Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

Ohthere et Wulfstan : deux marchands-navigateurs dans le Nord-Est européen à la fin du IXe siècle

Stéphane Lebecq

Texte intégral

  • 1 Michel Mollat, dans l’Histoire universelle des explorations dirigée par L.H. Parias, t. 1, De la P (...)
  • 2 Par exemple dans Marguerite-Marie Dubois, La littérature anglaise du Moyen Age (500-1500), Paris, (...)
  • 3 Je veux remercier ici Monsieur Lucien Musset, qui m’a aidé à compléter ma bibliographie, et Monsie (...)

1En 1955, Michel Mollat a donné, l’un des premiers sans doute, la traduction française de plusieurs passages du récit de voyage dans l’extrême Nord-Est européen du Norvégien Ohthere, dont la relation, « conservée par les soins du roi Alfred le Grand, est remarquable par son authenticité et par sa précision »1. Il est arrivé depuis que d’autres extraits, ou que des passages de la relation jumelle — gardée par les soins du même roi — du voyage de Wulfstan au fin fond de la Baltique, aient été offerts à la connaissance du public français2 ; mais jamais à ma connaissance de traduction systématique n’en a été donnée. L’occasion me paraît donc on ne peut plus opportune d’en proposer une, que je dédie avec gratitude au grand historien de la mer et des voyages de découverte. Encore faut-il d’abord présenter le document, dont la richesse n’a d’égal que l’originalité3.

  • 4 Voir par exemple, pour n’avoir pas à recourir à une bibliographie aussi volumineuse que dispersée, (...)
  • 5 Voir Niels Lund, Christine E. Fell et collaborateurs, Two voyagers at the Court of King Alfred, Yo (...)
  • 6 Il est indispensable d’évoquer l’édition maîtresse de Henry Sweet, King Alfred’s Orosius, Early En (...)

2Il est bien connu qu’Alfred le Grand, roi de Wessex de 871 à 899, et volontiers considéré comme le fondateur de l’unité anglaise, a voulu doter ses contemporains d’une culture écrite en langue vulgaire4. Non content de faire rédiger, année après année, la Chronique Anglo-Saxonne, il fit traduire du latin en vieil-anglais la véritable histoire nationale qu’était l’Historia ecclesiastica gentis Anglorum de Bède le Vénérable ; mais aussi les Historiarum adversum Paganos libri septem, sorte de chronique universelle conduite depuis la création du monde jusqu’en l’an 417 par un clerc espagnol disciple de saint Augustin, Orose. Celui-ci ayant ouvert son livre d’histoire par une description du monde, Alfred, désireux sans doute de compléter les maigres informations de l’auteur sur l’Europe du Nord et de l’Est, y fit ajouter des commentaires de son propre cru, et surtout la relation par Ohthere et Wulfstan des lointains voyages qui les avaient respectivement amenés, dans les années 870/890, jusque dans la Mer Blanche et jusqu’à l’embouchure de la Vistule. Deux manuscrits de la British Library nous ont conservé l’adaptation anglo-saxonne d’Orose5. Le plus ancien, connu sous le nom, emprunté à la famille qui en a été longtemps propriétaire, de Tollemache Orosius (MS BL additional 47967), est presque contemporain de la rédaction, puisqu’on y reconnaît la main d’un scribe qui travailla aussi sur le manuscrit Parker de la Chronique Anglo-Saxonne à partir de 892 ; mais il est incomplet : il lui manque les folios 9/16, qui contenaient la plus grande partie de la relation d’Ohthere, et la totalité de celle de Wulfstan. C’est donc grâce au second manuscrit, qui date du xie siècle (MS BL Cotton Tiberius B i), qu’on connaît l’essentiel du texte qu’on va lire. Heureusement, les différences sont insignifiantes entre les fragments du premier qui sont parvenus jusqu’à nous, et les passages correspondants du second, en sorte qu’on peut considérer que le texte vieil-anglais restitué par les éditeurs du document6 demeure très proche du rapport original enregistré par Alfred et par les membres lettrés de son entourage.

  • 7 Cf. Kemp Malone, « King Alfred’s North : a study in mediaeval geography », Speculum, t. 5, 1930, p (...)
  • 8 Cf. F. Mossé, op. cit. (note 6), t. 2, p. 373 (note 107).

3Car, il n’y a à ce sujet aucun doute, le roi lui-même a été l’auditeur privilégié de ce rapport : « Ohthere dit à son seigneur (his hlaforde) le roi Alfred », lit-on dès la première ligne ; et il est précisé plus loin que le même Ohthere a apporté au roi, sans doute en cadeau, quelques défenses de morse. C’est donc en Angleterre, vraisemblablement à la cour de Winchester, que les hommes se sont rencontrés. Il était normal dans ces conditions qu’Alfred fût considéré comme le seigneur, disons : le protecteur, d’Ohthere, puisqu’un roi se devait d’accorder sa protection, son mund, à un marchand étranger visitant son pays. D’où venaient précisément les deux voyageurs ? Le premier, qui se prétend sans ambiguïté norvégien, vient de l’Helgeland, ou Halogaland, c’est-à-dire de la région la plus septentrionale qui ait été occupée par son peuple. Il a été proposé depuis longtemps, et de façon très plausible, qu’il vivait à l’embouchure du fjord de Malangen, là où ont été retrouvées de nombreuses traces — les plus septentrionales en tout cas — d’habitat permanent d’époques préviking et viking7. Malheureusement, Wulfstan est moins bavard : il n’évoque rien d’autre que le voyage qui l’a conduit d’Æt Haethum, dans lequel on a reconnu depuis longtemps Haithabu, sur la façade baltique du sud-Jutland, à Truso, port qu’il situe dans la région des bouches de la Vistule. Quand on aura dit que son nom est, sur le plan de l’onomastique pure, plutôt anglais, on ne sera guère plus avancé ; car il se pourrait que ce nom soit la forme anglicisée d’un nom Scandinave, par exemple Ulfstein8, de la même façon qu’Ohthere est la forme anglicisée du norrois Ottar. N’empêche que, plus que dans des considérations d’ordre linguistique, c’est à mon avis dans la concision même du rapport de Wulfstan, où seule l’évocation des coutumes funéraires des Estes fait l’objet d’importants développements, qu’on trouve l’argument le plus convaincant en faveur de l’origine anglaise du personnage : de toute évidence, son interview a été poussée beaucoup moins loin que celle d’Ohthere, sans doute parce qu’avec celui-ci on avait affaire à un personnage d’origine lointaine, qu’on ne reverrait pas de sitôt, et dont le témoignage devait donc être à tout prix enregistré, avec une précision qui serait à la mesure de l’originalité de son expérience et de l’opportunité qui était donnée aux Anglais d’en tirer profit. Rien de tel avec Wulfstan.

