Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

La navigation et les affaires

Le film des navigations orientales de Gênes au XIIIe siècle

Michel Balard

Texte intégral

  • 1 A. Tenenti, C. Vivanti, Le film d’un grand système de navigation : les galères vénitiennes, xive-x (...)
  • 2 A. Sacerdoti, Note sulle galere da mercato veneziane nel XV° secolo, dans Bollettino dell’Istituto (...)

1En 1961, A. Tenenti et C. Vivanti se sont efforcés de reconstruire le film d’un grand système de navigation, les mude des galères vénitiennes du xive au xvie siècle : nombre des galères mises aux enchères, date de départ et destination des navires1 Complétée par différents travaux2, cette étude n’en donne pas moins une vision d’ensemble des navigations orientales de Venise, organisées et stimulées par l’Etat.

  • 3 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome-Gênes, 1978. Ces textes ont (...)

2A Gênes, point de muda régulière, point de source spécifique à l’égal des registres vénitiens des Senato Misti et Senato Mar. Doit-on renoncer pour les périodes anciennes à connaître les mouvements des navires, leur périodicité, les noms des patrons et les destinations suivies ? Bien que l’information soit ici plus diffuse, on peut néanmoins reconstituer le film des navigations orientales de Gênes. Les tableaux que nous présentons résultent de longs dépouillements réalisés lors de la préparation de notre Romanie génoise3. On y retrouvera, groupés par année et à la date de mois qui les documente, tous les mouvements de navires se rendant en Orient ou en revenant.

3La lecture de ces tableaux implique des remarques préliminaires et conduit à quelques conclusions.

  • 4 Ceux-ci ont été surtout utilisés par E.H. Byrne, Genoese Shipping in the twelth and thirteenth cen (...)
  • 5 Les textes sont édités par A. Jal, Pacta naulorum des années 1246, 1268 et 1270, dans J.J. Champol (...)

4On notera d’abord la disproportion de l’information selon les années. Grâce aux minutiers de Bartolomeo Fornario4 et aux commandes passées par Saint Louis aux arsenaux génois5, les années 1246 à 1270 rassemblent près de la moitié de la documentation aujourd’hui disponible. Rédigés à Gênes dans leur grande majorité, ces actes informent davantage sur les traversées vers l’Orient que sur les retours des navires, connus grâce à des reçus ou à quelques passages des Annales génoises. Nos tableaux ne peuvent atteindre la vérité statistique que des sources comptables, quasi inexistantes au xiiie siècle, permettraient de mieux approcher.

5Deuxième remarque : les actes notariés et les Annales génoises, d’où provient l’essentiel de notre information, n’apportent pas toute la précision souhaitable.

  • 6 Sur l’onomastique des navires, voir G. Balbi, I nomi di nave a Genova nei secoli XII e XIII, dans (...)

6L’onomastique navale reste bien souvent incertaine. Le même navire à la même date peut apparaître sous des noms différents : un sobriquet, un nom de saint ou la raison sociale faisant référence au clan familial qui le possède. L’usage des sobriquets domine au début du siècle ; l’hagionomastique fait une timide entrée dans les années 1220-1230 et ne s’impose vraiment qu’à la fin du siècle. Les doubles vocables, si fréquents aux xive-xve siècles, ne sont pas encore en usage6.

7Les destinations ne sont pas mieux définies. Le terme Ultramare (ad partes ultramarinas, de partibus ultramarinis) qui désigne à Gênes l’ensemble des régions sises au-delà du canal d’Otrante, est constamment employé ; s’il fait plutôt référence aux côtes de Syrie-Palestine dans la première moitié du siècle, il s’applique aussi, dans le dernier tiers, aux terres de l’empire byzantin, alors que décline le trafic vers la Syrie perdue par les Francs. Dans nos tableaux, enfin, la colonne réservée aux marchandises reste bien vide ; seuls les contrats de nolisement et quelques actes de « commenda » définissent une partie de la cargaison.

  • 7 Sur les flottes lancées entre 1261 et 1267, voir notre Romanie génoise, op. cit., t. 2, p. 541.

8Malgré ces lacunes, le film ainsi présenté met en valeur l’effort naval considérable que Gênes a réalisé au cours du xiiie siècle. Les conflits avec les Pisans et les Vénitiens, les commandes de Saint Louis pour les croisades, l’aide apportée à Michel VIII Paléologue7 ont suscité des armements nombreux, surtout de galères, mais on sait que les bâtiments de guerre peuvent aisément se transformer pour les besoins du transport marchand. L’ouverture de la mer Noire aux Génois et l’exploitation par les Zaccaria des alunières de Phocée ont donné au trafic un élan considérable dans le dernier tiers du siècle.

