Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

La piraterie bourguignonne en mer Noire à la moitié du xve siècle

Jacques Paviot

Texte intégral

Pour la rédaction de cet article, nous tenons à remercier en premier lieu Mme Sandra Origone, Professeur à l’Istituto di Medievistica de l’université de Gênes, avec la collaboration de laquelle nous allons publier les documents concernant ce sujet ; Mlle Catherine Dherent, Conservateur aux Archives départementales du Nord, pour son aide toujours obligeante ; M. le Professeur S. Karpov, de la faculté d’Histoire de l’université de Moscou, pour la mention de l’article de H. Taparel ; Mlle Laura Balletto, Professeur à l’Istituto di Medievistica à Gênes, pour la copie de celui de R. Lopez ; M. Duverdier, Conservateur à la bibliothèque du Collège de France, pour celle de C. Marinesco, Du nouveau..., et M. Richard Sharpe pour son aide à travers les bibliothèques d’Oxford.

  • 1 Tome II : La Guerre de Cent Ans. Révolutions maritimes, 3e éd., Paris, 1914, p. 274, note 6 ; il es (...)
  • 2 Dans l’historiographie du dix-neuvième siècle, une première mention des aventures bourguignonnes en (...)

1Une note dans l’Histoire de la marine française de Charles de La Roncière1 a d’abord attiré notre intérêt sur les actions de la flotte bourguignonne envoyée à Constantinople lors de la croisade dite de Varna. Un certain nombre d’études et de publications2 consacrées à ce sujet permettent maintenant de faire le point de la question et de préciser la chronologie des événements.

  • 3 Archives départementales du Nord (= ADN), B 1966, f° 253-259 v° (en cours de publication par E. Rie (...)
  • 4 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Bibliothèques de la Marine,(...)
  • 5 Garnier, op. cit., p. 133 ; l’identification du « seigneur de la Verre » in Degryse, op. cit., p. 2 (...)
  • 6 Degryse, doc. 2, p. 247 ; Marinesco, Philippe le Bon, p. 154. Sur Geoffroy de Thoisy (1418-1472) vo (...)
  • 7 A. Grunzweig, « Un exemple de vente directe de drap flamand dans le Levant », in Byzantion, t. IV, (...)
  • 8 Degryse, doc. 5, p. 250 ; Grunzweig, Un exemple, p. 428 ; Inv. ADN, t. VIII, p. 17 ; Jal, Glossaire (...)
  • 9 Cf. note 5 ; comme Marinesco, Du nouveau, p. 198, nous lisons 3 juin 1441 comme date du document (j (...)
  • 10 Degryse, p. 230 et doc. 3, p. 248.
  • 11 Pièces originales, 2830, no 62887, pièce 3.
  • 12 ADN, B 1982, f° 203 v°-204 ; voir aussi Inv. Adn, t. IV, p. 169, et J. Finot, Etude historique sur (...)
  • 13 A quelques kilomètres au Sud de Savone ; Degryse, pp. 230-231, n’a pas identifié la localité.
  • 14 A.S. Atiya, The Crusade in the Later Middle Ages, Londres, 1938, p. 474.
  • 15 Leclercq, p. 47.
  • 16 La Roncière, p. 274 ; le texte du bref in J. Toussaint, Les Relations diplomatiques de Philippe le (...)
  • 17 Leclercq, p. 72 ; le baleinier n’apparaît plus dans les comptes des expéditions ultérieures.

2Selon les ordres du duc Philippe le Bon, activement secondé par sa femme Isabelle de Portugal, des maîtres charpentiers portugais commencèrent à construire deux « carvelles » à Bruxelles, le 13 août 14383 ; la première fut prête en novembre et la seconde en janvier 1439. D’autres Portugais fabriquèrent une « grant nave » à Anvers : commencée au début de février 1439, elle fut lancée durant l’été 14404. Enfin, fut acheté un « balenier » à Hendrik van Borselen, seigneur de Veere dans l’île de Walcheren5. A partir du 19 mars 1441 apparut dans les actes le nom du capitaine de la première expédition méditerranéenne bourguignonne, envoyée au secours de l’ordre de l’Hôpital à Rhodes : Geoffroy de Thoisy6. Pour amortir les frais, on chargea dans la grande nave des draps de Flandre destinés à être vendus directement dans le Levant7 et la flotte (la grande nave, une caravelle et le baleinier) quitta le port de l’Ecluse le 8 mai8. Après avoir craint une attaque anglaise dans la Manche et fait probablement escale à Lisbonne9, elle toucha à « Seyte » (Ceuta), le 6 juillet, pour se procurer du ravitaillement10. Une nouvelle escale fut nécessaire dans un port du Midi de la France (sûrement Marseille) pour prendre de l’argent en Avignon — où des opérations de change eurent lieu le 13 août11 —, alors que la caravelle qui allait en avant avait été prise et pillée à Rosas en Catalogne12. Le 21 octobre, les navires mouillaient à « Way lez Saonne » (Vado Ligure)13 ; ils arrivèrent enfin à Rhodes, menacée par les Mamelouks14, en décembre et y restèrent six mois, jusqu’en juin 144215. Les bâtiments se dirigèrent alors vers le port de Villefranche dans les Etats de Savoie. Celui-ci devint leur port d’attache en Méditerranée, comme le duc de Bourgogne en avait traité avec son neveu le duc Louis de Savoie (le fils de l’antipape Félix V) ; le pape Eugène IV autorisa la transaction par son bref du 1er juillet 144216. De là les Bourguignons se livrèrent au commerce avec le baleinier : le 6 mai 1443, il arrivait à Barcelone chargé de papier et de vêtements de galiots17.

  • 18 Sur la croisade de Varna, B. Cvetkova, La Bataille mémorable des peuples. Le Sud-Est européen et la (...)
  • 19 Neveu du pape Eugène IV et cardinal de Venise (1390-1453) ; (notice d’A. Olivieri in Dizionario bio (...)
  • 20 Iorga, Notes, p. 162 ; F. Thiriet, Regestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Roma (...)
  • 21 (v. 1418-ap. 1480) notice biographique par M. Yans in Biographie nationale, Bruxelles, t. XXVII, 19 (...)
  • 22 ADN, B 2074, f° 1 ; voir aussi Degryse, p. 234 ; A. Huguet, « Un chevalier picard à la croisade de (...)
  • 23 Desimoni-Belgrano, LXX, p. 418 ; Finot, Flandre Gênes, p. 102 ; Iorga, Notes, pp. 134-135 ; Marines (...)
  • 24 Degryse, p. 235, note 21 ; Leclercq, pp. 22-23. Comme on avait donné congé à une partie de l’équipa (...)
  • 25 Setton, p. 94, qui cite Stefano Magno, Estratti degli Annali veneti, éd. in Ch. Hopf, Chroniques gr (...)

