Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

Marins, voyageurs et missionnaires

Pèlerins et voyageurs face à la mer (XIIe-XVIe siècles)

Christiane Deluz

Texte intégral

  • 1 Jean Chrysostome, 10e homélie sur l’Epître aux Philippiens, P.G. 62, col. 262.

1« Dieu vous a donné la mer afin que vous ne vous fatiguiez pas en voyageant », proclamait dans une de ses homélies Jean Chrysostome1, mais il est peu probable que beaucoup de voyageurs médiévaux aient partagé cette manière encourageante d’envisager les choses. Ouvrir le récit de leurs expériences nous fait entrer dans un univers mental où le « long regard » sur la mer n’est pas « récompense », mais crainte et effroi.

  • 2 Ps. 46 (45), 3-4/Job, 9,8 et 38,8.
  • 3 Hesiode, Les travaux et les jours, éd. P. Mazon, Paris : coll. Budé, 1928, pp. 108-109.

2Crainte, effroi, qui s’inscrivent dans la longue durée, dans l’histoire des permanences. Ils trouvent leurs racines dans la vision sémitique d’une mer symbole de mort, domaine des monstres redoutables, une mer dont « mugissent et bouillonnent les eaux », dont seule la toute-puissance divine a pu « fouler le dos », qu’elle seule a pu « enfermer à deux battants »2, aussi bien que dans les inquiétudes d’un Hésiode « quand les Pléiades fuyant devant la force puissante d’Orion tombent dans la mer embrumée », quand « bouillonnent les souffles de tous vents » et qu’il convient « de ne plus diriger le vaisseau sur la mer vineuse »3. On les voit se prolonger au-delà de la période médiévale, même si l’expression en est moins omniprésente, et jusqu’à nos jours où, entre autres, les équipages des superpétroliers redoutent les grandes lames des tempêtes, qui donnent l’impression de désarticuler des bâtiments trop longs, trop plats, trop rigides.

3Cependant, si elle n’est jamais tout à fait exorcisée, la peur de la mer est surmontée, sans cela il n’y aurait ni voyage ni voyageurs. Elle est surmontée d’abord en Méditerranée, route vers Jérusalem, vers les ports de Syrie et de Mer Noire, tellement fréquemment empruntée que l’on y voit s’établir des lignes de navigation régulières, à partir de Venise ou Gênes notamment. Mais la Méditerranée ouvre vers d’autres espaces, entrevus dès le xiie siècle par un Renaud de Châtillon, révélés aux siècles suivants par un Marco Polo, un Jean de Montecorvino, un Oderic de Pordenone. De telle sorte que la mer change en quelque sorte de visage et, tout en demeurant domaine de l’aventure, du « péril de mer », elle est aussi voie vers la découverte et le rêve.

4C’est cette double vision d’une mer redoutée, mais aussi rêvée que l’on voudrait tenter de saisir ici, à travers quelques écrits de voyageurs, pèlerins de Jérusalem, marchands et missionnaires à la conquête de l’Asie, échelonnés pour l’essentiel du xiie au xvie siècle.

Une peur jamais exorcisée

  • 4 J. Delumeau, La peur en Occident xive- xviiie siècles, Paris, 1978, p. 31.
  • 5 Vita Alderaldi, AASS. octobre, VIII, p. 991.
  • 6 Sancti Hieronymi, Peregrinatio sanctae Paulae in : Itinera hierosolymitana et descriptiones Terrae (...)

5Etudiant la peur en Occident, Jean Delumeau ouvre son livre sur la peur de la mer, « espace où l’historien est sûr de la rencontrer sans faux-semblant... par excellence lieu de la peur »4. On peut aisément compléter en amont le riche florilège qu’il a réuni pour la période du xive au xvie siècle. La « fureur houleuse »5 de la mer est devenue un topos de la littérature de pèlerinage depuis que saint Jérôme a peint de façon magistrale le tableau du départ de sainte Paule, abandonnant sur le rivage le petit Textotius et ses mains tendues suppliantes et refusant de jeter un regard en arrière : « Sulcabat interim navis mare et, cunctis qui cum ea vehebantur littora respicientibus, ipsa aversos tenebat oculos »6.

  • 7 Hodoeporicon sancti Willibaldi, in Itinera hierosolymitana..., op. cit., p. 251.
  • 8 Itinerarium Bernardi Monachi, in Itinera hierosolymitana, op. cit., p. 318.
  • 9 Magistri Thietmari, Iter ad Terram Sanctam, éd. J.C.M. Laurent, Hambourg, 1857, p. 1, cité dorénav (...)
  • 10 Peregrinatio Willibrandi d’Oldenbourg, in Peregrinatores medii aevi quatuor, éd. J.C.M. Laurent, L (...)
  • 11 Le voyage à la Saincte cité de Hiérusalem en 1480, éd. Ch. Schefer, Recueil de voyages et document (...)
  • 12 Le pèlerinage à Jérusalem de Dom Loupvent, trésorier de l’abbaye de Saint-Mihiel en 1531 (ms. de l (...)

