Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

Les eaux du Marquenterre

R. Fossier

Texte intégral

1Dans le volume de « Mélanges » dédié en 1951 à la mémoire de Louis Halphen, Michel Mollat donna un article resté célèbre sur les hôtes de l’abbaye de Bourbourg ; un document du xiiie siècle lui permit de mettre en lumière les conditions de la conquête de sol neuf sur la mer et sa défense au nord du Boulonnais : culture, élevage, soins des digues ou des drains au travers d’obligations pesant sur les hommes. Ce n’est donc pas s’éloigner de ses soucis que d’offrir un écho un peu plus méridional du même problème.

  • 1 Vieilli pour sa partie économique, demeure fondamental pour la géographie physique. A. Demangeon, (...)

2Le Marquenterre, dont le nom se restreint aujourd’hui au bourrelet de dunes qui domine de quelques trente mètres le nord de la baie de Somme, désignait au Moyen Age toute la terre inclue entre cette baie et celle de l’Authie et qui s’étendait à l’intérieur jusqu’au pied de la falaise morte, quelques 120 km2. C’est un paysage fortement contrasté qui s’y offre au voyageur : d’un côté l’épais manteau de sable que peinent à fixer les pins et les oyats, domaine que seul anime la vogue des bains de mer ; de l’autre les « bas champs » de prairies encloses, de digues où courent les chemins, de chenaux entrelacés, quelquefois de marais et où l’habitat s’égaille dans la verdure sur une terre molle et plate. Les anciens cordons littoraux, très près de la lèvre du plateau calcaire, n’offrent que de faibles éminences, 7 m, 12 m ; les labours y prédominent et c’est là que les villages se sont fixés1. L’objet de cet article est de dire ce que l’on sait de la conquête essentielle de ces sols.

3Le premier trait qui frappe, à la lecture des 70 ou 80 actes qui concernent cette partie du littoral picard entre le xe et la fin du xiiie siècle, c’est l’isolement complet de la région au sens originel du mot : comme le montrent encore les cartes du xviiie siècle, un chapelet de marécages, ennoyant les embouchures de l’Authie et de la Maye, bordant à l’est les cordons émergés, coupe de tout contact aisé avec le plateau crayeux la dépression dessinée entre les dunes et les villages : une fois retirées les terres gagnées sur la mer en des temps plus récents, c’est un bloc de 5 km sur 10 qui a été conquis au Moyen Age, et on en sait assez pour en décrire quelques aspects.

  • 2 A Rue le comte perçoit 21 sous par bateau débarquant à quai (B.n. lat. 10112, fol. 152) ; la villa (...)
  • 3 Atlas archéologique de Picardie (dir. R. Agache), feuille de Rue.
  • 4 Cession par le comte de Paris Bouchard des trois villae et d’une église (B.n. lat. 12704, fol. 152 (...)
  • 5 Dom Grenier, vol. XCIII, fol. 201.

4Au départ aucune certitude ; cette zone amphibie est sans cesse menacée par la mer : en 1209 on accède en bateau jusqu’à Rue ; en 1256 les flots battent encore Saint-Quentin en Tourmont2. La région est terre publique : le comte de Ponthieu est avec le roi le seul dont on note les concessions pendant trois siècles. Pourtant l’archéologie aérienne a décelé des traces d’occupation protohistorique entre Mayoc et Saint-Firmin, une dizaine d’enclos emboités les uns dans les autres et au sec ; ailleurs la mer a tout recouvert ou n’a rien toléré3. Malheureusement les toponymes résistent à tout essai de localisation dans le temps. Passe pour Mayoc, dérivé probable de la celtique Maye, peut-être Rue souvenir déformé d’un gué entre deux collines et sur la Maye (-rito ?) ; mais Quend ? Herre ? Waben ? Froise ? sont-ils celtiques, alors que sur le plateau, en arrière, Arry, Tigny, Vercourt, Villers, Montiers, Aulnay, Colline-Beaumont attestent une occupation plus tardive, des premiers siècles de notre ère, voire carolingienne. La première lueur est de 999 : Saint-Valery y tient trois villae à Quend, à Herre et « au mont Collot » (qu’il faut peut-être identifier avec Colline), ceci par un don du gendre de Robert le Pieux, rien en tout cas qui marque un début de conquête, sinon le rôle prédominant qui a dû être joué par les villages au sec4. En revanche la mention en 1100 d’une villa comtale à Froise au beau milieu du marais, cédée à Saint-Pierre d’Abbeville, laisse présumer que la colonisation a commencé en terre humide5. Les actes du xiie siècle sont rares, mais comme c’est entre 1190 et 1210 que l’organisation définitive des terroirs est couchée par écrit, il faut bien admettre que l’effort essentiel se contient au xiie ; d’ailleurs les nouveaux toponymes peuvent être de ce temps : Moncheau, Routhiauville, Saint-Quentin, le Quesnel, Saint-Firmin, Cantereine, les Retz, le Royon, Gerville ou Larronville.