3L’année 1442 fut aussi celle où le duc Philippe le Bon se joignit aux préparatifs de la nouvelle croisade organisée par le pape à la suite de la visite d’un ambassadeur de l’empereur de Constantinople venu demander aide et secours en Occident contre les Turcs18. A côté de dix galées papales (fournies par Venise) commandées par le légat Francesco Condulmer19, chef aussi de la flotte des croisés, de huit galées vénitiennes et de deux ragusaines, les Bourguignons participèrent à raison de quatre galées prêtées par Venise20, confiées à Waleran de Wavrin21 nommé aussi en avril 1444 « lieutenant et capitaine general »22 de l’armée envoyée dans le Levant, de trois galées et une galiote construites à Nice (dans les Etats de Savoie) sous la responsabilité de Geoffroy de Thoisy23, de la grande nave et de la caravelle remises en état et placées sous les ordres du Portugais Martin Alfonso de Oliveira à partir d’octobre 144324, enfin de trois cents hommes d’armes envoyés au despote de Morée Constantin Paléologue25.

  • 26 ADN, B 17692, f° 5 v° ; voir aussi Marinesco, Du nouveau, doc. 7, pp. 202-203. Dans Wavrin (Dupont (...)
  • 27 Atiya, p. 475.
  • 28 Adn, B 17692, f° 6 et Marinesco, Du nouveau, p. 203. Le siège dura quarante jours, jusqu’au 18 ou 1 (...)
  • 29 Taparel, p. 12.
  • 30 ADN, B 1984, no 59234 (éd. in Inv. ADN, t. IV, p. 165) et B 2003, no 60396 (Ibidem, pp. 185-186) ; (...)
  • 31 B. Krekic, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Age, Paris-La Haye, 1961, no 1060, p. 340.
  • 32 ADN, B 1984, no 59234 (cité in Leclercq, p. 25).
  • 33 Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 60 = Hardy, p. 38.
  • 34 Ibidem, Dupont éd., pp. 60-63 = Hardy, pp. 39-41.
  • 35 Ibidem, Dupont éd., pp. 67-76 = Hardy, pp. 44-51.

4Lorsque ses bâtiments furent prêts, Thoisy se rendit à Venise mais comme les galées de Wavrin ne l’étaient pas « et que trop somptueuse despense eust esté pour vous [le duc de Bourgogne] que ledit messire Joffroy eust ilec attendu a tout sesdites galees, il se parti dudit Venise et s’en ala courir la coste de Barbarie, en attendant que ledit seigneur de Waurin fust prest, ou il gaigna en partie sa despense »26. A Lampedusa il apprit que les Mamelouks venaient à nouveau assiéger Rhodes27, aussi s’y dirigea-t-il et il y resta du1er août au 28 septembre, pendant toute la durée du siège28. Arrivé le 12 mai à Venise29, Wavrin ne put en partir sur la seule galée prête que le 6 juillet30 ; il toucha notamment à Raguse — avec quatre galées, au complet — le 22 juillet31, à Modon32 et à Ténédos, où il se renseigna sur Troie33. Après une tentative de débarquement dans les Dardanelles, il rejoignit la flotte des croisés qui mouillait à Gallipoli et à Lampsaque et se rendit à Constantinople34. Mais cette flotte fut impuissante à empêcher, à partir du 15 octobre, le passage des troupes turques d’Asie en Europe, au Sud de Gallipoli et au Nord du Bosphore35, et donc à éviter la désastreuse bataille de Varna le 10 novembre 1444 (parvenue aussi trop tard à Constantinople, elle n’avait pu opérer la jonction prévue sur le Danube avec les forces de Ladislas Jagellon).

  • 36 ADN, B 1984, no 59235.
  • 37 ADN, B 1984, no 59232.
  • 38 ADN, B 1997, no 60126 (éd. in Leclercq, pp. 113-118).
  • 39 Ibidem.
  • 40 ADN, B 2003, no 60323.
  • 41 Ibidem (cité in Leclercq, p. 52, et Degryse, p. 237, note 27). Une lettre envoyée par le châtelain (...)
  • 42 Sur ce dernier point, Iorga, Notes, p. 200 et sq. ; Thiriet, no 2689 et 2690, pp. 124-125 ; Taparel(...)
  • 43 ADN, B 1984, no 59234 (éd. in Inv. ADN, t. IV, p. 165) (renvoi de trois galées) ; Iorga, Notes, p.  (...)
  • 44 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 88-90 = Hardy, pp. 60-62.
  • 45 Iorga, Aventures, doc. 4, pp. 45-47 ; Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 39 (VI en note) ; on a notamme (...)
  • 46 « Pour ce que c’est ung voassel legier, et par lequel on puet plus legerement approuchier les dits (...)

5Avec ses galées et sa galiote Thoisy n’arrivait cependant à Constantinople que le 24 octobre36, alors que la grande nave et la caravelle ne quittaient Villefranche que le 2 novembre37, après avoir chargé des marchandises à fret38 et sûrement embarqué les trois cents hommes d’armes. A Messine le 19 novembre, on continua à charger des marchandises39 (et déjà il fallait emprunter l’argent nécessaire à la dépense des bâtiments40) ; à cause des vents contraires l’escale se prolongea jusqu’au 15 février 144541. La flotte bourguignonne se trouva donc enfin réunie au début du printemps 1445 alors que déjà des bâtiments alliés s’étaient retirés de l’expédition et que Venise songeait à la paix avec les Turcs42. En janvier Wavrin avait aussi décidé de renvoyer deux ou trois de ses galées vénitiennes mais avait cédé aux instances du cardinal-légat Condulmer et de l’empereur Jean VIII Paléologue43 (et de toute façon on ne pouvait naviguer avant le printemps). Comme pendant l’hiver circulèrent des informations contradictoires sur le sort du roi Ladislas Jagellon (tué en fait dans la bataille), il décida d’entrer dans la mer Noire au printemps pour tâcher de retrouver des rescapés et de les ramener sinon en Hongrie, du moins à l’embouchure du Danube, tout en espérant aussi pouvoir mener une expédition conjointe avec les Hongrois44. Cependant les finances étaient dans un mauvais état : la grande nave était « en voie de perdicion » dans le port de Péra et Wavrin dut engager de riches vêtements et de la vaisselle d’argent pour faire les travaux nécessaires45. Faire du butin étant une des caractéristiques de la guerre (Thoisy s’y était déjà livré librement), la piraterie aux dépens des Turcs représentait la meilleure solution pour se procurer de l’argent : Wavrin se laissa convaincre d’acheter et d’armer dans ce but une galiote de dix-huit bancs qu’il confia à Jacques de Ville46.

  • 47 Inv. ADN, t. IV, pp. 230-231 (pour la citation) ; ADN, B 2074, no 65309, f° 2 v°-3.
  • 48 ADN, B 1997, no 60127 (éd. in Leclercq, pp. 118-124) ; mais Wavrin les fit plus tard rembourser de (...)
  • 49 ADN, B 2074, no 65309, f° 3.
  • 50 Voir note 48 ; le butin se composait de peaux de loutre, castor, loup-cervier, hermine, renard, écu (...)
  • 51 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 91-92 = Hardy, pp. 62-63.
  • 52 Marinesco, Du nouveau, p. 203.
  • 53 Wavrin (Dupont éd.), t. III, p. 156 = Iorga, Aventures, p. 33.
  • 54 Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 96 = Hardy, p. 66 ; Wavrin (Dupont éd.), t. III, pp. 156-157 = Iorga(...)
  • 55 Marinesco, Philippe le Bon, pp. 160-161 ; id., « Sources historiques inconnues d’un roman de cheval (...)
  • 56 Voir note 54.
  • 57 Chevalier castillan au service du duc de Bourgogne [Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 51-52, note 1]  (...)
  • 58 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 92-95 = Hardy, pp. 63-66.
  • 59 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 96-97 = Hardy, pp. 66-67 ; Wavrin (Dupont éd.), t. III, p. 157 = Io (...)
  • 60 Vigna, t. I, pp. 841-843 ; aussi Archivio di Stato, Genova (ASG), Litterarum, 1789-13/1198 (résumé (...)