4Je viens de parler d’interview. Il est évident que les visiteurs de la cour de Winchester ont été pressés de questions par un auditoire avide de connaissances, au premier rang duquel figurait le roi. La multiplication, en particulier dans le rapport d’Ohthere, de la formule He saede (= il dit) marque à chaque fois une interruption du récit, qui, en l’absence de tout procédé rhétorique, suggère que chaque assertion est en fait la réponse donnée à une question précise qui vient d’être posée. Les hésitations d’Ohthere, en particulier sur la configuration des côtes qu’il avait longées dans son lointain voyage, confirment cette impression. Quand il dit, à deux reprises successives, qu’il ne savait pas au juste si c’était la côte du continent qui bifurquait, ou si ce n’était pas tout simplement un bras de mer qui s’enfonçait dans les terres, c’est naturellement parce que ses interlocuteurs lui avaient demandé de se faire plus précis dans sa description. Du coup, on perçoit bien quel était le principal centre d’intérêt de ceux qui interrogeaient Ohthere, ou même Wulfstan : fidèles au programme de renaissance culturelle mis en œuvre par Alfred, ils voulaient parfaire leur connaissance du monde, en particulier de ces horizons lointains qui avaient échappé à la sagacité d’Orose, et qu’ils voulaient à tout prix intégrer dans leur vision du monde. Quand Ohthere dit que, pour aller de son lointain Helgeland jusqu’à l’extrémité sud du Jutland sans s’éloigner des côtes Scandinaves, il devait laisser sur son tribord l’Iraland, sur laquelle on va revenir dans un instant, puis l’Angleterre, on voit bien que son expérience pratique, qui n’avait que faire de repaires aussi lointains, était aussitôt intégrée dans une vision théorique du monde, plus précisément dans une cosmographie qui était à n’en pas douter celle de ses interlocuteurs, d’Alfred en particulier.

  • 9 Cf. K. Malone, op. cit. (note 7), pp. 153-158.
  • 10 Cf. R. Ekblom, « Alfred the Great as Geographer », dans A philological Miscellany presented to Eil (...)
  • 11 R. Ekblom, op. cit. ci-dessus, p. 123.

5On aura compris que l’un des principaux centres d’intérêt de l’œuvre est cette géographie rétrospective, où se rencontrent le témoignage vécu du voyageur et les connaissances livresques d’hommes de cabinet. Cela explique un manque d’homogénéité dans l’usage qui est fait, principalement dans le récit d’Ohthere, des directions cardinales. Si l’homme d’aujourd’hui n’a rien à redire quand il apprend que, parvenu au cap Nord, Ohthere dut attendre un vent d’ouest-nord-ouest pour continuer sa progression vers l’est par vent arrière, il a de bonnes raisons d’être surpris quand il lit que, pour longer les côtes de la Norvège, Ohthere dut aller plein nord (en fait il s’agit du nord-est), ou surtout que la zone cultivée le long des côtes de la Norvège était de plus en plus large au fur et à mesure qu’on allait vers l’est (en fait vers le sud-est, voire le sud, puisqu’il s’agissait de la région du golfe d’Oslo). Dans ce décalage qui existe entre le système d’orientation des voyageurs du ixe siècle et le nôtre, on a volontiers reconnu une certaine permanence, qui résulterait de l’usage, confirmé dans le texte, de l’ancien système d’orientation Scandinave, qui impliquait un décalage estimé par les uns à 45°9, par les autres à 60°10. En réalité, on aurait tort de se laisser enfermer dans un système d’équivalence aussi rigide. Comme l’a rappelé R. Ekblom, « à l’époque d’Alfred, les “points” du compas n’étaient pas des points, mais des secteurs »11 — huit secteurs de 45° chacun —, liés au fait qu’on ne se faisait pas une représentation sphérique, mais plane, de la terre, et qui en tout état de cause excluent qu’on attribue aux données du texte une valeur trop précise.

  • 12 Voir K. Malone, op. cit. (note 7), p. 159 ; R. Ekblom, op. cit. (note 10), p. 137 ; N. Lund et Ch. (...)
  • 13 Ce point de vue avait été défendu par plusieurs chercheurs, en particulier Storm, « Om opdagelsen (...)

6Les choses étant ainsi relativisées, on reste confondu par la précision du tableau géographique qui nous est offert à l’occasion des trois voyages relatés. Le premier est celui que fit Ohthere dans le grand Nord. Jusqu’où est-il allé ? Il paraît évident que la première immobilisation du bateau dans l’attente de vents favorables qui viendraient « de l’ouest et un peu de nord » signifie qu’il avait atteint le cap Nord ; et que l’attente, quatre jours plus tard, d’un vent qui viendrait « de plein nord, parce que la côte était maintenant orientée plein sud », signifie qu’il s’apprêtait à pénétrer dans la mer Blanche. Quand les vents furent devenus conciliants, il put s’y enfoncer pendant cinq jours, jusqu’à ce qu’il parvînt à l’embouchure d’un grand fleuve, dont il remonta quelque temps le cours. On a le plus souvent proposé d’identifier ce fleuve avec la rivière Varzuga12 ; mais je pense que, si l’on veut bien comparer les délais de navigation nécessaires à la réalisation des différentes étapes, et surtout si l’on considère le fait, clairement exprimé dans le texte, que ce grand fleuve sert de frontière entre les Terfinnas, qui divaguent sur les terres situées à tribord, et les Beormas, fermement installés sur les terres à babord, il s’agit plutôt du golfe de Kandalakcha, qui ferme au sud-ouest la presqu’île de Kola13.

  • 14 Sur cette identification, remarquablement confirmée par l’archéologie, voir les différents travaux (...)
  • 15 Pour l’énorme dossier d’Haithabu, il suffit de renvoyer à Herbert Jankuhn, Haithabu. Ein Handelspl (...)
  • 16 C’est le point de vue défendu par Niels Lund, dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 12. (...)
  • 17 Cf. F. Mossé, op. cit. (note 6), t. 2, p. 372 (note 94).
  • 18 Ch. Fell résume le débat dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 67.

