Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands hôtels en Asie

 | 
Thierry Sanjuan

Postface

Georges Cazes

Texte intégral

1Pendant ma période active de recherches, j’ai longtemps et assidûment fréquenté les palaces et hôtels internationaux dans le monde en développement. Non pas, bien sûr, en tant que client – par chance, mes goûts ne me portaient pas vers des produits que la modestie de mes moyens m’eût interdits ! –, mais dans un objectif de sensibilisation et de réflexion authentique, bien que toutes deux résolument empiriques.

2Le grand hôtel urbain de luxe, pour employer un terme générique recouvrant plusieurs réalités dérivées (palace isolé ou hôtel de grandes chaînes), m’est souvent apparu comme un objet non innocent, tout à la fois exceptionnel et hautement significatif de la situation quasi schizophrénique du loisir des nantis étalé chez les pauvres. Si l’image du « territoire des autres » – qui vient ici naturellement sous la plume dans ce genre de thématique – a quelque validité, pourrait-on en trouver une matérialisation plus révélatrice ?

3Il faut en conséquence se réjouir que les membres de la présente équipe de recherche se soient vigoureusement et originalement saisi de ce sujet, non pas tellement sous l’angle attendu de la géographie du tourisme international (flux et bassins, équipements et impact…) mais sous celui de l’acculturation et de la sociabilité, vues principalement du côté des pays « récepteurs », de leurs aspirations et de leurs stratégies complexes. Le contexte asiatique, fait d’exemples chinois, sud-coréens, japonais, et étudié d’un point de vue pluridisciplinaire d’historiens, de géographes et d’architectes, permet, grâce à cette diversité même, de mettre en évidence quelques concepts fondamentaux auxquels j’adhère sans réserve : sociabilité, insularité, centralité, modernité, temporalité spécifique, notoriété, etc.

4Cependant, l’établissement de comparaisons avec d’autres continents et pays tend à renforcer leur validité et à focaliser l’attention sur quelques déclinaisons majeures de l’objet principal d’études : elles seront ici présentées en quatre volets.

L’hôtel-île

5Le thème de l’enclave, de l’insularisation assumée, apparaît en effet comme essentiel et premier. Il est le résultat tangible d’une logique véritablement coloniale de la projection spectaculaire en milieu étranger, placé sous domination, d’une image visible et – incomplètement – lisible. Image de l’abondance, de la richesse disponible étalée, de conditions exceptionnelles de consommation et d’information (presse écrite, chaînes de télévision étrangères ailleurs prohibées, etc.). En même temps, matérialisation évidente d’une lecture mythifiée de la prétendue prospérité occidentale suivant des normes urbaines et architecturales répétées à satiété. Conrad Hilton, le fils du fondateur des chaînes modernes, étroitement liées aux compagnies aériennes alors dominantes (PAN-AM-Intercontinental, TWA-Hilton, Air France-Méridien, etc.) ne se donnait-il pas comme objectif majeur que chaque hôtel, quelle que soit son implantation, ressemblât à « une petite Amérique » ? Monde de redondance mimétique, de repérage codifié, de nivellement technique au plus haut standard dès l’origine (baignoires et douches, ascenseurs et escalators, chauffage central et climatisation, matériel de cuisine sophistiqué et produits gastronomiques jusqu’alors inconnus, réseaux électriques et informatiques en liaison prioritaire avec l’extérieur…).

6L’originalité profonde nous paraît résider là, dans la situation effective de déterritorialisation, d’insularisation volontaire au sein d’un espace tellement banalisé qu’il en paraît presque nié : monde factice – où de nombreuses séquences de cinéma sont significativement tournées, comme dans un concentré commode d’Occident développé –, souligné par une ambition évidente de hauteur, de taille, de magnificence décorative, de totalité revendiquée (boutiques, restaurants, cabarets). L’hôtel-enclave est obligatoirement un « hôtel-monde », susceptible de survivre comme une forteresse inexpugnable et autarcique, sans faire appel, pour l’essentiel, au territoire encadrant.

7À la limite, le grand hôtel est considéré comme un « terrain sacré » : c’est le cas du magnifique palace Amandari, près de la capitale culturelle de Bali, Ubud, où – répète-t-on – « les statues des dieux à la nature sont garnies d’offrandes fleuries : un prêtre vient les bénir tous les jours pour que soit maintenu l’ordre économique, garant de la tranquillité des hôtes » (Air France-Madame mars 2003 : 148).

