Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

Un mythe historiographique : la sériciculture italienne du haut Moyen Age (ixe-xe siècles)

Pierre Toubert

Texte intégral

  • 1 G. Pasquali (éd.), S. Giulia di Brescia, in : AA. VV., Inventari altomedievali di terre, coloni e r (...)
  • 2 Le polyptyque a été daté tantôt de 906 sur la foi d’une note dorsale, tantôt des xe-xie siècles. G. (...)
  • 3 Voir sur ce point G. Pasquali, La distribuzione geografica delle cappelle e delle aziende rurali de (...)
  • 4 Bibliographie jusqu’à 1979 in G. Pasquali, op. cit., à la n. 1, pp. 45-49. Après cette date, voir P (...)
  • 5 G. Pasquali (éd.), Inventari cit., p.92 : « ... Et sunt in Chuma man(en)t(es) XIII,/qui reddent de (...)

1Le polyptyque de S. Giulia de Brescia, enfin accessible dans une édition scientifique1, est — de loin — le plus important des polyptyques des ixe-xe siècles qui nous soient parvenus pour le royaume d’Italie. Il l’est par sa date de composition relativement précoce2. Il l’est surtout par son étendue et par les renseignements qu’il apporte sur la structure du temporel de la grande abbaye bresciane dont il décrit quelque 85 cartes et curticellae3. C’est ainsi un jalon de première valeur pour l’histoire du régime domanial en Italie au haut Moyen Age4. Nous voudrions nous arrêter ici sur l’étude d’un passage du polyptyque faisant état d’une redevance annuelle de 10 livres de « siricum » due par 13 dépendants (manentes) de l’abbaye sis au lieu-dit « Chuma »5. Cette brève notation est célèbre. Elle a fait l’objet dès la fin du xixe siècle d’une erreur d’interprétation qui, répétée et amplifiée, jamais corrigée depuis, a suffi à fonder une thèse extraordinaire : celle d’une sériciculture italienne au haut Moyen Age. A partir du siricum de Chuma, de nombreux médiévistes ont échafaudé des hypothèses qui font honneur à leur imagination plus qu’à leur esprit critique. Il est temps de revenir sur terre. Une lecture correcte du passage en question n’a pas pour seul objet de mettre un terme à ce mythe séculaire. Elle a le mérite plus limité mais réel d’introduire aux lieu et place de cette impossible soie une donnée nouvelle, intéressante pour l’histoire de l’économie et des aspects techniques de la production artistique en Italie à cette époque.

  • 6 G. Porro Lambertenghi, Codex diplomaticus Langobardiae (Monum. bistoriae patriae, XIII), Torino, 18 (...)
  • 7 G. Seregni, La popolazione agricola della Lombardia nell’età barbarica, in : Arch. stor. lomb., s. (...)
  • 8 Sur ces jalons chronologiques, voir en dernier lieu R. Comba, Produzioni tessili nel Piemonte tardo (...)
  • 9 L.-M. Hartmann, Comacchio und der Po-Handel, in : Id., Zur Wirtschaftsgeschichte Italiens im frühen (...)
  • 10 G. Volpe, Per la storia giuridica ed economica del Medio Evo, initialement paru en 1905 dans les St (...)
  • 11 A. Schaube, Handelsgeschichte der Romanischen Völker des Mittelmeergebiets bis zum Ende der Kreuzzü (...)
  • 12 A. Solmi, L’amministrazione finanziaria del Regno italico nell’alto medio evo, in : Bollett. d. Soc (...)
  • 13 F. Carli, Il mercato nell’alto Medio Evo, Padova, 1934, pp. 250-251 et p. 293.
  • 14 R. Lopez, Silk industry in the Byzantine Empire, in : Speculum XX (1945), pp. 1-42. Sur la « soie » (...)
  • 15 Id., in The Cambridge Economic History of Europe, II, Cambridge, 1952, p. 265.
  • 16 Ph. Jones, La storia economica. Dalla caduta dell’Impero romano al secolo XIV, in : AA. VV., Storia (...)