7Le second voyage relaté (il s’agit désormais d’un voyage régulier, à la différence du précédent, explicitement défini comme un voyage d’exploration) est celui qui conduisit Ohthere de chez lui jusqu’à Sciringes heal, c’est-à-dire Kaupang, à l’entrée du golfe d’Oslo14 ; et de là à Æt Haethum, l’établissement « sur la lande », c’est-à-dire Haithabu, au fond du fjord de la Schlei15. Ohthere nous dit avoir eu successivement dans un très lointain, et même théorique, tribord l’Iraland, puis diverses îles dont il ne donne pas le nom, enfin « cette terre-ci », c’est-à-dire l’Angleterre. On a beaucoup glosé sur cette Iraland : Irlande ou Islande ? Le bons sens géographique voudrait qu’on parle de la seconde ; le bon sens linguistique qu’on parle de la première. Mais qu’a affaire le bon sens géographique, a-t-il été objecté, quand on se réfère à un système de représentation du monde qui n’a pas grand’chose à voir avec le nôtre, et dans lequel surtout l’Islande, lointaine Thulé, trop récemment découverte, n’avait pas encore eu le temps d’être intégrée16 ? C’est oublier que notre informateur est un Norvégien, et même un Norvégien du Nord, pour qui la route la plus directe vers l’Angleterre passait par les archipels de la mer du Nord — Shetland, Orcades — qui furent, avec les Färöer, les véritables marchepieds dans le processus de découverte et de colonisation de l’Islande ; et que, surtout, la mention qu’il fait de ces îles qui séparent l’Iraland de l’Angleterre, renvoie beaucoup plus sûrement aux dits archipels qu’aux quelques îles complètement décentrées de la mer d’Irlande — Man, ou Anglesey. Je pense donc qu’il y a eu cacographie du scribe anglais du xie siècle, et que derrière l’Iraland se cache l’Islande. S’enfonçant ensuite dans le Kattegat, Ohthere nous dit avoir laissé à tribord le Gotland, ce toponyme attrape-tout dans lequel sans doute le G anglais voulait rendre le J de Jutland17 ; puis le Sillende, qui signifie plus logiquement le sud-Jutland que l’île danoise de Sjaelland ou Seeland18. Qu’il eût pendant ce temps le Denamearc à babord ne nous surprendra pas longtemps, dans la mesure où, jusqu’en 871/872 au moins, tout le sud-ouest de l’actuelle Suède était, Scanie incluse, sous le joug danois, et où la progressive intégration de ces territoires dans les Etats du Norvégien Harald aux beaux cheveux put n’avoir pas de conséquences toponymiques immédiates.

  • 19 Sur cette question, voir Lech Leciejewicz, « Zur Entwicklung von Frühstädten an der südlichen Osts (...)

8Le troisième voyage relaté, celui de Wulfstan depuis Haithabu jusqu’à Truso, aide aussi à préciser les contours territoriaux de la puissance danoise. Entre Jutland et Scanie, celle-ci englobait les petites îles qui se déroulaient au sud de Fyn et de Sjaelland, à savoir Langeland, Lolland et Falster. Passée Bornholm (Burgendaland, toponyme qui intéressera l’historien des grandes migrations), le navigateur devait laisser dans un lointain babord, de plus en plus théorique, lui aussi, au fur et à mesure de sa progression vers l’est, les côtes suédoises, puis les îles d’Öland et de Gotland (le mot étant cette fois utilisé à bon escient), tandis qu’à tribord, il ne s’éloignait pas des côtes du Wendland — le pays des Wendes, groupe slave de l’ouest —, et du Witland — le pays des Estes. Le contact de celui-ci avec la mer se faisait par l’intermédiaire de l’Estmere, de toute évidence une lagune protégée par une flèche littorale, dans laquelle se jetaient deux rivières, la Vistule et l’Ilfing, en fait deux bras différents du delta de la première. C’est au débouché de l’Ilfing dans l’Estmere que s’était développé le port de Truso, ultime destination de Wulfstan. On l’identifie volontiers avec l’actuelle ville d’Elblag (cf. l’allemand Elbing, dans lequel on reconnaît le nom de la rivière), située à l’endroit où les eaux du lac Druzno débouchent dans la lagune de la Vistule, et autour de laquelle de nombreux vestiges d’époque viking ont été découverts19.

  • 20 Tacite, Germania, XLV, 2 : éd. Jacques Perret, Paris, 1967, p. 98.
  • 21 Eginhard, Vita Karoli, 12 : éd. Louis Halphen, Paris, 1967, p. 36.

9Les Wendes, les Estes ; et plus haut les Beormas, les Terfinnas : on aura deviné que l’un des mérites du document, et non le moindre, est l’évocation de ces peuples avec lesquels l’historien occidental n’est pas nécessairement familiarisé. Passons sur les peuples germaniques du Nord qui ne font l’objet que d’une simple mention (Danois, Suédois ; ou encore, à la fin du récit d’Ohthere, Angles et Vieux-Saxons) ; passons sur les Norvégiens, abondamment décrits et sur lesquels nous allons revenir ; passons même sur les Slaves du Nord-Ouest — les Wendes — dont rien d’autre n’est dit que leur aire d’influence. Par contre, ce que Wulfstan évoque de la structure politique des Estes, de leur vie sociale et en particulier de leurs coutumes funéraires, justifie qu’on les présente davantage. Tacite les connaissait déjà : il parlait des Æstii qui bordaient la mer des Suèves, mais dont la langue était différente de celle des mêmes Suèves20 ; et quelques siècles plus tard, Eginhard marquait une différence explicite entre les Aisti et les Slaves qui occupaient avec eux les rivages orientaux de la Baltique21. Distincts des Germains, distincts des Slaves, tels étaient bien les Estes, ancêtres des Vieux-Prussiens de la Prusse orientale (c’est-à-dire de la Prusse proprement dite), qui furent l’un des premiers peuples baltes explicitement reconnus dans cette région où ils allaient garder longtemps l’originalité de leur culture et de leur langue. L’intuition de Tacite, ou de ses informateurs, n’était pas si mal fondée quand ils proposaient de comparer celle-ci au breton, car les Estes, ou Prussiens, parlaient — tout comme les Lituaniens ou les Lettons — une langue indoeuropéenne : ils doivent donc être nettement distingués des Estoniens, qui leur ont peut-être emprunté leur nom, mais dont la langue appartient au groupe Finno-Ougrien.

  • 22 C’est le cas de Procope, de Jordanes, de Paul Diacre et de beaucoup d’autres qu’on trouve évoqués d (...)
  • 23 Cette explication est proposée par Alan S.C. Ross, The Terfinnas and Beormas of Ohthere, Leeds, 19 (...)
  • 24 Evocation du débat dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 64.
  • 25 Voir par exemple Paul Johnstone, avec la collaboration de Sean Macgrail, The Seacraft of Prehistor (...)
  • 26 Cf. l’ouvrage d’Alan S.C. Ross, cité note 23, pp. 29-61 ; les travaux de S.K. Kuznetsov et E. Kout (...)
  • 27 Recension des sources dans Alan S.C. Ross, op. cit. (note 23), pp. 29-41.

