Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

Réflexions sur la rade de Rio

Frédéric Mauro

Texte intégral

1On ne saura jamais de façon sûre si la baie de Rio de Janeiro fut vraiment découverte le 1er janvier 1502 par trois caravelles — les noms de leurs occupants sont encore moins sûrs — et si, par conséquent elle porte légitimement ce nom. Mais ce fut peut-être en effet cela, le modeste début, au milieu de Tamoios anthropophages, de ce qui devait devenir l’étoile prestigieuse de l’hémisphère austral, le paradis dont on rêvait dans les terres froides du Nord. Réfléchir sur ce destin prodigieux c’est s’interroger sur un site et une situation privilégiés et sur le rôle qu’ils ont joué dans cette partie du monde. Nous voudrions montrer que la rade de Rio est une micro-méditerranée privilégiée, un site défensif, et qu’elle a joué un rôle centralisateur dans l’histoire du Brésil, ce qui lui a donné son importance.

La micro-méditerranée

  • 1 Mélanges A. Cortesão, Coïmbre, sous presse.
  • 2 F. Mauro, « Portugais et Bretons dans l’Atlantique. Histoire nautique, histoire maritime », La Bret (...)

2Nous avons rappelé ailleurs1 que la méditerranée était devenue nom commun, que le phénomène qui avait marqué l’histoire de l’Occident depuis la plus lointaine antiquité, la Mer Intérieure, se retrouvait un peu partout et plus ou moins selon les époques dans les différentes parties du monde. C’est ainsi que l’Atlantique est devenu une sorte de macro-méditerranée et que les mers qui la bordent ou même seulement les golfes sont devenus avec la découverte de l’Amérique, et même parfois avant, de véritables « méso-méditerranées », de la Baltique au Golfe de Guinée en passant par ces méditerranées plus ouvertes que sont la mer du Nord, la Manche, l’espace maritime entre Brest et La Corogne2 et cette méditerranée portugaise de l’Atlantique Orientale s’appuyant sur la côte portugaise, les forteresses de la côte marocaine, les Açores, Madère, les Canaries, les îles du Cap Vert, la presqu’île de Dakar. De l’autre côté de l’Atlantique ce qu’il est convenu d’appeler la « Méditerranée Américaine » — mer des Caraïbes et golfe du Mexique — est un exemple bien connu de « méditerranée ».

3A côté des meso et des macro-méditerranées on trouve aussi partout des micro-méditerranées : baies, estuaires, ensembles insulaires et péninsulaires qui jouent le même rôle localement que jouent régionalement les « micro-méditerranées ». Le phénomène est particulièrement évident sur la côte orientale des Amériques et l’on peut dire que la colonisation européenne du Continent, à ses débuts, en a largement profité : golfe et estuaire du Saint Laurent, baie de Rhode Island, golfe de Long Island et estuaire de l’Hudson, baie de la Delaware, baie de Chesapeake, baie de Galveston, delta du Mississipi, delta de l’Amazone, baie de Tous les Saints, îles de São Vicente et de Santa Catarina, Rio Grande et Lagoa dos Patos, enfin Rio de la Plata. L’avantage de ces micro-méditerranées, comme des autres, c’est qu’elles permettent le transport par voie d’eau des marchandises pondéreuses de façon plus commode et moins onéreuse que par voie de terre, du moins jusqu’à l’invention de la voie ferrée. Qui possède la mer possède la terre... Les voies d’eau, véritables lignes intérieures, ne sont pas seulement une supériorité militaire ; elles sont aussi une supériorité commerciale. A Bahia, au xviie siècle, on s’arrache les terres à canne qui se trouvent près d’une voie d’eau : mer, baie, rivière.

4Or, très vite, la baie de Rio est apparue riche de nombreux avantages, en particulier dans les limites des territoires qui avaient bénéficié de l’expansion portugaise. D’abord sa situation : à mi-distance de Bahia et du Rio de la Plata, sous le Tropique, c’est-à-dire sous un climat plus supportable que celui des régions équatoriales. Sa taille, ensuite, immense (15 milles sur 16) et pourtant sa protection est bonne puisque pour y entrer il faut franchir un goulet d’un mille de large. Son site aussi, entouré de plaines où l’installation humaine, l’agriculture sont relativement faciles mais aussi avec la présence de hauteurs, de morros, qui peuvent servir de refuge à fa population au cas où quelque danger menacerait les parties basses. Le sol y est fertile. Sans doute aucun grand fleuve ne débouche dans la baie mais de nombreuses rivières donnent de l’eau douce et les Portugais apprendront vite que plus au nord passe le fleuve Parahyba dont la vallée réunit la région de Rio à celle de São Paulo. On peut dire que, jusqu’au xviiie siècle, le Brésil était, pour les Européens, une sorte d’archipel où l’on ne pouvait se rendre facilement d’un point à un autre que par la mer. Cela est particulièrement vrai au nord et au sud de la baie de Rio ou les îles, les caps, les presqu’îles, les baies sont nombreux, multipliant ainsi la surface du continent accessible en bateau. Les salines du Cabo Frio, qui devaient être créées plus tard, montrent aussi la variété des ressources dont jouit cette région.

