Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

Marins, voyageurs et missionnaires

Poissons, marins, pauvres et démographie. Problèmes de méthode démographique

Paul Adam

Texte intégral

1A l’image de la démographie contemporaine, la démographie historique manie assez de chiffres, qu’elle traite de manière assez sophistiquée, pour donner l’impression d’une discipline mathématique, donc scientifique. Ce qui n’est pas seulement une impression. On peut se fier aux chiffres et aux analyses des historiens démographes. Mais les historiens, comme les scientifiques, sont gens prudents et l’addition des deux chapeaux sur une même tête ne fait que multiplier les précautions que prennent les historiens démographes pour ne pas dire plus ou autre chose que ce que disent leurs chiffres.

2Je vais plaider ici pour des recherches démographiques plus aventureuses, en utilisant l’exemple des marins et des pauvres, en même temps qu’une méthode de raisonnement d’habitude étrangère à l’histoire, ce dont Michel Mollat au moins ne pourra me critiquer puisque des titres historiques marginaux n’ont pas empêché que je reste de longues années à ses côtés à la Commission Internationale d’Histoire Maritime.

***

  • 1 L’auteur a été pendant plus de 20 ans chef de la division des pêcheries à l’OCDE.

3Si je n’ai jamais travaillé en démographie historique, j’ai beaucoup été en contact avec les biologistes s’occupant des ressources naturelles maritimes et spécialistes de la dynamique des populations de poissons ou autres habitants des mers1. Il est frappant de constater que, malgré tout autant de rigueur scientifique, les biologistes utilisent une démarche fondamentalement différente de celle des démographes.

  • 2 On trouvera toutes les explications et références spécialisées dans A. Laurec et J.-C. Leguen, Dyn (...)

4Certes, il y a des écoles concurrentes2, mais, en les examinant d’assez haut, on se rend compte que toutes ces techniques servant à estimer l’évolution des populations animales consistent à bâtir un modèle analytique-explicatif, peu à peu rectifié et amélioré au vu des observations. Il est important de noter qu’on revient toujours aux chiffres globaux, même si on ne peut les vérifier que par recoupements ou présomptions. Le but de ce retour au global n’est pas de trouver des chiffres définitifs, sûrs et complets mais de s’assurer de la cohérence du modèle, de mieux détecter les erreurs ou inconséquences et de se rapprocher des interrelations, toujours variables, entre les facteurs explicatifs qui sont essentiellement au nombre de trois :

  • les caractéristiques de l’espèce considérée : quoique mathématique la dynamique des populations ne peut pas se détacher des travaux plus traditionnels des naturalistes ;
  • les fluctuations climatiques ou océanographiques qui commandent les apports de plancton quand il le faut, ou non ; qui favorisent telle ou telle espèce, etc. ;
  • l’action des hommes qui pêchent parfois au-delà du raisonnable (c’est-à-dire au-delà du maximum renouvelable) et des prédateurs puisque du phytoplancton aux petits et grands phoques il y a une chaîne alimentaire complexe où le plus petit se fait manger par le plus gros.

5Le rythme de ces facteurs explicatifs est celui du déroulement du temps : tous les individus d’une classe d’âge suivent automatiquement le sort de cette classe d’âge. Les modèles mathématico-explicatifs répertorient les évolutions dans le temps par classes d’âge ce qui, avec des informations suffisantes, permet de comprendre ce qui se passe et de prévoir ce qui pourrait se passer dans les quelques années à venir, c’est-à-dire ce qu’il faudrait faire pour surmonter les difficultés et obtenir les pêches les plus rentables possible.

6L’histoire récente des pêches mondiales a montré la pertinence de ces travaux et leur valeur pratique : cas où la recherche scientifique a joué un rôle direct dans la vie internationale au plus haut niveau dans la mesure où le renversement du droit de la mer a été effectué, pour une part importante, sous la pression des pêcheurs de tous les pays du monde dont les craintes étaient confirmées par les recherches de la biologie marine et plus particulièrement de la dynamique des populations.

7Il est inutile d’aller plus avant dans le détail des travaux auxquels se consacrent les spécialistes. Ce sont leurs conclusions qui comptent. Et en l’occurence, la conclusion, très générale, pratiquement et scientifiquement prouvée, est connue de tout le monde : sans une protection et une organisation de la pêche, beaucoup de stocks de poissons seraient menacés de destruction, ou seraient maintenus à un niveau d’exploitation inférieur, très inférieur, à ce qu’il pourrait être avec une gestion plus raisonnable.

