Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

Marins, voyageurs et missionnaires

Voyages de missionnaires catholiques dans les pays de l’océan Indien au XVIIIe siècle

Philippe Bonnichon

Texte intégral

D’après les Archives romaines de la Sacrée Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples (de Propaganda Fide)

  • 1 Transcription du latin, non traduction qui devrait être « propagation ». L’accès aux documents est (...)
  • 2 Michel Mollat, « Les pays de l’océan Indien dans les archives romaines de la Congrégation pour l’é (...)

1Voici douze ans qu’une communication de Michel Mollat au colloque de la Réunion attirait l’attention des chercheurs sur les archives de la « Propagande »1 et leur intérêt pour l’histoire des régions et des peuples d’outre-mer, notamment de l’océan Indien2.

2La curiosité une fois éveillée trouve ample motif de satisfaction dans la richesse de ce fonds. Aussi est-ce une dette de reconnaissance que réserver au maître et à l’initiateur les résultats de recherches qu’il a inspirées. S’il n’y apprend rien, non plus que les auditeurs de son séminaire d’histoire maritime de l’EPHE, au moins pourra-t-il y trouver renfort à la justesse de ses vues. Par l’esprit missionnaire, distinct de la Croisade et de la colonisation, s’établit un lien de continuité, du Moyen Age aux Lumières. Seules, « les houles en roulant les images » des terres, rassemblent, au rythme des moussons et par le regard d’une poignée de prêtres, de subrécargues, de militaires et de colons, l’ensemble si divers et si dense que fait communiquer en ses parties « l’Europe désormais sans rivages ».

Cadre chronologique

3Nous retiendrons ici un xviiie siècle long, depuis le règne personnel de Louis XIV et la création de la première Compagnie des Indes jusqu’à la Révolution française et la fin du pontificat de Pie VI.

4Encadrant ce siècle, apparaissent nettement deux lignes de rupture.

  • 3 Sur le retentissement de la mort en 1710, en Chine, du Cardinal de Tournon, on peut se reporter no (...)

5La première se situe dans les années 1702-1714, avec l’affaire des rites, les voyages de l’infortuné patriarche d’Antioche, futur cardinal de Tournon3, plus tard la bulle « Unigenitus » et les répercussions des questions doctrinales.

6Avant, le xviie siècle est celui d’un zèle missionnaire dont témoignent les compagnons de Saint Vincent de Paul pour Madagascar ou les jésuites et les ordres mendiants pour le Levant, l’Inde, l’Extrême-Orient.

  • 4 SC, vol. 9, f° 449.
  • 5 « Se ad censuras venire nolle, id est in istam costam, dum Dmus Patriarcha Romam redierit ».

7Le renversement de tendance apparaît au début du xviiie siècle, quand la visite de Mgr de Tournon jette le trouble en Inde comme en Chine, chez les capucins comme chez les jésuites. « Quomodo res in ista costa Choromandel se habeant dicam : Ex quo venit Illmus Drhus Patriarcha de Tournon omnia perturbata sunt circa nos Cap nos, omnes patres nostri dolent, omnes lugent miseriam » précise un rapport4 dont l’auteur détaille ensuite les doléances des missionnaires. Leur zèle s’en ressent à tel point que le père Gardien, voulant convoquer à Pondichéry des religieux établis à Surate se voit répondre crûment par un refus, tant queMgr de Tournon ne sera pas rentré à Rome5.

  • 6 Tout au long du siècle renaissent des tentatives d’évangélisation de Madagascar qui s’enlisent aux (...)
  • 7 Pour 1730, voir SC, vol. 20, f° 327 ; pour la période 1775-1779, cf. lettres de Mgr Le Bon, SOCP, (...)

8Le xviiie siècle s’ouvre donc par une rupture avec la richesse de l’expansion précédente. Faut-il parler d’une phase de digestion, de recueil, d’organisation de l’implantation ? Cette retombée n’exclut ni le travail en profondeur, ni le zèle apostolique6, malgré échecs ou persécutions que soutiennent de jeunes chrétientés comme celle du Siam, en 1730 déjà et encore 45 ans plus tard7.

  • 8 Pour l’Ethiopie, par le Caire et Moka, le P. Michel-Ange Pacelli de Tricario est envoyé en 1788-17 (...)

9La deuxième rupture apparaît en fin de siècle : c’est paradoxalement au moment où se marque le caractère anti-religieux de la Révolution française, précédé par l’hostilité des gens des Lumières envers les congrégations, que se fait sensible, dès la fin du pontificat de Pie VI, une reprise de l’élan missionnaire qui annonce l’efflorescence du xixe siècle. Missions vers l’Ethiopie, le Moyen-Orient, l’Inde, Madagascar8, les archives retracent des tentatives multipliées, de 1788 à 1796.

10Entre ces deux ruptures, entre 1710 et 1790, on assiste à un relatif repli, à une réorganisation, rançon sans doute de l’expansion précédente et ce quand la conjoncture économique, les moyens matériels de l’action étaient, grâce à l’infrastructure des Compagnies européennes, plus nombreux et plus efficaces qu’auparavant.

11Affadissement de l’esprit ? Enlisement dans la routine ? Les causes ont été maintes fois soulignées : querelles religieuses, esprit du siècle, supression des jésuites, tarissement du recrutement. Tout ceci reste vrai, mais pour interpréter le fait, il convient de jauger les obstacles à l’évangélisation comme les moyens propres à la favoriser, dans le contexte de l’époque.

Les obstacles à l’expansion missionnaire

  • 9 En 1739, Mgr des Achards de la Baume, évêque d’Halicarnasse, visiteur apostolique, se heurte en In (...)
  • 10 C’est le cas du P. Antoine-Marie-Joseph Garret qui assure de sa fidélité et de son zèle dans une l (...)
  • 11 Voir lettres de Gabriel du Rocher, notamment le 25 avril 1786, SC, vol. 1, fos 154-155.

12S’il y a pause dans l’expansion, les clivages internes se mettent à jouer, comme autant d’entraves à la concorde. Pris par l’action, on se confine à un regard humain, trop humain et le zèle de devenir mesquin ; les divisions se durcissent entre nations (Portugais, Italiens, Français), entre spiritualités, entre ordres concurrents. Les visites ordonnées par Rome sont peu opérantes quand la résistance s’organise sur place. Le cardinal de Tournon, qui en meurt, ou, plus tard en Indochine, Mgr François-Elzéar des Achards de La Baume en savent quelque chose. Le dynamisme des chrétientés locales en souffre9. La ferveur apostolique des missionnaires aussi : la correspondance, entre 1720 et 1780, est remplie de protestations de saine doctrine, parsemée de plaintes, celles des jésuites restés sur place après la suppression de la Compagnie10, celle des lazaristes à qui l’on empêche l’accès de Madagascar11.

13Depuis l’énumération de l’épître paulinienne, les obstacles à l’évangélisation sont bien connus et l’on sait que les-pires dangers peuvent venir des faux frères.

  • 12 SOCG, vol. 552, fos 399 r°-400 v°, lettre de Bagdad le 20 décembre 1704.

14Ce n’est pas que les missionnaires n’aient à redouter les mécréants ou les Infidèles, comme toujours : traversant la Perse en 1704, des capucins se hâtent de rejoindre, après un accident, la caravane qui a continué, dans la crainte d’être surpris par « les Arabes »12 ; les païens peuvent se montrer persécuteurs, nous l’avons vu au Siam, quand l’acculturation missionnaire paraît déstabiliser leur société.

