Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles). Volume II.

 | 
Henri Dubois
, 
Jean-Claude Hocquet
, 
André Vauchez

Les méthodes de l'histoire maritime

A la jonction du commerce maritime et des trafics terrestres, les mesures de Venise : muid, setier et minot

Jean-Claude Hocquet

Texte intégral

1Sa curiosité scientifique inlassable a conduit Michel Mollat à plusieurs reprises sur les rivages de l’Adriatique et il a laissé de ces navigations plusieurs articles qui rendent hommage à Venise, à sa précocité commerciale, à son rayonnement dans le Levant. Connaisseur des choses de la mer, M. Mollat s’est souvent interrogé, au détour d’un article, d’un chapitre, sur les mesures de capacité et de poids et quand il signalait des « muids » ou des « poises » de sel passant bord à bord dans le port de Rouen ou sous les ponts en aval de Paris, à Meulan ou ailleurs, il ne manquait pas d’en signaler à son lecteur une équivalence dans les unités du système métrique international.

2Les sources de la métrologie historique sont nombreuses et variées. Un Corpus de tous les ouvrages dont l’objectif était de donner aux marchands des informations commerciales et une formation professionnelle, comprendrait plus de 5 000 références, y compris les précieuses rééditions et les traductions avant le milieu du xixe siècle. Ces ouvrages sont indispensables à l’historien des anciennes mesures, ils lui livrent des séries impressionnantes d’informations, qu’il est souvent prudent de vérifier à l’aide de documents moins systématiques, contrats notariaux ou lettres marchandes, livres de comptes ou enquêtes fiscales dont les auteurs prennent soin d’indiquer quelle conversion ils opèrent entre les mesures qu’ils utilisent. Quelle que soit la source pourtant, il faut remarquer que le recours à ces documents impose au chercheur d’identifier une mesure de référence puis de la convertir dans les unités du système international. Ensuite s’appuyant sur les conversions indiquées dans les sources, il applique le résultat obtenu au calcul d’autres unités. La difficulté initiale de la démarche constitue l’obstacle majeur : comment calculer la valeur de la mesure de référence ?

  • 1 W. Kula, Les mesures et les hommes, trad. du polonais par Joanna Ritt, Paris, Ed. de la Maison des (...)

3L’historien-métrologue ne peut plus se contenter de considérations historiques et théoriques sur le sens social des anciennes mesures et des méthodes de mesurage. Witold Kula, dans un livre magistral1, a clairement illustré et démonté la richesse des mécanismes sociaux qui sous-tendaient l’architecture métrologique de la vieille Europe. Il faut méditer la leçon de Kula et en appliquer la méthodologie à la vérification de la validité des sources, à ces conversions indispensables sans lesquelles il est vain de vouloir faire une histoire des prix et des revenus ou construire des indices de l’activité économique des sociétés d’Ancien Régime.

4Plusieurs démarches risquent d’être aujourd’hui dépassées. Elles ont eu longtemps la faveur des historiens : peut-on appliquer aux xvie-xviiie siècles, ou à plus forte raison au Moyen Age, sans plus de vérification, les indications relevées, lors de l’adoption du système métrique international, par les auteurs des Tables de concordance ? ou, une fois en possession d’une indication de volume d’une ancienne mesure choisir le poids spécifique de la marchandise mesurée pour calculer le poids du contenu, en transposant le poids d’un produit du xxe siècle aux denrées récoltées ou fabriquées dans les temps anciens, sans tenir compte des conditions différentes de sols, de climat, de travail, de techniques et de conservation qui pouvaient influer sur ce poids spécifique.

5Il faut donc soigneusement relever les sources, les confronter entre elles pour en établir la cohérence interne et externe, recourir pour l’étude de tel siècle aux documents contemporains. A la suite de quoi peut-être sera-t-on fondé à transposer aux xive ou xve siècles les données transmises par les auteurs des siècles ultérieurs. Les sources sur lesquelles s’appuie la présente étude ont été choisies en fonction de la problématique. L’éclaircissement d’un point capital ferait accomplir des progrès décisifs à la connaissance des anciennes mesures : celles-ci ont-elles été stables ou ont-elles subi des variations continuelles dans la longue durée ? Il est évident que s’il a existé des mesures stables, des « invariants », l’historien est grandement favorisé dans sa démarche. Même si toutes les mesures n’ont pas connu cette stabilité, leur confrontation à des mesures de référence fixes facilite la résolution des questions métrologiques.

  • 2 M. Luzzati, « Note di metrologia pisana », Bolletino storico pisano, XXXI-XXXII, 1962-1963, pp. 19 (...)
  • 3 Nous avons retenu, comme utile à notre étude, les ouvrages suivants :
    Zibaldone da Canal, Manoscr (...)

6Pour vérifier cette hypothèse selon laquelle, à l’intérieur des anciens systèmes de mesure, il y aurait certains points d’ancrage fixe, in-variants, nous avons choisi d’analyser un échantillonnage des manuels à l’usage des marchands écrits entre le xive et le xviiie siècle. Nous avons d’abord vérifié que les auteurs ne se récopiaient pas paresseusement les uns les autres : sauf exception, ils enregistrent avec soin les changements intervenus dans le vaste champ de la métrologie, soit à la suite de crises politiques2 ou bien pour tenir compte du déplacement des centres de décision économique du Sud vers le Nord de l’Europe. Ainsi à une prédominance des manuels italiens et des confrontations entre les mesures des républiques marchandes de la Méditerranée succède au xviie siècle le choix des mesures d’Amsterdam, y compris de la part des auteurs français et anglais, avant que ne s’affirme la domination des mesures anglaises, tandis que l’ère des Lumières et l’esprit de l’Encyclopédie inclinent des ingénieurs étrangers — et non plus des gens du négoce — à adopter comme terme de comparaison pour leurs calculs les poids et mesures de Paris3.

