Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

La capture d’une coque vénitienne sur la route de Flandre au début du xve siècle

Philippe Braunstein

Texte intégral

  • 1 La présente note, par la nature des sources sur lesquelles elle se fonde, replace les trafics marit (...)
  • 2 Deux exemples en mer du Nord : capture de navires de l’Ordre Teutonique par des pirates anglais prè (...)

1Parmi les sources utilisables pour l’histoire des transports maritimes dans l’Europe médiévale, figurent les procédures d’indemnisation consécutives à l’arraisonnement de navires1 Souvent liées à l’exécution d’accords politiques, ces procédures sont trop exceptionnelles2 pour offrir des données homogènes sur le flux et le niveau des échanges commerciaux. Mais, plus modestement, elles sont susceptibles de fournir un échantillonnage de marchandises sur un axe de communication, d’illustrer ou d’enrichir le glossaire des unités de mesure ou de capacité, de décomposer l’image d’un bâtiment dans toutes ses parties, avec son gréement, son équipage et sa cargaison, de saisir enfin, par une liste de noms et de raisons sociales, la communauté d’intérêt qui lie, pour un voyage au long cours, les entrepreneurs dont les balles sont confiées à la fortune de mer.

  • 3 Sur les péripéties politiques après le traité de Turin, cf. R. Predelli, Regesti dei Commemoriali d (...)
  • 4 R. Cessi, « Le relazioni commerciali tra Venezia e le Fiandre nel secolo XIV », Politica ed economi (...)
  • 5 De l’escale à Cadix témoigne la déclaration des armateurs, qui signalent la disparition de la caiss (...)
  • 6 Reconnu responsable par la convention vénéto-gênoise de 1406, de la capture d’une autre coque vénit (...)

2Après les quatre guerres qui les avaient opposés au xive siècle, Gênois et Vénitiens s’étaient installés dans la paix armée. Vingt ans après le traité de Turin (1381), la guérilla continuait entre les deux puissances par corsaires interposés, et les dommages réciproques infligés et subis sur les fronts du commerce méditerranéens firent l’objet d’interminables procédures3. A vrai dire, Gênes faisait le plus souvent figure d’agresseur, les coups les plus rudes étant portés sur le théâtre de la Méditerranée orientale avec la connivence du maréchal Boucicaut, gouverneur de la ville au nom du roi de France. Parmi les cibles génoises, une coque isolée, sur la ligne de navigation entre Venise et la Flandre, qui avait retrouvé peu à peu la faveur des armateurs grâce aux incitations du gouvernement vénitien4 : à la hauteur de Cadix, où elle faisait escale5, la coque commandée par Nicolo Rosso fut arraisonnée en 1403 par le corsaire Nicolo de Moneglia6, qui conduisit le navire à Bruges et y fit vendre une partie de la cargaison.

  • 7 Sur les négociations, cf. R. Predelli, Regesti..., III, no 262, 263, 275, 276-282 ; IV, no 17, 19-2 (...)

3Une convention passée entre Venise et Gênes, le 22 mars 1404, prétendant instaurer une paix véritable, dressa une longue liste des entraves, violences et voies de fait des dernières années7. Fa convention laissait quatre mois à Gênes pour restituer le bâtiment arraisonné. Mais la course continua, et la convention resta lettre morte. Un nouveau protocole d’accord entre les procurateurs de la Commune de Gênes et l’ambassadeur de Venise, Tommaso Mocenigo, Procurateur de Saint Marc et futur doge, reprit et mit à jour, le 28 juin 1406, l’inventaire des navires vénitiens séquestrés ou déroutés, des personnes incarcérées, des marchandises saisies et vendues : une quinzaine de coups de main gênois, mis en balance de la confiscation de trois galères et de la saisie à Venise, Modon et Candie d’argent liquide, de bijoux et de marchandises génoises. Les dommages causés à la coque de Nicolo Rosso furent alors estimés à 6 310 florins d’or, que Gênes, s’engageait à rembourser aux ayant-droit. Deux années passèrent encore, pendant lesquelles l’application des clauses de dédommagement fut soumise à l’arbitrage de la Commune de Florence, puis, conformément aux dispositions du traité de-Turin, au comte Amédée VIII de Savoie.

  • 8 Archivio di Stato di Venezia, Miscellanea di Atti diplomatici e privati, busta 31, no 918. Le cahie (...)

4Cet arbitrage, rendu le 9 août 1408, annule plusieurs dispositions des précédentes conventions, inapplicables et inappliquées, et accroît sensiblement les obligations génoises vis-à-vis des Vénitiens spoliés. C’est ainsi qu’au vu du dossier établi en 1405 sur la capture de la coque de Nicolo Rosso, le jugement rendu condamne Gênes à verser d’une part 700 florins pour réparer les préjudices soufferts par le navire, d’autre part 12 053 ducats d’or et 4 deniers de gros de la monnaie de Savoie pour indemniser les propriétaires de marchandises. C’est la seule demande d’indemnisation dont le montant fasse l’objet, dans la liste des dommages, d’une estimation chiffrée précise, près d’l/7° de l’ensemble. Or le dossier relatif à la coque de Nicolo Rosso est le seul document particulier de la procédure dont les archives vénitiennes aient conservé le texte intégral8. Ce document figure dans une collection composite d’actes publics et privés, tel qu’il a été rédigé au Rialto, le 2 mai 1405, par l’un des quatre notaires qui l’authentifient tous de leur souscription. Il s’agit non de la « grosse », ni de l’expédition de l’acte, mais d’un « double » autographe, probablement destiné aux archives des Proviseurs de la Commune, puisque le douzième et dernier folio porte, après la souscription des notaires, copie de la lettre patente du doge Michèle Steno, datée du 4 mai 1405, et qui devait être munie de son sceau de plomb « sur ce sixième folio » du document officiel.

