Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grands hôtels en Asie

 | 
Thierry Sanjuan

Troisième partie. Les usages sociaux

L’image de l’hébergement de luxe et l’hôtel dans une revue féminine japonaise

Sylvie Guichard-Anguis

Texte intégral

1Les grands hôtels ne sont pas l’unique forme d’hébergement faisant office de lieu de sociabilité au Japon. Leur rôle, l’évolution de leurs formes et de leurs fonctions doivent être replacés dans un contexte plus large, qui manifeste une très grande originalité par rapport aux autres régions d’Asie et tient à la pluralité de l’hébergement japonais.

2Tout d’abord, il faut préciser ce que nous concevons par sociabilité. Il s’agit du « caractère d’un groupe qui favorise les relations humaines, intellectuelles ou mondaines », selon le dictionnaire Le Petit Robert. Cette définition nous amène à déterminer deux objets, d’une part les types de relations qui interviennent dans les espaces hôteliers en question et d’autre part la nature de ces espaces proprement dits. En d’autres termes il s’agit de savoir dans un premier temps pour quelles raisons on se rend dans un grand hôtel au Japon et ce que ce mode d’hébergement offre aux utilisateurs, et dans un second temps pour quels motifs coexistent au Japon plusieurs modes d’hébergement, laissant à penser que le grand hôtel ne peut satisfaire à lui seul certains modes de sociabilité japonaise.

3L’analyse du contenu d’une revue féminine va constituer le point de départ de cette réflexion. Si notre choix s’est porté sur la presse féminine japonaise et non pas masculine, c’est en raison du pouvoir d’achat et de la disponibilité qui caractérisent une grande partie des femmes japonaises à partir du milieu des années 1980. Le mode de vie des hommes étroitement cantonné à l’univers du travail, même s’ils commencent à goûter aux loisirs, se caractérise par des modes de consommation beaucoup moins diversifiés que celui de leurs épouses, qui deviennent les initiatrices de multiples changements sociaux profonds. Parmi beaucoup d’autres, depuis plusieurs années, la revue mensuelle Katei-gahô présente de façon régulière des articles sur les modes d’hébergement au Japon, illustrant abondamment cette pluralité au sein des établissements de grand standing, qui semble caractériser l’offre et la demande dans l’archipel. Au fil des années, le développement des tendances, des goûts peut être suivi à travers ses pages. La lecture de Katei-gahô se révèle donc très riche d’enseignements sur l’évolution de la demande et de l’offre, la perception des modes d’hébergement de luxe et leurs usages, sans compter les transformations des espaces pris en considération.

4En conséquence, la première étape de ce travail consistera à présenter la revue et à analyser ses apports vis-à-vis d’un lectorat qu’il nous faudra cerner. Les tendances soulignées par la revue seront ensuite replacées dans le contexte plus général de l’évolution de la consommation touristique au Japon. Ensuite, une analyse de la périodicité, du choix des thèmes évoquant l’hébergement permet de saisir l’évolution de la perception et la place considérable prise désormais par ce type de consommation dans le mode de vie japonais. Enfin, le rôle du grand hôtel au sein de cette pluralité permet de comprendre qu’il s’établit dans une relation faite de concurrence et de complémentarité avec un second type d’hébergement, sans véritable équivalent dans le reste de l’Asie.

Une revue dédiée à la nature, aux traditions artistiques et à la consommation de luxe

Ce que nous livre le premier numéro de l’an 2000

  • 1 Ces seigneurs sont les descendants des daimyôs de l’époque d’Edo (1604-1868), qui étaient à la têt (...)

5Une présentation générale de la revue s’impose, afin de mieux appréhender le contenu de ses pages, qui se feuillettent de droite à gauche. Avec 436 pages, le numéro de janvier 2000 pèse 1 460 g et consiste en un volume de presque un centimètre d’épaisseur, imprimé avec une qualité de papier glacé et de photos peu commune, qui fait que bon nombre de ses lectrices japonaises ne peuvent se résoudre à jeter la revue, voire même à la découper. Son achat revient à 1 000 yens (1 050 avec les taxes), soit 10 euros environ, ce qui la situe dans la moyenne et la rend assez facilement abordable. Sur la page de couverture figure la photo en pied de face d’une femme autour de la trentaine, habillée de façon élégante et moderne, tenant un bouquet de fleurs et, oserions-nous dire, assez pudique si nous la comparons aux premières pages des magazines féminins français. Quelques titres verticaux annoncent plusieurs des sujets traités dans ce numéro. Aux deux plus importants « L’éloge de la cuisine du Jour de l’An » et « Les réunions de thé du début de l’année » (associées à la pratique de la cérémonie de thé) succède celui des soirées élégantes à New York, du Jour de l’An dans les familles de seigneurs (daimyô-ke)1.

6D’emblée, la couverture suggère quelques premières constatations. Force est de reconnaître que la presse féminine au Japon et en France n’est pas susceptible de couvrir les mêmes rubriques. Le succès et la réputation de la revue ne semblent pas reposer sur l’évocation de la mode, ni sur des articles consacrés à quelques célébrités du monde médiatique, ou à des phénomènes de société et encore moins à des sujets ayant trait à l’univers domestique. La teneur de Katei-gahô semble particulièrement culturelle, voire historique.

PHOTO 1. La couverture de la revue Katei-Gahô en janvier 2000 (Sekaibunka Publishing Inc.)

7Une autre dimension de la revue, suggérée dès la couverture par l’association d’une femme et de fleurs fraîches, apparaît de nouveau à la page 27, et fait référence à la nature. En effet la revue ouvre sur un premier long article intitulé « L’éclat de l’accueil du Nouvel An : le premier soleil levant », agrémenté de photos en pleine page de ce thème traité en montagne ou en bordure de la mer. Un second grand article situé vers la fin de la revue, comme pour la clore, évoque « L’Australie de l’Est : un voyage en train de luxe et les fleurs », centré sur la personnalité d’une aquarelliste de fleurs australienne. Cette association de la femme et de la nature soulignée par la photo de couverture se situe dans la prolongation d’une tendance artistique qui nourrit tout un champ de la peinture japonaise avec les portraits de beautés binjinga (Cabanas : 1997). Aucun portrait de beauté japonaise ne figure sans une allusion directe à la nature et aux passages des saisons. La représentation de la femme et de la nature est destinée à exalter une certaine idée de la beauté, qui reflète des émotions au cœur de la sensibilité japonaise. Cette image de la femme véhiculée par ce magazine fait donc appel à des ressorts esthétiques qui imprègnent la culture artistique.

8Le thème de la nature, omniprésent dans la revue, se décline à travers des articles faisant allusion directement aux saisons, mais aussi à travers l’art floral (ikebana) qui ne trouve lui-même de sens qu’en fonction du déroulement de celles-ci, l’art des jardins japonais et de plus en plus occidentaux depuis les dernières années du xxe siècle, les fleurs à travers l’art floral occidental et les fleurs en pot, la décoration des tables à l’occidentale. Ils contribuent à faire de la femme illustrée par Katei-gahô une manipulatrice d’une certaine conception de la beauté à partir d’éléments naturels. Nous verrons que ce rôle de la femme japonaise, qui intercède avec la nature, trouve un environnement particulièrement privilégié dans le second type d’hébergement, qui coexiste avec les hôtels.