  • 3 Sur l’aventure de Villegaignon voir Ch.-A. Julien, Les voyages de découvertes et les premiers établ (...)
  • 4 Ibidem, pp. 187-188.

5Ces avantages divers n’ont pas échappé aux hommes du xvie siècle et très tôt la baie a été l’enjeu de leurs convoitises. C’est ce qui explique l’aventure du chevalier de Villegaignon, attiré par les descriptions enthousiastes d’un commis du trésorier de la marine française de l’époque3. Bien que catholique, il semble qu’il ait voulu gagner à son idée l’Amiral de Coligny, grand chef huguenot, en lui montrant que l’on pourrait créer là-bas une terre d’asile pour les protestants persécutés, sans exclure naturellement les catholiques. C’est du moins ce que l’Amiral envisagea dans un premier temps. « Ses desseins, écrit Charles André Julien, prirent un caractère confessionnel plus affirmé en 1556, quand la demande de Villegaignon (lancée du Brésil) lui fit croire à un élan vers la Réforme dans la nouvelle colonie. C’est alors qu’il envoya, dans le convoi de Bois le Comte, plusieurs huguenots choisis par Calvin. Enfin, après la mort d’Henri II, quand la rivalité religieuse tourna à la guerre civile et que les partisans des deux religions se groupèrent en deux peuples ennemis, il en vint peut-être à concevoir une colonie, qui non seulement servirait d’asile mais permettrait de constituer une seconde France, où l’unité religieuse règnerait à nouveau mais sous la forme calviniste »4. Tout cela pour montrer que la baie de Saint Sebastien de Rio de Janeiro apparaît à l’époque comme la région idéale, utopique, où il sera bon de s’installer. La baie de Rio est déjà un mythe.

6Et pourtant quand le 10 novembre 1555 les trois bâtiments français jetèrent enfin l’ancre dans la baie, on arrivait déjà à la saison chaude et humide qui caractérise Rio pendant la fin du printemps et l’été. On sait que Villegaignon ne chercha pas à se fixer sur la côte où vivaient pourtant es Français, parce qu’il redoutait leurs liens étroits avec les sauvagesses. Il s’établit dans une île qui porte aujourd’hui son nom. Du point de vue de la colonisation c’était une erreur. Marc Lescarbot, qui en fut témoin, écrivait :

  • 5 Ibidem, p. 190.

« Car que sert de prendre tant de peine pour aller à une terre de conquête, si ce n’est pour la posséder entièrement. Et pour la posséder il faut se camper en la terre ferme et la bien cultiver : car en vain habiterait-on en un païs s’il n’y a de quoy vivre. Que si on n’est assés fort pour s’en faire à croire, et commander aux peuples qui occupent le païs, c’est folie d’entreprendre et s’exposer à tant de dangers. Il y a assez de prisons partout sans en aller chercher si loin »5.

7Il n’est pas question de raconter ici l’aventure de Villegaignon. Mais on est frappé par le fait que désormais toute une partie de l’histoire des relations franco-portugaises se déroule dans la baie de Rio de Janeiro. Par exemple l’intervention de Mem de Sa qui aboutit à la reconquête sur les Français de l’île qu’ils occupaient, île confiée alors aux Jésuites. Mem de Sá, lui, renonça à se fixer dans la baie faute d’hommes et de matériaux mais, dès son retour à São Vicente, il écrit à la Régente pour lui signaler la nécessité d’envoyer « peupler ce Rio de Janeiro afin de s’assurer le Brésil tout entier ». Et le Père Nobrega qui l’avait accompagné dans son expédition et avait reçu, pour la Compagnie de Jésus, la jouissance de l’île, insistait auprès du Cardinal-Infant, Dom Enrique, pour que le Portugal y fondât une ville comme à Bahia, ce qui permettrait de protéger les deux capitaineries de São Vicente et Espirito Santo.

  • 6 Ch.-R. Boxer, Salvador de Sa and the struggle for Brazil and Angola, 2e éd., Westport, 1975, p. 20.
  • 7 F. Mauro, Le Portugal, le Brésil et l’Atlantique, Paris, 1983, pp. 38-39.

8Et l’on voit d’ailleurs l’occupation de la baie se faire peu à peu. Au xviie siècle lorsque se développe lentement la ville de Rio, on voit les maisons s’aligner le long de la plage, celle-ci servant, nous dit Boxer, de rue principale6. Ce sont des canoës, des barques, qu’on utilisait pour le transport d’un point à un autre de la petite cité et non des voitures. Aussi la ville s’étalait-elle le long de la grève mais sur une largeur de 10 ou 12 maisons seulement. Si l’on voulait, par contre, parcourir la ville à pied dans toute sa longueur, il fallait une demi-heure. Et ce qui était vrai à l’échelle de la ville l’était a fortiori à l’échelle de la Baie. Nous trouvons des traces de cette installation portugaise sur tout le pourtour de la baie et dans les îles, où l’on se transporte dans de petits bateaux à voile : la chapelle du Père Anchieta à Niteroi, les batteries de canon et les forts construits dans les îles qui commandent l’entrée, le rôle de l’île du Gouverneur comme chantier naval : c’est là qu’est construit au xviie siècle le fameux galion géant, le Padre Eterno qui devait laisser une trace dans la toponymie puisque l’on parla désormais de l’île du Galion, devenue aujourd’hui le plus grand aéroport du Brésil7. Naturellement ce rôle d’espace de circulation a été facilité par la faiblesse des courants à l’intérieur de la baie et la suffisance des profondeurs, le tirant d’eau n’étant guère un problème, surtout pour les petites embarcations de cabotage, même à voile.

