Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

Les galées de Louis d’Anjou

Jean Favier

Texte intégral

  • 1 Michel de Bouard, Les origines des guerres d’Italie. La France et l’Italie au temps du Grand Schism (...)

1Avant même de devenir le 29 juin 1380 l’héritier adoptif de la dernière reine de Naples de la dynastie issue du frère de saint Louis Charles d’Anjou, le duc Louis d’Anjou, frère de Charles V, se sentait des appétits italiens qui concordaient avec les ambitions d’un Grégoire XI toujours tenté de gagner Rome et d’y réussir la réinstallation de la papauté mieux que son prédécesseur Urbain V. Le duc commandita l’expédition de 1377 qui rétablit en apparence à Rome une autorité pontificale dont tout le monde voyait bien qu’elle était normalement bafouée au temporel mais dont nul ne songeait à mettre en cause la légitimité. On le sait, le tort de Grégoire XI fut de mourir peu après son arrivée à Rome1.

2S’ensuivirent la difficile élection d’Urbain VI, les réactions complexes à cette élection plus ou moins suspecte en raison des mouvements populaires et des pressions politiques exercées sur le conclave, et enfin l’élection de Fondi qui donna à Urbain VI un rival, Clément VII, vite établi en Avignon d’où l’administration pontificale n’avait pas encore fini de déménager. L’un des papes avait à Rome la tombe des apôtres et l’antériorité, l’autre avait en Avignon les archives, les administrateurs et le trésor.

  • 2 Jean Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand Schisme d’Occident, Paris, 1966, p. 611 (...)

3Louis d’Anjou n’avait évidemment rien à espérer d’un pape de Rome 3ui devait en partie son élection à un mouvement d’hostilité à la mainmise es Français sur le Siège apostolique et sur ses profits. Il fit sur le champ cause commune avec le nouveau pape d’Avignon. Dès le printemps de 1379, il prêtait à Clément VII une somme de 35 000 francs qui s’ajouta aux dettes de Grégoire XI, alors estimées à 94 000 francs2.

4L’appui angevin allait coûter fort cher au pape, pratiquement obligé de financer l’expédition à laquelle Louis d’Anjou se voyait contraint s’il voulait entrer en possession d’un royaume napolitain où le pape romain Urbain VI soutenait son compétiteur Charles de Duras. Clément VII allait notamment devoir financer l’armement des galées nécessaires à la constitution d’une escadre de soutien.

  • 3 Arch. vat., Collectorie 359 A, fol. 57-63.

5Quelques navires furent d’abord employés à des missions de reconnaissance et de liaison. Du 24 novembre 1379 au 2 avril 1380, on retint le patron majorquais Pere En Gayte. Il en coûta 2 665 florins pour cinq bons mois : quelque 500 florins par mois. Le Toulonnais Jean Arquer et le Marseillais Jacques Guilherm servirent de même pendant huit mois, du 15 novembre 1379 au 22 juillet 1380. Il en coûta 9 925 florins, soit quelque 600 florins par navire et par mois3.

  • 4 N. Valois, op. cit., II, p. 55.

6L’affaire changea d’envergure quand on parla sérieusement d’envahir le royaume de Naples. Pour le pape, la route de Rome semblait s’ouvrir. L’enjeu valait un effort financier. Il avait été entendu dès l’été de 1381 que Clément VII financerait l’escadre. Une vaine tentative, cette même année 1381, n’avait découragé personne4, et surtout pas Clément VII dont les diplomates poussaient plutôt à l’action un Louis d’Anjou porté à compter avant d’agir. On discuta des conditions. Le futur roi de Naples entendait s’assurer que le pape était bien capable de payer les nolis dans un premier temps, de lui rembourser sa vieille créance dans un deuxième. Mais le chemin du remboursement passait par la victoire. Le duc d’Anjou le savait aussi bien que le pape.

  • 5 Arch. vat., Introitus et exitus 356, fol. 41 r°.

7Clément VII donna des gages. Le 11 mars 1382, il assigna au duc d’Anjou toutes les recettes de la Chambre apostolique en France pendant trois ans. Le duc se fit escompter quelques revenus — notamment celui de la gabelle du vin et du sel d’Avignon — par des marchands avignonnais heureux de réaliser en même temps une bonne affaire et un éventuellement placement politique. Pour faire bonne mesure, le pape emprunta. Il trouva en particulier du crédit chez deux Marseillais, Jean Casse et Estève de Brandis5.