  • 4 M. Aubain, « Par-dessus les marchés : gestes et paroles de la circulation des biens d’après Savary (...)

7La critique de ces ouvrages a été souvent faite et on n’en finirait pas de recenser les erreurs, les omissions, les approximations, les contradictions, les confusions, les fautes de copistes ou de traducteurs. Leur utilisation exige donc une attention vigilante et une longue familiarité pour déjouer les pièges tendus au chercheur. On peut aussi faire valoir que l’historien est tenté de voir de multiples défauts là où il ne saisit pas ce qui faisait l’originalité de pratiques d’échanges pré-capitalistes4.

8Pour construire nos hypothèses de travail, nous avons choisi d’examiner une mesure, le setier de Venise. Ce choix a été opéré pour plusieurs raisons : le setier est une mesure du commerce international que la puissance commerciale de Venise a imposée comme mesure de référence dans ses relations avec les clients. On en connaît donc de nombreuses équivalences. Le setier n’est pas une mesure réelle, mais une mesure estimative, une unité de compte obtenue quand on a mesuré deux minots. Par conséquent, le setier transforme le volume de marchandises remplissant deux minots en une masse, en une quantité de matière donnant lieu à pesée. La mesure du setier s’exprime en livres, l’unité de poids des marchandises.

Tableau no I. Poids du setier (en livres grosses, sauf le raisin sec)

Marchandise

Zibaldone da Canal (p. 21)

Pegolotti (p. 139)

Paxi (non paginé)

Marrons

224

Châtaignes émondées

220

Châtaignes cuites dans le vin

220

Châtaignes

200

Figues sèches

220

220

Noix, amandes avec la coque

140

140

140

Raisins secs (peso sottil)

260

260

Caroube

133

132

Noisettes, moutarde

112

112

112

Pignons avec l’enveloppe

100

Farine complète

132

Farine blutée, de mil ou froment

104

Biscuit (de nave)

90

Biscuit (de galée)

80

9A Venise, comme ailleurs, les marchands et les autorités avaient constamment la possibilité de vérifier la loyauté de la transaction en opérant et la pesée du produit mesuré et l’étalonnage pondéral des mesures de capacité. Lors d’expertises conduites périodiquement, des étalonneurs vérifiaient à la fois la qualité de la marchandise et sa provenance et la conformité des mesures de bois, employées dans l’usage quotidien, aux étalons de bronze confiés à la garde des autorités. Le setier vénitien, mesure fictive, sans contenant propre, était utilisé comme unité pondérale (staio di peso). Or certaines marchandises devaient à leurs caractéristiques propres d’être uniquement pesées, en particulier tous les fruits secs, à cause de leur forme, de leur consistance, de leur masse, tandis que les grains, plus petits, plus réguliers, ainsi que le sel, étaient mesurés. Nous pouvons donc vérifier si ce staio di peso a subi ou non des changements au cours de cette longue période xive-xviiie siècles.

10Indépendamment des problèmes de mesure, le remarquable dans ce tableau est la commercialisation de produits de plus en plus nombreux, avec ce résultat que six marchandises seulement, les noix, les amandes, les raisins secs, le caroube, les noisettes et les graines de moutarde, sont présentes chez Pegolotti et chez Paxi et témoignent de la grande stabilité du setier-poids à la fin du Moyen Age. Mais ce setier est le résultat du mesurage de minots, sinon on ne verrait pas pour quelle raison il change en fonction de la marchandise pesée et pourquoi on adopte le setier au lieu du « cantar » toujours égal à un même poids de 100 livres (centenarium) ou toute autre unité du système pondéral. Le setier-poids change parce que le minot, unité de mesure, demeure stable et inchangé. En fait ce qui varie, c’est seulement le poids spécifique de la marchandise qui emplit la mesure, le minot.

11Après Paxi, il devient difficile de suivre le commerce des fruits secs, l’étalonnage du setier avec les grains prend alors la succession. Le « pseudo-Chiarini » avait déjà inauguré, au milieu du XVe siècle, ce nouveau mode de calcul par une comparaison :

  • 5 Chiarini, op. cit., p. 87.

« 2 setiers de grain de Venise faisaient 1 cafis de Valence pesant de 350 à 355 livres (de Valence) dont 360 rendaient 432 livres sottili de Venise »5.

  • 6 Pegolotti, op. cit., p. 137. Chiarini, op. cit., p. 43, préfère écrire que le « millier grosso pèse (...)

12C’est une constante des Manuels de marchandise d’établir les équivalences de la livre non pas avec le gros poids mais avec la livre légère de Venise, le poids standard du commerce maritime des denrées de prix à Venise. L’équivalence communément admise pour ces deux livres vénitiennes est : « 100 livres grosses = 158 livres légères »6.

13Arithmétiquement, le poids du setier de Venise, mesuré à Valence, avec du froment, s’établit ainsi :

14Vers le milieu du xve siècle, le setier de froment exporté sur des bateaux vénitiens pesait de 132,9 livres à 134,8 livres au peso grosso, mais ce poids est calculé pour un grain rendu à Valence et pesé réellement au poids de Valence. Les sources postérieures préfèrent indiquer le poids du froment pesé à Venise même au poids local :

Tableau no II. Le poids du setier de grain à Venise

Roberts (p. 71)

132 livres grosses

Ricard (II, p. 269)

132

Bordazar (p. 143)

128

L’Encyclopédie (article « mesures rondes »)

128

Paucton (p. 821)

129

  • 7 Roberts, op. cit., p. 252. On trouve dans Le Moine de l’Epine, p. 57, des renseignements analogues  (...)

