Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

Les méthodes de l'histoire maritime

Un renouveau de l’histoire de la médecine navale en France

P.M. Niaussat

Texte intégral

« Quart en haut ! Quart en bas !
Entends-tu sonner le glas ?
Encore un peu de misère
et le beau temps reviendra... »

  • 1 Mollat du Jourdin M., « L’Histoire en général, l’histoire maritime et l’histoire de la Médecine Nav (...)

1... « Il existe une complicité naturelle entre la médecine, science de la vie par excellence, et l’Historien, attentif à tout ce qui fut et devient l’Homme : la rencontre de l’une et de l’autre en face de la Mer, source de toute Vie, est significative »1.

2C’est par ces mots que Michel Mollat du Jourdin, le 14 janvier 1981, clôturait la séance inaugurale des Séminaires d’Histoire de la Médecine Navale et d’Outre-Mer, dont, plus que tout autre, il avait été l’initiateur.

3De fait, dans toute son œuvre, apparaît la conscience aiguë qu’il a de l’importance de la maladie et de la misère non seulement dans la vie du marin, mais aussi, et plus généralement, dans l’évolution elle-même du monde, par l’intermédiaire de leurs conséquences sur l’ensemble de la population des « gens de mer ».

4Pourtant, l’Histoire ne met pas toujours tout à fait à sa place le « fait pathologique », la donnée « maladie »... Cela, un autre historien de la Médecine et de la mer, l’a noté en une formule d’une simplicité frappante :

  • 2 Médecin général A. Carre, « La Santé et l’Empire de la Mer ». Nouvelle Revue Maritime, Décembre 19 (...)

... « Ignorance de tous les côtés de l’importance des maladies ; il arrive qu’on les mentionne ; on n’en voit pas les conséquences... »2.

  • 3 Mollat du Jourdin, op. cité, p. 9.

5Tel n’est pas le cas de Michel Mollat : en le lisant, on est frappé de l’acuité avec laquelle il souligne le sort, non pas fréquemment, mais perpétuellement, misérable, au plan physique comme au plan moral, des « gens de mer ». Mieux encore : la lente émergence, au long de l’histoire maritime occidentale, d’une véritable médecine « à la mer et outre-mer », qui d’ailleurs ne maîtrise vraiment que depuis quelques décennies, « la somme des risques biologiques énormes et beaucoup plus grands que les périls encourus dans la guerre »3, ne lui a pas semblé de petit intérêt.

  • 4 Verdo (Docteur Benjamin), « De la misère considérée comme cause de maladies ». Thèse de médecine, M (...)

6Longtemps, il y a eu méconnaissance ou plutôt appréciation superficielle de l’état habituel de misère physiologique dans lequel vivait le marin ; mais aussi des efforts tenaces, tout d’abord empiriques et maladroits, puis de plus en plus raisonnables, faits en faveur d’une médecine spécifiquement vouée à la Vie douloureuse de l’homme de mer. Homme à part, à la fois méprisé, souvent admiré et parfois envié, le marin est, en fait, au long des siècles, misérable : moralement toujours et, physiquement, très souvent diminué, sinon malade. Car la misère, sous toutes ses formes, ouvre la porte à la maladie : rappelons en passant cette thèse de médecine déjà vieille (1843 !), soutenue par un praticien de la Marine, et dont le titre suggestif éclaire bien la parfaite connaissance des hommes que ces modestes chirurgiens avaient acquise : « De la misère considérée comme cause de maladies »...4.

  • 5 Mollat M., « Les attitudes des gens de mer devant le danger et la mort ». Ethnologie française, 197 (...)

7Il n’est donc pas sans intérêt de souligner combien, dans l’œuvre du Professeur Mollat, cette souffrance physique et morale du marin, d’une part, et les dévouements consentis pour la soulager, sinon l’éliminer, d’autre part, ont été vigoureusement et fréquemment mis en évidence5 :

  • 6 Mollat du Jourdin, « L’Histoire »..., op. cit., p. 3.

... « L’histoire de la Santé des hommes vivant près de la mer, en mer, ou de la mer a suivi étroitement les phases de l’évolution historique générale : c’est là une constatation évidente »...6.