  • 8 Ibidem, p. 217.

9Ce rôle « méditerranéen » de la baie s’est considérablement développé au xviie siècle avec la multiplication des moulins à sucre consécutive à l’invasion du Pernambouc par les Hollandais. Les chiffres que nous avons trouvés sont éloquants : 136 moulins en 1700-1710 au lieu de 3 en 1587 et de 60 en 16298. L’eau de la baie apparaissait comme le moyen le plus commode pour déplacer jusqu’au port même de Rio les caisses de sucre embarquées ensuite pour Lisbonne ou Porto. Il faut y ajouter le rôle que le sud du Brésil joue dans la politique portugaise après 1660 pour mesurer l’importance que la baie de Guanabara devait déjà avoir en 1693 lorsque furent découverts les premiers gisements d’or du Minas.

  • 9 H. Bernstein, Brazil Diamonds and Anglo-Dutch Bankers : Samuel, Phillips and Co of Rio de Janeiro, (...)

10Evidemment, au xviiie siècle, le « cycle » de l’or et du diamant dans le Minas a fait de Rio le débouché naturel de toute cette richesse vers le reste du monde. D’autant plus que Rio était le premier port de ravitaillement du Minas, avant Bahia : São Paulo, elle, drainait vers la capitainerie aurifère les ressources continentales du Sud. On s’explique que la capitale de la vice royauté ait finalement été transférée de Salvador à Rio. On s’étonnera seulement que le transfert n’ait eu lieu qu’en 1763, c’est-à-dire au moment où la production d’or connaissait déjà son déclin définitif. Il est vrai que le diamant, plus récent, compensait en partie cette chute9. Qu’en 1808, la Cour de Lisbonne vienne s’installer à Rio et qu’en 1822 la ville devienne la capitale du Brésil indépendant, n’a fait que renforcer le rôle de la Baie. Illustration plaisante de ce rôle : quand il voulait prendre quelques vacances le roi Jean VI se faisait transporter à l’île de Paquetá, dans le fond de la baie, et l’on conserve encore aujourd’hui, sur son emplacement primitif, le canon qui traditionnellement tirait un coup pour annoncer l’arrivée du souverain.

11Le « cycle » du café carioque (1825-1892) n’a fait que renforcer cette importance de Rio et par conséquent ce rôle de la baie comme voie de transport soit vers Niteroi, soit vers Cabo Frio, Campos, Nova Friburgo, colonie créée par les Suisses dans la montagne et même vers Petropolis, la résidence d’été des souverains. Au xxe siècle le développement du port, des installations pétrolières, des résidences secondaires, des activités industrielles (il existait déjà un « arsenal » sous Pedro II°), maintiendront ce rôle, relativement diminué, cependant, récemment, par l’existence d’un pont entre Rio et Niteroi.

Le site défensif

12Les avantages militaires que l’on pouvait tirer de la baie du Guanabara n’ont guère échappé aux observateurs clairvoyants et cela dès sa découverte. Site défensif à l’intérieur d’une situation d’importance stratégique, commandant les routes du Sud.

  • 10 Cf. R. Boxer, op. cit., p. 19.

13Site défensif certes bien que les Portugais aient été surpris par l’arrivée et l’installation de Villegaignon. Mais ils ne s’y feront pas reprendre, non sans toutefois subir un premier revers. En effet lorsqu’en 1560 le gouverneur Mem de Sá vint pour expulser les Français il rasa le fort Coligny après avoir délogé ses occupants et les avoir obligés à se réfugier sur la terre ferme. Mais lui une fois reparti, les Français, aidés des Amérindiens, se fortifièrent sur la colline de la Gloria et dans l’île du Gouverneur, ce qui leur permettait de dominer toute la baie. C’est seulement en 1565 qu’Estacio de Sá, neveu de Mem de Sá débarqua à Praia Vermelha, entre la Pão de Assucar et le morro da Urca et installa un village qu’il appela São Sebastião. Et c’est seulement en 1567 que Mem de Sá vient investir Français et Amérindiens et leur infliger une déroute totale. Le village de S. Sebastião est alors transféré à l’intérieur de la baie sur le morro do Castelo. Le site de Rio apparaît comme une série de morros séparés par des lagunes et des cours d’eau. On prit de la terre aux premiers pour remplir peu à peu les seconds. En 1608 la capitainerie de Rio de Janeiro était élevée au rang de capitainerie générale comprenant les capitaineries d’Espirito Santo, Rio de Janeiro et São Paulo. C’était déjà la capitale du Sud : preuve de son rôle stratégique et des avantages qu’offrait la baie du point de vue défensif10.

