Version classiqueVersion mobile

Aux marges du royaume

 | 
Isabelle Paresys

Première partie. Violences homicides : du crime aux solidarités

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 La plupart des criminels demandant la rémission de leur crime sont en fuite et rares sont ceux qui (...)

1Les lettres de rémission sont une mine de renseignements sur les acteurs, le contexte, le déroulement et les mobiles de la violence. Mais lorsque l'historien lit ces récits, il n'a pas à sa disposition d'autres témoignages, ceux dont pouvait disposer un juge du xvie siècle dans le sac du procès du criminel, si tenté qu'une procédure fût ouverte contre lui1. C'est pourquoi la version du crime exposée dans les lettres de rémission peut être soumise à critique. Est-elle fiable dans la mesure où, afin d'obtenir le pardon, le coupable cherche à se disculper, ou du moins à atténuer les mobiles du crime ? La manière dont s'est déroulée la rixe peut être en effet travestie afin de présenter le coupable sous son meilleur jour.

  • 2 Sur la base de données constituée, voir I. Paresys [1995] chapitre 3.

2Ces réticences ne doivent cependant pas empêcher l'utilisation de ces sources pour comprendre le déroulement de l'homicide. Bien que l'édition de notre recherche ait été centrée sur la Picardie, nous avons conservé dans cette partie les chiffres et quelques exemples concernant le terrain d'étude de départ, plus large : bailliage d'Amiens et prévôté de Paris (335 cas retenus dans la base de données constituée). Les thèmes de cette partie, très larges, l'absence d'écarts notables entre les deux circonscriptions judiciaires et le souci de conserver une base statistique suffisante nous ont incitée à faire référence aux chiffres d'origine2. Les circonstances des crimes retranscrites sont en un sens fiables. Elles doivent en effet être crédibles pour être acceptées dans les chancelleries qui gèrent l'octroi de la rémission. De plus, la lettre de rémission est soumise à l'entérinement par les bailliages et sénéchaussées qui procèdent à la vérification qui doit donc être conforme à la réalité des faits sous peine de déboutement. Aussi les ressorts de l'homicide peuvent être saisis à partir de ces documents qui se prêtent bien à l'étude du profil des acteurs, du cadre temporel, spatial et des mobiles du crime. Les renseignements apportés dépassent même ceux qui pourraient simplement satisfaire un sociologue ou un criminologue, comme l'identité des coupables et des victimes, la date et le lieu du crime ou les blessures portées. L'historien attentif aux mentalités peut y approcher les notions de temps et d'espace, d'honneur et de solidarité qui imprègnent les hommes du premier xvie siècle.

Notes

1 La plupart des criminels demandant la rémission de leur crime sont en fuite et rares sont ceux qui sont sous le coup d'une procédure judiciaire. Leur dossier n'est véritablement ouvert par les juges royaux, qu'une fois engagée la procédure d'entérinement de la lettre de grâce. Or, les archives des juridictions royales en Picardie et en Île-de-France ont disparu pour le xvie siècle.

2 Sur la base de données constituée, voir I. Paresys [1995] chapitre 3.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search