15Faut-il s’inquiéter de telles divergences ? Entre les deux extrêmes, 128 et 134,8 livres pesées à Valence, en plus de trois siècles, l’écart dépasse à peine 5 % (5,04 %) et entre les informations des auteurs des xviie et xviiie siècles cet écart est réduit à 3 %. La masse du froment varie selon les années, l’humidité du sol et de l’air, la composition du sol sur lequel il a été récolté. Roberts observait qu’à Amsterdam la mesure de froment pesait selon la provenance7 :

Tableau no III. Variation du poids du froment à Amsterdam

Froment des pays de la Baltique

156 livres

Froment de France

180 livres

Froment de Sicile

224 livres

Froment du Maghreb

236 livres

  • 8 U. Tucci, « Un problema di metrologia navale : la botte veneziana », Studi Veneziani, IX (1967) 19 (...)

16Les écarts de poids et de qualité étaient donc considérables. On savait cela à Venise depuis longtemps : une tariffa vénitienne de 1454 distinguait le setier de froment per Lombardia, qui correspondait à 132-134 livres nous dit Ugo Tucci8, et celui de Sicile et de Romanie auquel on assignait un poids de 140 livres. Entre Pologne et Tunisie, l’écart se situait dans un rapport de 2 à 3 et le froment africain était moitié plus lourd que le grain de la Baltique. Cette question du poids des divers grains est fondamentale, pas seulement pour la métrologie historique, mais aussi pour l’ensemble des problèmes de la production, du transport et de la consommation des grains.

  • 9 Tartaglia, op. cit., livre 4, f. lv.

17Au milieu du xvie siècle, Nicolò Tartaglia fondait théoriquement la variation des poids et mesures dans l’espace européen sur la différence des grains d’orge ou de froment, qui changent de lieu à lieu et sont plus petits dans l’Europe du nord qu’en Méditerranée. Les anciens systèmes pondéraux reposaient sur le poids du grain de froment, ou d’orge plus rond, la plus petite unité perçue alors, sur laquelle s’édifiait une construction mathématique groupant ou divisant les unités dans un système. A Venise, pour peser l’or et l’argent, selon Tartaglia, on avait choisi le système suivant9 :

Tableau no IV. Système pondéral des métaux monétaires à Venise

Tableau no IV. Système pondéral des métaux monétaires à Venise
  • 10 Cristiani, op. cit., 120-121. Persuadé de l’erreur de Cristiani, j’ai repris l’étude de l’équivalen (...)

18La livre de Paris contenait aussi 9 216 grains, mais, comme c’étaient des grains de froment plus pesants, la livre de Venise (peso grosso) calculée en grains de Paris se trouvait réduite à 8 221 grains (de Paris) selon les calculs de l’ingénieur Cristiani10. Sans développer ici cet aspect de la question qui serait de nature, sauf erreur de Cristiani, à remettre en cause bien des équivalences communément admises, à commencer par le poids de la livre vénitienne convertie en unités du système international, on voit quel soin il faut apporter au choix et à l’étude des coefficients et des données numériques génériques, tel que le poids spécifique du froment par exemple, qui sert si souvent à convertir une mesure volumétrique en unité pondérale.

19Jusqu’à présent les observations auxquelles nous nous sommes livré permettent, semble-t-il, de conclure à une très grande stabilité des poids et mesures de Venise. Le setier est une unité de poids, stable, qui résulte du mesurage de deux minots, la variation enregistrée est due à la différence de poids des denrées mesurées.

  • 11 A. Young, Voyage en France..., trad. d’H. SEE, Paris : « Les tables de M. Paucton sur les mesures (...)
  • 12 Archivio di Stato di Venezia (= ASV), Provveditori al sal, reg. 47, c. 10 sqq.
  • 13 ASV, Provveditori al sal, reg. 10a (Incanti), c. 401v, 1456, Pexi de sali dati per ser Alvise Sign (...)

20On peut penser que la prétention des manuels à l’exhaustivité conduit leurs auteurs au schématisme, déjà dénoncé par Arthur Young à l’encontre de l’ouvrage de Paucton11. Que nous livrent les indications des actes de la pratique administrative ? Au milieu du xve siècle, à Venise, dans les magasins de la douane, on procéda à l’expertise des divers sels contenus dans une mesure car « la buona qualità de sali si conosce nel peso e col peso »12. Pour cela, on adopta une mesure, le minot, on l’emplit au moyen d’une trémie pour éviter des différences dans le mode d’emplissage et on pesa le sel mesuré contenu dans deux minots, afin d’avoir le poids d’un setier. En 1443, comme il ne s’agissait que de vendre des gros sels méditerranéens à Brescia récemment conquise, on se contenta de peser des sels d’Alexandrie, Ibiza et Chypre. En 1456, Alvise Signolo fit peser tous les sels des différents salorges de Venise et utilisa comme unité de compte le muid de 12 setiers13.

Tableau no V. Poids du setier en sel (en livres)

Gros sels

Alexandrie

Ibiza

Chypre

Paros

déc. 1443
1456

165
160

185
192

195
190


165

Sels moyens

Nauplie

Corfou

1456

156

154

Sels menus

Pago

Piran

Cervia

Chioggia

1456

140

140

130

125

21Au xviiie siècle, voilà comment on procédait pour mesurer le sel dans les salorges de la République :

« La mesure à broche est celle qui sert tant à l’entrée qu’à la sortie des sels menus de l’Istrie et Pago, mais à l’entrée en magasin on l’utilise sans la croisée et avec l’adjonction d’un cercle de cuivre d’une hauteur d’un pouce, on l’emplit à deux pelles croisées et sur la base de 13 setiers pour 12. A la sortie, ensuite, on utilise la même (mesure) mais avec sa croisée, afin qu’on puisse passer dessus la radoire (ou rasière), et sans le cercle de cuivre. On forme le muid de 12 setiers au lieu de 13. Tous les sels ont donc un poids divers à l’entrée dans les magasins publics.

