Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

Le sel dans les Pays-Bas Bourguignons au Moyen Age et au xvie siècle

J.A. Van Houtte

Note de l’auteur

Michel Mollat a organisé en 1967 le colloque sur le sel, a dirigé la publication de ses Actes et les a présentés dans une dense introduction : « Le rôle du sel dans l’histoire : caractères généraux et position des problèmes », dans : Le rôle du sel dans l’histoire, Paris, 1968, pp. 9-19, reproduit : M. Mollat, Problèmes d’histoire maritime, Turin, 1977, pp. 705-713. La présente contribution à l’hommage qui lui est rendu ne prétend guère à l’originalité. Nous avons surtout voulu dresser un état de la question en informant sommairement le lecteur de langue française de résultats de recherches qui lui sont en grande mesure inaccessibles.

Texte intégral

  • 2 H. Thoen, « Iron Age and Roman Salt-Making Sites on the Belgian Coast », dans : Salt, the Study of (...)

1Les Pays-Bas furent autrefois le siège d’un saunage qui ne manquait pas d’importance. Ses origines remontent au moins aux première et deuxième époques de La Tène (ve-iie siècles av. J.C.). Il a laissé des traces à divers endroits de la côte flamande et du delta néerlandais, et même dans des localités comme Bruges, à présent à l’intérieur des terres mais que la première transgression dunkerquoise, en submergeant la frange de la plaine côtière, avait mises en contact direct avec la mer. Le sel était produit par le procédé du briquetage. On obtenait un alcali salin en évaporant de l’eau de mer, mais l’insolation étant insuffisante à cette latitude on le bouillait ensuite jusqu’à ce qu’on pût former de sa précipitation des pains de sel. L’inventaire archéologique renseigne sur un grand nombre d’instruments d’argile ayant servi à cette fabrication2.

  • 3 S.J. de Laet et W. Glasbergen, De voorgeschiedenis der Lage Landen, Bruxelles, 1959, pp. 194-195 ; (...)
  • 4 Corpus Inscriptionum Latinarum, Berlin, depuis 1863, XI, pp. 390 et 391.
  • 5 Sur la côte septentrionale de l’île de Noord-Beveland, Pays-Bas, province de Zélande, commune de Ko (...)
  • 6 J.E. Bogaers, L.P. Louwe Kooymans, A. Trimpe Burger et P. Stuart, Deae Nehalenniae. Gids bij de ten (...)

2Celle-ci était-elle dès lors facilitée par l’aménagement de marais salants ? Les témoignages archéologiques de ceux-ci ne remontent pas au-delà de l’époque romaine. Ils se présentent sous la forme d’un quadrillage de bassins rectangulaires. On a en outre mis à jour à plusieurs endroits des batteries contemporaines de fours chauffés à la tourbe, qui servaient à la cristallisation du sel par ébullition. Désormais la saunaison s’éclaire au surplus par des textes. On connaît depuis longtemps les deux inscriptions découvertes à Rimini, dédiées par les sauniers des Cités des Morins et des Ménapiens, situées respectivement entre l’embouchure de la Canche et celle de l’Yser ou plus probablement de l’Aa et entre ces dernières et celle du Vieux-Rhin3, à un centurion romain. Celui-ci, en garnison à Neuss sur le Rhin sous le règne de Vespasien (69-79), s’était acquis leur reconnaissance par ses achats de sel4. Ce genre de sources s’est considérablement enrichi il y a une quinzaine d’années par la découverte dans les eaux de l’Escaut Oriental, devant le hameau de Colijnsplaat5, d’une bonne centaine d’autels votifs dédiés à la déesse tutélaire locale Nehalennia. Il semble qu’on ait vénéré celle-ci comme protectrice de la navigation. Quatre dédicaces se rapportent au commerce du sel, et trois autres à celui de la saumure. Trois marchands du sel étaient des habitants de Cologne, et un marchand de saumure était originaire du pays des Trévires. Ils confirment l’importance de la région rhénane comme débouché de la saunaison. D’autre part, plusieurs autels se rapportent au trafic entre les Pays-Bas et la Bretagne romaine. Y aurait-on également exporté une partie du saunage ménapien et morin6 ?

  • 7 Codex Laureshamiensis, éd. K. Glöckner, Darmstadt, 1929, I, p. 380, n° 97.
  • 8 J.J. Hoebanx, L’abbaye de Nivelles des origines au xive siècle, Bruxelles, 1952, pp. 220-228. Le te (...)
  • 9 H. van Werveke, « Les propriétés excentriques des églises du haut Moyen Age », dans : Revue belge d (...)
  • 10 W. Jappe Alberts et H.P.H. Jansen, Welvaart in wording. Sociaal-economische geschiedenis van Nederl (...)

3Les autels de Nehalennia datent de la fin du IIe et de la première moitié du iiie siècle de notre ère, la fin de l’occupation romaine de la région. La plaine côtière était alors en proie non seulement aux ravages des pirates germains mais en outre à la deuxième transgression dunkerquoise qui inonda l’habitat existant. La mer ne se retira derechef qu’à partir du viie ou du viiie siècle. On ne s’étonnera donc point du silence des sources quant à notre sujet durant cet intervalle. La première mention ultérieure qui s’y rapporte date de 775/6, quand l’abbaye de Lorsch près de Worms reçut en don 17 culinas ad sal faciendum, c.à.d. des salines situées dans l’île de Walcheren7. De même, Charles le Chauve fit don à l’abbaye de Nivelles d’une propriété « en Frise » dont les serfs étaient redevables de services ad salem8. On sait que l’acquisition de domaines éloignés, susceptibles de fournir des produits jugés indispensables mais dont l’engourdissement du négoce ne garantissait pas un approvisionnement régulier, était alors de pratique courante dans les établissements religieux9. On s’est demandé à ce propos si le sel ne faisait pas partie de l’assortiment de marchandises que l’actif commerce frison de l’époque écoulait dans le bassin du Rhin, dans les îles Britanniques et jusqu’en Scandinavie10. L’indigence des sources ne permet pas de répondre à la question.

  • 11 A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre de l’époque romaine au xviiie siècle, Bruxelles, (...)

4On ne sait pas davantage si les marais salants de l’époque romaine survécurent à la transgression marine. On n’en possède pas de vestiges archéologiques postérieurs à celle-ci. On serait tenté d’attribuer cette carence au manque d’intérêt que les fouilleurs ont trop longtemps témoigné à l’égard de la période franque. Toutefois, il est vraisemblable que le nouveau bouleversement de la côte qui survint par suite de la régression marine à l’époque carolingienne ait mis un terme à l’ancien procédé de fabrication. La formation d’une ligne à peu près continue de dunes derrière la laisse de haute mer, ainsi que les premiers endiguements aux environs du tournant du millénaire11 ne permirent plus de capter dans des bassins l’eau de mer à bouillir.

