Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

Marins, voyageurs et missionnaires

Les Betsimisaraka aux XVIII-XIXe siècles : une population maritime obligée de tourner le dos à la mer

Manassé Esoavelomandroso

Texte intégral

1Dans la première moitié du xviiie siècle, le malata (mulâtre ou métis) Ratsimilaho réussit à regrouper sous son autorité, les différents groupes claniques de la côte est. Le nouveau chef qui cherche à fonder une dynastie se donne le nom de Ramaromanompo (celui qui a de nombreux sujets), et la population qui essaie de renforcer son unité récente, celui de Betsimisaraka (les nombreux qui ne se séparent pas). Une nouvelle entité socio-politique fait alors son apparition sur la scène malgache, en contrôlant la bande côtière qui s’étend, grosso modo, du nord de la baie d’Antongil jusqu’au sud de Mahanoro. Mais cette confédération betsimisaraka, les descendants de Ratsimilaho n’ont pas réussi à la transformer en monarchie unitaire. La cupidité des traitants étrangers et l’égoïsme des chefs claniques attisent les rivalités et provoquent la multiplication des guerres intestines. Les Betsimisaraka restent donc divisés même si parfois, ils s’entendent pour monter des expéditions communes dans le but de piller les Comores, et même la côte orientale d’Afrique.

2Les butins que ces pirates ramènent, les articles que les Européens apportent, les marchandises qui viennent des Hautes Terres et de la côte nord-ouest, et les produits de la côte orientale elle-même, font qu’au début du xixe siècle, le littoral betsimisaraka apparaît comme la première zone commerciale de Madagascar. En 1817, Radama Ier — roi de l’Imerina — dans sa volonté d’unifier l’île, soumet cette région riche et prospère, et avec l’aide des Anglais, il met fin aux expéditions maritimes des Betsimisaraka. L’oligarchie qui, après sa mort, exerce effectivement le pouvoir, s’efforce, grâce à une série de mesures, d’écarter ces derniers des activités rémunératrices, et de les détourner de la mer.

3A la fin du xviie siècle, des pirates, chassés des Antilles et d’Amérique sont venus opérer dans l’océan Indien et ont choisi la région comprise entre Tamatave et Diego-Suarez comme base de leurs opérations. Ils s’y ravitaillent en vivres et y apportent leurs prises. Ils contribuent ainsi à la prospérité des ports de la baie d’Antongil, de l’île Sainte-Marie, de Fénérive, de Foulpointe et secondairement de Tamatave, et à la puissance des clans dont ils épousent les filles.

  • 1 M. Esoavelomandroso (1979), La province maritime orientale du Royaume de Madagascar à la fin du xi (...)

4Les Tsikoa, habitant la zone située au sud de Tamatave et donc, à l’écart du commerce, partent à la conquête des ports du nord qui, selon eux, regorgent de richesses1 Les mobiles de Ratsimilaho qui arrive à se faire reconnaître chef des Antavaratra sont à la fois de recouvrer l’indépendance et de reprendre les ports, sources de richesse et de puissance. Mais si les chefs des clans du nord ont uni leurs forces pour combattre et chasser les Tsikoa, ils se sont très vite opposés les uns aux autres pour ne pas partager les bénéfices qu’ils retirent des ports. Ainsi, l’apparition de la population betsimisaraka et son incapacité à conserver son unité peuvent être considérées comme le résultat de la volonté des hommes de contrôler et de monopoliser les activités commerciales florissantes de la côte est.

  • 2 J. Valette et F. Ranaivo (1965), « Le grand dictionnaire de Madagascar », dans : B.M. (no 226, mar (...)

5Au xviiie siècle, cette population profite d’un environnement favorable au développement d’une vie maritime. L’abondance et la beauté des bois, surtout dans la baie d’Antongil et l’île Sainte-Marie, lui permettent de construire deux sortes de pirogues. Les unes d’un seul tronc plus ou moins gros sont creusées par le moyen du feu et façonnées ensuite par les deux bouts. Il y en a « de fort grandes dans lesquelles on aurait pu tenir de quinze à vingt personnes fort à l’aise, et qui auraient été capables de porter un tonneau... Les autres pirogues sont faites en planches et beaucoup plus grandes que les autres puisqu’elles peuvent porter de quatre à cinq tonneaux »2. Dans cette zone orientale, compartimentée par des rivières qui coulent d’ouest en est, la pirogue est le moyen de transport par excellence. Ainsi, toute une flotille d’embarcations remonte et descend les cours d’eau, ou parcourt le littoral. La mer est la voie la plus rapide, et relativement la plus aisée pour aller du sud vers le nord ou vice versa.