6Avec le retour du printemps la navigation put reprendre dans la mer Noire ; « pour certaines affaires grandement touchans le bien de ladite armee » le cardinal-légat envoya un ambassadeur auprès de l’empereur Jean IV Comnène à Trébizonde, auquel Wavrin adjoignit son interprète Jacques Gallois et trois gentilshommes : ce fut la caravelle qui les emmena, au mois d’avril47. Pour ne pas faire de voyage à vide on chargea des « drogheries et autres choses » ; pendant le trajet on s’empara aussi d’une barque chargée de poisson et d’une autre chargée de blé, toutes deux appartenant aux marchands — sans doute aucun chrétiens — Perceval de la Porte et ses frères48. Après avoir débarqué l’ambassade, la caravelle « s’en rala querant son aventure »49 « es marches de Tartarie »50, Trébizonde semblant être son port de relâche. Pour réaliser son plan, Wavrin chargea Geoffroy de Thoisy d’explorer les côtes d’Asie avec ses bâtiments tandis que lui-même, avec deux galées, naviguerait le long de celles d’Europe, tout en s’attaquant aux navires turcs que l’on pourrait rencontrer51, le rendez-vous ayant été fixé à Caffa. Aussi le 8 avril les galées de Thoisy pénétrèrent dans la mer Majeure52 et se dirigèrent vers l’Est ; les Bourguignons « prirent sur lesdits Turs plusieurs navires et ung chateau nommé Onyo [Unye], lequel ilz brulèrent »53. A Trébizonde, Geoffroy de Thoisy fut averti du passage « sur la costiere de la Georgie » d’« ung gros vaissel chargié de grosses marchandises » appartenant à des marchands chrétiens, mais schismatiques ! ; malgré l’avis contraire de l’empereur il décida de s’en emparer et d’attaquer le petit port de Poti avec sa seule galée54. Avait-il aussi le désir d’imiter Jason à la recherche de la Toison d’or en débarquant dans l’ancienne Colchide55 ? Toujours est-il qu’il tomba dans une embuscade et fut fait prisonnier, les hommes de sa galée pouvant s’enfuir avec le bâtiment56. Wavrin, parti en compagnie de Pedro Vasquez de Saavedra57, fit escale « au chasteau de Mesemble » (Nessebar), à « Panguala » (Mangalia) où l’on se souvint du port des Amazones, à « Lycocosme » (sur le bras septentrional du Danube) où Pedro Vasquez laissa sa galée pour se rendre en Hongrie, puis au port génois de « Moncastre » (Bielgorod-Dniestrovski) où on l’informa de la présence des trois galées de Thoisy vers Trébizonde, « et trouva en son oivre trois navires turquoises chargiés de bledz, lesqueles il print : si les mena à Caffa »58. Ici il ne trouva que deux galées, celles de Regnault de Confide et de Jacot de Thoisy, celle de Geoffroy arrivant trois jours plus tard, apportant les dernières nouvelles de la capture de son capitaine ; Wavrin les renvoya aussitôt, chargeant Regnault de Confide de s’enquérir du sort de Geoffroy de Thoisy, qui fut libéré début juin grâce au Génois Jérôme de Nigro59. Pendant ce temps Jacques de Ville attaquait et prenait « une barque chargee de marchandises de turcs et infideles » à « la Moutanee » (Mudanya, en Asie Mineure sur la mer de Marmara) ; sous la pression des Génois de Péra qui lui accordèrent un sauf-conduit, il y revint pour vendre sa prise. Ce fut en fait pour se la faire confisquer, ainsi que sa galiote qui fut désarmée, les Génois voulant conserver leurs bonnes relations avec les Turcs ; mais sur la requête de Jean Bayart, receveur général de la flotte bourguignonne, le bâtiment fut rendu60.

  • 61 Wavrin (Dupont éd.), t. III, p. 157 = Iorga, Aventures, p. 34.
  • 62 ADN, B 1997, no 60127.
  • 63 ASG, Litterarum, 1789-13/28 et 29 (résumé in Desimoni-Belgrano, LXXVI et LXXVII, p. 421 ; Finot, Fl (...)
  • 64 Marinesco, Du nouveau, p. 203.
  • 65 Voir note 63.
  • 66 Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 102 et sq. = Hardy, p. 70 et sq., pour la campagne sur le Danube.

7Ayant dû promettre à sa libération de ne plus commettre de déprédations contre la Géorgie, Geoffroy de Thoisy se rendit alors avec ses galées « en la mer de la Tane [d’Azov], en ung lieu nommé Copa [aux Génois, en fait sur la mer Noire à l’Est du détroit de Kertch], où ils prirent anviron quatre cens Tartres »61 (dont quelques-uns servirent à rembourser un emprunt fait au patron de la caravelle à Trébizonde62). A Caffa le consul génois laissa s’échapper un « navigium » turc capturé. Thoisy fut aussi forcé de restituer une cargaison de poissons et de grains appartenant à un prêtre grec de « Soldaia » (Sudak) dont le « navigium », une « griparia » de Sinope, était vendu pour dédommager un autre Grec, « comprobante et assentiente magnifico domino Arnaldo » (Regnault de Confide)63. Voyant « que la fortune ne lui [était] pas trop bonne », Thoisy se rendit à Constantinople, où il arriva le 14 juillet64, et retourna en Occident en passant par Gênes pour essayer d’avoir justice de la « griparia » vendue à Caffa65. Dans la capitale grecque Regnault de Confide et Jacot de Thoisy furent rejoints par Pedro Vasquez, et Wavrin les fit venir à « Brilago » (Brada) où il était resté après son escale à Caffa, pour faire campagne sur le Danube et rejoindre Jean Hunyadi à Nicopolis. Ils s’y rendirent en compagnie de trois galées papales ; avec les trois de Wavrin, ce furent huit galées qui commencèrent à remonter le Danube à partir de la mi-août. Comme Hunyadi ne serait pas à Nicopolis avant le 8 septembre, il fut décidé d’attaquer et prendre les places turques le long du fleuve66.

  • 67 ASG, Litterarum, 1789-13/1198 (résumé in Desimoni-Belgrano, LXXXVI, p. 424, avec une erreur de data (...)
  • 68 ADN, B 1989, n" 59542, mal cité par Taparel, p. 25, note 84 ; en voici le texte complet : « Nous Wa (...)
  • 69 Voir Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 158-161 = Hardy, pp. 116-119 ; ADN, B 2074, no 65309 (éd. in I (...)