  • 6 Edouard Baratier et Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, II, Paris, 1951, pp. 69-75. E (...)

8Ce dernier était un personnage hors du commun6. On l’avait vu à la tête des galées envoyées par le roi de France pour protéger en 1370 le retour de Rome du malheureux Urbain V. Les Marseillais lui avaient confié la défense de leur ville. Le gouvernement de Charles V lui avait donné, puis retiré, la direction du clos des galées de Rouen. Brouillé avec le roi de France mais non avec les princes des fleurs de lis, il avait pris le parti de servir la papauté d’Avignon tout en menant sur la. Méditerranée occidentale une politique très personnelle. Homme d’affaires et pirate, condottiere et forban, Estève de Brandis passait à juste titre pour un armateur sérieux et un excellent amiral. Depuis qu’en 1376 il avait à la fois mené la guerre navale contre les Florentins rebelles à l’autorité pontificale et contre les Barbaresques, et depuis qu’en 1378 il avait contribué à conduire en Italie Grégoire XI, il faisait figure d’amiral de l’Eglise. Le plus souvent associé à d’autres Marseillais et notamment à Jean Casse, car mieux valait partager les risques, il allait jouer un rôle de premier plan dans l’affaire napolitaine.

  • 7 J. Favier, op. cit., pp. 616-617. Robert Brun, « Annales avignonnaises de 1382 à 1410, extraites de (...)

9Louis d’Anjou passa en Italie par la voie de terre. L’affaire, très vite, tourna mal. Au printemps de 1383, on confia une armée de secours à Enguerran de Coucy, et l’on décida de dépêcher devant Naples une escadre d’appui. L’amiral génois Ranieri di Grimaldi vint à Avignon négocier le prix de ses services. On chercha huit galées sur le marché-de Gênes. Dans le même temps, on en négociait six autres avec le roi de Castille : ces six galées, portant en tout 215 arbalétriers, seraient financées par une décime sur le clergé castillan, au prix de 1 200 francs par galée et par mois, soit 43 000 francs pour les six mois pour lesquels on prévoyait de passer contrat7.

10La « Croisade de l’évêque de Norwich » fit avorter l’affaire. Décidée par le Parlement anglais en février 1383, l’expédition en Flandre avait pour propos officiel de servir la cause du pape Urbain VI et de contribuer par la « voie de fait » à un prompt rétablissement de l’unité de l’Eglise. En réalité, bien des Anglais pensaient aussi à la sécurité de Calais et au commerce des laines anglaises. Le résultat fut mince. Les Anglais sillonnèrent la Flandre en mai, saccagèrent Gand, se replièrent devant une intervention française, rembarquèrent à la fin de l’été. Mais l’affaire avait accaparé les esprits et les forces. Le projet d’une expédition vers Naples ne fut repris qu’au printemps de 1384, alors même que la situation de Louis d’Anjou devenait dramatique.

11On retint derechef les galées de Castille. Les dispositions financières furent rappelées aux collecteurs le 8 février 1384. Guillem Camarasa fut désigné comme maître des bombardes. Nous ne savons quel service les Castillans assurèrent au vrai, mais le règlement financier de l’affaire allait durer dix ans, surtout compliqué par le fait que le pape avait, pour compléter le revenu d’une décime combien aléatoire, pratiquement détourné les revenus du Sacré-Collège et qu’il fallait bien rembourser les cardinaux.

  • 8 E. Baratier et F. Reynaud, op. cit., p. 105.

12On recruta sur le Rhône. En mars 1383 déjà, huit galées avaient été retenues à Marseille. On en garda quatre, armées par l’inévitable Estève de Brandis et ses associés Gilles Boniface, Jean Bellisend et Bérenger Montagne. Ce dernier s’était récemment distingué dans la lutte contre la piraterie barbaresque8.

13Ces quatre galées de Marseille devaient porter cent vingt arbalétriers et chacune deux bombardes. C’était une force, non une escadre. Il fallut compléter ce qui se trouvait à louer.