6Le commerce, tout naturellement, se développe dans cette zone située sur la route des Indes et à proximité des Mascareignes. Les bateaux qui relient l’Europe à l’Inde y relachent pour se ravitailler en eau et en vivres. Ceux de l’île-de-France et de l’île Bourbon y viennent prendre surtout du riz et des bœufs que les Betsimisaraka troquent, la plupart du temps, contre des armes et de la pacotille. Ainsi sollicités, ces derniers multiplient et intensifient les activités qui alimentent le commerce maritime.

  • 3 J.M. Filliot (1974), La traite des esclaves vers les Mascareignes au xviiie siècle, Paris, Orstom,(...)
  • 4 G. Grandidier et R. Decary (1958), Madagascar... Histoire des populations autres que les Merina. T (...)
  • 5 J.-C. Hebert (1985), « Documents sur les razzias malgaches aux îles Comores et sur la côte orienta (...)
  • 6 J. Valette (1962), « Sainte-Marie et la côte est de Madagascar en 1818 », dans : B.M. (no 191, avr (...)

7La forêt est plutôt saccagée qu’exploitée méthodiquement, non seulement pour fournir le raphia, la cire, le bois, recherchés par les étrangers, mais aussi pour augmenter la surface cultivée en riz, un des principaux produits d’exportation du pays. En dépit de conditions écologiques peu favorables, l’élevage bovin se développe pour répondre à la demande des Mascareignes. Malgré cela, la production de la côte orientale reste insuffisante. Aussi, les Betsimisaraka, de leur propre initiative, ou bien parce qu’ils sont au service des traitants ou de Benyowsky, installés chez eux, se tournent-ils vers l’intérieur des terres et vers la côte nord-ouest. De l’Antsihanaka leur arrivent du riz et surtout des esclaves dont la plupart proviennent de l’Imerina. La côte nord-ouest leur envoie bœufs et esclaves dont certains sont des Masombika importés d’Afrique. Partenaires des étrangers, ou intermédiaires entre eux d’un côté, et les Sihanaka et Sakalava de l’autre, les Betsimisaraka jouent un rôle important dans la traite du xviiie siècle. A Madagascar, ils sont, à l’époque, les premiers fournisseurs des Mascareignes en esclaves3. Pour se procurer des esclaves qu’ils espèrent nombreux et à bon marché, les traitants français poussent les Betsimisaraka à s’entre-déchirer. C’est ainsi qu’en 1772, le capitaine du navire La Concorde a aidé Iavy — petit-fils de Ratsimilaho et roi de Foulpointe — à razzier les Fariavahy — un groupe ambanivolo (sous les bambous, c’est-à-dire de l’intérieur) — en mettant à sa disposition un canon et en lui promettant de payer 35 piastres un esclave. En 1781, une seconde rafle a été opérée et a produit 1 500 prisonniers, dont 150 seulement ont été livrés pour la traite4. Mais les autorités françaises des Mascareignes font pression sur les chefs malgaches pour faire cesser ces razzias qui ruinent le pays et perturbent le commerce de traite. Très vite, les Betsimisaraka se font pirates5 et, entre 1790 et 1820, viennent à intervalles réguliers et par bandes de plusieurs dizaines d’embarcations, razzier les îles Comores et parfois la côte orientale africaine, capturant surtout des femmes et des enfants qu’ils vendent aux Européens ou qu’ils gardent à Madagascar comme esclaves. Ces pirates, hardis navigateurs, utilisent de frêles pirogues dont les bordages de certaines sont liés par des tresses, et qui peuvent porter 20 hommes ou plus6.

  • 7 M. Petit (1967), « Les Zafirabay de la baie d’Antongil (Formation et histoire d’un clan, conséquen (...)