  • 9 Dans un cas comparable, celui d’une nef vénitienne capturée par des sujets du roi de Naples en 1327 (...)

5Le dossier fournit une série d’informations crédibles, aussi précises qu’un inventaire de domicile ou d’atelier, à cette différence près que ce sont les lacunes qui font l’objet du constat9. L’Office des Proviseurs de la Commune a enregistré les déclarations individuelles de tous les ayant-droit lésés, et ne peut pécher par défaut : il ne pèche pas non plus par excès, puisque les pièces fournies peuvent être confrontées aux documents publics de la Douane vénitienne et au contrat d’affrêtement, et que le bateau, récupéré à Bruges par le Consul des Vénitiens en Flandre, a conservé une partie de sa cargaison : le constat de dédommagement procède d’une soustraction.

  • 10 Ces indications inclinent à penser que la coque vénitienne n’a pas livré combat, mais a été attaqué (...)

6En ce qui concerne la coque elle-même, l’énumération des lacunes est si longue que l’image qui se dessine par contraste est celle d’un bâtiment dépouillé de son gréement et de son armement, sans que l’on puisse préciser les limites du démontage et de la récupération par les Gênois. Les corsaires ont été assez loin dans le pillage, puisque manquent trois cents planches du navire, dont des planches de cale ! Ont disparu les éléments majeurs de l’appareillage technique, militaire, opérationnel : des outils de chantier (hache, scie, pierre à affûter, fer à cuire la poix), quatre ancres pesant ensemble plus d’une tonne et demi de fer, les instruments de levage, d’arrimage et de fixation (palans, drisses, filins d’estivage, cableaux, tortis, chaînes, clés d’arbre, calcets de cale et réas de poulies), les annexes du bâtiment (brigantin, mâts, antennes et rames neuves des barques) et, semble-t-il, tout l’armement : quatre bombardes et un baril de poudre, quatre arbalètes à tour avec leur moulin, douze arbalètes à pied avec leurs des caisses de trois cents dards et usées, pavois, quatorze viretons, quatre-vingt lances ferrées10.

  • 11 A la liste des outils et des armes dérobées sur le navire, il convient d’ajouter, sur la foi des dé (...)

7On dispose d’un second élément numérique en rapport nécessaire avec la dotation en armement, c’est la liste du personnel embarqué. Cette liste a été établie à partir des déclarations des membres de l’équipage, totalement dépouillés de leurs biens personnels11 ; comme ils sont tous dans la même situation, après une probable détention par les Gênois, on a des raisons de considérer cette liste comme exhaustive :

Marinarius
Marinarius barbitonsor
Marinarius et balistarius
Balistarius
Patronus
Nauclerius
Pedota
Penesius
Scriba
Calafatus
Marangonus
Filacanevo
Massarius
Botarius
Miles

12
1
6
2
1
1
2
1
1
2
2
1
1
1
1

Marins et arbalétriers forment le groupe le plus nombreux, chargés de la manœuvre et de la défense du navire. Le patron dont il s’agit ici n’est pas le patron de la coque, Nicolo Rosso ; il est soit le maître d’équipage gouvernant les marins, soit le maître du brigantin. Le nocher (nauclerus) est l’officier chargé de la manœuvre des voiles ; on peut s’étonner de trouver deux pilotes (pedota) sur cette coque, l’un et l’autre originaire de Méditerranée orientale, ainsi que deux charpentiers et deux calfats. Le penesius est l’officier qui veille à la manœuvre des ancres et à l’arrimage des marchandises. Le massarius est-il chargé des cordages, comme le filacanevo l’est du bon état des voiles, ou chargé de l’intendance, et par conséquent, de la cuisine ? Sur un navire qui transporte tant de tonneaux, le botarius est aussi un spécialiste. Quant à dominus Jacobus Surian miles, c’est peut-être un jeune homme embarqué pour faire l’apprentissage des choses de la mer et du commerce ; les Gênois lui ont volé ses tonneaux de vin.
Sur l’équipage, sur les techniciens, et sur la navigation comme régulateur du marché de l’emploi, cf. J.C. Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, II, Voiliers et commerce en Méditerranée 1200-1650, Lille 1979, p. 112, et du même auteur, l’article : Gens de mer à Venise : diversité des statuts, conditions de vie et de travail sur les navires, XVIIIe Congrès International d’Histoire Maritime, Naples 1980, Le genti del mare Mediterraneo, éd. R. Ragusta, 2 vol., Naples 1981, I, pp. 103-168, en particulier pp. 128-129.