8Jacques de Ville ayant réarmé sa galiote tâcha de rejoindre la flotte de Wavrin mais il arriva à Braila alors qu’elle avait déjà atteint Nicopolis le 12 septembre. Comme avec son seul bâtiment il avait à craindre les Turcs sur le Danube, il se livra à la piraterie dans la mer Majeure en s’associant avec le rebelle génois Giovanni Fontona qui avait armé une trirème à Caffa. Ils prirent un « navigium » de l’empereur de Trébizonde, puis, près de Caffa, Jacques de Ville tenta de s’emparer d’un « navigium » marchand infidèle qui y cherchait refuge. Par la suite, comme il emmenait clandestinement des femmes et des enfants, il fut fait prisonnier, « batu et mutilé », condamné à mort mais grâcié ; et sa galiote risqua d’être brûlée. Il ne fut relâché de Caffa que lorsque l’on fut sûr que la flotte bourguignonne, revenue de sa campagne sur le Danube, s’était éloignée de Constantinople67. En effet, après le siège sans résultat de Nicopolis, Wavrin se sépara de Hunyadi fin septembre ou début octobre et, laissant derrière lui Regnault de Confide et Jacot de Thoisy sur le Danube68, arriva à Constantinople le 2 novembre. Après avoir pris congé de l’empereur et du despote de Morée, par Venise, où il était le 15 janvier 1446, et Rome il revint auprès du duc de Bourgogne69.

  • 70 Desimoni-Belgrano, LXXVIII, p. 421, et Finot, Flandre Gênes, p. 133.
  • 71 Ibidem, LXXX, p. 422, et Finot, p. 134.
  • 72 Ibidem, LXXXIV, p. 423, Finot, p. 135, et Iorga, Notes, p. 232. Sur Guilhot de Morlhon, Lacaze, p.  (...)
  • 73 Wavrin (Dupont éd.), t. III, pp. 157-159 = Iorga, Aventures, pp. 34-35.
  • 74 Lacaze, passim ; le brigantin mentionné par l’auteur est sans doute la galiote, le quatrième bâtime (...)

9Pour les années 1446 et 1447, la chronologie des événements semble un imbroglio. Trois plaintes de Gênes ont été conservées : la première, datée du 13 mai 1447, fait état de la course de navires bourguignons dans l’Archipel, de l’Hellespont à Rhodes70 ; la seconde, du 15 décembre 1447, mentionne l’enlèvement de deux marins d’un navire faisant voile vers la Sardaigne71 ; la troisième, du 7 août 1448, indique la piraterie des deux galées de Jacot de Thoisy et de Guilhot de Morlhon-Sanvensa depuis plusieurs mois en mer Noire72. D’autre part, le récit bourguignon édité par Mlle Dupont puis par N. Iorga dit que les navires bourguignons continuèrent leur piraterie le long des côtes d’Egypte et de Syrie, s’emparant de plusieurs navires — notamment de la « gualiache » du Soudan devant Beyrouth, qu’ils emmenèrent en Chypre — ; après avoir couru dans les golfes des Syrtes où ils prirent une grande nave de Mores, ils vinrent désarmer à Marseille73. Pouvons-nous en déduire — considérant les première et troisième lettres génoises postérieures d’une année à l’événement (ainsi celle traitant des réclamations de Geoffroy de Thoisy est datée du 13 mai 1446) — qu’en 1446 les navires bourguignons se livrèrent à la course dans l’Archipel et dans la Méditerranée orientale et qu’en 1447 ils se risquèrent à nouveau en mer Noire, retournant ensuite en Provence par les Syrtes et la Sardaigne où ils attaquèrent le navire génois ? En tout cas, vers la Toussaint 1447, Jacot de Thoisy faisait réparer l’une des deux galées à Marseille, tandis que l’année suivante Jacques de Brion, avec une galée et un brigantin, se livrait à la piraterie au large de la Provence et de la Sardaigne74.

  • 75 C’était un avis partagé à l’époque : ainsi le chroniqueur Georges Chastellain indiqua-t-il dans sa (...)
  • 76 Voir par exemple la difficulté avec laquelle seront remboursés certains frais : reconnaissance de d (...)
  • 77 A. Grunzweig, « Un plan d’acquisition de Gênes par Philippe le Bon (1445) », in Le Moyen Age, t. XL (...)
  • 78 Lettre du 24 septembre 1445, in Iorga, Notes, p. 203, citée par Robert S. Lopez, « L’Importance de (...)
  • 79 La première n’a pas été retrouvée (référence dans la lettre du 6 août 1458, voir note suivante) ; p (...)
  • 80 Vigna, t. I, pp. 840-848 ; aussi Desimoni-Belgrano, XCVIII, p. 428 et Finot, Flandre Gênes, pp. 174 (...)
  • 81 Vigna, t. II-I (in Atti..., vol. VII-I, 1871), DLXXVIII, pp. 151-158 ; Desimoni-Belgrano, CXIII, p. (...)
  • 82 Desimoni-Belgrano, CXX, pp. 435-437, et CXXIII, p. 438 ; et Finot, Flandre Gênes, pp. 182-184 et 18 (...)
  • 83 Degryse, doc. 5, p. 251.
  • 84 Leclercq, pp. 52, 53 et 65 (document cité malheureusement sans références).
  • 85 Grunzweig, Un plan, pp. 104-105.
  • 86 Inv. ADN, t. VIII, pp. 294-295, et Finot, Projet.

10La participation bourguignonne à l’expédition de secours vers Constantinople en 1444 et 1445 n’a eu aucune influence sur le sort immédiat de la Chrétienté75, à cause en partie des retards, des finances déficientes et aussi du manque d’unité du commandement : malgré son titre Waleran de Wavrin semble n’avoir eu guère d’autorité sur Martin Alfonso de Oliveira et Geoffroy de Thoisy. La piraterie, pratiquée par les Bourguignons dans un monde où ils étaient étrangers et surtout qu’ils ne connaissaient pas géographiquement (par exemple ils ont sûrement été obligés d’engager des pilotes à Constantinople) et politiquement, ne semble pas avoir rapporté de profit76 et son seul effet aura été de détériorer les relations avec la république de Gênes (que le duc de Bourgogne projetait d’ailleurs à ce moment d’acquérir77). De pratiquer la piraterie en mer Noire ne pouvait nuire qu’aux Génois qui considéraient cette mer comme la leur, ce qu’ils écrivirent à Philippe le Bon : « Est preterea hic injuria major, quod universum mare ponticum tutele defensionique Januensium supra annos centum commendatum est, quibus seculis ita est nobis custoditum ut vel nunquam vel raro admodum predones ulli illo usque penetrare ausi sunt »78. Ceci explique leur attitude envers les Bourguignons et ces événements ont laissé leur trace pendant plus de vingt années dans les rapports entre les deux Etats. Si Geoffroy de Thoisy ne semble pas avoir poursuivi ses demandes de réparations, il n’en alla pas de même de Waleran de Wavrin et Jacques de Ville à propos des confiscations de Péra et de Caffa. Après trois demandes consécutives de restitution de la galiote ou du versement de vingt mille ducats, en juin 1448, le 1er décembre 1449 et le 15 décembre 145079, le duc Philippe le Bon accorda des premières lettres de marque à Waleran de Wavrin en 1455 (à faire exécuter hors de Brabant et de Flandre) et de nouvelles, le 6 août 1458, en faveur de Wavrin et J. de Ville jusqu’à concurrence de six mille ducats d’or pour le navire et les biens pris à Péra et deux mille quatre cents écus d’or pour la galiote et son gréement saisis à Caffa, à faire exécuter dans les Etats du duc80. Le 7 juin 1462, eut lieu une transaction entre l’Office des marchands génois de Bruges et Wavrin, qui avait fait valoir ses lettres à Middelburg, pour le versement de six mille six cents écus d’or81. La somme ne semble pas avoir été versée puisqu’il y eut de nouvelles plaintes génoises contre Wavrin en 1466 et 1467, sans que l’on sache comment l’affaire s’est conclue82. L’autre préoccupation du duc était la grande nave, restée à Constantinople sous la garde du contrôleur Fastret Hollet. Ce dernier en fut finalement renvoyé le 25 août 144983, sûrement quand arriva Oliviero Maruffo, Génois au service de la Bourgogne, avec sept mille ducats pour dégager les biens de Wavrin, remettre en état le navire et le ramener en Flandre. Mais la grande nave n’alla pas plus loin que Gênes — en mai 1452 Philippe le Bon en demandait la restitution à la république84 —, Maruffo revenu en Flandre au début 1451 fut emprisonné à Bruges, et Wavrin ne revit jamais ses biens85. Quant aux trois galées et la galiote construites à Nice, elles furent ramenées à l’Ecluse où on s’inquiéta, vers 1457, de les remettre en état et de les réarmer en vue de la prochaine expédition contre les Turcs86.