2Après la première édition intégrale du polyptyque par A. Ceruti dans le Codex diplomaticus Langobardiae de G. Porro Lambertenghi (1873)6, le premier historien à s’être attaqué à notre texte est Giov. Seregni dans son étude sur la population agricole de la Lombardie au haut Moyen Age7. Pour avoir posée comme inéluctable l’identification du siricum à de la soie, Seregni peut être considéré comme le père fondateur du mythe. On notera cependant qu’en historien sérieux et honnête, Seregni a mesuré, en partie du moins, les difficultés où l’engageait une interprétation aussi épineuse. Il n’ignorait pas, en effet, que le polyptyque de S. Giulia, promu à la dignité de premier témoin documentaire de la sériciculture italienne, était condamné à demeurer pour plusieurs siècles dans la position incommode de mention isolée, le travail de la soie n’étant ensuite attesté en Italie du Nord (à Côme et à Milan) qu’à partir du xiiie siècle et la production locale de soie grège n’intervenant elle-même qu’à une date encore beaucoup plus tardive (seconde moitié du xve siècle)8. Seregni avait donc cherché, faute de mieux, à limiter les dégâts. Prenant en juste compte l’absence de toute mention relative à la culture du mûrier en Italie du Nord avant la fin du Moyen Age, il a été amené à en conclure que les 13 manants de Chuma étaient redevables de la fourniture à S. Giulia non d’une certaine quantité de soie grège mais de 10 livres de soie ouvrée à partir d’une soie grège d’importation, qu’il voyait volontiers parvenir jusqu’à Chuma à partir de Byzance via Venise. Dès 1904, cette hypothèse où une certaine prudence se mêlait curieusement à beaucoup de suppositions gratuites était transformée en certitude sans nuances par L.-M. Hartmann dans son excellente étude sur Comacchio et le commerce du Po9. En présentant en 1905 au public italien l’ensemble des Analekten de L.-M. Hartmann, Gioacchino Volpe manifesta bien quelque doute fugitif sur la production de soie à Chuma. Il n’alla pas cependant jusqu’à proposer une interprétation substitutive10. Peu après, Gino Luzzatto dans son étude sur les « serfs de la glèbe » dans les grands domaines italiens du haut Moyen Age préférait glisser sur la question, suivant en cela l’exemple de P. Darmstädter. Une telle prudence ne devait guère être suivie. Adolf Schaube, dans son massif ouvrage sur le commerce méditerranéen jusqu’aux Croisades, accumulait les sophismes. A l’inverse de Seregni, il tenait pour acquise la production à Chuma de soie grège (Rohseide). Il était ainsi contraint à admettre absurdement que, si la culture du mûrier en Lombardie n’était pas douteuse, elle devait être modeste... puisque la documentation n’en avait conservé aucune trace avant le xve siècle11. La route était désormais ouverte à toutes les surinterprétations. En 1931, Arrigo Solmi tenait lui aussi pour certaine la production de soie sur les terres de S. Giulia au xe siècle. Il concentrait son analyse sur les conditions de vente du produit sur le marché de Pavie. Il y voyait la confirmation d’une hypothèse que rien n’étayait d’autre part sur un prétendu monopole exercé par la camera regia de Pavie sur le commerce de la soie12. Dès 1936, Filippo Carli réfutait la thèse du monopole royal sur la soie, chère à Solmi. Il pensait, comme L.-M. Hartmann, que, si le siricum provenant d’un cens en nature dû par les dépendants de Chuma était acheminé à Pavie pour y être vendu à un prix spécifié par le polyptyque, c’était uniquement parce que le monastère bénéficiait à Pavie de la concession d’un portus. Malheureusement, Carli ne s’attaquait guère à la thèse de Solmi sur le monopole que pour lui substituer une autre chimère. Port oublieux, en effet, de la modestie des quantités de siricum véhiculées de Chuma à Pavie, Carli dotait le portus d’une activité fébrile. Il n’hésitait pas à faire des « moines de S. Giulia » les émules des marchands vénitiens, sillonnant le réseau navigable intérieur de bateaux chargés de soie jusqu’à ras bord13. Quoique revenu à une vision un peu moins lyrique des choses, Roberto Lopez ne demeurait pas moins attaché à une lecture excessive et erronée du texte. Dans son article de 1945 sur l’industrie de la soie à Byzance, il datait, comme plusieurs de ses devanciers, le document du milieu du xe siècle. Comme Solmi, il considérait les 10 livres de siricum comme un chiffre de production annuelle et non comme le simple montant d’un cens en nature dû tous les ans par les manants de Chuma. Surtout, il se débarrassait d’une manière vraiment désinvolte du problème posé par le prix de vente modeste de ce siricum sur le marché de Pavie en supposant qu’il devait s’agir d’une soie de basse qualité14. Par la suite, Lopez enrichissait son hypothèse de nouvelles fioritures. En 1952, dans sa contribution au tome II de la Cambridge Economie History, il la hissait à une place importante dans sa conception d’ensemble du commerce du haut Moyen Age. Sous sa plume, la soie de Chuma prenait alors valeur de symbole. Elle devenait la preuve éclatante de la capacité des grands propriétaires fonciers à introduire dans leurs domaines des innovations techniques de grande portée et, ce faisant, à dégager des surplus destinés à la vente sur les marchés urbains. Promue au rang d’indicateur théorique de l’aptitude de l’économie domaniale à s’insérer dans les circuits de l’économie de marché urbaine, la soie de Chuma voyait du même coup sa qualité intrinsèque s’améliorer très sensiblement d’une étude à l’autre. Il n’était plus question en 1952 comme en 1945 d’une soie de basse qualité mais au contraire d’un produit fini incorporant un haut degré de savoir-faire de la part de la main-d’œuvre domaniale. Passant désormais sous silence le problème du prix de vente spécifié par le polyptyque, Lopez transmutait ce siricum en de luxueuses étoffes de soie à destination d’ornements liturgiques15. La brève notation de l’inventaire de S. Giulia devenait ainsi le support documentaire d’une audacieuse construction qui créditait la classe seigneuriale d’une politique de percée sur les marchés urbains grâce à l’élaboration de produits reposant à la fois sur un véritable esprit d’entreprise domanial et sur l’aptitude de la main-d’œuvre rurale à s’adapter à cette ambitieuse politique. Il est enfin à peine besoin de noter que la publication de ces considérations dans la Cambridge Economic History conférait à la soie de Chuma la notoriété et la respectabilité internationales qui lui manquaient encore. De fait, dès 1953, Cinzio Violante reprenait les vues de Lopez sur le siricum de Chuma. Il accréditait ainsi à son tour une interprétation qui avait pour lui le mérite évident de renforcer une thèse générale, d’autre part pertinente et bien étayée, sur la renaissance du xe siècle dans l’espace padan et sur le rôle moteur joué par l’économie domaniale dans ce démarrage économique. Entré dans le domaine des lieux communs, le « famoso tributo in seta proveniente da Chuma, possedimento di S. Giulia » fournit désormais une référence opportune chaque fois qu’il s’agissait d’illustrer la diversité de la production domaniale, des redevances dues par les artisans dépendant de la curtis et la relative complexité des circuits commerciaux qui drainaient les surplus provenant de cens acquittés non seulement en produits agricoles mais aussi en produits manufacturés. Ainsi chez Philip Jones en 1974 et chez V. Fumagalli en 198016.

  • 17 A. Guillou, La soie du katépanat d’Italie, in : Travaux et Mémoires 6, Paris, 1976, pp. 69-84. Prop (...)
  • 18 Id., Le brébion de la métropole byzantine de Région (vers 1050), Città del Vaticano, 1974 (Corpus d (...)
  • 19 Voir G. Pasquali, art. cité supra, n. 3.