15Mais les difficultés sont suscitées aussi aux missionnaires par d’autres chrétiens. Les protestants européens ne sont guère en cause : en Inde, au Cap, à Batavia, Anglais et Hollandais se font généralement secourables aux catholiques naufragés ou expulsés et Rome utilise leurs Compagnies autant que celle de France pour le transport des biens et des personnes.

16En revanche, les chrétiens orientaux séparés ne voient guère d’un bon œil l’activité des envoyés catholiques de Rome.

  • 13 SOCG, vol. 742, fos 101-102.

17Sur les rapports avec les Nestoriens, qui qualifient « la Ste Vierge du nom de mère du Messie et non de Mère de Dieu », ce qui est leur « principale hérésie », on pourra voir la lettre datée de Bagdad, le 16 mai 1749, de l’évêque de Babylone13 ; après la disparition de conseillers très opposés aux catholiques et qui les persécutaient, le patriarche nestorien fait des ouvertures à l’évêque qui pense lui répondre « pour tenter si je pourrais le gagner à la religion ».

  • 14 SC, vol. 3, f° 458 v°.

18Les Coptes d’Egypte « chismatiques très puissants dans ce pays et qui fournissent des prêtres au clergé d’abyssynie n’ont pas vu sans jalousie le passage » des missionnaires envoyés par Rome en Ethiopie, « et le Père Michel s’est trouvé dans la peine, mais par le canal de mes amis, je suis parvenu à les apaiser » écrit Magallon, négociant français du Caire, le 29 décembre 178914.

19Le danger des « faux-frères » enfin provient surtout des intérêts divergents des Européens établis dans l’océan Indien.

20Quand les missionnaires étaient les pionniers, au xviie siècle, guère de problèmes ; les obstacles surgissent quand leur présence contrarie intérêts ou habitudes.

  • 15 Ce missionnaire compagnon de Saint Vincent de Paul constate que « la plupart de cette colonie s’es (...)
  • 16 Lettre du 15 mars 1775, de Gabriel du Rocher, SC, 1, f° 148. Dans sa lettre de 1796, le P. Halnat, (...)

21L’exemple de Madagascar est probant. Le premier obstacle à la mission y est le scandale. Ce qui frappe M. Estienne, débarquant en 1663, c’est le contre-témoignage que présente aux Malgaches la conduite des Français de Fort-Dauphin, aventuriers, trafiquants dépourvus de tout esprit religieux15. Les obstacles viennent ensuite de l’administration : le gouverneur des Iles de France et Bourbon d’abord favorable aux missionnaires « s’est fait une loi de ne rien faire que de concert avec l’intendant qui ne gouste point ces sortes de bonnes œuvres, qui d’ailleurs s’est laissé gagner par les traitants d’esclaves et commerçants qui vont à Madagascar et qui craignent que la mission y ayant lieu et s’y établissant ils s’y trouvent gesnés dans leur trafic qu’ils n’y font qu’a la faveur des plus grands crimes16 ». Jouent enfin les rivalités entre nations, derrière lesquelles se dessinent des problèmes de juridictions qui touchent aux rapports entre les sociétés créoles et indigènes et mettent en cause à travers le « nationalisme » apparent les modalités même de l’acculturation.

  • 17 Sur cette affaire, voir SOCP, vol. 60 et notamment f° 437, lettre du P. Sébastien de Nevers, curé (...)
  • 18 Un mémoire italien, loc. cit., f° 510, fait remarquer : « non è nuova l’idea... della Corte di Fra (...)
  • 19 Bernis a obtenu les brefs souhaités le 2 octobre 1776 (loc. cit., f° 560).

22La cause plaidée — et gagnée — à Rome par le cardinal de Bernis, ambassadeur de France, en 1776, en offre un bon exemple17. Il s’agit d’obtenir un « bref de vicaire apostolique à M. l’évêque de Tabraka, membre des missions étrangères et revêtu depuis longtemps du caractère épiscopal ». En effet, il importe « de remplacer dans l’Inde les missions qui sont actuellement desservies par les Ex-Jésuites ». Seuls le peuvent les prêtres des Missions étrangères18. Rome et Lisbonne en sont d’accord. Dans le cas, les droits de l’évêque portugais de San Thomé seraient saufs si l’on s’inspirait de l’exemple de Saint-Domingue pour le partage de l’autorité ecclésiastique entre Français et Espagnols. Louis XVI est « inconstestablement en droit de refuser à un Prélat étranger toute autorité sur ses Sujets ». En effet, « il est essentiel de faire cesser les dispenses abusives qui s’accordent tous les jours... on a veü des enfants de famille se marier avec des Négresses issues d’esclaves malgré les oppositions de leurs parens, des mariages faits sans publication de bans,... d’autres mariages contractés au second degré sans dispense du Pape »19.

23Compte tenu de ces multiples obstacles, comment favoriser l’expansion missionnaire, quels moyens mettre en œuvre en un temps où, si l’on distingue, certes, on ne sépare pas les domaines spirituel et temporel ?

24Va-t-on mettre l’un au service de l’autre, ou réciproquement, sans toujours distinguer la fin véritable ou va-t-on au contraire se garder de toute collusion qui dénaturerait la fin spirituelle de la mission ?

Les moyens pris pour favoriser la mission

25A l’alternative ainsi posée, on se doute qu’il n’est pas de réponse tranchée et qu’il faut distinguer les cas ; mais la documentation consultée permet au total d’opter plutôt pour la deuxième solution.

26Certes, pour favoriser la mission, les opportunités politiques peuvent être saisies. On a vu que l’on compte, en 1788, sur les sympathies françaises d’un Tippoo-Sahib ; de même, la mission d’Ethiopie est relancée, à la même époque, par les suppliques parvenues à Rome de la part de l’empereur d’Ethiopie qui verrait d’un bon œil que les occidentaux l’aident contre ses ennemis.

  • 20 SC, 3, fos 124-128 (mémoire en français d’Esneval). La réponse du prince Eugène, de Vienne, le 11 (...)

27La mission doit-elle se confondre avec une présence politique, un soutien technologique ? La question n’est pas nouvelle. Dès la Régence, un marin, M. d’Esneval, adresse à la « Propagande » et au prince Eugène qui, prudent, répond de manière dilatoire20, des projets mirifiques de lutte contre le Turc en tendant, à travers la mer Rouge, la main à l’Ethiopie.

  • 21 Lettre, 252, fol. 429.

28Ces projets confondent quelque peu Croisade et mission ; même à Vienne, proche des Turcs, ils restent sans écho et à Rome sans suite. Lorsqu’à la fin du siècle, le P. Michel-Ange de Tricario est envoyé en Abyssinie, on insiste bien sur l’ouverture d’un hospice à Moka, la porte pour l’Ethiopie, car on ne peut ni ne veut transformer des ministres de l’Evangile en marchands d’armes21.

  • 22 SOCP, vol. 62, fos 893-896. Les guerres sont affaire des princes de ce monde, les chrétiens et les (...)

29En Extrême-Orient, l’exemple de la mission du Siam est très clair. Expulsés en 1779, Mgr Le Bon et ses compagnons estiment pouvoir rentrer clandestinement, en s’appuyant sur des prêtres chinois déjà en place ; mais les missionnaires, sauf l’évêque qui rentre en Europe, s’introduisent en province, loin du pouvoir central pour n’avoir pas à se dresser ouvertement contre lui. Surtout, et Mgr Le Bon, malade à Goa, y insiste fortement dans un post-scriptum en latin, il faut se garder de s’immiscer dans les guerres locales et de se faire accepter comme ceux qui apporteraient, avec le canon par exemple, une technologie supérieure et décisive. Non seulement c’est un motif de conscience, mais une telle erreur serait le sûr moyen de compromettre, en la dénaturant, l’activité missionnaire22.