6Saint Willibald ne se laisse pas détourner de son projet de pèlerinage par la très grande cruauté de la mer : « nec non immanissimae maris discriminare decreverat equora »7. Bernard le Moine éprouve une très grande angoisse durant les soixante jours que dure sa navigation : « In mare navigamus LX dies cum angustia magna valde, non habentes ventum serenum »8. Maître Thietmar s’apitoie sur sa fragilité face aux périls du voyage : « Transcursis autem tam maris quam terre periculis, quae ad meam fragilitatem multum erant, sed in comparatione divine retributionis nichil, usque Accon perveni »9. Willibrand d’Oldenbourg se rappelle six semaines de tribulation sur l’eau : « Post multa pericula et post multas quassationes, quas in mari sex septimanis sustinueramus... Akjers pervenimus »10. Les pèlerins de 1480 partent « advertis des lieux, périlz et aultres adventures qui peuvent avenir au susdict voyage »11, et, en 1531, Dom Loupvent, trésorier de l’abbaye de Saint-Mihiel, remarque en s’embarquant : « Et ny avoit homme de nous qui ne fust joyeux de se présenter à ce pérille marin et dangier de mort »12.

  • 13 F. de Dainville, Le langage des géographies, Paris, 1964, pp. 165-166.
  • 14 Voir par exemple : Adelard de Bath, Quaestiones naturales perdifficiles, Louvain, s.d., Paris, B.N (...)

7Topos peut-être que ce péril de mer, mais la crainte semble réelle. Et comment ne l’éprouverait-on pas ? Se « mettre en mer », selon l’expression souvent employée, représente une entrée dans un autre monde, à peu près inconnu. De la mer, les clercs en leurs savants ouvrages n’ont guère étudié que les marées, à la suite de Bède, mais ni les vagues, ni les courants et moins encore les profondeurs, qui ne commencent à être mesurées sur les rivages que vers le xvie siècle, comme l’a montré le Père de Dainville13. L’imagination peut donc se donner libre cours pour entrevoir des abîmes terrifiants. Le mot gulfus est devenu gouffre en roman et cela mérite sans doute qu’on y prête attention. Dans nombre de traités revenait la question lancinante des risques de débordements sur les terres de ces masses d’eau, sans cesse accrues par les apports des grands fleuves, avec comme seule assurance la puissance d’évaporation de la chaleur solaire et les interdits divins ayant donné aux eaux une borne à ne pas franchir14.

  • 15 The Book of Margery Kempe, éd. S.B. Meech, English Text Society 212, p. 205.
  • 16 F.C. Lane, Navires et constructeurs à Venise pendant la Renaissance, trad, française, Paris, 1965, (...)
  • 17 J. Merrien, La vie quotidienne des marins au Moyen Age, Paris : Hachette, 1969, pp. 163-164.
  • 18 F. Felix Fabri, Evagatorium in Terram Sanctam, éd. C.D. Hassler, Stuttgart, 1843, t. I, pp. 119-12 (...)
  • 19 Loupvent, p. 34.

8A ceux qui se lancent sur cet élément redoutable, les bateaux, il est superflu de le rappeler, n’offrent qu’une bien fragile protection. Souvent en piteux état — Margery Kempe reçoit du Seigneur l’avis de ne pas monter sur la galère prévue, qui, en effet, fera naufrage15 — ils apparaissent sur les documents figurés bien petits sur la « grande mer ». Les mesures patiemment rassemblées par F. Lane ou J. Heers nous font apercevoir pour le xive siècle des galères vénitiennes ou génoises d’une quarantaine de mètres de long sur cinq de large, ne surplombant l’eau que de deux mètres. Etudiant les projets de contrats pour la Croisade de Tunis, R. Bastard du Pin voit, en 1268, des naves de vingt-trois à trente-sept mètres de longueur16. Les passagers de l’entrepont se voient offrir une place d’environ 1,75 m de long sur 0,60 m de large, « véritable cercueil » selon le mot de Jean Merrien17. Dans un passage bien connu, le frère Félix Faber a décrit les couchettes installées tout le long du navire, dans une cabine ne recevant le jour que par l’écoutille et où les pèlerins sont couchés « la tête contre les bords, les pieds étendus les uns vers les autres », avec au milieu les coffres et 1es s malles « et les pieds des dormeurs touchent ces malles »18. Mieux installé dans une nave en 1531, Dom Loupvent dispose d’une chambre de dix-huit pieds pour lui et ses deux compagnons, « au moytant des estages... et estions ceulx de la nave qui endurions le moins de tourment marin pour cause de la médiation. Et devès entendre que ceulx qui font leurs manoires et résidences aux deux boutz de la nave, cest assçavoir à la proue et à la poupe, ne sont pas des plus assurés, car le branlement est troppe plus grant et mervelleux »19.

  • 20 Mandeville, p. 298.
  • 21 Loupvent, pp. 34-36.