  • 2 Hirado-shi, ville de 25 000 habitants aujourd’hui, située sur l’île du même nom et dont la superfi (...)
  • 3 Cette école fut fondée par le 29e Matsuura Chinchin de cette lignée seigneuriale. Elle a assuré le (...)

9Le second article par ordre d’apparition dans la revue se trouve être celui consacré au Jour de l’An au sein de familles de daimyôs et commence par traiter de la famille des seigneurs Matsuura de Hirado2, à l’extrême nord-ouest de l’île de Kyûshû. L’accent est mis sur l’évocation « d’un Jour de l’An qui respecte la tradition, mais teinté d’une influence étrangère, chez le quarante et unième descendant de la lignée seigneuriale des Matsuura, par ailleurs grand maître de thé de l’école Chinshin »3. L’importance des pratiques artistiques traditionnelles est reprise plus directement par un autre article qui dépeint la réunion de thé au cours de laquelle Sen Soshu, l’actuel Grand maître de l’école de thé Mushanokoji, reçoit Kataoka Nizaemon, le représentant actuel d’une grande famille de kabuki, dans le pavillon Shinjuan du Daitokuji, un grand monastère bouddhique de Kyôto. Ainsi, ce sont principalement des personnalités du monde culturel japonais contemporain, associées à des pratiques artistiques traditionnelles, fondées sur la transmission d’un enseignement de génération en génération, qui semblent constituer les références que les lectrices apprécient de se voir offertes.

10Dans ce premier numéro de l’année, un troisième article accentue le poids de ce domaine avec l’évocation de Kyukyodô, l’une des plus anciennes maisons d’encens japonais qui remonte à 1663, sous le titre de « Kyukyodô : pétrir les encens transmis au sein de la famille impériale ». Le texte comme les nombreuses photos qui agrémentent ces articles fournissent une ample information sur des domaines à l’accès peu facile pour de simples amateurs et ravissent les spécialistes encore plus outillés pour en apprécier le caractère précieux, car nombre de ces articles pourraient presque se ranger parmi des travaux de référence. Dans ce numéro, la reconstitution de repas du Nouvel An à partir d’un document historique, « Le recueil des fêtes » (O-imai-chô), appartenant à la famille des Matsuura, illustre l’un des domaines qui fondent l’excellente réputation de cette revue au Japon.

11La place accordée à la nature, au cycle des saisons, de même que les traditions qui y sont associées, comme le poids de l’histoire et l’importance de la culture locale, se révèlent être en fait quelques-uns des domaines privilégiés qui constituent l’apport majeur de cette revue au sein de la presse féminine. Ce regard explique largement, nous le verrons un peu plus loin, les choix proposés en matière d’hébergement de standing au Japon, voire même à l’étranger. Il met en évidence, comparé au grand hôtel, la nécessité d’un autre type d’hébergement, qui va constituer, aux yeux des lectrices, au sein de la nature, le cadre idéal de mise en contact direct avec cet univers culturel pétri de traditions, d’histoire et de créativité contemporaine qui forment autant de modes de sociabilité.

12Dans ce même numéro, il est à noter que l’évocation de l’étranger se cantonne à deux grands articles, l’un cité plus haut, et l’autre qui inaugure une série intitulée « La teinturière et tisseuse Shimura Fukumi : visite aux racines de la beauté japonaise », et qui porte sur un tissage perse impérial. De très nombreuses photos de publicité faisant référence presque exclusivement à des marques de luxe, elles-mêmes de très grande qualité, s’intercalent entre les articles longs. Par ailleurs, un certain nombre d’articles courts à caractère nettement promotionnel garnit la revue. Cette insistance sur la « beauté japonaise » conjuguée à des critères de luxe contribue à comprendre la perception de l’hébergement contemporain au Japon offerte par cette revue.

Le lectorat de Katei-gahô et ses diverses attentes

  • 4 Le premier article de ce numéro de mars 1958 s’intitule « La famille des couleurs primaires de Tôk (...)

13Le nom de Katei-gahô, qui signifie littéralement « La revue illustrée du foyer », prouve, s’il en est besoin, que les intentions éditoriales des fondateurs ont été perdues de vue depuis un certain nombre d’années. Ce n’est pas le lieu ici de retracer l’évolution de la condition féminine dans le Japon de la seconde moitié du xxe siècle, mais le rapprochement du contenu du premier numéro de l’an 2000 avec le tout premier paru au mois de mars 1958 constituerait un résumé tout à fait significatif4. La revue mensuelle dotée de 106 pages revenait à 200 yens et présentait un aspect caractéristique des années 1950, elle était peu épaisse par rapport à l’époque actuelle, d’une qualité de papier très moyenne avec beaucoup de photos en noir et blanc. En effet, comme l’atteste un certain nombre de sondages personnels effectués à intervalles réguliers durant plusieurs décennies, la revue ne s’adressait qu’à la ménagère japonaise, lui fournissant des articles pratiques aussi bien de cuisine que d’entretien de son intérieur, sans oublier les conseils en matière d’éducation des enfants, bref tentant de l’aider à résoudre les problèmes qui se posaient à elle dans son quotidien de mère de famille et de maîtresse de maison. Il faut cependant noter l’apparition timide du thème des déplacements dès la fin des années 1960, qui coïncide avec la transformation de la revue, qui tend à prendre un aspect beaucoup plus luxueux, proche des numéros contemporains, par le nombre de pages, la qualité du papier et la multiplication des photos publicitaires en pleine page. Il va sans dire que cette évolution suit l’apparition progressive de la prospérité au Japon et épouse la période de haute croissance.

14En 1998 Katei-gahô tire à 305 000 exemplaires (France-Japon Éco 1998 : 48-49) contre 500 000 en 1988 (Inoue K. et al. 1989 : 20-21). Cette érosion des ventes tient très certainement à la multiplication exceptionnelle de magazines féminins durant ces années. En 1998, la presse féminine japonaise comptait environ quatre-vingt-dix magazines, chiffre en progression permanente, tous ciblés sur une tranche bien particulière d’âge, de style de vie, de catégorie sociale. Au sein de cette galaxie, Katei-gahô s’adresse aux plus de quarante ans, ce qui ne surprendra pas compte tenu de la nature de son contenu, et se positionne clairement dans le domaine culturel, place que peu de revues du même niveau peuvent lui disputer. Le lancement d’un Katei-gahô pour jeunes femmes célibataires (leur pouvoir d’achat étant considérablement supérieur à celui des épouses du même âge), Miss Katei-gahô, en mai 1999, traduit cette stratégie. Le contenu du premier numéro révèle une spécialisation extrême sur la consommation de marques de luxe et de produits de beauté.