11Ainsi, malgré son rôle et sa place dans la politique occidentale, le désastre de Nicopolis où fut fait prisonnier son père, l’expédition sans résultat de 1444-1445, le duc Philippe le Bon, soutenu par la duchesse Isabelle, conserva toujours son idéal de croisade et de défense de la Chrétienté.

Notes

1 Tome II : La Guerre de Cent Ans. Révolutions maritimes, 3e éd., Paris, 1914, p. 274, note 6 ; il est fait référence à une communication de Jules Finot au Congrès des sociétés savantes, le 22 mai 1888 (voir le Bulletin historique et philologique du comité des travaux historiques et scientifiques, no 1-2, 1888, p. 108 ; aussi J. Finot, « Projet d’expédition contre les Turcs, préparé par les Conseillers du duc de Bourgogne Philippe le Bon (janvier 1457) », Mémoires de la Société des sciences de Lille, Lille, 1890, pp. 6-9).

2 Dans l’historiographie du dix-neuvième siècle, une première mention des aventures bourguignonnes en Méditerranée et en mer Noire apparaît dans l’Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois d’Amable de Barante, (1re éd., 1824-1827), nouvelle éd., Paris, Didot, 1860, t. IV, p. 338 ; par la suite : Jehan de Wavrin, Anchiennes Cronicques d’Engleterre, éd. Mlle Dupont, t. II, Paris, 1859, pp. 1-162 (cf. éd. Hardy et Iorga) ; t. III, 1863, pp. 151-159 (= Iorga, Aventures, pp. 30-35) ; C. Desimoni et L.T. Belgrano, « Documenti ed estratti inediti o poco noti riguardanti la storia del commercio e della marina ligure. I. Brabante, Fiandra e Borgogna », in Atti della Società ligure di storia patria, vol. V, 1867, p. 361 et sq. ; Jehan De Waurin, Recueil des chroniques et anchiennes istories de la Grant Bretaigne, a present nommé Engleterre, éd. Sir William Hardy et Edward L.C.P. Hardy, vol. V, Londres, 1891, pp. 5-119 ; N. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, 3e série, Paris, 1902, passim ; J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la Flandre et la république de Gênes au moyen âge, Paris, 1906, p. 126 et sq. ; J.D. Hintzen, De Kruistochtplannen van Philips den Goede, Rotterdam, 1918, pp. 37-57 ; N. Iorga, « Les Aventures “sarrazines” des Français de Bourgogne au xve siècle », in Mélanges d’histoire générale, publiés par C. Marinescu, Cluj, t. I, 1927, pp. 9-56 ; Jean De Wavrin, La Campagne des croisés sur le Danube (1445), extrait des « Anciennes Chroniques d’Angleterre », nouvelle édition par N. Iorga, Paris, 1927, 92 p. ; C. Marinesco, « Philippe le Bon, duc de Bourgogne, et la Croisade (Première partie, 1419-1453) », in Actes du VIe Congrès international d’études byzantines, Paris, 27 juillet-2 août 1948, t. I, Paris, 1950, pp. 147-168 ; Id., « Du nouveau sur Tirant lo Blanch », in Estudis Romanics, vol. IV, 1953-1954, pp. 137-203 ; M. Leclercq, La Politique navale méditerranéenne de Philippe le Bon, mémoire de Diplôme d’Etudes Supérieures, faculté des Lettres, université de Lille, s.d. [1957 ou 1958], 124 p. ; R. Degryse, « De Bourgondische expedities naar Rhodos, Constantinopel en Ceuta, 1441-1465 », in Mededelingen (Marine Academie)-Communications, Anvers, t. XVII, 1965, pp. 227-252 ; R. Vaughan, Philip the Good. The Apogee of Burgundy, Londres, 1970, pp. 268-274 ; W. Schulz, Andreaskreuz und Christusorden. Isabella von Portugal und der burgundische Kreuzzug, Fribourg, 1976, pp. 130-181 ; H. Taparel, « Un épisode de la politique orientale de Philippe le Bon : les Bourguignons en mer Noire (1444-1446) », in Annales de Bourgogne, t. LV, 1983, pp. 5-29 ; en outre : Inventaire-sommaire des archives départementales du Nord. Série B, 10 vol., Lille, 1863-1906, et Inventaire-sommaire des archives départementales de la Côte-d’Or. Série B, 6 vol., Dijon, 1862-1894.

3 Archives départementales du Nord (= ADN), B 1966, f° 253-259 v° (en cours de publication par E. Rieth et nous-même) ; Comte de Laborde, Les Ducs de Bourgogne. Etudes sur les lettres, les arts et l’industrie pendant le xve siècle et plus particulièrement dans les Pays-Bas et le duché de Bourgogne, Seconde partie, t. I, Paris, 1849, no 1215, p. 356 ; Schulz, op. cit., pp. 140-141. Il s’agit des premières caravelles construites dans le Nord de l’Europe. Elles furent lancées sur la Senne, par où elles ont gagné Anvers puis l’Ecluse.

4 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Bibliothèques de la Marine, par Ch. de La Roncière, Paris, 1907, p. 146 (no 9 et 14) ; extraits in A. Jal, Archéologie navale, t. II, Paris, 1842, p. 140, et Glossaire nautique, Paris, 1848, s.v. carveille, carvelle et nave ; Degryse, op. cit., doc. 1, p. 246 ; A.G. Jongkees, Staat en Kerk in Holland en Zeeland onder de burgondische Hertogen, 1425-1477, Groningue, 1942, pp. 77-78 ; Laborde, op. cit., no 1291, p. 372 ; no 1304, p. 374 ; no 1339, p. 379 ; no 1340, pp. 380-381 ; Schulz, op. cit., pp. 136-140 ; pour l’armement du navire, voir : J. Garnier, L’Artillerie des ducs de Bourgogne d’après les documents conservés aux archives de la Côte d’Or, Paris, 1895, pp. 132-133. Dans le document cité du Catalogue... Bibliothèques de la Marine, no 9, p. 146, il est fait état d’« autres moiens vaisseaux servans à icelle nave » dont nous n’en avons plus trouvé trace par la suite.