9Monde inconnu, la mer est en effet aussi un monde mouvant et ce n’est pas le moins redoutable de ses aspects. Jean de Mandeville conseille la route de terre vers Jérusalem à ceux « qui ne peuvent endurer le carroier de la mer »20. Plus diserts sur leurs maux que ceux des siècles précédents, les pèlerins du xvie siècle évoquent leurs malaises : « De prime face j’estoye esté mal disposé tant d’un mal de teste et aussy de la challeur marine que du mouvement de la nave que point n’avoie accoustumé en nostre climat de Barroys », confesse Dom Loupvent. Et bien que le patron lui envoie « un bon boquale de vin » pour le réconforter, il ne se remet pas : « Je ne povoye veoir le naviger pour autant qu’estoye très mervelleusement malade d’ung mal de teste et d’estomach, que procédoyt cela du mouvement de la nave, à cause que ne l’avoye accoustumé. Par quoy me convint donner de mon corps (l’honneur saulve des auditeurs) sy peu que le jour précédent j’avoye receup, et cuydoie certainement plus tost morir que vivre sans la songneuse et bonne sollicitude que mes compaignons prindrent pour mon faict. Durant la douleur là où j’estoye, subitement tombat ung matelot du hault du grant voyle, lequel fust quasy tout rompu et fronzié, combien que pour ceste heure ne morut point, toutefoys la vision de ce tombement, par une peur et crainte, aggravat grandement mon infirmité »21.

  • 22 Edition commentée du pèlerinage en Terre Sainte fait en 1507 par Charles de la Rivière, chanoine d (...)

10Et c’est le bateau entier malade que nous montre Charles de la Rivière, chanoine de Lisieux, pèlerin en 1507-1508 : « Le vendredi cinquiesme jour dudit moys (novembre) nous nageasmes assez lentement tout le jour pour ce que le vent n’estoit pas grant jusques à huyt heures de soir. A la quelle heure se leva une tempeste de vent de tonnoire et d’escler avec grant pluye, qui nous tourmenta si merveilleusement que les pèlerins et ceulx de nostre nave estoient si malades qu’ilz ne peurent lever la teste »22.

  • 23 Le saint voyage à Jérusalem du seigneur d’Anglure, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, Paris, 1880, p. (...)

11Monde mouvant, monde changeant aussi, avec les brutales tempêtes méditerranéennes dont la mention terrifiée se répète à travers tous les récits. Une « grande et horrible fortune » assaille la nef du seigneur d’Anglure devant Alexandrie le jour de Noël 1395 : « En celle malle fortune, perdy nostre nafve l’un de ses tymons dont elle estoit gouvernée en partie, et fut renversée nostre voille par pluseurs fois en la marine, malgré tous les mariniers. Et quant vint le soir de Noël, ung petit apprès mienuit, celle fortune nous doubla, et fit si obscur que l’ung ne povoit veoir l’autre sur la nafve... Et en vérité il n’y avoit nul qui fist autre semblant fors que si comme cellui qui bien voit devant lui qu’il le faut morir »23.

  • 24 Philippe de Mezieres, Le songe du Vieil Pèlerin, éd. G.W. Coopland, New York, 1969, pp. 549-550.

12On pourrait multiplier les citations de cet ordre. Et c’est pour avoir essuyé sans doute plus d’une de ces « fortunes » que Philippe de Mézières sait peindre en artiste le tableau de l’« horrible mixtion des contraires élémens », les « contradicions et opposicions des... vents meslez ensemble » et la « tribulacion » de la « gracieuse nef », « comment elle a esté plongée au parfont des ondes de la mer... par les tempestes horribles dont les ondes par semblant montoyent jusques au ciel »24.

  • 25 Loupvent, p. 185.
  • 26 Anglure, p. 79.
  • 27 Rivière, p. 165.
  • 28 Les quatre voyages de Jean de Zillebeke 1500-1515 (B.M. Douai 793), Texte et commentaire. Mémoire (...)

13Non seulement ces tempêtes risquent d’emporter les passagers, « les ondes de la mer passoient par dessus nostre nave à grande habondance et n’atendions que l’heure d’estre tous neyés et absorbés en la profondité de la mer »25, mais elles menacent de jeter le navire à une côte dont la navigation cherche à s’écarter le moins possible : « Si estiens à celle heure aucques près de terre, c’est assavoir des roches de Chippre environ XL milles, qui estoit la chose qui plus nous desconfortoit et les marigniers aussi »26. Ou alors, elles le déroutent vers le large : « le vent s’enforça et... nous nageasmes en manière que nous perdismes de veue l’isle de Cypre, car le vent nous gecta en la grant mer »27. « Et souvent par nuit atout ung petit orage, vous estez débouté que par jour ne savez où vous estez »28 constate Jean de Zillebeke en 1515, après quatre difficiles tentatives pour gagner Jérusalem.

  • 29 Rivière, p. 37.
  • 30 Loupvent, p. 174.

14Malgré les instruments et les cartes, sans doute présents sur les navires avant la fin du xiiie siècle, malgré surtout leurs bonnes connaissances empiriques de la navigation, pilote et matelots apparaissent, devant le déchaînement des éléments, dans une douloureuse impuissance : « Et quant ilz virent qu’il n’y avoit remède, ilz obéirent au vent et fusmes contrainctz de retourner tout droit le chemyn qu’avions fait environ XVI ou XVIII lieues, quelque résistance que nos mariniers y peussent faire »29. Tout au plus les voit-on tenter de faire en quelque sorte la guerre à la tempête en improvisant avec des armes des sortes de paratonnerres : « Et par le commandement du patron furent subitement mises aucunes armes... en l’autour des arbres et mailes de la nave pour évader les fouldres du ciel, et dient les mariniers... que jamais la fouldre ne tempeste ne tombe ne choyt en une nave quant les arbres et males sont bien munis et environnés d’aulcuns ferrementz assérés et militaires, qu’est une chose pour bien soy donner mervelle. Je croy que cela est plus apocrife et sortilège que providence ou à Dieu confidence »30.