10C’est à ce groupe, par contre, que doivent être rattachés la plupart des peuples rencontrés par Ohthere dans le grand Nord. D’abord les peuples nomades appelés Finnas dans le nord de la Norvège et Terfinnas dans la presqu’île de Kola. Suivant Ohthere, ils partageaient un même genre de vie, qui les amenait à installer leur campement ici et là à la recherche de gibier et de pêches fructueuses. Ces hommes, éponymes de la Finlande moderne, étaient déjà connus des auteurs de l’Antiquité tardive et du très haut Moyen Age, qui parlaient volontiers de Skrithifinnoi, ou encore de Scridefinni22. Dans tous les cas, on aura reconnu qu’il s’agit de Lapons, le Ter- de Terfinnas résultant peut-être de l’adaptation en norrois, puis en vieil-anglais, du vieux-lapon Tarja, qui désignerait l’extrémité de la péninsule de Kola23. Les Cwenas, des Finno-Ougriens eux aussi, constituaient un groupe sans doute en voie de sédentarisation, puisqu’Ohthere leur attribuait une terre particulière, Cwenaland. On a longtemps débattu pour savoir s’il fallait la situer aux confins de la mer Blanche, ou plutôt sur les bords du golfe de Botnie24. Ce sont les mots mêmes d’Ohthere qui m’amènent à pencher en faveur de la seconde solution : car si ces prédateurs utilisaient bel et bien leurs bateaux légers (on pense naturellement à ces sortes de kayaks que l’iconographie ancienne de la Scandinavie et de la Russie du Nord montre avec une relative profusion25) et la voie des lacs intérieurs pour venir piller les établissements de la côte norvégienne, on ne voit guère d’autre solution que de leur faire remonter les rivières du golfe de Botnie de façon à atteindre les nombreux lacs qui ménageaient un passage à travers la montagne. En outre, les rivages de la mer Blanche avaient commencé d’être colonisés par les seuls Finno-Ougriens qui, au temps d’Ohthere, s’étaient déjà véritablement sédentarisés : les Beormas. Ceux-ci ont fait couler beaucoup d’encre26 : depuis longtemps, on les a identifiés avec les Bjarmar des sagas islandaises et avec les Byarmenses de Saxo Grammaticus27. Dans tous les cas, leur nom dérive du vieux-finnois perm, qui désignait des marchands venus de Carélie, et qu’on retrouve jusqu’au pied des monts Oural, dans la ville et la province de Perm. On n’en déduira pas pour autant que la Biarmie s’étendait jusque-là : les colons agriculteurs venus de la région des lacs caréliens (Onega, Ladoga en particulier) avaient peu à peu étendu leur domination vers le nord, depuis a Dvina à l’est jusqu’à la baie de Kandalakcha à l’ouest : c’est ici qu’Ohthere, qui prétend pourtant n’avoir pas osé s’aventurer chez eux, en a rencontré quelques-uns, et a pu reconnaître, fort justement, que leur langage s’apparentait à celui des Finnas.

  • 28 Voir Gérard Labuda, Zrodla skandynawskie i anglosaksie do dziejow slowianszczyzny Zrodla nordycke, (...)
  • 29 Je pense aux deux chevaux lancés au galop avant d’être sacrifiés aux côtés de leur maître, le Varè (...)
  • 30 Cf. R. Hennig, « Der nordeuropäischen Pelzhandel in den älteren Perioden », Vierteljahrschrift für (...)
  • 31 Peut-être ai-je exagéré quand, dans mes Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Age, t. 1, (...)
  • 32 Données traitées par Detlev Ellmers dans Frühmittelalterliche Handelsschiffahrt in Mittel-une Nord (...)

11Il est dommage qu’Ohthere n’ait pas plus détaillé « les nombreuses informations » que les Beormas lui donnèrent « sur leur propre pays et sur les pays qui les entouraient », car on en aurait peut-être su davantage sur les techniques d’une agriculture qu’il jugea remarquable, et surtout sur le rôle d’intermédiaires commerciaux que les Beormas jouèrent entre les fleuves de la plaine russe et les mers du Nord. Mais ne soyons pas trop exigeants, car l’apport de la double relation à notre connaissance des peuples de l’Europe septentrionale, de leurs coutumes et du rôle qu’ils jouèrent dans l’économie du Nord à la fin du ixe siècle est irremplaçable. Avant de laisser parler le document, et considérant (c’est du moins ce que je souhaite) qu’on en sait maintenant suffisamment pour pouvoir le lire sans être arrêté par les principales difficultés de compréhension qu’il soulève, je voudrais pour conclure attirer l’attention du lecteur vers les quelques données qui font l’inestimable richesse de l’œuvre. D’abord, l’analyse de ces sociétés du Nord, où sont explicitement distingués les peuples nomades (Finnas, Terfinnas) et les peuples sédentaires (Norvégiens, agriculteurs de Biarmie ; ou encore ces Estes dont la vie sociale est organisée, comme chez leurs voisins slaves, autour de nombreux burhs ou enceintes fortifiées)28. Si partout (chez les Norvégiens, les Finnas, les Estes), les puissants sont explicitement distingués par rapport aux autres, les structures de pouvoir apparaissent très variables, depuis les minuscules royautés de l’Est (à Bornholm, chez les Estes) jusqu’aux grandes royautés de l’Ouest. Des rapports de force existent entre les communautés : les Norvégiens du Helgeland exploitent durement les Finnas, qui sont leurs tributaires, mais sont à la merci des Cwenas, qui lancent parfois chez eux des raids dévastateurs. Nul n’est mieux décrit parmi ces peuples que les Estes du Witland : Wulfstan dit tout de leurs boissons, de leur connaissance de la congélation, et surtout de leurs pratiques funéraires, orientées vers l’incinération : la course de chevaux à laquelle celle-ci donne lieu n’est peut-être pas sans rapport avec certains rites sacrificiels observés chez d’autres peuples contemporains29 ; mais si ici les chevaux ne sont pas mis à mort, c’est peut-être grâce au rôle qu’ils jouent dans l’économie, ou au signe qu’ils constituent de la puissance sociale — chez les Estes, seuls les riches boivent du lait de jument. Enfin, l’apport de l’oeuvre dans les domaines de l’histoire économique et singulièrement de l’histoire des échanges maritimes est absolument prodigieux. Rien n’est omis de l’exploitation de la faune domestique aussi bien que sauvage, et, parmi celle-ci, continentale (rennes, ours, loutres) aussi bien que marine (phoques, morses, baleines) : on voit les hommes s’approvisionner en ces produits (plumes, peaux, fourrures) et en leurs dérivés (cordages de navires, ivoire) qui allaient faire, des siècles durant, la fortune du Nord30. C’est, entre autres raisons et comme il le dit lui-même, pour étendre son marché d’approvisionnement qu’Ohthere se risqua sur des mers inconnues, prêt à endurer une attente de plusieurs jours dès que la côte tournait, donc que le cap changeait — parce que les navires de ce temps, équipés d’une simple voile carrée, n’avaient guère les moyens de progresser contre le vent31. Et c’est avec un vaisseau plein, probablement un knörr, capable — on le déduit aisément des données fournies par le texte32 — de filer à vive allure, qu’après un hivernage forcé dans sa demeure du Nord, il reprenait la route, maintenant celle du sud, pour aller vendre sa cargaison : peut-être, une fois à jamais, en Angleterre ; mais plus régulièrement à Sciringes heal, le grand emporium norvégien, et à Haithabu, le grand emporium danois. Ici et là, il rencontrait d’autres marchands, éventuellement venus d’ailleurs : de Frise, ou d’Angleterre — comme Wulfstan. Et qui, comme Wulfstan, s’apprêtaient à appareiller pour les ports de la Baltique orientale, pour Truso par exemple. Sciringes heal, Truso : sans les rapports de Wulfstan et d’Ohthere, ces noms ne seraient jamais parvenus jusqu’à nous, en tout cas dans leur forme ancienne. Que faut-il ajouter de plus ?