  • 12 Cf. J.C. Hocquet, Le sel et la fortune..., II, p. 108 ; F.C. Lane, Navires et constructeurs à Venis (...)
  • 13 La moitié des marins et plusieurs officiers sont originaires de l’Adriatique ou de Crète ; deux d’e (...)

8Si l’on estime que, vers 1400, la manœuvre et la défense d’une coque vénitienne exigent 5 hommes pour 100 « botti » (au-delà de Gibraltar, ce seront 6, puis 8 hommes en 1426), si l’équipage prescrit, à la même date, pour un navire de 500 « botti » (soit 240 tonneaux) est de 24 hommes dont 4 arbalétriers12, la coque de Nicolo Rosso entre à peu près dans ces définitions avec ses 21 hommes embarqués, dont 6 marins qui sont en même temps arbalétriers13. Il faut admettre que l’armement disponible sur la coque excède le nombre des spécialistes, mais remarquer qu’il peut être servi, en cas de nécessité, par la totalité des hommes présents transformés en combattants, ce qui pose évidemment le problème soit du recrutement des gens de mer, soit de l’entraînement militaire du personnel recruté.

9L’inventaire des marchandises dérobées par les Gênois offre une autre voie d’approche au tonnage de la coque ; on doit en effet pouvoir apprécier la catégorie du bâtiment à partir du volume de charge utile. A deux conditions préalables : qu’il ne manque aucune déclaration de perte, ce que semble attester la présence d’héritiers parmi les ayant-droit, et que de l’ensemble des soixante-neuf déclarations on puisse conclure sans risque au chargement initial de la coque.

  • 14 Par exemple, Marcus Niger (no 27) déclare avoir retrouvé sur les 18 tonneaux et les 12 barriques de (...)
  • 15 Par exemple, no 38 : ser Nicolaus Mauroceno quondam ser Gaspari de collis decem qui in quaterno coc (...)
  • 16 Un seul exemple de restitution à Cadix (no 40) : Ser Johaninus Faledro de collis quatuor semensine (...)

10Les corsaires ont mis des tonneaux en perce ou éventré des balles14, et lorsqu’ils ont négocié les biens pillés, l’appât du gain immédiat les a conduits à faire des choix. Certains marchands se sont retrouvés plus lésés que d’autres, mais tous ont eu le même souci de faire le point sur les biens restants, et par conséquent de rappeler la situation initiale ; on a donc confronté les quantités retrouvées aux quantités enregistrées par le « scrivan »15. Si la déclaration de perte ne mentionne pas la situation initiale, on peut considérer que les ayant-droit n’ont rien retrouvé à Bruges16. Ainsi, le volume de charge utile se recompose-t-il à partir d’une accumulation d’unités de transport, classiques sur tous les bâtiments de l’époque : tonneaux, ou balles serrées de cordes. Or, nous avons la chance, grâce à la longue série des déclarations individuelles, de saisir la corrélation entre des unités de transport et des poids.

  • 17 Cf. F.C. Lane, Navires et constructeurs..., p. 238.

11Avant d’en venir à la capacité totale de la coque de Nicolo Rosso, nous avons l’occasion de serrer au plus près les relations entre le lexique des unités de transport et la réalité des chargements. On ne peut qu’être sensible à l’argument selon lequel la valeur des unités de transport ne devait guère varier : sinon, comment imaginer qu’elles aient été couramment employées par les contemporains pour jauger l’importance d’une cargaison17 ? Il semble cependant nécessaire de faire deux remarques, qui réduiront l’apparente contradiction entre une argumentation de bon sens et des résultats inattendus : tout calcul métrologique sur des marchandises doit être rapporté à des provenances et à des itinéraires, et l’on ne peut considérer de la même manière des unités de transport normalisées pour des denrées homogènes, ou au contraire adaptées à des chargements hétéroclites.

  • 18 Y. Renouard, « La capacité du tonneau bordelais au Moyen Age », Annales du Midi, 65, 1953, pp. 395- (...)

12Ce qui fait du tonneau de vin un fût interchangeable au départ de Candie comme au départ de Bordeaux18, et jusqu’à sa destination finale, tient à ce qu’on n’en modifie pas le contenu en cours de route. En revanche, les balles cordées ne sont plus homogènes et interchangeables dès lors que les « colli » d’épices d’Alexandrie ou de Beyrouth (les seconds ne pesant que le quart des premiers, dits à Venise « colli grandi ») ont été au Rialto, centre de redistribution, recomposés par les acheteurs en fonction de leur destination, terrestre ou maritime. Rien d’étonnant à ce que les unités de transport du vin demeurent jusqu’à Bruges des unités méditerranéennes normalisées, alors que les variations unitaires du « collo » d’épices paraissent beaucoup plus capricieuses sur la coque de Flandre provenant de Venise qu’elles ne le seraient sur les galères arrivant à Venise d’Alexandrie ou de Beyrouth.