3Sur ce fond commun d’acceptation générale, l’hypothèse formulée en 1976 par André Guillou proposait une révision inattendue de la tradition. Sans remettre en question l’identification de siricum = soie17, Guillou s’attachait pour sa part à résoudre le problème, jamais repris depuis Seregni, de l’identification du lieu-dit Chuma. Il avait en effet eu le mérite de retrouver, d’illustrer et d’éditer depuis peu18 un important inventaire partiel (ou brébion) des terres, droits et revenus de la métropole de Règion en Calabre, datable du milieu du xie siècle. Il avait pu en tirer des conclusions intéressantes sur l’importance de la culture du mûrier et de la production de soie grège en Calabre dès cette époque. Or, ayant eu l’heur — ou le malheur — de rencontrer dans son brébion un lieu-dit « Chama », Guillou jugea que, désormais « le doute n’était plus permis » et que le lieu-dit du polyptyque de Brescia ne pouvait être que le toponyme calabrais rencontré dans l’inventaire de Règion. Sans s’attarder outre mesure à réfuter cette hypothèse, on notera cependant qu’elle a contre elle un faisceau d’arguments dont chacun, pris isolément, suffirait à sa ruine. En premier lieu, Guillou, dépendant comme tous ses devanciers de l’édition défectueuse de Ceruti, travaillait sur l’hypothèse d’un lieu-dit « Chama » alors que le texte du polyptyque, dûment retranscrit en 1979 par Gianfranco Pasquali, porte clairement « Chuma », graphie qui rend évidemment plus difficile, sur le simple plan philologique, l’identification proposée. On notera en second lieu que la mention du siricum de Chuma dans le polyptyque de S. Giulia est antérieure de près de deux siècles à celle de la première apparition de la sériciculture calabraise et d’un lieu-dit « Chama » (Xάµα) dans le brébion de Règion, où, d’ailleurs, ce microtoponyme se rapporte à une simple parcelle de terre arable sans aucune mention de mûriers, même dans la seconde moitié du xie siècle. On n’insistera pas sur l’extravagance qu’il y aurait à créditer l’abbaye bresciane de la propriété de quelques arpents de terre en Calabre au ixe siècle alors que nous n’avons connaissance, entre le viiie siècle et le xe siècle d’aucune possession de S. Giulia au Sud de la Sabine19. Comment enfin imaginer que ce modeste cens en nature de 10 livres de siricum dû par 13 tenanciers, une fois acheminé (et comment ?) jusqu’au marché de Pavie y ait atteint vers 880 le prix d’environ 5 sous la livre, en dépit de l’incorporation du coût de transport proprement vertigineux qu’eût impliqué une telle opération et que confirme d’ailleurs ce que nous savons d’autre part sur les prix atteints par la soie à cette époque sur les différents marchés méditerranéens ? On voit qu’en effet, le doute n’est pas permis et que l’hypothèse d’une origine calabraise du siricum de Chuma ne peut être retenue.

  • 20 Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, éd. V. Federici, 3 vols, Roma, 1925-1938 (Ist. stor. it. (...)
  • 21 Sur ce type de contrats, voir R. Endres, Das Kirchengut im Bistum Lucca vom 8. bis 10. Jahrhundert,(...)
  • 22 Il s’agit parfois de cens en nature acquittés en divers produits agricoles plus une livre de siricu(...)
  • 23 M. Del Treppo, La vita economica e sociale in una grande abbazia del Mezzogiomo : S. Vincenzo al Vo (...)
  • 24 Du Cange (s. v. Siricum) ne connaît que le sens de soie et, à la traîne d’Isidore de Séville, celui (...)
  • 25 Sur ce dernier problème, voir ci-dessous, note 44.
  • 26 Chr. Wickham, Studi sulla società degli Appennini nell’alto medioevo, Bologna, 1982, p. 50.
  • 27 Chr. Wickham, loc. cit. : « ... Il siricum è l’unico prodotto nella zona che potrebbe essere consid (...)

4Dernier avatar du mythe : à peu près au même moment, le dossier du siricum italien au haut Moyen Age s’enrichissait de la prise en considération de quatre documents contenus dans le Chronicon de Saint-Vincent au Volturne et postérieurs d’un siècle environ au polyptyque de S. Giulia20. Il s’agissait de quatre contrats livellaires par lesquels l’abbaye de Saint-Vincent cédait in convenientia pour 29 ans à divers laïcs des biens-fonds parfois importants sis dans les Abruzzes et le pays des Marses. En échange de ces concessions rédigées en forme de scriptum precarie21, les contrats stipulaient le versement à l’abbaye, selon des dispositions variant d’ailleurs sensiblement dans le détail, d’une ou deux livres de siricum22. Le premier auteur à avoir étudié de près ces contrats, Mario Del Treppo, a eu le mérite de s’interroger d’un esprit non prévenu sur la nature véritable de ce produit23. Malheureusement, dépendant des possibilités lexicographiques réduites offertes par le glossaire de Du Cange24 et en dépit des difficultés qu’une telle interprétation suscitait à ses yeux, Del Treppo finit, lui aussi par opter pour la solution traditionnelle siricum = soie. Il fut ainsi amené à voir dans les actes du Chronicon de Saint-Vincent au Volturne la première mention d’une sériciculture en Italie centrale dès avant l’an mil25. Plus récemment, Chris Wickham reprenant les mêmes documents, admit à son tour que « la seta di S. Vincenzo fu prodotta in Abruzzo nel nostro periodo (i. e. Au xe siècle) in un certo numero di luoghi, sia qui che nella Marsica »26. Trop perspicace pour ne pas percevoir le caractère « improbabile di questo tipo di coltura », Wickham ne se résignait pas pour autant à rejeter la vieille interprétation et il se tirait de la situation difficile où elle le mettait au prix d’une explication embrouillée et peu convaincante à ses propres yeux27.

5II. - Cette revue des formulations successives de la thèse séricicole n’est pas sans intérêt. Au delà des trésors d’ingéniosité inutile qu’elle a parfois mobilisés, elle révèle chez les plus doués de ses défenseurs une intéressante capacité à théoriser intelligemment sur l’essence du système domanial à partir de prémisses fausses. Mais ce n’est là que l’accessoire. La généalogie du mythe permet surtout de baliser la voie d’approche d’un certain nombre d’erreurs à éviter et de nous orienter vers l’exacte interprétation des textes. On peut en effet observer que toutes les thèses que l’on vient de résumer ont achoppé sur trois ordres de problèmes.