***

12Deux remarques liminaires : 1) Au risque de la lourdeur, mais au bénéfice de la fidélité, j’ai voulu faire une traduction aussi littérale que possible ; 2) Pour ne pas faire double emploi avec l’introduction qu’on vient de lire, j’ai limité l’appareil critique au strict minimum : il m’a paru en particulier inutile de redonner en note toutes les précisions relatives à la géographie des voyages et des populations qui ont été données dans les pages qui précèdent.

I. - La relation d’Ohthere

  • 33 La Westsae, qu’on opposera bien sûr à l’Ostsae, la Baltique. Il s’agit naturellement de la Mer du (...)

13Ohthere dit à son seigneur le roi Alfred qu’il était de tous les Norvégiens celui qui vivait le plus au nord ; il dit qu’il vivait tout au nord du pays qui longeait la mer de l’Ouest33. Il dit qu’à partir de là la terre s’étendait encore très loin vers le nord, mais qu’elle n’était plus habitée, sinon qu’ici et là, en de rares endroits, les Finnas venaient installer leur campement pour chasser pendant l’hiver, et pour pêcher en mer pendant l’été.

  • 34 On ne s’arrêtera pas à l’apparente contradiction entre le fait qu’Ohthere prétend n’être pas allé (...)
  • 35 Le texte dit horshwael : j’ai laissé la traduction littérale, pour bien marquer que, dans l’esprit (...)
  • 36 Il n’est pas sans intérêt de relever que les spécialistes distinguent à partir du règne d’Alfred u (...)
  • 37 L’aune nordique vaut 18 pouces, soit environ 46 centimètres : cf. F. Mossé, op. cit. (note 6), t.  (...)

14Il dit qu’un jour il voulut rechercher jusqu’où la terre s’étendait vers le nord, et si quelqu’un habitait au nord de la terre qui n’était pas occupée : il partit ainsi plein nord en longeant la côte, gardant sans discontinuer pendant trois jours la terre inhabitée sur son tribord, et la pleine mer sur son babord. Ainsi parvint-il aussi loin vers le nord qu’allaient les chasseurs de baleines. Pendant les trois jours qui suivirent, il continua de faire voile vers le nord aussi loin qu’il le put. Alors, la côte bifurqua vers l’est à moins qu’un bras de mer s’insinuât dans la terre — il ne savait au juste, sinon qu’il dut attendre un vent d’ouest et un peu de nord, et qu’alors seulement il put faire voile vers l’est, tant que cela fut possible, c’est-à-dire pendant quatre jours. Alors, il dut attendre un vent de plein nord, car la côte était maintenant orientée plein sud, à moins que, il ne le savait pas davantage, un bras de mer pénétrât dans cette terre. Alors, il fit voile plein sud le long de la côte, aussi loin qu’il le put pendant cinq jours, jusqu’à ce qu’un grand fleuve les invitât à pénétrer dans le pays. Ils en remontèrent le cours, n’osant pas aller au-delà par crainte de réactions hostiles dans la mesure où l’autre rive du fleuve était tout entière habitée. En effet, il n’avait pas depuis son départ traversé la moindre terre habitée : tout au long de la route, il avait gardé sur son tribord une terre qui n’était occupée que de pêcheurs, d’oiseleurs et de chasseurs — tous des Finnas —, et gardé la pleine mer sur son babord. Les Beormas cultivaient remarquablement leur terre, mais ils n’osèrent pas s’aventurer chez eux ; la terre des Terfinnas par contre était totalement inoccupée, sauf dans les rares endroits où les chasseurs, les pêcheurs et les oiseleurs installaient leur campement. Les Beormas lui donnèrent beaucoup d’informations34 aussi bien sur leur propre pays que sur les pays qui les entouraient, mais il ne savait pas si tout cela était vrai car il ne l’avait pas vu de ses propres yeux. Il lui sembla que les Finnas et les Beormas parlaient à peu près le même langage. S’il était allé là-bas, c’était surtout, en plus du désir d’explorer cette terre, pour les « baleines-cheval » (= les morses)35, parce qu’elles avaient dans leurs défenses un excellent ivoire — d’ailleurs ils en apportèrent quelques-unes au roi (Alfred)36 — et que leur peau était très bonne pour les cordages de navires. Cette baleine est beaucoup plus petite que les autres baleines : elle n’a pas plus de sept aunes de long37. Mais c’est dans son propre pays que la chasse à la baleine est la plus fructueuse : elles y ont quarante-huit aunes de long, les plus grandes cinquante aunes ; il dit qu’avec cinq équipiers lui-même réussit à en tuer soixante en deux jours.

  • 38 « Stoelhranas », rennes domestiqués qui servaient à attirer les rennes sauvages, comme les « appel (...)
  • 39 Que cette remarque ait été notée montre bien la surprise des Anglo-Saxons, qui n’utilisaient que d (...)

15Il était un homme très riche en ces biens qui chez lui déterminent la richesse, c’est-à-dire en animaux sauvages : au moment de partir voir le roi, il en avait six cents, apprivoisés et non encore vendus. Ces animaux, ils les appelaient des rennes ; six d’entre eux étaient des rennes-appâts38 : ils étaient très appréciés par les Finnas, qui les utilisaient pour capturer les rennes sauvages. Il comptait parmi les hommes les plus importants de son pays, bien qu’il n’eût que vingt bœufs, vingt moutons et vingt porcs ; et que le peu qu’il labourait, il le labourât avec des chevaux39. Mais leur richesse provient surtout du tribut que leur paient les Finnas : ce tribut consiste en peaux d’animaux, en plumes d’oiseaux, en os de baleines, en cordages de bateaux faits avec des peaux de baleines et des peaux de phoques. Chacun paie selon son rang : un homme du plus haut rang doit verser quinze peaux de martre, cinq de rennes, une d’ours, dix balles de plumes, un manteau de peau d’ours ou de loutre, et deux cordages de navires, dont chacun doit avoir soixante aunes de long, l’un fait de peau de baleine, l’autre de peau de phoque.