  • 12 A.R. Bridbury, England and the Salt Trade in the Later Middle Ages, Oxford, 1955, pp. 10-11.
  • 13 Dans l’île de Schouwen-Duiveland, Pays-Bas, province de Zélande.
  • 14 Quellen zur Geschichte des Kölner Handels und Verkehrs im Mittelalter, éd. B. Kuske, Bonn, 1918-193 (...)
  • 15 Ibid., II, n° 986.

5Il est probable que la fabrication indigène du sel n’en cessa pas pour autant grâce à un autre mode de production. Rien n’interdit d’ailleurs de penser qu’il fût déjà usité auparavant concurremment avec d’autres. Mais sa pratique n’est attestée, d’ailleurs abondamment, que depuis les derniers siècles du Moyen Age. Il consistait à utiliser la salinité des dépôts de tourbe. Celle-ci abondait dans le sous-sol des polders par suite de la décomposition de matières végétales occasionnée par les transgressions marines. Les cendres de tourbe, trempées dans de l’eau puisée à la mer, étaient bouillies dans des chaudrons chauffés également au moyen de tourbe12. Ce traitement donnait un sel de la meilleure qualité. La ville de Cologne, veillant à la qualité du hareng saur, exigeait encore en 1480 des villes principales dont elle l’importait, à savoir Anvers, Dordrecht et Zierikzee13, qu’il fût salé au sel de tourbe, alléguant qu’il conservait le mieux. Ce n’était qu’au cas où celui-ci viendrait à manquer qu’il était loisible de le remplacer par d’autres espèces, sauf à le signaler par un marquage approprié des tonneaux14. Cette réserve pourrait se trouver en rapport avec les mesures prises peu après par la métropole rhénane en vue de contrôler la vente du sel, dont le prix avait doublé et davantage en 148515. Aussi bien, ce doit être vers ce moment que le déclin de la production de sel de tourbière, dont les premiers indices semblent remonter au xive siècle, entra dans sa phase finale.

  • 16 Pays-Bas, pr. de Zélande, com. de Terneuzen (à l’embouchure du canal maritime de Gand au Bas-Escaut (...)
  • 17 R. Degryse, « De Biervlietse kaakharingproductie in de jaren 1426 en 1427 », dans : Mededelingen va (...)
  • 18 J.A. Mertens, « Biervliet, een laat-middeleeuws centrum van zoutwinning (1e helft XVe eeuw) », dans (...)

6L’extraction du sel de tourbe était localisée surtout dans les îles du delta néerlandais de l’Escaut et de la Meuse et dans la Flandre Zélandaise, c.à.d. la rive gauche du Hont ou Escaut Occidental. Il semble que cette dernière région fût son centre le plus important, et nous sommes en tout état de cause le mieux renseignés à ce sujet, particulièrement sur le saunage à Biervliet16. Cette localité, à présent un modeste village de caractère rural, avait au Moyen Age rang de ville et jouissait d’une manifeste prospérité, précisément grâce au saunage et à la salaison du hareng qui constituait un important débouché pour le sel obtenu17. Il est significatif qu’à plusieurs moments au cours de la première moitié du xve siècle les sauniers y occupaient jusqu’à neuf des onze sièges de la magistrature. Ils comptaient donc certainement parmi ses bourgeois les plus notables. L’installation d’une saline requérait d’ailleurs un investissement de 30 à 40 livres parisis, équivalant à 75 jours du salaire journalier d’un artisan18.

  • 19 Pour éviter les hasards des variations annuelles, nous n’avons tenu compte dans nos calculs que des (...)
  • 20 Nous ne connaissons pas la valeur exacte du heud (néerl. hoet) de sel à Biervliet. Pour fixer un or (...)
  • 21 Sur la révolte de Gand (1449-1453) : R. Vaughan, Philip the Good. The Apogee of the Burgundian Stat (...)

7Des chiffres dont nous disposons de 1405 à 1454, grâce au produit de la ferme de certains droits sur le sel levés au profit du prince, témoignent des prévisions que les fermiers se formaient du revenu qui leur permettrait de réaliser quelque bénéfice, et sont donc inférieurs au rapport qu’ils pronostiquaient. Mais ils révèlent en même temps le recul de la production. Quelles que soient leurs lacunes, ils suggèrent un tournant sensible à partir de 1440. Jusqu’alors, à travers ses variations annuelles, la fabrication oscillait au minimum aux environs de 34 000 à 34 500 heuds par an19, soit un ordre de grandeur de 56 500 à 57 300 hectolitres20. Pendant la décennie de 1444 à 1454 elle baissa à une moyenne de 15 020 heuds, soit à peu près 25 000 hectolitres. Sans doute cette diminution résultait-elle partiellement de la révolte de Gand contre Philippe le Bon, durant laquelle les environs de cette ville souffrirent de l’insécurité due aux escarmouches répétées entre les insurgés et l’armée ducale21. Il ne fait pas de doute que le commerce en général en subit les conséquences. Mais durant les cinq ans qui avaient précédé la rupture, les exportations de sel n’avaient plus dépassé, à l’estime des fermiers, un palier de 15 300 heuds par an, pas même le tiers des 46 500 heuds exportés en 1410 et à peine la moitié des 30 000 au moins qui, bon an mal an, quittaient Biervliet avant 1430.

  • 22 La ferme suppose normalement une consommation locale de 4 000 à 5 000 heuds par an jusque vers 1435 (...)
  • 23 R. Degryse, Begin, p. 78.
  • 24 Pays-Bas, en Flandre zélandaise, à 20 km au nord-ouest de Saint-Nicolas (Belgique).
  • 25 Mertens, Biervliet, pp. 5 et 8 ; Archives départementales du Nord à Lille, série B, 1683, fol. 2 v°

8Cette ville se rendait naturellement compte de son processus de décadence. A en juger par la ferme des droits sur le sel consommé par ses habitants, sa population était en baisse visible22. Faut-il s’étonner si elle s’efforça de prévenir le déclin aux dépens de ses voisines, comme il était de règle à cette époque ? Depuis longtemps ses propres tourbières ne suffisaient plus à alimenter ses salines et des Hollandais et d’autres Zélandais y amenaient des cendres de tourbe « dont on y fait le sel » brûlées ailleurs23. Elle prétendit en 1439 transformer cet usage en monopole de droit et faire interdire le saunage chez ses concurrentes des polders flamands du Bas-Escaut, mais sans y réussir. Ses adversaires réagirent et la petite ville d’Axel24, apparemment un important centre d’extraction de la tourbe, parvint à obtenir en octobre un privilège rassurant pour sa raffinerie de sel25. Les conséquences de l’échec subi par Biervliet se traduisent clairement dans les chiffres que nous venons de citer.