    • 28 Inventari cit., p. 92. L’inventaire enregistre des redevances en nature dues par des dépendants de (...)

    On retiendra tout d’abord que l’identification du toponyme est condamnée à demeurer problématique. Si l’on est prêt à admettre qu’au moment d’énumérer les cens en nature portant sur les produits à caractère spécial dus par certaines dépendances lointaines de S. Giulia, le rédacteur du polyptyque a suivi un ordre géographique approximatif, Chuma a quelque chance d’être situé en Italie du Nord entre Castelseprio et Brescia28. L’hypothèse avancée par Gianfranco Pasquali comme « très probable » identifie Chuma à la cité de Côme. Elle n’est certes pas à exclure. Elle ne se heurte à aucune invraisemblance ni à aucune impossibilité philologique. On ne peut dire plus en sa faveur et il vaut mieux la tenir pour possible plus que pour très probable.

    • 29 Le cas le plus connu est celui de Corbie au temps d’Adalhard : A.E. Verhulst et J. Semmler, Les sta (...)

    Quant au cadre de production du siricum, une égale prudence s’impose. Absolument rien dans le texte du polyptyque ne permet d’affirmer, quoi qu’en aient écrit Volpe et Lopez, que Chuma ait été le centre d’une unité domaniale, d’une « corte » ou d’un « manor ». Bien que le terme de manentes employé par le rédacteur du polyptyque à propos des 13 hommes de Chuma soit celui dont il se sert d’ordinaire pour désigner les dépendants chasés de l’abbaye, il peut tout aussi bien s’agir ici de tenanciers déployant leurs activités en dehors du cadre domanial stricto sensu. A cet égard, les idées développées par R. Lopez quant à une politique sophistiquée de commercialisation des surplus domaniaux reposent sur une évidente surinterprétation. La seule conclusion assurée est que, pour le siricum de Chuma comme pour les redevances en fromages de Gênes et pour le miel expédié à partir d’Ivrée et de Castelseprio, il s’agissait de surplus provenant de possessions relativement éloignées, mais dont l’abbaye bresciane jugeait utile d’assurer l’acheminement jusqu’aux centres vitaux de la seigneurie monastique plutôt que de faire procéder à leur commercialisation dans la zone même de production. Sur ce point, l’attitude de S. Giulia ne différait donc en rien de celle d’autres grandes abbayes carolingiennes dont la politique de gestion domaniale nous est mieux connue et révèle des préoccupations identiques29.

    • 30 Les autres cens en nature acquittés par des dépendances lointaines (supra, n. 28) étaient constitué (...)

    Les conditions exactes de production et de commercialisation du siricum de Chuma ont également donné lieu à bien des excès d’interprétation. A aucun moment il n’est permis d’inférer du texte que les hommes de Chuma produisaient 10 livres de siricum par an (contra A. Solmi et R. Lopez). Il est également impossible de penser comme G. Seregni qu’ils aient pu transformer en un produit ouvré 10 livres d’un siricum-matière première fournie par S. Giulia. La seule conclusion permise est que les 13 tenanciers étaient — sans doute solidairement — redevables d’une fourniture annuelle de 10 livres de siricum. On ne peut rien en déduire quant au volume même de la production annuelle de siricum par les dépendants de Chuma. De même, on ne peut formuler aucune hypothèse sur les conditions de transport du produit jusqu’à Pavie. Il est sans doute vraisemblable de supposer (avec Solmi et contre Schaube) que le transport était assuré par le monastère lui-même et non par les dépendants de Chuma. Cette question doit cependant demeurer, elle aussi, en suspens car les rédacteurs du polyptyque n’ont pas d’autre part l’habitude de distinguer entre cens en nature portables et/ou quérables. Quant aux conditions de vente sur le marché de Pavie, on notera que le texte indique en toute clarté qu’une certaine quantité de siricum sera acheminée jusqu’à Pavie (de ipsis decem libris in Papia ducitur) pour y être vendue à hauteur de cinquante sous (et ibi venundabitur ad solidos L), rien de plus. Il en résulte que cette notation de prix, pour intéressante qu’elle soit, demeure très indicative, le prix de 5 sous par livre ne pouvant s’entendre que comme un prix plancher, valable au cas où la totalité du siricum perçu serait effectivement vendu à Pavie. Rien en tout cas n’évoque l’existence d’un « prix fixe » du siricum qui découlerait lui-même d’un quelconque monopole royal ou d’une règle de l’exclusif (contra Solmi). De même, si l’on a l’habitude, depuis L.-M. Hartmann, de relier cette notation au fait que l’abbaye bresciane bénéficiait à Pavie de la concession de droits de portas dont elle tirait un revenu annuel de 15 livres d’argent, il va de soi qu’il s’agit là de deux faits sans liaison. Il est également inutile, pour expliquer le transport de ces 10 livres de siricum, de faire intervenir l’activité de la batellerie fluviale possédée par l’abbaye. La seule conclusion autorisée sur ce point par le texte est simple : le lieu de destination spécifié par le polyptyque — Pavie et non, pour une fois, Brescia — s’explique par le fait que la capitale du royaume, où l’abbaye possédait une statio était bien une place commerciale suffisamment active et ouverte pour que ce siricum ait été assuré d’y trouver le meilleur débouché30.

  • 31 Isidore de Séville, Etymologiarum sive originum libri XX... éd. W.M. Lindsay, Oxford, 1957 (= 1911) (...)
  • 32 On consultera sur ces questions les excellents inventaires alphabétiques des divers pigments établi (...)
  • 33 M. Berthelot, La chimie au Moyen Age, 3 vols, Paris, 1893, t. I, p. 7 et suiv. et Id., article Seri (...)
  • 34 Sur les pigments dans l’Antiquité, voir H. Blümner, Technologie und Terminologie der Gewerbe und Kü (...)
  • 35 Voir sur ce point les notices consacrées par H. Roosen-Runge et Fr. Brunello à la question (ouvr. c (...)
  • 36 Voir Fr. Brunello (éd.), Cennino Cennini, « Il libro dell’Arte », Vincenza, 1971 et, du même auteur (...)
  • 37 Sur ce dernier point, voir les renseignements très précis qu’apporte le De Arte Illuminandi, éd. Fr (...)
  • 38 Voir sur cette question D.V. Thompson, The materials and techniques of medieval painting, New York, (...)
  • 39 Sur le caractère commun du minium (oxyde rouge de plomb), voir D.V. Thompson, The materials cit., p (...)
  • 40 Dernière édition des Compositiones Luccenses : H. Hedfors, Compositiones ad tingenda musiva. Hg., ü (...)
  • 41 Les méthodes de la macrophotographie ont été appliquées avec succès à quelques manuscrits par H. Ro (...)

