Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

Les méthodes de l'histoire maritime

Réflexions sur quelques recherches récentes en histoire maritime

Etienne Taillemite

Texte intégral

1L’histoire maritime fut, jusqu’à une époque récente, la grande parente pauvre de la recherche historique en France. Cet état de chose était dû à plusieurs raisons aux effets cumulatifs. Les Français, le fait est bien connu, n’ont pas et n’ont jamais eu d’instinct maritime. Les origines terriennes du royaume, l’orientation presque toujours continentale d’une politique dominée par la question des frontières de l’Est, le peu de goût des Français, à quelques exceptions près, pour la découverte et l’expatriation, leurs talents commerciaux limités par l’appétit des charges publiques, de préférence anoblissantes, tout cela a contribué pendant plusieurs siècles à détourner la France des grands espaces maritimes et il est significatif qu’elle ait été presque absente de la première époque des découvertes. Il fallut attendre Richelieu, Fouquet et Colbert pour que se dessine enfin une politique d’expansion maritime qui connaîtra son apogée au xviiie siècle à la fois dans les découvertes et dans une percée économique et commerciale mais dont les effets prometteurs seront durablement brisés par la coupure de la Révolution et de l’Empire comme va nous le démontrer François Crouzet. Des décennies seront nécessaires pour que le commerce extérieur revienne à ses niveaux d’avant 1789 et la France bourgeoise du xixe siècle fut, dans son ensemble, encore plus indifférente aux questions maritimes que la Société d’Ancien Régime.

2Il n’y a donc rien d’étonnant, dans ces conditions à ce que cette méconnaissance de l’influence de la mer dans les destinées nationales ait été largement partagée par les historiens. N’est-il pas frappant en effet de constater la très faible part consacrée dans l’historiographie française à tout ce qui touche à la mer aussi bien dans le domaine stratégique qu’économique. Quel est l’historien français, écrivant avant la seconde guerre mondiale, qui a souligné le rôle joué par la mer dans les grands conflits depuis la guerre de Cent ans jusqu’à celle de 1914 ? Quel est celui qui a mesuré l’impact du commerce maritime sur notre vie économique à telle ou telle époque ? Lors d’un des premiers colloques d’histoire maritime organisés par Michel Mollat en 1956, Lucien Febvre avouait avoir découvert, en lisant le livre de Pierre J. Charliat, paru en 1935, qu’il existait une économie maritime. Il faudra donc attendre pratiquement l’après seconde guerre mondiale pour que l’école historique française et l’Université découvrent à leur tour la mer et son importance dans la vie des peuples. Car il était bien significatif aussi de constater que notre enseignement supérieur ignorait peut-on dire totalement l’histoire maritime puisque celle-ci n’était traitée qu’à l’Ecole Navale devant un auditoire dont la vocation prioritaire n’était évidemment pas la recherche historique.

3Telle était donc la situation il y a une quarantaine d’années. Seuls s’intéressaient alors à ce type d’histoire quelques officiers de marine comme l’Amiral Castex, d’ailleurs plus théoricien de la stratégie que proprement historien, et quelques rares chercheurs isolés comme P.J. Charliat, Charles de la Roncière, Guilleux La Roërie, Léon Vignols ou René Mémain dont la monumentale thèse sur la création de l’arsenal de Rochefort, parue en 1936, demeure aujourd’hui encore, classique. Il n’existait alors aucune structure universitaire, susceptible d’encourager et de faciliter ce genre de recherche, ni bien entendu aucune revue spécialisée. Certes, la Revue maritime, alors sous la responsabilité de l’Etat-major de la Marine, publiait de nombreux articles historiques, souvent de valeur, rédigés fréquemment par des officiers, et le Service historique de la Marine, organisé en 1920 par le futur amiral Castex, provoqua la rédaction d’un certain nombre d’études, axées naturellement sur l’histoire des opérations navales. Il en sera de même de la célèbre collection de Mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale publiée par les éditions Payot qui accueillit entre autres les travaux du capitaine de vaisseau Thomazi. Mais tout ceci, dont il n’est certes pas question de minimiser l’importance, demeurait limité au domaine de la marine de guerre. A cette époque, seule sans doute, l’Académie de Marine, reconstituée en 1920 sous l’impulsion d’Adolphe Landry après une éclipse plus que centenaire, bien révélatrice elle aussi, élargissait son champ d’études aux questions maritimes en général.