  • 26 M.K.E. Gottschalk, Stormvloeden en rivieroverstromingen in Nederland, Assen, 1971 - 1977, 3 vols.

9Le ou les vainqueurs de ce litige ne durent pas s’en réjouir longtemps. Si les tourbières de Biervliet étaient épuisées, celles des environs ne tardèrent pas davantage à l’être. En outre, l’extraction inconsidérée contribuait à miner les digues qui en permettaient l’exploitation. Une terrible série de raz-de-marée les rompit à plusieurs reprises au cours du xve siècle, et les submergea pour longtemps, en certains cas même jusqu’au jour présent26. Quand on les refit à partir de la fin de ce siècle, les gisements de tourbe dans les nouveaux polders reconquis sur les eaux étaient recouverts d’une épaisse couche d’argile marine et partant devenaient difficiles à exploiter. Quant aux tourbières qui avaient échappé aux inondations, la croissance de la population des Pays-Bas rendait tellement avide le marché des combustibles que désormais la tourbe fut entièrement absorbée par lui et que l’on perdit tout intérêt pour son utilisation en vue du saunage.

  • 27 E. Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, 1967.
  • 28 R. Häpke, Brügges Entwicklung zum mittelalterlichen Weltmarkt, Berlin, 1908 ; H. Reincke, « Die Deu (...)
  • 29 J. Craeybeckx, Un grand commerce d’importation : les vins de France aux anciens Pays-Bas, xiiie-xvi(...)
  • 30 A. Agats, Der hansische Baienhandel, Heidelberg, 1904.

10De temps immémoriaux, les côtes atlantiques étaient bordées en de nombreux endroits de marais salants. Alors que le refroidissement du climat européen au bas Moyen Age27 ajoutait aux difficultés de la fabrication de sel marin dans les mers septentrionales, les salines de la France du sud-ouest et de la péninsule ibérique, grâce à leur température plus clémente, en souffraient à un moindre degré à un moment où les besoins de sel augmentaient sous l’empire de conjonctures nouvelles. La Baie de Bourgneuf avait probablement fourni de bonne heure aux Pays-Bas en certaine mesure une alternative à la production indigène des tourbières. Le silence des sources à ce sujet avant leur multiplication depuis le xive siècle pourrait s’expliquer par le fait que nous puisons la majeure partie de nos connaissances dans les récriminations de victimes de pirates ou de corsaires concernant la perte de cargaisons de vins de Gascogne ou de Poitou. Les transports de sel constituaient-ils aux yeux des pillards un appât suffisamment précieux ? On peut en douter. Toujours est-il que le sel de la Baie avait trouvé un marché à Hambourg dès 1262, malgré la proximité des salines de Lunebourg et la liaison fluviale commode entre les deux villes. L’apparition de sel breton à Hambourg suivait de près l’offensive commerciale qui avait amené les marchands de cette ville, avec ceux de Lübeck, à Bruges au moment où le commerce actif des Flamands cédait devant l’arrivée en masse de ses anciens clients étrangers dans le Zwin et où la cité flamande assumait son rôle de grand marché européen28. Le sel de la Baie débarqué à Hambourg avait-il été chargé à Bruges ? La chose ne manque pas de probabilité. De toute manière les Allemands trouvèrent en Flandre des marchands et des marins français qui étaient depuis longtemps habitués à y exporter les vins et sans doute aussi le sel de leur pays29. Quoi qu’il en soit, les importations de sel de la Baie dans les ports allemands qui allaient bientôt constituer la Hanse Teutonique connaîtraient leur plein épanouissement à partir du xive siècle. Elles furent puissamment stimulées par l’essor des pêcheries de hareng sur les côtes de Scanie. Manifestement les salines de Lunebourg ne parvinrent plus désormais à fournir le sel nécessaire à la caque, et encore moins à approvisionner de sel la Prusse et la Livonie qui, elles aussi, recoururent de plus en plus, et de bonne heure quasi uniquement à l’importation de sel français30.

  • 31 A.H. de Oliveira Marques, Hansa e Portugal na Idade Media, Lisbonne, 1959 ; V. Rau, A exploracão e (...)
  • 32 F. Vollbehr, Die Hollander und die deutsche Hanse, Lübeck, 1930.
  • 33 W.S. Unger, « De scheepvaart der Bretons naar de Walchersche reede in de xve en xvie eeuw », dans :(...)
  • 34 E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin du xve-xvie siècle, Paris, 19 (...)

11Le xve siècle vit le déclin du saunage dans la Baie de Bourgneuf et la montée du sel de Brouage qui finit par évincer presque entièrement celui-là. Mais dès la fin du xive les Hanséates avaient étendu leur rayon d’action au Portugal et se mirent à en importer des quantités croissantes de sel31. Au cours du xve ils poursuivirent leur avance vers l’Andalousie, aux salines de San Lucar de Barrameda et de Puerto Santa Maria. Toutefois, dans l’intervalle, les marins hollandais et zélandais s’assurèrent peu à peu une place dans le trafic de la Baltique et réussirent à y conquérir la prépondérance aux dépens de Lübeck et de ses satellites, particulièrement pour ce qui concerne les rapports de la Prusse et de la Livonie avec l’Occident32. Enfin, les Hollandais eux-mêmes durent compter depuis le xve siècle à l’égal des Hanséates avec une vive concurrence des marins bretons dans le transport de sel de la Baie et de Brouage comme des vins du sud-ouest français. Les comptes du droit d’ancrage dans les rades de l’île de Walcheren, qui faisaient alors office d’avant-port d’Anvers ainsi que, de plus en plus, de Bruges même, nous renseignent heureusement sur le rôle des Bretons dans ce trafic. Dès la décennie 1480-1489 celui-ci dépassait régulièrement la centaine de bateaux par an. Il connut en 1533-1534 son apogée avec l’arrivée en un an de non moins de 808 navires33. En temps de guerre avec la France, par exemple en 1522, le gouvernement de Bruxelles tentait sans grand succès de les écarter des ports des Pays-Bas et de réserver à ses propres sujets le transport du sel34.

  • 35 W. Brulez, « De zoutinvoer in de Nederlanden in de 16e eeuw », dans : Tijdschrift voor Geschiedenis (...)