  • 8 C. Imperiale di Sant’Angelo, Annali genovesi di Caffaro e dei suoi continuatori, t. 5, Rome, 1929, (...)

9Que ce soit vers la Syrie, vers Alexandrie, vers Constantinople ou la mer Noire, les bâtiments utilisés ne varient guère. Peu de petits tonnages, linhs, tarides, bucii ou saiètes. Le trafic est assuré soit par les nefs à voile latine, timidement remplacées par quelque cocha dans la dernière décennie du siècle, soit par les galères marchandes. Certaines années, celles-ci sont si nombreuses, dit Iacopo Doria, qu’elles ne peuvent être comptées8.

10Le calendrier des départs, ou du moins des actes qui s’y réfèrent, souligne le rythme bi-annuel des navigations orientales ; nefs et galères quittent Gênes soit dans les premiers mois du printemps, soit dans les derniers mois de l’été ; ces deux maxima saisonniers sont fortement marqués et contrastent avec la pratique généralement observée de l’hivernage. Seuls quelques retours, de novembre à janvier, viennent rompre le repos hivernal.

  • 9 L’un des notaires génois, Raimondo Medico, note dans son minutier les départs pour l’Orient, qui s (...)
  • 10 Sur la conserva, voir G. Forcheri, Navi e navigazione a Genova nel Trecento. Il Liber Gazarie, Gên (...)

11Le souci de sécurité impose le regroupement des navires qui partent en caravana9. Le convoi ainsi formé n’établit d’autre lien entre les patrons que le simple devoir d’assistance mutuelle. L’on ne rencontre pas encore l’usage de la conserva qui partage les risques et répartit entre tous les marchands-armateurs les dommages subis par un navire10.

12L’onomastique incertaine ne permet pas de connaître la durée d’utilisation des bâtiments. Tout au plus, on remarquera que le Paradisus des Doria et de Poncius Ricius, nolisé par Saint Louis en 1248, prend encore la mer en 1262 ; deux ans plus tard, les de Mari sont patrons d’un navire de même nom, mais est-ce le même ? La Sancta Spes de Gulielmus Ricius apparaît sur les routes de l’Orient en 1248 et 1255. Mais la galère Alegrancia, citée en 1253, n’a certainement rien à voir avec son homonyme de 1278. La durée de vie des bâtiments du xiiie siècle dépasse rarement une douzaine d’années.

13Le choix des destinations illustre la grande mutation que subissent au cours du xiiie siècle les navigations orientales de Gênes. L’espace byzantin, dominé par les vainqueurs de la ive Croisade, n’est guère fréquenté par les Génois avant 1261 ; leurs activités les portent vers Alexandrie et les Etats francs de Syrie-Palestine. A partir des années 1260, la Romanie voit croître son importance ; les entreprises des Zaccaria en mer Noire et à Phocée renforcent ce courant de trafic après 1270, alors même que décline le commerce avec la Syrie. A la fin du siècle, le renversement est complet : les Génois dominent l’espace égéen et pontique, fréquentent Chypre et la Petite-Arménie, délaissent la Syrie perdue par les Francs. Les navigations orientales de Gênes portent la marque profonde des bouleversements politiques du monde méditerranéen et du déplacement des grands axes du commerce international.

  • 11 J. Day, Les douanes de Gênes 1376-1377, 2 vol., Paris, 1963, t. 1, p. XXVI et R.S. Lopez-H.A. Misk (...)

14A la fin du xiiie siècle, Gênes est au sommet de sa prospérité ; le volume du commerce maritime dépasse du double, dans les années 1290, les valeurs enregistrées au cours du xive siècle11. Le film des navigations orientales de Gênes suit pas à pas cette étonnante croissance.