Tableau no VI. Le poids du sel à l’entrée dans les magasins

Origine

1 muid

1 setier = 1 muid : 13

1 minot = 1 muid : 26

Capodistria

1 830

140,77

70,38

Piran

1 882

144,77

72,38

Muggia

1 722

132,46

66,23

Pago

1 874

144,15

72,08

Corfou

2 016

155,07

77,53

Santa Maura

2 376

182,76

91,38

Trapani

2 712

208,61

104,30

Tripoli

2 904

223,38

111,69

22« A la sortie des magasins,

Tableau no VII

Marché fourni

Sels livrés

1 muid

1 setier = 1 muid : 12

En-deçà du Mincio...

Capodistria, Piran, Pago, Muggia, Corfou, Santa Maura

1 680

140

Les 5 fermes

Santa Maura

2 304

192

de Lombardie

Trapani

2 304

192

Les Etats étrangers

Trapani

2 700

225

(Turin et Milan)

Tripoli

2 892

241

Santa Maura

2 700

225

Le Cadore

Santa Maura

2 064

172

Caorle et Grado

Piran (a misura)

1 882

156,83

Caneva

Pago

1 920

160

  • 14 ASV, Provveditori al sal, Miscellanea, B. 55.

« Toutes les livres sont de peso grosso vénitien »14.

23En fait, le texte le précise, le sel est alors cédé aux fermiers ou aux facteurs des Etats étrangers non plus à la mesure mais au poids, sauf le sel de Piran quand il est vendu « à la mesure » aux gens de Caorle et Grado. Seule cette substitution permettait d’aligner les poids de tous les sels, menus ou moyens, cédés à la Vénétie, aux provinces sises à l’est du Mincio. Sinon il eût été impossible d’obtenir d’une mesure unique une masse uniforme avec des sels qui avaient entre eux un écart maximum de poids de 60,71 %, pour le sel de Santa Maura :

24L’uniformité témoigne de l’adoption de la pesée du sel. Mais cette même pesée autorise les Vénitiens à céder le sel de Santa Maura aux uns à 140 livres le setier et aux autres à 225 livres et à appeler cette unité de poids : « setier ». En fait, la substitution était d’autant plus aisée que le setier était le produit, à l’origine, du remplissage de deux minots puis de leur versement dans un contenant quelconque, sac, tonneau, panier, magasin, barque, ou simplement sous un prélart. En ce sens il est inutile et faux de calculer la capacité d’un setier ou d’un muid et de l’exprimer en litres, car setier et muid étaient des unités de compte, des unités de masse dont seul comptait le poids. Les Anciens ne tombaient pas dans ce travers.

25La mesure vraie, pour le commerce de gros, est le minot. Lui seul est palpable, visible, matériel. C’est un récipient de bois, cerclé de fer, comportant potence, flèche, plaque, que l’on peut remplir comble, grain sur ord ou ras, plus ou moins rapidement, avec des pelles, à la trémie. De temps en temps, ce minot est étalonné, confronté à une matrice originale en métal, en bronze ou en cuivre, pour vérifier la conformité de la copie usuelle à l’étalon de référence. Il est remarquable qu’à plus de trois siècles de distance, si on veut bien examiner des opérations comparables — parce qu’elles sont saisies au même moment du processus de circulation du sel — quand l’Etat se préoccupe de savoir quelle masse de sel précisément il cède aux fermiers chargés de sa vente aux consommateurs, il ait réellement estimé au muid de 12 setiers, cédé en 1456, au temps d’Alvise Signolo, 140 livres, staio di peso, de sel de Piran ou de Pago, ses deux principales sources de ravitaillement en Adriatique, et 140 livres encore au milieu du xviiie siècle, quand les fermiers exportaient le sel de Capodistria, Piran, Muggia, Pago, Corfou et Santa Maura vers les greniers de la Vénétie. Ce poids de 140 livres, on s’en souvient, était aussi celui du setier de grain de Sicile et de Romanie en 1454.

  • 15 J.C. Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, 2 vol., Lille 1978-1979, en particulier pp. 684-686.

26En fait, mesurer, peser, qui nous semblent des opérations parfaitement objectivables, étaient des gestes rien moins qu’objectifs. On a déjà vu l’emploi de deux minots, l’un pour acheter, l’autre pour vendre. Le premier recevait un cercle de fer d’un pouce de hauteur, qui entraînait un accroissement de 8 % et 26 de ces minots agrandis composaient alors un muid, tandis qu’à la vente on retirait ce cercle et 24 minots diminués de ces mêmes 8 % entraient dans un muid. Indépendamment de la fixation des prix à l’achat puis à la revente, l’Etat, pour avoir entreposé le sel dans ses magasins, réalisait déjà un profit substantiel. Jusqu’en 1535, il reçut et distribua le sel « à la mesure ». A cette date, y trouvant un avantage supplémentaire parce qu’il s’approvisionnait alors essentiellement en sel de Chypre reçu « à mesure », le minot pesant 100 livres à la réception, il avait décidé de consigner les gros sels au poids de 96 livres pour un minot, se réservant ainsi un avantage de 4 livres au minot. Or la guerre de la Sainte Ligue, la perte de Chypre, la crise des armements navals portèrent de graves atteintes au commerce du sel15. Les Vénitiens renoncèrent à importer des sels de Chypre et d’Ibiza et mirent en culture de nouvelles installations saunantes à Sebenico et à La Suda (Candie) qui livrèrent un sel de moins bonne qualité, partant de moindre poids, qu’ils continuèrent de recevoir « à mesure » mais la mesure ne contenait plus désormais que 88 livres de sel. On peut donc calculer le profit réalisé sur les mesures, indépendamment de la fixation des prix, avant 1535 et après les événements de 1571 :

27avant 1535 :

28après 1571 :

  • 16 ASV, Provveditori al sal, reg. 47 (Parti e scritture in materia di sali). Informatione summaria ne (...)

29C’est uniquement la variation de la qualité de la marchandise qui, en l’occurrence, provoque l’instabilité. Perdant 8 livres par minot, soit 192 livres au muid, l’Etat perdait un setier16 dans ses livres de compte et seulement 0,69 % dans la réalité.