4Ce n’est que vers les années 1950 que se dessine enfin en France un mouvement en faveur d’une histoire maritime entendue dans le sens le plus large et celui-ci va prendre une ampleur grandissante et de plus en plus diversifiée. Nous voudrions évoquer ici rapidement les diverses manières dont cet effort se manifesta, les principaux travaux auxquels il donna lieu et enfin, ce qu’il serait souhaitable d’envisager dans l’avenir pour améliorer encore les résultats très importants déjà obtenus.

5Chronologiquement, le premier organisme créé avec pour mission d’encourager la recherche en histoire maritime fut le Comité de Documentation historique de la Marine marchande mis sur pied en 1950 par Jean Denizet, conservateur en chef des Archives de la Marine, et Olivier de Prat, conservateur aux Archives nationales. Ce Comité poursuivait un double but : rechercher systématiquement les archives privées concernant les marines marchande et de pêche et assurer leur bonne conservation car elles n’étaient alors qu’insuffisamment protégées par la législation, et développer par tous les moyens possibles les études d’histoire maritime. A partir de 1959 et sous l’impulsion d’André Reussner, le Comité étendit ses activités à la marine de guerre et organisa chaque année un cycle de conférences sur des thèmes maritimes. Arrivé aujourd’hui à sa 35e année d’existence il poursuit son œuvre mais la faiblesse des moyens financiers dont il dispose ne lui permet pas de publier régulièrement les travaux présentés devant lui et les tentatives d’implantation de comités régionaux s’est révélée, sauf à Nantes, très décevante.

6Un autre moyen de développer les études consistait à provoquer des rencontres et à lancer des opérations à objectif déterminé. C’est ainsi que furent organisés, sous le double patronage de l’Académie de Marine et du Comité de documentation une série de colloques internationaux d’histoire maritime axés sur des thèmes précis. Le premier, réuni à Paris, en 1956, était consacré au navire et à l’économie maritime du xve au xviiie siècle. Ces réunions se succédèrent chaque année, d’abord à Paris de 1956 à 1960, puis à Lisbonne avec pour thème les aspects internationaux de la découverte océanique aux xve et xvie siècles, à Venise et Lourenço-Marquez en 1962 sur les relations entre la Méditerranée et l’Océan Indien. Au total dix-sept colloques ont été réunis entre 1956 et 1980. Les actes ont été régulièrement publiés. A partir de 1965 ces réunions eurent lieu à l’occasion des Congrès internationaux des sciences historiques mais il y eut aussi d’autres opportunités. C’est ainsi par exemple qu’en 1972 l’Association historique de l’Océan Indien, créée en avril 1960, organisait à Saint-Denis de la Réunion des journées d’étude sur les mouvements de population dans cette région du monde. Celles-ci étaient également parrainées par une autre institution de création alors récente due à l’initiative de Michel Mollat : la Commission internationale d’Histoire maritime. Constituée en 1959 sous le nom de groupe international d’Histoire maritime, devenue l’année suivante Commission dans le cadre du Comité international des sciences historiques, elle s’attacha à promouvoir, outre des colloques, une très importante entreprise également menée sur le plan international : la réédition entièrement revue et complétée du Glossaire nautique de Jal. Lancé en 1955 au Xe Congrès des sciences historiques de Rome, ce monumental travail auquel ont collaboré de très nombreux spécialistes, est aujourd’hui très avancé et on peut espérer en voir l’achèvement dans quelques années.

7La mise en chantier du Jal fut d’ailleurs pour l’Université française l’occasion de sortir enfin de son indifférence à l’égard de l’histoire maritime puisque fut créé à l’Ecole pratique des Hautes Etudes un enseignement sous forme de séminaire qui permit à Michel Mollat de former de nombreux disciples. Parallèlement à ce travail, d’autres thèmes furent mis en programme : les grands voyages d’exploration, la vie sociale des gens de mer. Le CNRS s’intéressa lui aussi à l’entreprise sous la forme d’un laboratoire associé aujourd’hui dirigé par Jean Meyer.