1. Ultramare, en l’absence de toute autre indication.
2. Volumes cités :
— Ann. lan. : L.T. Belgrano-C. Imperiale di Sant’Angelo, Annali genovesi di Caffaro e dei snoi continuatori, 5 vol., Rome, 1890-1929.
— Balard, Gênes : M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. 1 : Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto 1289-1290. Paris-La Haye. 1973.
— Belgrano, Documenti  : L.T. Belgrano, Documenti inediti riguardanti le due Crociate di San Ludovico IX re di Francia , Gênes, 1859.
— Bratianu, Actes : G.I. Bratianu, Actes des notaires génois de Péra et de Caffa de la fin du xiiie siècle 1281-1290, Bucarest, 1927.
— Desimoni. Actes : C. Desimoni. « Actes passés en 1271, 1274 et 1279 à l’Aïas (Petite-Arménie) et à Beyrouth par devant des notaires génois » dans Archives de l’Orient latin, t. I, 1881, pp. 434-534.
— Falco-Pistarino, Giov. di Giona : G. Falco-G. Pistarino, Il cartulario di Giovanni di Giona di Portovenere (sec. XIII), Deputazione subalpina di storia patria, t. CLXXVII, Turin, 1955.
— Ferretto, Codice : A. Ferretto, « Codice diplomatie delle relazioni fra la Liguria, la Toscana e la Lunigiana ai tempi di Dante », dans Atti della Società ligure di Storia patria (abrégé ASLi). t. XXXI/1. Gênes. 1901.
Frerretto, Lib. mag. Salm. : A. Ferretto, « Liber Magistri Salmonis 1222-1226 » dans ASLi, t. XXXVI, Gênes, 1906.
— Iac. de Varagine : G. Monleone, Iacopo da Varagine e la sua Cronaca di Genova, 3 vol., Rome, 1941.
Lopez, Genova : R.S. Lopez, Genova marinara nel Duecento. Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante, Milan-Messine, 1933.
Lopez, Procuratori : R.S. Lopez, « Familiari, procuratori e dipendenti di Benedetto Zaccaria » dans Su e giu per la Storia di Genova, Gênes, 1975, pp. 329
370.
— Not. cart. : Archives d’Etat de Gênes, Notai, minutier no...
— Not. ign. : ASG, Notai ignoti, Busta no...
— Not. Giov. de Guib. : M.W. Hall-Cole, H.C. Krueger. R.G. Reinert, Notai ligun det secoli xii e xiii, t. 5 : Giovanni di Gmberto, 2 vol.. Gènes, 1939
1940.
— Not. G. Scriba : M. Chiaudano-M. Moresco, Il cartolare di Giovanni scriba, Turin, 1935.
— Not. Lanfranco : H.C. Krueger-R.L. Reynolds, Notai ligun dei secoli xii e xii, t. 6 Lanfranco 1202-1226, 3 vol.. Gênes, 1951-1953.

Notes

1 A. Tenenti, C. Vivanti, Le film d’un grand système de navigation : les galères vénitiennes, xive-xvie siècles, dans Annales ESC, t. 16, 1961, pp. 83-86.

2 A. Sacerdoti, Note sulle galere da mercato veneziane nel XV° secolo, dans Bollettino dell’Istituto di Storia della Società e dello Stato, t. IV, 1962, pp. 80-105 ; F.C. Lane, La marina mercantile della Repubblica di Venezia, dans Le navi di Venezia, Turin, 1983, pp. 24-44 ; U. Tucci Sur la pratique vénitienne de la navigation au xvie siècle. Quelques remarques, dans Annales ESC, 1958, pp. 72-86 ; J.C. Hocquet, Voiliers et commerce en Méditerranée 1200-1650, Lille, 1979, pp. 89-126 ; B. Doumerc, La crise de la marine vénitienne au xvie siècle, dans Annales ESC, t. 40, 1985, pp. 605-623.

3 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome-Gênes, 1978. Ces textes ont été également utilisés pour une communication sur les transports génois vers l’Orient (xiie-xiiie siècles), à paraître dans les Actes du colloque « Italian Communes in the Crusader Kingdom of Jerusalem », Jérusalem, mai 1984.

4 Ceux-ci ont été surtout utilisés par E.H. Byrne, Genoese Shipping in the twelth and thirteenth centuries, Cambridge (Mass), 1930 et L. Balletto, In tema di marineria genovese, dans Le Genti del mare Mediterraneo, éd. L. Ragosta, Naples, 1981, pp. 357-381.

5 Les textes sont édités par A. Jal, Pacta naulorum des années 1246, 1268 et 1270, dans J.J. Champollion-Figeac, Documents historiques inédits, 4 vol., Paris, 1841-1848, t. 1, pp. 507-615 et L.T. Belgrano, Documenti inediti riguardanti le due crociate di San Ludovico IX re di Francia, Gênes, 1859. Ils ont donné lieu à un grand nombre de travaux, parmi lesquels on retiendra surtout R. Bastard de Péré, Navires méditerranéens au temps de Saint Louis, dans Revue d’Histoire économique et sociale, 1972, pp. 327-356 et J. Pryor, The naval architecture of Crusader Transport Ships, dans The Mariner’s Mirror, t. 70, 1984, no 2, pp. 171-219 ; no 3, pp. 275-292 ; no 4, pp. 363-386.