15D’après une analyse du lectorat publiée en 1997, plus de la moitié des lectrices de Katei-gahô se range parmi les femmes entre 35 et 49 ans. Elles possèdent à 50 % un emploi, et sont mariées et mères de famille. Elles sont en grande majorité propriétaires de leur logement et un quart d’entre elles possède une carte de membre d’un golf. En d’autres termes, elles disposent d’un pouvoir d’achat élevé, ce que confirment toutes les études sur leurs habitudes d’achat. Leur choix en matière d’enseignements et de perfectionnement culturel reflète également leur position sociale, puisque la pratique de l’ikebana et de la voie du thé (chadô ou sadô, connue en Occident sous l’appellation de « cérémonie de thé ») constituent quelques-unes de leurs activités favorites. Plus d’un quart d’entre elles dispose de l’occasion de porter au moins trois fois un kimono dans l’année, ce qui les distingue de la plupart des Japonaises qui n’ont pratiquement plus l’occasion de se vêtir de cette façon, qui se révèle de plus en plus dispendieuse. Sur les 77 % qui se sont rendues déjà à l’étranger, plus de la moitié y est allée plus de cinq fois. Presque un tiers (30,7 %) choisit les déplacements et le voyage parmi les domaines qu’elles aimeraient voir prendre plus de place dans leur vie, ce que confirme la place faite au premier rang des voyages parmi leurs loisirs. Il est clair que tous ces paramètres encadrent les choix éditoriaux de la revue comme nous allons le voir plus loin.

16En 1988, une autre étude avait été publiée pour les trente ans de la revue, qui débute par les termes suivants « Katei-gahô… à un moment donné, comme magazine de standing élevé et comme leader d’opinions en vue d’une existence confortable, s’est vu largement soutenu ». Cette étude révèle que plus de la moitié des lectrices dispose de diplômes universitaires et que ces femmes se trouvent dans l’ensemble très libres dans la gestion de leurs finances, ce qui ne manquera pas d’avoir un très grand impact dans la satisfaction de leurs loisirs.

17Le choix de cette revue féminine va nous permettre de souligner une des caractéristiques fondamentales de la consommation touristique au Japon, sans laquelle il n’est guère possible de comprendre l’offre en matière d’hébergement, à savoir la partition entre les sexes. Pour de multiples raisons, qui tiennent en particulier à une plus grande liberté prise vis-à-vis des contraintes de la société japonaise, les femmes se trouvent disposer de façon générale de beaucoup plus de temps libre que les hommes, et nous pourrions presque nous permettre d’affirmer qu’elles déploient autant d’énergie à se distraire que leurs collègues masculins à travailler. Cette tendance était déjà amorcée dès la fin des années 1980, puisque la moitié des lectrices avait déjà effectué un voyage à l’étranger. Une autre grande caractéristique du lectorat réside dans son origine géographique, puisque environ la moitié réside soit à Tôkyô soit dans le Kansai, la région de Kyôto, Ôsaka et Kobe, ce qui correspond plus ou moins à la répartition générale de la population japonaise. Dans l’analyse qui suit, il nous faudra toujours conserver à l’esprit que Katei-gahô est une revue qui s’adresse à des femmes résidant dans les grandes régions urbaines de Honshû, l’île principale de l’archipel japonais.

Apparition du thème de l’hébergement et son traitement dans la revue

18Avant de s’intéresser au contenu direct de la revue ayant trait à l’hébergement, quelques mots sur les motivations principales de ces choix tels que les éditrices les expriment nous semblent nécessaires. L’une d’entre elles, interviewée en août 1998, révèle que le premier but de la revue est de faire rêver et donc tout sujet ayant trait au quotidien, à la vie familiale, est soigneusement évité. Les choix éditoriaux de Katei-gahô révèlent une évidence, soulignée par tous ceux qui analysent les comportements féminins au Japon : se marier et élever des enfants ne font plus rêver les Japonaises. Cette orientation explique également que les fonctions hôtelières destinées à satisfaire la demande de groupes sous quelque forme qu’ils soient se révèlent totalement absentes dans les présentations choisies. L’âge moyen des lectrices explique également qu’elles ne recherchent pas dans la description des types d’hébergement, à travers les pages de Kateigahô, la présentation de cadres susceptibles de servir à la célébration de mariage ou à des « réunions de séparation » à l’occasion d’un décès, ou encore à de grands rassemblements à caractère professionnel, voire même ludique. En d’autres termes, la présentation des salles de banquet doit s’effacer au profit d’aspects jugés plus attirants offerts par l’hébergement de luxe.

19Les types choisis visent avant tout une satisfaction spécifiquement individuelle, voire de très petits groupes constitués par affinité. Le choix des hôtels se fait en équipe avec le souci de préserver un équilibre entre ceux qui offrent une grande qualité de service et ceux dont le cadre est particulièrement soigné. Ce sont le standing et la nouveauté qui guident essentiellement les choix. Selon la même interlocutrice, l’importance accordée au traitement des restaurants au sein des grands hôtels ou auberges dans lesquels on peut déjeuner à midi tient au fait que les Japonais n’ont pas l’habitude de recevoir chez eux.

La place de l’hôtel dans l’hôtellerie japonaise

Une offre qui se caractérise par une très grande diversité

20Avant d’examiner de plus près les différents établissements choisis au fil des pages de Katei-gahô, il s’avère indispensable de brosser, ne serait-ce que très brièvement, le contexte dans lesquel leur présence s’insère.

21En 1998, le Japon dispose de 1 032 hôtels, soit 186 273 chambres, et de 2002 ryokan (auberges), soit 118157 chambres inscrits auprès de la Japan Tourist Association, organisme nommé par le ministère du Transport qui garantit un certain nombre de critères de qualité (Tourism in Japan 1998-1999 : 36-37). Il faut replacer ces chiffres dans l’ensemble des établissements du même genre, soit 7 452 hôtels pour une moyenne de 76,1 chambres (contre 180 pour les hôtels inscrits), et 70 540 ryokan, soit 14 chambres par ryokan. Ces chiffres, tous les deux en progression, attestent d’une première grande différence entre ces deux types d’établissements, qui tient à leur taille respective. Si le nombre des ryokan inscrites atteint presque le double de celui des hôtels, le nombre de chambres offertes reste très nettement inférieur. Face aux grands hôtels qui proposent le choix entre des centaines de chambres, les auberges japonaises, même les plus vastes, invitent les clients dans un environnement à une échelle beaucoup plus réduite.

22Ces deux grandes catégories d’hébergement, qui fondent l’originalité du Japon dans ce domaine, sont complétées par d’autres formes d’établissements spécifiques qui jouent un rôle non négligeable dans les villégiatures. Il faut évoquer les minshuku (Guichard-Anguis : 1993), sorte de logement chez l’habitant en demi-pension qui s’apparente à la chambre d’hôte française, les penshion qui pourraient être décrites comme de petits établissements familiaux qui reflètent l’interprétation toute personnelle de l’Occident chez leurs propriétaires-concepteurs et proposent également une demi-pension. Ces deux dernières catégories s’adressent essentiellement pour la première aux familles et aux jeunes, et pour la seconde aux jeunes filles et jeunes femmes. L’extrême spécialisation de la presse féminine par classe d’âge reflète cette segmentation, puisque les magazines destinés à la génération des 20-30 ans affectionnent ces deux derniers modes d’hébergement. Un certain nombre d’établissements semi-privés, les auberges populaires (kokumin shukusha), 403 en tout, complète cet ensemble.