  • 31 Loupvent, p. 151.
  • 32 Sainte cité, p. 40 et Zillebeke, p. 158.
  • 33 Sainte cité, p. 102.
  • 34 Rivière, p. 25.
  • 35 Zillebeke, p. 158.

15Les intempéries ne sont heureusement pas permanentes ; et quand les maistres mariniers demeurent muts et pensifz devant la longue demeurance de la nef sur la mer, les passagers, eux, goûtent le spectacle de l’eau : « et povyoit facilement veoir plus de X toyses de parfont, et auscy le soulelle luysoit sy fort et sy cler que la bonasse de la mer nous donnoit congnoissance de veoir bien loing31 ». De même que les géographies du xvie siècle s’intitulent Theatrum orbis terrarum, on pourrait dire des récits de pèlerinage qu’ils sont un Théâtre de la mer, avec les dauphins et marsouins sautant dans les vagues : vindrent autour de nostre navire plusieurs grans poissons qui gettèrent le museau hors de l’eaue ; en celle mer vismes lez poissonz voler par plusieurs foiz ung tret d’arc de lonc32 ; avec les petits oyseaulx qui viennent se reposer sur les galées, car quant ils voilent par dessus la mer et qu’ilz ne peuvent trouver terre ilz se viennent rendre sur les bateaux33 ; avec les montagnes, les plaines, les îles aperçues : nous fut montré à dextre en le pays de la Pouille le mont de Gargan, aultrement dit le mont Saint Angle et Sainct Nicollas de Bar... et à senestre nous voyons les montaignes d’Albanye qui sont merveilleusement haultes34. Et c’est bien sûr en abordant le pays si longtemps attendu que les regards se font les plus attentifs et que se déploie tout le décor de la côte : Et lendemain viesmes près du pays de Surie, d’emprez une ville nommée Bezara (Beyrouth) que nous le poymez bien veoir et autres pluseurs catiaulx, car sur la plaine meer on voit de lonc35.

Un chemin vers la découverte

  • 36 Loupvent, p. 194.
  • 37 Thietmar, p. 39.
  • 38 Ludolph de Sudheim, De itinere ad Terram Sanctam liber, éd. F. Deycks, Stuttgart, 1851, p. 63, cit (...)

16On voit de loin, on voit loin également. De la Méditerranée, la route des pèlerins passait aisément à la Mer Rouge, une mer que l’on observe depuis la terre ferme et donc plus tranquillement, Dom Loupvent n’adjure-t-il pas les pèlerins en une suprême recommandation : « Le premier jour qu’entrerès dedans la nave ou gallère, gardès vous bien de regarder dedans la mer jusque à deux ou troys jours après, pour tousjours conserver votre cerveaulx en bonne force et vertus »36 ? Mais, en sécurité sur la rive où on admire les coquillages et les coraux : « inverti autem in littore hujus maris conchas et cocleas mirabiles et delectabiles et lapides similiter pulcherrimos et albissimos ad modum cornuum cervorum et aurei coloris, quosdam etiam quasi sculptos, sed naturaliter ac si artificialiter »37, on scrute également l’eau et les fonds pour vérifier si la mer est aussi pourpre que le disent les cartes : « Et aqua ejus non est rubra, sed terra ejus et fundus est rubeus, desuper existenti aqua propter fundum apparet rubea... et est aqua limpidissima et clarissima, ita quod denarius in fundo ultra viginti stadia aperte videri potest »38.

  • 39 Voir les références données in S. Runciman, A History of the Crusades, Londres, 1952, t. II, pp. 4 (...)
  • 40 Livre des Deux Jardins, Recueil des Historiens des Croisades, Historiens orientaux, t. IV, p. 232.
  • 41 Letter from Friar Menentilius, forwarding a copy of a letter from John of Monte Corvino, éd. H. Yu (...)

17A certains, cette mer apparaît surtout comme une porte ouverte sur d’autres rivages. Un esprit aventureux comme celui de Renauld de Châtillon l’a compris. On connaît l’odyssée de ses vaisseaux, apportés pièce à pièce à dos de chameau jusqu’à la hauteur d’Eilath, remontés, garnis de troupes et d’armes et menaçant Aïdab et Médine39. Après la défaite des Francs, Saladin ordonna, selon Abu Shama, « de faire en sorte qu’il ne restât parmi eux ni un œil capable de voir, ni un seul homme capable d’indiquer ou même de connaître la route de cette mer »40. Ceci se passait dans l’hiver 1183 ; il faut attendre un siècle encore pour que les Occidentaux embarquent, non sans appréhension, sur les navires de l’océan Indien, que Jean de Montecorvino décrit en 1293, « fragiles, peu sûrs, sans fer et sans poix, cousus comme des vêtements avec du gros fil, de sorte que, si le fil se rompt en quelque endroit, il y a une brèche »41.