30L’esprit et les intentions sont nets ; la pratique qui ressort des documents consultés paraît y correspondre. A la fin du xviiie siècle, cet évêque missionnaire définit à coup sûr la voie souhaitable et souhaitée par tous les responsables des missions, même si dans le passé et dans la pratique, immixtions ou collusions ont pu en certains cas être le revers d’un souci prégnant de l’incarnation du christianisme.

  • 23 Assiégé par les « Boxers » dans la cathédrale de Pékin, Mgr Favier trahit-il le caractère de sa mi (...)

31Quand l’expansion missionnaire reprend, au xixe siècle, dans un contexte colonial cette fois, même si l’appui politique ou la présence d’armées d’Europe favorise l’implantation — ou la réimplantation — des missionnaires, la position définie par Mgr Le Bon reste un principe constant de l’action des prêtres et religieux catholiques, principe qui n’exclut pas que l’Eglise apporte, comme elle l’a toujours fait, les secours spirituels aux combattants23.

32Au total donc, les comparaisons en amont et en aval permettent d’éprouver la tonalité spécifique d’un xviiie siècle, marqué par une retombée de l’élan missionnaire qu’il convient de nuancer cependant, d’évaluer en fonction d’obstacles structurels qui se font lourds avec le poids du temps.

Cadre géographique

33En situant les voyages des missionnaires dans l’océan Indien, ce cadre doit être entendu comme allant de la mer Rouge et de Bagdad jusqu’au Thibet, jusqu’à la péninsule indochinoise.

  • 24 Cf. H. de Lubac, La rencontre du bouddhisme et de l’Occident, Paris, 1952, p. 44 et M. Mollat, Les (...)

34Lien entre Afrique et Asie, Orient moyen ou extrême, l’océan et les mers adjacentes sont le lieu de passage obligé, le trait d’union, le carrefour d’échanges et d’influences au cœur desquelles est située la péninsule indienne mais qui s’étend jusqu’à la Chine. Le langage et la pratique de l’époque le marquent sans équivoque avec le « voyage d’Inde en Inde » et ce sont d’ailleurs les mêmes volumes d’archives qui regroupent les rapports d’Inde et de Chine. Ces écrits missionnaires permettent donc un coup d’œil sur l’Afrique orientale, l’Ethiopie, la péninsule arabique ; sur les Iles de l’océan, depuis Socotora jusqu’aux colonies françaises des Mascareignes en passant par Madagascar ; sur la péninsule indienne, bien sûr, avec ce qui la précède, notamment les chrétientés orientales d’Asie Mineure ; avec aussi ses prolongements missionnaires : Pégou, Siam, Cambodge, Cochinchine vers l’Orient, Thibet vers le Nord. Avec le Thibet se renoue une tradition médiévale quand une poignée de capucins, dans les premières années du xviiie siècle, s’avance par Patna, Katmandou, le Népal et le Boutan, sur les traces d’Odoric de Pordenone. C’est le moine du xive siècle qui avait révélé à la Chrétienté cette localisation du « royaume du Prêtre Jean »24. C’est au xviiie siècle précisément, en 1755, qu’Odoric fut béatifié par Benoît XIV. Les relations de l’époque considérée reflètent une image des pays et des peuples rencontrés, où, à l’engouement de la première période, au xviie siècle, succède un matériau utile pour la science positive, en géographie, en ethnographie, à l’âge des Lumières. En témoignent par exemple les documents cartographiques qui se rencontrent dans ces archives.

  • 25 Le vol. 30 de la série SOCP contient les archives des congrégations particulières tenues en 1682 ; (...)

35Ainsi d’une carte des années 1670, intitulée « Serra de Malavari ». Elle représente la côte de Malabar sur 250 milles environ. L’échelle en milles est donnée et un en-cart situe l’ensemble de la péninsule indienne dans l’Océan. L’image permet le dénombrement des ports, alignés sur la côte et représente dans l’arrière-pays, montagnes, terres cultivées, cours des fleuves, de « Messul » à « Maduré ». C’est une bonne production de la cartographie de l’époque, reflet d’une expansion missionnaire dont le texte, en légende, porte les traces. Cette légende vante les agréments du climat tropical et la religion des chrétiens de Saint-Thomas, donnant des pays exotiques cette image attirante par laquelle les missionnaires s’entendent alors à entretenir ferveur et intérêt chez le public européen25.

36Un siècle plus tard, le Nord de l’océan Indien ne serait pas tellement mieux représenté, mais on ne lirait plus un texte, résumé géographique, bilan, programme, qui tient au fond du prospectus de tourisme missionnaire.

Faiblesse numérique de la mission au xviiie siècle

37Pour l’espace immense qui va de l’Egypte à la péninsule indochinoise, les missionnaires catholiques ne sont qu’une poignée.

38Exceptons le clergé séculier ou régulier soumis au patronat du roi de Portugal et à l’autorité d’ordinaires locaux, exceptons dominicains et jésuites de Chine et d’Inde. Les missionnaires relevant de la « Propagande », regroupés autour d’un préfet ou d’un vicaire apostolique, religieux capucins, carmes, frères lais, prêtres des missions étrangères, jésuites restés sur place après la dissolution de la Compagnie, ne dépassent jamais, au même moment, quelques centaines. Ils représentent plus d’un millier à l’échelle du siècle. Le chiffre ne doit pas être à tripler, pour tout le xviiie siècle en réintégrant les catégories précédemment exceptées.

39Les couvents, hospices, ceux des Capucins dans les Etats du Grand Seigneur, en Perse, dans la péninsule indienne, au Bengale, sont généralement les relais pour le voyage missionnaire, le transit des subsides et constituent les têtes de pont pour les fondations plus lointaines.

  • 26 Voir SOCG, 552, fos 121 sq„ 396 sq. ; SC, 9, f° 644.
  • 27 SC, 20, fos 403-404.
  • 28 Sur la mission du Pégou : pour 1729-1730 voir notamment SC, 20, fos 370 sq. et Lettere 125, fos 29 (...)

40C’est à Goa, surtout pour le retour en Europe, c’est à Madras, Pondichéry, Chandernagor, c’est aux Mascareignes que l’on relaie. Les missionnaires destinés au Thibet en 1704-1706, ceux des années 1730, ceux de la fin du siècle encore, passent par Madras ou Pondichéry pour remonter vers l’intérieur26. Lorsqu’en 1731 on songe à élargir au Cambodge la mission de Cochinchine, ce sont les Capucins de Madras qui assureront le relais des moyens à acheminer27 ; de même pour la mission destinée au Pégou en 1729-173028. Les Mascareignes sont la base naturelle pour la mission de Madagascar et la préfecture apostolique de l’île de France est occupée par les prêtres des missions étrangères.

41Les nouveaux arrivants sont généralement une demi-douzaine à peine, ne dépassent jamais la dizaine, qui est le chiffre pour le Pégou. Les religieux ou congrégationistes sur place et qui les assistent sont plutôt moins nombreux qu’eux.