23Il va de soi que nous laisserons de côté certaines catégories d’hôtels qui ne rentrent pas directement dans ce propos, mais qui n’en possèdent pas moins certaines particularités, comme les business hotels, catégorie dans laquelle s’inscrit la grande majorité des petits hôtels japonais et qui se destinent comme leur nom l’indique à un tourisme d’affaire, ou encore les city hotels (leur association en compte 543 en 1998) qui répondent au même usage. Nous rappelons seulement que le petit hôtel pour touriste reste un type encore très rare au Japon. La clientèle japonaise dispose d’un éventail très large de choix en matière d’hébergement sur les lieux de villégiature, qui permet de cerner au plus près la place prise par l’hôtel. La présence de types d’hébergements familiaux ou pour jeunes, qui s’opposent aux hôtels, laisse présumer que ces derniers se voient conférer un rôle très précis au sein de cet éventail de possibilités.

24Un second chiffre indispensable qui permet d’éclaircir les modalités en matière d’hébergement, est celui du nombre de nuitées annuelles effectuées au cours de déplacements pour des raisons touristiques, soit 2,2 par habitant en 1997 (Tourism in Japan 1998-1999 : 11). Le Club Méditerranée, qui vient d’ouvrir un nouveau village au printemps 2000 dans l’île de Ishigaki (département de Okinawa), s’est vu contraint de réduire à trois jours la base des séjours proposés. Le caractère très bref de ces villégiatures détermine un autre rapport à l’hébergement que celui communément admis en Europe. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que la crise économique des toutes dernières années du xxe siècle a favorisé un tourisme dit de proximité, incluant un aller et retour dans la journée. Dans ce contexte, les hôtels et les ryokan multiplient les services susceptibles d’être utilisés dans la journée, en particulier centrés sur l’offre de déjeuners. Dans les grands hôtels, l’organisation de réceptions, de cérémonies de mariages et de réunions d’adieu (wakare no kai) à l’occasion d’un décès permet la location de chambres pour quelques heures.

25Par ailleurs, il faut aussi garder en mémoire la hauteur du yen depuis plus d’une dizaine d’années qui rend très avantageux les voyages à l’étranger pour la population japonaise, alors qu’elle ne peut, du fait de la cherté de l’hébergement au Japon, profiter pleinement chez elle de ce qui lui est offert. Aussi, en 1997, sur les 13,7 millions de Japonais partis à l’étranger, 81,9 % ont-ils choisi cette destination à des fins récréatives. La durée moyenne du séjour à l’étranger s’élève à 7,8 jours. Conséquence directe de ce phénomène, les classes moyennes disposent de la possibilité d’avoir accès aux hôtels de catégorie supérieure à l’étranger et donc de faire l’expérience d’un luxe, d’un prestige avec lequel les établissements japonais de notoriété équivalente se doivent de compter pour attirer une clientèle de plus en plus expérimentée et exigeante. La cherté du yen rend également très peu attractifs les séjours au Japon pour la clientèle étrangère, soit 4,2 millions de visiteurs étrangers, dont 2,7 millions d’Asiatiques, parmi lesquels les Coréens comptent pour un million. La fréquentation des établissements évoqués ci-dessous reste avant tout nationale, autre très grande caractéristique des modes d’hébergement au Japon. Ces quelques jalons posés nous aident à comprendre l’évolution contemporaine soulignée par Katei-gahô. À la diversification des prestations offertes de jour dans les grands hôtels correspond en parallèle une nouvelle définition du positionnement de la ryokan au sein des modes d’hébergement localisés dans l’archipel.

À propos des questions de terminologie

26La différence de contextes, qu’ils soient historique, culturel ou économique, fait obstacle à l’usage de la nomenclature établie dans le vocabulaire français. Si le terme d’« hôtel » convient – non sans quelques réserves – pour désigner ce qui est appelé hoteru en langue japonaise, celui d’auberge pour traduire le mot ryokan pose de multiples questions. Réservant au chapitre consacré à ce second type d’hébergement une analyse plus détaillée de la terminologie historique, nous nous proposons de conserver le terme de ryokan, composé d’un premier caractère chinois désignant le voyage et d’un second signifiant le manoir ou l’hôtel particulier, pour désigner ce mode d’hébergement propre au Japon.

27L’auberge possède surtout une fonction d’étape, tandis que l’hôtel est pourvu dès son origine de fonctions plus permanentes, en particulier de villégiature en Europe (Ascher 1987a : 20). L’exemple japonais montre que les ryokan, voire même dans leurs formes primitives, restent l’un des modes favoris de séjour avec les minshuku et les penshion de la population japonaise. Par contre, elles ne peuvent fonctionner comme une sorte d’équipement urbain.

28Il nous semble que c’est cette seconde propriété qui fonde les hôtels japonais, comme l’illustrent de multiples exemples pris dans la revue. La typologie établie entre les hôtels pose aussi de multiples problèmes dans le cas japonais, comme le révèle si luxueusement Katei-gahô. Affirmer que la première nouveauté, c’est proposer un hébergement adapté aux riches voyageurs contredit la réalité historique au Japon, qui offre un système hiérarchisé d’auberges depuis le début de l’époque d’Edo (1603-1868). Par contre, l’hôtel japonais devient le lieu multi-fonctionnel dont le modèle est apparu en Amérique du Nord, pour le développer avec une variété d’initiatives qui ne trouvent pas d’équivalents en Europe. Dans l’ensemble, les grands hôtels japonais restent beaucoup plus proches du modèle nord-américain qu’européen, comme l’attestent les choix éditoriaux effectués par Katei-gahô.

29Ce pays n’ignore pas non plus l’hôtel de station touristique, mais associé pour l’essentiel à des stations d’altitude, laissant dans un premier temps les ryokan se multiplier dans les stations thermales avant de s’y installer à leur tour. La différenciation dans ces stations entre les deux types reste souvent difficile pour les plus grands établissements, du fait de la disparition des ryokan en bois au profit de bâtiments de béton, et de la recherche d’une atmosphère traditionnelle à la japonaise par les petits hôtels. Bien souvent, seul le nom permet d’identifier ce type d’hébergement. Nous verrons que, dans Katei-gahô, la préférence va au contraire à des établissements tout à fait caractéristiques de leur catégorie.

30Si nous nous référons à une typologie distinguant les palaces traditionnels, les grands hôtels-équipements urbains et les hôtels de loisir (Ascher 1987b : 96), il semble que les hôtels japonais épousent cette classification, avec quelques réserves que l’analyse de la revue va nous permettre de préciser. Si nous pouvons adopter d’emblée les deux derniers types, la place du palace traditionnel dans les séjours japonais reste beaucoup plus délicate à définir. Ces multiples réserves faites, le parcours de la revue va nous permettre de comprendre dans le détail comment s’articulent au Japon deux grands modes d’hébergement et la place prise par chaque type hôtelier dans cette combinaison.