8Avec les mêmes pirogues, les Betsimisaraka organisent de expéditions moins belliqueuses : la pêche des baleineaux, pêche originale observée par les voyageurs européens du xviiie et du début du xixe siècle sur l’ensemble du littoral oriental malgache, et que Pétit décrit en ces termes : « La grande occupation était la riziculture, mais en octobre, des groupes de baleines blanches s’aventuraient dans la baie d’Antongil ; c’était alors une époque de morte saison agricole qui permettait de s’adonner à une chasse originale. Ceux qui demeuraient au village obéissaient à certains interdits sexuels, les participants à la chasse dépliaient leur natte sur la plage, puis partaient dans leur pirogue gréée d’une unique voile. Lorsqu’une grosse baleine était repérée, ils recherchaient le baleineau qui était rapidement harponé et que le courant de la dérive entraînait à la côte ; la mère suivait tant que les fonds lui permettaient de nager, puis elle repartait au large, abandonnant sa progéniture ou bien, plus rarement, pouvait s’échouer. Le baleineau était hissé sur l’estran et les femmes attendaient pour achever l’animal d’un coup de couteau à riz en ajoutant : « C’est toi qui as retenu si longtemps mon mari là-bas, je me venge ». Ensuite, les participants dépeçaient et partageaient la prise entre les foyers du village »7.

9Ces différentes activités maritimes sont, à partir de 1820, contrecarrées par les autorités merina qui, depuis 1817 administrent et exploitent le littoral oriental.

  • 8 J. Valette (1964), « Le traité anglo-merina du 23 octobre 1817 », dans : B.M. (no 222, nov.), pp.  (...)

10Le traité anglo-merina du 23 octobre 1817 par lequel les Britanniques reconnaissent Radama Ier comme Roi de Madagascar prévoit la lutte que les alliés doivent mener pour mettre fin aux expéditions des pirates betsimisaraka et sakalava contre les Comores. Son article 4 stipule : « Et il est de plus convenu par les parties contractantes qu’elles protègeront mutuellement le fidèle ami allié de l’Angleterre, le Roi d’Anjouan, des attaques auxquelles depuis nombre d’années, il a été exposé tous les ans de la part de quelques-unes des petites puissances de la côte de Madagascar, et qu’elles employeront tous les moyens en leur pouvoir en exerçant leur influence sur leurs sujets, alliés et dépendants pour mettre fin à ce système de piraterie, et à cet effet des proclamations seront faites par Ramada Ier et le Gouverneur de Maurice dans lesquelles ils défendront à toutes personnes quelconques de s’engager dans cette piraterie, et copies de ces proclamations seront particulièrement distribuées dans les ports de mer et sur la côte de Madagascar »8. Afin de combattre la traite des esclaves et plus particulièrement d’arrêter la piraterie malgache, les autorités de l’île Maurice font surveiller par la marine britannique les itinéraires des Betsimisaraka. En même temps, elles fournissent à Radama Ier des instructeurs militaires, des armes et des munitions afin que celui-ci puisse étouffer tout projet d’éxpédition contre les Comores ou la côte orientale d’Afrique.

11Disposant d’une armée instruite à l’européenne, disciplinée et bien équipée, le roi merina installe un chapelet de forts entre Tamatave et Vohémar, c’est-à-dire le « pays des ports ». Ces forts ont comme missions de surveiller les Français installés dans l’île Sainte-Marie et de contrôler les déplacements des Betsimisaraka. Dès lors, ces derniers se trouvent dans l’impossibilité d’organiser une expédition. En effet, jusqu’en 1820, les pirogues chargées d’une vingtaine ou d’une trentaine de guerriers remontent du sud vers le nord, et se rassemblent dans la baie d’Antongil ou dans celle de Vohémar. Elles doublent le cap d’Ambre et touchent Nosy-be où elles s’augmentent d’un contingent d’embarcations sakalava. Au total, une expédition peut atteindre un effectif de 300 à 500 pirogues. Les garnisons déploient d’immenses efforts pour empêcher la préparation et encore moins la concrétisation d’un tel mouvement. Par ailleurs, la forêt et la fièvre étant considérée comme « les deux généraux du royaume », surtout à partir du règne de Renavalona Ière, le gouvernement central promulgue des lois interdisant l’abattage des arbres sans autorisation officielle. Or, les autorités provinciales n’accordent presque jamais cette autorisation. Aussi, même s’ils transgressent l’interdiction, les Betsimisaraka se trouvent-ils dans l’impossibilité de construire un grand nombre de pirogues ou de remplacer celles qui sont vicillies. Dans ces conditions, les expéditions de piraterie disparaissent, la pêche aux baleineaux se fait rare, et le cabotage betsimisaraka est, dans la deuxième moitié du xixe siècle, éclipsé par les goélettes des commerçants européens ou créoles installés sur la côte est.