16Il dit que la terre des Norvégiens est très longue et très étroite. Tout ce qui peut donner lieu à pacage ou labourage s’étend le long de la mer ; et encore cela reste-t-il en de nombreux endroits très rocheux. Des montagnes sauvages s’étendent à l’est, au-delà et le long de la zone cultivée ; dans ces montagnes vivent les Finnas ; et plus on va vers l’est (= le sud-est), plus la zone cultivée est large ; plus on va vers le nord, plus elle est étroite : à l’est (= au sud-est) elle peut avoir soixante miles de large ou un peu plus ; au centre, trente ou un peu plus ; et il dit qu’au nord, là où elle est la plus étroite, il pouvait suffire de trois miles pour atteindre la montagne. Celle-ci est dans certains endroits d’une largeur telle qu’il faut deux semaines pour la traverser, telle en d’autres endroits qu’il ne faut que six jours. De l’autre côté de la montagne, longeant le pays depuis le sud jusque loin vers le nord, se trouve la Suède ; et, longeant le pays tout au nord, se trouve le pays des Cwenas ; parfois les Cwenas conduisent à travers la montagne des raids contre les Norvégiens ; et parfois les Norvégiens conduisent des raids contre eux. Dans ces montagnes il y a de très grands lacs d’eau douce, et les Cwenas transportent leurs bateaux de la terre ferme jusqu’à ces lacs ; et c’est de là qu’ils attaquent les Norvégiens : ils ont en effet des bateaux très petits et très légers.

  • 40 Je rappelle que tout le sud-ouest de l’actuelle Suède était, au moins jusqu’en 871/872, sous autor (...)

17Ohthere dit que la région qu’il habitait s’appelait Halgoland. Il dit que personne n’habitait plus au nord que lui. Mais il y a un port au sud du pays qu’on appelle Sciringes heal. Il dit qu’à la voile on pouvait y arriver en un mois, pourvu qu’on campât la nuit et qu’on eût chaque jour un vent favorable ; et il fallait tout au long de la route longer la côte. A tribord on laissait d’abord l’Iraland ; puis les îles qui se trouvent entre l’Iraland et cette terre (= l’Angleterre) ; enfin cette terre jusqu’à ce qu’on arrive à Sciringes heal ; et tout au long de la route on garde la Norvège à babord. Au sud de Sciringes heal, une très grande mer s’enfonce dans la terre ; elle est si large qu’on ne peut voir d’une rive à l’autre. De l’autre côté s’étend le Gōtland (= le Jutland) et ensuite le Sillende : jusqu’à ces terres, la mer s’étend sur plusieurs centaines de miles. Et de Sciringes heal, il dit qu’il faisait voile pendant cinq jours jusqu’au port qu’on appelle AEt Haethum, qui se trouve au milieu des Wendes, des Saxons et des Angles, et qui appartient aux Danois. Tandis qu’il naviguait de Sciringes heal en direction de ce port, il avait pendant trois jours le Denamearc sur son babord40, et la pleine mer sur son tribord ; ensuite, pendant les deux jours qu’il lui fallait pour atteindre Haethum, il avait à tribord le Gotland, puis le Sillende et beaucoup d’îles — dans ces parages avaient vécu les Angles avant qu’ils ne vinssent sur cette terre (= l’Angleterre) ; et pendant ces deux jours il avait à babord les îles qui appartiennent au Denamearc.

II. - La relation de Wulfstan

  • 41 Le texte dit « Langaland, Laeland, Falster, Sconeg ».
  • 42 « Burgenda land » dit le texte. Il s’agit bien sûr d’un des points de départ de la grande migratio (...)
  • 43 Le texte dit « Blecingaeg, Meore, Eowland, Gotland ».

18Wulfstan dit que, voyageant depuis Haethum, il gagnait Truso en sept jours et sept nuits, le navire restant sous voile tout au long de la route. Il avait le Wendland à tribord ; et à babord il avait Langeland, Lolland, Falster et la Scanie41 ; et toutes ces terres appartiennent au Danemark. Ensuite nous avions Bornholm42 à babord ; les habitants y ont leur propre roi. Ensuite, après Bornholm, nous avions à babord les terres qui s’appellent d’abord Blekinge, puis Möre, Öland et Gotland43, ces terres appartiennent aux Suédois. Et tout au long de la route, nous avions à tribord le Wendland jusqu’à l’embouchure de la Vistule. La dite Vistule est un très grand fleuve, et elle sépare le Witland du Wendland, et le Witland appartient aux Estes. La Vistule coule du Wendland dans l’Estmere, et l’Estmere a au moins quinze miles de large. Ensuite l’Ilfing se jette dans l’Estmere depuis le lac sur le bord duquel se trouve Truso. Et l’Ilfing à l’est depuis l’Estland et la Vistule au sud depuis le Wendland se jettent ensemble dans l’Estmere. Et ainsi la Vistule prive l’Ilfing de son nom, et s’échappe du lac pour se jeter au nord-ouest dans la mer, car on appelle l’estuaire les bouches de la Vistule.

  • 44 On ne s’étonne pas de trouver ce mot anglo-saxon, devenu familier pour les Anglais du temps du roi (...)
  • 45 Il s’agit naturellement ici d’un exemple proposé par Wulfstan, qui ne contredit absolument pas le (...)

19L’Estland est très vaste ; et on y trouve de nombreux burh44. Dans chaque burh il y a un roi. Et il y a énormément de miel et de poisson. Le roi et les hommes les plus puissants boivent du lait de jument ; les pauvres et les esclaves boivent de l’hydromel. Il y a beaucoup de conflits entre eux. Et on ne brasse pas de bière chez les Estes, mais il y a une grande quantité d’hydromel. Et il y a une coutume chez les Estes qui veut que quand un homme est mort, il repose chez lui sans être incinéré, pendant un mois et quelquefois deux, au milieu de ses parents et de ses amis. Et les rois et les autres hommes de haut rang restent ainsi sans être incinérés en reposant sur le sol de leur propre maison d’autant plus longtemps qu’ils sont plus riches — parfois jusqu’à une demi-année. Et tout le temps pendant lequel le corps repose à l’intérieur, il doit y avoir des beuveries et des réjouissances jusqu’au jour de l’incinération. Venu le jour où l’on s’apprête à transporter le corps jusqu’au bûcher, on partage ses biens, du moins tout ce qui en reste après les beuveries et les réjouissances, en cinq ou six lots, quelquefois plus, suivant leur importance. Alors on installe le plus gros lot à environ un mile de l’établissement, puis le second, puis le troisième, de manière à ce que tout soit ainsi réparti à l’intérieur de ce seul mile, et que le plus petit lot soit installé au plus près de l’endroit où repose le défunt. Alors tous les hommes qui dans le pays possèdent les chevaux les plus rapides se rassemblent à environ cinq ou six miles de là ; et tous se lancent au galop vers les lots : celui qui a le cheval le plus rapide arrive au premier lot, qui est aussi le plus gros, et ainsi de suite jusqu’à ce que tout ait été emporté ; et il a le plus petit lot celui qui termine sa course au plus près de l’établissement. Alors chacun d’eux reprend sa route avec son lot, et il lui est permis de le garder tout entier. C’est pour ça que les chevaux rapides ont là-bas beaucoup de prix. Et quand les biens du défunt ont été ainsi répartis, alors on le transporte hors de chez lui et on l’incinère avec ses armes et ses vêtements. Et très souvent ils gaspillent toute la fortune du défunt avec ce qu’ils consomment durant la longue période où il repose dans la maison et avec ce qu’ils répartissent le long de la route et qu’emportent à la course les cavaliers étrangers. Et c’est la coutume chez les Estes que les hommes de chaque tribu soient incinérés, et si un os est trouvé pas tout à fait brûlé, ils doivent payer une forte amende. Et il existe parmi les Estes une tribu capable de créer le froid ; et c’est pour cette raison que les morts peuvent reposer si longtemps sans se décomposer, parce qu’ils les gardent au froid. Et si on leur amène deux vases remplis de bière45 ou d’eau, ils parviennent à faire geler l’un aussi bien que l’autre, que ce soit l’été ou l’hiver.