  • 42 Letter from Andrew of Perugia, éd. Ch. Dawson, The Mongol Mission, Londres, 1955, p. 325 (texte en (...)
  • 43 Quelques exemples : la flotte de saint Louis, partie d’Aigues-Mortes le 25 août 1248, met 25 jours (...)
  • 44 2ndLetter from John of Monte Corvino, éd. Ch. Dawson, op. cit., p. 224.

18Ils partent cependant ; et aux yeux des voyageurs et de ceux qui, à leur retour, s’arrachent le récit de leurs aventures s’ouvre un domaine maritime aux dimensions insoupçonnées : « En raison de l’immense étendue de terres et de mers qui s’étend entre nous, j’ose à peine espérer que des lettres envoyées par moi viendront entre vos mains » écrit en 1326 de Cayton frère André de Pérouse42. Ce ne sont plus les quelque trente jours de navigation que durait la traversée de la Méditerranée qui peuvent servir de référence43, c’est en mois, en années qu’il faut compter. Décrivant les itinéraires possibles vers le pays des Tartares, Jean de Montecorvino évalue à deux ans celui qui emprunte la route de mer44.

  • 45 Les voyages en Asie du bienheureux Oderic de Pordenone, religieux de saint François, éd. Ch. Schef (...)
  • 46 Recollections of Travel in the East by John de’Marignolli, éd. H. Yule, Cathay... op. cit., p. 356 (...)

19Certes, sur ces mers-là, les périls ne manquent pas. La tempête assaille le navire d’Oderic de Pordenone, en route vers Polumbum : « Ainsi comme nous estions en mer, se leva un vent et oraige et tempeste si grant que nostres maronniers qui estoient ydolastres avec les autres de la nef cuidèrent bien périr »45. Et, à peu près dans les mêmes parages, Jean de Marignolli, aveuglé par les éclairs, voit la mer en flammes et les dragons volants crachant du feu et frappant les passagers près d’être balayés dans les profondeurs de la mer46.

  • 47 Mandeville, p. 383.

20A ces dangers réels s’ajoutent, véhiculés par d’obscurs cheminements depuis les conteurs arabes ou persans jusqu’aux navigateurs d’Occident, les menaces légendaires, et notamment les fameuses roches d’aimant auprès desquelles « s’il y passe nulle nef où il ait clous ne bendes de fer, tantost ces roches les traient à elles, ne n’en pourroient jamais partir »47.

  • 48 Le Livre de Marco Polo, éd. G. Pauthier, Paris, 1865, pp. 536-551 passim, cité dorénavant Polo.

21Toutefois, ce n’est pas à décrire ces fortunes de mer que s’attachent avant tout les récits. On y trouve plutôt une volonté de nomenclature, et aussi de mise en place. Marco Polo, le premier, distingue la « mer d’Ynde » où sont les « ysles d’Ynde » et puis la « mer de Cim qui vault à dire la mer qui est contre le Mangy », « qui est au levant », « la haulte mer » où se trouve « Sypangu ». Cette mer-là est à six mois de navigation de l’Inde : « Les nefs de Caiton et de Quinsay... mettent un an à y aler ; car ilz vont l’iver et retournent l’esté. Car en ceste mer ne vente que deux vens, l’un qui les porte et l’autre qui les raporte. Et ces deux vens sont l’un tout l’iver et l’autre tout l’esté »48.

  • 49 Liber de quibusdam ultramarinis partibus de Guillaume de Boldensele, 1336, éd. critique C. Deluz, (...)

22On saisit bien en ces lignes un autre regard porté sur le vent et la mer. Ce n’est plus pour l’épisode et l’anecdote que l’auteur s’y intéresse, mais dans une perspective plus vaste, pour l’ébauche d’une géographie. C’est dans le même ordre de préoccupations que se situe, en 1336, un Guillaume de Boldensele. A peine monté sur sa galère, il néglige les péripéties de sa traversée en Méditerranée pour dresser une sorte de carte : « Prope civitatem que Naulum dicitur in ripariis Janue situatam... galeam bene armatam ascendi et ad prosequendum iter ultramarinum naute remis et velo solliciti insistebant. Dicitur hoc mare Mediterraneum quia principalibus mundi partibus, scilicet Asie Europe et Affrice interjacet, ispsas se et suis bracchiis ab invicem separans et distinguans. Habet enim ab occidente et septentrione Europam, ad orientem Asiam, ad austrum Affricam et uno brachio ejus quo attingit Hispaniam strictum de Maroch vulgariter dicitur. Continuatur hoc mare mediterraneum cum Occeano scilicet maximo quod orbem circumfluit »49.

  • 50 Polo, pp. 534 et 550.
  • 51 Polo, p. 678.
  • 52 Marignolli, p. 385.