42Des missionnaires partis par petits groupes, la moitié parfois arrive à destination : fièvres, obstacles, longueur du voyage, manque de moyens, parfois mésentente entre membres de nations différentes les retardent ou les découragent en chemin. Partis à une demi-douzaine d’Italiens et de Français, les membres de la mission du Thibet ne sont plus que deux à peine valides à parvenir en même temps au Bengale après un an de voyage.

43Cette faiblesse numérique de la mission est attestée dès le début de la période, avant l’affaire des rites. Les vicissitudes ultérieures ne la corrigeront évidemment pas.

  • 29 SC, vol. 9, f° 449.
  • 30 Ibid., « quia noster inde victus procedit cum neque unum obolum ex Europa nobis mittunt ».

44Pour Pondichéry et Madras, une lettre en latin fait le point pour 1705-1706, à l’arrivée du visiteur apostolique29. A Pondichéry, trois pères capucins seulement, et trois églises à desservir : celle des Français, dans la citadelle, dont la communauté tire sa subsistance30 ; une, à deux milles de la ville, qu’un père dessert chaque dimanche ; enfin l’église en ville, avec la mission et l’hospice, où résident les Capucins. La paroisse contient plus de 1 500 âmes et les pères ont convertis 1 200 païens à la foi.

  • 31 Ibid., « Nulla preterit hebdomada quin aliqui adulti gentiles baptisentur ».

45A Madras, 10 fois plus de chrétiens : la paroisse compte 15 000 catholiques de toutes nations ; il y a une église pour les Malabars, sans distinction de caste, une pour les autres chrétiens, auxquels se joignent aussi des Malabars et trois écoles. Chaque semaine apporte de nouveaux baptêmes d’adultes31.

46Cette faiblesse numérique, structurelle, est au fond de peu d’importance si l’on considère la nature de l’activité missionnaire dont les effets attendus n’ont pas de commune mesure avec les moyens mis en œuvre.

Les voyages : données générales de la circulation et des communications

47Les données générales du voyage et de la circulation à travers les pays de l’océan Indien sont les mêmes pour les missionnaires, les soldats, les marchands ; à une différence près : les deux dernières catégories sont en général à destination une fois dans les ports ; le missionnaire, lui, doit encore souvent s’acheminer vers l’intérieur, peut-être l’inconnu ; sa pérégrination réclame une ténacité supplémentaire.

  • 32 La lettre en SC, vol. 9, f° 449, citée supra précise le mécanisme : « ne procrastinere viderer des (...)
  • 33 SC, 9, f° 541 r° : « Intellexi vos summopere mirari quod classis nostra quae prima die Augusti ex (...)

48Le temps du voyage est un temps long, rythmé par les moussons, les rotations des vaisseaux des Compagnies européennes32 et le transit du voyage « d’Inde en Inde ». Nouvelles et passagers peuvent avoir une saison de retard pour peu que les flottes pour l’Europe aient appareillé avant que la correspondance n’ait pu s’effectuer en Inde. Seule la flotte anglaise fait directement le voyage en Chine, ainsi que le rappelle aux responsables à Rome et à Paris, peu au fait apparemment des mécanismes du voyage d’Inde en Inde, une lettre datée d’Amsterdam le 26 octobre 170633. La flotte quitte Batavia avant l’arrivée des navires de Chine et du Tonkin ; quelques bâtiments attendent parfois pour porter le courrier de Chine en Europe où ils arrivent fin septembre, début octobre. Mais ils peuvent être obligés d’hiverner au Cap de Bonne-Espérance. Ces rythmes incertains des liaisons et ces retards valent dans les deux sens et pour tout le siècle : jusqu’à sa relâche au Kamtschatka, Lapérouse se plaint amèrement en 1787 qu’aucun courrier ne l’attende à ses escales de Chine ou des Philippines.

49Le temps long de la communication tient aux données maritimes. Il est encore obéré par les coupures dues aux guerres entre nations d’Europe. Successions d’Espagne, d’Autriche, guerre de Sept Ans, guerre d’Amérique, guerres révolutionnaires, le tiers des années que compte le xviiie siècle est occupé par des opérations militaires qui affectent les communications internationales.

50La lettre de 1706 porte au verso la mention « cette lettre étant venue par un vaisseau d’Angleterre, les Anglois l’ont ouverte, comme ils ont fait les autres vendes par la mesme voye ».

  • 34 SC, 35, f° 259.
  • 35 SC, 35, f° 644 r°, lettre du 18 juin 1778, lendemain du fameux combat de la Belle-Poule qui déclen (...)

51Les correspondances du Pégou sont rares. Une lettre en italien, datée de « Ramgum, 2 Frebraio 1777 » rappelle que dans le passé, la guerre entre Français et Anglais empêchait toute correspondance avec Rome34. Mais la guerre de Sept Ans est terminée depuis 1763 et celle d’Amérique va commencer ; le retour des communications à la normale, pour les missionnaires, après un décalage, dû à la fin de la Compagnie française, ne va donc guère durer. Quand en juin 1778 la France se dispose à entrer en guerre, le ministre Sartine conseille au Nonce de faire embarquer deux missionnaires destinés à Bombay sur des bâtiments autres que français, n’y ayant pas d’apparence qu’il en parte avant octobre pour l’île de France où la correspondance serait d’ailleurs impossible pour Bombay35.

Accueil des voyageurs, transfert des subsides

52Ces obstacles à la communication et à la circulation, souvent aggravés par la conjoncture, entraînent, par une compensation assez naturelle dans des microcosmes éloignés de l’Europe, une certaine solidarité des Européens établis sur place qui pratiquent l’hospitalité vis-à-vis des voyageurs missionnaires, pourvu bien sûr que ces derniers soient en transit ou ne ressortissent pas directement de leur autorité.

53Les services rendus par les protestants hollandais ou anglais aux missionnaires catholiques sont appréciables et en général appréciés. Leurs bâtiments, leurs circuits postaux et financiers sont utilisés. Ils se montrent obligeants et efficaces, quand les circonstances le permettent, même en temps d’hostilité.

  • 36 SC, 9, f° 644 r° : « ab Anglis qui factoriam hic habent urbaniter recepti sumus donec unam domuncu (...)

54Arrivé de Chandernagor, en route pour le Thibet, le capucin François-Marie de Tours fait étape à Patna, avant de repartir pour le Népal. Il atteste, en pleine guerre de Succession d’Espagne, la qualité de l’accueil des Anglais36.

  • 37 On avait pensé les mettre de force sur un bâtiment chinois, ce qui était les envoyer à la mort, la (...)
  • 38 Lettre « de Malac, le 26 décembre 1779 », SOCP, 62, f° 895.

55Lorsque les missionnaires sont expulsés du Siam sur un bâtiment maure de Sourate37 et arrivent à Malacca, en décembre 1779, les Hollandais, alliés il est vrai de la France contre l’Angleterre, mais toujours jaloux du monopole de leur Compagnie, les accueillent secourablement : « les hollandais de cette place, grands et petits, nous ont témoigné à notre arrivée toute sorte de politesse, d’humanité et de bonté. Voyant que nous arrivions assez dénués de tout, M. le gouverneur et les principaux de la ville se sont empressés de nous assister en tout ce dont nous pouvions avoir besoin. Nous ne pouvons trop nous en louer, c’est une justice que nous leur devons et nous en parlons avec une vraie et sincère reconnaissance », écrit Mgr Le Bon38.

56En revanche, des entraves peuvent être suscitées aux missionnaires soit par des membres d’ordres rivaux, soit par des Portugais jaloux des droits du patronat, soit encore par l’autorité locale de la nation à laquelle appartiennent les missionnaires.