  • 9 Bibl. nat., latin 5913 A, fol. 47-51 ; Arch. vat., Collectorie 160, fol. 70 v°-71 r° et 75 ; Introi (...)
  • 10 E. Baratier et F. Reynaud, op. cit., pp. 120-121.
  • 11 R. Brun, loc. cit., p. 52.

14C’est alors que deux galées furent mises en chantier à Valence sur le Rhône. L’une, la Saint-Georges, était armée pour le patron majorquais Pere En Gayte, que l’on avait déjà engagé en 1379-1380. L’autre, l’Etoile, devait avoir pour patron un autre Majorquais, le chevalier Guillem de Canet9. Exportant vers la Catalogne le corail, le vin et même le poisson, conduisant vers Marseille et la Provence les cuirs, les vanneries et les cordages de l’artisanat catalan, les marins de Majorque fréquentaient normalement les bords du Rhône10. Rien d’étonnant à ce que certains profitassent d’une nouvelle sorte d’opportunité. L’affaire était d’autant plus tentante que la Chambre apostolique finançait la construction, le gréement, l’équipement et l’armement. On acheta 30 bassinets, 70 cervelières et 17 cuirasses11, tous chiffres qui laissent l’historien incertain quant au nombre de soldats prévu : les chiffres que l’on trouvera plus loin confirment mal ceux-ci dans leur détail, mais ils donnent pour ces deux galées un total de 75 arbalétriers, non compris en ce nombre les servants des bombardes, les officiers et, bien sûr, quelque 174 rameurs.

  • 12 L’ensemble de l’analyse qui suit est fondée sur les contrats passés devant les notaires choisis par (...)

15Les gens du pape s’étaient mis en quête de tous les navires disponibles sur le Rhône et alentour12. On trouva d’abord les deux galées du pape. La Saint-Georges était une forte galée à vingt-neuf rangs de trois rameurs, armée d’une bombarde et capable de porter quarante arbalétriers. Le camérier du pape et Pere En Gayte firent affaire le 26 janvier 1384. La Saint-Georges était toute gréée, prête à appareiller. On traita de même, le lendemain, avec Guillem de Canet pour l’Etoile, ou Stella. Celle-ci pouvait embarquer trente-cinq arbalétriers.

16Le 30 janvier, affaire était conclue avec le Catalan Pere Matecalde, de Lenzano dans le comté d’Ampurias : sans doute Llansa. Sa galiote La Gimba était à Marseille, prête à partir : un navire léger, à vingt-trois rangs de trois rameurs, portant quand même une bombarde et vingt arbalétriers. L’équipage se composait de Catalans, d’Espagnols et de Siciliens. Sans doute était-il à l’image des autres.

17Les envoyés du pape reprirent leurs négociations avec les armateurs marseillais Estève de Brandis et Gilles Boniface, que flanqua pour la conclusion du contrat le propre trésorier du roi Louis d’Anjou, Jean Bellissend. Le 5 février 1384, Brandis et Boniface se retrouvaient à Avignon chez le camérier François de Conzié, où les attendaient deux notaires. L’accord fut passé pour quatre galées, chacune à vingt-neuf bancs, avec deux bombardes et trente arbalétriers.

18Deux semaines plus tard, on trouva la galée de Rodrigo Diez, chevalier de Valencia. Elle valait celles des Marseillais. On y ajouta, fin février, la galiote d’Hugues Barthélemy, un patron de Martigues : une petite embarcation à vingt-trois rangs de deux rameurs, sans bombarde et avec quinze arbalétriers seulement. La forte galée du noble Jean Conort s’ajouta le 11 mars à l’escadre pontificale. Le dispositif fut renforcé le 12, au terme d’une délicate négociation avec Bernat de Arbocario, bourgeois de Tarragone, pour qui traitait à Avignon Rodrigo Diez et que représenta, pour passer l’acte devant notaires, son compatriote et associé Rodrigo Rodriguez de Coreillo : il apportait une galée à vingt-neuf rangs avec deux bombardes et trente-cinq arbalétriers.