Notes

1 Michel Mollat, dans l’Histoire universelle des explorations dirigée par L.H. Parias, t. 1, De la Préhistoire à la fin du Moyen Age, Paris, 1955, pp. 291-292.

2 Par exemple dans Marguerite-Marie Dubois, La littérature anglaise du Moyen Age (500-1500), Paris, 1962, pp. 18-19 ; dans Bertil Almgren et collaborateurs, Les Vikings, adaptation française dirigée par Michel de Bouard, Paris, 1968, pp. 24-25 et 48 ; dans Stéphane Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Age, t. 2, Corpus des sources écrites, Lille, 1983, pp. 211-217. Je précise tout de suite que j’ai corrigé pour la présente édition certaines erreurs ou approximations de ma traduction partielle de 1983.

3 Je veux remercier ici Monsieur Lucien Musset, qui m’a aidé à compléter ma bibliographie, et Monsieur Jean-Marie Maillefer, qui m’a autorisé à consulter sa thèse inédite sur Les marges septentrionales de l’Occident médiéval. Le Nord de la Scandinavie du ixe au xive siècle, Caen, 1973.

4 Voir par exemple, pour n’avoir pas à recourir à une bibliographie aussi volumineuse que dispersée, James Campbell et collaborateurs, The Anglo-Saxons, Oxford, 1982, en particulier le dossier réuni par P. Wormald sur les Alfredian Manuscripts, pp. 158-159 ; et le catalogue de l’exposition The golden age of Anglo-Saxon art, édité par Janet Backhouse, D.H. Turner et Leslie Webster, Londres, 1984, 1re partie, pp. 18-44, sur « The legacy of Alfred ».

5 Voir Niels Lund, Christine E. Fell et collaborateurs, Two voyagers at the Court of King Alfred, York, 1984, pp. 13-14. Je ne dirai jamais assez l’aide précieuse que cette toute récente publication (précédée par une édition danoise, Roskilde, 1983) m’a apportée.

6 Il est indispensable d’évoquer l’édition maîtresse de Henry Sweet, King Alfred’s Orosius, Early English Text Society, Original Series no 79, Londres, 1883. La plupart des éditeurs modernes ont repris tel quel le texte établi par Sweet : c’est en particulier le cas de N. Lund et Ch. Fell (V. note 5), et de Fernand Mossé, qui a publié in extenso les Voyages d’Ohthere et de Wulfstan dans son Manuel de l’Anglais du Moyen Age des origines au xive siècle, I, Vieil-Anglais, t. 1, Paris, 1945, pp. 223-230.

7 Cf. Kemp Malone, « King Alfred’s North : a study in mediaeval geography », Speculum, t. 5, 1930, pp. 139-167, en particulier p. 158 ; ou encore N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 65.

8 Cf. F. Mossé, op. cit. (note 6), t. 2, p. 373 (note 107).

9 Cf. K. Malone, op. cit. (note 7), pp. 153-158.

10 Cf. R. Ekblom, « Alfred the Great as Geographer », dans A philological Miscellany presented to Eilert Ekwall, Uppsala, 1942, pp. 122-124.

11 R. Ekblom, op. cit. ci-dessus, p. 123.

12 Voir K. Malone, op. cit. (note 7), p. 159 ; R. Ekblom, op. cit. (note 10), p. 137 ; N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), carte pp. 26-27.

13 Ce point de vue avait été défendu par plusieurs chercheurs, en particulier Storm, « Om opdagelsen av Nordkap », Det Norske Geogr. Selsk. Arsbok, t. 5, p. 95. Récapitulation dans R. Ekblom, op. cit. (note 10), p. 137, note 2.

14 Sur cette identification, remarquablement confirmée par l’archéologie, voir les différents travaux de Charlotte Blindheim, en particulier Kaupang, markedsplassen i Skiringsaal, Oslo, 1953, ou, plus récemment, « Kaupang in Skiringsaal, a norwegian port of trade from the Viking Age », dans Vor-und Frühformen der europäischen Stadt im Mittelalter, dirigé par H. Jankuhn, W. Schlesinger, H. Steuer, t. 2, Göttingen, 1974, pp. 40-57.

15 Pour l’énorme dossier d’Haithabu, il suffit de renvoyer à Herbert Jankuhn, Haithabu. Ein Handelsplatz der Wikingerzeit, 6e édition, Neumünster, 1976 ; voir en particulier les pp. 166-172.

16 C’est le point de vue défendu par Niels Lund, dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 12. C’est vers 860 que les premiers Norvégiens débarquèrent en Islande et vers 870 que débuta le processus de colonisation : cf. Lucien Musset, Les Invasions : le second assaut contre l’Europe chrétienne (viie-xie siècle), 1re édition, Paris, 1965, p. 124.

17 Cf. F. Mossé, op. cit. (note 6), t. 2, p. 372 (note 94).

18 Ch. Fell résume le débat dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 67.

19 Sur cette question, voir Lech Leciejewicz, « Zur Entwicklung von Frühstädten an der südlichen Ostseeküste », Zeitschrift für Archäologie, t. 3, 1969, pp. 182-210 ; ou les survols d’Aleksander Gieysztor dans Histoire de la Pologne, Varsovie, 1972, p. 46 ; et de Ch. Fell, dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 68.

20 Tacite, Germania, XLV, 2 : éd. Jacques Perret, Paris, 1967, p. 98.

21 Eginhard, Vita Karoli, 12 : éd. Louis Halphen, Paris, 1967, p. 36.

22 C’est le cas de Procope, de Jordanes, de Paul Diacre et de beaucoup d’autres qu’on trouve évoqués dans la thèse de Jean-Marie Maillefer citée note 3, pp. 51-60 : la racine Skrithi-, Stride-, Scridi- renvoie à la pratique du ski répandue chez les anciens Lapons : cf. Maillefer, op. cit., p. 58. Ainsi, comme me l’a fait remarquer Michel Rouche, se trouve élucidé un petit problème que je n’avais pas su résoudre dans mon interprétration des Versus de Asia et de universi mundi rota, dans mes Marchands et navigateurs frisons cités note 2, t. 2, p. 210.