  • 39 Dans une lettre en italien, le 28 novembre 1722, le P. Pietro, missionnaire pour le Thibet et supé (...)

57Ainsi avons-nous vu au long du siècle la mission à Madagascar empêchée par les Français des Mascareignes. En Inde, s’il faut en croire les plaintes des Capucins, les mauvais traitements de Dupleix compromettent leur œuvre39. Les contrariétés sont possibles. Il reste que l’implantation des Européens, l’organisation des Compagnies constitue à l’époque une aide appréciable aux activités missionnaires, par comparaison avec l’époque héroïque de la découverte et des apôtres isolés.

  • 40 SC, 35, f° 61, lettre de M. de La Borde, annonçant ce prix, réclamé par M. Bérard, armateur pour l (...)

58L’infrastructure des Compagnies, celle de France en particulier soutient les missionnaires relevant de la « Propagande ». Ils bénéficient notamment de la gratuité du passage. Aussi quand en 1776, après la dissolution de la Compagnie, il est réclamé 600 livres par personne pour 4 missionnaires destinés à l’île de France, le Nonce discute le prix et demande à Sartine d’obtenir un rabais40.

  • 41 SC, 3, f° 164.

59Les agents français rendent d’autres services. En 1737, le P. Michel-Ange de Turin, récollet, demande que la nation française qui a fait alliance avec le roi de Socotora favorise les liaisons de Moka avec l’Ethiopie. Le Conseil de Pondichéry répond le 18 octobre : « lorsque les vaux de la Compagnie iront à Moka le Conseil faira avec plaisir toucher annuellement un vaisseau à Socotora pour y débarquer les missionnaires et quelques provisions nécessaires à leur subsistance et donner ordre au Capitaine de es favoriser et appuyer en tout ce qui dépendra de Luy »41.

  • 42 Lettre du 20 novembre 1739, SOCP, 43, fos 262-265, « quella Real Compagnia francese... ha ottenuto (...)

60La voie française est alors prisée des missionnaires romains : en 1739 le protonotaire apostolique au Pégou demande à la « Propagande » de lui faire parvenir ses commandements par « Monsieur le gouverneur de Pontichéry », la Compagnie française venant d’obtenir du souverain local — avec lequel la mission a connu des difficultés — permission de commercer, par deux bateaux annuels et de tenir une factorerie42.

  • 43 Lettres de Moka le 14 août 1790, SOCG, 896, f° 279, et du 25 août 1791, f° 206. Les missionnaires (...)

61Dans les débuts de la Révolution encore, l’agent français de la Marine, à Moka, croit nécessaire de signaler à Paris et à Rome son zèle à procurer toutes facilités aux missionnaires de retour d’Abyssinie43.

  • 44 Ainsi, en 1705, le mémoire des choses nécessaires à la mission des capucins du Thibet, SOCG, 552, (...)

62Avec la circulation des personnes va de pair celle des fonds destinés à la mission. Quelques mémoires conservés dans les archives de la « Propagande » donnent une vue sur les besoins, au demeurant modiques, une fois assurés voyage et première installation44. Sur place, les missionnaires doivent se suffire au maximum par eux-mêmes.

  • 45 SC, 20, fos 708, 762.

63Dans les listes de matériel, avec les objets de culte bien sûr et la provision de vin de messe dont le renouvellement peut être aléatoire dans un pays comme le Thibet, on relève des livres et même, au Pégou en 1776 des cartes géographiques. Pour faire face à ces besoins, les circuits financiers des compagnies européennes aboutissent aux établissements relais pour les missionnaires, factoreries, comptoirs, hospices de l’Inde. Les fonds transitent par la Compagnie française et par les capucins de Chandernagor, quand il faut en transmettre, comme en 1732, à la mission du Thibet « qui est dans l’indigence »45.

  • 46 Loc. cit., f° 463 r°. Né en 1651, le célèbre financier devait mourir en 1729.
  • 47 Lettere, vol. 125, fos 17 et 18, f° 297, lettre du 30 décembre 1729.
  • 48 SOCP, vol. 43, f° 388.

64Dans les années 1727-1730, pour les subsides ordinaires destinés au Pégou46, les ordres sont adressés au P. Thomas de Poitiers, supérieur des capucins de Madras et les fonds sont versés par l’intermédiaire des sieurs Griffard, Alexander et Cie, de Londres47. En 1739, 30 000 écus romains sont remis à Canton « par la voie de France »48.

65Enfin, si l’on considère le déroulement et l’exécution du voyage proprement dit par les missionnaires, il convient de distinguer les traversées maritimes des voyages essentiellement terrestres.

Traversées maritimes

  • 49 En 1776 encore, des lettres de l’île-de-France soulignent combien les missionnaires ont à souffrir (...)

66Les premières bénéficient sur un siècle, de 1660 à 1760, de sensibles améliorations. Ni la durée ni le confort n’y gagnent beaucoup, sans doute, les traversées restant très pénibles49. Mais la sécurité, la régularité, les chances d’arriver à bon port sont augmentées. Le naufrage romanesque de Paul et Virginie n’est pas impossible, bien sûr. Mais des liaisons régulières sur des routes maritimes fréquentées depuis plus d’un siècle par des voiliers dont la construction et la marche ont sensiblement progressé, ramènent au domaine de l’habitude, voire de la routine, qui n’exclut pas l’accident, ce qui tenait naguère de l’aventure. On ne trouve pas, dans la documentation consultée, mention de traversées aussi mouvementées que celles que dut effectuer au xviie siècle le P. Nicolas Estienne, prêtre de la Mission, partant pour Madagascar où il devait trouver le martyre. Son odyssée rappelle les voyages sur mer de saint Paul et eût fait renoncer tout apôtre au zèle moins assuré. En 1659, il part de Paris avec deux pères et deux frères, pour s’embarquer à Nantes. Il commence par un accident de carrosse, dont la Providence le tire indemne. Ensuite, « la barque où ils estoient fut assaillie près de Bourdeaux d’une tempête des plus terribles... la nouvelle de leur naufrage fut même mandée à M. Vincent, mais M. Estienne plein de confiance assura de la part de Dieu tout le monde qu’aucun ne périroit ; sa prière et un voue que tout l’équipage fit à la Ste Vierge furent exaucés ». Le bâtiment se retrouve, sans mât ni voiles à Saint-Jean de Luz d’où le missionnaire repart pour La Rochelle s’embarquer avec ses confrères. Tout va bien jusqu’en Afrique ; au Cap Vert ils exercent leur ministère auprès des Portugais, baptisent même deux mahométans ; « mais a la vue du Cap de bonne Espérance ils furent surpris d’une tempête des plus violentes tout le monde se crut perdu, crioit miséricorde... leur espérance ne fut pas vaine ; la providence les conserva, le vaisseau échoua sur la côte ». Après un séjour au Cap et pourtant près de leur but, les missionnaires doivent prendre le parti de retourner en Europe à bord d’un hollandais qui les amène non à Madagascar, mais à Amsterdam en mars 1661.

  • 50 SC, 1, fos 30-32, « Extrait de la vie de M. Nicolas Estienne, prêtre de la Congrégation de la miss (...)

67Ce n’est que le 9 novembre 1662 qu’ils peuvent à nouveau partir de Nantes, après avoir éprouvé des retardements qu’ils mettent à profit pour missionner dans la région, assurer la « réconciliation à l’église » de protestants, d’officiers, de marins, de passagers en partance pour l’Amérique ou de l’équipage de leur propre bateau. Partis en 1659, ce n’est donc qu’en 1663 qu’ils parviennent enfin, « après une heureuse navigation », cette fois, « au port Dauphin de l’isle de Madagascar »50.

