Version classiqueVersion mobile

Aux marges du royaume

 | 
Isabelle Paresys

Deuxième partie. Aux marges du royaume, Amiens : une justice au quotidien (1510-1550)

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 B.M.A., AA 12, 178 v°, 7 juin 1535.
  • 2 B. Chevalier [1984] p. 219.

1Amiens est une ville à échevinage dans la première partie du xvie siècle. Ses représentants forment un collège qui a pour fonction d'être l'interprète et le gérant des intérêts de la communauté toute entière, à l'intérieur d'un territoire défini par l'enceinte avec ses prolongements. Ils sont fiers de se dire « juges royaulx et ordinaires, aians le governement de la police de ladicte ville »1. La police qualifie « l'ensemble des dispositions prises pour garantir le maintien de la paix, le respect des biens et des personnes et l'amélioration des conditions de vie en société2. Au préventif l'échevinage joint le punitif en raison du droit de justice conféré par l'émancipation communale du xiie siècle avec les chartes de 1117 et de 1185.

  • 3 B. Chevalier [1984] p. 220. Cette pratique de l'achat de la juridiction royale subsiste toujours à (...)

2Au xvie siècle, la plupart des « bonnes villes » disposent de juridictions, comme par exemple, au nord du royaume, Abbeville, Péronne, Saint-Quentin ou Paris. Mais l'échevinage parisien ne juge que les délits commis par les marchands sur le fait de la marchandise et par les officiers de police dans l'exercice de leur charge, les querelles entre bateliers, les vols de bateaux ou les vols sur les ports, délits relevant de la basse justice. Dans la plus grande ville du royaume la haute justice est en fait aux mains du prévôt du roi qui possède l'essentiel des pouvoirs de justice et de police. En revanche les attributions judiciaires amiénoises rapprochent la cité picarde des villes des Pays-Bas bourguignons voisins comme Arras, Lille, Saint-Omer, Bruges, Anvers ou Amsterdam. Les échevins d'Amiens disposent de tous les attributs de la justice royale de premier degré, par détention de la prévôté, pratique rencontrée dans d'autres villes au xvie siècle, telles que Reims, Beaune, Poitiers ou Angoulême3.

3Le fonctionnement des justices échevinales du royaume de France, leur manière de maintenir l'ordre, la sécurité et la paix, et leur répression des délits ont peu attiré l'attention des chercheurs, certainement faute de sources, contrairement aux cités des Pays-Bas. Les archives d'Amiens permettent quelque peu d'y remédier. Aussi s'agit il de comprendre le fonctionnement de la justice échevinale picarde. Comment l'échevinage administre-t-il la justice ? De quel arsenal judiciaire dispose-t-il pour l'exercer ? Quelle répression mène-t-il en cette première partie du xvie siècle ? Peut-on parler d'un « éclat des supplices » dans cette ville en position stratégique, à la frontière ? Car la question se pose de savoir si, aux marges du royaume, Amiens, qui a su préserver ses droits durant tout le siècle, détient une justice active.

Notes

1 B.M.A., AA 12, 178 v°, 7 juin 1535.

2 B. Chevalier [1984] p. 219.

3 B. Chevalier [1984] p. 220. Cette pratique de l'achat de la juridiction royale subsiste toujours à la Renaissance. B. Chevalier donne l'exemple de Montpellier (1552) et de Dijon (1566).

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search