  • 6 Nous possédons 84 noms de personne cités dans les divers textes utilisés, soit comme acteurs soit (...)
  • 7 Somme 30 H 2, fol. 177.
  • 8 La « chaussée Duhamel » en 1163 (P. de C. Domm. II, fol. 56), galières de Robert Dronkart et de Se (...)
  • 9 En 1247 on « cerquemanne » les ténements de Saint-Riquier (lat. 10112, fol. 177 v°) ; en 1210 le c (...)
  • 10 Parmi les actes comportant des indications des lieux-dits, hormis les délimitations de banlieue ci (...)
  • 11 Lat. 10112, fol. 288, 177 v°.
  • 12 A Rue le comte prélève une taxe sur la cervoise, 2 setiers de vin par tonneau, et un minage de blé (...)
  • 13 Les prés salés sont appelés aquatiae : dons du comte de Montreuil en 1100( ?) (lat. 12696, fol. 23 (...)
  • 14 Pacage sur les « estaules » à Mayoc et Waben en 1248 (lat. 10112, fol. 177 v°). Dans la charte de (...)
  • 15 Cens prélevés sur des prés ou cession de « fauchée » en 1210, 1236, 1269 (lat. 10112, fol. 152 ; l (...)
  • 16 1235 (lat. 10112, fol. 291 v°), 1296 (lat. 12704, fol. 181). A Rue le comte prélèvera 1 denier par (...)
  • 17 Lat. 10112, fol. 177 v° pour le cerquemanage ; la grange des dunes est cédée par le comte Guillaum (...)

5Si nous ignorons tout des techniques de drainage, au moins a-t-on quelques notions des étapes du travail : les paysans, quelquefois des hôtes, mais plus souvent des hommes du cru6 sont au coude à coude, 14 et 18 annoncent des actes de Valloires près de Herre7. Ils élèvent des digues, des « royons », des « galières » qui semblent mises en adjudication et portent parfois le nom du maître d’œuvre8. La terre ainsi isolée devient une molière, une « mouillère » qu’on assèche par des canaux, les courses, les nocs, termes qu’emploient encore les paysans de l’endroit ; le sol est partagé en tenures que l’on mesure et que l’on clôt, on les dit « cerquemannées » ; il y pèsera un terrage et non pas un cens en argent, et des dîmes novales, bien entendu9. Ce ne sont pas de grandes surfaces, 2, 10, 26 journaux pour quelques exemples précis que l’on a ; mais tout le Marquenterre est touché autant qu’on puisse identifier les microtoponymes : on les repère au nord vers Moncheau et Routhiauville, au centre à la « foraine » de Herre ou de Quend, au sud vers le Crotoy10. Quelquefois le comte abandonne pour l’œuvre de vastes plans d’eau, comme pour Saint-Valery en 1215 doté de l’Authie aux dunes, ou pour Saint-Riquier en 1247 du Crotoy à Becquerelle11. On y fait du blé porté au moulin, de l’avoine menée à la brasserie, peut-être même de la vigne12. Si le sol ne peut pas être parfaitement égoutté, particulièrement sur les molières de bord de mer, l’élevage domine : des moutons sur les prés salés13, mais aussi des bovins qu’on laisse en pacage sur les chaumes et dont l’abattage pour la boucherie est un des traits les plus originaux de la charte de Rue14. On a même l’impression que le pré de fauche, si rare avant 1300 dans ces régions, prend assez d’importance pour faire l’objet d’une corvée comtale en 121015. On est davantage surpris par les mentions de bois alors que le paysage actuel n’en comporte presque plus : s’agit-il de reboisement ? de sols exondés mais incultes, les « froks », les « frustes » dont parle la charte de Rue ? ou bien de la végétation arbustive des dunes proches ? En tous cas le bois reste comtal : il est en nova defensio, gardé et clos ; autour de Rue son éventuelle exploitation est sévèrement réglementée et ce qui en reste aujourd’hui demeure approprié, parcs ou garennes16. On aimerait mieux connaître l’étendue des dunes ou les efforts faits pour en limiter l’extension vers l’intérieur : autant qu’on en juge, elles demeurent aux mains des puissants, le comte, Valloire, Saint-Riquier, Cercamp ; comme on s’en sert pour délimiter les banlieues et qu’on les « cerquemanne » également peut-être les hommes de ces temps n’ont-ils pas eu claire conscience de leur progression. Des points fixes, comme une « grange » comtale, des taxes levées sur des récoltes (des roseaux, des arbustes, des racines ?) attestent une exploitation réelle et même agricole ; mais c’est la chasse, réservée au comte, qui est reine : oiseaux d’eau, perdrix, cerfs, lapins, ad opus canum dit la charte de Rue17.