  • 51 SOCP, 62, f° 895 v°. La correspondance de Mgr Le Bon va du f° 893 r° à 896 v°.

68Lorqu’en 1779 Mgr Le Bon est expulsé du Siam, il relaie à Goa, venant de Malacca, attendant un retour en Europe. Sa lettre du 29 décembre 1779, de Malacca, comporte un post-scriptum du 24 juillet 1780, à Goa : « perveni Goa die 25 Aprilis 1780, satis aegrotans jam à viginti diebus »51 ; voilà donc 6 mois perdus pour le retour ; mais les délais dans ce cas sont dans l’ordre des choses ; la maladie sous ces climats en fait partie ; ce n’est plus de l’aventure, comme les naufrages à répétition du siècle précédent.

  • 52 Ainsi, M. Moissonnier, prêtre de la Mission à Marseille prend soin d’aviser la Congrégation le 25 (...)
  • 53 Lettere, 252, f° 429 (instructions en italien pour l’ouverture de l’hospice de Moka en 1788).
  • 54 Le 27 décembre 1730, le vicaire apostolique au Siam donne le récit du martyre de jeunes chrétiens (...)
  • 55 Un prêtre chinois, Jacques Tchang est resté au Siam, à Chantaboum, après l’expulsion des missionna (...)

69Les traversées maritimes, le voyage missionnaire, ne concernent pas que les Européens. Tout au long du siècle, les envois sont assez fréquents de chrétiens indigènes en Europe. Ce sont généralement des jeunes gens qui vont se faire éduquer dans les collèges romains : jeunes chinois qui débarquent à Marseille, après la peste et à la fin du siècle encore52 ; prêtres éthiopiens, formés au collège Urbano à Rome et sur lesquels on compte, pour l’efficacité de la mission du P. Michel-Ange Pacelli qu’ils doivent accompagner, par Moka, dans leur pays d’origine53 ; ou encore, élèves malgaches comme le jeune Vincent dont le cas, en 1800 est rappelé par M. Mollat dans l’article mentionné. En effet, les jeunes chrétientés autochtones témoignent, souvent vaillamment, de leur foi54. Le clergé indigène existe et rend de grands services pour propager la religion55. La formation attentive des chrétiens est un vecteur sur lequel, en Indochine particulièrement, comptent beaucoup les missionnaires.

70La liaison avec Rome est essentielle, quand l’Eglise a fait, à l’époque, le choix de l’identité du rite pour témoigner sans ambiguïté de l’universalité catholique.

Les voyages par voie de terre

71Pour les voyages par voie de terre, les conditions n’ont guère progressé depuis le Moyen Age. Les missionnaires au xviiie siècle ont à surmonter les mêmes difficultés que leurs prédécesseurs : lenteurs, obstacles à la traversée de l’Asie, palabres pour trouver place dans une caravane, accidents, incertitude des transports, fièvres et maladies dues au « mauvais air », rien ne manque au calvaire des six capucins destinés au Thibet.

  • 56 « Il semble que l’enfer soit dechaisné contre nous, partout nous ne trouvons que des retardements (...)

72Juste avant Noël 1704, le P. François-Marie de Tours écrit de Bagdad pour annoncer la mort du frère Fiacre de Paris et la maladie du P. Préfet qui doit rester sur place56. « L’air du pays » étant source de ces maladies, sans espoir de pouvoir « partir par eau de deux ou trois mois », on se résoud à un voyage à dos de mulet, bien incommodant : « le lendemain il m’arriva une plus grande disgrâce, nous marchasmes quasi tout le jour et après le repos de trois heures nous continuasmes a cheminer toute la nuit au clair de lune. Lon me donna dans cette occasion un mulet quasi aveugle et estropié. Vers minuit qu’il souffloit d’une grosse tramontane le mulet passant un ruisseau y tomba et me ietta dans leau d’ou ieus bien de la peine a me relever tout mouille et transi de froid ». On ne pense qu’à rejoindre la caravane et le religieux grelotte jusqu’au jour ; le lendemain, il eut encore la même monture qui le jette deux fois à terre. Arrivé à Mossoul, c’est au P. Felix de Montecchio de tomber malade. A Bagdad, seul le P. François-Marie est sur pied ; il voudrait bien qu’après la mort du frère Fiacre on lui adjoigne un autre compagnon français.

  • 57 Loc. cit., f° 541 r°.
  • 58 Loc. cit., f° 644, d’où sont extraites les citations en latin qui suivent.
  • 59 « quibus inconvenientibus facile obviabitur si unus vel duo hic medicinam exercendo sub silentio m (...)

73Nos missionnaires sont à Madras en mai 170657, près d’un an et demi après. Le 26 novembre 1706, le P. François-Marie écrit de Patna, nous l’avons vu58. Le voyage est encore long et difficile ; on s’est enquis des voies d’accès au Thibet : le Népal est à 18 jours de marche, il faut passer pendant les mois d’hiver ; après le Népal, on passera par le Bhoutan : « de istis regionibus sciscitati sumus et comperimus hanc esse certiorem et securiorem viam pro utroque Thibet, quamvis aliae existant sed non usitatae, periculosissimae ac minime frequentatae... omnes difficultas est hinc progrediendi in Negpal per montes abruptos neque illuc penetratur nisi per tres frigoris menses scilicet decembrem etc. Alio tempore non est possibile ob ventum urentem et veneratum ac propter aquarum abundantia (sic). Sed inde in Boutant facilis quocumque tempore est aditus », précise notre capucin qui cite l’exemple de jésuites demeurés deux ans au Népal, mais obligés de repartir, faute de liaisons avec l’Inde et de renouvellement de leur vin de messe59. L’organisation de relais et d’équipes vivant sur place est une condition du succès et de la continuité de la mission. On admettra qu’il faille dans tous les cas une somme de courage, de persévérance, de résistance physique et morale peu ordinaires pour mener à terme de pareilles entreprises et qu’une bonne organisation soit nécessaire pour les soutenir.

***

74Pour une époque où les « lumières » de l’esprit européen rayonnent plus par le rationalisme que l’ardeur de la foi, pour un xviiie siècle de la raison et du bonheur, coincé entre un xviie et un xixe d’invention conquérante de l’espace et de la conversion des âmes, les documents rassemblés par l’organisme central des missions catholiques constituent une source primordiale sur les caractères et les modalités de l’acculturation que représente l’action missionnaire. Bien des idées facilement reçues sur l’atonie de cette action, en ce siècle-là, ressortent très nuancées d’une telle lecture ; les ombres sont évidentes, mais le travail continu, en profondeur, prépare la reprise apostolique de la fin du siècle. La vocation missionnaire demeure. Les voyages se multiplient. La supériorité matérielle du xviiie siècle sur la période précédente se traduit par des progrès d’organisation, plutôt que de confort ou d’agrément qui faciliteraient les choses. En se banalisant, le voyage missionnaire reste une épreuve « pèlerine » de l’apôtre qui s’arrache toujours à lui-même et à la douceur de vivre.

Notes

1 Transcription du latin, non traduction qui devrait être « propagation ». L’accès aux documents est facilité par l’excellent inventaire, réalisé à partir de 1971 sous la direction de J. Metzler, Sacrae Congregations de propaganda fide memoria rerum, Rome-Fribourg-en-B.-Vienne.