5 Garnier, op. cit., p. 133 ; l’identification du « seigneur de la Verre » in Degryse, op. cit., p. 230. Il faut corriger ici l’erreur de Leclercq, pp. 19-20 (suivie par Schulz, p. 144), qui, à la suite d’une mauvaise lecture d’un document (Paris, Bibliothèque Nationale, par la suite BN, Pièces originales, 2830, no 62887, pièce 2) édité en partie in Marinesco, Du nouveau, doc. 1, pp. 197-198 : « l’avitaillement d’iceulx navires que l’on devoit (a été lu faisait) faire à Lissebonne » et de différences de dates dans les comptes des gages des mariniers, en a déduit que les Bourguignons avaient aussi fait construire des navires — dont le baleinier — au Portugal. Nous n’avons trouvé aucune attestation probante d’une escale à Lisbonne.

6 Degryse, doc. 2, p. 247 ; Marinesco, Philippe le Bon, p. 154. Sur Geoffroy de Thoisy (1418-1472) voir : Baron P. de Thoisy et E. Nolin, La Maison de Thoisy au duché de Bourgogne, [Dijon, 1948] no 33, pp. 74-82 ; il avait accompli le pèlerinage de Terre sainte en 1432 non en compagnie de Ghillebert de Lannoy (Marinesco, Philippe le Bon, p. 154, et Leclercq, p. 46) mais de Bertrandon de la Broquière (voir Le Voyage d’Outremer, éd. Ch. Schefer, Paris, 1892, p. 14).

7 A. Grunzweig, « Un exemple de vente directe de drap flamand dans le Levant », in Byzantion, t. IV, 1927-1928, pp. 427-429 ; Degryse, p. 231, note 15. Le marchand Jean Bayart fut chargé de cette vente ; par la suite il devint le receveur général de la flotte en Méditerranée.

8 Degryse, doc. 5, p. 250 ; Grunzweig, Un exemple, p. 428 ; Inv. ADN, t. VIII, p. 17 ; Jal, Glossaire, s.v. nave ; Leclercq, p. 46 ; Schulz, p. 143 ; le 10 mai in Garnier, p. 132.

9 Cf. note 5 ; comme Marinesco, Du nouveau, p. 198, nous lisons 3 juin 1441 comme date du document (juillet in Leclercq, p. 20).

10 Degryse, p. 230 et doc. 3, p. 248.

11 Pièces originales, 2830, no 62887, pièce 3.

12 ADN, B 1982, f° 203 v°-204 ; voir aussi Inv. Adn, t. IV, p. 169, et J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la Flandre et l’Espagne, Paris, 1899, p. 188 ; Degryse, p. 240, note 38.

13 A quelques kilomètres au Sud de Savone ; Degryse, pp. 230-231, n’a pas identifié la localité.

14 A.S. Atiya, The Crusade in the Later Middle Ages, Londres, 1938, p. 474.

15 Leclercq, p. 47.

16 La Roncière, p. 274 ; le texte du bref in J. Toussaint, Les Relations diplomatiques de Philippe le Bon avec le concile de Bâle (1431-1449), Louvain, 1942, p.j. 45, p. 285.

17 Leclercq, p. 72 ; le baleinier n’apparaît plus dans les comptes des expéditions ultérieures.

18 Sur la croisade de Varna, B. Cvetkova, La Bataille mémorable des peuples. Le Sud-Est européen et la conquête ottomane. Fin xive-première moitié du xve siècle, Sofia, 1971, 392 p. ; A. Hohlweg, « Der Kreuzzug des Jahres 1444 », in Die Türkei in Europa, éd. K.-D. Grothusen, Göttigen, 1979, pp. 20-37 ; J. Richard, « La Croisade bourguignonne dans la politique européenne », in Centre européen d’études burgondo-médianes, Rencontres de Fribourg, 27 et 28 octobre 1967, Publication no 10, Bâle, 1968, pp. 41-44 ; K.M. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), vol. II : The Fifteenth Century, Philadelphie, 1978, pp. 82-94 ; signalons encore deux ouvrages que nous n’avons pu consulter : J. Held, Hunyadi : Legend and Reality, Columbia University Press, 256 p. (à paraître en 1985) et H. Taparel, Le Duché Valois de Bourgogne et l’Orient ottoman aux xive et xve siècles, thèse, Toulouse, 1982 (d’après les sources vénitiennes).

19 Neveu du pape Eugène IV et cardinal de Venise (1390-1453) ; (notice d’A. Olivieri in Dizionario biografico degli Italiani, Rome, t. XXVII, 1982, pp. 761-765).

20 Iorga, Notes, p. 162 ; F. Thiriet, Regestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, t. III, Paris-La Haye, 1961, no 2597, p. 98 ; no 2639, pp. 109-110 ; Taparel, Un épisode, op. cit., pp. 11-12.

21 (v. 1418-ap. 1480) notice biographique par M. Yans in Biographie nationale, Bruxelles, t. XXVII, 1938, col. 132-136.

22 ADN, B 2074, f° 1 ; voir aussi Degryse, p. 234 ; A. Huguet, « Un chevalier picard à la croisade de Constantinople, 1444-1445. Gauvain Quiéret, seigneur de Dreuil », in Bulletin trimestriel de la Société des antiquaires de Picardie, 1er trimestre 1939, p. 36 ; Leclercq, p. 48 ; Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 36-37, note 1.

23 Desimoni-Belgrano, LXX, p. 418 ; Finot, Flandre Gênes, p. 102 ; Iorga, Notes, pp. 134-135 ; Marinesco, Philippe le Bon, p. 158. La chronique de Wavrin associe toujours le Frère hospitalier Regnault de Confide à Geoffroy de Thoisy pour la responsabilité de cette flotte ; la troisième galée était confiée à Jacot de Thoisy, cousin de Geoffroy (1426-1488) ; voir Thoisy-Nolin, no31, pp. 68-72 ; contrairement à ce qui est indiqué p. 68 et preuve 7, p. 69, sollicitant Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 103, note 1 et suivi par Taparel, p. 10, il n’était pas à ce moment-là gouverneur des vaisseaux et galères du duc, titre qui n’apparaît qu’en 1447 comme l’indique la preuve 9). Malgré l’affirmation d’Y. Lacaze, « Une page d’histoire marseillaise au xve siècle : l’incident vénéto-bourguignon de Porto Conte et ses suites (1448) », in Provence historique, fasc. 57, 1964, pp. 236-237, suivi par Taparel, p. 10, concernant Guilhot de Mormon pour ce qui ne peut être que la galiote, on ne sait qui commandait ce bâtiment, appelé aussi « gallyace » et « fuste » dans les documents.