8Certes !... Mais beaucoup n’y avaient encore guère prêté attention !... Car de tout ce qui fait l’histoire du monde, économie, politique, stratégie, etc., c’est peut-être le sort individuel de l’Homme souffrant, seul, isolé parmi d’autres — qui, d’ailleurs, souffrent aussi de leurs côtés... — qui a été peut-être le moins pris en compte... Et d’ailleurs, cette histoire de la santé du marin, cette histoire de cette santé perpétuellement délabrée, n’est-elle pas le prix qu’il a fallu payer pour que les démographies riches et puissantes se développent ? Plus, cette histoire de la maladie et de la misère de l’homme de mer, n’a-t-elle pas, sinon précédé, du moins en très grande part, conditionné ce développement ?

  • 7 Mollat du Jourdin, ibid., p. 2.

9« Ainsi apparaît la complémentarité nécessaire de l’historien et du médecin de la mer »7.

10De fait, si aucun des aspects de la vie maritime n’a échappé à Michel Mollat, son sentiment aigu des effroyables conditions de vie quotidienne du marin, et, partant, des inévitables risques qui le guettaient et le frappaient dans sa vie personnelle et dans celles des siens, a, semble-t-il, donné un relief nouveau à l’histoire maritime.

11Cette perception accablante de la maladie, des invalidités et des séquelles définitives, « fond de teint » décourageant de la vie maritime pendant des siècles, il l’a, sans omission et sans indulgence, remise à sa vraie place. On ne saurait s’en étonner de la part de l’Historien des pauvres et de la condition humaine au Moyen Age ; il est sans doute parmi les premiers à l’avoir fait avec autant de rigoureuse précision et de vigoureuse éloquence.

12Il serait vain, et sans doute un peu ridicule, de chercher à rappeler dans le détail les multiples passages de son œuvre où les misères physiques des Gens de mer et la rudesse intrinsèque de leur vie, inéluctable jusqu’à l’époque des « tournants techniques » respectifs de la navigation et de la médecine au xixe siècle, sont soulignées.

13Car il l’a bien vu : le plus souvent, on n’est pas marin par vocation impérieuse, par satisfaction ou par goût personnel : Bien plus habituellement, c’est l’humble nécessité de la survie qui impose l’embarquement. Ainsi le marin se trouve inféodé, pour ne pas dire enchaîné, à la mer et aux étroites conditions de vie et d’environnement qu’impose le navire :

  • 8 Mollat du Jourdin, Travaux préparatoires au Rapport de la Commission internationale d’Histoire Mari (...)

... « Les gens de mer constituent un peuple groupé autour d’un couple, la mer et le navire »8.

14Il faudra survivre... Or les conditions de cette survie sont physiologiquement sans pitié. Elles confèrent aux Gens de mer une mentalité propre, une mentalité de « mal aimé », au mieux de « mal compris ». Ils restent, malgré une certaine « aura » romantique, étrangers au bon peuple, calme, « intéressé » et sans beaucoup d’audace des « reste à terre ». En fait, les Gens de mer se sentent rejetés. Si, de cet isolement toujours un peu énigmatique et donc valorisant, ils retirent un certain orgueil, ils en pâtissent aussi : car leurs difficultés de vivre en sont majorées, et leur fragilité extrême vis-à-vis des pièges de la Nature ne dispose d’aucun moyen de protection. Si Garcie Ferrande, en une phrase très évocatrice, évoque bien les raisons de l’orgueil du marin, il n’en dissimule pas moins les effroyables risques :

  • 9 Touchard H., « Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age », Paris, Les Belles-Lettres, 1976 (...)

... « Les très subtils, habilles, courtoys, azardeux et dangereux arts et métiers de la Mer... ». Le réel de leur vie, ça n’est pas seulement la peur obsédante de la mer « mangeuse d’hommes », c’est aussi l’épuisement physique, qui ouvre la porte, outre le scorbut alors à peu près inéluctable, à toutes les morbidités potentielles sur des organismes chroniquement diminués, affaiblis. Tous ces aspects de vies souffrantes et perpétuellement menacées, Michel Mollat les décrit non seulement chez les marins au long cours, lointainement isolés sur les flots, frissonnant du froid des grands vents marins dans des hardes toujours mouillées, mais aussi chez les humbles travailleurs de la mer que sont les pêcheurs côtiers, les hâleurs de seine ou les dragueurs de coquillages, ou même les misérables sauniers toujours à la merci d’une pluie intempestive, et pourtant « liés » indissolublement à la vie maritime et aux pêches nordiques :... « L’aventure saunière est venue du large... »9.

  • 10 Meyer J., « Le contexte des grands voyages d’exploration au xviiie siècle », citant (p. 36) Bourrea (...)