19L’escadre fut peu après complétée par l’intervention de Giovanni di Grimaldi. Le Génois apportait deux galées armées chacune de trente-six arbalétriers recrutés à Gênes même ou sur la Rivière de Gênes. Les arbalétriers génois étaient réputés, malgré les erreurs tactiques jadis commises à Crécy. Surtout, Grimaldi promettait de servir en personne, et l’on n’avait pas oublié le talent naguère déployé — en particulier devant La Rochelle en 1372 — par l’amiral génois Ambrogio Boccanegra cependant que Ranieri di Grimaldi croisait dans la Manche pour le compte de Charles V. Pour la cause commune de Louis d’Anjou et de Clément VII, l’arrivée de Giovanni di Grimaldi était de bon augure.

  • 13 Arch. vat., Introitus et exitus 362, fol. 55 r° ; Collectorie 394, fol. 90.

20Galiotes comme galées, c’étaient là de gros navires, si l’on songe qu’à la même époque sur le Rhône les « barques » qui assuraient le trafic des marchandises en temps d’insécurité portaient en général douze à quatorze mariniers et quatre arbalétriers13. Dans l’escadre pontificale, chaque navire comptait de 46 à 87 rameurs et de 15 à 40 arbalétriers qui s’ajoutaient aux nécessaires « officiers » : le patron, le comte, le sous-comte, le scribe, le barbier, le rémouleur et le trompette, soit sept personnes dans le cas, connu avec précision, de la Gimba. Tout compris, le navire portait de 68 à 134 personnes. Et n’oublions pas les charges : deux bonnes arbalètes par tireur, de la poudre et des pierres pour les bombardes, une dizaine de caisses de viretons — carreaux d’arbalète — pour les galées et cinq ou six pour les galiotes, du pain ou du biscuit, de l’eau douce et du vin. Avec, bien sûr, des voiles et des cordages de rechange.

21Pour autant que nous connaissions tous les contrats, l’escadre ainsi réunie allait donc se trouver forte de dix-sept galées et deux galiotes, avec 1 594 rameurs, plus de 600 arbalétriers et quelque 150 officiers. Ce qui signifie l’embarquement d’environ deux mille quatre cents hommes.

22On pouvait partir au printemps. En Gayte était prêt à appareiller pour le 28 février ; on le retint pour cinq mois, donc jusqu’au 31 juillet. Barthélemy et Conort furent retenus pour mars, tout comme Diez, et pour cinq mois encore. Matecalde, prêt un peu plus tard, s’engagea pour quatre mois. Grimaldi, qui traita le dernier, signa seulement pour trois mois à compter du 1er mai. La campagne était donc prévue pour juin et juillet.

23Le dispositif financier était complexe à souhait. Il combinait à l’évidence les conséquences de l’étalement chronologique des engagements et celles des rapports fluides de l’offre et de la demande.

24La plupart des patrons-armateurs obtinrent une avance sur le prix du noli. Pour un contrat de cinq mois, Pere En Gayte eut trois mois d’avance. Mais Barthélemy et Conort signèrent pour cinq mois sans avance aucune. A partir de l’accord avec les Marseillais Brandis et Boniface, on imagina des engagements de cinq mois pour une paie de quatre. Diez eut les mêmes conditions, que l’on renouvela pour Conort : quatre mois payés, cinq mois de service.

25Des conditions particulières avaient été faites dès janvier à Guillem de Canet : trois mois payés d’avance, puis trois autres mois payables au cinquième mois. Engagé à la fin, Arbocario eut l’habituelle équivalence : quatre mois pour cinq. Quant à Grimaldi, le dernier, il eut au 1er mai une avance de trois mois renouvelable mois par mois.

26Le renouvellement des contrats était prévu avec la même diversité. En Gayte resterait en service par périodes ultérieures de cinq mois, avec des avances de trois. Tous ceux qui étaient payés quatre mois pour cinq avaient la perspective d’un renouvellement dans les mêmes conditions : pour cinq mois, avec une paie de quatre. Guillem de Canet percevait dans l’immédiat trois mois de paie, puis resterait trois mois aux mêmes conditions et pourrait être reconduit, au cinquième mois, pour une troisième période de trois mois.

27Les derniers engagés eurent droit à des renouvellements plus courts : Arbocario devait servir cinq mois pour une paie de quatre, puis accepter des reconductions à raison d’un mois payé pour un mois de service ou deux mois payés pour deux mois de service ; Grimaldi touchait trois mois d’avance, et l’on prévoyait la reconduction mois par mois.