12La même source nous éclaire au moins partiellement sur la provenance du sel importé. Peu à peu le sel français se vit supplanté à l’importation par celui de l’Espagne ou du Portugal, et alors que le sel andalou est encore négligeable à la fin du xve siècle, on est témoin de sa montée sensationnelle au cours de la première moitié du xvie. De la Toussaint 1551 à la mi-janvier 1552 le droit d’ancrage fut prélevé sur 1 190 tonneaux de jauge de sel de Brouage, sur 1 845 de sel portugais et sur 6 435 de sel d’Espagne. La guerre avec la France, déclarée en septembre 1551, élimina le sel français de la comparaison portant sur les périodes du 27 mai au 31 décembre 1552 et sur le second semestre de 1553 durant lesquels l’importation se monta au total à 25 180 tonneaux de sel espagnol et à 14 560 tonneaux en provenance du Portugal. Un contemporain bien informé, Gérard Grammaye, marchand à Anvers et receveur des finances princières et communales et dont on verra ci-après qu’il avait des raisons particulières de s’intéresser à ce commerce, estimait les importations des Pays-Bas, non comprises les quantités réexportées par mer, de 40 000 à 45 000 tonnes par an. Si ce chiffre est plausible, il illustre à son tour l’effacement du sel français devant celui du Portugal et d’Espagne, et tout particulièrement de ce dernier35.

  • 36 Pays-Bas, province de Zélande, en Flandre zélandaise, à 15 km au nord-ouest de Saint-Nicolas (Belgi (...)
  • 37 Les deux dernières localités dans l’île de Zuid-Beveland. La ville de Reimerswaal disparut sous les (...)
  • 38 Brulez, Zoutinvoer, pp. 143-184.
  • 39 M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age. Etude d’histoire économique et socia (...)
  • 40 Mertens, Biervliet, pp. 7-8, 13 et 15.
  • 41 H. van der Wee, « De groei van de Nederlandse haring-industrie en het raadsel van het Zeeuwse zout (...)

13Quelle que fût l’origine du sel importé, il était en majeure partie introduit aux Pays-Bas à l’état brut. Ceci s’explique à la fois par le retard des centres de production quant à leur développement économique et par la réputation de haute qualité que le saunage zélandais s’était acquis sur le plan international. Aussi est-ce grâce à ces importations que l’industrie de la saunaison put au xve siècle se maintenir dans d’anciens centres comme Biervliet et prendre son essor dans d’autres, ceux d’Axel et de Hulst36 dans la partie orientale de la Flandre zélandaise, ou au xvie ceux des îles du delta comme Zierikzee, Goes ou Reimerswaal37. Il ne s’agissait donc plus de sel de tourbe mais uniquement de raffinerie de sel marin. Notons que le raffinage de sel portugais ou andalou augmentait d’environ 40 % le volume du sel fin gorgé d’eau ; celui de Brouage avait un rendement sensiblement inférieur, raison de plus évidemment de sa relative défaveur. Il passait par surcroît pour être inférieur à celui d’origine plus méridionale pour saler le beurre, les viandes, le hareng et d’autres poissons38. Le sel étranger avait presque complètement évincé le sel de tourbière même à Biervliet. Les fermes des droits sur le sel y comptaient à leur apogée en 1411-1412 sur un minimum de fabrication de 85 400 hectolitres, autant ou plus que Rouen, le seuil du bassin de la Seine, en importait en 1477-147839. En 1478-1479 la tourbe saline n’était plus sensée, à en juger par le produit de la ferme de ses cendres, intervenir dans la fabrication qu’à raison de 3 % du montant de celle-ci au commencement du xve siècle, alors que les sauniers comptaient, d’après leur enchère, sur une production d’au moins 56 000 hectolitres40. Le triomphe de la raffinerie de sel marin fut d’autant plus facile qu’il était notablement, parfois du tiers ou même de la moitié, moins coûteux que le sel de tourbe qui requérait à la fois plus de main-d’œuvre et plus de combustible41.

  • 42 Brulez, Zoutinvoer, pp. 184-186 ; J. de Sturler, « Un épisode de la politique douanière des Archidu (...)

14L’importation était assurée, d’après un mémoire de 1603 de Juan de Gauna, conseiller des Archiducs Albert et Isabelle, par une flotte marchande de quelque 800 bâtiments qui faisaient normalement trois allers et retours par an. Il en estimait le port à 80 000 tonneaux de jauge. A vrai dire, préconisant, outre une stricte observance de la défense de commercer avec les rebelles hollandais, l’institution d’un monopole d’Etat sur les importations de sel, il avait sans doute tendance à en exagérer les avantages42.

  • 43 Brulez, Zoutinvoer, p. 183.
  • 44 Cité H. Pirenne, Histoire de Belgique, Bruxelles, 1900-1932, 7 vols, III, 3’édition (1923), p. 293.

15La consommation de sel des Pays-Bas était estimée en 1564 par le marchand florentin établi à Anvers Tommaso Baroncelli aux trois-quarts, en 1576 par Grammaye aux deux-tiers des importations. D’après ce dernier on aurait utilisé 8 250 tonnes de sel fin pour la salaison du hareng, 3 120 pour celle d’autres poissons et 18 000 à l’usage domestique43. Si l’on admet comme plausible une population de trois millions d’habitants que l’ambassadeur vénitien attribuait en 1557 aux Pays-Bas Bourguignons44, l’usage ménager serait revenu à 6 kg par tête et par an, y compris les salaisons des provisions, chiffre acceptable au demeurant.

  • 45 F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, Bruxelles et Anvers, 1927-1949, 29 vols, II/1, pp. 55, 75-76, (...)

16En outre, le sel faisait l’objet, au départ des salines, d’un vif trafic qui empruntait naturellement de préférence le magnifique éventail des fleuves et de leurs affluents. Son importance dans le bassin de l’Escaut ressort de bonne heure de la lutte acharnée que se livrèrent Anvers et Malines pour la possession des étapes du sel et du poisson, celle-ci comme toujours intimement liée à celle-là. Si Anvers, qui en jouissait dès le xiiie siècle, en avait accordé en 1258 quant au poisson dispense aux Malinois, elle entendit maintenir celle du sel et son droit de le vendre librement sur tous les marchés brabançons. En 1358, le comte de Flandre Louis de Male, entré en possession des deux cités antagonistes, céda les étapes à Malines. Après près d’un siècle de péripéties, l’affaire fut soumise en 1433 par Philippe le Bon à son arbitrage, qui ne fut apparemment jamais prononcé45. Les destinées nouvelles d’Anvers, en plein essor comme grand marché international, semblent avoir fait perdre à ses magistrats l’intérêt qu’ils avaient autrefois consacré à leur privilège.