Katei-gahô et le couple hôtel-ryokan

31Nos recherches s’étendent du numéro de janvier 1980 à celui d’août 2001, soit sur une durée d’un peu plus de vingt ans. Le choix de cette période qui représente 248 numéros correspond à l’installation très graduelle dans les habitudes des habitants de l’archipel japonais du temps libre et des loisirs pris dans leur acception occidentale, dont une fraction va être progressivement consacrée aux déplacements à titre récréatif. Pour plus de clarté dans notre propos, nous laisserons d’emblée les titres associés à des villégiatures à l’étranger, dont le nombre et la fréquence croissante jouent un rôle certain dans le caractère attractif de la revue et dont l’analyse éclairerait les choix faits au Japon, mais qui ne s’inscrivent pas directement dans les objectifs de cette réflexion. Ainsi l’année 1999 livre-t-elle, entre autres, un titre sur les grands hôtels d’Asie du Sud-Est, un second sur les auberges anglaises dotées de jardins attractifs et un troisième sur les hôtels romantiques du Portugal. Nous devons conserver à l’esprit, comme l’ont illustré les quelques chiffres fournis ci-dessus, que le lectorat de Katei-gahô voyage tout autant à l’extérieur du Japon qu’à l’intérieur. Cette expérience de l’hébergement à l’étranger reste décisive pour comprendre les modes d’évolution des deux types d’hébergement locaux. Il nous faut ajouter qu’ironiquement, aucun des établissements évoqués par ailleurs dans le présent volume, hormis ceux de Hong Kong, ne semblent curieusement susceptibles de faire rêver les lectrices de Katei-gahô !

  • 5 Tricholoma matsutake est le champignon le plus prisé au Japon, dont les prix, à la saison, ne manq (...)

32Si nous nous cantonnons aux titres figurant sur la couverture, le thème de l’hébergement apparaît directement 45 fois. Si quelques titres portant sur des périples à l’intérieur de l’archipel ne font pas directement allusion à l’un de ces deux modes d’hébergement, mais incluent des propositions détaillées dans ce domaine, la grande majorité comporte le terme hoteru ou yado. Ce dernier est un terme générique qui désigne en premier lieu la demeure et ensuite l’hôtel ou l’auberge, mais fait référence dans son usage aux ryokan. Citons parmi ces titres pour l’année 1995, au mois de janvier : « Les restaurants chinois dans les hôtels de première classe », et au mois d’octobre : « Vers des auberges de matsutake5, où l’on profite pleinement du goût de l’automne ». Il va sans dire que le thème de l’hébergement se décline sous bien d’autres rubriques, comme sous la forme de présentation d’articles de mode, de découvertes de contrées retirées au Japon ou même d’articles très courts à caractère nettement promotionnel. Si nous nous référons aux grands titres de la couverture, c’est parce qu’à nos yeux ils correspondent à une démarche originale de la part des éditeurs, laissant transparaître leurs intentions directes.

33Peu fréquents se révèlent les articles qui mêlent les deux types d’hébergement (nous n’en avons relevé que deux au cours de cette période), tandis que la très grande majorité se consacre exclusivement à l’une ou l’autre catégorie, soulignant cette dualité de l’hébergement propre au Japon. L’année 1998 présente un cas à part avec la succession tout au long des mois d’une série consacrée à l’une des ryokan les plus célèbres de Kyôto : Tawaraya, sous le titre « L’étrangeté de Tawaraya » (Tawaraya no fushigi).

34Un parcours plus en détail de ces vingt dernières années montre l’irrégularité de cette production. Certaines années restent dépourvues d’articles (1986, 1990), d’autres en voient paraître presque un mois sur deux (1995 : huit articles ; 1998 : quatre articles, plus la série sur Tawaraya). Force est de constater que la périodicité de ce thème épouse l’évolution de la conjoncture économique. Jusqu’en 1987, un seul article par an est paru sur le sujet, pour aller en se multipliant progressivement. Vers la fin des années 1980, la notion de loisirs commence à s’ancrer dans les mentalités japonaises. La crise financière au Japon entraîne la chute du nombre d’articles jusqu’à zéro en 1990 pour reprendre progressivement jusqu’à atteindre de très confortables pourcentages comme en 1995. Les années 2000 et 2001 connaissent à nouveau un recul de ce thème face à la crise économique qui sévit dans l’archipel.

35La place progressivement accordée à ces modes d’hébergement sur la couverture devient aussi très significative. Au début des années 1980 les recettes de cuisine qui forment l’article de tête, comme au mois de septembre 1980 « Un nouveau goût de spaghetti », dictent encore l’image de la revue que les éditeurs veulent conférer aux lectrices. Katei-gahô reste un magazine qui se destine à une ménagère, certes moderne, mais mère de famille comme l’atteste la régularité des articles consacrés à l’éducation des enfants. Durant ces années-là, les articles sur les hôtels ou les ryokan figurent invariablement en position tout à fait secondaire. En 1980, comme en 1981 et 1982, les thèmes choisis font tous référence à la nostalgie : 1980 pour les hôtels, 1981 pour les ryokan et 1982 pour les palaces d’Asie du Sud-Est. Les choix portent sur des établissements de très haute gamme, tous anciens et à la réputation incontestée, comme s’il s’agissait de faire un tour d’horizon en matière d’équipement luxueux ayant fait ses preuves et dont la fréquentation commence à être envisageable du fait de la hausse du niveau de vie. Il faut ajouter que nous nous situons encore très loin du contexte de l’invention de traditions qui règne au cours des années 1990.

36En octobre 1983, un article intitulé « Le tour de mes stations thermales secrètes » introduit pour la première fois une notion amenée à révolutionner la perception que les lectrices possèdent de l’hébergement, en évoquant la notion de plaisir personnel. Cet individualisme prôné par Katei-gahô est amené à transformer complètement le fonctionnement de ces lieux qui vont évoluer progressivement sous l’effet de cette demande individuelle. À partir de 1985 apparaissent les premiers articles suggérant les déjeuners dans des hôtels ou des auberges, qui manifestent l’ampleur de la hausse du niveau de vie et la possibilité de s’accorder quelques plaisirs à des tarifs guère économiques. Ils se destinent à une population féminine de plus en plus encline à profiter de son temps libre, libérée de l’éducation des enfants. Il est également très significatif que ce thème de l’éducation des enfants va progressivement disparaître. Le vieillissement de la population n’est pas absent de cette évolution, comme le traduit le recentrage de la revue sur des questions de tourisme, de culture et de luxe.

37Au mois de janvier 1987, comme en janvier 1988, un article sur les ryokan vient en tête, dessinant une orientation qui ira s’accentuant dans les années suivantes. Ces articles sont suivis par le choix de thèmes portant sur les arts décoratifs japonais (terres cuites, laques…), qui vont sensibiliser les lectrices à ce qu’elles seront amenées à découvrir à l’occasion de leurs séjours dans des hôtels ou des ryokan. Les pages relatives à un sujet portant sur la cuisine domestique disparaissent pratiquement au profit de ces nouveaux thèmes. Les sorties au restaurant à l’heure du déjeuner, les voyages à l’intérieur du Japon ou à l’étranger vont finir par remplacer définitivement cette rubrique culinaire qui avait tant fait le succès de Katei-gahô dans les années précédentes. Cette évolution accentue considérablement la présence des hôtels et des ryokan dans la revue, dont la visite se fait entre adultes ou en couple, mais n’est jamais évoquée en famille. Désormais, les termes otona (adulte) et futari (tous les deux) reviennent régulièrement dans les grands titres.