24 Degryse, p. 235, note 21 ; Leclercq, pp. 22-23. Comme on avait donné congé à une partie de l’équipage de la grande nave (Inv. ADN, t. VIII, pp. 18-19), il a fallu engager de nouveaux marins. Ainsi le duc Philippe le Bon écrivit de Dijon, le 26 juin 1443, à ses baillis de Bourgogne « de lever certain nombre de gens en leurs bailliages pour envoyer en certaine armée que mgr avoit entencion de briefvement faire faire sur la mer » (in M. Canat de Chizy, Documents inédits pour servir à l’histoire de Bourgogne, t. I, Chalon-sur-Saône, 1863, p. 435) ; et dans les comptes de G. Charvot (ou Charnot) à Autun pour 1444 on trouve cette mention : « deux compagnons vagabons pris à Ostun et menés a Chalon a noble homme Geoffroy de Thoisy, seigneur de Mimeures, capitaine de la nave que monseigneur le duc a envoyé sur mer a l’encontre des Infidels, et estre mis avec autres vagabons en ladite nave » (BN, Collection de Bourgogne, 107, f° 19 ; voir aussi Inv. ADCO, t. I, p. 256, qui date le fait en 1443). La lettre de Philippe le Bon est de six mois postérieure à l’octroi à Jacques Cœur du privilège d’embarquer de force dans sa galère des « personnes oyseuses, vagabondes et autres caïmans » (voir la Roncière, pp. 277-278 ; Huguet, pp. 37-38, qui croit ces vagabonds des écorcheurs transfuges ; Taparel, p. 9, qui donne une référence fausse : note 23, lire la Roncière, t. II, p. 278). A côté de ces hommes non qualifiés furent engagés des mariniers sur la Riviera occidentale (ADN, B 1984, no 59233). De son côté, Thoisy reçut une somme d’argent pour recruter la chiourme de ses galées (Degryse, doc. 4, p. 249).

25 Setton, p. 94, qui cite Stefano Magno, Estratti degli Annali veneti, éd. in Ch. Hopf, Chroniques gréco-romanes, Berlin, 1873, p. 195 ; Marinesco, Philippe le Bon, p. 162. Ces troupes arrivèrent en mars ou avril 1445.

26 ADN, B 17692, f° 5 v° ; voir aussi Marinesco, Du nouveau, doc. 7, pp. 202-203. Dans Wavrin (Dupont éd.), t. III, p. 152 = Iorga, Aventures, p. 30, la narration des événements diffère : il n’est pas question de séjour à Venise et Thoisy apprend la nouvelle du siège de Rhodes à Corfou.

27 Atiya, p. 475.

28 Adn, B 17692, f° 6 et Marinesco, Du nouveau, p. 203. Le siège dura quarante jours, jusqu’au 18 ou 19 septembre (Marinesco, ibidem, p. 150 et sq. et Taparel, pp. 14-15) ; sur les exploits de Thoisy, Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 50, note 1 ; et t. III, pp. 152-156 = Iorga, Aventures, pp. 30-33.

29 Taparel, p. 12.

30 ADN, B 1984, no 59234 (éd. in Inv. ADN, t. IV, p. 165) et B 2003, no 60396 (Ibidem, pp. 185-186) ; Iorga, Notes, p. 179 ; Taparel, p. 15. Les trois autres galées partirent les jours suivants.

31 B. Krekic, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Age, Paris-La Haye, 1961, no 1060, p. 340.

32 ADN, B 1984, no 59234 (cité in Leclercq, p. 25).

33 Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 60 = Hardy, p. 38.

34 Ibidem, Dupont éd., pp. 60-63 = Hardy, pp. 39-41.

35 Ibidem, Dupont éd., pp. 67-76 = Hardy, pp. 44-51.

36 ADN, B 1984, no 59235.

37 ADN, B 1984, no 59232.

38 ADN, B 1997, no 60126 (éd. in Leclercq, pp. 113-118).

39 Ibidem.

40 ADN, B 2003, no 60323.

41 Ibidem (cité in Leclercq, p. 52, et Degryse, p. 237, note 27). Une lettre envoyée par le châtelain de Modon à Venise, le 26 février 1445, mentionne le passage d’un vaisseau bourguignon de cinq cents tonneaux et d’une caravelle, avec un équipage de trois cents hommes (Iorga, Notes, p. 192, en note) ; il s’agit en fait des hommes d’armes envoyés en Morée, la grande nave n’ayant que soixante-quinze hommes d’équipage et la caravelle vingt-deux (Degryse, p. 233, note 17).

42 Sur ce dernier point, Iorga, Notes, p. 200 et sq. ; Thiriet, no 2689 et 2690, pp. 124-125 ; Taparel, pp. 18-19.

43 ADN, B 1984, no 59234 (éd. in Inv. ADN, t. IV, p. 165) (renvoi de trois galées) ; Iorga, Notes, p. 199 ; Thiriet, no 2695, p. 123 (deux galées) ; Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 86-87 = Hardy, pp. 58-59.

44 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 88-90 = Hardy, pp. 60-62.

45 Iorga, Aventures, doc. 4, pp. 45-47 ; Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 39 (VI en note) ; on a notamment effectué des travaux de calfatage (ADN, B 1989, no 59541).

46 « Pour ce que c’est ung voassel legier, et par lequel on puet plus legerement approuchier les dits Turcs et entrer en leurs ports pour savoir de leurs ententions, et y fist mettre de soixante a quatre vings compaignons », in P.A. Vigna, « Codice diplomatico delle colonie tauro-liguri durante la Signoria dell’Ufficio di S. Giorgio (1453-1475) », t. I, in Atti della Società ligure di s.p., vol. VI, 1868, CCCCVI, p. 841 (lettre de représailles accordée par Philippe le Bon à W. de Wavrin et J. de Ville, le 6 août 1458 ; voir infra). On ne sait rien de Jacques de Ville mais ce n’était pas un Billy comme le propose Iorga, Notes, p. 204, note 1. La galiote de Thoisy était toujours en activité (ainsi, le 30 mars 1445, il en reçut les gages pour quinze jours de service : Marinesco, Du nouveau, doc. 3, p. 200), mais on n’en trouve plus mention par la suite.

47 Inv. ADN, t. IV, pp. 230-231 (pour la citation) ; ADN, B 2074, no 65309, f° 2 v°-3.

48 ADN, B 1997, no 60127 (éd. in Leclercq, pp. 118-124) ; mais Wavrin les fit plus tard rembourser de cette perte.

49 ADN, B 2074, no 65309, f° 3.

50 Voir note 48 ; le butin se composait de peaux de loutre, castor, loup-cervier, hermine, renard, écureuil, de soie, de laine, de « graine cramoisy », de coton, de toile, de bocassin et de camocas (Finot, Projet, p. 7).

51 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 91-92 = Hardy, pp. 62-63.

52 Marinesco, Du nouveau, p. 203.

53 Wavrin (Dupont éd.), t. III, p. 156 = Iorga, Aventures, p. 33.

54 Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 96 = Hardy, p. 66 ; Wavrin (Dupont éd.), t. III, pp. 156-157 = Iorga, Aventures, pp. 33-34. Sur le séjour de Thoisy à Trébizonde, voir le chapitre qui y est consacré dans l’ouvrage de S. Karpov sur l’empire de Trébizonde (à paraître en Italie en 1985).

55 Marinesco, Philippe le Bon, pp. 160-161 ; id., « Sources historiques inconnues d’un roman de chevalerie : “Tirant le Blanc” », in Académie des inscriptions et belles-lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1951, p. 136 ; id., « Les Origines de la Toison d’or et du vœu du Faisan (1454) », in Le Flambeau, revue belge des questions politiques et littéraires, 1956, pp. 384-386.

56 Voir note 54.

57 Chevalier castillan au service du duc de Bourgogne [Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 51-52, note 1] ; il a écrit une Relation du voiage messire Pietre Was malheureusement perdue (G. Doutrepont, La Littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Paris, 1909, p. 265).