28Le moins que l’on puisse dire, c’est que les patrons avaient négocié chacun pour soi. Les conditions très favorables obtenues par les derniers correspondent sans doute au fait qu’à la fin d’avril le pape et le roi de Naples ne pouvaient plus compter qu’on leur trouverait commodément d’autres navires. Au vrai, on accepta les conditions des patrons. Le chef d’œuvre de complexité qu’est le contrat de Matecalde suffirait à nous en convaincre.

  • 14 Texte d’après Collectorie 360, fol. 123 v°-124 r°.

Et pro stipendio sive soldo dicte galeote, dictus Petrus Matecalde debet habere et sibi dare et solvere seu dari et solvi facere promisit nomine dicti domini nostri pape et ejus camere apostolice predicte dictus dominas camerarius, singulis mensibus, mille centum et octuaginta florenos de Arragonia seu eorum valorem, et debet sibi fieri solutio ad rationem predictam dicti soldi seu stipendii pro IIIIor mensibus,
qua facta, dicto reverendissimo domino camerario vel alio pro eo se obligante vice et nomine dicti domini nostri pape et ejus camere apostolice pro soldo seu stipendio duorum aliorum mensium et viginti dierum ad rationem predictam promisit et convenit dictus Petrus predicto domino camerario, stipulant et recipienti vice et nomine quibus supra, cum dicta galeota sic armata et parata ad servitia dictorum domini nostri pape et regis et contra inimicos eorumdem servire per sex menses et
xxti dies incipiendos a die qua recesserit de dicto porta Massilie pro eundo ad servitia predictorum dominorum. Et, dictis sex mensibus et xxti diebus finitis, facta dicto Petro solutione de tribus aliis mensibus, et dicto reverendissimo domino camerario vel alio pro eo se dicto Petro obligante, vice et nomine quibus supra, de et pro aliis duobus mensibus modo et forma predictis servire promisit dictus Petrus aliis quinque mensibus subsequentibus cum dicta galeota, et sic successive quamdiu eidem Petro pro tribus mensibus solutio facta fuerit ad rationem predictam. Et vero casu quo finitis quinque mensibus solummodo daretur stipendium sive paga de et pro uno mense, pro alio mense tenetur servire et promisit. Et si finito dicto mense daretur sibi stipendium, servire promisit pro rata temporis predicti, videlicet pro uno mense et xxti diebus et sic successive.
Vice versa, supradictus reverendissimus dominus camerarius vice et nomine domini nostri pape et ejus camere apostolice, acceptans omnia et singula supradicta, promisit et convenit, dicto Petro solennite stipulanti et recipienti, dare et solvere eidem seu solvi facere soldum seu stipendium mensium IIII
or ad rationem supradictam et se, nomine dicti domini nostri pape et ejus dicte camere, eidem Petro pro aliis duobus mensibus, videlicet pro mensibus sex et xxti diebus supradictis, obligate, pro quibus tamen soldum seu stipendium dictus Petrus non recepisset seu haberet14.

29Récapitulons ce contrat aux nombreuses options. Pour une paie de 1 180 florins d’Aragon — qui ne font un chiffre rond dans aucune des monnaies usuelles, florin de la Chambre, florin courant, florin de la reine ou florin de Florence — Matecalde doit servir six mois et vingt jours, soit quatre mois payés d’avance et deux mois et vingt jours payés après quatre mois. Viendront ensuite les éventuels renouvellements. Le premier, après six mois et vingt jours, ne saurait être que de cinq mois payés trois mois. Là, et là seulement apparaît le service gratuit, que d’autres patrons ont dû accepter dès les premiers mois de leur embauche. C’est au terme de ce premier renouvellement, soit après onze mois et vingt jours, qu’apparaît une option : soit cinq mois payés trois mois, soit un seul mois entièrement payé. L’un ou l’autre des termes de cette alternative peut être réitéré, et cela sans limite. Mais c’est au terme d’un contrat d’un mois que le pape pourra proposer le dernier type de renouvellement : plutôt qu’un mois, un mois et vingt jours.