  • 18 Lat. 10112, fol. 152, 308-309.
  • 19 Ibid., fol. 288, 290-291.
  • 20 Lat. 10112, fol. 152, 177 v°, 308-309.
  • 21 Lat. 10112, fol. 177 v°.
  • 22 Le don de 60 muids de sel à Saint-Pierre d’Abbeville en 1100 (Dom Grenier, vol. XCIII, fol. 201) s (...)
  • 23 Mentions de concessions de grève, ou de salines déjà établies, à Clairvaux (1212, lat. 10112, fol. (...)

6L’eau n’est pas toujours vaincue, mais elle reste une richesse. C’est l’originalité principale de cette petite région que de combiner dans son économie les ressources du sol et celles de la mer ou des marais. Non tant par la pêche hauturière car la côte est hostile à la navigation ; on n’a de mentions que celle des harengs débarqués à Rue au moins deux fois la semaine, ou, plus au nord, en bordure de la baie d’Authie18 : les rentes sont amples, 1 000 harengs roux, 10 000 pour Saint-Leu d’Esserent, 20 000 pour Clairvaux19. C’est la pêche en rivières, dans les canaux, ou les viviers qui occupe le plus de place dans les documents : la réglementation en est minutieuse, le comte veillant à ses droits éminents réaffirmés dans la charte de Rue en 1210 : on pourra aller scier dans ses eaux du Gard et de Hout que garde un sergent, des roseaux, de l’herbe, du cresson, mais les poissons, les cygnes, les œufs des oiseaux de marais sont en défens et les amendes pour la pêche clandestine à l’épuisette ou au sac sont sévères20. Une allusion en 1248 sur l’exploitation de la tourbe, « qui se fait de tout temps » ouvre un autre aperçu sur la place des marais21. Et c’est l’exploitation du sel qui apporte une touche finale et originale à cette économie bien diversifiée : une vingtaine de mentions entre 1100 et 1280, mais sans précision technique, permet au moins de localiser dans les mouillères de bord de mer les enclos à sel : sur la côte sud de la baie d’Authie, dans l’estuaire de la Maye face à Rue22 ; on accense des journaux de grève pour faire sel, parfois en nombre importants, 12 journaux soit 4 ha, 6 jugères (3 ha), 6 journaux (2 ha), toujours par la grâce comtale et pour des preneurs bien divers, des monastères, même lointains comme Clairvaux, ou plus proches, Doullens, Berteaucourt, Cercamp, Moreaucourt, Montdidier, mais aussi à des particuliers, 6 en 1235 près de Rue, 12 en 1238 non loin de là. C’est une source de revenus de premier ordre : d’après l’offre faite à Clairvaux, ou bien 200 muids de sel, ou bien 25 livres pour les acquérir, les seuls dons enregistrés, et dans l’ensemble modestes, 4, 5, 10 muids atteignent 360 muids soit 45 livres, le prix d’une dizaine de chevaux ou de 2 hectares de bonne terre23 ; d’ailleurs à Rue le comte se réserve le droit de vendre son sel le premier. Ce qui semble le plus intéressant c’est l’éparpillement de travail entre de nombreuses mains qui fournissent un demi-muid, 1 muid, 2 muids : nous avons des listes de noms, curieusement formées au tiers par des noms de femmes, en général des gens de l’endroit, de Quend, du Quesnel, d’Herre, de Berck, de Rue, et dont, au reste, aucun ne réapparaît dans les listes d’échevins conservées, intéressante séparation entre le politique et l’économique.