Chargement de la coque de Nicolo Rosso (en unités de transport)

Vegetes (de 2 ou 3 bigoncii)

248

Caratelli

13

Colli

90

Balle

56

Barilli

40

Capsae

26

Sachi

6

Fardelli

3

Ligacium

1

Cestarium

1

Des étoffes précieuses, des petites boîtes (bustae) sont en outre glissées dans des balles. Quant au coton, lorsqu’il n’est pas en sacs, il sert d’emballage supplémentaire.

  • 19 V. Magalhaes-Godinho, L'économie de l’Empire portugais aux xve et xvie siècle, Paris 1969, p. 585.

13Comme l’atteste le tableau ci-dessous, le « collo » embarqué varie en poids de 1 à 7 (de 25 à 190 kg), et ceci, pour la même épice, le gingembre « beledi », qui vient de Malabar ou du Bengale19. S’il faut admettre que le « collo » n’a pas d’autre définition que celle d’un paquet plus ou moins volumineux, les références numériques deviennent encore plus fragiles par le jeu d’équivalence que l’inventaire des marchandises fait apparaître entre « collo », « pondo », balle, baril et caisse.

Les variations du « collo ». (en livres vénitiennes)

Cannelle

156, 190

Cardamome

462

Gingembre

85, 300, 388, 390, 538, 626

Rhubarbe

84

Safran

400

« Semencina »

326, 351

  • 20 Rien qui ressemble au « cargo » de 400 livres vénitiennes, ou au « collo » alexandrin, pesant 500 k (...)

14Ainsi, le « collo » de gingembre est-il assimilé à un « pondo », qu’il pèse 390, 538 ou 626 livres ; quant au « pondo » de « semencina », il se divise en deux « colli » et pèse 700 livres. On parle indifféremment d’un « collo » ou d’une balle de peau d’écureuil, d’un « collo » ou d’une boîte de cannelle de 200 livres, et un lot de 10 « colli » d’épices diverses se décompose en unités de transport parmi lesquelles figurent deux barils de « borax » et deux barils de poivre, dont chacun vaut un « pondo » de 300 livres vénitiennes, soit 90 kg20.

15Hors de l’extrême fluidité de ce vocabulaire, se détachent cependant quelques usages constants et que l’inventaire confirme : la soie est transportée en « fardelli » de 30 à 50 kg, probablement dans l’emballage d’origine ; les tissus de soie, brocards et draps d’or, en balles, ainsi que le papier ; le verre, en barils. A l’exception du vin, la totalité des marchandises est empaquetée de toiles et de cordes qui dissimulent au regard le premier emballage : ballots, barils, caisses et cassettes, dont les dimensions variées permettent d’épouser pleinement les formes arrondies de la coque.

16C’est le vin de Romanie et de Crète, plus un petit chargement de « tribiano », un vin blanc doux, qui constituent la base volumétrique de la cargaison, soit au minimum 150 tonnes. S’y ajoutent des marchandises très diverses. En additionnant les poids au départ de Venise indiqués par les déclarants (livres « subtiles pour les épices et drogues », livres « grosses » pour les denrées lourdes, comme le salpêtre), et en extrapolant pour un certain nombre de balles (le papier) et de barils (le verre), on demeure certainement en-dessous des 50 tonnes. De sorte que l’estimation du tonnage en jauge que l’on déduit du chargement paraît moins haute que celle qui se fondait sur le rapport entre équipage et armement, certainement inférieure à 500 « botti ».

Liste des marchandises embarquées sur la coque de Nicolo Rosso

Azur ultramarin
Barrettes de laine fine
Borax
Cannelle grosse / longue
Câpres
Cardamome
Cesteum finum
Coton
Eponges
Gingembre beledi / colubi / mechini
Lintea
Mumia

Orpiment
Piperellum
Poivre long
Peaux d’écureuil de Calabre / de Slavonie

Perles
Rhubarbe
Safran
Santal
Salpêtre
Scalamita
Sel d’ammoniac
Soiries (soie grège, soie teinte, trames
de soie, chiffons de soie, draps de soie,
draps de soie brochés d’or, damassés, soie brodée)
Thymiame
« Tribiano »
Verre à vitres
Vin de Crète et Malvoisie
« Verzi 

  • 21 V. Magalhaes-Godinho, L’économie..., p. 591.

17Cette cargaison à destination de la Flandre n’était pas des plus classiques. Hors des vins méditerranéens, on n’y retrouve pas des denrées habituelles du grand commerce vers le Nord ou si elles figurent, c’est en faible quantité : le poivre est à peine représenté, le clou de girofle est absent, le coton est très secondaire. On trouve en revanche un large assortiment de denrées de prix, épices et drogues venues de l’Océan Indien : plus de 6 000 livres de cannelle longue de Ceylan, et 5 500 livres de « semencina », graine amère utilisée pour sa vertu aromatique, surtout 15 000 livres de gingembre, dans ses trois variétés, dont la plus appréciée et la mieux représentée sur la coque, le « beledi », provient de la côte de Malabar. Ces quatre tonnes et demi d’une denrée, consommée aigre ou douce, dans la salade ou en confit de sucre, représentent à coup sûr un pourcentage exceptionnel des disponibilités européennes, si l’on veut bien rapprocher ce chiffre de la production totale de gingembre en Inde vers 1500, à un moment où l’aire de production s’est étendue en fonction de la demande soutenue des marchés d’Occident, soit 300 tonnes21.