30La gratuité du service n’apparaît donc qu’au bout de presque un an. Elle ne subsiste que dans l’une des formules prévues, sans doute en fonction du besoin qu’aura le pape sur le moment et de la capacité qu’aura alors Matecalde de marchander son service en évoquant d’autres embauches possibles.

31Ce système, qui permet de ne payer qu’une partie du service ou, si l’on préfère, de réduire les gages théoriques, est dès l’abord favorable au pape. Il échelonne les paiements sans obliger la Trésorerie pontificale pour plus longtemps qu’il n’est nécessaire. Embaucher pour six mois est une catastrophe si la campagne fait long feu, tout comme il est catastrophique de se trouver à court d’effectifs si la campagne perdure. Cet ingénieux montage juridique et financier met un éventuel renouvellement pour les saisons d’automne et d’hiver — où les patrons savent bien que l’embauche se fait rare — au prix d’un service temporairement gratuit. Il est évident que celui qui partirait après son quatrième mois de service payé — fin juin pour la plupart — sans effectuer son service gratuit aurait les plus grandes chances de connaître le chômage après l’équinoxe.

32Pour l’armateur, ceci représente donc un pari : le temps d’été non rémunéré ou mal rémunéré laisse espérer une embauche en partie payée jusqu’en novembre ou décembre.

33Combien l’affaire coûtait-elle ? La petite galiote de Matecalde revenait à 1 180 florins d’Aragon par mois. La galiote de Barthélemy, plus forte cependant, ne coûtait que 700 florins de la reine par mois. L’incohérence est, ici encore, le fruit probable du marchandage. Quant aux galées, elles se nolisaient pour des paies mensuelles de 1 400 (Jean Conort) à 2 000 florins de la reine (tarif le plus fréquent). Chacune des deux galées de Grimaldi coûta 1 500 florins de la Chambre, soit 1 750 florins de la reine. Seul Guillem de Canet obtint un don d’entrée en service : 400 florins d’Aragon, payables avec la première paie. Les échéances prévues pour Canet étaient des plus irrégulières :

27 janvier 1384

Passation du contrat

Don

400 florins

Trois mois d’avance

4 500

4 900

Même date

Première paie

1 000

15 février 1384

Deuxième paie

900

Fin février

Troisième paie

3 000

1er juin

Début des 4e et 5e mois

sans paie

1er août

Renouvellement possible à raison de 4 500 florins avec échéances semblables aux premières

34Si l’on entend établir le coût réel de la galée, il faut évidemment tenir compte des services gratuits. Dans le cas le plus courant, comme celui de Diez ou de Brandis-Boniface, cela ramène la rémunération mensuelle de 2 000 à 1 600 florins de la reine. Seuls, Barthélemy, avec sa modeste paie de 700 florins de la reine, et Pere En Gayte — le premier à conclure — n’avaient aucun service gratuit à assurer.

35Les prises s’ajoutaient à la paie, mais il est certain que l’on pouvait y compter plus sûrement aux approches de Naples qu’au sortir du Rhône. Elles pouvaient donc, en cas de victoire, compenser le service gratuit : une fois encore, la guerre devait se nourrir elle-même. Le pape et les armateurs se partageraient par moitié les grosses prises, bateaux et prises terrestres, ainsi que les prisonniers. Les notables et les capitaines ennemis seraient tous dans la part du pape, étant entendu que leur valeur serait prise en compte pour la détermination de sa moitié du butin. Mais il y avait un plafond à cette estimation : notables et capitaines seraient comptés au plus pour deux mille florins courants.

36Notons les risques de contentieux que présentait une formule aussi vague que « aliquis magnus dominas vel capitaneus vel alius » pour qualifier ceux que le pape se réservait.

37Les marins se partageaient les vêtements des prisonniers, les meubles et les ustensiles divers. On ne pouvait encourager plus nettement le pillage des ports.