  • 17 ASV, Provveditori al sal, Miscellanea, B. 16.

30D’autres facteurs engendraient des profits, positifs ou négatifs, sur les mesures dans le commerce international. L’unité de compte, le muid de Venise, entrait dans un système où les sous-multiples de Venise ne correspondaient pas exactement aux sous-multiples de ses fournisseurs. A Venise, le 31 décembre 1750, on procéda à l’étalonnage du muid de sel de Trapani et de Tripoli (Libye). Constitué de 24 minots pesant chacun 112,5 livres, le muid de sel de Trapani pesait 2 700 livres, mais à Trapani, pour compter ce muid, on avait utilisé une mesure locale qui contenait un poids (vénitien) de 38 livres 6 onces 1/3 et 70 mesures livraient donc un muid de 2 696 livres 11 onces, soit une perte de 3 livres 1 once au muid. Inversement à Tripoli, le muid vénitien de sel constitué de 24 minots de 120 livres pesait 2 880 livres, tandis que sur place les 75 mesures de 38 livres 6 onces 1/3 produisaient un muid de 2 889 livres 7 onces, soit cette fois un gain, à Venise, de 9 livres 7 onces17.

  • 18 J.C. Hocquet, « Métrologie du sel et histoire comparée en Méditerranée », Annales ESC, 1974, pp. 4 (...)
  • 19 Venise, Biblioteca del Museo Correr, Donà delle Rose, B. 178 (15 décembre 1575, scandalio del cabu (...)
  • 20 Venise, Biblioteca del Museo Correr, Cicogna, 2075 (Iter G.B. Giustinian).

31Le dernier élément qui influait le plus sur la capacité de la mesure était la manière de la remplir, comble ou rase, accompagnée d’un maniement divers de la pelle, jetée brutalement ou posée délicatement dans la mesure18. A Sebenico, la mesure locale rase contenait net 87 livres 9 onces de sel et comble, 109 livres 9 onces, soit une différence de 22 livres ou 25 %. Les Vénitiens avaient régularisé l’usage du comble en le transformant grâce à l’adjonction du cercle de métal, en ajoutant aussi la croisée ou la broche. Le résultat : à la vente, le minot pesait net 68 livres 9 onces, mais à la réception auprès des propriétaires il contenait net 76 livres 9 onces, soit un supplément de 8 livres qui, sur un sel léger, atteignait non plus 8 % mais 11,63 %19. On sait que dans certains cas le seul maniement de la pelle, choisi en fonction du mode voulu de remplissage de la mesure, selon l’achat ou la vente, comble ou rase, procurait un accroissement de 43,3 % : de 10 seaux « à pelle battue » on obtenait sans difficulté 14 seaux 1/3 « à pelle criblée »20. On voit bien dans ces conditions que la mesure même réelle est un concept théorique, que l’important est le mesurage. A chaque instant des pratiques commerciales viennent perturber le contenu objectif de la mesure et il est difficile, dans les calculs d’équivalences, de prendre en compte les avantages reçus par les uns au compte des autres.

  • 21 C. Afan de Rivera, Tavole di reduzione dei pesi e delle misure delle due Sicilie in quelli statuit (...)
  • 22 ASV, Provveditori al sal, Miscellanea, B. 21 (stampa, pp. 29-30 : pesi e misure de sali minuti di (...)

32En fait, comme chaque marchandise avait son poids propre, on vérifiait l’uniformité de la mesure avec le poids et on adoptait simultanément les deux méthodes de mesurer le volume et de peser le poids du grain, du sel, des fruits secs, etc., contenus dans la mesure, afin de déterminer avec exactitude les quantités21. Un document du 23 juillet 1761 signale que les mesures rases auraient fait l’objet d’une nouvelle définition le 23 août 1729, à la suite de quoi le minot de sel pesa les poids suivants22 (Tableau VIII). L’augmentation était forte, elle était surtout uniforme, 48 livres au muid, soit une augmentation mathématique, et non plus seulement empirique.

Tableau no VIII. L'évolution des mesures du sel à Venise de 1456 à 1761 (en livres grosses et numération décimale)

Tableau no VIII. L'évolution des mesures du sel à Venise de 1456 à 1761 (en livres grosses et numération décimale)

N.B. : Nous avons reporté les mesures indiquées dans les sources en caractères italiques et les calculs dérivés en caractères romains. Pour les calculs, nous avons arrondi les reports à la deuxième décimale.

  • 23 Hocquet, « Métrologie du sel... », art. cit. suivant (p. 402) le géographe A.F. Büsching, Neue Erds (...)
  • 24 Tartaglia, op. cit., livre 4, c. 38 (comment géométriquement se mesurent les grains en grenier).
  • 25 Paxi, op. cit., non paginé, signale que le tumano napolitain de fèves fait à Venise 2 quartes et 2 (...)

33Or nous savons qu’à la même époque le minot (= le demi-setier) était devenu une mesure géométrique mesurant exactement un pied cube23 alors que Tartaglia, au milieu du xvie siècle, après avoir mesuré géométriquement des grains, concluait qu’un pied cube contenait quasi 2 quarte e 1 quartarolo24 soit, dans le système vénitien de mesurage et de comptage, comme on peut le déduire des indications de Paxi et de Roberts25, les valeurs suivantes :

Tableau no IX. Les petites unités du système vénitien

Setier

1

Minot

2

1

Quart

4

2

1

Quartaruol

16

8

4

1

  • 26 Je ne connais pas ce texte, simplement signalé par l’imprimé du 23 juillet 1761 figurant note 22 s (...)