8En tous types de lieux, l’introduction hôtelière se fait toujours sous forme de luxe extrême, comme le montrent par exemple les premières lignes aériennes. Ainsi, sur les vols Air France au départ de Paris vers Londres à partir de 1927 et vers New York après 1945, l’appareil est conçu sur le modèle de l’hôtel de catégorie élevée : cabines et chambres individuelles avec salle de bain, bar et repas gastronomiques pris sur des tables fleuries, stewards et hôtesses assurant un service de palace…

L’hôtel-symbole

9Les descriptions précédentes offrent plusieurs exemples de la forte signification symbolique de la réalisation des premiers hôtels de catégorie élevée, copiés sur des modèles extérieurs : elles se passent, de ce fait, de longs commentaires. Il faut seulement souligner ici – s’il en était encore besoin dans la recherche en sciences humaines, sociales et culturelles – combien la décision politique de réaliser ou d’accueillir un équipement de cette nature est vitale et significative. Faire le choix du tourisme international, souvent en réservant à ce secteur un régime économique privilégié (Tunisie, Mexique, Cuba, et beaucoup d’autres cas, relevant de la logique des « zones franches ») se révèle tout à la fois courageux et traumatisant, engageant une multitude d’enjeux essentiels, économiques, sociaux et culturels certes, mais aussi politiques et idéologiques, dont les responsables ne peuvent ignorer la magnitude.

10« Ouvrir ou fermer » tel pays, telle région, au souffle de la visite étrangère, curieuse, raisonneuse et déstabilisante, est encore moins innocent que la réalisation de l’hôtel qui matérialise ce choix. L’un des tout premiers actes de la jeune « révolution » cubaine au début de 1959, après de longues années de développement touristique vécu comme avilissant, sous tutelle exclusive des États-Unis, n’a-t-il pas été d’exproprier spectaculairement l’hôtel Hilton, alors fraîchement construit dans le quartier emblématique du Vedado, de le rebaptiser « Habana libre », et de s’y installer provisoirement, Fidel Castro suivant la légende dorée, préparant même la cuisine pour ses proches collaborateurs dans des chambres non conçues pour cet usage…

11Il est indispensable pour les grandes marques d’apposer leur enseigne – quel qu’en soit le coût – sur les destinations les plus prestigieuses qui sont les principales métropoles du monde. Des chaînes bien connues se cachent fréquemment derrière le nom de palaces, réputés depuis le lancement du tourisme international. On peut citer, par exemple, pour Paris, le prestigieux hôtel Georges V rénové puis intégré, en fait, dans une grande entreprise américaine, Four Seasons. Les zones centrales des villes voient ainsi fleurir des établissements internationaux qui constituent un important marqueur spatial à l’influence jusqu’ici trop peu étudiée par les différents chercheurs en sciences sociales, l’article sur l’Île-de-France, publié, en collaboration, dans la revue Téoros de Montréal en 2001 étant une des premières contributions en la matière.

12L’hôtel remplit simultanément une double fonction symbolique nécessaire : signe d’ouverture d’une société aux visiteurs étrangers, il se positionne aussi comme une véritable « signal urbain » remarquable par son empreinte puissante sur le tissu spatial. Le fameux « atrium » de John Portman, si souvent démarqué ces dernières décennies, constitue en lui-même une forme symbolique, celle du creuset local accueillant largement la pénétration étrangère, dans un cadre de coursives circulaires et d’ascenseurs panoramiques. Plus même que la matérialisation d’une urbanisation moderne (et post-moderne), il illustre une ouverture privilégiée sur ce que l’on osera qualifier d’« urbanité », sans que cette terminologie à la mode soit ici excessive ou galvaudée. Il n’est pas sans signification que cette irruption hôtelière soit quasi contemporaine, voire directement dérivée, d’un autre vecteur emblématique de modernité, le chemin de fer, avec son cortège de restaurants, brasseries, hôtels et nouveaux quartiers fonctionnels.

L’hôtel-interface

13Le thème central des différentes études sur les villes asiatiques et leur florilège, fort documenté, me dispensera de longues considérations supplémentaires. Quelques points de l’analyse paraissent cependant gagner à être mis en perspective générale. C’est d’abord la fonction affichée de vitrine qui doit être relevée et soulignée : l’hôtel international est le lieu et le support d’une démonstration et d’une expérimentation permanentes dans tous les domaines techniques, une opportunité d’exposition et d’apprentissage des nouveautés. Le personnel local retenu – bien qu’il soit généralement affecté à des tâches subalternes – est flatté de côtoyer et d’utiliser ces techniques dernier cri, qui peuvent exiger une formation accélérée, élément supplémentaire de distinction.