14Les bonnes relations des indigènes avec les Français et, par voie de conséquence, leurs mauvaises relations avec les Portugais nous rappellent que le site était défensif non seulement contre l’ennemi venu de la mer mais aussi contre celui venu de la terre : d’où le rôle des îles, utilisées déjà par les Français et le rôle des morros : Gloria, Morro do Castelo qui ont joué par la suite un rôle célèbre dans la vie de Rio, le second ayant même été rasé au xixe siècle.

  • 11 Sur l’expédition de Du Clerc et celle de Duguay-Trouin, lire dans Historia Naval Brasileira, t. III (...)

15Le goulet d’un mille de large qu’il faut franchir pour entrer dans la baie semblait, étant donné la portée des canons et la fortification des îles commandant le goulet, décourager toute tentative d’attaque extérieure. Et pourtant un corsaire français réussit au début du xviiie siècle à pénétrer dans la baie jusqu’à Rio et à prendre et piller la ville. Dans le contexte de la guerre de Succession d’Espagne une grande opération de course était à craindre de la part des Français. Ce fut le sentiment des Portugais lorsqu’en 1709 des navires leur appartenant furent enlevés par les Français sur la côte du Brésil. Le Conseil d’Outre-Mer proposa et Jean V demanda au gouvernement de la capitainerie de Rio, Francisco de Castro Morais, de construire dans l’île de Lagem une forteresse pour défendre la barre. En septembre 1709 le provedor de Santos lui versa 3 954 000 réaux pour payer le renforcement des fortifications de Rio de Janeiro. Les munitions annoncées arrivèrent bientôt11.

16En février 1710 le gouverneur apprend le passage d’un corsaire français le long de la côte. En avril des corsaires font des prises autour de Recife, de Santos et même tout près de Rio devant l’Ilha Grande. Des navires portugais essaient en vain de les poursuivre.

  • 12 Henri Malo, cité par nous dans Historia Naval...

« Le 16 août 1710, vers quatre heures du soir, six vaisseaux et frégates, accompagnés d’une galiote, parurent à l’entrée de la baie de Rio de Janeiro. Ils arboraient pavillon anglais. Les Portugais ne s’y trompèrent pas : le fort de Sainte Croix bâti à l’extrémité du promontoire du sud du goulet, accueillit les arrivants à coups de canon. Il s’agissait en réalité d’une expédition montée à Brest par la Campagne Chatelain de Neuville, à qui le roi, suivant un usage courant, avait prêté ses navires, ce qui le dispensait de les armer et de les équiper lui-même, tout en lui laissant une part dans les bénéfices éventuels. La Compagnie en avait confié le commandement à Jean-François Du Clerc, ancien major à Saint-Domingue, passé capitaine de brûlot, promu pour la circonstance capitaine de frégate et gratifié de la croix de Saint Louis. Il avait l’année précédente, attaqué, à la hauteur de Pernambouc, la flotte qui revenait du Brésil, et enlevé de riches prises aux Portugais »12.

17Du Clerc avait avec lui 12 à 1 500 hommes de troupe. Au lieu de profiter de l’effet de surprise et de pénétrer, dès le soir, dans la baie, il attendit le lendemain. Et le lendemain, au lieu de forcer l’entrée de la baie, il décida de la contourner et il se dirigea vers l’ouest jusqu’à l’Ilha Grande dans l’Angra dos Reis. Il voulait y débarquer ses malades et chercher un point de débarquement sur la côte pour prendre Rio à revers.

18C’est ce qu’il fait finalement mais la manœuvre se solde par un échec. Du Clerc est fait prisonnier. Il mourra à Rio dans des conditions mystérieuses liées sans doute à une affaire de mœurs. Mais cet échec faillit être une réussite. Car Du Clerc parvient avec sa troupe aux abords de la ville et commençait à marcher vers le palais du gouverneur lorsqu’il fut pris sous le feu de l’ennemi embusqué dans les maisons. Il chercha à gagner le couvent des Bénédictins mais, se rendant compte que c’était impossible, il se dirigea vers la mer. Ne trouvant aucune embarcation utilisable, il se fortifie dans un entrepôt de la rua Direita où le Gouverneur avait déjà installé quelques canons pour défendre les plages. Finalement il est obligé de se rendre.

19Instruit par les événements, le Gouverneur, Castro Morais, chercha à améliorer le système défensif de la côte, du port et de la ville. Son programme comportait l’amélioration des défenses de la barre, la construction d’un chantier naval pour la réparation des bateaux de guerre, le renforcement des défenses de Santos au sud-ouest, la mise en état de l’embouchure du rio São Francisco où un corsaire et une balandre entraient périodiquement et rançonnaient les habitants (on y manda des soldats et des médicaments), l’envoi aux habitants de Paraty, près d’Angra, d’une compagnie pour résister aux corsaires français, enfin l’approvisionnement en armes et en munitions de l’île Saint Sébastien avec remise en état de sa forteresse et creusement d’une citerne.