8Cela ne veut nullement dire qu’on sait tout sur la vie des poissons, sur leurs nombres et leurs habitudes. Loin de là ! Mais les ignorances et lacunes ne mettent pas en défaut la validité de la conclusion pratique.

***

9Quand on songe à l’importance prise aujourd’hui par le problème du nombre des hommes, on se prend à penser que les démographes craignent les conclusions autant qu’ils les recherchent. En tout cas les résultats pratiques de leurs prévisions sont maigres. Il y a 50 ans les avertissements alarmistes sur le « péril jaune » n’allaient pas au-delà d’un chauvinisme sommaire. Aujourd’hui, on ne dépasse pas les constatations très générales du genre de celles du Club de Rome dont les scénarios pessimistes impressionnent mais changent peu les comportements.

10Les historiens démographes sont encore moins suspects d’audace scientifique. Il y a un décalage considérable entre ce qu’on aimerait savoir et les modèles utilisés, banalement sériels, très loin de pouvoir confirmer ou informer des théories cherchant les explications qu’on pourrait proposer aux évolutions démographiques. Alors qu’en ce domaine le passé pourrait aider à comprendre le présent, il semble qu’il n’en résulte qu’une prudence accrue des historiens.

11En tout cas, la méthode des historiens démographes s’oppose à celle des dynamiciens des populations animales sur deux points très importants et cela d’autant plus, en ce qui concerne le deuxième, qu’on y trouve une similitude de méthode appliquée à une situation de fait inversée.

12La première différence entre dynamiciens et historiens est que ces derniers ne se risquent que rarement à globaliser, et donc à conclure. Les sociétés humaines sont plus complexes que les sociétés animales et les raisons de leur comportement sont plus difficiles à analyser. On a souvent du mal à imaginer comment toutes les décisions et situations individuelles, dont l’addition produit les évolutions démographiques, peuvent être ramenées à des mécanismes communs. Alors le processus de la recherche chemine doucement, pas à pas, au fur et à mesure que l’on peut tirer des conclusions, partielles, étayées par de solides documentations. Par exemple, on conclut pour la France des xvie-xviiie siècles, mais sans que cela puisse s’extrapoler ou se généraliser ; l’Allemagne de la même époque a évolué différemment, ne serait-ce qu’à cause de la guerre de Trente Ans, et demanderait un tout autre modèle ; etc.

13La seconde différence se présente comme une similitude. Les historiens comme les dynamiciens utilisent des modèles chronologiques rassemblant par classes d’âge les populations qu’ils étudient. Mais si les populations animales sont directement et uniquement soumises aux aléas des conditions naturelles au jour le jour, les êtres humains ont la caractéristique et la faculté d’opposer à ce qu’ils subissent, leurs traditions, leurs organisations, leurs préjugés, leurs initiatives. Et, à ce titre, les différents groupes ne sont pourvus ni des mêmes volontés ni des mêmes possibilités. C’est dans le jeu changeant des positions de ces différents groupes que se font les évolutions, ou les révolutions démographiques. Des moyennes générales qu’on calcule, on ne sait souvent qu’une seule chose : elles ne sauraient correspondre à aucun comportement moyen réel.

  • 3 Cf. Démographie et Destin des Sous-Populations, Colloque de Liège, Sept. 1981, AIDELF, Paris, 1983

14Bien sûr, les démographes, historiens et contemporains, sont les premiers à connaître ce grave défaut. Mais ils ne savent pas très bien comment le corriger sinon en accentuant encore leur prudence. La connaissance précise et chiffrée des différents groupes qui constituent une population est souvent rendue difficile sinon impossible par l’insuffisance ou même l’absence de données statistiques correspondantes3.

  • 4 Cf. l’article de C. Lévy et L. Henry dans Population, Oct.-Déc. 1960, Paris.

15Heureusement il y a des situations où la population a été homogène dans sa grande majorité, du moins le dit-on. Ainsi de la France des xvie-xviiie siècles avec environ 80 % de paysans : peu y importait encore un comportement démographique ne touchant que quelques ducs et pairs4.

  • 5 Cf. F. Lebrun, Les Crises Démographiques en France aux xviie et xviiie siècles, in Les Annales, Ma (...)