6Nous voici donc au pied du mur : la question essentielle qui demeure posée est bien celle, en effet, de l’identification du produit que le polyptyque désigne du nom de siricum. La tâche n’est guère malaisée, ce mot ayant retenu à maintes reprises l’attention des auteurs latins et des lexicographes antiques et médiévaux. Chose remarquable, dans la notice qu’il consacre au siricum dans le livre XIX de ses Etymologies et où, comme à son ordinaire il procède par accumulation des définitions antérieures à la sienne, Isidore de Séville prend déjà soin de mettre en garde contre le risque d’erreur qui pourrait naître d’une confusion entre le terme de siricum = soie et celui de siricum servant à désigner divers pigments rouges d’origine minérale utilisés dans la peinture murale et pour rubriquer les manuscrits31. Une identification plus précise de ces pigments sortirait du cadre de ce travail. On observera simplement qu’une grande confusion terminologique a régné tout au long de l’Antiquité et du Moyen Age dans le domaine étendu des produits colorants qui couvraient la gamme des rouges. Tous étaient qualifiés indifféremment de minium, avec les synonymes occasionnellement attestés de siricum, sandaraca (-um), cerusa, stupium (stoppium), cenobrium, ocra, sinopia, etc.32. Cette « grande confusion des vieilles nomenclatures » en matière de pigments rouges avait déjà frappé Marcellin Berthelot33. Elle s’explique aisément si l’on tient compte de l’ignorance où étaient nos auteurs des éléments chimiques, et de l’impossibilité conséquente d’établir analytiquement la nature d’un composé donné, les seuls critères classificatoires étant fondés sur les caractères perceptibles des produits et, précisément, sur la nature et la qualité de la couleur rouge obtenue. Dans le cas particulier du siricum, on voit cette confusion terminologique atteindre son comble. Chez les auteurs anciens — Pline et Vitruve —, qui réservent d’autre part l’appellation de minium au cinabre naturel (sulfure rouge de mercure), le terme de siricum sert à désigner un mélange de pigments rouges fait d’ocre rouge (rubrica, sinopia, etc.) et de minium au sens propre (oxyde rouge de plomb, sandyx, sandaraca, etc.)34. Chez les auteurs médiévaux en revanche, le terme de minium désigne normalement l’oxyde rouge de plomb natif et seule la Mappae Clavicula réserve le nom de siricum au minium obtenu « ex psimithu », c’est-à-dire par cuisson de la céruse ou blanc de plomb35. Il faut ainsi attendre le xive siècle avec le De arte illuminandi et le « Libro dell’arte » de C. Cennini pour voir enfin établie et reconnue une distinction claire entre les deux colorants rouges minéraux de base : le cinabre et le siricum-minium36. Tous deux étaient depuis longtemps largement utilisés, soit dans la peinture murale soit dans l’enluminure où le minium était d’un usage fort courant pour les initiales et les rubriques des manuscrits liturgiques non autrement décorés37. Il semble difficile, devant une telle confusion, de mieux cerner le pigment minéral que le polyptyque de S. Giulia désigne sous le nom de siricum. Quelques hypothèses d’orientation peuvent toutefois être formulées. Notons tout d’abord qu’il s’agit d’une redevance consistant en une matière première extraite d’un petit gisement sis à Chuma. Le terme s’applique donc certainement à un minerai natif qui ne peut être ni la préparation décrite sous le nom de siricum par Pline et Vitruve ni le minium secondaire obtenu par cuisson au four du blanc de céruse selon la recette très délicate de la Mappae Clavicula. Le champ des possibilités est ainsi restreint et le terme de siricum, dans le contexte du polyptyque de Brescia, ne peut s’appliquer qu’à deux produits minéraux naturels : le minium au sens strict (oxyde rouge de plomb =Pb3O4) ou le cinabre (sulfure rouge de mercure = HgS) dont les gisements les plus connus dans l’Antiquité étaient ceux d’Espagne mais dont nous savons aussi qu’il existait de moindres dépôts en Italie, par exemple dans l’Apennin (au Monte Amiata) et en Istrie à Idria38. Il est évidemment impossible, sur la base de nos textes, de trancher entre ces deux identifications. Il semble simplement plus satisfaisant, pour le moment, de rattacher le siricum de Chuma à un produit minier extrait d’un petit gisement préalpin de cinabre. Le minium natif semble en effet un produit trop commun pour avoir fait l’objet de dispositions impliquant le transport à distance et la commercialisation à Pavie de petites quantités de pigment39. La plus grande rareté du cinabre, son existence avérée en petits gisements tant dans les Alpes que dans l’Apennin conviendraient également mieux au rôle qu’il joue non seulement comme redevance en nature dans le polyptyque mais encore comme instrument de paiement de cens annuels dans les « Grosslibellen » de Saint-Vincent au Volturne. On observera cependant, pour conclure sur une note d’incertitude, que le seul traité italien à peu près contemporain du polyptyque de S. Giulia intéressant les techniques de a peinture et la fabrication des pigments, les Compositiones Luccenses, ne nous livrent qu’un témoignage ambigu40. Elles attestent la pénétration en Italie au début du ixe siècle — et évidemment dans le milieu des scriptoria monastiques — de techniques de fabrication d’un cinabre artificiel par mélange et cuisson d’ocre rouge et de siricum. La description de ces techniques nouvelles mises au point dès le viiie siècle par l’alchimie arabe et où siricum ne peut s’entendre qu’au sens de minium naturel révèle à la fois la rareté croissante du cinabre natif dès le ixe siècle et le recours au siricum-minium comme produit de remplacement dans la fabrication des pigments rouges secondaires. Les Compositiones Luccenses n’aident donc en rien à trancher entre les possibilités que l’on vient d’évoquer. Seul le recours à des techniques sophistiquées (macrophotographie et microspectrométrie) appliquées à des manuscrits rubriqués provenant d’Italie du Nord permettra sur ce point d’y voir tout à fait clair41.