  • 24 La délimitation des banlieues se heurte comme toujours à notre ignorance d’une foule de lieux dits (...)
  • 25 Quend-Marquenterre (l’identité apparaît dans la juxtaposition des listes d’échevins désignés par l (...)
  • 26 Par exemple pour déterminer des extensions de marais avec Valloire (1224, Somme 30 H 2, fol. 174, (...)
  • 27 Lat. 10112, fol. 288.
  • 28 En 1233 confirmation de la commune de Quend (Somme 30 H 2, fol. 180) ; en 1248 rectification des d (...)
  • 29 La motte de Froise est citée dans la délimitation de la banlieue de Rue en 1210 ; pour Arnoul, « v (...)

7A l’extrême fin du xiie siècle, la mise en exploitation du Marquenterre était assez avancée pour qu’une délimitation précise des ressorts de coutume s’impose. L’extension de la banlieue de Rue, de Waben, de Mayoc ménagea à chaque groupe humain issu de ces localités sa zone d’action ou d’influence ; toute la partie centrale, dont Quend n’était qu’un élément au milieu de vingt hameaux, devint « le Marquenterre » unité territoriale à faces multiples24. Cette disposition s’accompagne de l’octroi par le comte de chartes communales copiées sur celle d’Amiens en ce qui concerne Waben, Quend et Mayoc en 1193, 1199 et 1209, ou tout à fait originale comme à Rue confirmée en 121025. Ces organismes se montrèrent immédiatement des plus vivaces : les échevins tout au cours du xiiie siècle intervinrent dans les transactions foncières et dans les rectifications de banlieue imposées sans doute par les variations du littoral26. Il est probable aussi que les communautés paysannes offrirent vite, par leur isolement même, une tendance prononcée vers l’émancipation : l’abbaye de Saint-Valery en conçut assez d’humeur pour demander l’abolition de la commune du Marquenterre en 1215 ; cette dernière ne fut sauvée que par la protection comtale qui tirait sans doute de gros profits de l’élevage et des salines27. Il fallut plusieurs fois confirmer ou préciser ces droits en 1233, 1264, 1266 et jusqu’en 131328. Une aristocratie locale commença-t-elle à s’implanter au milieu des terres neuves ? On nous parle d’une « motte » à Froise en 1210, d’un « vavasseur » du Marquenterre en 1269, mais nous n’avons aucun élément permettant d’esquisser un lien entre ces faits29. Cette légèreté, voire cette absence de mailliage seigneurial rappelle des structures sociales et économiques comparables au long de la côte néerlandaise et jusqu’en Frise, où les habitants sont à la fois laboureurs et éleveurs, saulniers et pêcheurs, et vivent en chefferies. S’il parut plus aisé d’appliquer des textes urbains, qui avaient fait leurs preuves, aux plus modestes habitats, le soin mis à rédiger pour Rue une charte originale montre que le comte avait une claire conscience des spécificités locales.

  • 30 Op. cit., p. 290.

8J’ai donné, après Louandre, A. Thierry et C. Brunei une édition de ce texte30 ; il me suffira donc d’en souligner les particularités. Le comte Guillaume rappelle tout d’abord la vente, pour la grosse somme de 640 livres, aux hommes de l’endroit, par son père Jean, d’une commune avec jurés, maire et échevins ; il la confirme dans les limites d’une banlieue qui semble curieusement faite de deux ressorts emboités. Puis il énumère les droits qu’il garde sur la vente de la bière, du grain, du vin, du sel, du poisson, sur les taxes frappant les blés portés à son moulin et les troupeaux de moutons, son droit de gîte et la perception par son vicomte d’une « exaction » sur place ; ici s’insère un riche développement sur l’abattage de la viande, l’étal des bouchers, les lieux de prise des bêtes. Avec une logique qu’ont bien peu de textes médiévaux, il passe aux concessions qu’il a faites : pas de points forts comtaux aux alentours, moyennant un serment de sureté, la liberté de marché, l’abandon des taxes sur la circulation des bêtes et sur les digues qu’on élève, la fixation des usages dans ses bois et dans ses viviers, sur les terres vides aussi ; mais il souligne la persistance des plaits, les limites dans l’usage que vérifiera son sergent sur les prés ou les bois en défens. Suivent les cas d’éventuelles discordes sur la vente avec ou sans forfait en dehors de la ville, le montant des amendes de justice, les mesures en usage et la dévolution des parcelles en déshérance à un « proche » ce qui est caractéristique de la notion de responsabilité collective. En bref un texte profondément marqué par les préoccupations économiques beaucoup plus que ceux qu’on accorde aux villes ou aux villages voisins ; la part des articles sur la justice ou les droits banaux n’y est pas majoritaire et on a plutôt le sentiment de l’aboutissement d’un contrat de travail minutieusement modelé sur des exigences très particulières ; à cet égard le rapport entre l’octroi des franchises villageoises ou urbaines et le souci de la rentabilité et de l’égalité dans un accord, est plus évident qu’il n’apparaît en bien d’autres occasions. Sur ce plan le mouvement des coutumes en Picardie révèle des préoccupations d’efficacité économique qu’on lui contesterait volontiers à la seule lecture des actes urbains. C’est un exemple, mais il n’est pas le seul, de l’originalité des franchises rurales face aux droits urbains ; dans le cas de cette terre neuve où il fallait utiliser toutes les ressources possibles il semble certain qu’on a eu une vue claire de ce qu’exigeait une « région naturelle ».