8En dehors de ce séminaire, institution permanente, d’autres rencontres universitaires ont eu lieu. Ainsi le 22 mars 1980, l’Association des historiens modernistes des Universités patronnait un colloque sur la mer à l’époque moderne au cours duquel furent évoqués les flottes marchandes et le potentiel économique par Pierre Jeannin, Mer et puissance politique, modèles mercantilistes et réalités commerciales dans le monde atlantique à la fin de l’Ancien Régime par Paul Butel, les gens de mer dans la France de l’Ancien Régime par Marc Perrichet et la mer et les peintres français du xviie siècle par Jacques Thuiller. Jean Meyer tira les conclusions.

9Un autre colloque provoqué par la même association eut lieu à Bordeaux en 1983 sur le thème l’Atlantique et ses rivages (1500-1800) avec la participation de Jacques Bernard, Jean Meyer, François Crouzet, Serge Daget, Christian Huetz de Lemps, Frédéric Mauro, Paul Butel. Il est très regrettable que les actes de ces colloques ne fassent l’objet que d’une diffusion multigraphiée donc confidentielle.

10Si les colloques d’histoire maritime ont quelque peu perdu de leur régularité primitive, ils continuent néanmoins à réunir un public nombreux. Ce fut le cas en 1984 des journées organisées à la Sorbonne par Jean Meyer sur les Marines de guerre européennes aux xviie et xviiie siècles. L’année précédente, la célébration du tricentenaire de la mort de Colbert avait provoqué l’organisation de deux colloques, l’un à Paris sous l’égide du CNRS où l’œuvre maritime du ministre ne fut pas oubliée, l’autre à Rochefort à l’initiative du Ministère de la Mer et plus spécialement axé sur les questions maritimes. Enfin, signe tangible d’une heureuse évolution des mentalités, l’aspect maritime n’est plus systématiquement oublié dans certaines manifestations. Ainsi, en 1984, parmi celles qui furent prévues à l’occasion du bicentenaire de la mort de Diderot, l’Université de Bretagne occidentale et le Service historique de la Marine mirent sur pied à Brest un colloque international sur l’Encyclopédie et la Mer accompagné d’une exposition, sur le même thème. Certains événements maritimes sont célébrés d’une manière beaucoup plus précise qu’autrefois. Pour ne citer que deux exemples récents, le bicentenaire du départ de Lapérouse pour son voyage autour du monde et le cinquantième anniversaire de la mise en service du paquebot Normandie ont été l’occasion d’un colloque réuni à Albi en mars 1985 et de journées d’études à l’Académie de Marine.

11Dernier-né enfin des organismes appelés à promouvoir les études historiques sur les thèmes de la mer est la Commission française d’histoire maritime créée en juin 1979 qui regroupe aujourd’hui plus de 300 adhérents et est naturellement affiliée à la Commission internationale. Son siège social est aux Archives Nationales et son activité principale est la publication d’une revue la Chronique d’histoire maritime qui s’efforce de remédier à l’absence souvent déplorée de tout périodique consacré à cette discipline. Depuis 1945 en effet, la Revue Maritime a pris une coloration beaucoup plus technique et ne publie qu’assez exceptionnellement des articles d’histoire. La Revue d’histoire économique et sociale a publié jadis quelques numéros spéciaux consacrés à l’histoire maritime mais il manquait en France une revue spécialisée de parution si possible régulière. La Chronique a pour mission de combler cette lacune et le succès qu’elle rencontre malgré la modestie des moyens matériels dont elle dispose prouve à l’évidence qu’elle correspond à un besoin. Paraissant deux fois par an pour l’instant, la Chronique publie des articles de fond, une bibliographie et donne toutes les informations qui peuvent être utiles aux chercheurs : programmes des colloques et réunions diverses, états d’avancement de certaines recherches, nouvelles acquisitions d’archives d’intérêt maritime etc. La Commission s’est attachée elle aussi à développer les études et a pris l’initiative depuis 1982 d’organiser chaque année, à l’occasion du Congrès national des Sociétés savantes, une journée d’histoire maritime sur un thème aussi proche que possible de celui du Congrès. Une nouvelle occasion est ainsi donnée aux chercheurs de présenter leurs travaux et d’en tirer une publication.

12Depuis une trentaine d’années, la France s’est donc dotée d’un ensemble d’institutions et de structures qui ont permis à l’histoire maritime dans ses divers aspects de connaître un développement remarquable et d’être admise à part entière dans le monde historique. Dans le même temps une floraison importante de travaux a paru qui a renouvelé bien des sujets et a souvent provoqué la révision d’idées reçues dans certains domaines et pour certaines périodes. Nous allons les passer rapidement en revue, sans bien sûr prétendre à l’exhaustivité, en les regroupant selon quelques grands axes : les instruments de recherche, les grands travaux d’inspiration universitaire, thèses et mémoires, l’histoire du navire et l’archéologie navale, la prosopographie maritime, la santé et l’hygiène navales.