15Et vraiment, on ne sait pas, on sait trop peu « ce que la mer demande »10.

  • 11 Benoist de la Grandiere (Docteur A. Et.), « De la nostalgie ou mal du pays ». Ouvrage couronné par (...)

16En ce domaine si souvent minoré, gênant, culpabilisant, Michel Mollat est allé au fond de la réalité, au fond de la triste « qualité de vie » du marin, quel qu’il soit, matelot, « Terres-Neuvas », « Islandais », ou même officier, dans son isolement psychologique total : on ne rappellera jamais assez cette « Nostalgie », cette forme clinique particulière de ce que l’on appelle maintenant « dépression », cette nostalgie redoutable, et si redoutée au xixe siècle, et alors tellement fréquente, pourvoyeuse des suicides chez ces « hommes seuls », épuisés, moroses et sans espérance, à la mer. Elle fit l’objet de travaux nosologiques nombreux, et d’importance11

  • 12 Mollat du Jourdin M. et Habert L, Giovanni et Girolamo Verrazano, navigateurs de François Ier », Pa (...)

17Si Michel Mollat est, ainsi, allé au fond de ces ingrats problèmes de la vie quotidienne à la mer, c’est qu’il y a posé un « regard étonné »... et l’on ne s’intéresse bien qu’à ce qui étonne. Cet étonnement, cette surprise créant la gêne de l’esprit et initiant l’enquête, il en note l’importance en évoquant les voyages des Verrazano :... « Du coup d’œil étonné à la considération compréhensive, le chemin peut être long, mais l’étape est nécessaire... »12.

18Néanmoins, cette misère physique du marin n’est, malgré tout, pas restée sans espoir de soulagement. Et cela apparaît aussi dans son œuvre.

19Si, en effet, l’inévitable engrenage vers la misère et la maladie est inhérant aux métiers de la mer, et cela, l’Anquité l’avait déjà bien perçu : souvenous-nous, au Chant VIII de l’Odyssée, des paroles de Laodonas :... « Il n’est rien, croyez-moi, de pire que la mer pour vous abattre un homme, et le plus vigoureux »..., Michel Mollat ne s’en tient pas à ce triste bilan :

  • 13 Mollat du Jourdin, « L’Histoire », op. cit., pp. 3-4.
  • 14 Mollat du Jourdin, « Les explorateurs du xiiieau xvie siècle » : Premiers regards sur des mondes no (...)

20A la mer, qui demeure « le siège des puissances maléfiques »13, il oppose, et cela dès le Moyen Age, le charitable mais encore très médiocre, très empirique rôle des « barbiers », des « metges », des chirurgiens aux modestes savoir et savoir-faire, déjà embarqués, soit pour le commerce ou les pèlerinages, soit pour la croisade, soit plus simplement pour la découverte, par les patrons et les armateurs vénitiens ou catalans, par des négociants audacieux ou par des « découvreurs » : Ainsi de ce Jean Bicherel de Pont l’Evêque, accompagnant Paulmier de Gonneville au Brésil vers 1503...14.

21D’ailleurs, l’effroyable morbidité sur la Route des Indes va bientôt obliger les Pouvoirs Centraux, les Amirautés et les Armateurs à prendre enfin au sérieux la médecine et surtout l’hygiène à la mer : Sur les navires de la Compagnie des Indes, par exemple, on compte habituellement, vers 1760, de 15 à 20 % de mortalité dans les équipages ; et plus encore (30 %) sur les négriers, surtout chez les jeunes matelots blancs... Alors, la lente et pénible « gestation » d’un service médical véritablement compétent, et confirmé officiellement va s’accélérer. On connaît, en histoire maritime et médicale, l’importance de l’année 1722 qui vit la création très officielle de l’Ecole de Rochefort, première Ecole de médecine navale fondée en Europe. Mais une date officielle n’est rien... Ce qui compte bien plus, c’est le lent cheminement, à partir de cette période précisément attestée, de l’institution médicale au sein du monde maritime.

22Ce regard sur la prise de conscience de la nécessité d’une institution médicale au bénéfice du marin déficient — et qui par la même ne rendait pas les services « élémentaires » que les « pouvoirs » lui demandaient — puis de son long et difficile épanouissement à travers la « toile de fond » des compétitions commerciales et des luttes pour l’hégémonie, Michel Mollat l’a posé. Il a clairement perçu ce qu’il appelle :

  • 15 Mollat du Jourdin, « L’Histoire. .. », op. cit., p. 6.