34Au milieu du xvie siècle, le pied3 contenait un minot (2 quartes) plus 1/8 minot (1 quartaruol), tandis qu’à partir de 1729 probablement26 le pied3 (inchangé ?) aurait contenu un minot. Il avait donc fallu augmenter la capacité du minot d’un huitième ou 12,5 %. Vérifions : dans le tableau VIII, l’écart entre les deux minots, selon les sels, va de 7,52 livres pour le sel de Muggia à 8 livres 01 (sel de Pago), soit une différence de 11,11 % à 11,35 %. Outre des procédés de mesurage plus scientifiques, liés à l’adoption de nouvelles trémies, à double grille par exemple, le minot aurait vu sa capacité augmenter de 12,5 % environ à la fin du premier tiers du xviiie siècle, pour entrer dans un système de mesures clos, dont l’élément de base était constitué par l’unité de mesure de longueur, le pied. La connaissance de cette unité de longueur donnait désormais tous les rapports de surface (pied carré) et de volume (pied cube). Si l’on se souvient que Tartaglia arrondissait sa mesure du pied3 à « quasi 2 quarts et un quartaruol », on peut conclure qu’il avait calculé ses mesures à 1 % près.

35Cette nouveauté ne me semble pas spécifiquement vénitienne, elle m’apparaît plutôt comme une innovation contemporaine des Lumières, et dont la diffusion fut rapide dans l’Europe. Autrement dit, le minot retenu dans les Tables de concordance avait récemment subi une augmentation de son volume intérieur de 12,5 %, après avoir connu d’autres modifications, telles l’adjonction du cercle supérieur, de la croisée ou de la broche, qui faisaient varier son contenu réel de 11,63 % (sel de Sebenico) ou de 8 livres. Le faible écart observé entre ces chiffres — 11,63 % ou 12,5 % — pourrait inciter à considérer que le minot a atteint un volume d’un pied cube par incorporation du comble.

36La réforme du minot a eu des conséquences très importantes pour le calcul du poids du muid : le muid de 26 minots de sel de Capodistria utilisé jadis pesait 1 830 livres, le muid de 24 nouveaux minots pèse désormais 1 878 livres. L’Etat a donc gagné uniformément, sur tous les sels menus de l’Adriatique, 48 livres au muid (Tableau VIII).

  • 27 Un quartaruol è la vigesima parte di un stajo composta di l. 140, e pesa l. 7 (ASV, Provveditori a (...)

37L’effort de rationalisation ainsi entrepris, qui aboutit à l’adoption d’un système métrique clos, s’est accompagné d’un effort parallèle d’introduction de la numération décimale. En effet, à la vente aux consommateurs par l’intermédiaire des fermiers, on observe deux éléments très importants : le muid du xviiie siècle est aligné sur le poids des sels de Pago et de Piran déjà relevé en 1456, soit 1 680 livres ou 140 livres le setier (Tableaux V et VII). Mais l’Etat et les fermiers ont gagné dans la vente au détail car ils ont fait passer le quartarol — le quart du quart — de 1/16 à 1/20 setier, soit une diminution du poids du sel délivré aux acheteurs de 8,75 livres à 7 livres, soit encore 20 %27. Autrement dit, non content de gagner 48 livres au muid auprès des propriétaires et des sauniers, l’Etat a autorisé les fermiers à faire supporter aux consommateurs une autre manipulation du système métrique vénitien, en modifiant le poids de la petite mesure utilisée à la revente au détail. Au xviiie siècle, le nouveau système vénitien est ainsi organisé :

TABLEAU no X. Un nouveau système métrique vénitien

TABLEAU no X. Un nouveau système métrique vénitien

38L’Etat a donc complètement renversé son système commercial. Désormais il vend au poids en utilisant les anciennes mesures, telles que minot, quarte et surtout quartarol utilisés pour donner uniformément un poids de 70, 14 ou 7 livres selon la mesure employée, mais il achète à la nouvelle mesure du pied3, du nouveau minot, qui lui procure un avantage de 11 à 12,5 %. A l’achat en effet, les poids varient constamment. L’Etat demeure plus que jamais le maître complet des poids et mesures. Il a scindé le système en deux ensembles, la mesure et le poids qui évoluent séparément. Le poids n’a pas varié depuis le xve siècle car c’est une abstraction mathématique, tandis que la mesure, bien réelle, a subi une transformation importante qui a augmenté son volume de 11 à 12,5 % à la suite de son alignement sur le cube du pied. La réforme ne dut guère susciter d’hostilité car trois pratiques anciennes, l’usage du comble, l’adjonction de pièces de métal et le compte de 26 pour 24, qui avaient depuis longtemps habitué les esprits à la manipulation des mesures, disparurent, semble-t-il, par intégration de leurs variables dans le nouveau minot.

39Les auteurs du xixe siècle avaient oublié cette dichotomie de l’ancien système métrique qui juxtaposait des mesures au niveau inférieur et des poids au niveau supérieur. Les deux concepts ne se recouvrent pas. Ces auteurs ont donc transformé setiers et muids en mesures volumétriques et calculé des capacités pour ces mesures sans contenant, multiples des seules mesures utilisées, le minot et ses sous-multiples. Comme il n’existe pas de relation stable, ni dans le temps pour un même produit et encore moins pour des produits différents, entre la mesure et son poids, les Vénitiens se sont efforcés de rationaliser leur système métrique tout en laissant inchangé le système pondéral (livre et setier) et ils ont introduit des relations purement arbitraires entre poids et mesure en considérant que le minot de sel pour la Vénétie devait toujours peser 70 livres quand il était adopté comme unité de poids, auquel cas il n’était plus nécessaire d’utiliser la mesure, il suffisait de peser 70 livres à la balance. La mesure réelle d’un pied cube pouvait contenir un poids de sel compris entre 73 livres 9 onces (sel de Muggia) et 120,5 livres (sel de Tripoli). Il est remarquable que Venise se passe du cantar utilisé dans toute la Méditerranée, parce qu’elle dispose de deux autres unités, d’une part le millier, qui pèse toujours 1 000 livres, d’autre part le setier, deux unités de poids qui lui donnent une très grande souplesse et une remarquable aptitude à réaliser des profits. Le poids du setier variait en effet en fonction de plusieurs facteurs : la place et le rôle de l’opérateur économique, selon qu’il achète ou qu’il vend, l’origine de la marchandise, la nature de la clientèle. Connaissez-vous beaucoup de gens si habiles qui puissent croire et faire croire que le setier de sel de Santa Maura pesait : 182,76 livres lorsque l’Etat le rentrait dans ses magasins, au prix d’une division par 13, car le muid divisé par 12 aurait produit un setier de 198 livres, 140 livres seulement quand il était cédé aux populations de la Vénétie et 192 livres lorsqu’il était acheminé en direction des provinces, également vénitiennes, de Lombardie, 225 livres quand il était vendu aux étrangers, à Turin ou à la Lombardie autrichienne, 172 livres enfin quand il gagnait le Cadore montagneux et exposé à la contrebande ?