12Manquant de pirogues, les Betsimisaraka sont obligés de délaisser la mer. Ils le sont d’autant plus que, devenus sujets des souverains d’Antananarive, ils doivent payer l’« isam-pampady » (impôt par bêche). Frappant l’outil de travail, et donc chaque travailleur et non plus la surface cultivée comme c’était le cas sous Andrianampoinimerina (1787-1810), cet impôt payé en nature est très lourd d’autant que le paysan doit livrer la même quantité de riz (une trentaine de kilos) que l’année soit bonne ou mauvaise, et que sa perception donne lieu à de nombreux abus. Limités dans leurs mouvements à cause du contrôle administratif et du manque d’embarcations, les Betsimisaraka doivent consacrer l’essentiel de leur temps à la production agricole et à la cueillette, s’ils ne sont pas réquisitionnés par les autorités provinciales dans le cadre du fanompoana (ou corvée) dû à l’état. Ils ne sont plus ni commerçants ni intermédiaires entre les traitants et les populations de l’intérieur. Fournisseurs de matières premières, ils ont cédé à l’oligarchie merina, la place enviée de partenaires des étrangers ou d’intermédiaires entre ces derniers et la population malgache.

13Si au xviiie siècle, les Betsimisaraka profitent d’un environnement favorable pour développer des activités maritimes rentables, au xixe siècle, ils sont détournés de la mer par leurs conquérants de l’intérieur, non seulement pour respecter la parole donnée aux Anglais mais aussi et surtout pour contrôler et fixer au sol cette population mobile et pour l’évincer du commerce. Vaincue, la population betsimisaraka est comme étrangère chez elle. En effet, le commerce continue à prospérer mais il ne lui rapporte plus. Le gouvernement central essaie timidement de monter une marine nationale, à la fin du xixe siècle, mais sans faire appel à elle. Le « Royaume de Madagascar » a fait de la côte est son « poumon économique ». Son ouverture à l’extérieur, il l’a réalisée sans la participation et, peut-on dire, au détriment de la population betsimisaraka.

Notes

1 M. Esoavelomandroso (1979), La province maritime orientale du Royaume de Madagascar à la fin du xixe siècle (1882-1895), Tananarive, F.T.M., pp. 43-44.

2 J. Valette et F. Ranaivo (1965), « Le grand dictionnaire de Madagascar », dans : B.M. (no 226, mars), p. 189.

3 J.M. Filliot (1974), La traite des esclaves vers les Mascareignes au xviiie siècle, Paris, Orstom, pp. 128-141.

4 G. Grandidier et R. Decary (1958), Madagascar... Histoire des populations autres que les Merina. Tome III, fasc. I, p. 45.

5 J.-C. Hebert (1985), « Documents sur les razzias malgaches aux îles Comores et sur la côte orientale africaine », dans : Etudes Océan Indien, vol. III, pp. 3-65.

6 J. Valette (1962), « Sainte-Marie et la côte est de Madagascar en 1818 », dans : B.M. (no 191, avril), p. 31.

7 M. Petit (1967), « Les Zafirabay de la baie d’Antongil (Formation et histoire d’un clan, conséquences sur la vie rurale actuelle) », dans : Annales de l’Université de Madagascar. Série Lettre et Sciences humaines, no 7, p. 34.

8 J. Valette (1964), « Le traité anglo-merina du 23 octobre 1817 », dans : B.M. (no 222, nov.), pp. 909-918.

Auteur

Université de Madagascar

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.