  • 42 B. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, t. II, Paris, 1857, p. 653, (...)
  • 43 Dans le capitulaire de Villis, la garance est mentionnée au chapitre XLIII à côté de la guède et au (...)

7On notera enfin que le paiement d’un cens en nature effectué en produits tinctoriaux est rare mais nullement inconnu de l’économie domaniale du ixe siècle. Dès le début du ixe siècle en effet, le polyptyque de Saint-Victor de Marseille mentionne, lui aussi, des cens en setiers de garance dus par quelques colonicae de Seillans42 et destinés à approvisionner en teinture végétale les ateliers textiles domaniaux, si l’on en croit le capitulaire de Villis43.

  • 44 Le document, qui mentionne à la fois la soie (sericum) et la culture du mûrier a été édité et comme (...)
  • 45 Voir en particulier Fr. Brunello, De Arte Illuminandi cit. (et la bibliogr. ibid.).

8En conclusion, qu’il s’agisse de minium ou de cinabre, le siricum mentionné par le polyptyque de S. Giulia contraint en tout cas à revoir radicalement les interprétations courantes du texte et à abandonner au profit d’une solution assurée l’hypothèse extraordinaire d’une sériciculture en Italie du Nord au haut Moyen Age. Sauf découverte documentaire nouvelle, la plus ancienne mention de l’élevage du ver à soie en Italie péninsulaire demeure celle qui nous est fournie par un document de la région d’Avellino et que l’on date d’ordinaire de 103744. Quant à S. Giulia, à défaut de l’esprit d’innovation technologique que lui prêtait Roberto Lopez, on admettra en guise de compensation qu’il n’est pas indifférent de voir attesté par ce cas d’espèce méconnu le rôle joué par les grandes abbayes carolingiennes dans la fabrication ou, comme c’est ici le cas, dans la commercialisation des pigments utilisés par les fresquistes et les enlumineurs. A partir de l’étude des milieux où se sont élaborés les traités de fabrication des couleurs et les artes illuminandi du Moyen Age, les historiens de la peinture ont entrevu un tel rôle45. Le polyptyque de S. Giulia nous offre une confirmation concrète et vivante de ces pressentiments.

Notes

1 G. Pasquali (éd.), S. Giulia di Brescia, in : AA. VV., Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi, Roma, Ist. stor. it. per M. E., « Fond p. la stor. d’Italia », no 104, 1979, pp. 41-94.

2 Le polyptyque a été daté tantôt de 906 sur la foi d’une note dorsale, tantôt des xe-xie siècles. G. Pasquali, op. cit., pp. 49-50 a montré de façon définitive que ces propositions sont inacceptables et que le document est, de peu sans doute, postérieur à 879.

3 Voir sur ce point G. Pasquali, La distribuzione geografica delle cappelle e delle aziende rurali descritte nell’inventario altomedievale del monastero di S. Giulia di Brescia, in : San Salvatore di Brescia. Materiali per un museo, II, Brescia, 1978, pp. 142-167.

4 Bibliographie jusqu’à 1979 in G. Pasquali, op. cit., à la n. 1, pp. 45-49. Après cette date, voir P. Toubert, Il sistema curtense : la produzione e lo scambio interno in Italia nei secoli VIII, IX e X, in : Storia d’Italia. Annali 6, Torino, 1983, pp. 5-63 ; B. Andreolli et M. Montanari, L’azienda curtense in Italia, Bologna, 1983 et G. Pasquali, Agricoltura e società rurale in Romagna nel Medioevo, Bologna, 1984.

5 G. Pasquali (éd.), Inventari cit., p.92 : « ... Et sunt in Chuma man(en)t(es) XIII,/qui reddent de sirico libras X, et de ipsis in Papia ducitur, et ibi venundabitur ad solidos L... »

6 G. Porro Lambertenghi, Codex diplomaticus Langobardiae (Monum. bistoriae patriae, XIII), Torino, 1873. Le polyptyque de S. Giulia est le document no419, coll. 706-727. Notre passage est transcrit ibid., coll. 726. Principale défectuosité : A. Geruti a transcrit le toponyme « Chama » au lieu de « Chuma ». On en verra tout à l’heure les conséquences.

7 G. Seregni, La popolazione agricola della Lombardia nell’età barbarica, in : Arch. stor. lomb., s. 3a, III, a. XXII (1895), pp. 5-77. Le commentaire de notre passage : ibid., p. 66 et note 7.

8 Sur ces jalons chronologiques, voir en dernier lieu R. Comba, Produzioni tessili nel Piemonte tardomedievale, in : Bollett. stor.-bibl. subalp., LXXXII (1984), pp. 321-362, en partic. pp. 344-346.

9 L.-M. Hartmann, Comacchio und der Po-Handel, in : Id., Zur Wirtschaftsgeschichte Italiens im frühen Mittelalter - Analekten von L.-M. H., Gotha 1904, pp. 74-90. Commentaire sur le siricum de Chuma : ibid., p. 88.

10 G. Volpe, Per la storia giuridica ed economica del Medio Evo, initialement paru en 1905 dans les Studi storici de Crivellucci est réimprimé in Id., Medio Evo italiano, Firenze, 1923, pp. 215-330. (Nouv. éd., ibid., 1961). Le commentaire sur le siricum de Chuma : p. 256, n. 3 de l’éd. de 1923.

11 A. Schaube, Handelsgeschichte der Romanischen Völker des Mittelmeergebiets bis zum Ende der Kreuzzüge, München et Berlin, 1906. Commentaire de notre texte ibid., p. 78 et p. 85.