13La mise à la disposition des chercheurs d’un nombre croissant d’instruments de recherche constitua, depuis 1950, l’un des soucis majeurs de la Direction des Archives de France et du Service historique de la Marine. L’effort à faire était considérable car les publications d’inventaires avaient pris, depuis 1914, un retard considérable puisque presque rien n’avait paru entre 1914 et 1950. Depuis cette époque le rythme a repris et pratiquement chaque année sort un nouveau volume concernant soit une série soit un ensemble. Ainsi les fonds d’amirauté, d’un intérêt fondamental pour l’histoire du commerce maritime et sur lesquels Léon Vignols et Marcel Gouron avaient déjà attiré l’attention avant la seconde guerre, ont fait l’objet en 1958 d’un guide de recherches dû à Henri-François Buffet, inséré dans le Guide des recherches dans les fonds judiciaires de l’Ancien Régime. En 1979 paraissait par les soins du Service historique de la Marine une étude d’ensemble sur les archives de la Marine déposées aux Archives Nationales. Enfin près d’une trentaine de volumes d’inventaires plus spécialisés concernant aussi bien les séries conservées à Paris que celles qui se trouvent dans les ports ont été publiés. Cet effort s’insérait d’ailleurs en partie dans un programme international patronné par l’Unesco et le Conseil international des Archives, lesquels avaient lancé vers 1960 la rédaction d’une série de guides des sources européennes de l’histoire des nations : Afrique au sud du Sahara, Asie-Océanie, Amérique latine, Afrique du Nord-Proche-Orient. Les services d’Archives de la Marine et des anciennes colonies françaises ont naturellement fourni une part essentielle du contenu de ces guides dont la publication est aujourd’hui presque achevée. En dehors de cette collection, l’Amérique du Nord et le Canada ont fait l’objet de deux guides publiés séparément.

14A l’instigation de la Commission internationale d’histoire maritime a été également publiée une Bibliographie de l’histoire des grandes routes maritimes recensant les travaux publiés entre 1932 et 1974, éditée sous la direction de Charles Verlinden par la fondation Gulbenkian à Lisbonne et, par les soins de Catherine Méhaud, une Bibliographie des travaux intéressant l’histoire maritime publiés en France de 1962 à 1975 parue en 1984 qui complète heureusement le monumental dépouillement réalisé et publié par J. Polak en 1976 sous le titre de Bibliographie maritime française. On peut donc constater que l’historien de la marine dispose aujourd’hui d’instruments de recherche qui, sans être encore totalement satisfaisants, lui permettent une orientation relativement facile.

15Depuis quarante ans, l’Université française a donc découvert le domaine maritime et la quantité autant que la qualité des travaux réalisés est impressionnante. S’il est évidemment impossible de dresser ici une liste complète des œuvres publiées, au moins faut-il évoquer les principales et rendre hommage aux maîtres qui ont montré la voie et formé des disciples. Au premier rang figurent naturellement Fernand Braudel, Michel Mollat et Pierre Chaunu dont les œuvres ont consacré la sortie de l’école historique française de l’esprit hexagonal qui avait été si longtemps sa caractéristique. L’importance essentielle de la Méditerranée au temps de Philippe II, du Commerce normand au Moyen Age, de Séville et l’Atlantique et des œuvres qui ont suivi, n’a pas besoin d’être rappelée. Il n’était plus possible désormais d’ignorer le poids des espaces maritimes dans l’histoire des peuples et même dans celle du peuple français. L’étude de l’influence du Sea power cessait d’être le fait des seuls marins. La percée ainsi accomplie a donné lieu à l’élaboration d’une extraordinaire floraison d’ouvrages qui ont totalement renouvelé l’histoire de l’économie française, principalement du xvie au xviiie siècles. Les livres consacrés à nos ports et à nos provinces maritimes, ceux de Christian Pfister sur Dunkerque, de Jean Delumeau sur Saint-Malo, d’Henri Touchard sur le commerce breton, de Jean Meyer sur l’armement nantais, de Marcel Delafosse et d’Etienne Trocmé sur La Rochelle, de Jean-Pierre Poussou, de Paul Butel, de Jean Cavignac sur Bordeaux, de Charles Carrière et de Gaston Rambert sur Marseille, ceux de Michel Morineau, de Charles Frostin, de Louis Dermigny ont totalement renouvelé notre vision de la vie économique du royaume et mis en évidence le démarrage, dès les dernières années du xviie siècle, d’une expansion maritime qui va connaître son apogée à l’époque suivante. Ainsi fut découverte cette « autre France » dont parle Edward Fox, la France de la croissance qui sut atteindre des taux « à la japonaise » comme l’a démontré J.P. Poussou pour Bordeaux.