38Cette guerre n’était pas comme les autres. Des clauses de morale politique furent insérées dans les contrats. Il fut enjoint à Pere En Gayte, qui s’engageait à être personnellement présent sur sa galée, de n’offenser aucun allié du roi Louis d’Anjou, et précisément ni les Génois ni les Vénitiens, pourvu qu’ils ne soient pas au service d’Urbain VI et ne relâchent pas dans les ports ennemis. A vrai dire, l’alliance vénitienne était une illusion, mais Louis d’Anjou avait assez à faire avec son royaume napolitain pour ne pas s’encombrer d’un accrochage maritime entre ses marins et ceux de la Sérénissime. Quant à Guillem de Canet, il eut défense de s’en prendre aux mêmes, ainsi qu’aux Pisans et aux Catalans. On sait qu’il était Majorquais : il n’était pas tenu de faire éventuellement la guerre au roi d’Aragon et à ses sujets.

  • 15 Les galées du Rhône — et, semble-t-il, celles de Marseille — partirent d’Aigues-Mortes (R. Brun, lo (...)

39Le départ avait été prévu pour le 1er mars, puis pour le 1er mai. Il eut lieu en juin15. On connaît l’échec final. Louis d’Anjou mourut, vaincu, dans la nuit du 20 au 21 septembre. Il en avait coûté au pape, pour les seules galées de l’escadre de 1384, une centaine de milliers de florins, non compris les 43 000 francs escomptés sur la décime par le roi de Castille.

  • 16 Voir notamment Bibl. nat., nouvelles acquisitions latines 1343, fol. 23 v° et 34 v°-35 r°.

40L’apurement financier de l’affaire allait durer jusqu’à l’expédition suivante, celle qui devait effectivement conduire en 1390 le jeune Louis II à Naples16. Au total, la papauté avait alors déboursé un million de florins pour soutenir son allié.

  • 17 Arch. vat., Instrumenta miscellanea 3199.

41On avait allégé la charge, dès novembre 1384, en faisant cadeau de la Saint-Georges à Pere En Gayte pour 3 000 florins courants à déduire de ses gages17. Toute l’histoire tient en ces deux chiffres : une politique ambitieuse, et des expédients de trésorerie.

Notes

1 Michel de Bouard, Les origines des guerres d’Italie. La France et l’Italie au temps du Grand Schisme d’Occident, Paris, 1936. Noël Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, 1896-1901, 4 vol.

2 Jean Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand Schisme d’Occident, Paris, 1966, p. 611 et suivantes.

3 Arch. vat., Collectorie 359 A, fol. 57-63.

4 N. Valois, op. cit., II, p. 55.

5 Arch. vat., Introitus et exitus 356, fol. 41 r°.

6 Edouard Baratier et Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, II, Paris, 1951, pp. 69-75. Edmond-René Labande, « De quelques Italiens établis en Languedoc sous Charles V », dans Mélanges Halphen, Paris, 1951, pp. 359-367.

7 J. Favier, op. cit., pp. 616-617. Robert Brun, « Annales avignonnaises de 1382 à 1410, extraites des archives de Datini », dans Mémoires de l’Institut historique de Provence, XII, 1935, notamment p. 36.

8 E. Baratier et F. Reynaud, op. cit., p. 105.

9 Bibl. nat., latin 5913 A, fol. 47-51 ; Arch. vat., Collectorie 160, fol. 70 v°-71 r° et 75 ; Introitus et exitus 337, fol. 39-43.

10 E. Baratier et F. Reynaud, op. cit., pp. 120-121.

11 R. Brun, loc. cit., p. 52.

12 L’ensemble de l’analyse qui suit est fondée sur les contrats passés devant les notaires choisis par le camérier François de Conzié : Arch. vat., Collectorie 360, fol. 117-138 ; Bibl. nat., latin 5913 A, fol. 50-66 et 94 v°-95 v°.

13 Arch. vat., Introitus et exitus 362, fol. 55 r° ; Collectorie 394, fol. 90.

14 Texte d’après Collectorie 360, fol. 123 v°-124 r°.

15 Les galées du Rhône — et, semble-t-il, celles de Marseille — partirent d’Aigues-Mortes (R. Brun, loc. cit., p. 58). Celles de Castille gagnèrent directement les eaux italiennes. Le facteur de Francesco di Marco Datini, le marchand Boninsegna di Matteo, en compta douze ou quinze à Aigues-Mortes.

16 Voir notamment Bibl. nat., nouvelles acquisitions latines 1343, fol. 23 v° et 34 v°-35 r°.

17 Arch. vat., Instrumenta miscellanea 3199.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.