40Que retenir de cette pérégrination dans le système des poids et mesures de Venise qui réponde à notre question initiale ? Avons-nous isolé une mesure de référence suffisamment fiable pour l’appliquer à la résolution des problèmes de la métrologie historique et de la conversion d’autres mesures relevées dans les Manuels à l’usage des marchands. Je suis tenté de répondre par l’affirmative en rappelant une vérité d’évidence : chaque marchandise a son poids propre et des pratiques commerciales visant à majorer le profit de ceux qui sont maîtres de la décision ou des modifications du mesurage et du calcul perturbent profondément une valeur moyenne de 140 livres alla grossa, communément retenue pour le setier « de poids » et que l’on retrouve aussi bien pour les amandes, les noix, le froment de Sicile et de Romanie, les sels de toutes provenances vendus en Vénétie. On repère cette valeur sans solution de continuité du xive ou xve siècle à la fin du xviiie siècle.

Notes

1 W. Kula, Les mesures et les hommes, trad. du polonais par Joanna Ritt, Paris, Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1984, 304 p.

2 M. Luzzati, « Note di metrologia pisana », Bolletino storico pisano, XXXI-XXXII, 1962-1963, pp. 191-220, montre comment Florence, après avoir annexé Pise, impose à la cité défaite l’adoption de ses propres mesures dans le commerce local, tout en maintenant les anciennes mesures pisanes si utiles et beaucoup mieux connues dans le négoce international.

3 Nous avons retenu, comme utile à notre étude, les ouvrages suivants :
Zibaldone da Canal, Manoscritto mercantile del sec. XIV, a c. di A. Stussi, (Fonti per la storia di Venezia, sez. V), Venise, 1967, 159 p., écrit à Venise entre 1311 et les années 1320, parvenu jusqu’à nous à travers une copie de la fin du Trecento.
Libro di divisamenti di paesi e di misure di mercatantie, plus connu sous le titre de La Pratica della mercatura, du florentin Francesco Balducci Pegolotti, facteur de la compagnie des Bardi, qui écrivit son livre entre 1323 et 1340. Le manuscrit nous est parvenu dans une copie achevée en mars 1472 par Filippo Frescobaldi qui transcrivit une autre copie établie sur l’original (A. Evans, éd., Cambridge, Mass. 1936).
— La Tarifa zoè noticia dy pexi e mesure di luogi e tere che s’adovra mercadantia per el mondo, d’origine vénitienne et qu’on peut dater vraisemblablement de la seconde moitié ou de la fin du Trecento, publiée de manière confidentielle par V. Orlandini (et R. Cessi) à Venise, 1925.
La pratica della mercatura scritta da Giovanni di Antonio da Uzzano nel 1442 et publiée par le chancelier (de Florence) à la décime, Gian-Francesco Pagnini Della Ventura, Della decima e di varie altre gravezze imposte dal comune di Firenze, della moneta e della mercatura de’Fiorentini fino al secolo XVI, Lisbonne et Lucques, 1765-1766, 4 vol. (le manuel d’Uzzano constitue le volume IV).
El libro di mercatantie et usanze de’paesi, quelquefois attribué au florentin Giorgio Chiarini et conservé dans un manuscrit de 1458. Le livre est précieux car il accorde une grande place aux poids et mesures de la péninsule Ibérique, sanctionnant ainsi l’intensité nouvelle des relations commerciales entre l’Italie et les ports espagnols ou portugais (F. Borlandi éd., Turin 1936, réimpr. anast. 1970).
— La Tariffa de pexi e misure publiée à Venise en 1503 par Bartholomeo di Paxi.
— La Tariffa perpetua de Zuan Mariani publiée à Venise en 1559 et qui suit de très près les indications relevées dans Paxi.
— Nicolò Tartaglia, Trattato di numeri e mesure, 6 vol. in-fol., Venise, 1556-1560.
— Lewis Roberts, The merchants map of commerce, 1re éd., Londres, 1638, a connu de nombreuses rééditions.
— Le Moine de l’Epine, Le négoce d’Amsterdam ou traité de sa banque, des changes, des compagnies orientales et occidentales, Amsterdam, 1694.
— Samuel Ricard, Traité général du commerce contenant les réductions des mesures, poids et monnaies de la Hollande et d’Amsterdam, Amsterdam 1700.
— Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, d’histoire naturelle et des arts et métiers, publié pour la première fois à Paris en 1723-1730, 3 vol. in fol.
— Dans le domaine ibérique, Miguel Gual Camarena avait préparé l’édition de El primer manual hispamco de mercaderia (siglo XIV). Introduccion, texto y vocabulario, 1981. Nous n’avons pu le consulter, cependant un ouvrage publié par Antonio Bordazar de Artazu, Proporcion de monedas, pesos i medidas, Valence 1736, apporte aussi un précieux témoignage.
— Girolamo Francesco Cristiani, ingénieur de la Sérinissime République de Venise, Della misurre d’ogni genere antiche e moderne, Brescia, 1760, a choisi comme étalon les mesures de Paris, pied du Roi, livre, setier et pouce-cube de Paris, un choix qui témoigne à lui seul de l’originalité de la démarche.
— En 1766, L’Encyclopédie de D’Alembert et Diderot publie d’importants chapitres sur les poids et mesures dont la source principale semble être Savary des Bruslons.
— Enfin, en 1780, Alexis Paucton, Métrologie ou Traité des mesures, poids et monnaies des anciens peuples et des modernes, Paris, a utilisé les recherches et les notes que lui avait confiées l’astronome Lalande. Celui-ci avait mis à contribution de nombreux cercles scientifiques européens.