Des hôtels « nostalgiques » aux hôtels de première classe dans Katei-gahô

38Dans la relation hôtel-ryokan au sein de la revue, une importante précision reste à ajouter. Sur les 45 titres en couverture, seuls 14 concernent les hôtels et 29 pour les ryokan. Aucun grand titre portant sur les hôtels japonais n’est apparu depuis 1998, alors que ceux traitant des hôtels à l’étranger deviennent de plus en plus fréquents. Les hôtels occupent une place équivalente aux ryokan mais seulement si nous ajoutons ceux situés hors du territoire japonais. Cependant, il ne faut pas oublier que les hôtels japonais constituent le support thématique de multiples articles plus courts, qui viennent renforcer leur présence au sein de la revue, ce qui est très rarement le cas des ryokan. Cette inégalité de traitement est fort instructive quant à la perception de ces deux types d’hébergement. La mode du week-end se voit souvent présentée dans le cadre d’un hôtel de station touristique et la « fraîcheur de l’été » dans celui d’une ryokan de Kyôto. Il faut souligner que l’inverse se révèle tout à fait impensable. L’inégalité de traitement entre les grands titres est compensée à l’intérieur des numéros de la revue, pour fournir un rapport relativement équilibré entre les deux types d’établissements.

Des saisons et des régions

39Sachant que chaque numéro est antidaté d’un mois, ainsi début janvier sort le numéro de février, la chronologie de ces titres doit aussi retenir notre attention. Après avoir classé grossièrement en fonction des saisons japonaises les douze mois de l’année (décembre, janvier et février pour l’hiver ; mars, avril et mai pour le printemps ; juin, juillet et août pour l’été ; septembre, octobre et novembre pour l’automne), nous avons relevé les chiffres suivants pour les hôtels : l’hiver compte cinq titres, contre quatre pour l’automne, trois pour l’été et deux pour le printemps. Les chiffres correspondant pour les ryokan s’élèvent à 13 pour l’automne – dont 8 en novembre –, à 9 pour l’hiver – dont 6 pour le mois de février –, 7 en été – dont 6 pour le mois d’août – contre zéro au printemps. Outre les trois mois du printemps, juin et septembre qui sont des mois intermédiaires du point de vue saisonnier restent également dépourvus d’articles concernant les ryokan. Dans le cas des hôtels, les mois de février, avril, juillet, octobre et novembre manquent.

40Force est de reconnaître l’exclusivité de certains mois par type d’hébergement, comme novembre et février pour les ryokan. L’absence très marquée du printemps est à mettre sans doute au compte du début de l’année civile et scolaire qui commence en avril. Une courbe de la fréquentation mensuelle des hébergements touristiques (Kankô Hakusho 1998 : 30) montre très clairement que le mois d’août reste incontestablement le mois privilégié des déplacements dans l’archipel, suivi par la Golden week, nom conféré à la succession de ponts du début du mois de mai, pour laquelle toute référence est curieusement absente dans la revue. Août est le seul mois qui obtient une proportion non négligeable pour les deux types d’hébergement.

41Cette répartition saisonnière prend en compte la localisation des établissements choisis, mais selon une démarche culturelle plus spécifiquement japonaise. En d’autres termes, cette assertion ne signifie pas que les choix des éditeurs se portent au mois d’août sur des hôtels et ryokan situées au bord de la mer, et en février dans une station de sports d’hiver. Elle signifie que l’on aura à cœur de choisir des hôtels et des ryokan susceptibles de fournir une sensation de fraîcheur au mois d’août, alors que la chaleur humide bat des records, et des ryokan qui mettent les clients au contact de l’hiver et des multiples manifestations du froid au mois de février.

  • 6 La cuisine kaiseki représente la cuisine gastronomique japonaise la plus raffinée servie dans les (...)

42Prenons, pour donner une idée plus concrète, les deux numéros du mois d’août contenant chacun un article sur les hôtels : « Des city hoteru de première classe à l’atmosphère de villégiature » (1996) et « Prendre plaisir à de la cuisine kaiseki6 dans un hôtel de première classe » (1998). Tous deux font allusion à des grands hôtels situés exclusivement à Tôkyô, Yokohama, Ôsaka, Kobe et Fukuoka, donc tous en plein centre de villes d’au moins un million d’habitants. Les vastes piscines, les restaurants avec vue nocturne spectaculaire permettent de profiter de ce que l’une des introductions annonce comme des « hôtels de villégiature urbaine ». Grâce à la fraîcheur distillée par la climatisation dans les espaces de ces complexes urbains, qui constituent presque des îlots à part dans la ville surchauffée, ils offrent paradoxalement un sentiment d’évasion que tentent de procurer les multiples photos qui agrémentent les pages. Ainsi, durant ces vingt dernières années, ni la station balnéaire, ni celle de sport d’hiver ne servent de supports à l’attraction des lieux de villégiature japonais, ce qui peut constituer un paradoxe dans un pays constitué d’archipels, et où la montagne domine. Cette constatation ne signifie pas pour autant que les côtes ou les montagnes ne constituent pas des lieux très prisés par les types d’hébergement considérés. Mais ils sont appréciés pour d’autres qualités de leur environnement, comme nous allons le voir un peu plus loin.

  • 7 Un aller et retour Tôkyô-Ôsaka en avion ou en train se révèle à peine moins cher qu’un Paris-côte (...)

43La présence de moments de l’année privilégiés dans l’usage des hôtels est complétée par une sélection des localisations spatiales. Sur les vingt années considérées, l’ensemble de l’archipel japonais se trouve traité, mais avec une nette préférence pour le centre du Japon. Les départements périphériques comme Okinawa au sud et Hokkaidô au nord semblent plus présents au début des années 1980, quand l’évocation de l’étranger reste encore très timide. Ils représentent encore un certain exotisme pour les voyageurs, peu habitués à sortir des frontières. Le coût contemporain des vols ou des billets de train a complètement changé les conditions de voyage pour les touristes japonais7. L’île de Honshû et celles de Kyûshû et de Shikoku constituent le cadre privilégié de ces choix. Rappelons que l’origine géographique des lectrices prédispose à ces sélections. Dans cet ensemble, les villes de plus d’un million d’habitants, les capitales régionales, les stations thermales ou encore les sites tout à fait isolés jouent un rôle primordial dans le choix des localités. De façon significative, les hôtels se retrouvent invariablement dans les très grandes villes et les sites isolés, tandis que les ryokan sont situées dans les capitales régionales, les villes historiques et les stations thermales. Cette correspondance assez étroite entre les types de localisation et ceux d’hébergement souligne d’emblée une perception et des usages différents.

De quoi les hôtels japonais font-ils rêver ?

44Prenons le tout premier titre qui s’offre à nous, remontant à septembre 1980 « Touchées au cœur par des hôtels classiques » et son sous-titre tout aussi significatif « De nos jours vers un voyage nostalgique ». Huit établissements principaux : l’hôtel Kanaya (Nikkô, département d’Ibaraki, ouvert en 1873), l’Hôtel de Nara (Nara, 1909), l’hôtel Rokkô-san (Hyogo, 1929), l’hôtel Kamikôchi Imperial (Nagano, 1933), l’hôtel Biwakô (Shiga, 1934), l’hôtel Fuji Byû (Yamanashi, 1936), l’hôtel Nojiri-ko (Nagano, 1936) et l’hôtel Shima Kankô (Mie, 1948), auxquels s’ajoutent sept autres secondaires par la présentation (les photos passent en noir et blanc) nous serviront de point de départ dans cette analyse de la perception des hôtels.