20En 1711, sous prétexte de venger la mort de Du Clerc, c’est Duguay-Trouin qui part pour Rio à la tête d’une flotte, financée par des armateurs malouins et fournie par le ministre Pontchartrain. L’escadre du corsaire comprenait 3 vaisseaux de 74 canons, un vaisseau de 56 canons, 3 frégates de 40 à 44 canons, 3 plus petites de 34 à 22 canons, une galiote de 36 canons et 3 traversiers. Donc 12 navires de guerre disposant de 734 canons, 600 officiers, 3 200 hommes d’équipage et 2 500 soldats. Le 11 septembre ils trouvent fond et estiment qu’ils sont arrivés près de la Baie de Rio. Profitant alors d’un vent frais qui se levait au début de la nuit, Duguay-Trouin fait forcer la voile à tous les vaisseaux de l’escadre, malgré la brume et le mauvais temps, afin d’arriver à la pointe du jour à l’entrée de la baie. La manœuvre réussit le 12 septembre au matin, trois mois, jour pour jour, après le départ de France, la vigie signale à l’horizon la silhouette du Pão de Assucar. Un épais brouillard masque le goulet ce qui peut favoriser la surprise mais rend la navigation difficile.

21Un peu plus étroit que celui de Brest, le goulet de Rio est défendu à l’ouest par le fort de Sainte Croix et, à l’est, par le fort de Saint Jean qui croisent les feux de leurs 92 pièces sur la passe, au milieu de laquelle émerge le gros rocher de Lage (ou Lagem) qui contraint les navigateurs à serrer ses ouvrages de très près. Le goulet s’élargit ensuite jusqu’à une lieue et demie puis se rétrécit à nouveau entre la pointe de Notre Dame de Bon-Voyage, armée de 10 canons et la petite île de Villegaignon dont le fortin possède 20 pièces de gros calibre. En avant, se trouve le fort Saint Théodore, muni de 16 pièces battant la plage où les Portugais ont construit une espèce de demi-lune. Un peu plus loin l’île des Chèvres, à portée de fusil de la ville, possède un fort à quatre bastions, garni de 10 pièces ; sur un plateau, au bas de l’île, se trouve une batterie de quatre autres pièces. Les 18 canons du fort de la Miséricorde font face à l’île des Chèvres, sur une pointe qui s’avance dans la mer à l’extrémité de la ville. Enfin, de l’autre côté de la rade, d’autres batteries sont placées dans tous les endroits susceptibles d’être utilisés pour un débarquement.

22Duguay-Trouin écrit lui-même :

  • 13 Cité par nous dans Historia Naval...

« La ville est bâtie sur le bord de la mer au milieu de trois montagnes qui la commandent et qui sont garnies de forts et de batteries. La plus proche, en entrant, est occupée par les Jésuites ; celle à l’opposé par les Bénédictins ; et la troisième, nommée Conception, par l’évêque du lieu. Sur celle des Jésuites est le fort de Saint Sébastien de quatorze pièces de canon et plusieurs pierriers ; un autre nommé Saint Jacques, de douze pièces ; un troisième Sainte Aloysie, de huit et une batterie de douze pièces de canon.
La montagne des Bénédictins est fortifiée de retranchements et de plusieurs batteries qui battent de tous côtés.
Celle de la Conception est retranchée par une haie vive et du canon de distance en distance qui en occupe tout le front.
La ville est fortifiée par des redans et des batteries dont les feux se croisent. Du côté de la plaine elle est défendue par un camp retranché et par un bon fossé plein d’eau, en dedans duquel il y a deux places d’armes à pouvoir contenir mille cinq cents hommes en bataille, plusieurs pièces de canons et des maisons crénelées de tous les côtés. C’était où les ennemis tenaient le fort de leurs troupes qui consistait en doùze ou treize mille hommes, tout au moins, compris cinq régiments de troupes nouvellement arrivées sans compter un grand nombre de nègres... »13.

23Pour agir vite, l’Amiral donna ses ordres par signaux et les vaisseaux s’engagèrent, un par un, dans l’étroit goulet. Les batteries portugaises firent feu de toutes leurs pièces. Les navires français répondirent sans ralentir leur marche. A peine les premiers avaient-ils dépassé le fort Sainte Croix qu’ils tombaient sous le tir de quatre vaisseaux portugais ancrés derrière un promontoire. Mais ceux-ci, très atteints par l’artillerie de l’avant-garde française appareillèrent en coupant leurs câbles et allèrent s’échouer sur un banc de sable et de rochers de l’île aux Chèvres. Tous les navires français réussirent à pénétrer dans le fond de la baie et à y jeter l’ancre hors de la portée des forts, en fin d’après-midi. Malgré la rapidité de la manœuvre, celle-ci avait coûté 300 hommes à Duguay-Trouin.

24Les Portugais étaient d’autant mieux préparés à se défendre contre l’ennemi qu’un « paquebot » anglais, navire rapide, avait été envoyé spécialement par Londres pour prévenir Rio de la venue d’une grande flotte française. En quelques jours, le gouverneur avait pu mettre la ville et le port en état de siège. Le corsaire français ne pouvait plus compter sur l’effet de surprise. Il établit un plan habile qui consistait à s’emparer d’abord de l’île des Chèvres, à la fortifier, à y établir une batterie, puis à débarquer sur la terre ferme pour prendre la ville. Ce qui fut fait.