  • 46 Sur l’étape de Dordrecht : B. van Rijswijk, Geschiedenis van het Dordtsche stapelrecht, Amsterdam, (...)
  • 47 J. Lejeune, « Note sur le commerce du sel à Liège du xiiie au xve siècles », dans : Revue du Nord, (...)
  • 48 Miracula Sancti Egidii éd. Ph. Jaffé, dans : Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, XII, p. 319 (...)
  • 49 J.F. Niermeyer, « Een vijftiende eeuwse handelsoorlog. Dordrecht contra de Bovenlandse steden, 1442 (...)

17Encore plus que l’Escaut, la Meuse et le Rhin constituaient des véhicules importants du commerce du sel. A l’instar d’Anvers, Dordrecht, à l’embouchure commune des deux fleuves, avait obtenu en 1299 la concession d’un droit d’étape, entre autres sur le sel remontant leur cours46, par exemple celui de la Meuse vers Liège et ses au-delà. Malgré les exemptions inévitables stipulées dans les anciens règlements de tonlieux, le receveur du péage de Lith, sur la Meuse, enregistra entre 1552 et 1559 une moyenne annuelle de 481 tonnes de sel remontant le fleuve. Celle-ci tomba à 164 tonnes entre 1572 et 1575, visiblement par suite de l’occupation de La Bridle par les Gueux de Mer et du passage de la plupart des villes hollandaises aux Insurgés47. Nous retrouvons des transports de sel sur le Rhin attestés à nouveau depuis le commencement du xiie siècle. Cologne, qui s’arrogea également un droit d’étape à partir de cette époque, y constituait le terme de la navigation vers l’amont et était partant un des grands marchés du sel48. Il va sans dire que nombre de villes intermédiaires prétendaient tirer profit de ce trafic et supportaient malaisément le privilège de Dordrecht et l’obligation qu’il imposait de rompre charge et d’offrir en vente leurs cargaisons. Les autres villes de Hollande obtinrent en 1394 de s’en affranchir mais Dordrecht maintint ses prétentions à l’égard des autres et s’engagea même de 1442 à 1445 avec l’énergie du désespoir dans une véritable guerre économique pour barrer la route à Cologne, Duisburg, Wesel et Nimègue49. Cependant, à ce moment les chances de maintenir sa position étaient déjà perdues. Le raz-de-marée de 1421 avait bouleversé l’hydrographie du delta à tel point que la contraintte de l’étape avait été rendue quasi inapplicable.

  • 50 Bronnen tot de geschiednis van den handel met Frankrijk, 753-1585, éd. Z.W. Sneller et W.S. Unger, (...)
  • 51 P. Heinsius, « Dimensions et caractéristiques des “koggen” hanséatiques dans le commerce baltique » (...)
  • 52 Sneller et Unger, Bronnen, I, nos 507-509.
  • 53 J.A. Ijzerman, « Amsterdamsche bevrachtingscontracten, 1591-1602 », I, De vaart op Spanje en Portug (...)
  • 54 Sneller et Unger, Bronnen, I, p. 143 note 3 = Hanserecesse, 1431-1476, éd. G. von der Ropp, Leipzig (...)
  • 55 Sneller et Unger, Bronnen, I, n° 786.
  • 56 Ibid., I, n° 202 (1458).
  • 57 Ibid., n° 615 = R. Häpke, Niederländische Akten und Urkunden zur Geschichte der Hanse und zur deuts (...)
  • 58 Nous pouvons nous borner ici à renvoyer au bon travail de Bridbury, cité ci-dessus, et à N.J.M. Ker (...)

18La Hollande elle-même, dont la prospérité croissante était due pour une bonne part à la pêche au hareng et à la conservation de ses produits, était naturellement grande consommatrice de sel. Ses bateliers participaient également en grand nombre au transport par les fleuves. En outre, on l’a déjà indiqué, sa marine marchande avait largement pris le dessus sur les Hanséates tant au chargement dans les salines de l’Atlantique qu’à l’importation dans les ports affiliés à la Hanse50. Les progrès de la construction navale51, d’ailleurs largement dus aux chantiers des Pays-Bas, mirent en vogue le trajet en droiture des lieux de production aux zones importatrices et les Hollandais et Zélandais furent dès le xve siècle parmi les plus assidus à la pratiquer à l’égal du transport aux salines de leur pays. De puissants convois quittaient annuellement leurs rades à destination des marais salants. En 1513 une flotte du sel néerlandaise de 104 navires fut capturée devant Brouage et La Rochelle par des habitants de cette dernière ville et par des Bretons52, et en 1595 106 bateaux étaient affrétés avant le mois d’octobre par devant des notaires d’Amsterdam pour gagner sur lest les salines de Setubal53. Parfois le convoi se scindait en cours de route, une partie de ses bâtiments gagnant les ports des Pays-Bas, l’autre faisant voile en droiture vers la Baltique54. En 1566 40 navires néerlandais, hollandais à l’exception de trois, étaient pris dans le Sund par les Danois ou les Suédois en guerre55. Les Pays-Bas dominaient ce trafic au point que le prix du sel à Riga dépendait des arrivages néerlandais56, et qu’en 1538, les rapports entre Charles Quint et François Ier étant tendus, Brême et Hambourg s’efforçaient de prendre à Brouage la place des sujets de l’empereur et procédaient à cette fin au recrutement de gens de mer à Amsterdam et dans les environs, « ne connaissant pas bien les côtes et la route de la France ». Ainsi les Hollandais ne pourraient se ravitailler qu’en Andalousie, dont le sel serait invendable vu les frais élevés qu’imposerait le trajet plus long57. Le rôle des Pays-Bas dans les importations de sel dans les îles Britanniques n’était nullement négligeable lui aussi58.

  • 59 N. Maddens, « De invoering van de Nieuwe Middelen in het graafschap Vlaanderen tijdens de regering (...)
  • 60 S. Groenveld et H.L.Ph. Leeuwenberg, De Unie van Utrecht. Wording en werking van een verbond en een (...)