45Ces huit hôtels présentent la particularité d’être majoritairement situés en montagne (cinq), assez ou très isolés, à proximité d’un lac ou d’un étang ou au bord de la mer (un seul). Ils possèdent tous une histoire, le plus ancien, l’hôtel Kanaya à Nikkô, remonte à 1873, mais leurs formes actuelles datent pour l’essentiel des années 1930. La plupart ont été fondés pour ne fonctionner que l’été durant la période de grande chaleur au taux d’humidité très élevé, mais un réaménagement récent a permis d’étendre la période d’ouverture du printemps à l’automne. Ce sont donc des hôtels de station touristique, destinés pour les plus anciens à la villégiature en montagne. La plupart offrent des vues spectaculaires sur leur environnement, naturel et souvent presque sauvage. Les constructions présentent la particularité d’être conçues dans un style néo-japonais extérieurement (toits de tuiles japonaises ou occidentales, de feuilles de cuivre, voire même de chaume pour l’hôtel Nojiri-ko) et d’offrir une riche décoration intérieure alliant le modernisme des années 1930 (certains possèdent des cheminées spectaculaires) à une certaine idée de la tradition japonaise. Presque tous servent de la cuisine occidentale, principalement d’influence française, gage d’exotisme et de très grand raffinement, servie dans des salles à manger de type également occidental. Bref, c’est à un voyage dans le temps et l’ailleurs auquel convie cet article, provoqué par le dépaysement suscité par la nature très particulière de ces volumes architecturaux nés de la combinaison de deux influences et le choix de sites très isolés.

  • 8 Le Man’yôshû constitue le recueil poétique le plus ancien du Japon. Le plus récent de ces poèmes r (...)
  • 9 Ce rite annuel connu dans tout le Japon, puisqu’il symbolise l’arrivée du printemps après sa céléb (...)

46Ces hôtels au charme presque suranné ne reparaissent plus au cours des années 1990. La dernière évocation remonte à février 1989 avec la présence de l’Hôtel de Nara dans un article intitulé « Les auberges de Man’yo8 ». De façon surprenante, cet hôtel se voit intégré parmi les auberges (yado) au milieu d’un certain nombre de ryokan. L’article, qui fait allusion à l’une des fêtes les plus connues de Nara, « O mizu tori » (le puisage de l’eau)9, associe les établissements évoqués au caractère littéraire et antique de la ville. Dans ce cas encore, l’Hôtel de Nara représente un refuge dans lequel on entre en contact avec le passé et la tradition japonaise, et dans ce numéro particulier il s’agit du Japon antique. Cette vision d’un hôtel qui porte à la nostalgie se voit confortée par le titre de l’ouvrage de Tomita Shôji (Tomita 2000), qui exprime une vision historique de ces hôtels, mais ne les ancre pas dans la modernité. L’auteur indique que sur les 101 hôtels anciens évoqués et qui ont fait leur apparition entre 1860 et 1945, y compris dans les anciennes possessions japonaises en Chine, Corée et Taiwan, 33 continuent à fonctionner avec les mêmes espaces, en ayant conservé leur atmosphère, sans avoir été transformés en ryokan !

47Si nous suivons la chronologie, l’article suivant de novembre 1984 « Des bars où les adultes peuvent se détendre » présente une autre facette des hôtels, qui introduit une perception appelée à devenir dominante tout au long de la période considérée. Cette fois-ci, le choix des grands hôtels entraîne les lectrices en pleine ville : Tôkyô, Ôsaka, Kyôto et Okayama (sur le littoral nord de la mer Intérieure, 608 000 habitants en 1997).

48Ces hôtels se découvrent de nuit, et ne sont envisagés que sous l’angle d’une fonction bien précise. Outre le cadre élégant de ces bars, la vue sur la ville contemporaine éclairée de nuit fait partie de l’attrait que l’article désire conférer à ces lieux. Ce thème se voit développé dans d’autres numéros, comme celui de décembre 1993, qui suit un premier article sur les dîners de Noël dans les grands hôtels. Il est à noter qu’il n’est pas possible de trouver la même proposition dans des ryokan, car le cadre contemporain et d’influence occidentale de l’hôtel semble tout à fait adapté à la célébration de cette fête importée, qui au Japon revêt souvent un aspect social et mondain, au contraire du Jour de l’An réservé à la famille et aux proches.

49Les déjeuners constituent un deuxième volet important du traitement de l’hôtel, qu’il soit chinois ou japonais, et dans ce dernier cas les déclinaisons des types de menus sur lesquels sont centrés les articles suivent toutes les variations de la cuisine japonaise. Le thé de l’après-midi constitue aussi une autre possibilité de se rendre dans ces établissements. En d’autres termes, les grands hôtels recèlent une pluralité de propositions pour chaque type de repas, alors que les ryokan se contentent de servir un type de cuisine presque exclusivement japonaise. La très grande variété proposée offre la possibilité d’entrer en contact avec l’étranger et principalement l’Occident pris dans un sens très large, sous toutes ses formes, mais toujours d’une façon moderne.

PHOTO 2. L’hôtel Otowane (Yonezawa, 1898) (Sylvie Guichard-Anguis 2001)

  • 10 Le style sukiya est apparu d’abord dans les résidences des nobles à l’époque Azuchi- Momoyama (156 (...)

50Cette image du grand hôtel symbole de la modernité, et de ce qu’il y a de meilleur à l’étranger, est nuancée par plusieurs articles qui suggèrent que les ryokan ne disposent pas du monopole de la tradition japonaise prise dans un sens très large. Des déjeuners gastronomiques japonais peuvent être pris dans ces établissements, comme nous l’avons vu, mais il y a beaucoup mieux. En septembre 1993, le thème du repas accompagné d’une réunion de thé permet de présenter des espaces susceptibles de servir à la voie du thé. Les grands hôtels japonais peuvent jouer aussi le rôle d’espaces culturels. Ainsi l’hôtel Miyako – renommé hôtel Westin Miyako en avril 2002 – à Kyôto propose de boire le thé à l’occidentale, plus exactement à la danoise puisque son salon de thé possède au menu une collation accompagnant le thé servi dans de la porcelaine « Royal Copenhague ». Quand on connaît l’engouement de la population féminine japonaise pour ce type de vaisselle, on ne peut douter de son caractère attractif ! L’hôtel possède aussi une pièce à thé conçue par Murano Togô, de style sukiya10 contemporain.

51En résumé, ce qui domine dans le choix des thèmes concernant le grand hôtel, c’est l’idée de présenter un complexe dont chaque partie peut se visiter indépendamment, sans avoir à y passer la nuit. Les saisons restent relativement secondaires dans l’appréciation que l’on peut avoir de ces espaces. Par contre, à chaque heure du jour correspond un domaine particulier. Symbole de la modernité et de l’ailleurs, le grand hôtel japonais n’ignore pas pour autant la culture japonaise. Au contraire, il offre un cadre susceptible de passer de façon rapide et confortable d’un univers à l’autre, en quelque sorte du thé danois au thé japonais comme dans l’hôtel Westin Miyako. Sa fréquentation permet de profiter de la grande ville japonaise, en bénéficiant des vues nocturnes que ses étages offrent. Hormis les hôtels de station touristique, ils offrent très peu de contact avec la nature. On se rend dans un grand hôtel pour bénéficier d’un confort qui permet d’annihiler les effets du climat naturel : la très forte chaleur humide de l’été, le froid en l’hiver.