2 Michel Mollat, « Les pays de l’océan Indien dans les archives romaines de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples », dans : Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, fasc. XLIV, Miscellanea Charles Verlinden, Bruxelles-Rome, 1974, pp. 437-451.

3 Sur le retentissement de la mort en 1710, en Chine, du Cardinal de Tournon, on peut se reporter notamment au duc de Saint-Simon, Mémoires, éd. Boislisle, t. XX, p. 200 sq.

4 SC, vol. 9, f° 449.

5 « Se ad censuras venire nolle, id est in istam costam, dum Dmus Patriarcha Romam redierit ».

6 Tout au long du siècle renaissent des tentatives d’évangélisation de Madagascar qui s’enlisent aux Mascareignes sans qu’il y aille de la faute des missionnaires. Au début du siècle, dans un pays fermé comme le Japon, le martyre est encouru par un prêtre, le Sicilien Sidoti, après 22 mois de dure prison (SC, vol. 20, fos 298 sq. ; 327). A la fin de l’Ancien Régime encore, la vocation missionnaire reste pratiquée comme une conversion à l’appel évangélique : une lettre annonce de Paris en octobre 1776 le départ pour la Chine de 5 missionnaires dont un curé de grande paroisse et un neveu d’évêque ; « le Seigneur lui donne la grâce de renoncer à toutes les dignités ecclésiastiques pour embrasser la vie apostolique » (SC, vol. 35, f° 140 r°).

7 Pour 1730, voir SC, vol. 20, f° 327 ; pour la période 1775-1779, cf. lettres de Mgr Le Bon, SOCP, vol. 62, fos 893 r°-895 v°. Les Chrétiens, particulièrement les soldats sont accusés de ne pas rendre au souverain le culte ou les devoirs qui lui sont dus. Retour aux origines du martyrologe romain, pour ces chrétientés d’Extrême-Orient, latines depuis l’option faite par Rome de l’unicité du rite pour l’universalité de l’Eglise catholique.

8 Pour l’Ethiopie, par le Caire et Moka, le P. Michel-Ange Pacelli de Tricario est envoyé en 1788-1789, en réponse aux demandes de l’empereur et d’un prêtre copte d’Adoua. Il est de retour en 1791, ses relations sont examinées à Rome en 1793 : SOCG, vol. 896, fos 118-128 et 249-266 en particulier. Pour l’Orient, la « Propagande » a recours à Louis XVI en 1788, afin de relancer si possible la prédication chrétienne dans les états de Tippo-Sahib qui recherche l’amitié française, cf. Lettere, vol. 252 : on aura recours au gouverneur de Pondichéry, Cossigny « cum familiaritate et gratia plurimum valeat apud Tipou Sultan » (f° 453 v°). Sur les instances du Nonce, les Ministres Montmorin et La Luzerne recommandent à Tippo de recevoir des missionnaires (f° 768). A Madagascar enfin, c’est dans les années de la Révolution, que la mission reprend après les tentatives infructueuses au cours du XVIIIe du P. de Noinville, du P. Moÿe, du P. du Rocher notamment. Le P. Halnat missionne dans la grande île et en rapporte une description de 1796 (SC, vol. 1, fos 251-264), analysée dans l’article cité de Michel Mollat.

9 En 1739, Mgr des Achards de la Baume, évêque d’Halicarnasse, visiteur apostolique, se heurte en Indochine aux religieux portugais qui réputent contraire au patronat de leur souverain les remèdes qu’il prétend porter à des abus criants, voir SOCP, vol. 43, en particulier fos 193 sq., fos 366-367, fos 407-432. Du coup, le Visiteur estime qu’une chrétienté naguère florissante est passée de plus de 80 000 chrétiens fervents à « hoggi 50 mille la maggior parte ignoranti », loc. cit., f° 227.

10 C’est le cas du P. Antoine-Marie-Joseph Garret qui assure de sa fidélité et de son zèle dans une lettre de Chandernagor, le 15 janvier 1776, SC, vol. 35, f° 17.

11 Voir lettres de Gabriel du Rocher, notamment le 25 avril 1786, SC, vol. 1, fos 154-155.

12 SOCG, vol. 552, fos 399 r°-400 v°, lettre de Bagdad le 20 décembre 1704.

13 SOCG, vol. 742, fos 101-102.

14 SC, vol. 3, f° 458 v°.

15 Ce missionnaire compagnon de Saint Vincent de Paul constate que « la plupart de cette colonie s’estoient laissé aller à toute sorte de débauches, brigandages, meurtres, impudicités, idolâtries même, de sorte qu’ils n’avoient plus de chrétiens que le nom qu’ils prophanoient par toute sorte de crimes », SC, 1, f° 30 v°.

16 Lettre du 15 mars 1775, de Gabriel du Rocher, SC, 1, f° 148. Dans sa lettre de 1796, le P. Halnat, incriminant d’ailleurs le peu de « zèle... des trois derniers préfets apostoliques », dont le P. du Rocher, corrobore ces raisons, soulignant que si, de Versailles et pressé par Rome, le ministre voulait appuyer la mission, « il étoit arrêté, trompé par les rapports faux et astucieux des Bureaux, salariés par les Gouverneurs des Isles pour... empêcher la Mission » (SC, vol. 1, f° 251 r°).

17 Sur cette affaire, voir SOCP, vol. 60 et notamment f° 437, lettre du P. Sébastien de Nevers, curé de Pondichéry en 1774 ; fos 510-514, mémoire en italien ; f° 534, lettre de Sartine au Nonce, le 5 mai 1776 ; fos 548-549, mémoire de Bernis dont sont extraites les citations.

18 Un mémoire italien, loc. cit., f° 510, fait remarquer : « non è nuova l’idea... della Corte di Francia di volar surrogare agli estinti Jesuiti nelle missione della Cina, delle Indie e del Malabar i Sacerdoti del Seminario degli Missione Straniere di Parigi ».

19 Bernis a obtenu les brefs souhaités le 2 octobre 1776 (loc. cit., f° 560).

20 SC, 3, fos 124-128 (mémoire en français d’Esneval). La réponse du prince Eugène, de Vienne, le 11 mai 1719 est au f° 128. Un rapport italien sur la question est au f° 117, un autre mémoire aux fos 341-350. Les projets de ce chevalier de Malte sont examinés à Rome dans les années 1730, où sont envoyées des missions à Moka, en 1731 (fos 71-72), en 1737 (f° 164). D’Esneval revient pendant vingt ans à la charge et la comtesse d’Esneval, en 1754 encore, du Caire, réclame des subsides.

21 Lettre, 252, fol. 429.

22 SOCP, vol. 62, fos 893-896. Les guerres sont affaire des princes de ce monde, les chrétiens et les missionnaires doivent se garder de s’en mêler : « nihil magis contrarium bono Missionis, nihil quod possit funestius in ipsam totalem Missionis ruinam vergere » (f° 896 r°).

23 Assiégé par les « Boxers » dans la cathédrale de Pékin, Mgr Favier trahit-il le caractère de sa mission à bénir et soutenir les chrétiens chinois et les marins européens qui le défendent, qui se défendent ?

24 Cf. H. de Lubac, La rencontre du bouddhisme et de l’Occident, Paris, 1952, p. 44 et M. Mollat, Les explorateurs du xiiie au xvie siècles, Paris, 1984, pp. 26-27 et 135 notamment.