4 M. Aubain, « Par-dessus les marchés : gestes et paroles de la circulation des biens d’après Savary des Bruslons », Annales ESC, 1984, pp. 820-830.

5 Chiarini, op. cit., p. 87.

6 Pegolotti, op. cit., p. 137. Chiarini, op. cit., p. 43, préfère écrire que le « millier grosso pèse 1 500 livres “subtiles” de Venise ».

7 Roberts, op. cit., p. 252. On trouve dans Le Moine de l’Epine, p. 57, des renseignements analogues : à Amsterdam, un last de froment pèse de 4 600 à 4 800 livres poids de marc, le seigle de 4 000 à 4 200 et l’orge de 3 200 à 3 400 livres.

8 U. Tucci, « Un problema di metrologia navale : la botte veneziana », Studi Veneziani, IX (1967) 1968, p. 212, n. 33.

9 Tartaglia, op. cit., livre 4, f. lv.

10 Cristiani, op. cit., 120-121. Persuadé de l’erreur de Cristiani, j’ai repris l’étude de l’équivalence entre livres de Venise et de Paris, et par conséquent entre grains de Venise et de Paris dans une communication au 4e congrès international de métrologie historique à Linz [oct. 1986 : « Mesure dominante et mesures dominées dans la République de Venise (xve-xvie siècles) »].

11 A. Young, Voyage en France..., trad. d’H. SEE, Paris : « Les tables de M. Paucton sur les mesures de superficie et de capacité, qui contiennent celles de quelques-unes des provinces, sont capables de nous égarer aussi souvent que de nous guider : en traversant le pays, j’ai trouvé de 5 à 10 mesures différentes, là où il n’en a noté qu’une seule, celle, je suppose, qui est la mesure officielle des principales villes » (p. 43).

12 Archivio di Stato di Venezia (= ASV), Provveditori al sal, reg. 47, c. 10 sqq.

13 ASV, Provveditori al sal, reg. 10a (Incanti), c. 401v, 1456, Pexi de sali dati per ser Alvise Signolo extracti del suo libro.

14 ASV, Provveditori al sal, Miscellanea, B. 55.

15 J.C. Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, 2 vol., Lille 1978-1979, en particulier pp. 684-686.

16 ASV, Provveditori al sal, reg. 47 (Parti e scritture in materia di sali). Informatione summaria nella materia de sali, c. 10 sqq.

17 ASV, Provveditori al sal, Miscellanea, B. 16.

18 J.C. Hocquet, « Métrologie du sel et histoire comparée en Méditerranée », Annales ESC, 1974, pp. 414-419 (Méthodes et secrets du mesurage).

19 Venise, Biblioteca del Museo Correr, Donà delle Rose, B. 178 (15 décembre 1575, scandalio del cabulo de Sebenico, provéditeur Vicenzo Querini, autre rapport de Giov. Alvise Zaffardo).

20 Venise, Biblioteca del Museo Correr, Cicogna, 2075 (Iter G.B. Giustinian).

21 C. Afan de Rivera, Tavole di reduzione dei pesi e delle misure delle due Sicilie in quelli statuiti dalla legge de’6 aprile del 1840, Naples, 1840, p. 208.

22 ASV, Provveditori al sal, Miscellanea, B. 21 (stampa, pp. 29-30 : pesi e misure de sali minuti di Capodistria, Pirano, Muggia e Pago).

23 Hocquet, « Métrologie du sel... », art. cit. suivant (p. 402) le géographe A.F. Büsching, Neue Erdschreibung, Schaffhouse, 1767-1769, 9 volumes, trad. en italien, Nuova Geografia, Venise, 1777, tav. 2.

24 Tartaglia, op. cit., livre 4, c. 38 (comment géométriquement se mesurent les grains en grenier).

25 Paxi, op. cit., non paginé, signale que le tumano napolitain de fèves fait à Venise 2 quartes et 2 quartarols, que tous les légumes s’y vendent avec ces deux mesures et que le tumano de Naples rend 10 quartaroli ; Roberts, op. cit., chap. CLVIII, p. 71 : Venise, corn is sold by the staio, which is 132 li. grosse Venetia, and in Florence 173 lib., which is divided to 4/4 and to 8/8 and to 16/16 part, by which is made the scandalios, the 1/4 being 32 lb, the 1/8 16 lb, the 1/16 8 lb of grosse.

26 Je ne connais pas ce texte, simplement signalé par l’imprimé du 23 juillet 1761 figurant note 22 supra. (Malgré d’actives recherches et l’aide des archivistes, je n’ai trouvé trace de cette délibération de 1729 dans aucune des séries archivistiques où on pouvait légitimement s’attendre à la trouver).

27 Un quartaruol è la vigesima parte di un stajo composta di l. 140, e pesa l. 7 (ASV, Provveditori al sal, Miscellanea, B. 55, sans date, xviiie siècle ( ?).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau no IV. Système pondéral des métaux monétaires à Venise
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau no VIII. L'évolution des mesures du sel à Venise de 1456 à 1761 (en livres grosses et numération décimale)
Légende N.B. : Nous avons reporté les mesures indiquées dans les sources en caractères italiques et les calculs dérivés en caractères romains. Pour les calculs, nous avons arrondi les reports à la deuxième décimale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25857/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre TABLEAU no X. Un nouveau système métrique vénitien
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/25857/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.