52Le grand hôtel joue en quelque sorte le rôle de refuge contre les manifestations déplaisantes du climat et c’est aussi un havre où l’on vient pour quelques heures se plonger dans une atmosphère située hors de la vie quotidienne. Le très grand confort, le luxe, le dépaysement et la très grande pluralité d’offres en font un élément incontournable dans les relations de sociabilité, indispensable prolongement d’un chez soi dépourvu de tous ces raffinements.

53Des articles d’importance secondaire complètent ce tableau. Ils traitent plus couramment des destinations de week-end, qu’elles se trouvent à proximité d’un terrain de golf ou sur un site exceptionnel. Les hôtels de stations touristiques (rizôto hoteru), héritiers des « hôtels nostalgiques » évoqués ci-dessus, représentent un but de séjour le week-end, quand ils se trouvent en situation isolée, mais le plus souvent sur le littoral. Le thème de l’hôtel avec terrain de golf se trouve relativement peu développé dans Katei-gahô sous forme de grands articles, mais revient régulièrement comme thème mineur, car il reste plus étroitement lié à l’univers masculin, même si une proportion non négligeable de femmes s’adonne à cette activité.

Bibliographie

Bibliographie

Amirou, Rachid, 2000, Imaginaire du tourisme culturel, Paris, PUF, 156 pages.

Ascher, François, 1987a, « De l’hôtel américain au Ritz », dans Ascher François et al., Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 17-76.

Ascher, François, 1987b, « Du motel au jet-set palace », dans Ascher François et al., Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le-Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), p. 77-116.

Ascher, François et al., 1987, Luxe, habitat, confort : les références hôtelières, Noisy-le- Grand, Institut français d’urbanisme (université Paris VIII), 394 pages.

Cabañas, Pilar, 1997, « Bijinga and nature : a single beauty », dans Asquith, Pamela, J., et Kalland, Arne, dir., Japanese Images of Nature, Richmond, Curzon, p. 68-82.

France-Japon Éco, 1998, n° 77, p. 48-49.

Gokujô no hoteru [Hôtels de première classe], 2000, Tôkyô, Neko, 152 pages.

Guichard-Anguis, Sylvie, 1993, « Stations balnéaires japonaises : de la pension de famille (minshuku) au complexe hôtelier et au parc de loisirs », dans Architecture, urbanisme et aménagement en milieu touristique, Talence, Centre d’études des espaces urbains (Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine), p. 85-101.

Inoue, Teruko, et Josei zasshi kenkyûkai [Groupe de recherche sur les revues féminines], 1989, Comparepolitan, Tôkyô, Kakiuchi, 92 pages.

Katei-gahô [La revue illustrée du foyer], 1980-2001, Tôkyô, Sekai bunka-sha, mensuel.

Michel, Frank, 2000, Désirs d’ailleurs, Paris, Armand Colin, 272 pages.

Morean, Brian, 1995, « Reading Japanese in Katei-gahô: The art of being an upper class woman », dans Skov, Lise, et Morean, Brian, dir., Women, Media and Consumption in Japan, Londres, Curzon Press, p. 111-142.

Kankô Hakusho [Livre blanc du tourisme], 1998, Tôkyô, Okurashô, 374 pages.

Tomita, Shôji, 2000, Nosutajikku. Hoteru no monogatari [Récits d’hôtels. Nostalgiques], Tôkyô, Heibonsha, 110 pages.

Notes

1 Ces seigneurs sont les descendants des daimyôs de l’époque d’Edo (1604-1868), qui étaient à la tête d’un fief et dont l’empreinte reste forte dans la plupart des régions, en particulier sur le plan culturel et identitaire.

2 Hirado-shi, ville de 25 000 habitants aujourd’hui, située sur l’île du même nom et dont la superficie communale comprend aussi l’île de Takushima à l’extrême nord-ouest de Kyûshû, se trouve dans le département de Nagasaki. De 1550, date à laquelle les premiers navires portugais sont arrivés, à 1641, lorsque le commerce avec les Pays-Bas a été relocalisé dans l’île de Dejima à Nagasaki, Hirado a été un port commercial très prospère, l’un des tout premiers lieux de contact avec l’Occident.

3 Cette école fut fondée par le 29e Matsuura Chinchin de cette lignée seigneuriale. Elle a assuré les démonstrations de cérémonie de thé offertes dans le pavillon de thé du musée Guimet à Paris, lors de son inauguration au mois de septembre 2001.

4 Le premier article de ce numéro de mars 1958 s’intitule « La famille des couleurs primaires de Tôkyô », le second porte sur « Les anciennes chapelles. Le Tenshu-dô de Nagasaki-ura », et le troisième sur l’élève de première année de l’école primaire.

5 Tricholoma matsutake est le champignon le plus prisé au Japon, dont les prix, à la saison, ne manquent pas de faire les grands titres des journaux. Très parfumé, il agrémente toutes sortes de préparation culinaires associées à l’automne, dont la plus connue porte le nom du petit récipient de terre cuite à bec verseur (dobin mushi) dans lequel il distille son parfum.

6 La cuisine kaiseki représente la cuisine gastronomique japonaise la plus raffinée servie dans les établissements les plus luxueux. Conçue au départ pour être servie au cours des collations qui émaillent les réunions associées à la pratique de la voie du thé, elle reste la cuisine la plus formelle au Japon, au menu établi dans un ordre très spécifique.

7 Un aller et retour Tôkyô-Ôsaka en avion ou en train se révèle à peine moins cher qu’un Paris-côte est de l’Amérique du Nord.

8 Le Man’yôshû constitue le recueil poétique le plus ancien du Japon. Le plus récent de ces poèmes remonte à 759. L’ensemble représente un document historique exceptionnel.

9 Ce rite annuel connu dans tout le Japon, puisqu’il symbolise l’arrivée du printemps après sa célébration le 12 mars, se déroule dans l’un des bâtiments, le Nigatsu-dô, d’un des plus célèbres monastères bouddhiques de Nara, le Tôdaiji. Il est destiné à assurer la paix de l’État (à l’origine antique). Il fait partie de l’ensemble des rites du deuxième mois de l’année d’après le calendrier solaire. De grandes torches sont agitées à partir de la véranda du bâtiment, dont les étincelles viennent atteindre les spectateurs en contrebas, puis de l’eau est puisée, d’où le nom de ce rite, et offerte à la divinité Kannon aux onze visages, qui se trouve honorée à l’intérieur.

10 Le style sukiya est apparu d’abord dans les résidences des nobles à l’époque Azuchi- Momoyama (1568-1600). De nature sobre et réservé à la pièce dans laquelle se déroulent les réunions de thé, il fusionne avec le style shoin, qui met l’accent sur la somptuosité des pièces de réception, pour devenir le style sukiya et être adopté de façon très large dans les habitations urbaines de l’époque d’Edo.

Table des illustrations

Légende PHOTO 1. La couverture de la revue Katei-Gahô en janvier 2000 (Sekaibunka Publishing Inc.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende PHOTO 2. L’hôtel Otowane (Yonezawa, 1898) (Sylvie Guichard-Anguis 2001)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site