... « Les deux phases de l’évolution historique, qui, en quelques décennies, va mener finalement à l’apparition d’une véritable médecine navale »15.

23Ecoutons-le :

... « Grossièrement, et d’abord, jusque vers le milieu du xviiie siècle : l’essor de l’Etat sur les plans politique et. militaire d’une part, et la croissance des Compagnies de commerce d’autre part, ont concouru à la mise en place d’une sorte d’appareil institutionnel et réglementaire fort remarquable »...

  • 16 Lefebvre P., Histoire du service de santé de la marine depuis Louis XIV jusqu’en I860, Paris 1866, (...)

24Dans cet appareil, le souci du marin malade, et surtout de sa conservation pour le service, est enfin présent « es qualité » : ainsi dans les « Ordonnances » d’Henri III en 1584, ainsi dans l’Hydrographie » du Père G. Fournier (1643), ainsi des navires-hôpitaux de l’« Invincible Armada », ainsi des 2 500 à 3 000 chirurgiens des Compagnies des Indes avant 1789, etc.16.

  • 17 Mollat du Jourdin, L’histoire, op. cité, p. 8.

25Puis vint... « La phase décisive ; c’est-à-dire l’étape scientifique, commençant au milieu du xviiie siècle... La participation des milieux maritimes à la curiosité scientifique en toutes directions fut un facteur déterminant du progrès. L’Académie de Marine, accueillant, dès ses débuts, cinq médecins ou chirurgiens parmi ses membres, amorça une influence stimulante... Les Sociétés Savantes y joignirent leurs encouragements... Ailleurs la création [et le développement] des Jardins botaniques, [nécessairement liés aux voyages maritimes] pourvus d’essences tropicales, contribuait à l’avancement de la pharmacopée... »17.

  • 18 Leonard J., « Les officiers de santé de la Marine française de 1814 à 1834 », 1967, Paris, Klincksi (...)

26L’essor scientifique vers une efficacité compétente était dès lors assuré. Les Ecoles de médecine et de pharmacie navales de Rochefort, Brest et Toulon, délivrant —, ce qui à cette époque était vraiment original, et très différent des cours traditionnels alors dispensés dans les rares facultés, — un enseignement clinique également réparti entre la médecine interne, la chirurgie et la pharmacie — à la mer, il faut savoir tout faire... — étaient alors les meilleurs centres d’enseignement de l’art médical. Ces trois Ecoles, en deux siècles, « médicalisèrent » réellement, au sens strict du mot, non seulement les flottes et les colonies, mais aussi les provinces du Ponant et du Levant18.

  • 19 Challe R., « Journal d’un voyage aux Indes par Robert Challe, écrivain du Roi ». Edition établie pa (...)

27Tout cela, et l’impact de la morbidité et de la mortalité excessives des marins sur l’histoire du monde, Michel Mollat du Jourdin, avec, certes, d’autres historiens de la Marine, mais sans doute d’une manière plus profondément sentie, et aussi peut-être plus tôt que d’autres, en a perçu non seulement la réalité, mais plus encore la considérable importance pour l’évolution du monde occidental. De cela, nous nous devons, nous autres médecins, pharmaciens, « gens de sottise et d’impertinence », comme disait Robert Challe19, lui être reconnaissants.

28Car il est bien temps que l’on comprenne enfin que, s’il est bien exact, comme le proclame fièrement la devise de l’Académie de Marine : « Per hanc prosunt omnibus artes », que c’est le navire qui porte partout les cultures et la technicité, ce navire ne serait rien, ne pourrait rien, si les hommes qui le manœuvrent et « l’agissent » n’étaient pas, eux-mêmes, « capables », en état de santé... Notre xviiie siècle nous en a fourni bien des exemples... Qu’on se rappelle Louisbourg, et « la fièvre des vaisseaux »...

Notes

1 Mollat du Jourdin M., « L’Histoire en général, l’histoire maritime et l’histoire de la Médecine Navale ». Séminaire d’histoire de la Médecine Navale et d’Outre-Mer. Ecole Pratique des Hautes Etudes (IVe Section), janvier 1981, Fascicule I, p. 10.

2 Médecin général A. Carre, « La Santé et l’Empire de la Mer ». Nouvelle Revue Maritime, Décembre 1985.

3 Mollat du Jourdin, op. cité, p. 9.

4 Verdo (Docteur Benjamin), « De la misère considérée comme cause de maladies ». Thèse de médecine, Montpellier, no 100, 1843, 52 pages.