16Mais alors apparaît une autre lacune de la démographie historique : ne pas pouvoir chiffrer l’impact variable des catastrophes qui, en une ou plusieurs années, font beaucoup plus de morts que d’habitude, sans compter les non-naissances. Si ces catastrophes font partie de cyles, alors normaux dans le but de ramener à l’équilibre, il n’est pas sûr que ces réactions étaient adaptées, ou proportionnelles aux déséquilibres à corriger puisque même après coup personne ne saurait définir cet équilibre. Ce raisonnement du retour à un équilibre par le moyen de catastrophes, pour logique qu’il soit, reste une constatation sans portée autre que vague et générale tant que les mécanismes précis n’en sont pas mis en lumière et chiffrés5.

***

17Ayant dû pendant des années utiliser pour mon travail les conclusions des dynamiciens, j’ai souvent eu à choisir entre des positions sinon opposées du moins annonçant des évolutions plus ou moins lentes, des situations plus ou moins dangereuses. Par comparaison, par référence aux modèles connus, ou même en se plongeant dans le détail des travaux spécialisés, on pouvait se faire une idée défendable et cela d’autant mieux que les oppositions trop marquées s’expliquaient presque toujours par le désir de protéger des intérêts nationaux bien connus de tout le monde plutôt que par des raisons proprement scientifiques. Non seulement je pouvais, mais je devais travailler ainsi car les autres économistes et administrateurs s’occupant des pêches travaillaient de la même manière.

18En revanche, quand on essaye de tirer des travaux des historiens démographes des conclusions simples qui pourraient servir à d’autres travaux, par exemple d’histoire maritime, on est loin de rencontrer les facilités que je trouvais avec la dynamique des populations marines. Il faut aller soi-même dans le détail de travaux qui ne sont pas toujours faciles à suivre à force de nuances rendant compte de réalités fuyantes et on doit en tirer soi-même les conclusions ou du moins aller au-delà des conclusions qui sont données et qui sont toujours trop prudentes et trop restreintes pour qu’on puisse les utiliser telles quelles sans y rajouter un peu de « punch ».

19L’étude des gens de mer et quelques aperçus sur l’histoire de la pauvreté rendent apparent ce décalage. Alors que, pour des raisons différentes, ce qui importe peu, il est au moins aussi difficile d’analyser et de comprendre le comportement des poissons sous l’eau que celui des humains à la surface de la terre, le peu qu’on sait des premiers permet des conclusions opérationnelles de grande importance alors que les lents travaux de démographie historique aboutissent à justifier de nouvelles recherches plus qu’à proposer des conclusions.

20Et pourtant, les marins et les pauvres étaient manifestement de ces groupes ayant une démographie particulière, une démographie qui suggère une hypothèse de portée générale qui mériterait, peut-être, une étude sérieuse.

  • 6 Inutile de citer ici les travaux de Michel Mollat sur les pauvres. Il faut en revanche citer Gens (...)

21Etant donné que les marins et les pauvres mouraient plus que les autres catégories d’une même population et ont eu des conditions de vie qui rendaient plus difficiles qu’à d’autres de faire des enfants puis de les nourrir et entretenir6, il serait logique de poser l’hypothèse que les marins et les pauvres ont eu un taux de renouvellement négatif : c’est-à-dire que des malheurs individuels poussaient vers la misère des familles, auparavant plus favorisés, pour combler les vides démographiques dûs à la pauvreté. Comme on a toujours trouvé des marins, même en les payant très peu, et 3u’on n’a jamais manqué de pauvres, ne peut-on se demander si le modèle démographique d’ancien régime, de tous les anciens régimes, n’aurait pas comporté la soupape d’échappement de la pauvreté qui avait beaucoup de souplesse car, selon les besoins, elle pouvait accroître le débit de l’élimination de la population en surnombre. On sait que le nombre des pauvres à éliminer pouvait être considérable, on l’a vu au xixe siècle avec la fameuse famine irlandaise... Il est vrai que le xixe siècle marque le dérèglement du système démographique d’ancien régime !

22Cette hypothèse se heurte à deux objections :

  • la première serait le cynisme qu’elle implique ; il serait choquant de devoir admettre que pendant des siècles et des siècles nos ancêtres aient eu l’hypocrisie d’utiliser la pillule a posteriori de la misère pour régler le problème des subsistances... mais, si c’était vrai et prouvé, il faudrait bien l’admettre sans que personne n’ose plus maintenir l’assimilation misère-vice que faisait Malthus7 ;
  • la seconde objection est l’aggravation de la situation des pauvres en Europe au xixe siècle (l’Irlande déjà citée, le prolétariat industriel anglais, toutes les émigrations européennes vers l’Amérique) et dans le tiers-monde au xxe siècle ; F. Braudel parle même dès le xvie siècle d’une aggravation de la « férocité bourgeoise » à l’égard des pauvres8.
  • 9 J’ai déjà eu l’occasion (cf. Systèmes Economiques et Histoire, 1980) de nuancer ces résumés de thé (...)