  • 14 Historia Naval Brasileira...

25Nous ne pouvons raconter ici toutes les péripéties hautes en couleur, de la lutte sur terre. Celle-ci aboutit à la capitulation du gouverneur et à la saisie d’un butin considérable. La ville devait être remise aux Portugais le 4 novembre, jour où les troupes françaises se réembarquèrent. Les Français gardèrent seulement les ports de l’île des Chèvres, de l’île de Villegaignon et ceux de l’entrée de la baie pour couvrir leur départ14.

  • 15 F. Mauro, « Bougainville et l’Amérique du Sud (1767) », L’importance de l’exploration maritime au S (...)
  • 16 Voir la thèse de 3e cycle de Wilma Lecuyer, Le Baron Roussin et le Brésil, 2 vols, Université de Pa (...)

26Avec l’épisode Du Clerc-Duguay-Trouin nous avons un exemple frappant du rôle de la baie de Guanabara comme site défensif, avec ses forces et ses faiblesses et l’usage qu’ont su en faire ses possesseurs et ses ennemis. Ce rôle militaire a été bien perçu par la suite : tous les marins étrangers qui ont fait escale à Rio s’y intéressent. L’un des exemples les plus célèbres est celui de Bougainville dont nous avons décrit la visite dans la capitale carioque15. Au xixe siècle les Français y sont présents grâce à la « station navale » créée par eux sur la côte brésilienne et les Archives de la Marine à Vincennes ont conservé les dépêches de ses commandants. Un des plus remarquables a été le Capitaine de Vaisseau, plus tard Amiral et Baron Roussin, qui devait terminer sa carrière comme Ambassadeur à Constantinople et Pair de France et dont la plume aiguisée nous donne une analyse riche et intéressante de Rio, comme l’a bien mis en valeur une thèse récente16.

  • 17 F. Mauro, « Le port de Rio de Janeiro au xixe siècle », Estudos de Historia de Portugal, vol. II, L (...)

27Site défensif, donc aussi centre d’opérations navales. Ce qui explique le rôle de base qu’a joué la rade dans la guerre du Paraguay (1864-1870). Nous avons par exemple les rapports du Contre-Amiral Fisquet, Commandant de la Station Navale Française sur la côte du Brésil et du Rio de la Plata17. Du 3 janvier au 6 février 1870 se trouvent en rade de Rio : 13 bâtiments de commerce français — dont 1 de Marseille, 10 du Havre et 2 de Bordeaux — et 17 bâtiments de guerre étrangers dont 6 anglais, 2 américains, 1 autrichien, 8 brésiliens. Mais la guerre franco-prussienne a des répercussions même dans cette partie du monde. Le 5 avril 1870, Fisquet note :

  • 18 Archives de la Marine, BB4 940.

« Il se trouve en rade une vingtaine de bâtiments de commerce de la Confédération Allemande du Nord dont les chargements ont été suspendus et les marchandises embarquées remises à terre »18.

  • 19 Voir les plans suivants : Rio de Janeiro, Harbor and Entrance, 1872. Plan-Carte de Rio de Janeiro p (...)

28Comment se présente le port de Rio à cette époque ? Regardons les cartes de la Bibliothèque Nationale de Paris. Dans les années 70, la Praia da Urca, la Praia Vermelha et la Praia de Copacabana sont encore pratiquement inhabitées. Quand on pénètre dans la baie, on peut se placer au nord de l’île Raza, à 7 milles de l’entrée, et dont le phare est une tour carrée en maçonnerie blanche de 26 mètres de haut. On trouve sur sa droite le fort de Santa Crus et sur sa gauche la pointe de Santa Theodosia. Entre les deux, un peu sur la gauche du navire qui entre, on aperçoit l'îlot et le fort de Lage. Ce sont ces passes que Duguay-Trouin, 150 ans auparavant avait réussi à franchir19.

  • 20 Cf. le Plan de Godron cité note 19.

29Quant au port il a pris la forme qu’il gardera jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. L’île de Villegaignon, aujourd’hui rattachée au Continent, en apparaît alors encore loin. L’arsenal près du morro de São Bento, possède une cale de construction, une grande cale ouverte, une cale de montage. Il possède aussi un atelier de modèles, une serrurerie, une grosse chaudronnerie, une fonderie, un atelier d’ajustage, une poulierie, un atelier de plaques de cuirassés, une petite chaudronnerie, des forges, une bibliothèque, etc.20.