5 Mollat M., « Les attitudes des gens de mer devant le danger et la mort ». Ethnologie française, 1979, IX, 2, pp. 191-200.

6 Mollat du Jourdin, « L’Histoire »..., op. cit., p. 3.

7 Mollat du Jourdin, ibid., p. 2.

8 Mollat du Jourdin, Travaux préparatoires au Rapport de la Commission internationale d’Histoire Maritime : « Seamen in Society ». XVe Congrès international des Sciences historiques. Bucarest, 1980, Tome III, p. 157.

9 Touchard H., « Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age », Paris, Les Belles-Lettres, 1976, cité par Mollat, « La vie quotidienne des gens de mer en Atlantique, ixe- xive siècle », 1983, Paris, Hachette, p. 123.

10 Meyer J., « Le contexte des grands voyages d’exploration au xviiie siècle », citant (p. 36) Bourreau-Deslandes (1748), in : M. Mollat et E. Taillemite (ss. la dir. de), L’Importance de l’exploration maritime au Siècle des Lumières (à propos du voyage de Bougainville), Editions du Cnrs, Paris 1982.

11 Benoist de la Grandiere (Docteur A. Et.), « De la nostalgie ou mal du pays ». Ouvrage couronné par l’Académie de Médecine, 221 p., 1873, Paris, Delahaye. Boule L., « Les thèses de Doctorat en médecine soutenues à Paris et Montpellier par les médecins de la Marine au xixe siècle ». Séminaires d’Histoire de la Médecine Navale et d’Outre-Mer. Ecole Pratique des Hautes Etudes, 1984-1985, Fascicule VI, 1984-1985.

12 Mollat du Jourdin M. et Habert L, Giovanni et Girolamo Verrazano, navigateurs de François Ier », Paris, 1982, p. 153.

13 Mollat du Jourdin, « L’Histoire », op. cit., pp. 3-4.

14 Mollat du Jourdin, « Les explorateurs du xiiie au xvie siècle » : Premiers regards sur des mondes nouveaux, Paris, 1984, pp. 150-151.

15 Mollat du Jourdin, « L’Histoire. .. », op. cit., p. 6.

16 Lefebvre P., Histoire du service de santé de la marine depuis Louis XIV jusqu’en I860, Paris 1866, avait essentiellement traité de l’organisation et des structures du service de santé (écoles, etc.). L’histoire de la santé stricto sensu a fait des progrès considérables ces dernières années, grâce en particulier aux travaux et thèses de médecine dirigés par le Doyen J.P. Kerneis à Nantes et Bordeaux. On peut en consulter le catalogue au Service historique de la Marine à Vincennes et on aura une idée de la richesse et de la variété des sujets abordés au vu de ces quelques titres :
Talbot J., Les chirurgiens des galères. Marseille xviie- xviiie siècles, Nantes 1980, thèse no 2490 ;
Bruchet Y., Rochefort, décès des forçats à l’Hôpital de la Marine, 1815-1852, Bordeaux 1977, thèse no 497 ;
Launay C., J.B. Dazille, 1738-1812, observations sur les maladies des Nègres, Nantes 1979, thèse no 2192 ;
Rihouey P., Les chirurgiens navigants de la Guerre d’Amérique, 1778-1783, Nantes 1976, thèse no 1565 ;
Sivignon J., Châtiments corporels dans la marine aux xviie- xviiie siècles, Bordeaux 1977, thèse no 424 ;
Chartier J., Les chirurgiens des Sables-d’Olonne pendant l’Ancien Régime, Nantes 1971, thèse no 903 ;
Tarry M., Assistance médicale en Atlantique Nord, 1648-1972, Nantes 1974, thèse no 1165 d ;
Tregoat C., La tuberculose à Brest d’après les Archives de Médecine Navale, 1870-1930, Brest 1977, thèse no 261 ;
Begouin P., Le service de santé à Rochefort, Bordeaux 1975, thèse no 413 a.

17 Mollat du Jourdin, L’histoire, op. cité, p. 8.

18 Leonard J., « Les officiers de santé de la Marine française de 1814 à 1834 », 1967, Paris, Klincksieck, pp. 199-293.

19 Challe R., « Journal d’un voyage aux Indes par Robert Challe, écrivain du Roi ». Edition établie par F. Deloffre et M. Menemencioglu, 1979, Paris, Mercure de France, pp. 84-85, 120-121 et 167.

Auteur

Médecin-Général

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.