18Dans la liste des substances utilisées en pharmacopée ou dans le travail de plusieurs métiers (métallurgie, teinture des textiles, peinture) figurent des quantités relativement importantes de produits chers et rares : citons le « borax » ou chrysocolle, venu de l’Himalaya par Calicut et Alexandrie, le cardamome, le bois de santal des îles de la Sonde, l’orpiment, la rhubarbe du Tibet venue par la Syrie, le thymiame odoriférant, la mumie sans doute confectionnée à base d’aloès, de myrrhe et de safran, le « verzi », qu’on appellera plus tard le bois de brésil ; 1 000 livres de cardamome, 6 000 livres de thymiame, ce ne sont pas des quantités que l’on trouve couramment sur un navire de commerce méditerranéen au xve siècle.

19Le reste du chargement confirme cette impression d’originalité : 23 balles de papier approvisionnent pour un temps les scribes des offices publics et les comptoirs des marchands de Bruges ; 15 tonnes de salpêtre fournissent d’un coup les besoins en poudre d’un arsenal, et 6 000 éponges suffisent au marché de plusieurs villes. On a le sentiment, confirmé par le prix des denrées embarquées, que l’expédition de cette coque vers la Flandre avait été soigneusement étudiée, et il serait du plus haut intérêt pour l’histoire des entreprises de savoir si les expéditeurs étaient des familiers de l’Europe du Nord-Ouest.

Une échelle des prix. (à la livre vénitienne)

Sel d’ammoniac

8 gros

Poivre long

14 gros

Gingembre « beledi »

14 gros

Cannelle longue

16 gros

Cardamome

24 gros

Borax

32 gros

20Le simple examen de la liste des déclarants fait apparaître que ces derniers n’appartiennent pas tous à l’aristocratie des affaires et de la vie sociale ; plusieurs d’entre eux sont des « cittadini », comme le médecin Andrea de Musolini, qui a embarqué 62 tonneaux de malvoisie, Andrea de Forcis à qui appartiennent les 6 sacs de coton, ou Francesco Sandelli, Florentin d’origine et négociant en soieries, qui expédie des draps d’or et des damassés, mais aussi des barrettes de laine fine, des perles, des câpres et de l’ammoniac. Quelques familles de premier plan sont bien représentées, comme les Contarini, les Donà, les Faledro. A Ruggero Contarini, le gingembre, à Giovanni Contarini, la « semencina », à Bertuccio Contarini, la « mumia », à Piero Contarini, la cannelle. Si l’on considère une marchandise massivement représentée sur la coque, le gingembre, on constate qu’elle se divise entre les mains de quelques marchands, les frères Donà (15 « pondi »), les frères Mocenigo et quelques autres, qui semblent s’être réparti entre eux, peut-être depuis l’achat à Alexandrie et jusqu’à sa destination finale, un arrivage en gros. Plus fréquemment adoptée par des « cittadini », et représentée dans le groupe des puissants par Nicolo Morosini, une autre tactique consiste à varier autant que possible l’échantillonnage pour se prémunir contre le risque : Nicolo Morosini spécule sur les drogues chères et expédie borax, cardamome, gingembre, rhubarbe et poivre long.

Liste des déclarants, à l’exception des gens de mer embarqués

Bernardo Bembo
Piero Bragadin qd. d. Giovanni
Lorenzo Businello et C°
Bertuccio Contarini
Bartolomeo Contarini
Giovanni Contarini (s. Felice)
Piero Contarini qd. d. Giovanni
Ruggiero Contarini
Giovanni Corner s. Hermolai
Niccolo Correr d. Philippi
Jacopo Donà qd. d. Andrea
Marco Donà e fradelli
Francesco Faledro
Giovanni Faledro
Luca Faledro
Andrea de Forcis
Francesco del Feraio
Michiel Malipiero

Francesco Michiel
Donado Michiel
Bernardo Morosini
Nicolo Morosini qd. Gaspari
Lazaro e Luca Mocenigo e Filippo
Garzoni
Mag. Andrea de Musolini physicus
Francesco e Paolo Querini fradelli
Francesco Sandelli
Cristoforo Soranzo
Benedetto e Vittore Soranzo qd. d.
Giovanni
Martin Spiera
Lodovico Trevisan qd. Marci
Nicolo e Piero Trevisan
Nicolo de Zanone
Fantin Zen
Bernardo Zustinian qd. d. Piero