Le rôle centralisateur

30Au xviie siècle Rio de Janeiro devient la capitainerie générale du Sud. Mais le centre de gravité de l’ensemble brésilien n’est pas là. Il est plus au nord : Recife et Bahia. Recife est occupé par les Hollandais ; Bahia a l’avantage d’être plus central : Bahia l’emporte comme capitale politique. Rôle modeste lorsqu’on sait la forte autonomie des capitaineries-générales par rapport au vice-roi : un peu comme dans l’Empire espagnol voisin. Au xviiie siècle l’or donne le pouvoir économique à Rio. C’est pourquoi la capitale politique finit par devenir Rio en 1763. Cette situation aurait pu être provisoire. Un concours de circonstances fait qu’elle devient définitive au xixe siècle. Quand le Prince Régent obligé de quitter Lisbonne fin 1807 arrive au Brésil en 1808, après s’être arrêté à Bahia quelques jours il décide d’aller s’installer à Rio. Une cour de 20 000 personnes, le Trésor de la Couronne, la volonté de faire de la ville une grande et belle capitale, la multiplicité des métiers qui s’agglomèrent autour du Palais Royal, tout concourt à renforcer ce rôle que Rio aurait pu perdre avec la chute de l’or du Minas et malgré l’activité des diamantaires depuis les années 1760. L’indépendance du Brésil, proclamée en 1822, renforce encore le privilège carioque, bientôt relayée par la poussée du premier cycle du café, celui que précisément on a appelé le cycle de Rio. C’est seulement après 1870 que ce café commence à décliner au profit de celui de São Paulo et c’est seulement en 1892 que la quantité de café exportée par Santos égale et dépasse celle exportée par Rio.

  • 21 Lourdes de Viana Lyra, Centralisation, Système Fiscal et Autonomie Provinciale dans l’Empire Brésil (...)
  • 22 Eulalia L. Lobo, Historia do Rio de Janeiro, 2 vols, Rio, 1978.

31Dans cette période 1825-1892, d’autres éléments renforcent encore ce rôle de Rio : la création d’une Bourse des valeurs, la naissance des premiers chemins de fer, le développement d’une certaine industrie induite des exportations, la croissance d’une administration centralisatrice caractéristique du régime impérial et contre laquelle se rebellent les provinces21. De 1822 à 1848 les révoltes ne cessent de se succéder sur une grande partie du territoire brésilien et, en particulier, dans le Nordeste. On accuse Rio de vivre aux dépens des provinces. Et, effectivement, Rio devient aussi, comme la Rome du xvie siècle, ou Londres au xviiie une zone de consommation intensive dont le ravitaillement met à contribution une bonne partie du pays. Comme elle est aussi un port de redistribution des marchandises nationales et étrangères à travers le pays et aussi un centre de production industrielle et d’exportation de cette production vers le reste du Brésil, la part du trafic national dans le trafic total de Rio est considérable, beaucoup plus élevée qu’on ne l’attendrait du port d’exportation d’une région « monoproductrice » de café. Grâce au travail d’Eulalia Lahmeyer Lobo et de son équipe nous pouvons mesurer cette part du trafic « national » de Rio22. Par exemple nous avons le tableau suivant :

Navigation du Port de Rio de Janeiro pendant l’exercice 1857-1858

Spécification

Navires

Tonnage

Equipage

Navigation au Long Cours (navires étrangers)

1 121

513 103

14 524

Navigation de Grand Cabotage (en majorité nationale)

1 096

154 033

11 528

2 217

667136

26 052

  • 23 Ibidem, vol. I, p. 270 et suiv. Sur les calculs d’E. Lobo et leur importance voir F. Mauro, « Rio d (...)

32Le tonnage du trafic « national » de Rio atteint presque le quart du trafic total (et encore, si l’on y compte le trafic avec la Plata, on ne compte pas le petit cabotage, en particulier celui à l’intérieur de la baie de Guanabara). En 1817 le commerce d’importation de Rio avec le reste du monde représentait le quart des importations totales. La part du commerce national était écrasante. Les proportions se sont donc renversées à cause du café et des importations de produits européens qu’il a permis. La conclusion est double : a) sans le café, Rio est d’abord un port national, permettant les échanges entre les différentes provinces (à certaines d’entre elles il est relié par voie de terre et leur part n’est pas négligeable) ; b) avec le café, Rio apparaît d’abord comme un port international ; mais ce rôle nouveau lui donne ou lui redonne un rôle dominant écrasant dans l’ensemble du système brésilien. Cette situation se confirme dans les années 1863-186623. Une des raisons du maintien des provinces dans le commerce de Rio c’est, malgré l’empire et l’emprise du café, le maintien d’une certaine diversité des productions. Témoin le sucre :

Exportation de sucre de la Province de Rio vers les pays étrangers et autres provinces de l’Empire 1846-1847 à 1851-1852. E = étranger, P = provinces, (en arrobes)

Quantités

Total

1146-1147

E

986 422

P

225 402

1 211 824

1847-1848

E

793 220

P

179 399

972 619

1848-1849

E

766 763

P

251 046

1 017 809

1849-1850

E

793 478

P

388 925

1 182 403

1850-1851

E

788 416

P

267 122

1 055 538

1851-1852

E

906 342

P

520 818

1 427 160

Exportation moyenne annuelle : 1 144 559 (E. Lobo, Rio, I, p. 264)

  • 24 E. Lobo, ibidem, p. 271.