25 Le vol. 30 de la série SOCP contient les archives des congrégations particulières tenues en 1682 ; on y trouve notamment des listes des églises de Malabar en 1667 (f° 324), des comptes rendus de visite de la mission de Madras (f° 329) et la carte en question, f° 367. La légende est la suivante : « questa provincia è nell’Indie Orientali dentro la Zona Torrida, ottigradi presso l’equatore. vi è sempre l’istessa staggione ; perpetuo l’equinotio e continua tu verdura, con Fiori... e non pochi elefanti. E habitata de Idolatri... ma vi sono piu di 80 luoghi di Christiani detti di S. Thome, presso i quali fiorisce quanto in altra parte della Chiesa catholica la venerazione delle Sac. Imagini e della S. Croce, la pieta verso le Anime del Purgatorio, l’osservanza del Sto digiuno... Si trova... christianita fondata da S. Thomaso Apostolo contenuta nell’Arcivescoviato d’Anganoli o Cannanor e rivocata da un nuovo scisma hereticale per opera de PP. Carmelitani Scalzi all’obedienzia della Sta Chiesa Catholica Romana ».

26 Voir SOCG, 552, fos 121 sq„ 396 sq. ; SC, 9, f° 644.

27 SC, 20, fos 403-404.

28 Sur la mission du Pégou : pour 1729-1730 voir notamment SC, 20, fos 370 sq. et Lettere 125, fos 297, 405, 419. Pour 1777, voir SC, 35, f° 259.

29 SC, vol. 9, f° 449.

30 Ibid., « quia noster inde victus procedit cum neque unum obolum ex Europa nobis mittunt ».

31 Ibid., « Nulla preterit hebdomada quin aliqui adulti gentiles baptisentur ».

32 La lettre en SC, vol. 9, f° 449, citée supra précise le mécanisme : « ne procrastinere viderer deserui et 29. Aprilis e Ponticherio profectus sum et in Madrastum veni expecaturus dum navis aliqua profici (-) quippe quod eo tempore frequentes sunt ac tempus bene dispositum ».

33 SC, 9, f° 541 r° : « Intellexi vos summopere mirari quod classis nostra quae prima die Augusti ex Indiis Orientalibus hic appulit nullas pro vobis aut parisiensibus litteras advexerit. Sed vos latet quod haec classis Batavia solvat antequam naves Sinicas et Tunquinenses illuc adveniant. Sunt enim aliae naves quae Sinicas et Tunquinenses naves Bataviae expectant, quaeque soient litteras ex Sinia et Tunquinio in Europam portare et in fine Septembris aut principio Octobris hic appellere : hae adhuc desiderantur ; incipimus autem metuere ne in promuntorio Bonae Spei aut in alio tuto portu cogantur hyemare et in vere solummodo adventurae sint... an forte classis anglica quae directe ex Sina venit similia nuntia attulerit, me prorsus latet » (souligné dans le t.).

34 SC, 35, f° 259.

35 SC, 35, f° 644 r°, lettre du 18 juin 1778, lendemain du fameux combat de la Belle-Poule qui déclencha les hostilités.

36 SC, 9, f° 644 r° : « ab Anglis qui factoriam hic habent urbaniter recepti sumus donec unam domunculam locati sumus ». Lettre de Patna, le 26 novembre 1706.

37 On avait pensé les mettre de force sur un bâtiment chinois, ce qui était les envoyer à la mort, la Chine étant alors fermée aux misssionnaires catholiques. Le roi du Siam ne désirait pas cette mesure extrême et l’on s’était ravisé, attendant un navire pour les établissements hollandais.

38 Lettre « de Malac, le 26 décembre 1779 », SOCP, 62, f° 895.

39 Dans une lettre en italien, le 28 novembre 1722, le P. Pietro, missionnaire pour le Thibet et supérieur de l’hospice de Chandernagor rapporte les persécutions du directeur français, à l’instigation des jésuites estime-t-il. A Pondichéry, le P. Anselme de Bourges croit qu’il ne va pouvoir tenir aux mauvais traitements du directeur, « Monsieur Dupleix », SC, 20, f° 766 r°.

40 SC, 35, f° 61, lettre de M. de La Borde, annonçant ce prix, réclamé par M. Bérard, armateur pour les Indes. La réclamation du Nonce, en novembre 1777 est au f° 437.

41 SC, 3, f° 164.

42 Lettre du 20 novembre 1739, SOCP, 43, fos 262-265, « quella Real Compagnia francese... ha ottenuto de questo Ré di fare qua il lore e libero commercio ».

43 Lettres de Moka le 14 août 1790, SOCG, 896, f° 279, et du 25 août 1791, f° 206. Les missionnaires avaient été recommandés en 1789 par une lettre du Caire, SC, 3, f° 458.

44 Ainsi, en 1705, le mémoire des choses nécessaires à la mission des capucins du Thibet, SOCG, 552, fos 396-397 ou bien celui des dépenses faites par les missionnaires du Pégou en 1776, SC, 35, f° 508 r°.

45 SC, 20, fos 708, 762.

46 Loc. cit., f° 463 r°. Né en 1651, le célèbre financier devait mourir en 1729.

47 Lettere, vol. 125, fos 17 et 18, f° 297, lettre du 30 décembre 1729.

48 SOCP, vol. 43, f° 388.

49 En 1776 encore, des lettres de l’île-de-France soulignent combien les missionnaires ont à souffrir des voyages par mer : SC, 35, fos 65, 73.

50 SC, 1, fos 30-32, « Extrait de la vie de M. Nicolas Estienne, prêtre de la Congrégation de la mission, martirisé dans l’isle de Madagascar en 1664 », copie faite en 1750.

51 SOCP, 62, f° 895 v°. La correspondance de Mgr Le Bon va du f° 893 r° à 896 v°.

52 Ainsi, M. Moissonnier, prêtre de la Mission à Marseille prend soin d’aviser la Congrégation le 25 septembre 1777 que l’élève chinois Vincenzo Nien est arrivé le 30 août. SC, 35, f° 408 r°.

53 Lettere, 252, f° 429 (instructions en italien pour l’ouverture de l’hospice de Moka en 1788).

54 Le 27 décembre 1730, le vicaire apostolique au Siam donne le récit du martyre de jeunes chrétiens flagellés pour avoir refusé de fouler la Croix et adorer les idoles. « Sperabamus fore ut intra paucos dies nostrum pro gloria Dei sanguinem effunderemus » : mais les missionnaires européens ne sont pas mis à mort (SC, 20, fos 354 sq.). Un demi-siècle plus tard, ce sont les mêmes difficultés qui se présentent et entravent la mission de Mgr Le Bon.

55 Un prêtre chinois, Jacques Tchang est resté au Siam, à Chantaboum, après l’expulsion des missionnaires français. C’est lui que, de Malacca, les compagnons de Mgr Le Bon vont tâcher de rejoindre.

56 « Il semble que l’enfer soit dechaisné contre nous, partout nous ne trouvons que des retardements qui nous occasionnent de grosses dépenses et qui nous épuisent. Les maladies ne nous donnent point de relasche et enfin la mort s’en mêle ». Lettre de Bagdad, le 20 décembre 1704, fos 399 r°-400 v°. Les citations en français qui suivent sont extraites de cette lettre.

57 Loc. cit., f° 541 r°.

58 Loc. cit., f° 644, d’où sont extraites les citations en latin qui suivent.

59 « quibus inconvenientibus facile obviabitur si unus vel duo hic medicinam exercendo sub silentio maneant » propose le P. François-Marie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 658k

Auteur

Université de Paris-Sorbonne

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.