21Mais au risque proprement marchand s’ajoute le risque de mer, qui frappe tous les participants au voyage de Flandre. Il est évident que les hommes d’équipage ont souffert au premier chef de l’arraisonnement, puisqu’ils ont été spoliés de tout ce qu’ils possédaient sur le navire. Les marchands, en revanche, ont connu un sort très inégal, de celui qui a tout perdu à celui qui a presque tout récupéré. Les pondéreux ont été le moins touchés par le pillage des Gênois. Ainsi, le vin réparti entre une douzaine de personnes (sans parler de l’équipage), n’a été que très partiellement déchargé, les pertes s’élevant entre 10 et 30 % maximum du total, selon les cas ; le papier a été récupéré par ses propriétaires à raison de 4 balles sur 5 et de 14 sur 18 ; quant au salpêtre, il a fort peu tenté les corsaires, les expéditeurs perdant, l’un, un baril sur 9, l’autre un baril sur 15. Dans une catégorie intermédiaire se situent les peaux d’écureuil, le safran et l’ammoniac, perdus aux deux tiers. Mais les denrées les plus précieuses ont disparu à peu près totalement, qu’elles aient été en quantités importantes et en « colli » homogènes, ou que des paquets de valeur aient été réunis sous un même emballage : de l’azur, des perles, du bois de santal, rien n’a été récupéré ; dans les soieries, les Gênois ont opéré une sélection, parce dans la perspective d’une rémunération immédiate de la prise, on ne trouve pas aisément preneur d’une grande pièce. Mais, on l’a vu, la cannelle et le gingembre constituaient l’essentiel de la cargaison d’épices, et c’est sur cette masse que les pertes ont été les plus importantes, comme l’auraient été les profits. Ce qui a été retrouvé par les marchands ou leurs correspondants à Bruges était en fort mauvais état : Antoine et Barthélémy Merchade ont tenté de reconstituer pour le compte de leurs amis d’affaires, les frères Donà, une balle de gingembre, qui ne semblait plus négociable tel quel (pondus refectum et male in ordine).

22Restait à évaluer le montant des dommages. Une partie de la cargaison vénitienne ayant été mise sur le marché flamand par les Gênois, comme il est précisé à propos du malvoisie, la référence initiale fut celle du poids et de la monnaie de Bruges (ad racionem qua ibidem vendite fuerunt alie vegetes). Mais l’Office des Proviseurs de la Commune a converti poids et monnaies ou accepté le calcul de conversion de Bruges sur Venise, la somme demandée pour chaque réparation étant finalement libellée soit en livres de compte vénitiennes soit en ducats d’or. Cependant, lorsque les pertes étaient considérables, il était plus simple de partir des déclarations de douane à Venise ou du registre de bord pour calculer le prix de revient des marchandises, nolis compris.

  • 22 S’il s’agit du ducat vénitien et du florin de Gênes, qui n’est désigné comme ducat qu’à partir des (...)

23Au bout du compte, l’estimation des dommages subis par le bateau concorde, à quelques unités près, avec le montant réclamé aux Génois par le jugement d’arbitrage, soit 700 florins ; en revanche, la somme des déclarations individuelles de perte, soit 16 000 ducats, dont 2 600 pour l’équipage, dépasse le montant arrêté par les experts, tel qu’il est exprimé en florins. Peut-on suggérer que l’écart entre les deux chiffres22 tient au refus génois d’indemniser l’équipage ? Traités en prisonniers, marins et gens de mer ont peut-être fait les frais du règlement total théoriquement accepté par les deux Etats : ce serait le prix payé par Venise pour faire condamner la Commune de Gênes aux dépens et repousser la prétention du corsaire Nicolo de Moneglia, qui réclamait le règlement du transfert de la coque de Cadix à Bruges.

  • 23 R. Predelli, Regesti..., IV, no 116, 220, 221.

24A peine prononcé, l’arbitrage d’Amédée VIII de Savoie fut contesté par les Génois, qui firent tramer en longueur l’établissement d’un calendrier de paiement global de leur dette ; c’est le 30 septembre 1410 que ce programme échelonné fut établi. Mais sept ans plus tard, le 15 mars 1417, a banque de Saint Georges n’avait versé que 1442 ducats, et la Commune de Gênes, après avoir obtenu l’annulation des amendes encourues pour interruption des règlements, garantissait le versement régulier et ponctuel de la somme restante, soit 92 902 ducats23... Autant dire que quinze ans après la capture de la coque vénitienne sur la route de Flandre, armateurs et marchands — ou leurs héritiers — pouvaient tirer un trait définitif sur toute espérance d’indemnisation, malgré l’enquête minutieuse et les calculs détaillés sur lesquels s’étaient fondé experts et diplomates.

25A travers l’interminable procédure, la coque de Nicolo Rosso occupe, nous l’avons vu, une place à part, et l’on est tenté, en conclusion, d’insister sur la singularité de ce fait de guerre économique, et des apports d’un document rare et isolé à l’histoire des transports maritimes au début du xve siècle entre Méditerranée et mer du Nord.

26Tout d’abord, rien n’indique que le navire voyageait de conserve avec d’autres et ait fait partie d’une « muda » ou convoi de ligne ; bien au contraire, comme si les armateurs et des marchands avaient misé sur la sécurité retrouvée en Méditerranée occidentale, contrastant avec les affrontements permanents dans les eaux d’Orient.