23Pour repousser cette seconde objection, on doit revenir à Malthus dont le modèle démographique (il disait le principe de population) était faux — on le lui a assez reproché — mais réussissait à être global et se dirigeait ainsi vers une solution exacte9. Selon ce modèle, si l’on aidait un pauvre à survivre, ou pire à procréer, on n’augmentait pas les subsistances à partager donc on aggravait les malheurs des pauvres et la malveillance des nantis à leur encontre. En reliant la diminution des grandes épidémies et les premiers progrès de l’hygiène, dans la France du xviiie siècle (surtout la deuxième moitié), à la croissance de la population française entre 1700 et 1789, on s’aperçoit que des misères trop ostensibles n’ont ensuite été évitées que par une précoce restriction générale des naissances.

  • 10 J’ai souvent rêvé qu’un économiste connaissant bien l’Italie médiévale fasse une thèse sur Saint F (...)

24En permettant aux pauvres de survivre en tant que tels, en leur donnant au xixe siècle un statut de « prolétaires aliénés », le monde occidental européen leur a accordé un droit à l’existence qui pourrait être à l’origine du dérèglement de la régulation démographique traditionnelle. Suggestion ou hypothèse tellement brutale qu’on aurait envie de la gommer ! Mais quelle autre explication pourrait rendre compte des démographies folles du monde moderne, ou des charités de tant de gens qui se sont occupés et préoccupés des pauvres sans jamais de succès définitif10 ?

***

  • 11 Cf. Marschall Sahlins, Age de Pierre, Age d’Abondance, trad, de l’anglais, 1972, Paris, 1976.

25Les sociétés primitives étudiées par P. Clastres (indiens d’Amérique du Sud) ou J. Malaurie (esquimaux de Thulé) semblent avoir été des exemples de sociétés appliquant une stricte régulation démographique permettant une adaptation à long terme au niveau des ressources connues et des techniques utilisées. La démarche de Sahlins, opposée car généralisatrice, conduit à une solution identique selon laquelle ces sociétés auraient recherché la stabilité d’un équilibre à long terme où une partie des ressources disponibles restait inutilisée de façon à éviter d’être pris au dépourvu en cas de crises ou catastrophes dont l’expérience montrait qu’elles survenaient de temps en temps : c’est du moins ainsi qu’on peut interpréter la société d’abondance de Sahlins11.

26Les sociétés policées, que l’on appelle aussi historiques, n’auraient pas eu la même prudence et auraient davantage compté sur l’élimination que l’on pourrait dire naturelle... avec le même cynisme que l’on reproche à Malthus puisqu’il s’agit de l’élimination par les lois de l’économie qui veut que la misère soit « mortifère » comme le dit joliment F. Lebrun.

27Un économiste peut estimer sa discipline hypocrite quand elle ne relie pas suffisamment les contraintes purement économiques qu’elle édicte en les découvrant, avec les conséquences sociales ou démographiques de ces contraintes. Il arrive que l’économie soit pour toutes les autorités, quelles qu’elles soient, une manière de se débarrasser de certains problèmes difficiles et, depuis qu’il y a des hommes responsables de gouverner les autres, le problème des pauvres n’a jamais cessé d’être le plus impossible à résoudre.

28Un petit calcul sur le sel sera utile si l’on veut replacer à son époque cette suggestion que la mort par pauvreté a pu être le régulateur de dernière ressource du modèle des sociétés historiques d’avant le xixe siècle. On a besoin paraît-il de 10 g de sel par jour soit 300 g par mois, environ 4 F du kg dans un supermarché d’aujourd’hui, c’est-à-dire 1,50 F par mois. En supposant qu’une gabelle de 2 000 % y soit appliquée (ce qui serait excessif car ce sel à 4 F est déjà soumis à impôts), cela ferait une dépense mensuelle de 30 F, moins de 1 % du Smig. Or il y a 300 ans, les officiers percevant les impôts avaient la générosité forcée d’exempter de gabelle, au moins partiellement, ceux qui étaient vraiment trop pauvres.