Notes

1 Vieilli pour sa partie économique, demeure fondamental pour la géographie physique. A. Demangeon, La plaine picarde, Paris, 1905, p. 183 et sq.

2 A Rue le comte perçoit 21 sous par bateau débarquant à quai (B.n. lat. 10112, fol. 152) ; la villa de Forestmontiers à « Tortemont » est cédée au comte parce que la mer est sujette à l’atteindre aisément (ibid., fol. 332 v°).

3 Atlas archéologique de Picardie (dir. R. Agache), feuille de Rue.

4 Cession par le comte de Paris Bouchard des trois villae et d’une église (B.n. lat. 12704, fol. 152 v°).

5 Dom Grenier, vol. XCIII, fol. 201.

6 Nous possédons 84 noms de personne cités dans les divers textes utilisés, soit comme acteurs soit comme témoins, souvent des échevins de Waben, Rue ou Quend en 1224, 1225, 1235, 1238, 1239, 1287 (cf. Somme 30 H 2, fol. 174, 179, 190, 204, B.n. lat. 10112, fol. 283) ; sur ce total 14 seulement portent un déterminatif topographique : Rue, Herre, La Molière, Tormont, Becquerelle ; seules les mentions d’Hupy, Berck et Heudemont nous éloignent de la région.

7 Somme 30 H 2, fol. 177.

8 La « chaussée Duhamel » en 1163 (P. de C. Domm. II, fol. 56), galières de Robert Dronkart et de Senold fils Weneran à Rue (lat. 10112, fol. 152).

9 En 1247 on « cerquemanne » les ténements de Saint-Riquier (lat. 10112, fol. 177 v°) ; en 1210 le comte avait cédé à Valloires les terres closes ou à clore jusqu’à la mer (Somme 30 H 2, fol. 117). Une importante querelle sur les novales de Quend et Waben a opposé entre 1205 et 1207, Saint-Valery, Dommartin, Saint-Josse et Sélincourt (Somme 30 H 2, fol. 38, 169 ; P. de C. cart. Saint-Josse, fol. 3, 10 v°, 122 ; lat. 12701, fol. 182).

10 Parmi les actes comportant des indications des lieux-dits, hormis les délimitations de banlieue citées plus bas : lat. 10112, fol. 272, 324 (1310, 1266) ; lat. 12704, fol. 176 v°, 177 v°, 181 (1264, 1269, 1296) ; Somme 30 H 2, fol. 177, 117 (1210, 1225, 1235) ; P. de C. Domm. II, fol. 413 v°.

11 Lat. 10112, fol. 288, 177 v°.

12 A Rue le comte prélève une taxe sur la cervoise, 2 setiers de vin par tonneau, et un minage de blé et d’avoine ; il y possède un moulin banal et il y a d’autres mentions de moulins, par exemple en 1277 près de Waben (P. de C. Domm. II, fol. 147 et Mos. Salis II, 199).

13 Les prés salés sont appelés aquatiae : dons du comte de Montreuil en 1100( ?) (lat. 12696, fol. 238), et du comte de Ponthieu en 1203 (P. de C. cart. Saint-Josse, fol. 2 v°). A Rue le comte se réserve la prise de 3 brebis sur tout possesseur d’un troupeau de plus de 10 têtes. D’après Demangeon on comptait en 1595, 8 000 moutons dans le Marquenterre.