23Cette prise de conscience de l’emplacement des mers sur la mappemonde entraîne non une peur, le mot serait trop fort, mais une crainte liée aux questionnements qui dès lors surgissent. Sur les mers d’Orient, Marco Polo a montré les marchands qui « vont et viennent... par les ylses d’Ynde » et les mariniers qui « ne font autre chose que naigier par la mer »50. Mais jusqu’où peuvent-ils aller ? Lui-même place une borne vers le sud, Mogedaxo : « Et sachiez que ceste isle est tant vers midi que les nefs ne pevent aler plus avant vers midi aus autres ysles qui y sont fors à cestui... Et c’est pour ce que la courance de l’yaue court touzjours à midi si fort que les nefs qui iroient ne pourroient puis arrière retourner »51. Quelques années plus tard, Jean de Marignolli se montre plus formel encore : « La terre est fondée sur les eaux. Et j’ai appris de source sûre que, si l’on suppose l’Océan partagé par deux lignes en forme de croix, eux des quartiers ainsi tracés sont navigables et les deux autres ne le sont absolument pas. Car Dieu n’a pas voulu que les hommes puissent naviguer tout autour du monde »52.

  • 53 Polo, p. 550 et 3e partie, passim.
  • 54 Mandeville, p. 332.
  • 55 J. Le Goff, « L’Occident médiéval et l’océan Indien : un horizon onirique », dans : Pour un autre (...)
  • 56 Letter from friar Menentillius, op. cit., p. 215.

24La force même de ces assertions donne la mesure du désir d’aller voir l’autre côté de la terre et de la mer qui avait saisi plus d’un, sans doute à cause de la puissance d’attraction de toutes ces îles dont les noms, même un peu malmenés par les copistes, se répétaient d’un manuscrit à l’autre et finissaient par s’inscrire dans les mémoires, Sypangu et son or « en grandisme habondance », Java et ses épices, Lamori où l’on perd de vue la tramontane, Seilan et ses pierres précieuses, sans compter les 7 459 îles dénombrées par les « pescheurs et saiges mariniers » en mer de Cim53. Alors, si l’on n’ose pas partager l’optimisme entraînant d’un Mandeville, « Je di certainement que on pourroit environner toute la terre du monde, aussi bien par dessous comme par desseure, et retourner arrière en son pays, qui aurait compaignie et conduit et navie et tousjours trouverait terres et pays et ylles tout aussi bien comme en ce pays »54, on fait au moins de la mer le domaine du voyage de rêve, l’« horizon onirique » si magistralement décrit par Jacques Le Goff55. La route de l’océan Indien devient route des merveilles, chassées peu à peu des continents mieux parcourus et réfugiées sur les îles innombrables, que l’on ne saurait avoir toutes explorées. Jean de Montecorvino les évalue à 12 000 en « mer d’Inde »56.

  • 57 Polo, p. 30.
  • 58 Oderic, p. 239.
  • 59 Mandeville, pp. 336-337.
  • 60 Polo, p. 586.
  • 61 Polo, p. 582.
  • 62 Oderic, p. 135.
  • 63 Polo, p. 539.

25Merveille, le mot revient comme un refrain à travers les pages : « Ils se mistrent en la mer et nagèrent bien III mois tant que il vindrent à une isle qui est devers midi, qui a nom Java ; en la quelle isle a maintes merveilles... puis se partirent de celle isle et nagèrent par la mer d’Inde bien XVIII moys... et trouvèrent maintes merveilleuses choses, que nous raconterons en avant »57. « Pluseurs autres manières de merveilles sont de ceste isle (Dondin) que nulz à peine vouldroit croire se il ne les veist. Car en tout le monde là on peust trouver tant de merveilles »58. Merveilles de la nature, « arbres qui portent farine et les autres venin », « toutes manières d’espices » croissant « plus habundamment que nulle part »59, « les nobles et bons rubis... les saphirs et les topazes, les améthystes et les grenats, et encore maintes autres pierres »60, sans compter toutes sortes d’étranges « manières de gens »61. Merveilles de la culture aussi, de la nudité des peuples de Lamori, « tous y vont nuds, hommes et femmes sans riens avoir couvert »62, au débordement de richesses des palais de Sypangu, couverts d’or et pavés d’or fin63.

26Il n’est pas ici de notre propos d’entrer dans le recensement de ces merveilles. Mais la mer, route nécessaire pour y parvenir, en reçoit une sorte d’aura et participe de l’éblouissement qui saisit les voyageurs du lointain orient.

  • 64 Thietmar, p. 24.
  • 65 Sudheim, p. 30.
  • 66 Nicolas de Martoni, Liber peregrinationis, éd. L.F. Le Grand, Revue de l’Orient latin, t. III, p.  (...)
  • 67 Loupvent, pp. 44 et 53.