23 Cette explication est proposée par Alan S.C. Ross, The Terfinnas and Beormas of Ohthere, Leeds, 1940, pp. 25-27 ; elle me paraît préférable à l’interprétation de S.K. Kuznetsov, qui voit dans les Terfinnas des « Lapons de la forêt » (du vieux-norrois tré-, forêt) : cf. E. Koutaissof, « Ohtheriana I : Kuznetsov on Biarmia », English and Germanic Studies (Birmingham), t. 1, 1948-1949, pp. 20-33, en particulier p. 21.

24 Evocation du débat dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), p. 64.

25 Voir par exemple Paul Johnstone, avec la collaboration de Sean Macgrail, The Seacraft of Prehistory, Londres et Henley, 1980, pp. 102-113.

26 Cf. l’ouvrage d’Alan S.C. Ross, cité note 23, pp. 29-61 ; les travaux de S.K. Kuznetsov et E. Koutaissof cités note 23 ; les travaux plus récents de l’historiographie soviétique recensés par Håkon Stang dans « Biarmia i sovjetisk historiografi », Historisk Tidsskrift t. 57, Oslo, 1978, pp. 300-310 ; et surtout Hâkon Stang, Bjarmene-deres identitet, eksistensgrunnlag og forbindelser med andre folkeslag, Hovedfagsoppgave, Historisk Institua, Oslo, 1977.

27 Recension des sources dans Alan S.C. Ross, op. cit. (note 23), pp. 29-41.

28 Voir Gérard Labuda, Zrodla skandynawskie i anglosaksie do dziejow slowianszczyzny Zrodla nordycke, Poznan, 1961. Sur l’organisation politique et sociale des Vieux-Prussiens ou Estes, voir en dernier lieu Manfred Hellmann, « Die Baltischen Völker zwischen Slaven, Ugrofinnen und Skandinavien », dans Gli Slavi occidentali e meridionali nell’alto Medioevo, XXXe Settimana di Spoleto, 1982, ed. 1983, t. 2, pp. 515-550, en particulier pp. 524-525. Et sur la multiplication des enceintes fortifiées (grody) dans l’espace polonais aux viie-ixe siècles, voir, au milieu d’une littérature très abondante, Aleksander Gieysztor, op. cit. (note 19), pp. 47-48 ; Witold Hensel, Les origines de l’Etat polonais, Varsovie, 1960, pp. 148-154 ; ou encore le catalogue de l’exposition Die Anfänge der polnischen Städte im Lichte der archäologischen Bodenforschung, Cologne, 1977, rédigé par Wlodzimierz Blaszczyk, avec une introduction (pp. 7-20) par Heiko Steuer.

29 Je pense aux deux chevaux lancés au galop avant d’être sacrifiés aux côtés de leur maître, le Varègue dont Ibn Fadlan assista aux funérailles sur les bords de la Volga en 922 : cf. Régis Boyer, dans Régis Boyer et Eveline Lot-Falck, Les religions de l’Europe du Nord, Paris, 1974, pp. 49-54. Si chez les Estes les chevaux ne sont pas sacrifiés, on retrouve dans un cas comme dans l’autre le galop, symbole de puissance et de vie, associé au rituel funéraire.

30 Cf. R. Hennig, « Der nordeuropäischen Pelzhandel in den älteren Perioden », Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, t. 28, 1930, pp. 1-25 ; et Robert Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Age, Paris, 1980, en particulier t. 1, pp. 319-322.

31 Peut-être ai-je exagéré quand, dans mes Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Age, t. 1, Essai, Lille, 1983, p. 179 et pp. 191-192, je leur refusais toute progression contre le vent. Ole Crumlin-Pedersen pense que dans ces conditions ils pouvaient quand même atteindre une vitesse de 1,5 à 2 nœuds (cf. sa contribution au livre de N. Lund et Ch. Fell cité note 5, p. 32).

32 Données traitées par Detlev Ellmers dans Frühmittelalterliche Handelsschiffahrt in Mittel-une Nordeuropa, Neumünster, 1972, pp. 248-253 ; et dans mes Marchands et navigateurs frisons cités ci-dessus note 31, t. 1, pp. 206-207.

33 La Westsae, qu’on opposera bien sûr à l’Ostsae, la Baltique. Il s’agit naturellement de la Mer du Nord, ou mieux, de l’Atlantique Nord.

34 On ne s’arrêtera pas à l’apparente contradiction entre le fait qu’Ohthere prétend n’être pas allé chez eux et le fait qu’il en rencontra. Les Beormas, dont on sait par ailleurs qu’ils se faisaient à l’occasion marchands, pouvaient bien de temps à autre gagner l’autre rive de la « grande rivière ».

35 Le texte dit horshwael : j’ai laissé la traduction littérale, pour bien marquer que, dans l’esprit d’Ohthere, les morses étaient assimilés aux baleines. Sur l’origine du mot, qui n’exclut pas une erreur d’interprétation phonétique de la part des interlocuteurs d’Ohthere, voir Ch. Fell, dans N. Lund et Ch. Fell, op. cit. (note 5), pp. 58-59.

36 Il n’est pas sans intérêt de relever que les spécialistes distinguent à partir du règne d’Alfred un « Winchester style » dans la sculpture de l’ivoire : cf. Leslie Webster dans The golden age..., op. cit. (note 4), p. 19.

37 L’aune nordique vaut 18 pouces, soit environ 46 centimètres : cf. F. Mossé, op. cit. (note 6), t. 2, p. 370 (note 40).

38 « Stoelhranas », rennes domestiqués qui servaient à attirer les rennes sauvages, comme les « appelants » de nos chasses modernes.

39 Que cette remarque ait été notée montre bien la surprise des Anglo-Saxons, qui n’utilisaient que des bœufs pour le labour.

40 Je rappelle que tout le sud-ouest de l’actuelle Suède était, au moins jusqu’en 871/872, sous autorité danoise.

41 Le texte dit « Langaland, Laeland, Falster, Sconeg ».

42 « Burgenda land » dit le texte. Il s’agit bien sûr d’un des points de départ de la grande migration burgonde des iiie-ve siècles : cf. Lucien Musset, Les Invasions : les vagues germaniques, 1re édition, Paris, 1965, p. 111.

43 Le texte dit « Blecingaeg, Meore, Eowland, Gotland ».

44 On ne s’étonne pas de trouver ce mot anglo-saxon, devenu familier pour les Anglais du temps du roi Alfred, qui entreprit la construction de nombreuses enceintes fortifiées : voir P. Wormald, dans l’ouvrage dirigé par James Campbell, The Anglo-Saxons, op. cit. (note 4), pp. 152-153.

45 Il s’agit naturellement ici d’un exemple proposé par Wulfstan, qui ne contredit absolument pas le fait, noté plus haut, que les Estes ne brassaient pas de bière.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.