16Grâce à ce mouvement, les thèses d’histoire maritime devinrent plus nombreuses, aussi bien dans les Universités qu’à l’Ecole pratique des Hautes Etudes et à l’Ecole des Chartes. Celles de Jacques Aman, de Philippe Bonnichon, de Pierre Derolin, de José Muracciole, d’Alain Cabantous, de Ulane Bonnel, de Michel Vergé-Franceschi, de Patrick Villiers, pour n’en citer que quelques-unes ont constitué un apport de premier ordre ou même ont bouleversé totalement les idées reçues, comme celle de Jacques Aman sur les officiers bleus. Depuis quelques années, il n’est guère de promotion de l’Ecole des Chartes qui ne compte une ou deux thèses sur des sujets maritimes.

17L’étude des grands voyages de circumnavigation, très négligée en France depuis cent cinquante ans, a connu aussi, grâce à Michel Mollat, un renouveau encourageant et la collection Voyages et Découvertes de l’Imprimerie nationale, avec la publication des voyages de Bougainville et de Verazzano et celle, prochaine, de Lapérouse, remédie enfin à l’absence d’une Hakluyt Society française. Trois thèses de l’Ecole des Chartes ont été récemment consacrées aux voyages de Lapérouse, d’Entrecasteaux et Baudin et ont été ou vont être publiées.

18Les historiens français se sont mis également à s’intéresser aux grands espaces océaniques avec les travaux de Jean-Paul Faivre sur l’expansion française dans le Pacifique, ceux de Frédéric Mauro sur le Brésil et l’Atlantique et ceux de Jean Aubin, de Denis Lombard et de leurs disciples sur l’Océan Indien et l’Insulinde.

19Le monde des pêches maritimes a moins retenu l’attention sans être tout à fait négligé puisqu’il a fait l’objet de la monumentale Histoire de la pêche française à la morue de Charles de la Morandière et du livre de Thierry du Pasquier sur la pêche à la baleine.

20Il est au contraire un secteur de la recherche qui a connu un développement assez spectaculaire, il est vrai que l’on partait à peu près de zéro, l’histoire du navire et l’archéologie navale. Depuis quelques années, Jean Boudriot, devenu, depuis la publication de son Vaisseau de 74 canons, notre meilleur spécialiste et, continuant les recherches des pionniers que furent Guilleux La Roërie et Vivielle, anime à l’Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales un séminaire de l’histoire du navire et organise des journées d’archéologie navale qui ont déjà connu deux sessions en juin 1982 et juin 1984.

21L’archéologie sous-marine avait démarré dès les années 1960 avec les remarquables travaux de Frédéric Dumas dont le livre Epaves antiques, Introduction à l’archéologie sous-marine méditerranéenne, paru en 1964, constitue le modèle méthodologique universellement apprécié. Depuis 1966, la France est dotée d’un organisme administratif et scientifique chargé de la conservation du patrimoine culturel sous-marin, c’est la Direction des recherches archéologiques sous-marines, installée au Fort Saint-Jean à Marseille, qui arme avec la Marine nationale un navire de recherche l’Archéonaute. Toute une équipe de jeunes chercheurs, au premier rang desquels figure Eric Rieth, a obtenu déjà d’importants résultats publiés dans les revues Gallia et Archéonautica. A partir de 1980, a commencé à opérer le Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN) animé avec un remarquable dynamisme par le capitaine de vaisseau Max Guerout et qui s’attache surtout aux épaves de la période xve-xviiie siècle. Les chantiers de fouille de la flûte la Baleine, coulée le 4 août 1710 dans l’anse de Port-Cros, celle du vaisseau russe Slava Rossii, naufragé le 3 novembre 1780 à l’île du Levant, celle enfin d’un navire gênois du xvie siècle en rade de Villefranche ont déjà donné des résultats d’un très grand intérêt. D’autres équipes sont aussi au travail, celle de Jean-Yves Blot sur l’épave de la Méduse est bien connue et, après avoir œuvré dans l’Océan Indien, elle a commencé à repérer les vaisseaux coulés en 1759 lors de la bataille des Cardinaux. Celle du regretté Jacques Dumas a entrepris sur les épaves d’Aboukir des recherches qui semblent fort prometteuses. Notons aussi que l’Association pour la sauvegarde et l’étude des ex-votos marins et fluviaux, créée en 1975 par Michel Mollat, a recensé, catalogué et photographié plus de cinq mille pièces. Enfin la navigation fluviale n’a pas été oubliée grâce aux travaux de François Beaudoin et du Musée de la batellerie de Conflans-Sainte-Honorine. On peut donc dire qu’après avoir été négligée trop longtemps l’archéologie navale et l’histoire du navire sont aujourd’hui en pleine expansion avec le concours très actif du Musée de la Marine et de ses directeurs successifs : L.M. Bayle et F. Bellec.