27La Méditerranée elle aussi a sa part dans ce renouvellement. Trop familiers pour être lieux des étonnements, ses îles et ses rivages détiennent ou redeviennent ceux de la légende. Toutes sortes de gracieuses figures surgissent ainsi peu à peu des flots. Dès 1217, Thietmar peint Andromède attachée aux rochers de Jaffa et heureusement délivrée par Persée64. Ludolph de Sudheim, en 1338, parle des jeunes gens, des belles dames et demoiselles qui venaient prier au temple de Vénus à Paphos, « et omnes nobiles domini et dominae ac domicellae ad istud castrum (Veneris) convertie bant »65. En 1394, Nicolas de Martoni, notaire de la région de Naples, rappelle en passant devant Cythère l’irrésistible beauté d’Hélène : « In bac quidam insula Citrini... erat et nunc est quodam templum ; ad quod templum tunc accessit Helena, uxor regis Menelay... et videntibus se ad invicem dicto Paride et dicta Helena regina, que erat in pulchritudine gemma omnium mulierum, filocapti fuerunt ad invicem ferventi amore et sic ipsam Helenam rapuit »66. La belle Hélène et son « ravisssement » sont à partir de ce moment-là présents dans presque tous les récits de pèlerinage. Au xvie siècle, l’érudition sur l’Antiquité s’accroît, Dom Loupvent évoque, citations de Virgile à l’appui, Diomède et ses compagnons changés en oiseaux au Mont Gargan et Protée, fils de Thétys et d’Océanos à Carpanthos67.

  • 68 Anglure, p. 6.
  • 69 Mandeville, p. 241.

28Et le légendier s’enrichit encore de personnages plus récents. Le seigneur d’Anglure rencontre à Pola le souvenir de Roland, une table ronde où il mangea avec ses compagnons68. Jean de Mandeville recueille, probablement à Cos, le récit des malheurs de celle qui deviendra Mélusine et peint, dans un savant clair-obscur, la chambre dans la « cave » où « une damoiselle se pignoit et regardoit en un mirouer », entourée du chatoiement de « moult de trésor », sous les yeux émerveillés d’un « jones homs, qui riens ne savoit de cest dragon »69.

29L’analyse du vocabulaire géographique, tant des traités théoriques que des récits de voyage entre le xiie et le xve siècle montre que jamais la mer n’est dite belle ou bonne. Ce petit voyage en compagnie des pèlerins et voyageurs convainc certes de la permanence de la peur qu’elle inspire, même si peu à peu une évolution se dessine, qui change cette peur en désir, effrayé devant sa propre audace.

30Car la mer effraie et fascine tout à la fois. Masquant ses « gouffres », faisant oublier son « carroier », elle offre à sa surface la brillance de mille images de rêve. « Toujours recommencée », elle répète inlassablement l’appel à se mettre en mer, à tenter la grande aventure de la découverte.

31Puissent ces lignes être hommage au pilote qui m’a conduite à la rencontre de quelques-uns de ceux qui ont répondu à cet appel.

Notes

1 Jean Chrysostome, 10e homélie sur l’Epître aux Philippiens, P.G. 62, col. 262.

2 Ps. 46 (45), 3-4/Job, 9,8 et 38,8.

3 Hesiode, Les travaux et les jours, éd. P. Mazon, Paris : coll. Budé, 1928, pp. 108-109.

4 J. Delumeau, La peur en Occident xive- xviiie siècles, Paris, 1978, p. 31.

5 Vita Alderaldi, AASS. octobre, VIII, p. 991.

6 Sancti Hieronymi, Peregrinatio sanctae Paulae in : Itinera hierosolymitana et descriptiones Terrae Sanctae bellis sacris anteriora, éd. T. Tobler et A. Molinier, Genève, 1879, pp. 29-30.

7 Hodoeporicon sancti Willibaldi, in Itinera hierosolymitana..., op. cit., p. 251.

8 Itinerarium Bernardi Monachi, in Itinera hierosolymitana, op. cit., p. 318.

9 Magistri Thietmari, Iter ad Terram Sanctam, éd. J.C.M. Laurent, Hambourg, 1857, p. 1, cité dorénavant Thietmar.

10 Peregrinatio Willibrandi d’Oldenbourg, in Peregrinatores medii aevi quatuor, éd. J.C.M. Laurent, Leipzig, 1878, p. 163.

11 Le voyage à la Saincte cité de Hiérusalem en 1480, éd. Ch. Schefer, Recueil de voyages et documents pour servir à l’histoire de la géographie, Paris, 1882, p. 2, cité dorénavant Sainte cité.

12 Le pèlerinage à Jérusalem de Dom Loupvent, trésorier de l’abbaye de Saint-Mihiel en 1531 (ms. de la bibliothèque de Saint-Mihiel), Mémoire de maîtrise présenté par J.P. Bonnin, Université François Rabelais, Tours, 1976, cité dorénavant Loupvent.

13 F. de Dainville, Le langage des géographies, Paris, 1964, pp. 165-166.

14 Voir par exemple : Adelard de Bath, Quaestiones naturales perdifficiles, Louvain, s.d., Paris, B.N. rés. R. 900, quaestio 53/Alexandre Neckham, De laudibus divinae Sapientiae, III, 127-142/Le Livre Jehan de Mandeville, éd. M. Letts, Londres : Hakluyt Society, 1953, pp. 310 et 342, cité dorénavant Mandeville.

15 The Book of Margery Kempe, éd. S.B. Meech, English Text Society 212, p. 205.

16 F.C. Lane, Navires et constructeurs à Venise pendant la Renaissance, trad, française, Paris, 1965, pp. 222-223. J. Heers, Gènes au xve siècle, Activités économiques et problèmes sociaux, Paris, 1961, pp. 270-276. R. Bastard du Pin, « Navires méditerranéens du temps de saint Louis », Revue d’Histoire économique et sociale, 1972, p. 330 et s.