19Le sel, condiment indispensable de l’alimentation et ingrédient nécessaire de plusieurs industries, ne pouvait manquer de retenir l’attention des pouvoirs publics en tant que matière imposable. De bonne heure la fiscalité urbaine s’en empara et tôt ou tard il devint un élément nourricier des trésoreries communales. Mais à mesure que l’Etat étendit son rayon d’action il fit également son entrée comme source de revenus princiers. La gouvernante Marie de Hongrie proposa en 1536 aux Etats-Généraux des Pays-Bas un impôt général sur le sel, pour contribuer à l’aide qu’elle sollicitait en vue de la guerre contre la France, mais ne réussit pas à emporter leur consentement59. Il ne devait être introduit que par l’article 5 de l’Acte d’Union d’Utrecht, conclu en 1579 pour sceller la résistance de la Révolte à la reconquête par Philippe II et qui fait figure de constitution des Provinces-Unies. Le gouvernement du roi se garda bien de l’abolir dans les territoires qui se soumirent successivement à son autorité, et l’introduisit peu à peu dans ceux qui ne l’avaient jamais répudiée60.

  • 61 Voir ci-dessus, p. 232.
  • 62 Voir ci-dessus, p. 231.
  • 63 J.A. Goris, Etude sur les colonies marchandes méridionales (Portugais, Espagnols, Italiens) à Anver (...)

20Les hausses de prix, qui allaient aisément du simple au double, étaient volontiers attribuées aux noirs agissements de quelques monopolistes qui raflaient tout le sel disponible à l’importation, le faisaient raffiner pour leur compte par les modestes sauniers ne disposant pas de capital pour s’en fournir directement, et vendaient ensuite le sel fin au compte-gouttes et à des prix usuraires. Les gouvernants projetèrent à plusieurs reprises de s’emparer de cette abondante source de revenus en instituant d’une manière ou d’une autre un monopole au profit de l’Etat. Les propositions de Juan de Gauna61 avaient été précédées de plus d’un plan analogue, il est vrai avec quelque retard à s’inspirer des exemples français ou allemands. Il fallut attendre 1557 pour que deux « inventeurs » italiens proposassent au gouverneur général Emmanuel Philibert de Savoie la création d’un monopole. Le gouvernement l’instaura de fait en 1558 en ce qui concerne l’achat du sel raffiné dans le pays, mais il ne fut effectivement appliqué et affermé qu’à l’égard des salines zélandaises. Les perspectives de bénéfices s’avérèrent d’ailleurs trompeuses, et l’entreprise fut abandonnée après six ans. D’autres projets virent le jour en 1564 et 1576 mais ne parvinrent jamais au stade de la réalisation. Le premier, dont il semble que la gouvernante Marguerite de Parme escomptait un profit personnel, concernait l’importation de sel andalou ou alternativement la vente au détail de sel fin dans des greniers d’Etat. Le second, dû à l’initiative de Gérard Grammaye62, prévoyait la reprise par le gouvernement des deux opérations, ou bien un monopole total, de l’achat en Espagne du sel brut jusqu’à la vente au consommateur, ou enfin celui du seul raffinage. Une dernière proposition porta en 1584 sur le transport du sel brut par convois gouvernementaux d’Espagne aux Pays-Bas. Le moment était singulièrement mal choisi, alors que Philippe II commençait à rassembler les navires pour constituer l’invincible Armada63.

21L’échec de la reconquête de l’ensemble des Pays-Bas et la ruine de la Flandre Zélandaise résultant de nouvelles ruptures de digues mal entretenues pendant les hostilités consommèrent la décadence de cette dernière région. Après la scission des anciens Pays-Bas Bourguignons les Provinces-Unies eurent définitivement le dessus sur ce terrain comme sur tant d’autres. L’industrie et le commerce du sel jouèrent un rôle non négligeable dans la prospérité de leur Siècle d’Or.

Notes

2 H. Thoen, « Iron Age and Roman Salt-Making Sites on the Belgian Coast », dans : Salt, the Study of an Ancient Industry, Colchester, 1975, pp. 56-60 ; Id., De Belgische kustvlakte in de Romeinse tijd. Bijdrage tot de studie van de landelijke bewoningsgeschiedenis, Bruxelles, 1978, pp. 50-55 et 84-96.

3 S.J. de Laet et W. Glasbergen, De voorgeschiedenis der Lage Landen, Bruxelles, 1959, pp. 194-195 ; S.J. de Laet, La Belgique d’avant les Romains, Wetteren, 1982, p. 719.

4 Corpus Inscriptionum Latinarum, Berlin, depuis 1863, XI, pp. 390 et 391.

5 Sur la côte septentrionale de l’île de Noord-Beveland, Pays-Bas, province de Zélande, commune de Kortgene.

6 J.E. Bogaers, L.P. Louwe Kooymans, A. Trimpe Burger et P. Stuart, Deae Nehalenniae. Gids bij de tentoonstelling Nehalennia de Zeeuwse godin. Zeeland in de Romeinse tijd. Romeinse monumenten uit de Oosterschelde, Middelbourg et Leyde, 1971, pp. 40-42 ; Thoen, Kustvlakte, pp. 94-96.

7 Codex Laureshamiensis, éd. K. Glöckner, Darmstadt, 1929, I, p. 380, n° 97.

8 J.J. Hoebanx, L’abbaye de Nivelles des origines au xive siècle, Bruxelles, 1952, pp. 220-228. Le terme de Frisia s’entend alors, d’après le préambule de la Lex Frisionum (vers 800), du Sincfal, prédécesseur du Zwin de Bruges, à l’embouchure du Weser.

9 H. van Werveke, « Les propriétés excentriques des églises du haut Moyen Age », dans : Revue belge de Philologie et d’Histoire, IV (1925), pp. 136-141.

10 W. Jappe Alberts et H.P.H. Jansen, Welvaart in wording. Sociaal-economische geschiedenis van Nederland van de vroegste tijden tot het einde der Middeleeuwen, La Haye, 1964, p. 33. Sur le commerce frison au haut Moyen Age : D. Jellema, « Frisian Trade in the Dark Ages », dans : Speculum, XXX (1955), pp. 15-36.

11 A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre de l’époque romaine au xviiie siècle, Bruxelles, 1966, pp. 20-24.

12 A.R. Bridbury, England and the Salt Trade in the Later Middle Ages, Oxford, 1955, pp. 10-11.

13 Dans l’île de Schouwen-Duiveland, Pays-Bas, province de Zélande.

14 Quellen zur Geschichte des Kölner Handels und Verkehrs im Mittelalter, éd. B. Kuske, Bonn, 1918-1934, 4 vols, II, nos 816 et 1395 §§ 13-18.