33Nous pourrions prendre encore un autre tableau : celui du commerce de cabotage de Rio en valeurs officielles et par origine, avec distinction des marchandises nationales et étrangères. Nous avons ces tableaux pour 1863-1866, à l’importation comme à l’exportation, en milreis. Nous sommes frappés dans ce tableau par la part importante prise par les marchandises brésiliennes par rapport aux marchandises étrangères. Par exemple à l’importation, en 1863-1864 sur un total de 7 429 contos, les marchandises nationales représentent 6 711 contos. Cette part énorme est le signe d’une certaine intégration et d’une certaine complémentarité des provinces de l’Empire. Et Rio reste le centre de ce système intégrant24.

34Lorsque le centre de gravité économique du Brésil passe de Rio à São Paulo au lieu de revenir à Bahia (mais São Paulo grâce au café et à l’émancipation des esclaves devient le centre d’une colonisation de peuplement alors que le Nordeste reste une colonie d’exploitation), lorsque la capitale économique et le port de Rio passe ses pouvoirs à São Paulo et Santos, Rio cependant reste et restera la capitale politique et financière, du moins jusqu’en 1960. Cela n’ira pas sans quelques tensions soit pendant la « Republica Velha », soit avec l’avènement de Vargas en 1930 et la révolte de São Paulo en 1932. La construction de Brasilia autour de 1960 est une absurdité économique mais c’est — à côté d’un acte de foi nationaliste — une façon de résoudre le conflit Rio-São Paulo.

***

35Ces trois réflexions sur la rade de Rio peuvent paraître disparates. Pourtant ce site défensif privilégié, cette micro-méditerranée paradisiaque placée à mi-distance des deux extrémités de l’archipel brésilien peuvent expliquer, avec l’or et le café, le rôle unique joué par la ville et le port de Saint Sébastien. Bien mieux : il n’est pas sûr qu’en l’absence de cette rade exceptionnelle, l’or soit passé par là pour se rendre en Europe ni même qu’il ait été découvert dès 1693. Il n’est pas sûr non plus que le café ait pris son élan dans la Bacia Fluminense. Pas de Rio sans la rade de Rio.

Notes

1 Mélanges A. Cortesão, Coïmbre, sous presse.

2 F. Mauro, « Portugais et Bretons dans l’Atlantique. Histoire nautique, histoire maritime », La Bretagne, le Portugal, le Brésil, Rennes, 1973, pp. 113-122.

3 Sur l’aventure de Villegaignon voir Ch.-A. Julien, Les voyages de découvertes et les premiers établissements (xve-xvie siècles), Paris, 1948, pp. 163-221.

4 Ibidem, pp. 187-188.

5 Ibidem, p. 190.

6 Ch.-R. Boxer, Salvador de Sa and the struggle for Brazil and Angola, 2e éd., Westport, 1975, p. 20.

7 F. Mauro, Le Portugal, le Brésil et l’Atlantique, Paris, 1983, pp. 38-39.

8 Ibidem, p. 217.

9 H. Bernstein, Brazil Diamonds and Anglo-Dutch Bankers : Samuel, Phillips and Co of Rio de Janeiro, N.Y., 1980.

10 Cf. R. Boxer, op. cit., p. 19.

11 Sur l’expédition de Du Clerc et celle de Duguay-Trouin, lire dans Historia Naval Brasileira, t. III, à paraître (Rio), le chapitre que nous leur avons consacré.

12 Henri Malo, cité par nous dans Historia Naval...

13 Cité par nous dans Historia Naval...

14 Historia Naval Brasileira...

15 F. Mauro, « Bougainville et l’Amérique du Sud (1767) », L’importance de l’exploration maritime au Siècle des Lumières, Paris, 1982, pp. 79-89.

16 Voir la thèse de 3e cycle de Wilma Lecuyer, Le Baron Roussin et le Brésil, 2 vols, Université de Paris IV, Paris, 1985.

17 F. Mauro, « Le port de Rio de Janeiro au xixe siècle », Estudos de Historia de Portugal, vol. II, Lisbonne, 1983, p. 419.

18 Archives de la Marine, BB4 940.

19 Voir les plans suivants : Rio de Janeiro, Harbor and Entrance, 1872. Plan-Carte de Rio de Janeiro par Luiz Schreiner, Rio et Berlin, 1879 (avec une perspective du port et de la ville). Plan de l’Arsenal en 1866 par l’Ingénieur Godron.

20 Cf. le Plan de Godron cité note 19.

21 Lourdes de Viana Lyra, Centralisation, Système Fiscal et Autonomie Provinciale dans l’Empire Brésilien : la Province de Pernambuco 1808-1835. Thèse de Doctorat, Université de Paris X, 1985.

22 Eulalia L. Lobo, Historia do Rio de Janeiro, 2 vols, Rio, 1978.

23 Ibidem, vol. I, p. 270 et suiv. Sur les calculs d’E. Lobo et leur importance voir F. Mauro, « Rio de Janeiro au xixe siècle : les échanges continentaux », Actes de la Table Ronde sur « Les ports de l’Atlantique », ENS, Paris, 1984. A paraître.

24 E. Lobo, ibidem, p. 271.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.