22L’histoire du navire est un domaine, et le fait mérite d’être noté, où la recherche s’est largement étendue à l’époque contemporaine. Les remarquables ouvrages d’Henri Le Masson sur l’histoire du torpilleur et du sous-marin, ceux de Francis Dousset, récemment disparu, sur les navires de guerre en général et sur les porte-avions, la belle étude de Robert Dumas et Jean Guiglini sur les cuirassés français de 23 500 tonnes ont contribué à combler l’énorme retard que nous connaissions par rapport aux réalisations étrangères.

23La prosopographie maritime n’avait guère, depuis plus d’un siècle, retenu l’attention des chercheurs et il était frappant de constater combien étaient maltraités les marins dans les dictionnaires et encyclopédies générales, qui, le plus souvent, ne leur consacraient que des notices sommaires quand ils ne les oubliaient pas complètement. Un effort a été fait avec la parution de plusieurs excellentes biographies comme celles de Kerguelen et de Lapérouse par l’amiral de Brossard, de d’Estaing par le commandant Jacques Michel, de d’Entrecasteaux par l’amiral Dupont. La publication, en 1982, d’un Dictionnaire des marins français, qui n’a pu prendre toute l’ampleur désirable en raison des contraintes de l’édition, a tenté de combler au moins en partie une lacune presque totale.

24Autre secteur de la recherche en plein essor : l’histoire de la médecine navale qui s’est développée de manière très active d’abord à Nantes sous l’impulsion du doyen Jean-Pierre Kernéis qui a fait rédiger par ses élèves un nombre considérable de thèses sur le personnel médical de l’ancienne marine, les maladies des gens de mer etc. Ce que l’on peut appeler l’école nantaise a aussi donné lieu aux nombreuses études du médecin général Carré qui ont totalement renouvelé nos connaissances sur l’histoire de la santé et de l’hygiène navales. Sur les hommes, la très remarquable thèse de Jacques Léonard sur les officiers de santé de la marine française de 1814 à 1835, parue en 1967, reste un modèle du genre. Depuis 1980, la IVe section de l’Ecole pratique des Hautes Etudes a organisé sous la direction de MM. Mollat, Huard et Niaussat un séminaire d’histoire de la médecine navale et tropicale auquel participe également l’Ecole du service de santé des armées de Bordeaux. Les communications présentées à ce séminaire font l’objet d’une diffusion malheureusement restreinte sous forme multigraphiée. Chaque année sont également prévues des rencontres franco-allemandes d’histoire médicale.

25Ce rapide panorama, qui n’a bien évidemment pas la prétention d’être complet, montre l’importance de l’effort réalisé depuis la fin de la guerre et les résultats très importants obtenus. Est-ce à dire que tout va pour le mieux ? Ce serait être trop optimiste. Il demeure des points noirs. D’une part certains secteurs de l’histoire maritime ont été très négligés, d’autre part les instruments de diffusion de la recherche dans cette discipline restent insuffisants malgré des progrès indéniables.