27Bruges, l’emporium du Nord, est le terme fixé à un voyage exceptionnel de denrées qui ne se seraient pas aussi bien vendues sur un autre marché d’Europe : la preuve en est que le corsaire génois se conforme au plan de route initial, et reprend à son compte la stratégie marchande des Vénitiens. Mais la différence entre un corsaire et des marchands est que le Premier ne dispose pas d’un réseau d’honorables correspondants, qui aident à mener à terme l’opération, sur une place où la vente en gros se déroule dans un cercle de connaissances.

  • 24 J.C. Hocquet, Le sel et la fortune..., II, p. 105.

28Il faut enfin revenir sur le navire lui-même, qui demeure, en ce début du xve siècle, « le plus petit des gros tonnages »24 ; sous l’appellation de coque circulent alors des bâtiments imposants, dont la taille tend à croître, et dont la fonction consiste à maintenir, à côté des trafics réguliers organisés par l’Etat, des entreprises individuelles, sur lesquelles les sources publiques et les chroniques ne nous renseignent qu’exceptionnellement ; soupçonnées plus que décrites, ces entreprises manquent à une appréciation d’ensemble au commerce. Que l’Etat ait été conduit à réglementer le rapport entre la taille du navire, son équipage et sa capacité de tir, puis de feu, trace les limites étroites entre lesquelles se meut, à ses risques et périls, la liberté d’entreprendre.

Notes

1 La présente note, par la nature des sources sur lesquelles elle se fonde, replace les trafics maritimes sous les signes de risques de mer auxquels A. Tenenti a consacré des études devenues classiques. Face à la vision quelque peu optimiste d’une organisation parfaite des messageries maritimes, on a récemment analysé les conséquences du retard au départ, « maladie incurable » du système des convois (B. Doumerc, « La crise structurelle de la marine vénitienne au xve siècle : le problème du retard des “mude” », Annales ESC, 40, 1985, pp. 605-623). Il n’est pas moins nécessaire, lorsqu’on apprécie le volume des affaires ou le mouvement des échanges, de prendre en compte les pertes, en particulier par capture de navires isolés.

2 Deux exemples en mer du Nord : capture de navires de l’Ordre Teutonique par des pirates anglais près de la côte flamande en 1402 ; cf. A.H. de Oliveira Marques, « Navigation entre la Prusse et le Portugal au début du xve siècle », Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 46, 1949, pp. 477-490. Capture d’une galère florentine par le corsaire prussien Paul Beneke en 1473 ; cf. O. Meltzing, « Tommaso Portinari und sein Konflikt mit der Hanse », Hansische Geschichtsblätter, 1906, pp. 106-123, et F. Edler-de Roover, « A Prize of War : A Painting of Fifteenth Century Merchants », Bulletin of the Business Historical Society, 19, 1945, pp. 3-12.

3 Sur les péripéties politiques après le traité de Turin, cf. R. Predelli, Regesti dei Commemoriali della Repubblica di Venezia, Monumenti Storici della Deputazione Veneta di Storia Patna, Venise, 1876-1914, tome III, particulièrement à partir du no 262.

4 R. Cessi, « Le relazioni commerciali tra Venezia e le Fiandre nel secolo XIV », Politica ed economia di Venezia nel Trecento, Rome 1952, pp. 71-172 ; G. Luzzatto, Storia economica di Venezia dall’XI al XVI secolo, Venise 1961, p. 150.

5 De l’escale à Cadix témoigne la déclaration des armateurs, qui signalent la disparition de la caisse du patron de 80 doubles encaissés à Cadix pour le nolis de marchandises « chargées les unes à Venise, les autres à Cadix » (no 45).

6 Reconnu responsable par la convention vénéto-gênoise de 1406, de la capture d’une autre coque vénitienne, venant de Tana et allant à Schio, d’une nave chargée de savon naviguant vers l’Orient et d’un « gripo » candiote allant de Cerigo à Schio : Predelli, Libri..., III, no 19 (1406/28/VI).

7 Sur les négociations, cf. R. Predelli, Regesti..., III, no 262, 263, 275, 276-282 ; IV, no 17, 19-29, 48, 49.

8 Archivio di Stato di Venezia, Miscellanea di Atti diplomatici e privati, busta 31, no 918. Le cahier de parchemin porte sur sa couverture la mention suivante : 1405 Venetiis CadesFlandria.
Processus dominorum provisorum communis super cocha eunte ad viagium Gades et Flandrie patroni ser Nicoleto Rosso capta et depredata ab cocha Nicolai de Monegia genuivesi (sic) XI.
Peut-être la onzième pièce du dossier constitué par les Proviseurs de la Commune à l’intention des négociateurs vénitiens.

9 Dans un cas comparable, celui d’une nef vénitienne capturée par des sujets du roi de Naples en 1327, l’inventaire est confirmé par plusieurs sources : Que mercimonia et res liquide esse Venetorum infrascriptorum constat, tam per dictum et scripturam ipsorum quorum sunt, quam per quaternos et sacramentum illorum qui vendiderunt ipsa, quam etiam per libros et quaternos officialium diversorum comunis Veneciarum quibus de dictis rebus in Veneciis dacium est solutum : ASV, Commemoriale III, f. 23, cité par P. Molmenti, La storia di Venezia nella vita privata, Turin, 1880, p. 521.