12 A. Solmi, L’amministrazione finanziaria del Regno italico nell’alto medio evo, in : Bollett. d. Soc. Pavese di Stor. Patria, XXXI (1931), pp. 5-288. Pour le siricum de Chuma : ibid., pp. 88-89. Rappelons 1) que rien dans les « Honorantiae civitatis Papie » n’autorise une telle conclusion et 2) que les dispositions relatives aux activités commerciales des negotiatores Venetorum in Papia n’évoquent en rien un monopole du commerce de la soie au xe siècle : voir en dernier lieu C. Brühl et C. Violante, Die « Honorantiae civitatis Papie », Köln-Wien, 1983, pp. 18-19 (pour la transcription du texte) et pp. 38-47 pour un commentaire très approfondi, avec un examen critique de la bibliographie antérieure.

13 F. Carli, Il mercato nell’alto Medio Evo, Padova, 1934, pp. 250-251 et p. 293.

14 R. Lopez, Silk industry in the Byzantine Empire, in : Speculum XX (1945), pp. 1-42. Sur la « soie » de Chuma : ibid., p. 42 n. 1.

15 Id., in The Cambridge Economic History of Europe, II, Cambridge, 1952, p. 265.

16 Ph. Jones, La storia economica. Dalla caduta dell’Impero romano al secolo XIV, in : AA. VV., Storia d’Italia, II, Torino, Einaudi, 1974, pp. 1469-1810. Le « famoso tributo in seta proveniente da « Chama », ibid., p. 1620 et n. 2. Voir aussi V. Fumagalli, Strutture materiali e funzioni nell’azienda curtense. Italia del Nord : sec. VIII-XII, in : Archeologia Medievale, VII (1980), pp. 21-29. La soie de Chuma : ibid., p. 26.

17 A. Guillou, La soie du katépanat d’Italie, in : Travaux et Mémoires 6, Paris, 1976, pp. 69-84. Propositions d’identification de « Chama » (= Chuma) : ibid., p. 75.

18 Id., Le brébion de la métropole byzantine de Région (vers 1050), Città del Vaticano, 1974 (Corpus des Actes grecs d’It. du Sud et de Sicile. Rech. d’Hist. et de Géogr., 4). Le lieudit « Chama » : p. 23, 1. 2 et p. 165, 1. 48. Premier commentaire de l’ensemble de cet important document : Id., Production and profits in the byzantine province of Italy (tenth to eleventh centuries) : an expanding society, in : Dumbarton Oaks Papers, 28 (1974), pp. 91-109.

19 Voir G. Pasquali, art. cité supra, n. 3.

20 Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, éd. V. Federici, 3 vols, Roma, 1925-1938 (Ist. stor. it. p. il M. E., « Fonti p. la stor. d’lt. » ; no 58-60). Les documents comportant le paiement de cens en siricum : n. 157 de 998, t. II, pp. 286-289 ; n. 177 de 989, ibid., pp. 339-343 ; n. 178 de 999, ibid., pp. 343-346 ; n. 181 de 997, ibid., pp. 351-355.

21 Sur ce type de contrats, voir R. Endres, Das Kirchengut im Bistum Lucca vom 8. bis 10. Jahrhundert, in : VSWG, XIV (1918), pp. 240-292.

22 Il s’agit parfois de cens en nature acquittés en divers produits agricoles plus une livre de siricu (supra, n. 20, actes nn. 157 et 177). Mais il s’agit aussi (actes nn. 178 et 181) de cens d’une ou deux livres de siricum commuables en d’autres produits selon le barême d’un tremisse (monnaie de compte) ou d’un tremisse et 2 deniers par livre de siricum. Comme toujours, ces cens dits « alternatifs » ou optionnels sont l’indice d’un approvisionnement irrégulier du marché et du rôle paramonétaire du produit en question : voir P. Toubert, Il sistema curtense cit., p. 52 (avec la bibliographie).

23 M. Del Treppo, La vita economica e sociale in una grande abbazia del Mezzogiomo : S. Vincenzo al Volturno nell’alto medioevo, I L’età carolingia, in : Arch. stor. p. le Prov. Napol., LXXIV, n. s. XXXV (1956), pp. 31-110, en particulier p. 61 et ibid., n. 3.

24 Du Cange (s. v. Siricum) ne connaît que le sens de soie et, à la traîne d’Isidore de Séville, celui de « rouge syrien », c’est-à-dire de pourpre (voir infra).

25 Sur ce dernier problème, voir ci-dessous, note 44.

26 Chr. Wickham, Studi sulla società degli Appennini nell’alto medioevo, Bologna, 1982, p. 50.

27 Chr. Wickham, loc. cit. : « ... Il siricum è l’unico prodotto nella zona che potrebbe essere considerato di facile commercializzazione, ma i motivi per cui S. Vincenzo ebbe bisogno di seta (abiti liturgici ? esportazione attraverso il mercato di Napoli ?) sono piuttosto oscuri, come del resto oscuri sono i motivi per cui S. Vincenzo abbia scelto questo luogo di produzione e non altri - benché ciò implicasse in seguito, nel basso medioevo, il fiorire di una vera e propria industria... »

28 Inventari cit., p. 92. L’inventaire enregistre des redevances en nature dues par des dépendants de Cènes (240 livres de fromage), d’Ivrée (50 livres de miel), de Castelseprio (230 livres de miel) et — enfin — de Chuma. Immédiatement à la suite est inscrit le revenu de 15 livres d’argent procuré par le portus de Pavie.

29 Le cas le plus connu est celui de Corbie au temps d’Adalhard : A.E. Verhulst et J. Semmler, Les statuts d’Adalhard de Corbie de l’an 822, in : Le Moyen Age, LXVIII (1962), pp. 91-122 et pp. 233-269.

30 Les autres cens en nature acquittés par des dépendances lointaines (supra, n. 28) étaient constituées par des denrées alimentaires non périssables, sans doute acheminées à Brescia et destinées à la consommation monastique.

31 Isidore de Séville, Etymologiarum sive originum libri XX... éd. W.M. Lindsay, Oxford, 1957 (= 1911), L. XIX, c. 17, 5-9.