26Si l’histoire de l’économie maritime a fait, comme nous l’avons vu, l’objet de très nombreux travaux spécialement sur le Moyen Age et l’Ancien Régime il est d’autres domaines et d’autres époques beaucoup moins favorisés. Parmi les secteurs encore mal connus figurent au premier chef les institutions et l’organisation administrative. Certes, nous avons vu apparaître quelques thèses sur ces sujets : celle de Louis Le Roc’h Morgère sur Brest au temps de l’intendant Hocquart, celle de Christine Deleau sur Toulon pendant la guerre de l’Indépendance américaine mais elles sont encore inédites. L’organisation et le fonctionnement des bureaux de la Marine, le personnel qui les peupla demeurent très mal connus à toutes les époques. Les ministres de la Marine n’ont guère été étudiés non plus sauf Colbert grâce à Inès Murat et à Jean Meyer, les Pontchartrain grâce à Charles Frostin dont on attend un ouvrage d’ensemble sur ces secrétaires d’Etat, Sartine grâce au commandant Michel, Castries grâce à Micheline Leclère et au duc de Castries. Mais la thèse de René Estienne sur Choiseul reste inédite et nous n’avons rien pour les époques plus récentes.

27L’étude du corps des officiers commence à peine avec les recherches de Michel Vergé-Franceschi et celle des gens de mer avec les séminaires de M. Mollat et les travaux d’Alain Cabantous et de Tim Le Goff. Les questions relatives au matériel et aux approvisionnements, en général à l’impact économique de la construction et de l’entretien des flottes de guerre et de commerce sont encore loin d’être parfaitement connues. Jean Meyer et Martine Acerra sont à l’œuvre et les résultats de leurs efforts sont attendus avec impatience. Mais l’histoire des pêches demeure délaissée.

28Après avoir été, elles aussi très négligées, les études de stratégie semblent connaître depuis peu un certain renouveau grâce à l’activité de jeunes chercheurs comme Hervé Coutau-Bégarie, en passe de devenir un spécialiste ès pensée stratégique, ou comme Alain Guillerm qui dirige un séminaire de stratégie au CNRS et dont l’étude qui vient de paraître sur les Fortifications et marine en Occident apporte des éléments très neufs à un vieux débat.

29Enfin comment ne pas remarquer la regrettable absence de travaux sur l’histoire maritime du xixe siècle et du xxe siècles. Le colloque de 1960 sur les origines de la navigation à vapeur avait cependant ouvert des voies de recherche qui n’ont été que peu suivies aussi bien pour la flotte marchande que pour la flotte de guerre. A cet égard, il faut souhaiter que les thèses de Pierre Derolin sur l’histoire des paquebots français avant la création de la Compagnie générale transatlantique soient enfin publiées. Mais toute la politique navale française depuis 1815 reste à étudier de plus près. On peut donc dire que si, depuis une trentaine d’années, l’histoire maritime au sens le plus large a pris en France un développement certain, il reste encore beaucoup à faire et beaucoup de chantiers attendent les entrepreneurs.

30Evoquons en terminant un problème essentiel, celui des publications. Ici encore, la situation s’est améliorée. L’édition française a, elle aussi, un peu découvert la mer en publiant de nombreuses thèses. Le remarquable effort des Editions des Quatre Seigneurs à Grenoble a permis la parution de travaux originaux comme ceux de Jean Boudriot et de Patrick Villiers mais aussi de bien précieuses rééditions de classiques introuvables comme l’Hydrographie du P. Fournier, l’Architecture navale de Duhamel du Monceau et bien d’autres. Il faut saluer avec joie la naissance, souvent très récente, de revues spécialisées comme le très beau Chasse-marée, lancé en 1981, axé sur l’histoire et l’ethnologie maritimes surtout bretonnes et le Bulletin du Centre d’études des espaces atlantiques, créé à Bordeaux par P. Butel et J.P. Poussou dont le premier numéro a paru en 1984. Plus souvent qu’autrefois, certaines revues nationales ou régionales publient des articles d’histoire maritime : l’Histoire, la Revue historique des armées à Paris, l’Académie du Var, la Provence historique, les Annales de Normandie, la Revue des Amis du vieux Dunkerque pour n’en citer que quelques-unes. Il n’en demeure pas moins que nous manque une véritable revue nationale d’histoire maritime comme le Mariner’s Miror, le Logbuch ou L’US Naval Institute proceedings. Il n’est pas douteux que la création d’une telle revue ne manquerait pas d’avoir un effet dynamisant sur la recherche. Peut-être est-ce la prochaine étape qu’il faudrait franchir.

Auteur

Inspecteur Général des Archives de France

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.