10 Ces indications inclinent à penser que la coque vénitienne n’a pas livré combat, mais a été attaquée par surprise, peut-être dans le port de Cadix où elle était mouillée.

11 A la liste des outils et des armes dérobées sur le navire, il convient d’ajouter, sur la foi des déclarations individuelles, les instruments de travail des hommes de métier embarqués (barbier, calfat, pilote) sommairement désignés comme ferra, et leurs armes personnelles (32 cas sur 35 déclarations). La majorité des hommes à bord possédait un coffre (capsa) servant de couchette et enfermant des effets personnels et des marchandises d’une valeur non négligeable (épices, bocassins), à quoi s’ajoutaient quelques tonneaux de vin romaniote ou crétois, ou de l’argent liquide, dans le cas, par exemple, de deux marins originaires de Corfou, qui emportaient chacun la valeur de 50 ducats d’or.

12 Cf. J.C. Hocquet, Le sel et la fortune..., II, p. 108 ; F.C. Lane, Navires et constructeurs à Venise pendant la Renaissance, Paris 1965, p. 37.

13 La moitié des marins et plusieurs officiers sont originaires de l’Adriatique ou de Crète ; deux d’entre eux portent, à la manière des « sujets » de Venise, les noms coloniaux de grandes familles (Baffo et Gradenigo de Candie).

14 Par exemple, Marcus Niger (no 27) déclare avoir retrouvé sur les 18 tonneaux et les 12 barriques de malvoisie chargés à Venise 15 tonneaux et 2 barriques. Partant d’un calcul sur les fûts réels, les tonneaux équivalant à 3 « bigonci » et les barriques à 4 1/4 quarts, le déclarant a constaté que les tonneaux restants ont été mis en perce (de quibus auste fuerunt per spinas quarte viginti quator romanie) ; on en vient donc par le jeu du rapport entre les unités (un tonneau de Crète officiellement estimé à 450 litres valant à peu près 4 barriques) à une perte mathématique de 9 tonneaux (3 tonneaux réels, 4 à 5 barriques théoriques et 10 barriques réelles, plus faciles à transporter que des grands fûts).

15 Par exemple, no 38 : ser Nicolaus Mauroceno quondam ser Gaspari de collis decem qui in quaterno coche scripti fuerunt pro cannella erant species minute plurium rationum... ou no 39 : ser Lucas Faledro de quindecim barilibus salisnitri de quibus undecim scripti fuerunt in quaterno dicte navis pro salnitrio et alii pro gripola... et de collis duobus schilatorum de sclavonia numero sex millium nongentorum vigintiqumque, quos scriptum fuit esse cannellam... On choisit là deux exemples d’enregistrement dans le livre de bord de la coque qui suscitent trois commentaires :
a) le « scrivan » ne procède pas à la vérification matérielle des déclarations ; le livre de bord repose-t-il exclusivement sur dictum et scripturam ipsorum quorum sunt ou se conforme-t-il à des « bollette » ou fiches de la Douane de Venise ? (cf. note 8). Les marchands ont-ils sciemment trompé la Douane et l’armateur ? ;
b) la procédure de dédommagement ne semble pas entraîner d’enquête pour fausse déclaration : entre salpêtre et tartre, la différence est certainement moins grande du point de vue de la taxation douanière et du tarif d’affrètement de Venise qu’entre cannelle et drogues « subtiles » ;
c) l’aspect des « colli » n’est pas lié à la nature du chargement, puisqu’on peut confondre un « collo » de cannelle et un « collo » de peaux d’écureuils.

16 Un seul exemple de restitution à Cadix (no 40) : Ser Johaninus Faledro de collis quatuor semensine rehabuit unum in Cades et alium in Flandria et alia duo sibi deficiunt...

17 Cf. F.C. Lane, Navires et constructeurs..., p. 238.

18 Y. Renouard, « La capacité du tonneau bordelais au Moyen Age », Annales du Midi, 65, 1953, pp. 395-403 ; « Recherches complémentaires sur la capacité du tonneau bordelais au Moyen Age », Ibid., 68, 1956, pp. 195-207.

19 V. Magalhaes-Godinho, L'économie de l’Empire portugais aux xve et xvie siècle, Paris 1969, p. 585.

20 Rien qui ressemble au « cargo » de 400 livres vénitiennes, ou au « collo » alexandrin, pesant 500 kg au xve siècle ; cf. F.C. Lane, Navires et constructeurs..., p. 438.

21 V. Magalhaes-Godinho, L’économie..., p. 591.

22 S’il s’agit du ducat vénitien et du florin de Gênes, qui n’est désigné comme ducat qu’à partir des années 1415 (P. Spufford et W. Wilkinson, Interim Listing of the Exchange Rates of Medieval Europe, Keele University, 1977, p. 105), l’écart est plutôt renforcé par la prime du ducat vénitien.

23 R. Predelli, Regesti..., IV, no 116, 220, 221.

24 J.C. Hocquet, Le sel et la fortune..., II, p. 105.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.