14 Pacage sur les « estaules » à Mayoc et Waben en 1248 (lat. 10112, fol. 177 v°). Dans la charte de Rue le comte autorise la prise des bêtes à abattre une nuit et deux jours à divers points précisés ; son vicomte veillera à ce qu’aucun nouveau boucher ne s’installe sans son accord ; s’il abandonne le vacagium, probablement une taxe sur les bêtes menées à l’abattoir, il prélève sa part sur la vente d’une bête vivante.

15 Cens prélevés sur des prés ou cession de « fauchée » en 1210, 1236, 1269 (lat. 10112, fol. 152 ; lat. 12704, fol. 177 v° ; Somme 30 H 2, fol. 188).

16 1235 (lat. 10112, fol. 291 v°), 1296 (lat. 12704, fol. 181). A Rue le comte prélèvera 1 denier par charruée tenue par les non-manants, et 3 oboles sur la charge d’un âne ou d’un cheval ; les manants paieront le lignagium dont le montant n’est pas fixé. Dans son bois du Gart en défens, et où un custos est en place, il taxera d’1 sou la vache, le cheval errant ou l’homme qui y couperait de l’herbe, 1 denier pour un porc et 1 obole pour un mouton.

17 Lat. 10112, fol. 177 v° pour le cerquemanage ; la grange des dunes est cédée par le comte Guillaume à Valloires en 1210 (Somme 30 H 2, fol. 117) ; levée de cens sur les dunes pour acquitter un fouagium (Somme 30 H 2, fol. 172). Pour la chasse lat. 10112, fol. 152, 177 v°.

18 Lat. 10112, fol. 152, 308-309.

19 Ibid., fol. 288, 290-291.

20 Lat. 10112, fol. 152, 177 v°, 308-309.

21 Lat. 10112, fol. 177 v°.

22 Le don de 60 muids de sel à Saint-Pierre d’Abbeville en 1100 (Dom Grenier, vol. XCIII, fol. 201) serait la plus ancienne mention de rente pour le Marquenterre, puis en 1159 une concession à Dommartin près de Waben (P. de C. Domm. II, fol. 56).

23 Mentions de concessions de grève, ou de salines déjà établies, à Clairvaux (1212, lat. 10112, fol. 293), à Valloire (1225, Somme 30 H 2, fol. 177), à Saint-Michel de Doullens (1229, lat. 10112, fol. 280), aux Lépreux d’Abbeville (1239, lat. 10112, fol. 283), à Moreaucourt (1209, lat. 10112, fol. 288 v°), à Cercamp (1235, lat. 10112, fol. 291 v°), à Berteaucourt (1283, lat. 10112, fol. 280 v°), à Montdidier (1220, lat. 10112, fol. 292), à l’Hôpital d’Amiens (1213, ibid.). Pour les particuliers voir en 1205, 1210, 1243 les dons du comte, lat. 10112, fol. 280 ; Somme 30 H 2, fol. 117.

24 La délimitation des banlieues se heurte comme toujours à notre ignorance d’une foule de lieux dits ; je me suis efforcé de porter sur la carte jointe l’extension probable d’après les chartes communales.

25 Quend-Marquenterre (l’identité apparaît dans la juxtaposition des listes d’échevins désignés par l’un ou l’autre terme) (lat. 10112, fol. 321), Waben (Arch. nat. JJ 220), Mayoc (lat. 10112, fol. 298), Rue (lat. 10112, fol. 152). J’ai édité ces textes dans Chartes de coutumes de Picardie, Paris, 1974, pp. 220, 225, 286, 290.

26 Par exemple pour déterminer des extensions de marais avec Valloire (1224, Somme 30 H 2, fol. 174, 179) de dune avec la même abbaye (ibid., fol. 172, 190, 204 en 1249, 1287, 1292) ou avec Saint-Valery (lat. 12704, fol. 117 v°).

27 Lat. 10112, fol. 288.

28 En 1233 confirmation de la commune de Quend (Somme 30 H 2, fol. 180) ; en 1248 rectification des droits divers sur les marais de Mayoc (lat. 10112, fol. 177 v°), en 1266, précision pour Waben de l’expression « jusqu’à la mer » employée dans la charte de commune (lat. 10112, fol. 323) ; en 1313 les droits de vicomté sont transférés à la commune de Marquenterre (lat. 10112, fol. 324).

29 La motte de Froise est citée dans la délimitation de la banlieue de Rue en 1210 ; pour Arnoul, « vavasseur » du Marquenterre qui cède des rentes à Saint-Valery. Cf. lat. 12704, fol. 117 v°.

30 Op. cit., p. 290.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k

Auteur

Université Paris I

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.