15 Ibid., II, n° 986.

16 Pays-Bas, pr. de Zélande, com. de Terneuzen (à l’embouchure du canal maritime de Gand au Bas-Escaut).

17 R. Degryse, « De Biervlietse kaakharingproductie in de jaren 1426 en 1427 », dans : Mededelingen van de Marine-Academie van België, XIII (1961), pp. 43-58. Biervliet fut aux environs de l’an 1400 le seul lieu de vente du hareng caqué en mer par les pêcheurs flamands, sauf à payer au profit du prince un droit d’un noble d’or par « charge » (néerl. last) mis à terre. Si l’on admet avec H. van der Wee, The Growth of the Antwerp Market and the European Economy, Fourteenth-Sixteenth Centuries, La Haye, 1963, 3 vols, I, p. 101, note 143, que la charge comptait environ 10 000 harengs, la perception en régie du droit en 1398 et 1399 laisse supposer respectivement des arrivages de 950 000 et de 500 000 harengs pour les deux saisons. En 1401 et 1402 le droit fut affermé pour 120 et 140 nobles respectivement, ce qui donnerait des chiffres encore supérieurs aux précédents, ne comptant même pas le bénéfice escompté par le fermier. R. Degryse, « Het begin van het haringkaken te Biervliet (± 1 400) », dans : Annales de la Société d’Emulation de Bruges, XCV (1958), pp. 72-81. Les comptes de la Recette générale des finances (Archives départementales du Nord à Lille, série B, nos 4090-4182) renseignent régulièrement la ferme du hareng caqué à partir de 1417-1418, quand elle fut adjugée à 40 nobles. Ce chiffre n’est plus que rarement dépassé dans la suite, bien que la ferme comprenne aussi à partir de 1440 la recette du droit à Boekhoute (Belgique, pr. Flandre Orientale, arrt. Eeklo, commune d’Assenede). A partir de 1543 la ferme ne trouve plus preneur ; en 1582 le receveur note formellement qu’on ne caque plus à Biervliet.

18 J.A. Mertens, « Biervliet, een laat-middeleeuws centrum van zoutwinning (1e helft XVe eeuw) », dans : Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, nouv. série, XVII (1963), pp. 10-11.

19 Pour éviter les hasards des variations annuelles, nous n’avons tenu compte dans nos calculs que des chiffres, cités par Mertens, ibid., pp. 13 et 15, relatifs à trois années consécutives au moins, pour lesquelles on connaît à la fois le droit sur le sel consommé localement et celui sur le sel exporté, soit dix exercices sur trente, à savoir 1411-1414, 1415-1418 et 1427-1431.

20 Nous ne connaissons pas la valeur exacte du heud (néerl. hoet) de sel à Biervliet. Pour fixer un ordre de grandeur, nous supposons qu’il ne différait pas sensiblement de celui dont on se servait à Bruges pour mesurer le blé, d’une contenance de 166,172 litres : Documents pour l’histoire des prix et des salaires en Flandre et en Brabant, xve-xviiie siècles, éd. C. Verlinden, Bruges, 1959-1973, 4 vols, II, p. XXX.

21 Sur la révolte de Gand (1449-1453) : R. Vaughan, Philip the Good. The Apogee of the Burgundian State, Londres, 1970, pp. 303-333.

22 La ferme suppose normalement une consommation locale de 4 000 à 5 000 heuds par an jusque vers 1435, exceptionnellement même de 7 600 heuds en 1405-1406 ; entre 1443 et 1454 la moyenne annuelle baisse à 2 227 heuds : Mertens, l.c.

23 R. Degryse, Begin, p. 78.

24 Pays-Bas, en Flandre zélandaise, à 20 km au nord-ouest de Saint-Nicolas (Belgique).

25 Mertens, Biervliet, pp. 5 et 8 ; Archives départementales du Nord à Lille, série B, 1683, fol. 2 v°.

26 M.K.E. Gottschalk, Stormvloeden en rivieroverstromingen in Nederland, Assen, 1971 - 1977, 3 vols.

27 E. Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, 1967.

28 R. Häpke, Brügges Entwicklung zum mittelalterlichen Weltmarkt, Berlin, 1908 ; H. Reincke, « Die Deutschlandfahrt der Flandrer während der hansischen Frühzeit », dans : Hansische Geschichtsblätter, LXVII-LXVIII (1942-1943), pp. 51-164 ; J.A. van Houtte, Bruges, essai d’histoire urbaine, Bruxelles, 1966, pp. 22-26 ; Id., De geschiedenis van Brugge, Tielt et Bussum, 1982, pp. 95-105.

29 J. Craeybeckx, Un grand commerce d’importation : les vins de France aux anciens Pays-Bas, xiiie-xvie siècles, Paris, 1958, pp. 82-144.

30 A. Agats, Der hansische Baienhandel, Heidelberg, 1904.

31 A.H. de Oliveira Marques, Hansa e Portugal na Idade Media, Lisbonne, 1959 ; V. Rau, A exploracão e o comercio do sal de Setubal, Lisbonne, 1951.

32 F. Vollbehr, Die Hollander und die deutsche Hanse, Lübeck, 1930.

33 W.S. Unger, « De scheepvaart der Bretons naar de Walchersche reede in de xve en xvie eeuw », dans : Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 6e série, VIII (1929), pp. 225-244, reproduit : Economisch-Historische Herdrukken. Zeventien studiën van Nederlanders, La Haye, 1964, pp. 180-198.

34 E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin du xve-xvie siècle, Paris, 1961, 2 vols, I, p. 73.

35 W. Brulez, « De zoutinvoer in de Nederlanden in de 16e eeuw », dans : Tijdschrift voor Geschiedenis, LXVIII (1955), pp. 181-183. Pour la conversion au système métrique : p. 182 notes 2 et 3.

36 Pays-Bas, province de Zélande, en Flandre zélandaise, à 15 km au nord-ouest de Saint-Nicolas (Belgique).

37 Les deux dernières localités dans l’île de Zuid-Beveland. La ville de Reimerswaal disparut sous les flots au xviie siècle. Une commune néerlandaise créée en 1969 par la réunion de cinq communes supprimées en perpétue le nom.

38 Brulez, Zoutinvoer, pp. 143-184.

39 M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age. Etude d’histoire économique et sociale, Paris, 1952, p. 304 et note 201.

40 Mertens, Biervliet, pp. 7-8, 13 et 15.

41 H. van der Wee, « De groei van de Nederlandse haring-industrie en het raadsel van het Zeeuwse zout (14e-16e eeuw) », dans : Jaarboek van de Oudheidkundige Kring De Vier Ambachten te Hulst, 1964-1965 (1967), pp. 21 et 23. Série de prix : Id., Growth, I, pp. 289-291.

42 Brulez, Zoutinvoer, pp. 184-186 ; J. de Sturler, « Un épisode de la politique douanière des Archiducs : l’expérience de Juan de Gauna, 1603-1605 », dans : Revue de l’Université de Bruxelles, XLII (1936-1937), pp. 362-386.

