Version classiqueVersion mobile

Aux marges du royaume

 | 
Isabelle Paresys

Première partie. Violences homicides : du crime aux solidarités

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Les lettres de rémission nous renseignent aussi bien sur l'identité des acteurs de la violence-homicide et sur les circonstances de celle-ci, que sur le profil des individus et le type de crime pardonné. Les jeunes gens de moins de trente ans occupent une place de choix. Dans l'attente du passage à l'âge mûr, au mariage et à la stabilité professionnelle, leur violence est reconnue par la miséricorde royale. Le domicile du coupable figure parmi les données les mieux connues car il est indispensable pour obtenir la rémission. Il permet aux chancelleries de localiser le suppliant dans le royaume. Aussi les ruraux ont-ils tendance à multiplier les références, à la ville voisine ou au « pays » pour les Picards, pour renforcer la précision de leur localisation. On relève dans l'ensemble un progrès de la référence aux circonscriptions judiciaires par rapport au Moyen Âge.

2L'homicide pardonné répond à un schéma type d'agression où la victime est dénoncée comme étant l'initiatrice. À l'agression physique de celle-ci, le coupable répond de la même manière. À l'agression verbale, répond le démenti. La victime s'écroule, sous les coups d'épée ou de couteau, blessée le plus souvent au tronc, ce qui dénote une intention plus mortelle que dans les blessures à la tête. La violence pardonnée débouche souvent sur la mort parce qu'il est encore impossible sous François Ier de guérir à des blessures qui, aujourd'hui, ne seraient sans doute plus mortelles. Le décès de la victime rend ainsi criminelle une violence qui est somme toute fort ordinaire. Car c'est à ce critère que doit répondre l'homicide pour être pardonné. La rixe doit correspondre à un schéma particulier qui prouve la défense du coupable face à l'agression de la victime.

3Le crime pardonné s'inscrit dans le quotidien, en terrain connu. Il a lieu entre personnes de même origine géographique, entre ruraux, entre citadins, avec une légère tendance pour ces derniers à exporter leur violence vers la campagne. L'espace de l'homicide est l'espace familier, celui même du lieu du domicile. Lorsqu'on s'éloigne, pour se divertir à la taverne, à une noce ou à une fête locale, l'aire de déplacement reste réduite. Les affrontements ont lieu dans les espaces ouverts, chemins, rues et places, lieux de passage et théâtres des festivités diverses. Mais bien souvent, ces lieux servent d'exutoires aux querelles nées dans des lieux clos comme la taverne, espace de sociabilité capital dans la société de la Renaissance. L'homicide s'inscrit aussi dans le cours ordinaire du temps. Il se déroule d'abord un jour ordinaire de la semaine, même si le dimanche, jour de repos, se démarque des autres. Les rythmes biologiques imprègnent les saisons du crime que sont le printemps et l'été. L'automne et l'hiver connaissent une rétraction de la sociabilité et donc des occasions de violence. La datation des suppliants se modernise par rapport au Moyen Âge, avec l'utilisation plus fréquente du temps laïc qu'est le quantième au détriment du temps religieux. Cette percée est cependant plus sensible chez les citadins que chez les ruraux.

4L'analyse des mobiles de l'homicide met en valeur les ferments essentiels de l'individu de la Renaissance que sont l'honneur et la parenté, sources de tensions et de solidarités. Les deux sont intimement liés. L'honneur des humbles est contesté par les gentilshommes. L'honneur des hommes est aussi celui des femmes de leur parenté. Celle-ci se révèle à la fois conflictuelle et solidaire. La maîtrise des biens est source de tensions entre membres de la parenté. Les partages successoraux et l'attente de l'héritage suscitent des frustrations. La solidarité est plus forte entre alliés par le sang. Elle joue bien sûr un rôle défensif mais aussi pacificateur des conflits.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search