14La deuxième interrogation essentielle pourrait porter sur la nature et le degré de l’intégration dans le tissu local du nouvel établissement, dont c’est presque toujours l’un des objectifs affichés. La polysémie ambiguë de ce terme permet une gamme d’applications d’ampleur très variée, en commençant par la plus « folklorisante » : costumes traditionnels du personnel, soirées de gastronomie et spectacles à tonalité locale, éléments vernaculaires de la décoration intérieure, souvent confiée à un architecte-designer national obligatoire, etc. Bien que les conditions ne paraissent pas ainsi le mieux remplies pour une mise en relation authentique, les auteurs insistent à juste titre sur ce que l’on pourrait considérer comme des tentatives d’ouverture volontaire de l’enclave. L’hôtel accueille bien sûr les diverses réunions d’affaires avec participation locale, les congrès-expositions, les cadres avec cravate et attaché-case, mais aussi – et c’est là le plus novateur – des célébrations familiales et les loisirs exceptionnels de fin de semaine (restaurants, cabarets-spectacles), dans un souci généralement évident, et renouvelé, de distinction sociale. Il faudrait vérifier l’hypothèse avancée ici que les architectes ont spécialisé les niveaux et étages des hôtels, non seulement suivant leur usage, mais aussi suivant les groupes sociaux d’utilisateurs d’origine différente. Le rituel social nous paraît constitué plutôt de croisements et de « frottements », feutrés et occasionnels, plus que de véritables échanges animés. S’il y a acculturation, sociabilité, voire métissage socio-culturel, ils sont limités aux catégories sociales soucieuses de se valoriser par la relation qu’elles affichent avec les objets occidentaux les plus emblématiques, à commencer par l’hôtel international.

15Dans plusieurs cas de figure observés (Sénégal, Maroc, Tunisie, Antilles anglaises et françaises, Mexique et reste de l’Amérique centrale, etc.) et, ici, dans le contexte asiatique, c’est à une véritable décision argumentée, un choix avec justification, de mettre les sociétés locales en contact avec des valeurs importées, face auxquelles elles sont invitées à se redéfinir, que l’on a affaire.

16Le grand hôtel est le résultat – directement par investissements publics « d’amorçage » ou indirectement par accueil de promoteurs et gestionnaires étrangers expérimentés – d’une instrumentation plus ou moins évidente mais généralement consciente et préméditée. Pour cela, il doit – comme on l’a vu – « signifier », par son insertion centrale dans le tissu urbain, son envergure assez exceptionnelle, sa vitrine de l’abondance occidentale présumée, que l’avenir et la modernité sont là, à portée de main, si on souhaite leur donner cette forme. On en a eu de remarquables illustrations dans les pages qui précèdent avec les cas des hôtels Rokumeikan à Tôkyô, l’Astor à Tianjin ou le Chosun à Séoul. Certes, d’autres comportements subsistent qui constituent l’essentiel des flux touristiques (voyages forfaitaires de groupe, jeunes routards), et l’on doit prendre garde à ne pas tout assimiler à la grande hôtellerie internationale dans laquelle dominent les séjours d’affaires de la clientèle professionnelle. Mais la fonction de ces « cohortes » dominantes et des établissements traditionnels, comme les ryokan japonais, est moins spectaculaire et évocatrice que celle associée aux hôtels de luxe.

L’hôtel-patrimoine

17Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de constater que l’activité commerciale touristique permet non seulement d’exploiter mais aussi de préserver. Les palaces – comme l’origine du terme l’indique – sont les héritiers directs des palais qu’ils contribuent à sauver de la ruine et de l’abandon. Les pays touristiquement développés fournissent toutes sortes d’exemples de riches demeures du passé inscrites au sein de chaînes hôtelières, volontaires ou intégrées, dont c’est la spécialité : paradores en Espagne, pousadas au Portugal, Relais et châteaux en France, etc.

18Dans une époque où tout devient patrimoine à classer et à sauvegarder, et avec une disposition d’esprit plutôt conservatrice, même les grands hôtels de chaîne – pourtant assez banals et répétitifs, on l’a déjà noté – sont désormais considérés comme autant d’éléments de l’héritage – récent – à protéger, plus sans doute pour leur fonction structurante dans l’espace urbain que par leur qualité architecturale intrinsèque.

19La copie, comme les hôtels baroques du Strip de Las Vegas, prend presque autant de valeur que l’original dans cette qualification patrimoniale extensive accompagnée d’un noble souci de véracité. Frances Anderton et John Case remarquent ainsi à propos du fameux hôtel Luxor de Las Vegas que « les détails sont à la fois mal finis et pédants, comme le montre le désir d’authenticité de la tombe et du musée du roi Toutankhamon dont la fidélité a été contrôlée par des égyptologues » (Las Vegas. The Success of Excess, 1997, Londres, Ellipsis London).

20La distinction entre l’hôtel exploité et le lieu d’exposition, voire de muséification, se révèle souvent fort ténue : on pourrait faire référence à la « Venise de l’Orient », Udaipur en Inde, où le plus beau palais datant du xviie siècle, transformé en hôtel, le Lake Palace, s’inscrit dans un décor exceptionnel de temples et de palais de maharadjahs.

21Ainsi se trouve refermée une boucle imprévisible qui, passant par l’exploitation hôtelière, valorise le potentiel historique et patrimonial d’une ville et… se trouve ouverte l’une des nouvelles pistes de recherche les plus intéressantes de la relation ville-tourisme-hôtellerie. Que les auteurs de ce livre et les membres de l’équipe qui en ont pressenti la fécondité en soient félicités et remerciés !

22avril 2003

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540