte sur l'institution et sur ses membres. Le recours à la justice peut, par exemple, être utilisé comme un moyen de pression sur autrui pour obtenir ce que l'on désire. Porter plainte peut permettre de rétablir l'honneur bafoué. Les sources dépouillées dans le cadre de cette recherche ne permettent malheureusement pas d'aller plus loin sur ce thème. En revanche, au travers des différents parcours des criminels ayant requis la rémission, les récits des suppliants laissent apparaître une certaine image de la justice, de ses officiers et du justiciable lui-même.

3Les rapports entre le justiciable et le territoire, et entre la justice et le territoire constituent un second thème de réflexion auquel la Picardie sert de cadre. La province est en effet située à la frontière septentrionale du royaume. Les rivalités entre François Ier, Charles-Quint et Henry VIII, possessionnés dans les Pays-Bas bourguignons et dans le Calaisis, trouvent à la frontière le terrain de leurs affrontements. En terre de frontière, les suppliants picards donnent au souverain une certaine image d'eux-mêmes. L'attribution du pardon par ce dernier aux populations des marges septentrionales du royaume prend sans doute un sens particulier.

Notes

1 C. Plessix-Buisset [1988].

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search