58 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 92-95 = Hardy, pp. 63-66.

59 Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 96-97 = Hardy, pp. 66-67 ; Wavrin (Dupont éd.), t. III, p. 157 = Iorga, Aventures, pp. 33-34, qui indique que Thoisy resta prisonnier tout le mois de mai. Ces deux récits le disent avoir été libéré par l’empereur de Trébizonde ; par Jérôme de Nigro, voir Iorga, Notes, p. 203.

60 Vigna, t. I, pp. 841-843 ; aussi Archivio di Stato, Genova (ASG), Litterarum, 1789-13/1198 (résumé in Desimoni-Belgrano, LXXXVI, p. 424 et Finot, Flandre Gênes, p. 136). Les Génois ont argué du fait que les marchandises étaient génoises.

61 Wavrin (Dupont éd.), t. III, p. 157 = Iorga, Aventures, p. 34.

62 ADN, B 1997, no 60127.

63 ASG, Litterarum, 1789-13/28 et 29 (résumé in Desimoni-Belgrano, LXXVI et LXXVII, p. 421 ; Finot, Flandre Gênes, pp. 132-133, et Iorga, Notes, p. 204 et 206-207).

64 Marinesco, Du nouveau, p. 203.

65 Voir note 63.

66 Wavrin (Dupont éd.), t. II, p. 102 et sq. = Hardy, p. 70 et sq., pour la campagne sur le Danube.

67 ASG, Litterarum, 1789-13/1198 (résumé in Desimoni-Belgrano, LXXXVI, p. 424, avec une erreur de datation au 31 juin (sic) au lieu du 31 janvier 1449, et Finot, Flandre Gênes, pp. 136-137, erroné) ; Vigna, t. I, pp. 843-844. Il s’agit de la galiote mentionnée par Mlle Dupont in Wavrin, t. II, p. 97, note 2 (voir infra).

68 ADN, B 1989, n" 59542, mal cité par Taparel, p. 25, note 84 ; en voici le texte complet : « Nous Walleran seigneur de Waurin, de Lillers et de Malannoy, chevalier, conseiller et chambellan de mon tres-redoubté seigneur, monseigneur le duc de Bourgogne et de Brabant etc., et capitaine general de son armee par mer en Levant, certiffions a tous qu’il appartiendra que par notre ordonnance et commandement frere Regnault de Confite, Jaquot de Thoisy et frere Guillaume de la Veure, avec leurs deux gallees armees sont demourez Dar deça ou service de mondit tres-redoubté seigneur contre les Infidelz Turs sus ceste riviere de la Dunoe. En tesmoing de ce nous avons fait placquer nostre seel armoié de noz armes a ceste presente certifficacion. Donné en nostre galee sus ladite Dunoe pres Nicopoli le xxiiije jour de septembre l’an mil quatre cens quarante et cinq ». Comme la saison était assez avancée à leur retour (nous ne pensons pas qu’elles soient restées longtemps sur le Danube), les deux galées ont dû aller hiverner à Constantinople ou à Ténédos. Nous ne savons rien de G. de la Veure ; il ne s’agit en tout cas pas de Guilhot de Morlhon comme l’aurait souhaité Lacaze, p. 236, note 77.

69 Voir Wavrin (Dupont éd.), t. II, pp. 158-161 = Hardy, pp. 116-119 ; ADN, B 2074, no 65309 (éd. in Inv. ADN, t. IV, p. 231) pour les adieux ; ADN, B 2003, no 60396 (éd. ibidem, pp. 185-186) pour le retour à Venise.

70 Desimoni-Belgrano, LXXVIII, p. 421, et Finot, Flandre Gênes, p. 133.

71 Ibidem, LXXX, p. 422, et Finot, p. 134.

72 Ibidem, LXXXIV, p. 423, Finot, p. 135, et Iorga, Notes, p. 232. Sur Guilhot de Morlhon, Lacaze, p. 222, note 5, et pp. 236-241 ; Regnault de Confide n’étant plus mentionné, est-il rentré peu après Wavrin ou l’année suivante après la campagne en Méditerranée orientale ?

73 Wavrin (Dupont éd.), t. III, pp. 157-159 = Iorga, Aventures, pp. 34-35.

74 Lacaze, passim ; le brigantin mentionné par l’auteur est sans doute la galiote, le quatrième bâtiment de Geoffroy de Thoisy.

75 C’était un avis partagé à l’époque : ainsi le chroniqueur Georges Chastellain indiqua-t-il dans sa Chronique du bon chevalier messire Jacques de Lalain : « De leur armée et de ce qu’ils firent, ne veux faire ni tenir long conte, mais comme j’entendis pour lors ils ne profitèrent guère à la chrétienté ; ni aussi ne fut faite chose qui fut à leur profit, dont à présent veux cesser d’en plus parler, mais parleront des choses qui puis advinrent » (in J.A.C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France. xve siècle (Panthéon littéraire), Paris, 1836, ch. XIII, p. 613).

76 Voir par exemple la difficulté avec laquelle seront remboursés certains frais : reconnaissance de dette à l’un des patrons des galées de Venise en 1455 (Inv. ADN, t. VIII, p. 290, et ADN, B 3537, nos 125790, 125791 et 125801) ; requête de Geoffroy de Thoisy en 1461 (ADN, B 17692) ; requête de Jacques Gallois en 1469 (ADN, B 2074, no 65309).

77 A. Grunzweig, « Un plan d’acquisition de Gênes par Philippe le Bon (1445) », in Le Moyen Age, t. XLII, 1932, pp. 81-106.

78 Lettre du 24 septembre 1445, in Iorga, Notes, p. 203, citée par Robert S. Lopez, « L’Importance de la mer Noire dans l’histoire de Gênes », in I Genovesi nel Mar Nero durante i secoli XIII e XIV, Colloquio Romeno-Italiano, Bucarest, 27-28 mars 1975, éd. S. Pascu, Bucarest, 1977, p. 14. Il ne semble pas que la piraterie a été importante en mer Noire au xve siècle : nous n’en avons pas trouvé mention dans J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961 (pp. 300-307), ni dans M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Gênes-Rome, 1978 (t. II, pp. 587-598).

79 La première n’a pas été retrouvée (référence dans la lettre du 6 août 1458, voir note suivante) ; pour les deux autres, M. Gachard, Notice des archives de M. le duc de Caraman, Bruxelles, 1845, pp. 80-81 (nos 16 et 17).

80 Vigna, t. I, pp. 840-848 ; aussi Desimoni-Belgrano, XCVIII, p. 428 et Finot, Flandre Gênes, pp. 174-175.

81 Vigna, t. II-I (in Atti..., vol. VII-I, 1871), DLXXVIII, pp. 151-158 ; Desimoni-Belgrano, CXIII, p. 434, et Finot, Flandre Gênes, p. 181.

82 Desimoni-Belgrano, CXX, pp. 435-437, et CXXIII, p. 438 ; et Finot, Flandre Gênes, pp. 182-184 et 185-186.

83 Degryse, doc. 5, p. 251.

84 Leclercq, pp. 52, 53 et 65 (document cité malheureusement sans références).

85 Grunzweig, Un plan, pp. 104-105.

86 Inv. ADN, t. VIII, pp. 294-295, et Finot, Projet.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.