  • 12 Une autre espèce ni animale ni humaine ce qui n’est pas le sujet de J. Dupâquier, De l’animal à l’ (...)

29Dans de telles conditions, ce qu’il y a d’étonnant, ce n’est pas tellement que les pauvres mouraient plus que les autres, mais plutôt qu’ils aient manifesté une telle obstination à survivre. Reste la difficulté de compter les pauvres pour prouver leur non-renouvellement : gueux, errants, sans-famille n’ont pas laissé de traces et restent insaisissables pour le démographe12.

Notes

1 L’auteur a été pendant plus de 20 ans chef de la division des pêcheries à l’OCDE.

2 On trouvera toutes les explications et références spécialisées dans A. Laurec et J.-C. Leguen, Dynamique des Populations Marines Exploitées, Tome I, Concepts et Modèles, CNEXO, Brest, 1981. Les modèles des dynamiciens ont deux buts : reconstituer les structures des populations pour proposer des approximations remplaçant les chiffres inévaluables directement ; et tester des explications. Les modèles des démographes, qui répondent surtout au premier but, ne touchent que rarement au second.

3 Cf. Démographie et Destin des Sous-Populations, Colloque de Liège, Sept. 1981, AIDELF, Paris, 1983.

4 Cf. l’article de C. Lévy et L. Henry dans Population, Oct.-Déc. 1960, Paris.

5 Cf. F. Lebrun, Les Crises Démographiques en France aux xviie et xviiie siècles, in Les Annales, Mars-Av. 1980, pp. 205-234. Les crises démographiques (épidémies, famines...) sont souvent l’occasion de constater que toutes les classes sociales sont égales devant la mort quoiqu’on puisse se demander si certaines ne sont pas « plus égales que d’autres ». En effet, on constate aussi que les pauvres meurent davantage et naissent moins. C’est Jacques Dupâquier qui le dit de la façon la plus claire. « La société avait tendance à se purger par le bas, en privant du droit de reproduction les éléments rejetés en marge et en réduisant leurs chances de survivre » (Introduction à la Démographie Historique, Paris, 1974, p. 94). Mais ce n’est qu’une phrase dans le corps du texte et non une conclusion : l’idée n’est pas reprise dans la conclusion.

6 Inutile de citer ici les travaux de Michel Mollat sur les pauvres. Il faut en revanche citer Gens de Mer en Société, Colloque de Bucarest, 1980 (CIHM), qui n’a paru qu’en édition ronéotée.

7 Cf. l’Essai de Malthus, fin du chap. V.

8 Cf. F. Braudel, Les Structures du Quotidien, Paris, 1979, p. 56.

9 J’ai déjà eu l’occasion (cf. Systèmes Economiques et Histoire, 1980) de nuancer ces résumés de théories économiques qui prennent l’allure de catalogues d’erreurs. Toutes les grandes théories économiques sont générales (cf. le titre de l’ouvrage de Keynes dont le sujet était pourtant limité à l’économie anglaise de son époque) dans la mesure où elles sont plus générales que les précédentes, c’est-à-dire englobent des éléments essentiels qui n’étaient pas inclus dans les théories antérieures. Mais elles ne peuvent pas être générales au point de prévoir l’avenir et notamment les transformations que causerait leur propre justesse. Il ne faut pas oublier qu’en sciences humaines une théorie n’a pas besoin d’être reconnue comme juste par les corps constitués pour avoir de l’influence : la France a été « malthusienne » avant Malthus et l’Angleterre l’est devenue tout en le critiquant.

10 J’ai souvent rêvé qu’un économiste connaissant bien l’Italie médiévale fasse une thèse sur Saint François d’Assise. La richesse commençante des villes sécrétant la sainteté la plus dépouillée ! Le maniement de l’or multipliant le nombre des pauvres ! Et le pape réunissant aussitôt riches et pauvres pour réaliser la grande communauté chrétienne ! Comment a-t-on pu imaginer une pareille réalité qu’on croirait sortie d’un songe utopique et fou ?

11 Cf. Marschall Sahlins, Age de Pierre, Age d’Abondance, trad, de l’anglais, 1972, Paris, 1976.

12 Une autre espèce ni animale ni humaine ce qui n’est pas le sujet de J. Dupâquier, De l’animal à l’homme : le mécanisme autorégulateur des populations traditionnelles, Rev. de l’Institut de Sociologie, Bruxelles, 1972, 2, pp. 177-211.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.