6 Sur l’onomastique des navires, voir G. Balbi, I nomi di nave a Genova nei secoli XII e XIII, dans Miscellanea di Storia ligure in memoria di G. Falco, Gênes, 1966, pp. 65-86 et B.Z. Kedar, Merchants in crisis. Genoese and Venetian Men of affairs and the Fourteenth century Depression, New Haven-Londres, 1976, pp. 142-155.

7 Sur les flottes lancées entre 1261 et 1267, voir notre Romanie génoise, op. cit., t. 2, p. 541.

8 C. Imperiale di Sant’Angelo, Annali genovesi di Caffaro e dei suoi continuatori, t. 5, Rome, 1929, p. 27.

9 L’un des notaires génois, Raimondo Medico, note dans son minutier les départs pour l’Orient, qui s’effectuent le jour de la Saint-Michel : cf. Archives d’Etat de Gênes (abrégé ASG), Notai, cart. no 5, ff. 125r et 256r.

10 Sur la conserva, voir G. Forcheri, Navi e navigazione a Genova nel Trecento. Il Liber Gazarie, Gênes, 1974, pp. 87-88 et notre Romanie génoise, op. cit., t. 2, pp. 581-582.

11 J. Day, Les douanes de Gênes 1376-1377, 2 vol., Paris, 1963, t. 1, p. XXVI et R.S. Lopez-H.A. Miskimin, The Economic Depression of the Renaissance, dans The Economic History Review, t. 14, 1961-1962, p. 421.

Table des illustrations

Légende 1. Ultramare, en l’absence de toute autre indication.2. Volumes cités :— Ann. lan. : L.T. Belgrano-C. Imperiale di Sant’Angelo, Annali genovesi di Caffaro e dei snoi continuatori, 5 vol., Rome, 1890-1929.— Balard, Gênes : M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. 1 : Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto 1289-1290. Paris-La Haye. 1973.— Belgrano, Documenti  : L.T. Belgrano, Documenti inediti riguardanti le due Crociate di San Ludovico IX re di Francia , Gênes, 1859.— Bratianu, Actes : G.I. Bratianu, Actes des notaires génois de Péra et de Caffa de la fin du xiiie siècle 1281-1290, Bucarest, 1927.— Desimoni. Actes : C. Desimoni. « Actes passés en 1271, 1274 et 1279 à l’Aïas (Petite-Arménie) et à Beyrouth par devant des notaires génois » dans Archives de l’Orient latin, t. I, 1881, pp. 434-534.— Falco-Pistarino, Giov. di Giona : G. Falco-G. Pistarino, Il cartulario di Giovanni di Giona di Portovenere (sec. XIII), Deputazione subalpina di storia patria, t. CLXXVII, Turin, 1955.— Ferretto, Codice : A. Ferretto, « Codice diplomatie delle relazioni fra la Liguria, la Toscana e la Lunigiana ai tempi di Dante », dans Atti della Società ligure di Storia patria (abrégé ASLi). t. XXXI/1. Gênes. 1901.— Frerretto, Lib. mag. Salm. : A. Ferretto, « Liber Magistri Salmonis 1222-1226 » dans ASLi, t. XXXVI, Gênes, 1906.— Iac. de Varagine : G. Monleone, Iacopo da Varagine e la sua Cronaca di Genova, 3 vol., Rome, 1941.— Lopez, Genova : R.S. Lopez, Genova marinara nel Duecento. Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante, Milan-Messine, 1933.— Lopez, Procuratori : R.S. Lopez, « Familiari, procuratori e dipendenti di Benedetto Zaccaria » dans Su e giu per la Storia di Genova, Gênes, 1975, pp. 329370.— Not. cart. : Archives d’Etat de Gênes, Notai, minutier no...— Not. ign. : ASG, Notai ignoti, Busta no...— Not. Giov. de Guib. : M.W. Hall-Cole, H.C. Krueger. R.G. Reinert, Notai ligun det secoli xii e xiii, t. 5 : Giovanni di Gmberto, 2 vol.. Gènes, 19391940.— Not. G. Scriba : M. Chiaudano-M. Moresco, Il cartolare di Giovanni scriba, Turin, 1935.— Not. Lanfranco : H.C. Krueger-R.L. Reynolds, Notai ligun dei secoli xii e xii, t. 6 Lanfranco 1202-1226, 3 vol.. Gênes, 1951-1953.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25899/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.