32 On consultera sur ces questions les excellents inventaires alphabétiques des divers pigments établis par H. Roosen-Runge, Farbgebung und Technik frühmittelalterlicher Buchmalerei, 2 vols, s.l., 1967, t. II, pp. 13-102 et par Fr. Brunello, De Arte Illuminandi e altri trattati sulla tecnica della miniatura medievale, Vicenza, 1975 (nomenclature des pigments, pp. 199-251).

33 M. Berthelot, La chimie au Moyen Age, 3 vols, Paris, 1893, t. I, p. 7 et suiv. et Id., article Sericum dans la Grande Encyclopédie, t. 29, p. 1057.

34 Sur les pigments dans l’Antiquité, voir H. Blümner, Technologie und Terminologie der Gewerbe und Künste bei Griechen und Römern, Leipzig, 1887, t. IV (2), p. 417 et suiv. et p. 488 et suiv. On rajeunira Blümner par R.-J. Forbes, Studies in Ancient Technology, t. III, Leiden, 1955, pp. 202-255.

35 Voir sur ce point les notices consacrées par H. Roosen-Runge et Fr. Brunello à la question (ouvr. cités supra n. 32, s. v. Cerosa).

36 Voir Fr. Brunello (éd.), Cennino Cennini, « Il libro dell’Arte », Vincenza, 1971 et, du même auteur, l’ouvr. cité supra n. 32, qui comporte une abondante bibliographie. Voir en particulier les riches notices s. vv. Cenobrium et Minium.

37 Sur ce dernier point, voir les renseignements très précis qu’apporte le De Arte Illuminandi, éd. Fr. Brunello cit., chap. XXIII, pp. 118-121 et chap. XXVII, pp. 126-127.

38 Voir sur cette question D.V. Thompson, The materials and techniques of medieval painting, New York, 1956, pp. 102-103. Dans une brève notation où il évoque le problème, M. Lombard ne connaît que siricum = minium : M. Lombard, Les textiles dans le monde musulman, viie-xiie siècles, Paris-La Haye, 1978, pp. 86-87.

39 Sur le caractère commun du minium (oxyde rouge de plomb), voir D.V. Thompson, The materials cit., pp. 100-102.

40 Dernière édition des Compositiones Luccenses : H. Hedfors, Compositiones ad tingenda musiva. Hg., übersetzt u. philologisch erklärt v. H.H., Diss. phil. Uppsala, 1932 (autre édit, accessible in : L.A. Muratori, Antiqu. Ital. Med. Aevi., II, coll. 365-396). Sur la date de composition des C.L., voir L. Schiaparelli, Il codice 490 della biblioteca capitolare di Lucca e la scuola scrittoria lucchese (sec. VIII-IX), Roma, 1924 (« Studi e Testi », 36 - Réimpr., 1960). Le passage des C.L. concernant le siricum (avec le commentaire) : éd. H. Hedfors cit., p. 14. Je n’ai pu consulter J. Svennung, « Compositiones Lucenses ». Studien zu Inhalt, zur Textkritik und Sprache, Uppsala, 1941.

41 Les méthodes de la macrophotographie ont été appliquées avec succès à quelques manuscrits par H. Roosen-Runge, Farbgebung... cit. Elles permettent d’identifier avec sûreté les divers pigments rouges. Les méthodes beaucoup plus délicates de la microspectrométrie de vibration ont été utilisées jusqu’à présent surtout pour la gamme des pigments bleus. Elles donnent des résultats d’un très grand intérêt : M. Delhaye, B. Guineau et J. Vezin, Application de la microsonde Raman-LASER à l’étude des pigments, in : Le Courrier du CNRS, n. 58, nov.-déc. 1984, pp. 20-31.

42 B. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, t. II, Paris, 1857, p. 653, n. 5. Texte commenté par U. Monneret de Villard, L’organizzazione industriale nell’ltalia Langobarda durante l’Alto Medioevo, in : Arch. stor. lomb., a. XLVI (1919), pp. 1-83 ; sur la garance (rubia) due par quelques tenanciers de Saint-Victor à Seillans : ibid., p. 57. Pour des raisons que j’ignore, M. Zerner-Chardavoine identifie la rubia (Rubea, Carancia, etc.) à la cochenille du chêne kermès : Enfants et jeunes au ixe siècle. La démographie du polyptyque de Marseille 813-814, in : Provence Historique, no 126, p. 375. En réalité, le kermès (Kermes, Carminium, Coccus, Vermiculum, Lacca, etc.) ne porte jamais dans les textes le nom de rubia : voir les notices très détaillées de H. Roosen-Runge, Farbgebung... cit., II, pp. 40-51 et Fr. Brunello, De Ane Illuminandi cit., pp. 226-230.

43 Dans le capitulaire de Villis, la garance est mentionnée au chapitre XLIII à côté de la guède et au kermès parmi les produits qui doivent approvisionner les ateliers textiles domaniaux (genitia). En outre, la garance y figure parmi les plantes dont la culture est recommandée au chapitre LXX : C. Brühl (éd.), Capitulare de Villis. Cod. 254 Helmst. der Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, Stuttgart, 1971, p. 60 et p. 63.

44 Le document, qui mentionne à la fois la soie (sericum) et la culture du mûrier a été édité et commenté par Fr. Bartoloni (éd.), Le più antiche carte dell’abbazia di San Modesto in Benevento (secoli VIII-XIII), Roma, 1950 (Ist. stor. it. p. il M. E., « Regesta Chartarum Italiae », 33), doc. n. 6, pp. 17-21. La date du document, problème évidemment crucial pour une « première mention » (destinée à le demeurer pour longtemps), n’est pas assurée et la datation proposée par Fr. Bartoloni n’est pas certaine. Je n’ai pu consulter A. Trotter, Il più antico documento relativo alla bachicoltura in Italia, in : Riv. stor. del Sannio, V (1919), p. 91 et suiv.

45 Voir en particulier Fr. Brunello, De Arte Illuminandi cit. (et la bibliogr. ibid.).

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.