17 J. Merrien, La vie quotidienne des marins au Moyen Age, Paris : Hachette, 1969, pp. 163-164.

18 F. Felix Fabri, Evagatorium in Terram Sanctam, éd. C.D. Hassler, Stuttgart, 1843, t. I, pp. 119-121.

19 Loupvent, p. 34.

20 Mandeville, p. 298.

21 Loupvent, pp. 34-36.

22 Edition commentée du pèlerinage en Terre Sainte fait en 1507 par Charles de la Rivière, chanoine de Lisieux (B.M. Rouen 1118 U 100). Mémoire de maîtrise présenté par F. Pouge, Université François-Rabelais, Tours, 1975, cité dorénavant Rivière.

23 Le saint voyage à Jérusalem du seigneur d’Anglure, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, Paris, 1880, p. 79, cité dorénavant Anglure.

24 Philippe de Mezieres, Le songe du Vieil Pèlerin, éd. G.W. Coopland, New York, 1969, pp. 549-550.

25 Loupvent, p. 185.

26 Anglure, p. 79.

27 Rivière, p. 165.

28 Les quatre voyages de Jean de Zillebeke 1500-1515 (B.M. Douai 793), Texte et commentaire. Mémoire de maîtrise présenté par M.J. Antoine, Université François-Rabelais, Tours, 1984, p. 218, cité dorénavant Zillebeke.

29 Rivière, p. 37.

30 Loupvent, p. 174.

31 Loupvent, p. 151.

32 Sainte cité, p. 40 et Zillebeke, p. 158.

33 Sainte cité, p. 102.

34 Rivière, p. 25.

35 Zillebeke, p. 158.

36 Loupvent, p. 194.

37 Thietmar, p. 39.

38 Ludolph de Sudheim, De itinere ad Terram Sanctam liber, éd. F. Deycks, Stuttgart, 1851, p. 63, cité dorénavant Sudheim.

39 Voir les références données in S. Runciman, A History of the Crusades, Londres, 1952, t. II, pp. 436-437.

40 Livre des Deux Jardins, Recueil des Historiens des Croisades, Historiens orientaux, t. IV, p. 232.

41 Letter from Friar Menentilius, forwarding a copy of a letter from John of Monte Corvino, éd. H. Yule, Cathay and the way thither, Londres, repr. 1967, t. I, p. 217 (texte en anglais).

42 Letter from Andrew of Perugia, éd. Ch. Dawson, The Mongol Mission, Londres, 1955, p. 325 (texte en anglais).

43 Quelques exemples : la flotte de saint Louis, partie d’Aigues-Mortes le 25 août 1248, met 25 jours pour se rendre à Chypre. Le seigneur d’Anglure quitte Venise le 30 août 1395 et arrive à Beyrouth le 24 septembre. Philippe de Voisins, parti de Venise le 11 juin 1490, atteint Jaffa le 25 juillet (Voyage à Jérusalem, éd. Ph. Tamizey de Larroque, Archives historiques de la Gascogne, t. III, 1883, pp. 1-60).

44 2nd Letter from John of Monte Corvino, éd. Ch. Dawson, op. cit., p. 224.

45 Les voyages en Asie du bienheureux Oderic de Pordenone, religieux de saint François, éd. Ch. Schefer, Recueil de voyages et documents pour servir de l’histoire de la géographie, Paris, 1891, p. 83, cité dorénavant Oderic.

46 Recollections of Travel in the East by John de’Marignolli, éd. H. Yule, Cathay... op. cit., p. 356, cité dorénavant Marignolli.

47 Mandeville, p. 383.

48 Le Livre de Marco Polo, éd. G. Pauthier, Paris, 1865, pp. 536-551 passim, cité dorénavant Polo.

49 Liber de quibusdam ultramarinis partibus de Guillaume de Boldensele, 1336, éd. critique C. Deluz, exemplaires ronéotypés, Université de Paris IV, 1972, p. 201.

50 Polo, pp. 534 et 550.

51 Polo, p. 678.

52 Marignolli, p. 385.

53 Polo, p. 550 et 3e partie, passim.

54 Mandeville, p. 332.

55 J. Le Goff, « L’Occident médiéval et l’océan Indien : un horizon onirique », dans : Pour un autre Moyen Age, Paris, 1977, p. 280-299.

56 Letter from friar Menentillius, op. cit., p. 215.

57 Polo, p. 30.

58 Oderic, p. 239.

59 Mandeville, pp. 336-337.

60 Polo, p. 586.

61 Polo, p. 582.

62 Oderic, p. 135.

63 Polo, p. 539.

64 Thietmar, p. 24.

65 Sudheim, p. 30.

66 Nicolas de Martoni, Liber peregrinationis, éd. L.F. Le Grand, Revue de l’Orient latin, t. III, p. 580.

67 Loupvent, pp. 44 et 53.

68 Anglure, p. 6.

69 Mandeville, p. 241.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.