43 Brulez, Zoutinvoer, p. 183.

44 Cité H. Pirenne, Histoire de Belgique, Bruxelles, 1900-1932, 7 vols, III, 3’édition (1923), p. 293.

45 F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, Bruxelles et Anvers, 1927-1949, 29 vols, II/1, pp. 55, 75-76, 123-125, II/4, pp. 19-20, III, pp. 18-20, 84, IV/1, pp. 128-131, V/l, pp. 26-28, 48-54, 106-111, VI/1, pp. 23-46, 54-56, 96-101, VI/2, pp. 174-183.

46 Sur l’étape de Dordrecht : B. van Rijswijk, Geschiedenis van het Dordtsche stapelrecht, Amsterdam, 1900 ; J.F. Niermeyer, « Dordrecht als handelsstad in de tweede helft van de veertiende eeuw », dans : Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 8e série, III (1941), pp. 1-36 et 177-222, IV (1942), pp. 86-113 et 145-168. Les sources éditées par Id., Bronnen voor de economische geschiedenis van het BenedenMaasgebied, I, 1104-1399, La Haye, 1968 : index, s.v. Zout.

47 J. Lejeune, « Note sur le commerce du sel à Liège du xiiie au xve siècles », dans : Revue du Nord, XXXIX (1957), pp. 285-288 ; J.A. van Houtte, « Le tonlieu de Lith et le commerce sur la Meuse de 1551 à 1701. Résultats d’une recherche collective », dans : Histoire économique de la Belgique. Traitement des sources et état des questions, Actes du Colloque de Bruxelles, 17-19 nov. 1971, Bruxelles, 1972, p. 307. Lith : commune des Pays-Bas, province de Brabant Septentrional, arrt. de Bois-le-Duc, à 16 km en amont de cette ville. Le sel mentionné occasionnellement dans les comptes de péages sur la Meuse Moyenne, à Givet et environs, est apparemment d’origine lorraine : M.L. Fanchamps, « Le commerce sur la Meuse Moyenne dans la seconde moitié du xve siècle et dans la première moitié du xvie siècle d’après les comptes de tonlieux », ibid., pp. 291 et 296.

48 Miracula Sancti Egidii éd. Ph. Jaffé, dans : Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, XII, p. 319 (texte datant de 1121-1124) ; B. Kuske, « Der Kölner Stapel und seine Zusammenhänge als wirtschaftspolitisches Beispiel », dans : Jahrbuch des Kölnischen Geschichtsvereins, XXI (1939), pp. 1-46 ; les sources éditées par Id., Quellen, IV, index s.v. Salz.

49 J.F. Niermeyer, « Een vijftiende eeuwse handelsoorlog. Dordrecht contra de Bovenlandse steden, 1442-1445 », dans : Bijdragen en Mededelingen van het Historisch Genootschap, Lxvi (1948), pp. 1-59.

50 Bronnen tot de geschiednis van den handel met Frankrijk, 753-1585, éd. Z.W. Sneller et W.S. Unger, I, La Haye, 1930-1942, 2 vols, index s.v. Zout.

51 P. Heinsius, « Dimensions et caractéristiques des “koggen” hanséatiques dans le commerce baltique », dans : Le navire et l’économie maritime du Nord de l’Europe du Moyen Age au xviiie siècle, éd. M. Mollat, Paris, 1960, pp. 7-23.

52 Sneller et Unger, Bronnen, I, nos 507-509.

53 J.A. Ijzerman, « Amsterdamsche bevrachtingscontracten, 1591-1602 », I, De vaart op Spanje en Portugal », dans : Economisch-Historisch Jaarboek, XVII (1931), p. 289.

54 Sneller et Unger, Bronnen, I, p. 143 note 3 = Hanserecesse, 1431-1476, éd. G. von der Ropp, Leipzig, 1876-1892, 7 vols, VI, n° 596 § 30.

55 Sneller et Unger, Bronnen, I, n° 786.

56 Ibid., I, n° 202 (1458).

57 Ibid., n° 615 = R. Häpke, Niederländische Akten und Urkunden zur Geschichte der Hanse und zur deutschen Seegeschichte, Münich et Leipzig, 1913-1923, 2 vols, I, n° 315. Sur le commerce hollandais en Baltique : A.E. Christensen, Dutch Trade to the Baltic about 1600. Studies in the Sound Toll Register and Dutch Shipping Records, Copenhague et La Haye, 1942, et P. Jeannin, « Les relations économiques des villes de la Baltique avec Anvers au xvie siècle », dans : Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, XLIII (1956), pp. 193-217.

58 Nous pouvons nous borner ici à renvoyer au bon travail de Bridbury, cité ci-dessus, et à N.J.M. Kerling, Commercial Relations of Holland and Zeeland with England from the Late 13th Century to the Close of the Middle Ages, Leyde, 1954. Les sources sont éditées par H.J. Smit, Bronnen tot de geschiedenis van den handel met Engeland, Schotland en Ierland, I, 1150-1485, La Haye, 1928, 2 vols, et II, 1485-1585, La Haye, 1942-1950, 2 vols.

59 N. Maddens, « De invoering van de Nieuwe Middelen in het graafschap Vlaanderen tijdens de regering van keizer Karel V », dans : Revue belge de Philologie et d’Histoire, LVII (1979), p. 346.

60 S. Groenveld et H.L.Ph. Leeuwenberg, De Unie van Utrecht. Wording en werking van een verbond en een verbondsacte, La Haye, 1979 ; J. Dhondt, « Bijdrage tot de kennis van het financiewezen der Staten van Vlaanderen (16e en 17e eeuw) », dans : Nederlandsche Historiehladen, III (1940-1941), p. 173.

61 Voir ci-dessus, p. 232.

62 Voir ci-dessus, p. 231.

63 J.A. Goris, Etude sur les colonies marchandes méridionales (Portugais, Espagnols, Italiens) à Anvers de 1488 à 1567. Contribution à l’histoire des débuts du capitalisme moderne, Louvain, 1925, pp. 465-477 ; Brulez, Zoutinvoer, pp. 189-192, qui met au point, (p. 190 notes 37 et 38) certaines erreurs de Goris. D’après Grammaye, les Pays-Bas auraient alors compté quelque 500 salines, dont 200 étaient toutefois en chômage pour diverses raisons. Des 300 maintenues en exploitation, la moitié travaillait en Zélande, 50 en Hollande, 50 autres en Flandre (zélandaise ?), 30 dans le Brabant et 20 en Frise : Brulez, Zoutinvoer, p. 183 note 1.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.